Ecstas Online – Tome 1

***

Prologue

Partie 1

« Hé, si... si c’est avec toi que je le fais, Doumeguri-kun... alors cela ne me dérange pas, d’accord ? » Asagiri Ririko, alors qu’elle rougissait et baissait la tête vers le sol, me demanda ça pendant qu’elle leva légèrement les yeux vers moi, en étant toute timide.

Elle était la double gagnante de la compétition de Miss Lycée de Minamimyoujin et également la fille numéro un dans mon classement personnel avec qui j’aimerais être son petit ami. J’étais actuellement seul avec Asagiri dans ma chambre,

L’expression adorable et mignonne d’Asagiri était uniquement dirigée vers moi, Doumeguri Kakeru.

Asagiri, semblant s’être résolue à aller de l’avant, avait légèrement fermé sa bouche. Puis, elle avait commencé à défaire le premier bouton du blazer de son uniforme.

« A-Asagiri ? » lui demandai-je.

Cependant, Asagiri continuait à clairement démontrer qu’elle était embarrassée alors qu’elle agissait avec courage pendant qu’elle enlevait son blazer. Après l’avoir soigneusement plié, elle le posa sur le dessus de ma commode. Après ça, elle s’attaqua à défaire le col de sa chemise. Une fois défaite, elle plaça ses deux mains en bas de sa chemise.

« ... »

Peut-être était parce qu’elle avait senti mon regard passionné posé sur elle, mais quand Asagiri avait fini par devenir rouge jusqu’à ses oreilles, elle s’était retournée et m’avait tourné le dos. Ses cheveux, qui se déplaçaient légèrement, captaient la lumière du soleil qui pénétrait par la fenêtre. Ils semblaient rayonner d’un brun clair. Ses cheveux n’avaient en aucun cas été teints. En tant que demoiselle d’une bonne famille, Asagiri ne ferait absolument jamais quelque chose comme teindre ses cheveux.

« N-Ne me regarde pas trop... d’accord ? » demanda-t-elle timidement.

Elle avait alors défait un par un les boutons de sa chemise. Puis, elle avait lentement retiré ses épaules de sa chemise. Une couleur de peau resplendissante était apparue venant d’en dessous. Les ficelles de son soutien-gorge parcouraient son corps. Il s’agissait d’une ligne d’un blanc pur qui traversait sa peau blanche alors qu’elle semblait être la ligne qui exprimait que le corps d’Asagiri était hors limite et que les autres personnes ne pouvaient s’approcher d’elle. Cependant, cela soutenait également des masses molles qui surgissaient de la face avant d’Asagiri. Quand j’avais pensé à cela, ma gorge s’était asséchée et j’avais été forcé de déglutir.

Les mains d’Asagiri ne savaient pas vraiment où s’arrêter. Après ça, elles s’étaient déplacées avant de défaire le crochet présent sur le côté de sa jupe. Et puis, après un petit moment d’hésitation, sa jupe d’uniforme était tombée par terre.

À ce moment-là, ce qui masquait ses fesses était apparu, il s’agissait de ses sous-vêtements d’un blanc pur. Mais sa culotte, plutôt que de protéger les fesses d’Asagiri, l’avait plutôt mis en évidence de façon obscène.

Alors qu’elle avait l’air embarrassée, Asagiri m’avait regardé par-dessus son épaule.

Et quand ses yeux avaient rencontré les miens, elle s’était mordu la lèvre inférieure comme si elle voulait me dire quelque chose. Après quoi, ses yeux se fermèrent, puis, comme si elle y plaçait toutes ses forces, elle avait pivoté vers moi en produisant un petit bruit mignon.

Ses cheveux naturellement bruns étaient tombés doucement de ses épaules et étaient allés se placer sur sa poitrine. Sa poitrine, qui était enserrée dans des sous-vêtements blancs et purs, dessinait des courbes captivantes. Son soutien-gorge présentait de jolies broderies florales et il faisait partie d’un ensemble assorti avec sa culotte. La culotte qui protégeait la majeure partie de sa zone inférieure couvrait peu de surface au point qu’elle semblait vraiment isolée, et les rides qui se formaient entre ses cuisses m’avaient pleinement fait imaginer la forme de ce qui se trouvait sous elle même si je ne le voulais pas le faire.

Comme c’est joli, oui, comme c’est joli et comme c’est indécent. La façon dont elle n’arrivait pas à se calmer alors que son regard se déplaçait partout était aussi très charmante. Merde, je pourrais continuer à la regarder comme ça pendant des heures sans jamais m’en lasser.

Alors qu’elle avait remarqué mon regard qui devait lui donner l’impression que j’essayais d’ouvrir un trou dans son corps, Asagiri avait mis ses deux mains ensemble et avait tordu son corps.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? Est-ce qu’un endroit sur mon corps... est bizarre ? » me demanda-t-elle.

Et puis, elle m’avait regardé avec les yeux tournés vers le haut afin de me regarder dans les yeux.

« Euh ! Ce-Ce n’est pas du tout le cas, » lui répondis-je.

Merde, j’ai tâtonné dans mes mots. Bon sang, pourquoi est-ce que je deviens nerveux à cause de quelque chose comme ça ? Bien que je puisse penser ça, il n’est pas exagéré de dire que d’être dans une telle relation avec Asagiri Ririko était le rêve de tous les élèves de sexe masculin. Et ce rêve, je le réalisais en ce moment même. L’extase et l’anxiété d’être l’élu étaient en moi.

« Alors, enlève ton soutien-gorge, » déclarai-je avec douceur.

Bon sang, même s’il n’y a personne d’autre, il s’agissait du terme numéro un sur l’échelle des choses embarrassante à dire à voix haute, son soutien-gorge.

Asagiri avait légèrement écarquillé ses yeux alors que je lui disais ça. Son visage était devenu encore plus rouge, puis elle s’était serrée dans ses bras comme pour protéger sa poitrine.

« E-Euh... Ne te méprends pas, d’accord ? »

Hein ? Quoi ? Est-ce que faire cela n’est pas une bonne chose ? Si elle dit qu’elle n’a pas l’intention de faire l’amour avec moi après être venue si loin, alors mon âme va vraiment être détruite après ça, pensai-je.

« C’est la première fois que je me déshabille devant un garçon. C’est embarrassant, mais... comme je le fais devant la personne que j’aime, alors cela me convient, » déclara-t-elle.

« Oh..., » murmurai-je.

Merde, ces paroles se sont enfoncées profondément dans mon cœur, pensai-je.

Asagiri avait alors placé ses bras dans son dos, puis elle avait attrapé avec ses mains le crochet de son soutien-gorge. Avec un léger son, les bretelles de son soutien-gorge s’étaient mises à se desserrer. Afin de ne pas laisser tomber son soutien-gorge, Asagiri l’avait immédiatement attrapé avec ses mains.

« Doumeguri-kun..., » en croisant ses bras devant sa poitrine, Asagiri avait soutenu son soutien-gorge alors qu’elle m’avait parlé.

« Asagiri... puis-je les voir ? » lui demandai-je doucement.

Alors que ses joues rougissaient, tout en étant très timide, Asagiri abaissa lentement ses mains.

Ses seins blancs et mous donnaient l’impression d’avoir été levée vers le haut. En voyant leurs mouvements de balancier vers le haut et vers le bas, cela m’avait donné envie de crier « les lois de la physique sont vraiment merveilleuses ». Et puis, même les protubérances en leur centre avaient été exposées juste devant moi sans être cachées par le moindre obstacle.

J’avais observé tout cela alors que j’avais été forcé de déglutir. Je n’aurais jamais pensé qu’un corps si sexy puisse se cacher sous l’uniforme que j’avais pris l’habitude de voir... afin de pouvoir toucher cette poitrine, j’avais dû tendre avec résolution mes mains vers ses monticules. Au moment où j’avais touché sa douce poitrine, mes doigts avaient été enveloppés par une grande pression.

« Nn ♡ ! » Asagiri avait immédiatement gémi.

De plus, elle avait tordu son corps d’une manière qui indiquait qu’elle se sentait bien. Sa poitrine qui avait été repoussée par mes doigts avait tremblé à gauche et à droite. Afin de me presser encore plus à sa poitrine, j’avais écarté les doigts de mes deux mains.

« HAaAHN ! »

En écartant les doigts, j’avais saisi avec plus de vigueur sa poitrine. La sensation de bonheur s’était étendue à l’ensemble de mes paumes et de tous mes doigts. Et puis, j’avais commencé à les masser. La force présente en raison de cette résistance dans mes doigts était une sensation exquise.

« Asagiri..., » murmurai-je.

« Do-Doumeguri-kun... Moi, mon cœur bat la chamade. J’ai l’impression que je vais devenir folle si tu continues ainsi..., » murmura-t-elle en me regardant.

Les joues rouges et les yeux mouillés d’Asagiri étaient vraiment érotiques. Il s’agissait d’une expression si sexy que je n’aurais même jamais pu imaginer voir venant d’Asagiri que j’avais souvent vu dans la salle de classe alors qu’elle semblait également tellement emplie de joie.

Pendant que je caressais la poitrine d’Asagiri avec mes deux mains, j’avais rapproché mon visage du sien.

« Nn ! Haa... nn... kuh... »

Je n’avais jamais vu le visage d’Asagiri de si près. Il s’agissait d’une distance où son souffle rentrait au contact de mon cou. Même ses amies n’auraient jamais dû la voir de si près.

« Est-ce que cela te fait du bien ? » lui demandai-je.

En entendant ma question, Asagiri hocha la tête à plusieurs reprises.

« Alors, quelle partie... se sent-elle bien ? » lui demandai-je encore.

Après qu’Asagiri ait baissé ses yeux en ayant l’air encore plus embarrassée, elle s’était tournée sur le côté.

« ... veux-tu dire que... ? » commençai-je.

Uooh, si mignonne ! pensai-je.

« Si-Si tu ne le dis pas, je-je ne le s-saurai pas, » déclarai-je difficilement.

Au contraire, pourquoi diable suis-je en train de bégayer sur chaque petite chose ? Est-ce parce que je suis nerveux ? Mais dans un tel cas, j’avais besoin de parler d’une manière plus cool et plus intelligente ou alors je serais considéré comme quelque chose de dégoûtant. Allez, toi ! Fais de ton mieux !

« Ma poitrine, et... la zone sous mon estomac..., » murmura-t-elle.

« Sous l’estomac !? » Merde, j’avais inconsciemment crié cela !

*Gokuri*. J’avais dégluti bruyamment, et après m’être calmé, j’avais rassemblé tout mon courage. J’avais alors fait glisser ma main tremblante de la poitrine d’Asagiri jusqu’à son estomac.

« Alors... me voilà, » lui murmurai-je.

« Ah... Ahh, »

Alors que mes mains parcouraient lentement le chemin vers son nombril, avant de descendre en dessous, jusqu’à arriver finalement dans la zone proche du jardin secret de la jeune fille qui était encore actuellement caché dans un tissu blanc.

Mes doigts avaient glissé dans l’espace entre le bas de son corps et ses sous-vêtements blancs.

Quel genre de sensation et de réaction aura-t-elle si je fais ça ? Me demandai-je.

Il s’agissait d’une sensation inconnue qu’Asagiri devait ressentir en ce moment. Quant à savoir la raison pourquoi pensais-je ça... ? Eh bien, c’était sûrement parce que personne ne l’avait jamais touchée là jusqu’à maintenant. Mais en ce moment, cette interdiction venait d’être brisée par ma main.

Et face à cette Asagiri que tous les élèves de sexe masculin tout au long de l’année scolaire voulaient, j’avais ─,

Rempli de nervosité et d’anticipation, j’avais placé avec résolution ma main à l’intérieur de ses sous-vêtements.

À cet instant, le bout de mes doigts était entré en collision avec un mur solide qui ressemblait à un obstacle en pierre.

Puis, produisant un son *gukiri*, une douleur aiguë avait traversé les articulations de mes doigts.

« !?×▲○×※★〒●×●×▽ !! »

« GUGYAAAAAEEEEEEEEEEE!! » criai-je.

Je m’étais alors presque évanoui alors qu’une agonie causée par une douleur perçante s’était propagée de ma main jusqu’à ma tête.

« Gah ! ... Gguh... u... kuuu ! »

Un doigt coincé ! J’ai coincé mon doigt ! pensai-je alors.

J’avais crié cela dans mon esprit, mais mon corps avait tout simplement obligé à serrer des dents face à cette incroyable douleur, et j’en étais même arrivé à arrêter de respirer.

« Kuh... ! »

Tout en endurant la douleur, j’avais fait en sorte que mon doigt prenne la forme d’un L alors que je me tordais le poignet. Après avoir fait cela, un écran de menu s’était ouvert juste devant mes yeux. Après m’être concentrée pour choisir le bouton de déconnexion, ma vue s’était assombrie et le logo de « HELLZ DOMAIN » était apparut.

En retirant le Visiocasque (ou AMT pour Affichage Monté sur la Tête) d’une seule main, j’avais lancé les contrôleurs RV de type gant. Et puis, alors que j’avais les larmes aux yeux, j’avais regardé l’écran du PC auquel les contrôleurs étaient connectés. Une fenêtre d’erreur rouge clignotait en ce moment. Il semblerait que la fonction de rétroaction tactile des contrôleurs RV avait mal fonctionné, et que le réglage numérique avait fait grandement osciller leur valeur MAX. En ayant ce genre de dérèglement, ce n’était pas différent que de faire face à un mur d’acier et d’y enfoncer mes doigts avec force.

« Bon sang... Même si j’arrivais au meilleur moment..., » déclarai-je.

À ce moment-là, j’avais entendu la sonnerie de mon téléphone cellulaire.

Ah... Bon sang, qu’est-ce qu’ils veulent en cette heure si critique ? Dès que j’avais vu le nom de l’appelant qui était affiché sur l’écran LCD, mon sang s’était figé dans mes veines. J’avais involontairement oublié la douleur dans mes doigts et j’avais saisi mon téléphone cellulaire.

« Al ─, »

Interrompant mes paroles, une voix forte qui pouvait déchirer mes tympans s’était fait entendre à ce moment-là.

« Hé ! Les données du Seigneur-Démon Hellshaft n’ont pas été transférées ! Qu’est-ce que tu fous là ? » cria une personne au téléphone.

Merde ! Même s’il s’agissait des données sur lesquelles je m’étais donné la peine de travailler jusqu’au matin afin de les créer, je ne les avais pas envoyées... !

***

Partie 2

Celle au téléphone était Aikawa Shuuko. Une esclave de l’entreprise, non, une employée de l’entreprise de jeux vidéo dans laquelle je travaillais à temps partiel, le « HELLZ DOMAIN ». Et ce qu’elle voulait dire par Seigneur-Démon Hellshaft, c’était un personnage qui apparaît dans le jeu en cours de développement qui recevait actuellement de grands éloges, « Exodia Exodus ».

« Aikawa-san, je suis tellement désolé ! Les données sont déjà terminées, donc je vous les envoie tout de suite ! » déclarai-je.

« Franchement, c’est incroyable de ne pas mettre le client en premier et ne pas livrer la marchandise ! N’ayant pas ces données, j’ai perdu ce matin cinq bonnes minutes de mon temps de travail si précieux, n’est-ce pas horrible !? Je prendrai le coût de ces minutes de votre salaire à temps partiel ! » déclara-t-elle.

« Attendez un peu, s’il vous plaît ! De mon côté, ce sont des données sur lesquelles j’ai travaillé toute la nuit. Les données vocales ainsi que les données pour chaque mouvement du Seigneur-Démon Hellshaft regroupent plus de 150 sections. Vous rendez-vous bien compte de la masse de données ? En recevant cette commande qu’hier soir tard, j’ai due passé un moment terrible jusqu’à ce matin pour pouvoir les finir il y a quelques instants ! Vous rendez-vous compte de ça ? » déclarai-je.

« Haaa ? Avec un statut social où vous recevez de l’argent, de quoi vous plaignez-vous ? Pour un solitaire souffrant du syndrome “chuunibyou” [1] aggravé comme vous, il n’y a aucune chance pour vous de contribuer à la société, sauf pour des emplois comme celui-ci, » répliqua-t-elle froidement.

Je ne peux pas être totalement d’accord avec elle. Je vais plus ou moins au lycée et je ne nierai pas que je suis un solitaire et que j’ai un état d’esprit proche du chuunibyou, pensai-je.

« Euh... Aikawa-san ? Même si vous parlez d’argent, la commande d’hier n’était qu’une correction, n’est-ce pas ? Puisqu’il s’agissait d’un contrat où j’ai reçu le paiement complet que pour le travail à la pièce, quelque chose comme les corrections pour mise à jour est identique au fait de travailler gratuitement ! » déclarai-je.

