Ecstas Online – Tome 3

+++

Prologue

Partie 1

Asagiri courait, tenant son épée pour sauver ses compagnons qui étaient tombés derrière elle.

Elle était courageuse, mais de mon point de vue, qui connaissait la vérité, je ne pouvais que dire que c’était imprudent. Asagiri n’avait pas remarqué que Satan avait détruit les données de cet homme. Mais même si elle l’avait su, Asagiri aurait fait de même. C’était le genre d’individu qu’est Asagiri.

Devant le champ de vision d’Asagiri se trouvait un monstre qui aurait dû devenir un monstre purgé du système nommé Satan.

Un monstre. Un mot utilisé facilement dans ce monde. Parce que tout, du bas niveau au haut niveau, était traité comme un monstre. Finalement, utiliser ce mot semblait insignifiant. Cela donnait l’impression d’être du menu fretin. Après tout, il s’agissait de ces existences qui donnaient de l’XP.

Mais celui-ci était différent.

Un kaibutsu.

Un bakemono.

À l’origine, c’était des mots pour nommer des êtres extraordinaires qui dépassaient la connaissance humaine et que la puissance humaine ne pouvait pas égaler.

L’être appelé Satan, qui était apparu soudainement, était digne d’être appelé comme ça.

Mais il y avait un mot plus approprié que ceux-là.

─ Un Roi-Démon.

Il possédait un corps géant d’environ deux fois la taille d’Hellshaft, un corps qui semblait contenir l’énergie de l’activité volcanique en lui. L’extérieur semblait être fait de lave durcie. Les cornes qui s’étendaient des côtés de son visage vers l’avant étaient faites pour intimider. Et des ailes géantes de chauve-souris se trouvaient sur son dos.

Son allure était vraiment celle du diable. Une présence sinistre, féroce, désespérée et écrasante qui donnait l’impression d’avoir façonné et rassemblé tous les cœurs méchants, les ambitions, les désirs, la colère, les péchés et la méchanceté des gens.

Un souverain éphémère qui régnait en tant que roi d’Infermia pendant un certain temps avant qu’Hellshaft ne soit nommé roi des démons. Le Roi-Démon Satan.

Asagiri frappa Satan.

Au pied de Satan, une lumière fumeuse s’éleva du cadavre d’un PNJ piétiné et mort. C’était comme si Satan émettait une aura.

Le cadavre du personnage avait disparu, se transformant en particules de lumière au bout d’un moment. Cependant, le phénomène qui se produisait sous mes yeux n’était pas seulement un effet normal de mort. Cette lumière était le résultat de la désintégration des données qui composaient le personnage. Les textures, le modèle et le code du programme s’effondraient, se désintégraient et disparaissaient pour devenir des particules. Les réutiliser comme données n’était plus possible, il s’agissait là d’une vraie mort.

La fumée rougeoyante qui enveloppait Satan était comme la haine des morts et comme l’encens sacrificiel qui célébrait la résurrection de l’ancien Roi-Démon Satan. Et Asagiri était sur le point d’en faire partie.

J’avais commencé à courir vers Asagiri et j’avais crié.

« Stooooop ! Asagiriiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !! »

Pourquoi le Roi-Démon Hellshaft s’inquiète-t-il pour Asagiri ? Pourquoi essayait-il désespérément de l’arrêter ? Si quelqu’un me demandait cela, il n’y a aucun doute qu’il aurait de tels soupçons. Mon jugement calme tentait de m’arrêter, mais ma voix avait échappé à mon contrôle.

Mais ma voix ne l’atteignait pas.

Un grand bruit avait grondé et avait noyé ma voix.

« Guuooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo ! !! »

C’était un son que je n’avais jamais entendu. Une voix qui ressemblait à un son destructeur qui frottait les rochers les uns contre les autres et continuait à les écraser.

Satan étira son cou et poussa un rugissement, ouvrant sa bouche déchirée jusqu’aux oreilles.

C’était une voix qui semblait automatiquement attiser la peur chez ses auditeurs. De nombreuses rangées de crocs acérés poussaient à l’intérieur de l’énorme bouche ouverte. Ma colonne vertébrale trembla, et des sueurs froides remontèrent à la surface de tout mon corps.

J’avais couru et j’avais tendu la main vers Asagiri.

Cependant, Asagiri endura le choc du rugissement et sauta proche de Satan. L’épée d’Asagiri était prête à frapper, et au moment où elle fut à porter, l’épée mortelle frappa avec un timing parfait.

« Foudre ! »

À ce moment-là, Satan avait agité son bras.