« C’est parce que le précédent travail était de mauvaise qualité qu’il a fallu le corriger ! Le nombre de contrôles qui doivent être effectués avec succès a augmenté, donc c’est une nuisance aussi pour nous ici ! » déclara-t-elle.

Non, peu importe ce que vous en pensez, la commande d’hier n’était pas une correction, mais un changement dans les spécifications. Le contenu de la commande avait clairement changé. Je suis sûr que le directeur a changé d’orientation en fonction de ses envies. J’avais abandonné et j’avais poussé un grand soupir forcé.

« Haa... Dans un instant, je vous enverrai les données. Vous les aurez dans cinq minutes, » déclarai-je.

« Dans les trois minutes ! » avec cette voix en colère, elle déclara ça puis elle raccrocha le téléphone.

Aikawa-san était encore jeune, étant au début de la moitié de la vingtaine. Pour être franc, elle était belle et vraiment mignonne. Elle avait les cheveux longs de couleur brun clair. Son apparence lorsqu’elle portait un costume élégant et soigné donnait certainement le sentiment qu’elle était une femme de carrière capable. Quand je l’avais rencontrée pour la première fois, avec son visage et sa silhouette, j’avais pensé qu’elle devait être très troublée d’être courtisée par tous les hommes de l’entreprise. Mais ce n’était pas une humaine. Il était une démone (Oni) sous forme humaine. Les corrections des travaux et les changements de spécification qui m’avaient fait perdre connaissance étaient des instructions que j’avais reçues de cette personne.

Mais quand même, Aikawa-san était obligée d’aller travailler si tôt le matin. Elle avait peut-être ses propres problèmes dans l’entreprise... mais vous savez, il n’y avait pas de loi qui disait que c’était une très bonne chose de décharger toute son amertume sur mon dos.

Après avoir saisi la souris sur mon PC, j’avais envoyé les données qui m’avaient pris toute la nuit à faire sur leur serveur FTP. Quand j’avais finalement regardé l’horloge sur le bureau, il était déjà temps pour moi d’aller à l’école.

Sans un instant de retard, j’avais saisi mon sac d’école et j’avais quitté ma chambre. Quand j’avais crié « Je m’en vais ! » dans le salon, la réponse peu enthousiaste de ma mère m’avait été retournée. Il semblerait que mon père était déjà parti travailler. Quel que soit le monde, les employés de bureau avaient la vie dure. De mon côté, je voulais vivre aussi confortablement que possible. En poussant les choses inutiles sur d’autres personnes, en agissant avec habileté et en obtenant les meilleurs résultats avec la plus petite quantité d’efforts, je pourrais vivre confortablement.

Si je considère le temps d’étude comme faisant partie de tout ça, ainsi que l’emploi à temps partiel, alors je pourrais même endurer une fréquentation quotidienne qui n’aurait servi à rien d’autre qu’à obtenir la preuve que j’avais terminé le lycée.

Après être sorti de l’appartement qu’occupait ma famille, et même après avoir pris l’air frais du matin, je ne pouvais pas m’arrêter de bâiller. Tout en pressant sur mes yeux emplis de sommeil, j’avais marché jusqu’à la gare la plus proche.

Je n’aurais jamais dû faire quelque chose comme une mise à jour des données du modèle d’Asagiri dans la Réalité Virtuelle après être sous l’effet de ma bonne humeur d’avoir terminé le travail après une nuit blanche. J’avais pensé après coup qu’il aurait été préférable d’avoir une heure de sommeil, et maintenant, je le regrettais amèrement. C’était une simple erreur de jeunesse que j’avais faite cette nuit.

Pourtant, mon Asagiri personnelle était assez bien réalisée. Elle n’était pas inférieure à la personne réelle. Et après tout, j’avais fait tout cela parce que je ne pouvais pas faire ce genre de choses avec la vraie personne. Et je pensais même que sur bien des côtés, mon Asagiri pourrait être meilleure que la véritable fille.

Bien sûr, si je pouvais parler en étant en bons termes avec la vraie et traîner comme je le voulais avec elle, je n’aurais pas besoin d’un personnage d’Asagiri dans cette Réalité Virtuelle. Mais pour que l’idole de l’école soit avec moi qui étais tout en bas de l’échelle scolaire..., ce genre de chose n’arriverait jamais. C’était quelque chose qui serait vraiment digne pour être incorporé dans de la science-fiction pure et simple.

Mais, ce n’était pas inutile pour moi d’avoir mis en place les données d’Asagiri. Le fait de réaliser des travaux graphiques de conception de modèle 3D dans le futur n’avait pas l’air d’être une mauvaise idée.

... Cela dit, le corps des données d’Asagiri avait été choisi parmi plusieurs modèles de base d’Exodia Exodus, et je l’avais utilisé comme base. La seule chose qui avait été remplacée avait été le visage. Mais même cette partie avait été faite par moi en utilisant une image de son visage et en la changeant raisonnablement avec un logiciel approprié.

Mais il n’y avait aucune raison de se sentir coupable d’avoir fait ça. C’était une technique traditionnelle transmise depuis l’antiquité appelée « Photoshop ». On pourrait même dire qu’il s’agissait d’un art traditionnel en vue du nombre de personnes qui l’avait utilisé pour un oui ou un non. J’avais simplement hérité de cette tradition et j’avais juste besoin de la transmettre à la prochaine génération.

Et si l’on y pense, je n’avais jamais vu le corps dénudé d’Asagiri et il n’y avait aucun moyen pour moi d’obtenir ses mesures. Donc il était clairement impossible de tout faire à partir de zéro en ayant un résultat potable.

Alors que je pensais à ce genre de choses, j’étais monté dans le train puis j’étais arrivé à mon alma mater [2], le lycée public de Minamimyoujin. Alors que j’étais arrivé dans la classe de deuxième année 2-A, j’avais eu l’illusion d’avoir erré dans une partie de la Réalité Virtuelle.

« Ah, bon matin. Doumeguri-kun. »

Quant à savoir pourquoi je ressentais ça, c’était parce qu’Asagiri était là. De façon inattendue, j’avais immédiatement rencontré Asagiri qui était déjà là, après que j’eus ouvert la porte. Contrairement à moi, qui m’étais figé, Asagiri avait immédiatement souri et m’avait envoyé un salut.

« Oh-oh... »

La vraie Asagiri..., c’était certainement la vraie qui se trouvait devant moi. Elle était différente de celle que j’avais réalisée et modifiée avec Photoshop puis rendue irréel. Son existence réelle semblait lumineuse. De plus, elle avait même salué quelqu’un comme moi. Étant au sommet d’échelle scolaire, elle était l’Asagiri-san qui vivait dans le monde céleste alors que j’étais dans les profondeurs.

Asagiri était une demoiselle d’une bonne famille. Cependant, elle était amicale, et elle n’agissait pas de manière hautaine. De plus, si personne ne me l’avait dit, on n’aurait même pas pu dire qu’elle était une fille d’une famille riche. Cependant, avec son apparence et son comportement, on pouvait ressentir qu’il y avait une sorte de différence de statut. Il serait probablement normal qu’elle aille dans une école privée pour filles, mais pour une raison inconnue, elle allait dans une école publique mixte.

Ha, oh non. Je viens d’effectuer une réponse vague ! Un bonjour, j’ai besoin de faire un salut correct. Par chance, je pourrais avoir une conversation avec Asagiri ! pensai-je.

« E-Euh... Hmm..., » essayais-je.

« Ah, Akira-kun. Bon matin..., » en regardant derrière moi, Asagiri avait fait un salut.

« Salut, Ririko. »

Après m’être retourné, j’avais vu qu’il y avait le joli visage d’un garçon dans un endroit ou je devais légèrement lever la tête pour le voir.

C’était un homme chez qui je pouvais sentir la différence de statut entre nous. Ichinomiya Akira avait fait son apparition dans la classe.

Je n’en suis pas sûr, mais il semblerait que la famille de ce type soit aussi riche. Avec des cheveux bruns clairs, il avait un joli visage de garçon qui lui donnait l’air d’être une célébrité. Il était grand, mesurant près de 180 cm. Depuis qu’il était dans le club de basket-ball, j’entendais souvent de sa part qu’il regrettait d’être petit, mais j’étais près de 10 cm plus petits que lui.

Ce n’était pas comme s’il était nul en ce qui concerne le sport. Je devrais plutôt dire qu’il était même bon aux jeux. En plus, il semblerait qu’il avait participé à un tournoi mondial d’eSports de F1 Racing.

Cet Ichinomiya souriait en ce moment avec un air un peu troublé.

« Ah... désolé. »

Je vois. Comme je m’étais arrêté à l’entrée, il ne pouvait pas entrer dans la salle de classe. Étant au bas de la hiérarchie de classe, j’étais vraiment désolé d’entraver le chemin du roi.

Après que j’eus quitté cet endroit comme si je m’enfuyais, j’avais entendu les voix d’Asagiri et d’Ichinomiya qui s’amusaient derrière moi. Alors que je décidais d’ignorer ces voix, je m’étais dirigé vers mon siège.

En chemin, mes yeux s’étaient arrêtés sur la fille qui était assise à côté de moi.

Cette fille avait un livre ouvert posé sur son bureau, et son regard était fixé sur les pages de cet ouvrage. Ses longs cheveux noirs étaient magnifiques, et elle avait un visage bien taillé qui semblait avoir été fabriqué artificiellement. Si Asagiri était le soleil, alors cette fille était la lune.

Shizukuishi Non.

Il y avait un autre humain que moi en deuxième année de classe A qui ne s’était pas fait d’amis et ne s’était pas rapproché des autres. Mais même si nous faisions la même chose, je ne pouvais pas accepter que, bien que je sois vu comme un solitaire à ignorer, Shizukuishi fût considérée comme une existence mystérieuse et distante.

Sentant mon regard, Shizukuishi avait levé la tête.

Au moment où elle l’avait fait, il y avait un pli gravé sur le front de Shizukuishi, et elle m’avait regardé avec une expression qui ressemblait à de la colère.

J’avais alors versé une sueur froide dans mon esprit, mais en faisant semblant de ne pas l’avoir remarqué, j’étais passé devant Shizukuishi puis je m’étais assis à mon propre siège.

Shizukuishi avait toujours un pli sur son joli visage et faisait une expression sévère alors qu’elle fit retourner son regard sur son livre.

Pourrait-elle toujours penser à des problèmes compliqués ? Des choses comme les vérités de ce monde, comme les systèmes du monde caché, ou encore des romans dont les suites n’étaient pas encore sorties.

 

À ce moment, un homme bruyant s’était précipité dans la salle de classe.

« Oh Oh Oh, tout le monde... ! Qu’est-ce que... vous faites en agissant avec tant de désinvolture !? Ce n’est pas le moment pour ce genre de choses, vous savez... ? »

« C’est quoi ce bordel, Ougiya ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Le roi Ichinomiya avait dit cela pour calmer celui qui criait, Ougiya Takuya.

« Évidemment, il s’agit de la visite éducative. L’as-tu oublié, Akira-kun ? » demanda Ougiya.

Ichinomiya, comme pour dire « Bon sang ! », avait fait un sourire ironique.

« Je ne l’ai pas oublié. N’est-ce pas dans la salle audiovisuelle ? Devons-nous déjà quitter la salle de classe ? » lui demanda Ichinomiya.

« Tout à fait ! Sensei est venu nous appeler, » répondit Takuya.

Dans ce cas, tu aurais pu le dire plus tôt, j’étais sûr que tout le monde dans la classe le pensait.

Alors que nous nous étions séparées en petits groupes, tous les étudiants de la classe avaient quitté la salle de classe en masse. La mise à l’essai d’un système d’enseignement en utilisant une Réalité Virtuelle de nouvelle génération, qui avait été annoncée il y a plus d’un mois, allait commencer aujourd’hui. Il s’agirait d’abord d’une visite éducative, où nous ferions le tour du monde en une heure pour observer les cultures du monde entier.

En parlant du système RV de la prochaine génération, il semblerait que le jeu que j’avais réalisé dans mon emploi à temps partiel, « Exodia Exodus », utilisait aussi le système RV de la prochaine génération. Pour la fabrication des données par un larbin comme moi, on ne nous donnait que l’équipement normal, mais la version commerciale semblait être quelque chose de vraiment incroyable. Selon Aikawa-san, on ne pouvait pas du tout faire la différence entre la réalité et le monde virtuel avec ceux-là.

Tout en pensant à ce genre de choses, j’avais suivi en regardant les dos d’Asagiri et d’Ichinomiya qui marchaient côte à côte.

« Hé, Akira-kun, dans quel pays comptes-tu aller ? » lui demanda Asagiri.

« Hmm ? Je pense que j’aimerais voir le Colisée de Rome. Et toi, Ririko ? » lui demanda Ichinomiya.

« Je pensais que le Mont-Saint-Michel en France serait bien, mais je me demande ce que je devrais faire..., » répondit Asagiri.

« Alors, veux-tu qu’on se balade ensemble ? » lui demanda Ichinomiya.

Asagiri hocha la tête avec un visage ravi. Ce visage souriant me faisait mal à la poitrine. Quand j’avais détourné mon regard, la personne nommée Ougiya qui était survoltée sans raison apparente était entrée dans mon champ de vision.

« Homme... Je suis super... excité... N’est-ce pas comme un voyage à l’étranger ? » demanda Ougiya à une personne à côté de lui.

« Ouais. J’ai hâte d’y être. Mais comme c’est la première fois que ce système de RV est utilisé, c’est une sorte de test grandeur nature, » un étudiant du nom d’Arisugawa avait répondu Ougiya. Ce type avait étrangement des traits féminins. Il semblerait qu’on l’ait pris pour une fille en ville et qu’il avait été dragué après ça.

« Puisqu’il s’agit du premier test, c’est vraiment une première fois. »

À côté d’Arisugawa, il y avait un type beaucoup trop normal, Yamada Yoshimune. Il était surnommé « Shogun classique ». Il allait toujours à fond dans les sujets dont il parlait, mais sa taille et son poids étaient normaux. Même ses notes étaient toujours à la moyenne. C’était un pro de la banalité.

Même ce type ordinaire marchait tout en parlant joyeusement avec nos camarades de classe. J’étais le seul à marcher isolé et en silence. Même Shizukuishi marchait avec d’autres étudiants. Mais encore une fois, quand on lui parlait, et elle traitait la discussion comme si elle trouvait ça ennuyeux.

Cependant, personne ne m’avait parlé. Mais en ce qui concerne ce fait, je ne me sentais pas seul, et je n’avais pas de sentiment d’infériorité. Au contraire, je me sentais même bien quant à tout cela.

Et ce n’était pas comme si je disais ça avec un sens négatif. Je détestais communiquer avec les autres. On pourrait même dire que je l’évitais de toutes mes forces.

Ce qu’on appelle la communication était extraordinairement coûteux de mon point de vue. Que cela soit financièrement, mentalement et physiquement. Quand je communiquais avec quelqu’un, ce n’était pas pour mon propre bien, mais pour le bien de l’autre personne. Le temps était selon moi précieux. Par exemple, le temps pourrait être remplacé par de l’argent. Et avec ce temps, il était possible de travailler à temps partiel, d’étudier dans le but de s’investir dans l’avenir, et même d’accroître ses connaissances, alors c’était bien de l’utiliser pour ça. Le fait que ces occasions seraient perdues en communiquant signifiait qu’il s’agissait d’une perte extraordinairement importante en termes de coûts par rapport aux bénéfices.

Quand on parlait de la chose que j’avais obtenue en oubliant ce coût, ce serait seulement l’autosatisfaction que je ne sois pas un humain solitaire ni un humain ennuyeux.

C’est pourquoi je n’avais pas pris de dispositions particulières pour une place d’arrivée après m’être connecté comme avaient fait toutes les autres personnes. Au contraire, j’avais prévu de rendre le lieu d’arrivée aléatoire. Je ne saurais pas non plus où j’irais. J’attendais avec impatience de découvrir l’endroit où je me rendrais.

Et ainsi, même les solitaires avaient des moyens de s’amuser.

Et puis, j’étais arrivé à destination et j’avais franchi la porte de la salle audiovisuelle.

Il s’agissait là de la porte d’un nouveau monde, où une autre vie allait désormais commencer.

Notes

  • 1 : Chuunibyou : Trouble mental où l’adolescent pense posséder des super-pouvoirs tout en vivant dans un monde fantastique où ils ont un rôle important à jouer.

  • 2 : Alma mater : Alma mater est une expression d’origine latine, traduisible par « mère nourricière ». En Belgique, en Suisse et au Canada, il désigne l’université où une personne a fait ses études. Pour les pays anglophones, cela couvre aussi le lycée et collège et non pas uniquement l’université.

***

Chapitre 1 : Connexion

Partie 1

Dans les profondeurs de mon sommeil, j’avais entendu un son électronique qui resonna agréablement à mes oreilles.

... Attends, hein ? Quand est-ce que je me suis endormi ?

Ma conscience devint de plus en plus claire, mais tout ce qui se trouvait devant mes yeux restait sombre. Même si j’avais l’intention d’ouvrir les yeux, que s’était-il passé ? Les données sur des cultures mondiales n’ont-elles pas encore été déployées correctement ?

À l’instant d’après, l’obscurité s’était transformée en un tunnel qui brillait dans une couleur bleue. Cette lumière traçait des motifs complexes devant moi, et j’avais l’impression d’avancer à l’intérieur des cellules nerveuses ou d’un circuit intégré. Alors que j’étais captivé par la belle lumière qui dansait frénétiquement et bruyamment devant mes yeux, j’avais été capable de voir une lumière plus vive, voire éblouissante, qui se trouvait tout au bout du tunnel. Ahh, donc je me réveillerai si je saute dedans, c’était ce que je pensais pour une raison inconnue lorsque je remarquais la fin.

Mais qu’est-ce que c’est que tout ça ? Est-ce un processus de connexion étrangement dramatique ? Est-ce qu’ils ont mis en place quelque chose comme une scène issue d’un film de science-fiction ? Se pourrait-il que lorsque je me réveillerai, je sois à bord d’un vaisseau spatial qui est passé dans l’hyper espace ou alors est-ce que j’aurais été enfermé à l’intérieur de l’esprit de quelqu’un, ou bien est-ce que cela sera dans un retour dans le passé ? Ou encore, un voyage vers un autre monde ?

Je suis certain que dans l’autre monde vers lequel je voyage, j’aurai à un moment donné, des occasions de faire des choses perverses avec une belle fille une fois toutes les trois pages. Je serais également faussement accusé par une fille aux cheveux blonds ou roses, mais elle sera en mode « dere » après trois minutes. Je voudrais vraiment demander pour obtenir ce genre de développement facile. En pensant à ce genre de choses stupides, cette fois, j’avais vraiment ouvert les yeux.

─ Devant mes yeux, l’étincelle d’une épée se heurtant avec une autre épée s’était dispersée.

« Hein ? » m’exclamai-je.

Un épéiste portant un casque et une armure faisait face à un orc répugnant qui ressemblait à un mélange d’un humain et d’un cochon. Ils se tailladaient l’un et l’autre avec des épées à la main.

... Quoi !?

L’épée de l’orc s’enfonça en plein dans la tête de l’épéiste, et le corps de l’épéiste tomba alors au sol comme une marionnette dont les cordes avaient été coupées. L’armure d’argent du guerrier avait été maculée de sang et de boue alors que lui-même s’était effondré. Sûr de sa victoire, l’orc leva haut son épée alors qu’il émettait un son étrange en provenance de sa gueule grotesque. Ses lèvres écartées se tordaient encore plus alors qu’il semblait bavé. Il aurait pu avoir l’intention de faire un sourire, mais c’était excessivement inquiétant et effrayant de mon point de vue.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que c’est ? Quelle est cette culture dans le monde ? me demandai-je.

À l’instant d’après, une flèche tirée en cloche perça l’orc, et le sourire sinistre de la créature disparut. Après s’être effondré au sol avec un flop, il avait convulsé à plusieurs reprises, et peu de temps après ça, il s’était arrêté de bouger.

Un gigantesque troll qui avait une hauteur de plus de cinq mètres avait passé au travers les flèches qui retombant comme la pluie, alors qu’il faisait trembler la terre à chaque pas. Il n’avait pas de poils sur son corps, et avec une silhouette massive et solide, ses bras étaient bizarrement trop longs. Ignorant les flèches qui avaient percé son corps, il avait balancé l’énorme massue qu’il tenait dans ses mains. Un humain avait été soufflé dans les airs à la suite de cette attaque. Le soldat qui portait une armure lourde avait voltigé d’une manière comique dans les airs avant de s’écraser sur le sol à quelques mètres de là.

J’avais été stupéfait du spectacle qui possédait si peu de sens d’être dans la réalité.

Cet endroit était véritablement un champ de bataille.

Le nombre de soldats humains qui parcourait la zone des collines en pente douce se situant à côté de moi était d’environ plusieurs milliers de personnes. Le nombre de monstres qui marchaient de l’autre côté dépassait ce nombre.

Ni la belle nature ni le précieux patrimoine culturel n’avaient pu être trouvés dans un tel lieu. Il y avait des flammes vives et un tourbillon de rugissements furieux tout autour de moi. Il n’y avait que du sang qui volait, et des cadavres maculés de boue qui se répandaient ici et là.

Les humains portaient des casques et des armures, et se battaient contre les monstres avec un bouclier dans une main et une épée dans l’autre. À l’arrière, il y avait des troupes avec des arcs prêts qui étaient alignées alors que des flèches étaient tirées simultanément selon une certaine cadence. En plus d’eux, il y en avait qui avaient des lances prêtes à charger leur adversaire, d’autres qui frappaient autour d’eux avec des haches, et il y en avait même qui ressemblaient à des magiciens qui portaient des robes et qui balançaient des jets de lumière du bout de leurs mains.

Du côté des monstres, les créatures avec des formes vraiment variées avaient été mélangées comme un mélange infernal. Des orcs qui portaient des casques et des armures rudimentaires étaient présents en grand nombre. À côté d’eux, il y avait des animaux carnivores et féroces ainsi que des reptiles gigantesques qui avaient un air de famille avec les dragons. Dans le ciel, des utilisateurs de magie montés sur des dragons ailés volaient ici et là.

Les cris de guerre ainsi que les cris des humains et des monstres se faisaient entendre en ces lieux. Les échos des lames et le son des flèches projetées dans les airs se faisaient également entendre à mes oreilles. Cet intense bruit ne permettait nullement à ma conscience d’être calme dans un tel lieu.

Sur une grande colline, des palissades en bois et les ruines d’une forteresse présentaient des incendies ici et là. Les flammes épaisses et la fumée portaient l’arôme de la chair brûlée à mes narines.

Attends un peu ! Qu’est-ce que c’est que ce bordel !? C’est une guerre totale là ! Franchement, c’est beaucoup trop réel que cela me fait peur ! Je suis sûr que quelque chose comme ça fera pleurer les enfants qui verront ça ! J’ai même plutôt l’impression que je vais commencer à pleurer si cela continue ! pensai-je.

J’avais parfaitement compris que ce n’était pas la réalité qui se trouvait là, mais quelque chose envoyé dans ma tête par le système virtuel, et je m’étais persuadé avec force de cette vérité. Cependant, la scène se reflétait dans mes yeux, les sons que j’entendais arrivaient dans mes oreilles, les vibrations et le vent que je ressentais sur mon corps, et même les odeurs, tout cela m’avait indiqué sans faute qu’il s’agissait de la réalité.

Il n’y a aucune chance que ce genre de monde puisse exister dans le passé ou le futur. Quelle est la culture de ce lieu ? Où dans le monde est-ce que je me trouve ? Me demandai-je.

Comme ce n’était pas un endroit qui serait utilisé pour une visite éducative, il n’y avait aucune chance qu’il s’agisse d’une culture trouvable dans le monde.

Il était vrai que je m’étais connecté au système sans désigner un emplacement, donc j’avais pensé que j’aurais un emplacement gagnant, logique, non ? Mais ─.

J’avais examiné le tourbillon des rugissements de colère et le champ de bataille sanglant qui se trouvait devant moi.

Ce genre de chose n’était pas du tout un coup gagnant de mon point de vue !

Après m’être retourné sur moi-même, j’avais vu qu’il y avait un château de mauvais augure avec une atmosphère surnaturelle qui se trouvait là. Il s’agissait d’un château noir, protégé par de solides remparts. La lumière rouge qui s’échappait des joints et des fenêtres me rappelait les veines et les yeux qui brillaient d’un éclat flamboyant et cela donnait l’impression que le château était une créature vivante. En y regardant de près, il était vraiment magnifique, mais il ressemblait aussi à un gigantesque démon qui s’accroupissait. Cette présence écrasante me donnait l’impression de trembler en raison d’une peur instinctive.

Un château comme cela n’était apparu nulle part sur Terre. Si je devais dire où je pourrais en trouver, alors cela serait tout au plus dans un film ou un jeu.

J’étais convaincu de ça. C’était donc un accident. Cependant, je ne connaissais pas la méthode de déconnexion d’urgence du système.

Ainsi, je m’étais tourné vers le ciel et j’avais crié d’une voix aussi forte que possible. « OOhhhhhhhh ! Est-ce que le superviseur m’entend ? Renvoyez-moi dans le monde normalllllllllll ! »

Juste après l’avoir fait, comme s’ils avaient été frappés par ce cri, tout le champ de bataille s’était figé au même moment.

Hein ?

Après ça, les humains et les monstres me regardaient comme s’ils retenaient leur souffle.

HIIIIII. Ne regardez pas par là ! Vous allez me faire mouiller mon pantalon, pensai-je.

À ce moment, les portes du château s’ouvrirent en grand. Et puis, avec ce qui semblait être un tremblement de terre, une grande armée toute fraîche avait fait son apparition. Il y avait des individus de grandes tailles qui ressemblaient à des ours, et il y avait des individus qui ressemblaient à des chats très minces. Mais ce qu’ils avaient en commun, c’était le fait que leurs yeux possédaient tous une lumière ardente et qu’ils étaient en train de gronder et de grogner en avançant. Il s’agissait des animaux sous forme humaine, pour le dire simplement, une meute de bêtes magiques.

J’avais ressenti à ce moment-là un frisson dans toute ma colonne vertébrale.

Ces types sont dangereux, pensai-je.

Il s’agissait de ce que mon instinct m’avait informé.

En particulier, je ressentais ça vis-à-vis de la personne qui se tenait à leur tête.

Il possédait de cheveux longs brun-rougeâtre et il avait des oreilles en forme de chien sur la tête, ainsi que des crocs sortant de sa bouche audacieuse et souriante. Son apparence ressemblait à un mélange entre un loup et un homme, donc, pour le dire simplement, un véritable loup-garou. Il était à un niveau différent des bêtes magiques qui se trouvaient derrière lui, et il dégageait une aura de danger tout autour de lui.

Ce corps robuste possédant un physique bien entraîné s’était précipité sur le champ de bataille avec une vitesse qui transcendait clairement les limites humaines. Derrière lui, la meute de bêtes magiques se dirigeait également vers l’armée des humains.

« Ne prenez pas de retard, les garsssssssss ! » cria ce loup-garou.

« UooOOOOOOOOOOOOOOH! » Ils avaient répondu à la voix du loup-garou par des hurlements.

M-Merde ! Que ce soit un jeu ou toute autre chose, je trouve qu’il s’agit là de choses effrayantes qui font vraiment peur ! J’ai l’impression que ma vie est vraiment en danger ! pensai-je.

Après avoir fait demi-tour vers ma droite, je m’étais dirigé à l’opposé du château et j’avais commencé à courir.

Bon sang, pourquoi les choses se sont-elles passées comme ça !? C’est un bogue informatique ? Une erreur du serveur ? Et où sont allés les autres gars de la classe ? Tout le monde dans ma classe devrait avoir ouvert une session ! Pourquoi suis-je le seul à avoir fini comme ça ? Est-ce que c’est ça ? Était-ce une mauvaise chose de ma part d’avoir choisi l’option aléatoire !? Merde, j’aurais aussi dû prendre rendez-vous avec quelqu’un ! Mais je n’ai personne avec qui faire ça ! pensai-je.

Quand j’avais tourné mon regard par-dessus mon épaule tout en tremblant de peur, l’armée, étrangement motivée, s’était approchée de moi.

« Suivez le Roiiiiiiiiiiii ! » cria l’une des personnes derrière moi.

Et toutes les autres avaient alors répliqué en criant des choses comme « Ne vous laissez pas distancer ! » alors qu’ils arrivaient en courant vers moi.

Se pourrait-il que le loup-garou massif se trouvant en tête soit leur roi ? me demandai-je.

J’avais alors regardé une fois de plus la silhouette de ce loup-garou. Au moment où je l’avais fait, peut-être parce qu’il avait remarqué que je le regardais, le loup-garou avait plissé les coins de ses lèvres en un sourire.

Oh, oh ! Cela ne veut-il pas dire qu’il veut absolument me manger ? Le fait d’être mangé jusqu’à en mourir est assez haut dans ma liste des manières dont je ne veux certainement pas mourir ! J’ai déjà entendu dire qu’il y a des gars qui sautaient dans un enclos à ours afin de se suicider, mais je ne peux pas du tout sympathiser avec eux ! pensai-je.

Alors même pendant que je tremblais, il y avait quelque chose que j’avais soudainement remarqué.

Ce loup-garou, ne l’ai-je pas déjà vu quelque part ? pensai-je.

Même si j’étais sur le point de m’en souvenir, cette information était restée coincée dans ma gorge et cela n’avait pas voulu sortir. Mais cette suspicion s’était immédiatement envolée quelque part alors que le prochain événement surgissait devant moi.

« C’est !? » m’exclamai-je.

Je pouvais voir la silhouette d’une personne se trouvant devant moi.

***

Partie 2

Le campement humain était de l’autre côté de la colline. Il y avait des barricades en formes de « # » en bois, et il y avait un grand nombre d’humains qui étaient équipés d’armes. Parmi ces humains, il y avait un visage que j’avais immédiatement reconnu. C’était différent des monstres qui me pourchassaient. Il s’agissait d’une belle fille que je ne pourrais pas oublier même si j’essayais.

« Asagiri... C’est Asagiri, n’est-ce pas ! » murmurai-je.

Même si nous étions ensemble jusqu’à il y a peu de temps, c’était étrangement nostalgique de la revoir. Mais, son allure en ce moment était quelque chose que je ne connaissais pas. Elle n’était pas dans sa tenue du lycée, car actuellement elle était enveloppée par un casque et une armure légère, et elle affichait en ce moment une expression de vaillance.

Cette allure... On dirait qu’elle s’était habituée à ce monde, mais... à ce stade, cela n’avait pas d’importance ! Ce qui était important en ce moment, c’était que nous avions pu nous rencontrer à nouveau au milieu de cette bataille !

Quand Asagiri avait dégainé l’épée à sa taille, la lame en argent de son épée avait semblé scintiller. Ses cheveux brillants et colorés flottaient, alors que ses grands yeux et la pointe de son épée se tournaient vers moi.

« Tout le monde, n’ayez pas peur ! C’est l’occasion rêvée ! » cria-t-elle.

Cette voix claire et belle était sans aucun doute la voix de l’Asagiri que je connaissais bien. Réagissant à cette voix, les soldats environnants avaient lâché un *UOOOOOOOO* et avaient poussé des cris de guerre. La grande majorité d’eux étaient des visages que je n’avais jamais vus auparavant. Il s’agissait de visages qui n’avaient aucune individualité et qui semblaient être des visages de poupées produites en série quelque part. Mais parmi eux, il y avait plusieurs visages que j’avais reconnus.

Est-ce que c’est Ougiya et Arisugawa ? me demandai-je.

Quelques-uns de mes camarades de classe portaient des casques et des armures et levaient des armes au-dessus de leur tête. À côté d’Asagiri, il y avait même la silhouette d’Ichinomiya.

Alors que ces deux-là se tenaient l’un à côté de l’autre, je trouvais que c’était étrangement pittoresque. Un peu comme le protagoniste et l’héroïne d’un JDR fantastique, et cela m’énervait rien qu’à y penser.

« Nous allons arrêter le mouvement des troupes fraîches qui sortent du château ! Unité de lance, en avant ! » déclara Ichinomiya.

Ichinomiya avait lâché des ordres dans un style qui semblait indiquer qu’il était le commandant d’une armée. Je ne savais pas comment cet ordre leur avait été transmis, mais l’unité de lance qui combattait individuellement sur le champ de bataille avant ça, s’était rassemblée et s’était placée entre moi et les bêtes magiques qui s’approchaient depuis derrière moi. Ces individus-là étaient les mêmes que le grand nombre d’humains présent sur ce champ de bataille, à la différence des différentes personnes de deuxième année de classe A. Il s’agissait de chevaliers qui portaient des expressions sans aucune once d’individualité. Et puis, une fois leur formation de combat en ordre, ils avaient tourné la pointe de leur lance vers les bêtes magiques.

Bon sang ! Ichinomiya m’énerve, mais je vais devoir le remercier puisqu’il semble m’avoir sauvé ! pensai-je.