« — ! »

Ce n’était pas un mouvement qui essayait de tuer son adversaire. Ce mouvement léger était quelque chose que l’on faisait pour chasser un insecte. Cette frappe sans force propulsa loin le corps d’Asagiri.

« Asagiri ! »

L’épée brisée tourna dans l’air et le corps d’Asagiri vola vers moi à une vitesse incroyable.

« … ! »

J’avais quand même réussi à attraper son corps dans mes bras, mais à ce moment-là, mon corps fut lui aussi projeté vers l’arrière.

« Guuh ! »

Mes jambes fermement plantées glissèrent sur le sol, creusant la terre. Bien que je l’aie attrapée, les points de vie d’Asagiri avaient été grandement diminués par le choc violent.

« Euh… Hell… shaft ? »

Asagiri avait gémi de douleur.

« Est-ce que tu vas bien, Asa ─…, » commençai-je.

C’est quoi, ça ?

J’avais haleté devant la transformation de l’équipement d’Asagiri. Les vêtements et l’armure simple qu’Asagiri avait revêtus se désintégrèrent. Comme le PNJ piétiné par Satan, il se désintégrait dans les chaînes de caractères des ressources et des programmes qui les composaient.

C’est bien ça….

En perdant sa durabilité, cet équipement était « mort ».

À ce moment, tout mon corps avait frémi. J’avais attrapé Asagiri par le cou, et j’avais arraché ses vêtements.

« Kyaaaaaaaaaaaaaaah ! »

J’entendis le cri d’Asagiri, mais je n’y prêtai pas attention. Si cette disparition ne s’étendait pas seulement à l’équipement, mais aussi à celui qui le portait ─, cela ne semblait pas être le cas, mais c’était possible.

Asagiri pourrait finir par disparaître comme ces PNJs et mourir réellement.

J’avais arraché la veste et la ceinture d’Asagiri.

« Que faites-vous ? Arrêtez ! Pervers ! »

Asagiri faisait rage dans mes bras. Sans m’en soucier, j’avais arraché sa jupe et je l’avais jetée. Il semblerait que ses sous-vêtements soient en sécurité. Alors que je me sentais soulagé, j’avais vu par hasard que les bretelles du soutien-gorge blanc avaient disparu.

Merde ! Pardonne-moi, Asagiri !

J’avais attrapé le devant du soutien-gorge d’Asagiri et l’avais arraché de toutes mes forces. La poitrine qui était maintenue avait bondi vers l’extérieur. Les seins blancs et magnifiques tremblaient beaucoup, et même la partie rose pâle à leur extrémité était exposée.

« Hyaaaaaah !? »

Asagiri avait tout de suite caché sa poitrine d’une main.

« V-Vous… »

Avec les yeux emplis de larmes, elle avait levé au-dessus de sa tête l’épée qui avait été séparée et soufflée par Satan. Cependant, l’épée était brisée et ne pouvait plus jouer son rôle. Infliger des dégâts, c’est… ?

L’épée avait progressivement commencé à se désintégrer à l’endroit où elle avait été brisée et la disparition était sur le point de toucher les mains d’Asagiri qui tenait la poignée.

« Enlève tes mains de l’épée ! Asagiri ! »

« Eh ─ ? »

Asagiri m’avait fixé avec des yeux emplis de surprise.

« Kuh ! »

J’avais frappé la main d’Asagiri sur un coup de tête et envoyé l’épée voler.

« Aïe ! A- Attends ─. »

Asagiri avait suivi du regard l’épée qui avait été envoyée voler. Elle étendit inconsciemment sa main, mais ne put atteindre l’épée qui était tombée au sol. Et la poignée de l’épée qui s’était désintégrée se refléta dans les yeux d’Asagiri.

« Qu… qu’est-ce qui se passe ? » demanda-t-elle.

Pour Asagiri, cela devrait être un phénomène qu’elle n’avait jamais remarqué auparavant. Au fur et à mesure qu’elle déplaçait son regard, les bouts d’équipement d’Asagiri éparpillés sur le sol disparaissaient également, devenant des chaînes de caractères de ressources et de programmes.

« Que… qu’est-ce que vous avez fait ? Hellshaft ! » me demanda-t-elle en criant.

« Ce n’est pas moi. C’est lui. »

J’avais tourné la tête et Asagiri avait suivi mon regard. Ce qui se trouvait devant ses yeux était le diable en personne.

« L’ancien Roi-Démon, Satan. »

« L’ancien Roi-Démon… ? » répéta-t-elle.

À ce moment-là, j’avais entendu plusieurs bruits de pas venant de derrière.