À ce moment-là, même Asagiri avait levé son épée avant de crier avec bravoure. « C’est incroyable que le Seigneur-Démon puisse aller sur la ligne de front comme ça et même sortir seul ! On ne peut pas rater cette chance ! Alors, tout le monde, allez-y ! »

Asagiri avait préparé son épée pour attaquer avant de se mettre à courir. Les lignes de soldats se succédaient derrière elle, et ainsi, les différentes personnes qui attendaient derrière eux la suivirent immédiatement. Mélangés à la foule de soldats qui n’avaient pas d’individualité, mes camarades de classe étaient venus en courant tout en portant des expressions qui indiquaient qu’ils étaient préparés à la mort.

Tout le monde semble ainsi. Cela veut donc dire qu’ils étaient tous inquiets pour moi et qu’ils sont même prêts à risquer leur vie afin de me sauver, pensai-je.

À en juger par le déroulement de l’histoire, il semblerait que l’individu qui ressemblait au chef des bêtes qui me poursuivait était le Seigneur-Démon. Les personnes qui normalement ne me parleraient même pas risquaient en ce moment leur vie pour essayer de me sauver face au terrifiant Seigneur-Démon. Était-ce qu’ils appellent les liens entre camarades de classe ? Il semblerait qu’avoir des amis pourrait étonnamment ne pas être une si mauvaise chose...

Bon sang, sans que je m’en rende compte, des larmes commencèrent à me venir aux yeux.

« Oo ─ i! »

J’avais agité les mains et j’avais couru vers mes camarades.

Asagiri, comme si elle me répondait, avait préparé son épée et ─,

« HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » Elle m’avait frappé tout en criant.

« Qu... !? » m’exclamai-je.

Par pur réflexe, j’avais levé les bras pour me défendre contre elle.

Quoi !? Pourquoi !? pensai-je.

Ces sentiments s’étaient momentanément mis à tournoyer dans ma tête. Mais, j’étais incapable de faire quoi que ce soit, alors j’avais simplement fermé les yeux et j’avais craint la douleur inimaginable qui ne pouvait qu’arriver.

Le bruit d’une collision entre deux objets en métal avait résonné, et j’avais l’impression que quelque chose avait touché mes bras.

─ Eh ?

Quand j’avais ouvert les yeux, mes bras étaient toujours là.

Cependant, il s’agissait de bras qui étaient protégés par une armure encombrante. De plus, cette armure semblait étrangement solide. Quant à mes bras, ils étaient assez grands pour ne pas ressembler à mes propres bras.

Et en provenance de mon bras, des chiffres de couleur rouge étaient soudainement apparus devant mes yeux.

─ 20.

... ? C’est quoi ce chiffre ? pensai-je.

« Kuh ! Comme prévu, il est coriace ! » cria Asagiri alors qu’elle préparait une fois de plus son épée pour frapper. « Mais, cela le blesse. Il s’agit donc d’un adversaire que même nos attaques peuvent blesser ! »

J’avais baissé mes yeux et j’avais regardé mon propre corps.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Me demandai-je.

Tout comme mes bras, mon corps était recouvert d’une armure noire et résistante. De plus, il y avait encore une autre chose étrange dans tout ça.

Le corps d’Asagiri était étrangement petit. Sa tête se trouvait en ce moment au niveau de mon abdomen. Bien sûr, elle était plus petite que moi, mais ce n’était pas tant que ça. Alors, depuis quand est-elle devenue si petite !?

Le corps de cette mini Asagiri brillait en bleu. C’était comme si le pouvoir dont son corps était rempli à ras bord s’était transformé en lumière et devenait visible. Et puis, l’épée d’argent qu’elle tenait dans ses mains s’était aussi mise à briller en bleu.

« Woahh... Att-attends, attends un peu ! » criai-je.

Avec un cri aigu, Asagiri frappa avec son épée. « Foudre ! »

Traçant un bel arc de cercle, la lumière ainsi que son épée avaient frappé en plein dans mon torse. Une lumière intense et des étincelles avaient éclaté à ce moment-là. Les chiffres rouges étaient revenus une fois de plus. Cette fois, c’était un 60.

Cela... est-ce que ça pourrait être... les dommages que j’ai reçus ? me demandai-je.

Serait-ce vraiment un JDR ? Il s’agit à la base d’une visite éducative. Comment les écoles auraient-elles pu approuver l’idée de créer des trucs comme des jeux en ligne alors qu’ils proclament partout qu’on pourrait en devenir sérieusement dépendants !? Attends, ce n’est pas le moment de penser à quelque chose comme ça ! Même si c’était le cas, pourquoi devrais-je me faire frapper par Asagiri ? Son adversaire doit être différent, n’est-ce pas ! Celui qu’elle devrait vaincre est le Seigneur-Démon qui s’approche de derrière moi !

Je m’étais retourné et j’avais pointé du doigt le loup-garou qui se démarquait de la masse. Le loup-garou s’était précipité vers moi en frappant l’unité de lance qui se tenait sur son chemin.

J’avais alors parlé à Asagiri d’une voix très réduite. « E-Eh bien... Ce truc, n’est-ce pas que tu vois là-bas ? L’ennemi est là-bas... »

« Waoo ! J’ai été pointé du doigt ! Hehehehe, allons nous déchaîner ensemble, mon Roi ! » Le loup-garou qui était arrivé en train de courir vers moi avait laissé entendre une voix enchantée qui semblait comme s’il hurlait.

...

Toi, n’es-tu pas le Seigneur Démon ? Me demandai-je.

« Serrez les rangs ! Les réserves, en avant ! » quand Ichinomiya avait fait entendre une voix aiguë, les chevaliers tenant de grands boucliers s’alignèrent les uns derrière les autres.

Les boucliers que ces chevaliers possédaient, avait créé un mur de boucliers d’argent qui étaient polis au point qu’ils étaient tels des miroirs.

S’agit-il de Bouclier Miroir ?

Maintenant que j’y pense, il y avait aussi ce genre d’objets dans Exodia Exodus. Si je me souviens bien, ils excellaient en défense magique. Comme je n’ai pas lu sérieusement les documents de spécification, je ne connais pas vraiment tout ça ─.

Et dans les Boucliers Miroirs, mon apparence était réfléchie.

« Quoi... quoi ? » m’exclamai-je.

Dedans, un géant en armure noire était visible. Il possédait un casque et une armure avec des pointes clairement apparentes. La largeur des épaules et la poitrine étaient vraiment volumineuses. Ces bras étaient plus épais que des jambes humaines. Il possédait une taille serrée et ses jambes étaient plus épaisses que le torse d’une personne et elles étaient vraiment très longues. La lumière rouge était visible à travers les crevasses de l’armure et tout cela tourbillonnait comme du magma. Le manteau qu’il portait sur son dos scintillait comme s’il était fait de flammes. Et puis, la zone oculaire du casque ne présentait aucune lumière, et cela ressemblait en vérité à une sombre grotte. Au moment où j’avais écarquillé les yeux en raison de la surprise, des yeux rouges s’illuminèrent à l’intérieur des ténèbres sans fond du casque.

Est-ce que c’est... moi ?

Je...,

Je connais cette silhouette.

En plus de le connaître, il y avait même un rapport avec moi.

« Ne t’arrête pas de bouger ! Shizukuishi-san ! »

Au moment où Ichinomiya avait crié cela, la zone autour de mon corps avait été enveloppée dans un brouillard sombre. Et alors, un grand nombre de chiffres rouges étaient sortis de mon corps. Une sorte d’icônes était apparue et s’affichait devant mes yeux, indiquant que j’étais atteint des états anormaux de poison et de paralysie.

Dans les rangs des humains, une jeune fille qui tenait un grand livre volumineux se trouvait.

Shizukuishi ! Alors tu es aussi là !

Comme d’habitude, il y avait une ride sur son joli visage, et elle affichait une expression sévère. Elle possédait des vêtements dont le ton de base était le noir. Son vêtement principal était une longue robe. Le grand livre volumineux qu’elle tenait dans sa main était sans aucun doute un grimoire. Elle avait à l’origine l’image d’une sorcière glaciale, mais sa silhouette actuelle était vraiment celle d’une sorcière.

Donc, les dommages que je reçois en ce moment sont le résultat de la magie de Shizukuishi ! Comme cela cause continuellement des dommages, c’est vraiment gênant.

« C’est le moment ! Que tout le monde attaque en même temps ! Commencez les attaques en vous tenant proche des défenseurs ! » cria Ichinomiya.

La ligne des Boucliers Miroirs s’était approchée jusqu’à ce que ces soldats soient juste devant moi. Et puis, avec Ichinomiya se présentant de mon côté gauche, et Asagiri qui s’approchait de mon côté droit, ils avaient tous deux frappé avec leurs épées directement vers moi. En émettant des sons problématiques, des chiffres rouges étaient apparus.

Les autres personnes m’avaient également encerclé et certains s’étaient retrouvés derrière moi, et avec des lances et des épées, ils avaient frappé mon armure. Et puis, d’en haut, la magie d’attaque avait également fait pleuvoir des flammes. Chacun d’eux avait provoqué des dégâts modestes, mais le fait d’être attaqué par un groupe comme celui-ci, était comme prévu, mauvais. Le paramètre cylindrique qui apparaissait au bord de mon champ de vision avait rapidement diminué. La valeur MAX était de 1000, mais elle avait déjà été réduite à 500.

Est-ce que c’est une jauge de Vie ? Alors ça veut dire que quand ce sera fini, je mourrai ?

À cet instant, quelque chose comme un frisson m’avait remonté le dos.

Non, Hahahaha, c’est impossible. Ce n’est après tout qu’un jeu..., pensai-je.

Les chiffres qui s’élevaient l’un après l’autre devant mes yeux avaient disparu et la jauge avait fini par devenir en dessous de 300.

Non, même si c’est un jeu, où est la garantie que je serais encore en vie même si je meurs dans ce monde ? Et si le fait de mourir ici me fait mourir dans le monde réel ? me demandai-je.

J’avais soudain regardé les expressions de mes camarades de classe qui m’entouraient en ce moment.

« Nous retournerons absolument à notre monde d’origine ! C’est certain ! » cria Asagiri.

Avec un visage qui donnait l’impression qu’elle allait pleurer, Asagiri avait frappé avec désespoir avec son épée en plein sur moi.

Et puis, Ichinomiya avait aussi crié d’une voix forte. « Que tout le monde reste fort ! On peut tuer ce type si l’on résiste encore un peu ! Nous le tuerons, et ainsi, nous retournerons dans notre monde d’origine ! »

En me tuant, ils retourneront dans leur monde d’origine... Qu’est-ce que ça veut dire ?

Tout le monde affichait des expressions désespérées. Voyant leur obsession qui était proche d’une haine profonde, je n’avais même pas été capable de poser des questions. Mes camarades de classe, comme s’ils luttaient contre le destin d’une mort imminente, balançaient désespérément leurs épées sur moi.

La peur bouillait en ce moment dans mon cœur face à la pression de ces émotions qui avaient atteint un niveau d’anomalie jamais connu. Comme si elle réagissait à ma peur, mon manteau de flamme s’enflamma encore plus.

« Arr... »

Les flammes de mon manteau s’étaient alors mises à tourbillonner avant de se transformer en une longue ligne.

« Arrêtez... ! »

J’avais attrapé ce qui se trouvait maintenant devant moi. Au moment où je l’avais fait, le manteau de flamme s’était transformé en une épée.

« S’il vous plaît, arrêtez çaaaaaaaa ! » Puis j’avais frappé avec cette épée sans aucune compétence en ça.

Je n’avais pas essayé de les frapper avec sérieux, et encore moins de les tuer. Mais je voulais qu’ils s’éloignent de moi. C’était plus comme si j’essayais d’éloigner les insectes qui volaient autour de moi, alors j’avais fait un léger geste de ma lame.

« ! ? KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Une onde de choc explosive s’était précipitée autour de moi.

L’épée rouge que je tenais dans ma main avait alors émis un profond rayonnement cramoisi, et une ligne de lumière avait instantanément traversé le champ de bataille. Un vent intense avait soulevé de la poussière, alors qu’un mur d’air avait frappé tout le champ de bataille avec moi en son centre. Les soldats humains et les monstres avaient été également renversés par l’onde de choc.

À l’intérieur de cette explosion, le corps d’Asagiri était là, impuissant. Elle était totalement sans force et volait dans les airs comme si elle était une poupée dont on avait coupé les cordes. Après avoir tourné plusieurs fois dans les airs, elle s’était simplement écrasée sur le sol. Et sur le corps d’Asagiri, une blessure d’épée était gravée dessus, et cela semblait vouloir diviser son corps en deux parties. La ligne rouge qui avait été émise avait coupé en deux la taille élancée d’Asagiri.

C’était, sans aucun doute, une blessure causée par mon épée.

Mon arc de cercle effectué au hasard avait traversé le corps d’Asagiri, et l’onde de choc avait traversé le champ de bataille.

Impossible...

L’épée avait été relâchée de mes doigts tremblants. Au moment où je l’avais fait, l’épée s’était de nouveau transformée en flammes et était revenue naturellement dans mon manteau. Mais ce genre de chose n’avait aucune importance. Lorsque je m’étais agenouillé à côté d’Asagiri et alors que j’avais essayé de soulever son corps, mes mains s’étaient arrêtées.

Asagiri avait levé les yeux. Cependant, il n’y avait pas de lumière dans ses yeux. Ses yeux ronds et étincelants étaient devenus comme des boules de verre nuageux qui ne reflétaient rien. Je n’avais pas pu toucher ce corps qui n’avait fait qu’un léger mouvement.

Était-elle en train de mourir ?

Asagiri avait-elle subi ça ?

Elle avait été tuée.

Je l’avais fait.

« Non, c’est mal... Je ne voulais pas faire ça, » murmurai-je.

« Il s’est arrêté de bouger ! Ne gaspillez pas le sacrifice de Ririko ! » cria Ichinomiya.

Bien qu’il soit couvert de terre, Ichinomiya, qui s’était relevé, avait préparé son épée. Son épée brillait.

« Frappe Flamboyante ! »

L’épée d’Ichinomiya avait fait surgir des flammes et tout fut envoyé vers moi. Un impact intense avait percé mon corps.

« GUAaaAH ! »

Le haut de mon corps s’était incliné et le paysage avait violemment tremblé. Le chiffre 100 s’était élevé dans mon champ de vision.

« Faites-le maintenant ! Frappez-le avec toutes vos attaques ! » cria Ichinomiya.

Mes autres camarades de classe m’avaient attaqué sans pitié alors que mon corps avait posé un genou à terre. De face, de dos, au-dessus de ma tête, j’avais continué à recevoir leurs attaques.

Une fois de plus, ma jauge de PV avait diminué. J’avais regardé mes PV en baisse continue comme si c’était le problème de quelqu’un d’autre.

Qu’est-ce qui ne va pas ? Asagiri. Ça devrait être un jeu. Dépêche-toi d’ouvrir les yeux. Il y a des trucs comme de la magie de résurrection, non ?

Ahh, bon sang ! Peu importe qui, que quelqu’un sauve Asagiri ! Fais quelque chose, mon Dieu !

Je regardais instinctivement vers le ciel.

─ C’est... ?

À ce moment, les nuages s’étaient séparés, et une lumière divine s’était déversée de l’au-delà du ciel.

Les ailes blanches avaient volé vers le bas depuis le centre de cette radiance. C’était une femme d’une beauté incomparable qui possédait des ailes d’un blanc pur. Elle avait la peau blanche et des cheveux dorés qui voltigeaient doucement. Elle était d’une beauté hors du monde. Il s’agissait vraiment d’une messagère divine que les cieux avaient envoyée. Et ainsi, un angle avait fait son apparition en descendant doucement des cieux.

« ... Un ange, » murmurai-je.

Un sourire rempli d’amour et de compassion était présent sur ses lèvres. Les lèvres roses avaient honoré ce visage délicat et beau. Ces lèvres s’étaient ouvertes, et une voix qui ressemblait à une clochette était sortie de là.

« À tout le monde présent, veuillez tous mourir ♪ ! » annonça-t-elle.

Et alors, toute la zone avait été enveloppée par un rayonnement divin.

« Qu... !? »

Tout mon environnement avait tremblé comme sous l’effet d’un coup de tonnerre et un tremblement de terre s’était réverbéré. Des fissures parcouraient le sol, et il y avait assez de puissance destructrice pour soulever le sol. Les boucliers des épéistes et mes camarades de classe avaient tous été emportés par le vent.

Et alors, le corps d’Asagiri, qui était au sol devant moi, s’était transformé en particules de lumière puis il avait disparu. Instinctivement, j’avais étendu ma main, et j’avais essayé de poursuivre ces petits éclats de lumière.

Cependant, ce qui m’avait pris la main tendue avait été l’ange qui possédait des ailes si brillantes.

« Hellshaft-samaaaaaa ♡ ! » La jeune fille qui était assez charmante pour donner l’impression qu’elle n’était pas quelque chose de ce monde m’avait serré dans ses bras alors qu’elle me disait ça d’une manière sensuelle.