« Hellshaft-sama ! Vas-tu bien ? »

Quand je m’étais retourné, j’avais vu une elfe noire qui me regardait avec des yeux apparemment inquiets.

« Satanachia… n’aie crainte. »

« Roi ! »

« Votre Majesté ! »

Immédiatement derrière elle, il y avait Adra et Grasha. Et enfin, Forneus, venue du ciel, se posa sur le sol.

« Ah ! Hellshaft, il porte encore une humaine dans ses bras ! Bon sang, Forneus veut aussi être portée dans tes bras ! »

Non, ce n’est pas possible maintenant !

Grasha s’était tourné vers Satan, et il avait dit, en crachant les mots. « Ah, c’est celui qu’on a vu au cimetière souterrain, non ? Pourquoi est-il vivant et bouge-t-il ? »

Adra avait dégainé son épée rouge faite de son propre sang tout en replaçant la position de ses lunettes.

« Dans tous les cas… il n’est pas différent d’une cible à éliminer. »

« Attendez ! » criai-je.

« Mon Roi ? »

Même ces types étaient identiques à l’équipement d’Asagiri. S’ils étaient tués par Satan, leurs données seraient détruites et ils disparaîtront. Je ne pourrai plus les voir. Je ne pourrai plus leur parler. Oui, ce sont des PNJs. Je le sais. Mais…

« … Ne vous impliquez pas. C’est ma proie. »

Adra avait plissé ses yeux comme si elle était confuse.

« Mais… je n’ai pas l’intention de remettre en question le pouvoir de mon Roi, mais on ne sait pas exactement quel genre de pouvoir il possède. Le frapper sans réfléchir est dangereux, n’est-ce pas ? »

Grasha avait souri et s’était léché les lèvres.

« C’est vrai. Pour commencer, ne serait-il pas mieux pour nous de tester le pouvoir de ce type ? »

En regardant de plus près, les poils de Grasha se hérissaient. Peut-être perçoit-il le pouvoir terrifiant de Satan. Et comme il s’agissait d’un ennemi puissant, son instinct de combat était fortement stimulé.

« C’est inutile. Éliminez les elfes qui sont entrés dans le château. Laissez-moi les humains et ce type. Est-ce clair ? » ordonnai-je.

« ─ je comprends. »

« Tch… Je n’ai pas le choix, hein. »

« Bonne chance. »

« Humph. »

En donnant leurs réponses, les Hellzekters se précipitèrent vers le château. Bien que je regardais leurs silhouettes avec un sentiment de soulagement, je pensais que les mots d’Adra et de Grasha n’étaient pas faux.

Certainement que moi, non, personne dans ce monde ne connaissait la vraie force de Satan. C’était trop dangereux de le défier dans un combat soudain. Il était correct que je veuille tester sa force.

En pensant ainsi, la situation parfaite était en train de naître.

+++

Partie 2

« Qu’est-ce que c’est que ce monstreeeeeee !? »

Un certain nombre de personnes était arrivé, puis ils avaient essayé d’entourer Satan avant de commencer un combat contre lui. Il s’agissait d’une race qui était plus petite que les humains. Ils avaient des épaules plus larges, une poitrine volumineuse et un cou épais. Leurs corps massifs étaient beaucoup plus robustes et physiquement plus forts que les humains.

Il s’agissait des nains amenés par les elfes en renfort de la classe 2 A. Utilisant de grandes haches et des épées qui seraient difficiles d’être maniées par un humain, ils encerclèrent l’énorme silhouette de Satan.

« Je ne comprends pas, mais j’ai l’impression qu’on peut collecter du minerai si on le vainc. »

« Oui, nous, les nains, on s’en occupe ! Ne le livrez pas aux elfes ou aux humains ! »

Les nains refermèrent lentement l’anneau entourant Satan. Sans se presser, Satan tourna la tête et regarda autour de lui. Mais il ne se méfiait pas des nains. Au contraire, il semblait avoir une vue d’ensemble du paysage.

Je n’avais pas pu lire l’expression sur son visage de démon, mais j’avais eu l’impression qu’il regardait le château d’Infermia avec un peu de nostalgie. Et son visage se figea à un moment donné. Au-delà de là se trouvait la tour du Roi-Démon, que l’on pouvait appeler le cœur d’Infermia. La tour où je vis.

À quoi pense-t-il ? Non, pour commencer, est-ce qu’il a une véritable routine de pensée ? Il avait été dit qu’il avait été rejeté et mis à la poubelle pendant le développement, mais je ne savais pas jusqu’où sa création avait été faite.