Fuah !?

« E-Euh... Et tu es ? » demandai-je en balbutiant.

« Vous ne pouvez pas dire ça. Vous devez m’appeler correctement avec mon nom, Forneus, c’est ainsi que moi, Forneus vous fait une demande ferme pour l’amour d’Hell-sama, » déclara-t-elle.

En disant cela, elle avait mis son visage contre mon armure comme une enfant gâtée.

« Pour... Forneus ? » demandai-je.

« Mon chéri, ♡, » répondit-elle.

Des cheveux blonds, des yeux bleus et une peau blanche. Le tout couplé avec un arôme doux et léger ainsi que des courbes fluides qui était sucré comme des bonbons. Cependant, ce qu’elle portait sur son corps n’était pas des vêtements pur et décent comme ceux d’un ange, mais d’un noir qui pouvait vous faire ressentir l’obscurité. Et une atmosphère quelque peu inquiétante s’enroulait autour d’elle. L’auréole qui devait normalement briller sur sa tête avait comme glissé vers le bas de sa tête, et elle se trouvait à sa taille. Peut-être parce que sa taille pouvait être changée à volonté, il s’étendait jusqu’à un mètre de diamètre, et c’était un anneau qui ressemblait un peu à un anneau de natation ou à un de ces jouets avec lesquels on joue en le faisant tourner avec la taille.

C’est exact... Je me souviens.

Cette fille est l’Ange Déchue Forneus. Il existait des croquis d’elle dans les données dans les spécifications que j’avais reçues de mon emploi à temps partiel. Comme son design était plutôt mignon, je m’intéressais à elle, n’était-ce pas normal ?

« Maintenant que moi, Forneus, est arrivée, vous pouvez vous sentir à l’aise, Hell-sama, c’est ainsi que votre Forneus démontrera son utilité, chéri — ! »

─ Hell-sama.

Forneus m’appelle Hellshaft-sama.

La raison derrière le fait que ces choses s’étaient déroulées de cette façon était impossible à comprendre pour le moment. Mais c’était presque comme tout le reste, disons. Cependant, j’étais maintenant convaincu de l’endroit où se trouvait ce lieu.

***

Partie 3

À ce moment-là, Ougiya était sortie de terre en rampant.

« Ne te fous pas de moi ! Forneus des Hellsector est bien trop forte ! Comment pourrions-nous faire le ─, » commença Ougiya.

À ce moment-là, une rafale avait soufflé à côté de moi.

Ce que je croyais être du vent était une masse de muscles solides. Avec de longs cheveux qui voltigeaient, un sourire diabolique et des crocs étaient dénudés vers ce qui se trouvait devant lui.

C’est donc ce chef des bêtes magiques !

Son bras droit n’était clairement pas quelque chose qu’un homme aurait eu, car il s’agissait d’un bras énorme qui était recouvert d’une fourrure d’acier qui semblait quand même souple. Un bras long et épais qui serait déséquilibré sur un corps humain. Ses griffes étaient tranchantes comme de l’acier, et elles semblaient être de gigantesques lames.

Ce bras avait frappé Ougiya à une vitesse que je ne pouvais même pas capter avec mes yeux.

« GUGAaAAAH ! »

Le son des os brisés lors d’un choc avait résonné, et Ougiya avait tournoyé dans les airs. La puissance intense que le bras d’acier de la bête magique avait libérée avait fait prendre au corps d’Ougiya une pose étrange alors qu’il l’avait fait tournoyer vers le haut.

Après avoir été lancée haut dans le ciel, Ougiya s’était dispersée en une lumière tel un feu d’artifice envoyé en l’air.

« N’êtes-vous pas blessé, mon Roi ? » déclara le loup-garou.

Comme si je voyais un effet spécial fait par ordinateur, le bras gigantesque était redevenu celui d’un humain. Et puis, pointant son pouce vers lui-même, tandis que les oreilles qui poussaient sur sa tête se tortillaient, il avait fait un sourire qui montrait ses dents.

« Hehehe ! Avec moi, Gracia, à vos côtés, même s’ils ont une armée de plusieurs dizaines de milliers de soldats, ils ne valent même pas la peine d’être mentionnés. Alors, soyez à l’aise et regardez-moi d’ici ! » déclara l’homme bête.

« O... ou. »

Le chef des bêtes magiques qui était sorti en courant des portes du château... Son nom semblait être Gracia, mais après avoir donné des coups de pied sur les soldats équipés de lance qu’Ichinomiya avait envoyés, il avait vraiment affiché un air triomphant. Il montrait un regard extrêmement satisfait de lui-même.

« Nn ? Qu’est-ce qui ne va pas, mon roi ? Vous agissez bizarrement, » déclara Gracia.

Comme je m’y attendais, étant à cet endroit, il n’y avait aucune chance pour moi de dire « À qui parlez-vous en disant mon Roi ? »

Comme prévu, je le savais déjà.

Je savais déjà qui j’étais.

« Ah..., bon sang... c’est vraiment horrible ! » Alors qu’elle brossait le sable qui se trouvait dans ses cheveux, une femme qui ressemblait à une gyaru s’est levée. « Merde ! C’est totalement incroyable que je doive passer par quelque chose comme ça ! »

Elle s’appelait Busujima Megu. Une gyaru qui appartenait dans les rangs supérieurs de l’échelle sociale de la classe A de la deuxième année. Elle avait les cheveux dorés et la peau bronzée. Elle avait arrangé une tenue qui était tape-à-l’œil et qui avait l’air d’indiquer qu’elle était garce au point de m’étonner qu’elle soit ici avec ce genre d’équipement.

« Être un Seigneur Démon, c’est tellement nul ! C’est entièrement de votre faute. Dépêchez-vous de mourir... Hein ? » cria Busujima.

Un brouillard noir était soudain sorti de nulle part.

« Wah, attendez ! Qu’est-ce que c’est ! » cria Busujima.

Tout cela s’était transformé petit à petit en des ombres qui ressemblaient à des chauves-souris. Pendant qu’ils battaient des ailes, la nuée de chauves-souris dans une brume s’était rassemblée comme si elles essayaient d’enfermer le corps de Busujima. Plusieurs centaines de chauves-souris s’étaient rassemblées, alors que la densité de la brume avait augmenté, puis elle avait pris la forme d’une personne.

« Eh... pas possible, un super... beau mec ♡, » déclara Busujima.

Venant de la brume noire, un homme grand et élancé était apparu. Il avait les cheveux noirs et une tenue dans le style d’un smoking noir. Couplé avec l’atmosphère dans laquelle il était vêtu, peu importe comment je le regardais, je ne pouvais pas le voir comme autre chose qu’un majordome. Cet homme, après avoir remonté le centre de ses lunettes avec son doigt, avait jeté un regard froid sur Busujima, qui avait perdu la tête devant la belle silhouette qui était soudainement apparue.

« Ah, euh, je... Eh, ehhhhh !? » s’exclama Busujima.

Cet homme n’avait rien dit et avait embrassé la nuque de Busujima. Oh, oh, oh ! Qu’est-ce que vous avez l’intention de faire dans un endroit comme celui-ci ! C’est beaucoup trop de changement par rapport à ce qui se passait jusqu’à présent, n’est-ce pas ?

« Hii ! Ki, kyaaaaaaaaaaaaaa ! » Un cri s’éleva de la bouche de Busujima.

Les numéros rouges sortaient l’un après l’autre de la nuque de Busujima, et alors que cela se produisait, le corps de Busujima était également devenu hagard.

Est-ce... un vampire ?

Peut-être parce que ses PV avaient été aspirés, le corps de Busujima avait perdu sa force et elle s’était effondrée au sol.

« Pour qu’un clochard humain parle si grossièrement au Roi... Ce péché mérite une mort certaine, » après avoir dit cela comme s’il la rejetait froidement, le corps de Busujima s’était transformé en lumière et avait disparu. Le regard froid du Vampire se tourna ensuite vers Gracia.

« Gracia. Si tu avais fait les choses correctement, les lames de ces humbles humains n’auraient même pas touché le corps du Roi. Comme je le pensais, les individus comme toi n’ont aucune qualification pour servir aux côtés du Roi, » déclara le vampire.

Gracia, avec des yeux qui présentaient un mélange de maladresse et de colère, avait fusillé du regard le beau gosse aux cheveux noirs.

« Tu es si ennuyeuse, Adra ! Pour toi aussi, la stratégie est complètement différente de celle prévue, non ? Je n’ai pas entendu dire que le Roi irait directement sur le champ de bataille ! » déclara Gracia.

Le vampire ayant les manières d’un majordome appelé Adra bougea ses sourcils vers le haut puis vers le bas, avant de laisser sortir une voix encore plus froide. « Je suis sûr qu’il était exaspéré par ta façon décevante de te battre. Franchement, tu es aveugle à ton propre manque de capacité, mais tu te permets de te plaindre de mes stratégies, celles du conseiller. Espèce d’imbécile. »

« Qu’est-ce que c’était que ça !? » s’écria Gracia.

Adra et Gracia se regardaient fixement l’un et l’autre à bout portant.

« Adra, j’ai toujours pensé que j’aurais besoin de régler les choses avec toi, » déclara Gracia.

« Comme c’est intéressant. J’ai aussi pensé qu’un chien avait besoin d’être discipliné, » déclara Adra.

Adra avait dégainé une épée, depuis un endroit vraiment inconnu qui semblait se trouver à l’arrière de son smoking. Une lumière rouge brillait de mauvais augure sur la lame noire de son épée. C’était une épée manifestement sinistre.

D’autre part, Gracia avait préparé ses poings alors qu’il avait fait saillir les muscles de ses bras. Au moment où il l’avait fait, ses bras étaient redevenus puissants et gigantesques.

Ho, attendez. Qu’est-ce qui se passe ici ? Une si soudaine situation qui tourne mal ? pensai-je.

« Allons-y, petit malin ! » cria Gracia.

« Viens ici, clébard ! » cria Adra.

Au moment où Adra et Gracia étaient sur le point de se lancer l’un contre l’autre, une explosion s’était produite entre les deux.

« Mais !? »

« Quoi !? »

Entre les deux qui avaient immédiatement sauté en arrière, un pilier de flammes s’était élevé dans les airs. Une énorme onde de choc s’était également propagée de là et avait emporté les deux corps.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Qu’est-ce que c’est cette fois !? Me demandai-je.

En regardant autour de moi, j’avais cherché celui qui avait effectué cette attaque. Quand je m’étais tourné, à un endroit qui se trouvait à une centaine de mètres de distance, il y avait une femme avec un arc à la main qui semblait être celle qui avait fait ça.

Se pourrait-il que ce qui s’est passé il y a quelque temps fût une flèche ? Non, non, franchement, n’était-ce pas un peu comme un missile ? me demandai-je.

Après que Gracia et Adra aient tournoyé en l’air, ils avaient tous deux atterri sur le sol en toute sécurité.

« Espèce de salope ! Satanachia ! Qu’est-ce que ça veut dire, garce ? » cria Gracia.

La femme appelée Satanachia avait tiré une flèche sur Gracia qui lui montrait ses dents. Pendant que cette flèche volait, elle s’était transformée en dragon ailé.

Je pensais que cela devait être une illusion d’optique.

« UOOORYAAAAAAAAAAA ! »

Le poing de Gracia avait frappé à une vitesse qu’on ne pouvait pas capter avec les yeux. Il avait écrasé de front le dragon ailé projeté sur lui.

« Espèce de salope ! Je vais vraiment te tuer ! » cria Gracia.

« Les hommes sont vraiment des créatures folles, » déclara une voix féminine.

Wôw ! Quand a-t-elle fait ça !? Me demandai-je.

La femme qui tenait avant ça un arc s’était trouvée à une distance d’une centaine de mètres, mais au moment où elle avait dit ça, elle s’était soudainement retrouvée à mes côtés.

« Ah, c’est inutile de le dire, mais Hellshaft-sama, vous êtes différent. Je vous aime. Je vous aime à la folie, » déclara l’archère.

Après avoir confessé son amour avec froideur et nonchalance, cette jeune femme super sexy s’était tournée élégamment sur le côté. Ses cheveux blancs scintillants flottaient comme une queue de cheval, et sa poitrine brun foncé se balançait à gauche et à droite lors de son mouvement.

Un contraste surprenant et vibrant se trouvait présent entre sa peau brune foncée et ses cheveux blancs. Des oreilles pointues dépassaient de ses longs cheveux. Et surtout, sur ce corps sexy aux courbes extrêmement généreuses se trouvait une tenue de style bikini qui possédait un très haut degré d’exposition. D’après son apparence, je pouvais immédiatement dire qu’elle était une elfe noire. De plus, je me souviens plutôt d’elle. C’est parce qu’elle a attiré mon attention avec son design sexy lorsque j’épluchais les données fournies.

Quand Satanachia s’approcha d’Adra et de Gracia, elle leur parla avec indifférence. « Quand vous vous disputez dans un endroit comme celui-ci, cela fait simplement qu’Hellshaft-sama sera dégoûté de vous. »

Adra et Gracia abaissèrent à contrecœur leur épée et leurs poings. Cependant, il semblait qu’ils étaient en colère à l’égard des critiques de Satanachia.

« Hmph... Je ne me souviens pas t’avoir donné d’instructions, Satanachia, » déclara Adra.

« C’est vrai, c’est vrai ! Tu n’as rien fait avant ça ! » s’écria Gracia.

Satanachia avait croisé les bras. Au moment où elle l’avait fait, son ample poitrine s’était déformée comme si elle ne pouvait pas les contenir dans ses bras croisés et qu’elle essayait de s’échapper.

« C’est vrai... Eh bien ! Puisque c’est une bonne occasion, décidons qui parmi nous d’Hellsector est le meilleur. La victoire est décidée par celui qui tue le plus d’humains, qu’en pensez-vous ? » demanda Satanachia.

Les yeux de Gracia brillaient alors qu’il entendait ça « Intéressant ! Je suis d’accord avec cette idée, Satanachia ! »

Adra aussi, après avoir relevé ses lunettes, il avait fait un ricanement. « Je n’ai pas l’intention de concourir au même niveau que Gracia, mais... c’est aussi un fait que les imbéciles qui ont essayé de menacer notre château royal d’Infermia doivent être remboursés par l’annihilation. »

« Ça a l’air amusant ! Je vais aussi le faire... ! Je vais massacrer ces Humains pour mon chéri ! » en battant avec délicatesse ses belles ailes, Forneus avait également levé la main.

─ Il s’agissait d’Hellsector. Les quatre chefs qui étaient les plus proches collaborateurs du Seigneur Démon.

J’avais regardé les silhouettes des redoutables et beaux subordonnés qui étaient chacun de puissants guerriers.

Le loup-garou Gracia, le vampire Adra, l’ange déchu Forneus et l’elfe noir Satanachia.

Avec des sourires sans peur, ces quatre individus avaient regardé l’armée de plusieurs milliers d’humains qui s’approchaient de nous.

« Bonnnnn ! Faisons cela ! » Après que Gracia ait frappé le sol avec son pied, il avait sauté dans l’armée des humains.

Au même moment, la silhouette d’Adra s’était déjà transformée en brouillard noir et avait disparu. Et puis, avant que je m’en rende compte, il était apparu dans les unités qui avaient pris une formation de combat, et il avait frappé avec son épée. Voyant le massacre que ces deux-là effectuaient, les yeux de Forneus scintillaient. Ses ailes blanches bougeaient sans pouvoir se calmer, alors que l’anneau de lumière sur sa taille commençait aussi à tournoyer.

« Allons-y aussi ! À nous de jouer, Satanachia ! » déclara Forneus.

« Oui. Après tout, nous ne pouvons pas nous permettre de perdre contre ces hommes. Montrons nos points forts, et attrapons le cœur de Hellshaft-sama, » déclara Satanachia.

Forneus et Satanachia s’étaient tournées vers l’armée des humains.

À partir de là, il s’agissait simplement d’un massacre pur et simple qui s’était présenté devant moi. L’armée des humains s’était déjà effondrée et n’arrivait même plus à ressembler à une armée. Cependant, parmi les soldats qui se déplaçaient dans la confusion, il n’y en avait qu’une seule, une jeune fille qui regardait le déroulement de la bataille avec un regard calme. Il s’agissait du mage Shizukuishi Non. Des rides se rassemblaient sur son front, et elle regardait les soldats qui étaient vaincus et qui disparaissaient l’un après l’autre.

« Pour avoir été tant agité par l’apparition de Hellshaft et avoir ainsi mordu à l’hameçon..., nous n’avons vraiment plus aucune chance... hein ? » déclara Shizukuishi.

Sans même tendre la main à Ichinomiya qui essayait de se lever alors que ses jambes étaient titubantes, Shizukuishi avait fait apparaître une profonde ride entre ses sourcils et elle m’avait regardé d’un regard glacial.

« Je n’aurais jamais pensé que le Seigneur Démon lui-même deviendrait l’appât..., » déclara Shizukuishi.

Des sueurs froides étaient apparues face à l’expression sévère de Shizukuishi. Debout, Ichinomiya la regarda depuis le côté.

« Shizukuishi ─, » déclara-t-il.

« Ça ne sert à rien. Nous n’irons pas plus loin cette fois. Abandonnons dès maintenant, » répondit Shizukuishi.

En entendant la réponse brusque de Shizukuishi, Ichinomiya grinça les dents.

« Pfff... Même si une Quête de Siège était enfin apparue, nous devons partir ! Si nous ne conquérons pas Infermia et n’atteignons pas la Porte de l’Enfer, alors nous... !! » s’écria Ichinomiya.

Cependant, après avoir soudainement levé la tête comme pour se débarrasser de cette pensée, il tourna le dos à ses quelques compagnons restants et les appela. « À toutes les forces, retirez-vous ! Le point de rendez-vous est Gilnac ! Si vous n’arrivez pas à temps, nous nous retrouverons à Caldart ! Les batailles dès maintenant doivent être évitées au mieux de vos capacités. N’oubliez pas d’utiliser la magie curative ! »

En prenant la tête de nos camarades de classe, Ichinomiya avait commencé à s’enfuir. De même, les soldats aux visages sans individualité qui se battaient ici et là sur le champ de bataille étaient également partis comme des bébés-araignées se dispersaient, puis ils avaient disparu comme s’il était de la brume.

Comme je le pensais, tous les autres que les gars de ma classe étaient des PNJs. Auraient-ils pu être des figurants créés pour cette quête de siège ?

Les corps des humains et des monstres étaient éparpillés sur le champ de bataille. Il y avait vraiment des tas de cadavres tout autour de moi. Mais même ces cadavres s’étaient transformés en fragments de lumière les uns après les autres avant de disparaître.

« Le roi des enfers. Notre roi, Hellshaft-sama ! »

Quand je m’étais retourné vers cette voix, plusieurs milliers de monstres s’agenouillaient et me regardaient en ce moment. C’était vraiment une scène magnifique. Des monstres de différentes races avaient été mélangés à l’ensemble de la masse. Et puis, juste devant moi, les quatre membres de Hellsector, Gracia, Adra, Forneus et Satanachia étaient alignés.

Les quatre membres de Hellsector avaient levé les poings serrés vers le ciel.

Et alors, Adra avait fait une annonce avec une voix sonore comme s’il chantait. « À notre magnifique Roi, le Démon tout-puissant Seigneur Hellshaft-sama qui règne sur toutes les terres de ce monde. Faisons l’éloge de sa victoire ici ! »

Les quelques milliers de monstres qui attendaient derrière eux avaient levé leurs poings vers le ciel.

Et puis, ils avaient tous crié à l’unisson.

« Hell ! Hell ! Hell ! Hell ! »

Les voix de plusieurs milliers de monstres se chevauchaient. Elles généraient une forte réverbération comme si elles essayaient de secouer le ciel et la terre.

« Hell ! Hell ! Hell ! Hell ! Hell ! »

En écoutant ces voix qui faisaient vibrer mon corps, j’avais murmuré le nom de ce monde dans mon esprit.

Cet endroit est « Exodia Exodus ».

Un MMORPG innovant qui utilisait la toute nouvelle interface de Réalité Virtuelle de nouvelle génération.

Le développeur était HELLZ DOMAIN.

Je faisais un travail à temps partiel en créant des données de personnages qui avaient été utilisées dans ce jeu. Et puis, le personnage dont j’avais pris le rôle,

J’avais regardé le château noir et gigantesque qui dominait au loin.

Le Château Infermia du Seigneur-Démon, et celui qui protégeait la Porte de l’Enfer où se trouvait le dernier Boss de la Quête Principale.

J’avais baissé les yeux et regardé mon propre corps.

─ C’était le Seigneur-Démon Hellshaft.

***

Chapitre 2 : Exodia Exodus

Partie 1

Alors que je devenais pour le moment un peu plus calme, j’avais essayé une fois de plus de réfléchir à la situation et aux différentes informations que j’avais acquises.

Le système d’éducation qui utilisait une réalité virtuelle de la prochaine génération avait été apporté à l’école par le vendeur même du système. Il s’agissait d’un système destiné à l’apprentissage par l’expérience en direct. Cependant, le résultat de la connexion avait été ce qui était arrivé maintenant.

« Wahahahahahahaha ! C’est une fête de victoire ! Les gars, buvez et chantez ! » Gracia était ivre, et faisait rage sur la table devant moi.

Cet endroit se trouvait à l’intérieur de ce sinistre château noir, le Château du Seigneur-Démon, Infermia. Nous étions actuellement dans une salle qui pouvait accueillir plusieurs centaines de personnes, et nous étions en pleine célébration d’une fête pour notre victoire obtenue aujourd’hui. Des monstres nonhumains s’étaient rassemblés ici, et il y avait actuellement un énorme tumulte avec toutes ces réjouissances. Alors même que je suis déjà incapable de prendre des repas avec tout le monde de présent, qu’est-ce que c’est que ce sabbat ?

Les soirées de clôtures pour les festivals, sportifs et autres événements utilisaient souvent les grandes salles des restaurants familiaux et des karaokés, mais j’étais quelqu’un qui ne pouvait pas supporter ce genre de chose. Bien que je n’avais jamais été invité à l’une de ses soirées... eh bien, c’était clairement en dehors du sujet. Même si je ne suis pas doué pour les fêtes avec d’autres humains, que suis-je censé faire dans un banquet avec des monstres ?

« Hell-samaaaa, qu’est-ce qui ne va pas ? Êtes-vous de mauvaise humeur ? Mais, cette fête sympathique est vraiment fan... tas... tique, comment est-ce quand Forneus réconforte Hell-sama — Hmm, » déclara Forneus.

L’Ange déchu Forneus se tenait à mes côtés pendant que j’étais assis sur ma chaise et elle enlaçait mon bras droit.

Ce que je ressentais en ce moment sur mon bras, c’était la présence d’un corps incroyablement doux ! Cette sensation indescriptible avait remplacé en un instant les priorités que j’avais à l’esprit. Mes questions triviales n’avaient désormais plus aucune importance ! Au lieu de réfléchir à toutes ces autres choses inutiles, les seins devant mes yeux étaient les choses qui étaient les plus importantes ! Et alors même que tout cela se faisait dans un système de réalité virtuelle, il s’agissait de quelque chose qui était à des années-lumière de ce que j’avais eu avec mon Asagiri fait-maison. En fin de compte, ce que j’avais fait indiquait clairement que c’était une réalité virtuelle, alors que les seins qui étaient juste devant mes yeux en ce moment étaient de mon point de vue impossible à différencier de la réalité.

Alors que je tremblais en raison d’une sensation intense et d’un trop-plein d’émotions, le double de ces sensations me fut appliqué à ce moment-là. De l’autre côté de mon corps, l’elfe noire Satanachia avait pressé ses seins assez énormes, non..., ses véritablement énormes seins contre moi.

« Fufufu, Hellshaft-sama. Comment est la sensation produite par ma poitrine ? Mes seins perdent peut-être face à Forneus en termes de douceur, mais ils ne perdent pas en matière de taille, n’est-ce pas ? » demanda Satanachia.

Uoooh !? Ceux-ci sont aussi incroyables ! Contrairement à la sensation duveteuse de Forneus, la sensation d’élasticité de ceux-ci était vraiment énorme ! Dire que je peux toucher la poitrine d’une fille deux fois en une journée, et cela même de deux filles différentes ! Je n’avais plus d’autre choix que de reconnaître aujourd’hui comme étant la Journée Nationale des Seins ! Franchement... j’avais vraiment l’impression qu’un saignement de nez allait sortir sous peu. Et en plus, je ne savais même pas vraiment si j’avais un nez sous ce casque !

Comme je n’avais pas encore enlevé une seule fois cette armure depuis mon arrivée, je n’avais aucune idée de ce qui se trouvait en dessous. Néanmoins, cette armure était tout bonnement mystérieuse. Même s’il s’agissait d’une armure en métal bien rigide, j’avais l’impression de toucher le corps des filles directement sur ma peau comme si je n’avais pas cette armure intégrale sur mon corps.

Mais maintenant que j’y pense, ce serait simplement une question liée au système de détection de collision tactile configurée quelque part dans le système de réalité virtuelle. Ce serait un mystère total si j’y pensais du point de vue du monde réel, mais si j’y pensais avec le contexte de ce monde virtuel, alors cela n’était pas une chose si mystérieuse.

Après tout, je me trouvais dans la prochaine génération de MMORPG qui était actuellement encore en développement ─ Exodia Exodus.

Ce jeu avait adopté la toute dernière interface de réalité virtuelle de nouvelle génération, et cela aurait dû devenir un jeu du nouvel âge qui allait bouleverser toutes les connaissances communes qui avaient été construites jusqu’à présent. Plutôt que de l’appeler un jeu, il s’agissait de la création d’un monde complètement nouveau, avec une expérience ressentie dans ce monde qui n’avait pas encore été connu par l’espèce humaine ─ voilà la façon dont il avait été loué sur les instructions du manuel.

En termes simples, il prenait la conscience trouvée dans le cerveau humain, la transformait en données et la copie dans le serveur. En d’autres termes, il s’agissait de quelque chose comme si vous plongiez vous-même au sein de ce réseau informatique. Qu’il s’agisse d’un pays étranger, d’un monde imaginaire ou d’un monde de science-fiction, tant que les données de cette vision du monde étaient conçues, alors il était possible d’aller dans ce monde pseudo-fictif. Il s’agissait vraiment d’une sensation proche de la transmigration vers un autre monde.

Et puis, au moment de la déconnexion, ces données de conscience étaient recopiées dans le corps. Quand cela se produisait, l’expérience se trouvant à l’intérieur du réseau était mémorisée dans le corps réel comme s’il l’avait lui-même vécue.

Cela dit, il s’agissait de la première fois que j’en faisais l’expérience. En fin de compte, je n’étais rien de plus qu’un travailleur à temps partiel. Ce que j’avais fait jusqu’à maintenant, c’était la création de phrases pour des personnages, l’ajout de mouvements et l’édition et la synchronisation de la voix de ces personnages. Cela pouvait simplement être fait même à la maison, car il fallait simplement un PC, un micro, et la caméra de capture de mouvement présente sur une console de jeu.

Le personnage qui m’avait été confié était le Seigneur-Démon Hellshaft. Il s’agissait d’un personnage extraordinairement important. Par conséquent, il était prévu que les scénaristes écrivent ses dialogues, mais ils avaient finalement pris du retard. Après tout, ce jeu avait beaucoup de dialogues et d’histoires dans l’ensemble du monde. Et pour accentuer le problème, il y avait également une pénurie d’écrivains, alors j’avais dû réfléchir à l’ébauche de proposition pour certains dialogues pour ce personnage.

Devant une caméra et un micro, j’avais joué ces phrases que je pensais tout en les mimant les actions. C’était embarrassant au début, mais au fur et à mesure que j’avançais dans mon travail, c’était devenu de plus en plus amusant. Au fur et à mesure que je le faisais, j’avais commencé à exagérer sur certaines choses, et les lignes où j’étais en état d’excitations et d’exubération augmentaient.

Si j’avais été vu par d’autres, ça aurait sûrement été le spectacle le plus glauque à voir.

Mais en vérité, c’était après tout du travail et je ne faisais pas ça pour m’amuser.

Comme c’était du travail, j’y avais simplement travaillé avec sérieux afin de faire quelque chose d’approprié au personnage.

En tout état de cause, en fin de compte, ces lignes de dialogues avaient été traitées comme des données d’échantillonnages pour le personnage. En utilisant ces lignes comme référence, sa personnalité avait été définie dans ses paramètres sur sa fiche de personnages. Et avec cela, il semblait qu’une IA serait capable de créer des répliques appropriées en temps réel.

En d’autres termes, même s’il y a des détails qui n’avaient pas été directement programmés en dur, il serait capable de parler avec les joueurs d’une manière appropriée. Et à ce niveau-là, même sa voix ne serait pas la mienne dans le jeu définitif, mais elle utiliserait un échantillon de la voix d’un acteur professionnel, et cela créerait de la même façon les répliques en temps réel.

Quand j’avais vu ces documents, la question qui m’était venue à l’esprit était : « n’est-ce pas déjà la même chose qu’un humain vivant ? »

En regardant les diablesses sexy qui pressaient leurs corps sur moi des deux côtés, mes estimations à ce moment-là n’étaient pas fausses et je pouvais ressentir une sensation bel et bien réelle. Non, c’était vraiment une sensation corporelle que je ressentais et non pas quelque chose de simulé ! Et à ce propos, ce jeu ne serait-il pas classé en R-18 à sa sortie ? Voilà la réplique que je voudrais leur faire à ces développeurs. En ce moment, je pouvais parfaitement y répondre d’une manière appropriée, preuve à l’appui.

Maintenant que j’y pense, dans les documents pour la création de personnages qui m’avaient été remis comme matériaux de travail, il y avait vraiment beaucoup d’objets et d’informations étranges qui y étaient inclus. Il y avait des statistiques incluses dedans comme le niveau d’érotisme ou l’effet aphrodisiaque du coefficient de phéromone, et toutes ces données qui, étrangement, avaient une allure appropriée pour tard dans la nuit et non pas pour un jeu pour tous.

Si l’on examinait maintenant la situation se déroulant actuellement devant moi, il se pouvait que ces statistiques aient été des caractéristiques qu’il était prévu de mettre en œuvre. Le concepteur du jeu était vraiment trop pervers.

« Hehehehe, Hell-samaaaa ♡ ! Pourquoi ne pas quitter les lieux et aller dans une chambre tous les deux ? Est-ce la meilleure des manières pour mon Hell-sama soit séduire sexuellement par votre Forneus d’amour ? » déclara Forneus.

Même si j’entendais de tels mots murmurés à mon oreille, franchement, je n’avais aucune idée de ce que je devrais faire pour y faire face. Ahh, merde, si seulement je pouvais au moins sauver et charger ! J’avais tellement peur qu’on me déteste que je ne savais pas comment répondre à cela. Pourquoi n’y a-t-il pas d’options de sauvegarde et de chargement dans les MMORPG ? Cela ne le rendrait-il pas différent du jeu merdique connu sous le nom de réalité ?

« Hmm. À ce propos, je me demande ce que je devrais faire ? Non, s’il y avait au moins des choix prédéterminés, je pourrais y réfléchir. Ce n’est pas comme si je ne voulais pas, tu sais ? C’est juste que je (ore), non, je (boku) suis simplement, pas habitué à ce genre de chose, » murmurai-je.

J’étais sûr que mon visage était devenu rouge vif en ce moment. Mais je n’y peux rien y faire si cela m’arrive ! C’est tout simplement parce qu’être approché par une belle fille est une expérience fantastique, et que cela n’arriverait jamais dans le monde réel ! Ahh, ce casque qui cache complètement mon visage est vraiment fiable en ce moment. Ce casque faisait partie de mon visage.

J’avais eu un temps de retard quant à la façon de réagir, car je me sentais gêné, mais quand j’avais soudain levé le visage vers elles, Forneus et Satanachia me regardaient toutes les deux avec des visages perplexes.

« Êtes-vousss... vraiment Hell-sama ? » demanda Forneus.

« En effet... Votre attitude est très différente de la normale, » déclara Satanachia.

Hein ?

« Euh, quant à savoir si je suis le vrai... bien que je sois l’acteur vocal, je ne suis pas le personnage en lui-même, » répondis-je.

Forneus écarta rapidement sa poitrine de moi qu’elle pressait avant ça sur mon bras. Même Satanachia, qui était de l’autre côté, avait également séparé son corps de moi. Leurs expressions étaient complètement différentes de ce qu’elles avaient précédemment. Leurs yeux qui semblaient avoir des symboles de cœur qui flottaient en eux tout à l’heure avaient maintenant un éclat froid.

Alors que je les regardais, des fenêtres s’étaient ouvertes à côté d’elles. Et puis, une statistique nommée « Loyauté » avait été affichée dans ces fenêtres, et leurs valeurs numériques étaient passées de 80 à 30.

Qu’est-ce que c’est que cet affichage ? En plus, l’ambiance n’a-t-elle pas changé tout à coup ? Se pourrait-il que j’aie choisi la mauvaise réponse ? Eh bien ! Si possible, les choix ne pourraient-ils pas être affichés dans des fenêtres pour qu’ils soient faciles à comprendre, un peu comme dans un jeu vidéo érotique ?

« Mon Roi, » déclara une voix d’homme.