Alors que je regardais attentivement, retenant mon souffle, Asagiri, qui était dans mes bras, avait dit à voix basse. « Hé, je suis déjà fatiguée, alors allez-vous me faire descendre ? »

J’avais déplacé mon regard vers le bas, Asagiri regardait fixement Satan.

« … Tu as raison. »

C’était peut-être dangereux d’être seul et sans défense, mais c’était mieux que de rester ici. J’avais doucement amené Asagiri sur le sol.

« Rejoins rapidement tes compagnons et battez tous en retraite. C’est votre perte. »

Cependant, Asagiri ne bougea pas d’un iota. Elle cachait sa poitrine, essayait de croiser ses bras et fixait Satan.

« Qu’est-ce que c’est ? Selon les Hellzekters, il ne semble pas être votre compagnon. »

Ne pas s’enfuir signifie-t-il qu’elle n’a pas abandonné l’espoir de franchir la porte des enfers ? Elle pensait peut-être que l’arrivée de Satan était une discorde interne entre démons. Si c’est le cas, ce n’était pas étonnant qu’elle pense qu’il y avait encore une chance… mais c’était vraiment dangereux, j’avais envie de la supplier « Retraite, s’il te plaît ! ».

J’avais quitté Asagiri des yeux et j’avais regardé les nains qui essayaient de se battre avec Satan.

« Tu vas voir. Ces nains avides te le feront comprendre. Plus important encore, si tu étais restée là-bas, tu serais morte, » déclarai-je.

« Vous dites des choses bizarres comme si vous vous inquiétiez pour moi. »

Kuh… Tu es vive à des endroits que je n’aime pas !

Au moment où j’avais réfléchi à ce que je devais dire, les nains bougèrent.

« Uryaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa ! »

Ils frappèrent avec les énormes haches et épées d’un seul coup comme un seul homme. C’était des frappes de toute leur force. Ils étaient pleins de lacunes, mais la puissance était parfaite, et parce qu’il était encerclé, Satan ne pouvait pas éviter toutes les attaques.

Cependant, juste avant que les nains n’abattent totalement leurs haches, Satan ouvrit sa bouche. Le fond de sa gorge rougeoyait à l’intérieur de sa bouche grande ouverte. C’était comme si l’énergie du magma dans son corps brûlait comme un haut fourneau. Ce qui s’écoula de sa bouche fut l’appel de l’enfer. Une voix terrifiante scanda le mot clé pour activer la magie.

« “Flamme de l’enfer” »

En un instant, une énorme colonne de feu avait jailli des pieds de Satan vers le ciel.

« Uoh !? »

Un vent chaud et féroce m’avait frappé. J’avais tourné mon corps sur le côté sur un coup de tête et j’avais protégé Asagiri du vent brûlant. Un rugissement massif avait secoué tout mon corps.

La colonne de feu avait atteint le ciel et avait transpercé les nuages dans les cieux. C’était comme si les flammes de l’enfer étaient sur le point de réduire à néant même les cieux.

Quelle était cette magie ridiculement puissante… ?

Sans avoir le temps de remarquer les cercles magiques qui se répandaient à leurs pieds, les nains furent brûlés par les flammes de l’enfer et disparurent. Ils n’avaient probablement même pas remarqué qu’ils étaient morts.

Vous ne pouvez pas revivre de ces flammes. Ça brûle l’âme, c’est littéralement une flamme de mort certaine.

Le pilier de flammes avait disparu, et un cercle de flammes était resté sur le sol.

De la sueur froide montait à la surface de mon armure.

Ce n’était pas parce que j’avais été témoin de la mort des nains. Satan, qui avait donné la mort aux nains, me regardait fixement. Satan avait ouvert sa bouche.

« Qui… »

Est-ce qu’il m’a parlé ?

« Qui es-tu ? »

À ce moment-là, un vent avait soufflé de tout le corps de Satan. Un vent à l’odeur désagréable, semblable à l’odeur putride d’un cadavre, passa, léchant tout mon corps. À cet instant, j’avais eu l’impression que les cellules de mon corps étaient effrayées.

Ne sois pas troublé ! N’aie pas peur ! Doumeguri Kakeru ! Maintenant, tu es le Roi-Démon Hellshaft. Tu n’as pas besoin de perdre ton sang-froid devant un personnage rejeté comme celui-ci.

« Je suis le Roi-Démon Hellshaft. Je te connais. Ancien Roi-Démon Satan. Mais tu étais le roi des démons dans un passé lointain. Tu es encore attaché à ce monde et en tant que tel, tu t’es égaré. Tu devrais bientôt retourner au cimetière souterrain. »

« Roi-Démon… Hellshaft ? »

Une lumière rouge s’était allumée dans les orbites des yeux percés dans le visage de Satan.

« Donc des gens qui visent mon trône sont apparus… fufu, ce monde n’a pas encore perdu sa valeur, » déclara Satan.

« Qu… »

La lumière dans les orbites des yeux brilla de mille feux, et la bouche aux crocs alignés s’ouvrit jusqu’aux oreilles. C’était vraiment un sourire terrifiant et brutal.

« L’ambition est une bonne chose. L’insouciance est bonne. La folie est une bonne chose. Je te loue, Hellshaft. Je suis revenu dans ce monde depuis les profondeurs de la terre, alors ça vaut le coup. »

Ce type ne connaît pas seulement sa situation. Une conversation avait également été établie ! Donc, un modèle de dialogue et une IA avaient également été implémentés !? De plus, ça venait même avec des changements dans son expression faciale !

Un rugissement d’enfer était sort de la bouche de Satan.

« Tuez et volez à votre guise !! C’est le destin de ceux qui vivent !! »

Sa voix fit frémir mon corps. Si j’étais un utilisateur timide, cette intimidation aurait arrêté les battements de mon cœur. Et coïncidant avec le rugissement, une rafale me frappa.

« Kyaaah ! »

La rafale avait rendu les cheveux d’Asagiri fous. La pression du vent était même douloureuse. Il n’avait pas utilisé de magie. C’était un esprit combatif féroce qui avait même causé un phénomène physique.

Je m’étais tenu devant Asagiri afin de la protéger.

Asagiri avait maintenant une défense presque nulle. Il serait fatal qu’elle soit submergée par ne serait-ce qu’un seul coup de l’ennemi. Ce ne serait pas un problème si c’était fait par un monstre normal. Mais si c’était une attaque de Satan…

Satan avait tendu sa main vers moi.

« “Hell Crimson” ! »

« — !! »

Des flammes avaient jailli de la paume de Satan. Non, ce n’était pas aussi simple que ça. À la place de flammes, c’était plus un faisceau rouge en vue de son effroyable chaleur et de sa vitesse. Cette brillance avançait vers moi très rapidement.

Pendant un instant, j’avais pensé à tenter de l’esquiver, mais je m’étais arrêté. C’était inutile, car je pourrais certainement l’éviter, mais Asagiri allait mourir dans ce cas.

« Kuh ! »

J’avais étendu ma cape, tourné le dos à Satan et j’avais couvert Asagiri.

Sous mon corps, Asagiri avait été surprise et avait ouvert en grand les yeux.

« Qu’est-ce que vous faites ? » s’écria Asagiri.

« Ne bouge pas ! » au moment où j’avais crié ça, un choc et une chaleur brûlante avaient frappé mon dos.

« Guwaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! » Ma bouche avait laissé sortir un cri de son propre chef.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Fais un effort sérieux, Hellshaft. Rassemble donc toutes tes forces. Si tu n’utilises pas ton âme comme une arme et si tu n’es pas prêt à mourir, tu ne pourras pas me blesser, pas même une fois ! »

Le rayon rouge continua à me brûler le dos. Même en le bloquant avec mon manteau de flammes, ce n’était pas bon du tout. Ça consommait impitoyablement mes points de vie. Le sol brûla sous l’effet de la chaleur extrême, créant une rafale. Le bruit des flammes enveloppait tout mon corps comme un rugissement de tonnerre. Mon dos était chaud comme s’il brûlait. En plus de cela, j’avais l’impression qu’une massue frappait mon dos sans cesse. Ma tête était dans le vague, mes jambes tremblaient.

« H-Hellshaft !? » Asagiri s’exprima comme si elle était confuse. L’anxiété se lisait sur son visage.

« Ne t’inquiète pas. Je ─, » commençai-je.

J’ai décidé de te protéger. Tu vas vivre et retourner dans le monde originel. Alors, moi,

« Je suis le Roi-Démon, Hellshaft, ce niveau de magie, n’est pas du tout un problème ! » répondis-je.

À ce moment, l’effet magique de Satan avait été coupé.

« Gu, un… »

J’étais tombé à genoux.

« Ah… Bon sang, Hell…, » Asagiri avait murmuré avec un regard troublé. Elle avait inconsciemment essayé de me tendre la main, mais elle avait changé d’avis et sa main s’était arrêtée à mi-chemin.

J’avais entendu la voix de Satan comme si elle résonnait dans mon oreille depuis le fond du sol.