Un homme qui ressemblait à un majordome inclina respectueusement la tête. Il s’agissait de l’un des leaders, Adra.

« E, euh, qu’est-ce qu’il y a ? » J’étais devenu humble par simple réflexe alors que je lui avais répondu.

Après avoir entendu ma réponse, Adra avait également froncé les sourcils.

Il m’avait alors reparlé. « ... s’il vous plaît, pourriez-vous dire quelques choses à toutes les personnes présentes tout comme vous le faites habituellement ? »

Hein ? Parle-t-il d’un discours ? Non, je ne peux pas. Je deviens nerveux quand je me retrouve devant des personnes. Franchement, je suis vraiment horrible quand il s’agit de faire ce genre de choses. Je peux même rajouter que même dans la salle de classe, je gèle quand je me tiens devant le tableau noir. Franchement, comment est-ce que toutes les autres personnes peuvent supporter ce genre de pression ? Je pense vraiment que cela doit raccourcir ma durée de vie chaque fois que je dois le faire. Afin de préserver ma vie pour qu’elle soit aussi longue que possible, je dois refuser résolument de faire ce genre de demande, pensai-je.

« Hmm, et si je faisais ça une autre fois..., » déclarai-je.

Hein ? C’était peut-être mon imagination, mais j’avais l’impression que les yeux d’Adra étaient devenus froids. Avant même que je puisse m’en rend compte, même Forneus et Satanachia s’étaient placées dans un endroit loin de moi.

Et puisqu’il y avait une atmosphère quelque peu désagréable qui planait maintenant dans la pièce, j’avais levé à contrecœur mon corps massif hors du trône. Au moment où je l’avais fait, j’avais pu voir qu’une tension et une agitation se répandaient parmi les monstres qui remplissaient la salle.

Je m’étais avancé, et quand j’étais arrivé au bord de l’estrade, la salle devint complètement silencieuse, alors que les monstres observaient chacune de mes actions.

Franchement, ça me rend excessivement nerveux ! Ne pouvez-vous pas continuer vos discussions comme si de rien n’était ? Même si je savais que toutes ces personnes étaient des personnages issus du jeu, le fait d’être regardé me rendait nerveux.

Comme il n’y avait rien qui ressemblait à un micro devant moi, j’avais à contrecœur fait entendre ma voix et j’avais commencé à parler.

« E, euh... euh, Hmm, bon travail là-bas. Ou plutôt, je ne comprends pas vraiment la situation. Mais, le fait de parler ainsi comme le personnage que j’ai moi-même créé, c’est un peu étrange et ─, » commençai-je à dire.

Une épée qui avait un lustre à l’aspect moite avait été projetée devant mes yeux.

« Uowah! » m’écriai-je.

J’avais aussitôt sauté en arrière, mais comme si cette épée était collée à moi, elle était restée devant mon visage.

A, Adra !?

Cette épée appartenait à Adra. Alors qu’Adra me pourchassait avec ses mouvements rapides, il m’avait poussé son épée très près de ma gorge.

Et puis, il avait parlé d’une voix froide. « Espèce de salaud, qui es-tu ? »

Les yeux pénétrants d’Adra brillaient derrière ses lunettes. J’avais l’impression que j’allais être tué avec simplement la force présente dans ses yeux.

« Quoi ? Tu me demandes qui je suis, je, je, je suis, après tout, c’est moi..., » balbutiai-je.

Quand ma conscience s’était concentrée sur Adra, des nombres étaient apparus à côté d’Adra. Le nombre qui était autrefois à 50 était soudainement tombé à zéro. Il s’agissait exactement comme ce qui était s’était produit pour Forneus et Satanachia tout à l’heure.

Quand j’avais regardé de plus près à côté de ses chiffres, le mot « Loyauté » était inscrit de la même façon.

 

 

Loyauté de quoi ? La loyauté... qu’est-ce que cela veut dire ? Et le fait que ce soit à zéro... est-ce qu’en d’autres termes, la loyauté d’Adra à mon égard est nulle ? S’il n’y a aucun respect pour moi, alors il n’y a aucune affection pour moi. Donc, cela veut aussi dire qu’il ne me voit pas comme son roi, n’est-ce pas ? Des sueurs froides avaient couvert mon corps alors que tout cela traversait mon esprit.

Serait-ce... une situation dangereuse ? Me demandai-je.

***

Partie 2

Afin de chercher de l’aide, j’avais cherché les silhouettes de Forneus et de Satanachia. Cependant, toutes les deux me regardaient aussi avec des yeux d’une froideur effrayante. Il n’était même pas nécessaire de revérifier leur « Loyauté » pour comprendre la situation. Quant à savoir pourquoi, c’était parce que je sentais que lorsqu’elles me regardaient, leurs yeux m’indiquaient qu’elles regardaient un déchet. Je connaissais très bien ce sentiment, car il s’agissait des yeux que les filles avaient quand elles me regardaient dans la classe.

Et puis, Gracia était... Oh, pourquoi souris-tu si méchamment et fais-tu craquer tes articulations ? Attends, ne t’approche pas de moi !

Même parmi les autres monstres, une agitation se répandait.

« Ils disent que ce n’est pas le Seigneur Démon, non ? » « Est-ce un faux ? » « Où est passé le vrai ? » « Comme si je le savais ! On devrait le tuer, non, le torturer et lui faire cracher le morceau. »

Et puis, les monstres avaient commencé à se rapprocher lentement de moi.

Oh merde !

C’est mauvais !

Est-ce que je vais me faire tuer par ces types ?

Franchement, le fait de voir le dernier boss qui subit la coercition de tous ses sous-fifres avant de se faire tuer, c’est quoi ce genre de développement ! Il faut déboguer un peu tout ça, développeurs de merde !

J’étais pris au piège par Adra et Gracia, et Satanachia et Forneus accumulaient de la lumière dans leurs mains alors qu’elles se préparaient sans doute à utiliser la magie contre moi.

M-Mais comme c’est un jeu, ça n’a pas vraiment d’importance si je meurs, n’est-ce pas ? Je reviendrai probablement dans mon monde d’origine, non ?

... Non, attends un instant !

N’est-ce pas déjà arrivé assez loin dans le passé ? Je parle des jeux mortels où quand vous mourez dans le jeu alors vous mourez vraiment ?

...

Dans ma tête, je m’étais remémoré de la silhouette d’Asagiri alors qu’elle se transformait en fragments de lumière et disparaissait.

Se pourrait-il... qu’elle ne soit pas vraiment morte, non ?

Et alors même pendant que j’y réfléchissais, les monstres avaient rétréci le cercle qui m’entourait.

Adra avait enlevé son épée de ma gorge. Cependant, ce n’était pas qu’il avait arrêté d’essayer de me tuer, mais simplement qu’il avait pris position pour effectuer une vraie attaque.

Qu’est-ce que je dois faire ?

Qu’est-ce que je peux faire ?

Qu’est-ce que je devrais faire ?

Peu importe ce que les gens disent...

Je, je...

Attends un peu...

« ... s’il vous plaît, pourriez-vous dire quelques choses à toutes les personnes présentes tout comme vous le faites habituellement ? »

Adra l’a déclaré tout à l’heure.

Je dois agir comme d’habitude.

Cependant, je ne dois pas agir en tant que l’être humain nommé Doumeguri Kakeru, mais en tant que le Seigneur-Démon qui se tient habituellement devant eux...

Mais franchement, c’est impossible que je puisse faire quelque chose comme ça !

Attends un peu.

Je le sais très bien.

Je le sais, n’est-ce pas ?

Après tout, il n’y a aucune chance que je ne sache pas le faire.

Car disons-le franchement, Hellshaft est...

Celui pour lequel j’ai fait tant de choses comme ses dialogues...

« Pour avoir osé usurper l’identité du Roi... Je te tuerai après t’avoir infligé autant d’agonie que je peux l’imaginer, » déclara Adra.

Je lui fais sa voix, pensai-je.

« Gracia-sama va te tuer. »

J’ai aussi rajouté tous ses mouvements, pensai-je.

« Maissss, où est le vrai Hell-samaaaa ? » demanda Forneus.

Je le suis !

« Ça ira si on le torture et qu’on lui fait cracher le morceau, » déclara Gracia.

─ Le Seigneur-Démon Hellshaft !!

J’avais étendu vigoureusement mes deux bras.

Avec seulement ces mouvements, j’avais créé une onde de choc intense de vent.

« Qu..., Quoi !? »

L’onde de choc foudroyante avait traversé le hall et avait emporté les monstres. Le menu fretin qui m’entourait avait volé dans les airs avant de s’écraser dans les piliers et les murs.

« Quelle est cette force... ! Comment est-ce possible ! » Alors même qu’ils étaient submergés, Adra, qui était à peu près capable de supporter l’onde de choc, avait fait entendre une voix emplie de confusion.

Même Satanachia s’était agrippée à un pilier et elle avait écarquillé les yeux en raison de sa surprise.

« Cette force est, c’est sûrement ─, » déclara Satanachia.

J’avais tordu mon corps massif avec une main devant moi et alors que l’autre avait été placé devant mon visage.

 

« Celui que Dieu envie, celui que le Diable adore, le Seigneur Démon qui surpasse même les barrières dimensionnelles, et qui possède mon nom miraculeux. »

 

Ce qui sortait en ce moment de ma bouche était quelque chose semblable à un chant concernant des louanges, comme si le cri d’une âme sauvage se faisait entendre en un rugissement.

Tout en prenant une pose étrange que même moi je n’avais pas vraiment comprise, j’avais déclaré ça.

Mais, c’était sans aucun doute le personnage du Seigneur Démon qui aurait agi ainsi. Cette pose elle-même n’avait absolument aucun sens, mais c’était ce qui avait été décidé pour lui.

Mais même si cela pouvait sembler étrange, c’était mon Hellshaft et nul autre.

Du moins, j’avais envoyé ses données de mouvement avec ce genre de sentiment en eux. Après tout, il s’agissait des actions que j’avais dû complètement refaire à cause d’un employé de la société Hellz Domain et de la personne qui s’occupait de moi au sein de la société, Aikawa Shuuko.

Et puis, en ce qui concernait la voix.

Les données vocales de Hellshaft étaient ─,

 

« La fournaise de l’enfer née des ténèbres de l’abîme ! »

 

Il s’agissait d’un hurlement d’enfer qui retentissait en ce moment.

L’atmosphère dans le hall vibrait, alors que les fenêtres se brisaient et des fissures apparaissaient dans les murs.

Alors que ce hurlement qui pouvait secouer même l’âme s’était fait entendre, tous les monstres qui se trouvaient dans la pièce se mirent à trembler.

Et du côté du groupe d’Adra, ils avaient tous écarquillé leurs yeux en raison de la surprise.

« Qu... C’est ce que c’est ! » s’exclama Adra.

Ce jeu était encore en cours de développement, alors même la voix aurait dû utiliser la voix temporaire.

Dans ce cas, cela voulait dire que sa voix était encore la mienne en ce moment !

 

« Le roi des enfers, Hellshaft !! »

 

Cette voix résonnait dans toutes les pièces du château et submergeait tous les monstres qui s’y trouvaient.

L’épée d’Adra s’était arrêtée net.

« ... Mon Roi ? Hellshaft... -sama ? » balbutia Adra.

Les cheveux noirs d’Adra, normalement bien coiffés, étaient maintenant décoiffés, et ils retombaient en ce moment sur son visage galbé. Un sentiment clair de malaise apparaît dans son expression.

J’avais fait un pas de plus vers Adra en le faisant comme si je tapais du pied. Il s’agissait d’un pas rempli avec assez de force pour provoquer un tremblement de terre, et le corps d’Adra avait tremblé en un bond vers l’avant. Les fissures qui s’étendaient dans le sol s’étendaient jusqu’à la zone sous les pieds d’Adra comme s’il s’agissait d’une toile d’araignée.

« Bande d’idiots ! Je vous avais tous testés... J’ai agi ainsi afin de vérifier si vous seriez tous épris par la victoire et si vous alliez baisser votre garde, » déclarai-je.

Chaque fois que je faisais un pas, un bruit sourd retentissait. Et à chaque pas que je faisais pour me rapprocher d’Adra, les sueurs froides présentes bien en évidence sur son visage augmentaient. On pouvait clairement voir que son expression indiquait qu’il était troublé.

« Dans ce cas, ces actes venant d’un lâche balbutiant de tout à l’heure étaient..., » commença Adra.

« ... Guh, je vais te féliciter pour l’avoir remarqué. Cependant... ! » déclarai-je.

Alors qu’il subissait mon accès de colère, Adra s’était mis en position afin de se tenir debout au garde-à-vous devant moi. La sueur coulait de son visage, et son regard errait dans les airs.

« Pathétique ! Votre façon de vous battre, c’était bien trop légèrrrrrrrrrrreee ! » déclarai-je.

Mon ombre qui était projetée sur le sol avait enveloppé Adra. Adra me regardait avec des yeux montrant son effroi. Son corps tremblait au point qu’on pouvait vraiment le constater.

« C’est pourquoi je n’ai pas eu d’autre choix que d’aller moi-même en première ligne ! Lors de ce combat, vous devriez avoir honte de votre manque de force ! Bande d’idiots ! » criai-je.

En ce moment, les piliers grinçaient, et tout le hall tremblait. Mon cri avait créé une nouvelle onde de choc, et avait à nouveau projeté tous les monstres au sol. Même Adra était tombé alors que cela ne correspondait pas à son attitude cool.

Après ça, la salle était devenue complètement silencieuse. Il n’y avait pas de bruit, à l’exception du grincement du plafond.

Devant les monstres tremblants, j’avais fait pivoter ma taille latéralement, et j’avais vigoureusement étendu mes deux bras. En prenant cette pose qui semblait douloureuse en un coup d’œil, j’avais inutilement fait un cri empli de puissance.

« Mon serviteur Adra ! Quelle est la race qui règne sur ce monde ? » demandai-je.

« C’est nous, les fiers Mazokus, » répondit Adra.

« Et qui est le roi des Mazoku qui est le souverain suprême du monde ? » demandai-je.

Comme s’il venait soudainement de se réveiller, Adra corrigea sa posture et s’agenouilla.

« Il s’agit du roi des enfers, le souverain absolu qui règne au sommet de toutes les créatures vivantes, Hellshaft-sama ! » déclara Adra.

« Je te permets l’honneur de prononcer mon nom ! Exalte-le ! » déclarai-je.

Adra avait tendu les deux mains vers moi, alors que les larmes lui montaient aux yeux.

« Celui à qui tous les Mazokus ont offert leur vie ! Le règne que nous adorons et aimons ! Le roi des enfers, Hellshaft-sama ! » déclara Adra.

« Révère-moi ! »

« Le magnifique Hellshaft-sama ! Hell! Hell! Hell! » cria Adra.

Après Adra, Gracia, Satanachia, puis tous les monstres dans la salle avaient levé les bras au-dessus de leur tête. Un peu en retard, Forneus leva timidement les mains. Et puis, peu après ça, les voix unies s’étaient peu à peu fait entendre avec une force comme pour faire sauter le château.

« Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! Hell! »

J’avais scruté avec satisfaction les milliers de monstres rassemblés dans la salle.

Dans mes pensées, j’avais poussé un soupir de soulagement. Pendant que je faisais ça, Adra était venu devant moi et s’était mis à ramper. Et puis, alors qu’il était à quatre pattes, il m’avait regardé.

« Je suis terriblement désolé ! Notre roi, notre magnifique souverain, Hellshaft-sama ! » déclara Adra.

J’avais encore une fois concentré mon attention sur Adra. Au moment où je l’avais fait, les statistiques d’Adra s’étaient affichées dans mes yeux.

Quand j’avais constaté que sa Loyauté était remontée à 70 sur 100, j’avais tapoté ma poitrine bien bombée.

« ... C’est très bien. Pour cette fois, je vais te pardo─, » commençai-je.

« J’ai commis le péchée d’avoir douté de mon maître, et d’avoir pointé mon épée vers lui. Le prix à payer est une mort certaine. Je m’excuserai avec ma vie, » déclara Adra.

Adra avait pris l’épée avec laquelle il avait essayé de me tuer, et cette fois, il l’avait mise dans son propre cou.

« Hm ? A-Attends... un peu, » déclarai-je.

Se pourrait-il qu’il ait sérieusement l’intention de mourir ? Non, ce n’est pas possible, Hahaha...

« Pour notre Roi ! Gloire à Hellshaft-sama ! » cria Adra.

L’épée avait vraiment commencé à pénétrer dans le cou d’Adra, et le sang avait jailli de là.

UWAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !?

Je m’étais précipité sur lui et j’avais attrapé le bras d’Adra.

« ARRÊTE-ÇAAAAA !! » criai-je.