« — … Le Roi-Démon est un titre que l’on ne reconnaît qu’à ceux qui sont qualifiés pour combattre Dieu. Même si tu vis des dizaines de milliers d’années ou que tu ressuscites des centaines de millions de fois, tu es dans une situation où tu ne peux pas du tout l’atteindre. Tu m’as déçu, Hellshaft. »

Je m’étais levé, les pieds tremblants. Mes genoux étaient sur le point de céder, mais j’essayais de surmonter ça.

« Tu étais un Roi-Démon il y a longtemps… maintenant, ce château, ce pays, Hellanders, tout appartient à moi, le Roi-Démon Hellshaft. Comprends maintenant que tu n’as déjà plus d’endroit qui t’appartient. »

« On dirait que c’est toi qui ne comprends pas. »

Satan leva les bras dans le ciel et ouvrit largement ses ailes à gauche et à droite. Une onde de choc noire s’échappa du corps de Satan. Elle se répandit comme une ondulation autour de Satan.

Qu’est-ce que c’était à l’instant ?

« Tu as dit que je n’avais pas d’endroit auquel j’appartiens, n’est-ce pas ? Le château, le pays, les soldats sont maintenant à toi. »

« … C’est vrai. Le cours du temps est cruel. Abandonne, Satan, » répondis-je.

Satan avait semblé légèrement sourire.

« Es-tu le Roi-Démon de l’illusion ou un clown, Hellshaft ? » me demanda Satan.

+++

Partie 3

Satan se pencha vers l’arrière, tendit le bras en avant et ordonna.

« Venez, mon armée d’Hellanders ! Rassemblez-vous devant votre roi ! »

C’était exactement l’attitude d’un roi. Une pensée disant « Pas possible » avait traversé mon esprit.

Satan me regarda d’en haut, plein de confiance et de suffisance.

Quoi ? Quelle est l’assurance de ce type ? La conviction plutôt que la confiance en soi. De plus, la construction de cet arc de caractère. Est-ce que ce type est vraiment un personnage qui est devenu un personnage rejeté dans les premiers stades de son développement ?

Non, pour commencer, pourquoi ce type a-t-il été ressuscité ? En termes de timing, cela me semble être l’effet du Santa-X. Mais pourquoi ?

Les questions tournèrent en rond dans ma tête. Mince, je suis confus et ma capacité de réflexion a baissé. Cependant, je pensais que si Santa-X était appliqué, le reste n’aurait pas d’importance. Je n’avais aucun plan pour la suite.

Alors que je me perdais dans le dédale de ces pensées, des bêtes démoniaques, des vampires, des elfes noirs et des soldats morts-vivants s’étaient rassemblés autour d’Infermia.

J’étais choqué.

Mes Hellanders sont…

« Quoi… le ? »

Ils s’alignèrent devant Satan et se tournèrent vers moi, comme pour protéger Satan.

« Qu… vous ! Qu’est-ce que vous faites ? C’est l’ennemi ! Attaquez Satan ! » ordonnai-je.

Mais les Hellanders n’avaient même pas fait le moindre mouvement. C’était vraiment comme un serviteur loyal qui attendait les ordres de son maître. Les elfes qui avaient survécu regardaient l’interaction entre Satan et moi, sans savoir ce qui se passait en ce moment.

« N’entendez-vous pas l’ordre d’Hellshaft ? »

Satan leva sa main vers l’avant.

« Je n’ai pas besoin de le faire moi-même. Tuez ce type, » ordonna-t-il.

Les Hellanders m’avaient attaqué en même temps. Un monstre démoniaque ressemblant à un tigre qui avait été le premier arrivé vers moi m’avait sauté dessus.

« Merde ! »

Inévitablement, j’avais coupé la bête démoniaque. Cependant, les Hellanders se rassemblaient les uns après les autres. Deux cents, trois cents, non, plus que ça. S’occuper de tout le monde allait prendre une éternité.

« Hellze —, » j’avais hésité à prononcer leurs noms. Les Hellzekters, mes subordonnés les plus fiables.

Pas possible, ces gars-là aussi ?

À ce moment-là, un froid avait glacé ma colonne vertébrale.

« Kyaaaaaaa ! »

Le cri d’Asagiri ramena ma conscience.

Un soldat d’os, un mort-vivant, était sur le point de toucher Asagiri. J’avais pris Asagiri dans mes bras et j’avais envoyé voler le mort-vivant. Mais d’autres morts-vivants s’accrochaient à mes pieds, s’accrochaient à mes bras et rampaient sur mon dos, essayant de bloquer mes mouvements.

« Aargh, vous êtes irritant ! »

J’avais étendu ma cape de flamme et m’étais libéré d’eux par la force pure. Les morts-vivants se brisèrent en fragments et roulèrent sur le sol.