« Qu-Qu-Qu’est-ce que je dois faire ? Quant à continuer à vivre dans le déshonneur après que cela..., » commença Adra.

« Espèce d’imbécile ! Ne comprends-tu toujours pas ? Espèce d’idiot pathétique ! » m’écriai-je.

« ... Hein ? »

Il m’avait regardé avec un visage abasourdi. En peu de temps, son visage était devenu complètement hagard. Ahh, bon sang. Ce type est mauvais pour mon cœur !

« Ta vie m’appartient ! Je ne permettrai pas que tu fasses quelque chose comme de la jeter à ta convenance sans avoir eu ma permission ! Je ne le permettrai absolument jamais ! Le seul moment où tu as le droit de mourir, c’est quand je t’ordonnerai de mourir ! » criai-je.

« Mon Roi..., » déclara Adra.

Les larmes débordaient des yeux d’Adra comme si une digue s’était brisée. Ses épaules tremblaient, et des gouttes d’eau tombaient sans fin sur le sol. À cet instant même, l’une des statistiques d’Adra avait soudainement changé.

Incroyable ! La « loyauté » d’Adra a atteint la limite supérieure, et a été augmentée jusqu’à 100 !

En voyant la silhouette de l’un des commandants trembler d’émotion, il semblerait que les monstres dans la salle avaient été également impressionnés. Tout le monde était dans un état d’obéissance et observait l’estrade.

Même si vous me regardez tous avec des yeux pleins d’espoir, je n’ai pas plus de choses à dire dans ma tête. Si je dis des choses avec insouciance, alors mes défauts réapparaîtront. Quand j’avais pensé cela, mes jambes s’étaient soudainement mises à trembler. Argh, c’est le bon moment. On se tire d’ici.

« Vous... Vous tous, vous feriez mieux de garder cette dévotion dans votre cœur ! Je retourne dans ma chambre. Appréciez tous le reste de la fête depuis ici présente, » déclarai-je.

Après avoir lâché ces mots, j’avais agité mon manteau qui scintillait comme des flammes, et j’avais quitté la salle en toute hâte, mais avec grandeur.

Et puis, au moment où les portes s’étaient fermées, je m’étais affaissé alors que la force quittait mes genoux. J’étais tombé en m’effondrant juste là. Mais une fois, le moment de l’excitation passé, la peur s’était soudainement précipité à l’intérieur de mon cerveau.

« Dieu merci... Je suis toujours en vie. Franchement, je te dis merci, mon Dieu, » déclarai-je.

Puis, en courbant mon grand corps en une petite boule, je m’étais recroquevillé. J’avais appuyé sur mon corps qui claquait et tremblait et je m’étais serré dans mes bras, mais le tremblement ne s’était pas arrêté complètement. Mes émotions s’étaient transformées en larmes et avaient inondé mon corps. Les larmes étaient sorties de mes yeux avaient de s’écouler par les trous présents dans mon casque. Mon expression ne se voyait pas du tout, mais il semblerait que ce genre d’acte me soit possible.

« C’était effrayant... C’était si effrayant..., argh, *sniff*, » murmurai-je.

J’avais l’intention d’agir comme je venais de le faire à partir de maintenant. Mais je ne savais pas si je pouvais les convaincre ainsi. Et en vérité, je ne savais pas comment la programmation s’était déroulée, et selon les circonstances, il y avait aussi la possibilité que les données que j’avais envoyées n’aient pas été utilisées. Cependant, il semblerait que mes données temporaires aient été correctement utilisées. C’était clair d’après la réponse de ces monstres.

Ah, ce n’est pas bon.

Si quelqu’un me voyait comme ça, le jeu d’acteur exceptionnel que j’avais réalisé pour la première fois dans ma vie et pour lequel j’avais tant souffert serait gaspillé.

Après avoir essuyé mes larmes et m’être levé, j’avais tourné mon regard partout pour voir si quelqu’un m’avait vu faire ça. Il semblait qu’il n’y a personne. Après avoir poussé un soupir de soulagement, j’avais commencé à marcher. Le couloir qui s’étendait devant moi était très large, et le plafond était haut. Et puis, cela semblait continué sans fin.

***

Partie 3

Voyons voir... D’abord, je veux enlever cette armure. Je veux aussi vérifier ce qui se passe sous cette armure. Au pire, je ne pourrai peut-être ne pas pouvoir l’enlever, pensai-je.

La première chose que je dois faire, c’est de trouver un endroit où je peux me calmer... comme ma chambre, la chambre du Seigneur-Démon Hellshaft. En tant que Seigneur Démon, je devrais avoir une chambre ou deux pour mon usage exclusif. Cependant, il y a un énorme problème avec cela, pensai-je.

Je ne sais pas où est ma chambre.

Pour commencer, je n’arrive pas du tout à comprendre la structure de ce château. Je suis sûr que la carte m’a été envoyée comme document. Mais, comme je pensais que ce n’était pas pertinent pour moi, je ne l’ai même pas regardé, n’est-ce pas... Putain de merde ! Il faudrait que j’agisse d’une manière un peu plus sérieuse envers mon travail, pensai-je.

Mais tout cela aussi dû à la cruauté de la personne de HELLZ DOMAIN qui s’était occupé de moi, Aikawa-san, qui était la cruauté incarnée. Elle n’était pas une personne, c’était un Oni ayant l’apparence d’une femme. Les reprises et les changements de spécifications donnaient l’impression que ça continuerait à l’infini. Tout cela m’avait sérieusement fait perdre toute motivation.

Ce jeu possédait une grande quantité de personnages définis, donc la charge de travail était vraiment énorme. Le jour où une demande de scénarios pour tous les personnages avait été faite aux scénaristes, le nombre de scénarios et les horaires étaient devenus clairement irréalistes. Même avec les mouvements réalistes à capturer, le jour où les acteurs appropriés avaient été utilisés et avaient réalisé ça dans un studio de capture de mouvement, il semblerait que les coûts n’étaient pas du tout rentables compte tenu des retours envisagés.

S’il s’agissait d’un jeu du passé, alors personne ne s’opposerait à ce que les modèles et les mouvements soient réutilisés, et le fait que les nombres de polygones et la résolution de l’image soient tous deux faibles était tout à fait naturel. Et avant ça, s’il s’agissait de l’ère des jeux avec des graphismes 2D, alors il n’y aurait pas eu de problème avec les dialogues vocaux. Cependant, les machines à réalité virtuelle à très haute résolution et à la fine pointe de la technologie ne permettraient pas aux choses de se dérouler aussi facilement. Au fur et à mesure que la technologie évoluait et que les performances du matériel de jeu augmentaient, les coûts de développement et le temps requis pour la réalisation d’un logiciel finale augmentaient tout autant.

Et ce qui avait été le premier à être réduit, c’était le coût de la main-d’œuvre. C’est pourquoi ils avaient adopté la méthode consistant à utiliser des travailleurs à temps partiel bon marché et à augmenter la quantité de données traitée par chaque personne avec un minimum d’équipement. C’est pourquoi un personnage important comme le dernier boss du jeu, le Seigneur-Démon Hellshaft, avait été remis à un lycéen comme moi.

Ce dont je m’étais souvenu tout à l’heure, c’est que sur la feuille définissant les personnages, afin de pouvoir décider des caractéristiques spéciales de Hellshaft, j’avais attribué plus de la moitié des valeurs numériques par pure rage et je les avais envoyées... mais comme il y avait tant de reprises et que tout cela m’énervait, je m’étais inconsciemment retrouvé dans une colère noire. Je ne le regrettais pas. Étant donné qu’Aikawa-san ne m’avait pas adressé de plaintes à ce propos, elle avait probablement pensé que les données d’origine étaient des déchets et les avait éliminées sans regarder les nouvelles données.

Après tout, si elle avait vérifié le contenu, je l’aurais sûrement regretté. Le résultat aurait été de jeter de l’huile sur le feu qu’était la colère qui définissait l’existence d’Aikawa-san. Franchement, même si je n’étais pas dans un état d’esprit normal, c’était vraiment dangereux. Comme on dit, on ne sait pas ce que feraient les humains lorsqu’ils se retrouveraient acculés dans un coin ! La cause de tout ça, c’était moi.

Mais maintenant, revenons au sujet principal. Donc, à cause de tout ce qui s’était passé avant ça, j’étais ici dans l’Hellshaft, le seigneur du château, mais je ne connaissais pas du tout l’agencement intérieur des lieux.

C’est donc ça, je devrais pouvoir afficher la carte à partir de l’écran du menu, m’étais-je dit après m’être rendu compte que j’étais dans un jeu.

J’avais tendu mon index et mon pouce en forme de L, puis j’avais tourné mon poignet avec l’idée de tourner une poignée de porte. Au moment où je l’avais fait, une fenêtre s’était ouverte devant mes yeux.

J’avais immédiatement remarqué qu’il y avait un bouton Déconnexion dans les éléments du système.

« Ça aurait été bien de se déconnecter... C’est un peu tard pour le dire maintenant, » murmurai-je.

Mais tout cela voulait simplement dire que j’avais été si agité que je n’avais même pas remarqué quelque chose de si basique. Pour aller encore plus loin, ce jeu présentait une sensation de participation au jeu, ou plutôt une sensation de réalité, ce qui m’avait fait oublier que je me trouvais actuellement à l’intérieur d’un jeu. J’avais appuyé sur le bouton Déconnexion du bout du doigt.

« Euh ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Le bouton Déconnexion n’est pas actif, » murmurai-je.

Mes espoirs avaient été brisés en un instant. Mais depuis le départ, c’était ainsi que la vie était et rien ne ferait changer cette réalité gravée dans le marbre. Plus l’espoir était grand, et plus le désespoir après lui devient important. C’est pourquoi il valait mieux ne pas avoir d’espoir. C’est pourquoi un événement tel que le fait de ne pas pouvoir me déconnecter était quelque chose qui ferait que je sois frustré ─,

« Attends un peu !? N’est-ce pas très grave de ne pas pouvoir se déconnecter ? Que dois-je faire pour retourner dans le monde réel ? Attends ! N’y avait-il pas des mesures d’urgence ou quelque chose comme ça dans les spécificités du jeu !? Il faudrait faire quelque chose comme envoyer un email à l’administrateur ! » déclarai-je.

J’avais parcouru l’écran du menu en toute hâte. Cependant, je n’avais pas pu trouver un tel mot dans la liste.

Après avoir fait baisser mes épaules en raison de la déception, cette fois j’avais essayé de vérifier mes propres statistiques.

Je m’appelle Hellshaft. Ma race est celle du Seigneur-Démon. Mon niveau n’est pas affiché. Mon niveau n’est-il pas affiché parce que je suis le dernier boss du jeu ?

Passons à ce qui concernait la magie. Hellshaft était un sorcier qui possédait également de puissantes attaques physiques, un soi-disant Épéiste Magique. J’étais sûr que je devrais être capable d’utiliser la magie d’attaque qui me convenait le mieux. Cependant, après avoir vérifié mes magies disponibles, j’avais été franchement étonné.

Quoi, quoi, quoi ? Est-ce tout ce que je peux utiliser comme sort ? me demandai-je.

Il n’y en avait que deux dans ma liste. L’un d’eux était une magie appelée « Ecstas ». Le nom me donnait seulement un sentiment déplaisant. Et puis, l’autre était nommé « L’enfer et le paradis »... Quoi qu’il en soit, je n’avais qu’un sentiment de malaise en voyant ces deux sorts.

En plus de cela, même si ce n’était pas vu comme quelque chose de magique, il y avait une commande système appelée « Téléportation ». Elle me permettait probablement de me déplacer instantanément vers un endroit sur la carte.

Mais qu’est-ce qui se passe ici ? Même si je suis un Seigneur Démon, je ne peux pas du tout utiliser de magie. J’ai aussi vu mes statistiques comme l’endurance et la puissance d’attaque, mais comme je n’ai rien avec quoi comparer, je n’ai aucune idée à quel point ces chiffres sont hauts, pensai-je.

Bien que la carte très grande montrait un croquis approximatif du château, elle ne m’indiquait pas où se trouvait ma propre chambre. Et peut-être parce que la Téléportation ne me laissait aller nulle part ailleurs que là où j’étais déjà allé une fois, rien ne s’était passé quand je l’avais choisie.

En plus, si j’errais sans but pendant trop longtemps, on me soupçonnerait à nouveau. À ce stade, serait-il préférable de demander à quelqu’un comment m’y rendre ?

Non, je ne peux pas faire ça. Si on me demandait pourquoi je ne connaissais pas le chemin de ma chambre, je n’aurais aucun moyen d’y répondre d’une manière appropriée. Après tout, faire semblant d’être amnésique ne servirait à rien, n’est-ce pas ? Ouais, ce n’est pas bon du tout.

Dans ce cas, je n’avais pas d’autre choix que de faire pour le moment semblant de faire une inspection des lieux. Heureusement, mes subordonnés étaient au milieu de la fête de la victoire, donc je ne voyais pas beaucoup de silhouettes de monstres.

L’intérieur du château, inutilement spacieux, était calme là où je marchais. En ce moment, ne pourrais-je pas enlever mon armure même au milieu du couloir ? Alors que je pensais ça, j’avais entendu des sons couplés avec un arôme agréable venant d’un peu plus loin. Il s’agissait du son de quelque chose qui était frappé d’une manière rythmique, et le son de quelque chose qui était en train d’être cuit sur une plaque de fer.

Est-ce que cet endroit... est une cuisine ? Me demandai-je.

Après avoir été attiré par l’odeur et avoir jeté un coup d’œil, j’avais constaté qu’un grand nombre de cuisiniers travaillaient activement dans la cuisine. Toutes étaient de jeunes femmes, mais elles avaient des oreilles de lapin qui sortaient au niveau de leur tête et elles avaient aussi des queues de lapin. Elles étaient probablement toutes des femmes bêtes ou des démons. De plus, comme leur allure avec le tablier était étonnamment mignonne, cela aurait certainement été un spectacle irrésistible pour les personnes qui avaient un goût prononcé pour ce genre de chose. Eh bien, comme je n’étais pas un fétichiste des femmes-animaux, je n’avais aucune envie particulière vis-à-vis d’elles. C’est vrai, je ne suis pas excité à propos des oreilles et des queues, donc à moins qu’elles aient de beaux seins ou de belles fesses, je ne les aime pas particulièrement.

« Hé ! Toi, l’esclave là-bas, qu’est-ce que tu fais ? Dépêche-toi de faire la vaisselle ! »

« Oui ! Je suis désolée ! »

Dans le lot se présentant devant moi, cette personne qui s’était fait désigner comme étant une esclave était belle. Même si sa poitrine était grande, son corps souple et élancé était vraiment magnifique. Elle portait un tissu en loques qui était probablement à l’origine une chemise, et en plus de cela, elle avait des attaches en cuir dans le genre SM attachées sur son corps. Aussi, le tissu qui était enroulé autour de sa taille était tout ce qui cachait son corps. Est-ce que c’était à l’origine un manteau ? Comme je ne vois pas le tissu issu d’une possible culotte, elle était clairement sans sous-vêtement, non ? Sa poitrine se détachait aussi un peu. Bien qu’elle ne soit pas autorisée à porter de sous-vêtements et qu’elle se retrouvait dans une telle position, je ne pouvais pas réfréner mon excitation.

Et puis, elle avait des accessoires classiques pour les esclaves tels qu’un collier, des menottes et des entraves aux pieds. Ces objets mettaient l’accent sur sa position en tant que personnage féminin. Les chaînes avaient été enlevées pour qu’elle puisse faire son travail plus facilement, mais elles étaient probablement attachées à elle normalement. Je ne pouvais pas me lasser de son regard dédaigneux, car elle avait été faite pour porter un costume si indécent, et cela même si elle avait l’impression d’avoir beaucoup de fierté en elle. Ce ne serait pas drôle si s’agissait d’une esclave dans la réalité, mais ce n’était après tout qu’un jeu. Cela devrait également être un PNJ destiné à animer la vision du monde.

« Esclave ! Qu’est-ce que tu fais ? Tu vas travailler 24 heures d’affilée, » ordonna la chef des lieux.

« Oui ! Je suis terriblement désolée ! Je travaillerai 24 heures d’affilée ! » déclara l’esclave.

Ahh, elle a la vie dure. Mais son malheur l’avait plutôt rendue mignonne. Pourtant, on dirait qu’il y avait des esclaves d’entreprise, même dans un monde de jeu comme celui-ci.

« Il n’y a pas assez d’ingrédients ! Dépêche-toi d’aller chercher des ingrédients et de l’alcool dans l’entrepôt souterrain ! » ordonna la chef des lieux.

« Hein ? Mais... mais l’entrepôt souterrain est... est-ce l’endroit avec des créatures bizarres ? Cet endroit a des tentacules gluants et dégoûtants qui se tortillent sur votre