Les morts-vivants ont-ils eu peur ? Ils gardèrent après ça une distance avec moi.

En me voyant défendre Asagiri, Satan semblait avoir froncé les sourcils.

« Espèce de salaud, tu la tiens dans tes bras depuis le début. »

Satan remarqua Asagiri dans mes bras. Le corps d’Asagiri était déjà sous tension, mais elle devint encore plus tendue.

« Cette humaine… tu es la femme qui s’est jetée sur moi quand j’ai été ressuscité. »

Je m’étais positionné en diagonale et j’avais caché Asagiri des yeux de Satan.

« … C’est juste une prisonnière de guerre. Ne fais pas attention à elle, » répliquai-je.

Satan afficha un sourire maléfique. « Non, un simple humain s’est élevé contre moi. Je dois la récompenser. »

Quand il étendit son bras droit, une obscurité noire comme de l’encre se forma dans sa paume. C’était une obscurité étrange et sinistre. J’avais senti une voix étrange résonner dans les ténèbres. Il s’agissait de cris de malédiction, de haine, de douleur et de lamentation des morts.

« Tu devrais recevoir avec joie ceci, l’alliance de ton mariage avec la mort, » déclara Satan.

L’obscurité noire dans la paume de la main semblait — c’était comme si elle avait disparu d’un coup. Une image rémanente était restée dans mes yeux. Cela avait laissé une traînée noire puis cela avait tracé un arc et avait sauté dans l’espace entre mes bras.

Pas possible !

« Asagiri ! »

« Qu’est-ce que… c’est ? »

Sur le beau doigt d’Asagiri, semblable à un poisson de glace, une bague noire était fixée à l’annulaire de la main gauche.

Qu’est-ce que c’est ?

« E... Enlève-le ! Enlève-le tout de suite ! » déclarai-je.

Asagiri avait tenu l’anneau entre les doigts de sa main droite et l’avait tiré de toutes ses forces.

« Ku… c’est inutile. Je ne peux pas l’enlever… ah ! » s’écria Asagiri.

Un motif rouge s’étendit de l’anneau sur la peau blanche d’Asagiri. La forme était belle, mais elle était en quelque sorte maléfique. Le motif rouge qui ressemblait à une peinture corporelle s’était arrêté sur le dos de sa main. Asagiri avait fixé sa main gauche avec des yeux effrayés.

« Quoi, quoi… c’est quoi ça ? » demanda-t-elle.

Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que tu as dit plus tôt ? Un mariage avec la mort ?

« Satan ! Cette bague, ne me dit pas…, » demandai-je.

« C’est une preuve de la mort et du mariage promis. La soi-disant alliance maudite, » répondit Satan.

Maudite, dis-tu ?

« L’alliance maudite va lentement absorber la vie de cette femme et dessiner un motif sur son corps. Et quand le motif se sera répandu sur tout son corps…, » continua Satan.

Mes dents arrière serrées avaient fait un bruit de grincement. Je sentais que je bouillonnais de colère.

« Si ça se propage… et si ça se propage dans tout son corps !? » demandai-je.

 

« Cette femme va mourir, » répondit Satan.

 

« — !! »

« C’est sa récompense. Tu peux aussi bien profiter pleinement de la mort rampante et de la peur, » continua Satan.

« Asagiri… »

Asagiri était abasourdie, fixant l’anneau noir présent sur son doigt. Cependant, elle releva immédiatement son visage et elle déclara avec résolution.

« Qu’est-ce que tu dis ? J’en ai fait l’expérience de nombreuses fois depuis que je suis arrivée dans ce monde. Si je meurs, je serai ressuscitée tout de suite et je te battrai ! »

Tu as tort. Tu as tort, Asagiri ! Tu ne dois pas mourir sous l’effet de cette bague !

« Ma flamme brûle même l’âme jusqu’au néant. Abandonne donc le désir que tu appelles vie après la mort, » Satan déclara ça sans ambages. « Maintenant, je vais faire face à une guerre contre Dieu ! Par conséquent, l’Armée du Roi-Démon recrute tous ceux qui vivent sur le continent de Balgaea ! Offrez votre corps et votre vie à la victoire ! Toutes les créatures seraient les pierres angulaires pour m’apporter la victoire ! Chaque être vivant doit trembler de joie à l’idée de devenir mon sacrifice ! »

Satan déplaça son bras droit en avant sans effort.

« Vous existez tous pour le bien de ma victoire ! »

Les Hellanders m’avaient attaqué à nouveau. Sans avoir le temps d’hésiter, j’avais tourné les talons et m’étais mis à courir. Je ne pouvais plus me soucier de cela. Il était impossible de combattre ce nombre d’individus tout en protégeant Asagiri. D’ailleurs —,

J’avais regardé par-dessus mon épaule.

Le combattre était encore plus impossible.

Ichinomiya et Shizukuishi, les survivants de la classe 2A, étaient à l’endroit où je courais. M’ont-ils remarqué ? Ils s’étaient levés et m’avaient fait face, me regardant avec surprise. Je leur avais crié dessus.

« Vous aussi, fuyez ! »

« Qu-Quoi ? »

Ichinomiya, qui tenait son épée à la hâte, avait laissé échapper une voix stupide. Shizukuishi était également confuse.

« S’enfuir… eeh !? »

J’avais couru à côté des deux individus qui devenaient de plus en plus confus.

« Si vous êtes tué par Satan, vous ne pourrez plus jamais revivre ! Si vous tenez à votre vie, fuyez immédiatement ! »

Même les elfes et les nains, qui continuaient à se battre dans le château, avaient commencé à s’échapper après avoir entendu mes paroles. Comme en ce moment ils étaient inférieurs en nombre, ils avaient peut-être décidé qu’il était impossible de se battre plus longtemps. Le nombre d’elfes et de nains qui battaient en retraite augmenta progressivement, s’écoulant vers la sortie du château comme le flux d’une rivière.

« Écartez-vous ! Vous êtes sur le chemin ! »

J’avais courbé ma cape afin qu’elle soit devant moi pour créer l’équivalent d’une attaque de bélier. Chaque fois, je faisais trembler le corps d’Asagiri dans mes bras.

« Kya ! »

« Mets-toi en boule autant que possible ! Tu ne dois pas recevoir de dommages ! »

J’avais couru dans le chaos avec les elfes et les nains qui s’enfuyaient, et les Hellanders qui me poursuivaient. Shizukuishi sauta hors du château par le trou dans le mur.

Dehors, la bataille entre les armées des elfes et des elfes noirs continuait. J’avais traversé ce combat confus. Certains elfes avaient été surpris de me voir, mais ils avaient été engloutis par le flux de l’évacuation.

Je m’étais éloigné du champ de bataille alors que je courrai dans la nature à toute vitesse.

Je n’avais pas de destination.

Je n’avais pas de plan.

J’avais perdu mon château et mon pays.

Il en était de même de mes subordonnés, les Hellanders

Et ces gars-là.

Même Adra, Grasha, Satanachia, Forneus.

Quand j’étais entré dans la forêt, j’avais perdu mon rythme. Même si je me retournais, il n’y avait pas d’ombre qui me suivait. Il n’y avait pas d’autre son que celui du vent qui secouait les arbres.

Mon rythme s’était progressivement ralenti et j’avais fini par m’arrêter.

La voix de Satan avait été ravivée dans mes oreilles.

La guerre avec Dieu. Toutes les créatures vivantes doivent donner leur corps et leur vie… c’est ça ? Que diable va-t-il faire ? Pas possible ! A-t-il l’intention de nous sacrifier ? Avant ça, est-ce que Dieu existe dans Exodia Exodus ?

C’est inutile. Je ne pouvais pas comprendre, même si j’y réfléchissais.

Mais pourquoi une telle chose a-t-elle fini par arriver ? Tout n’aurait-il pas dû être réglé dans la nuit du réveillon de Noël si le correctif Santa-X était appliqué ?

Pourquoi le personnage qui était censé être effacé avait-il été ressuscité ?

— Et cette fille que j’avais vue au moment où Santa-X avait été appliqué.

Qui diable est-elle ? Peut-être que les données ont simplement rencontré une erreur et que cela n’a pas pu se faire proprement.

Est-ce qu’Aikawa est en sécurité ? Aikawa est la seule personne sur laquelle je peux compter maintenant. Cependant,

Je ne peux plus retourner à Infermia.

« Hey. » Asagiri dans mes bras me regardait.

« Ah… »

Après l’application de Santa-X, j’avais beaucoup couru, mais à la fin, la seule chose que j’avais faite avait été de presque laisser Asagiri, que j’avais juré de protéger, se faire tuer.

Qu’est-ce que je fais ?

« Heeey. Réponds au moins. »

Asagiri avait froncé les sourcils comme si elle était irritée.

« Oh… qu’est-ce qu’il y a ? » demandai-je.

« Alors, que vas-tu faire de moi ? » me demanda-t-elle.

« … »

Que dois-je faire ?

Je ne pouvais pas penser à une méthode concrète.

Mais la seule chose que je pouvais être sûr, c’était…

Je vais te sauver, à tous les coups.

+++

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire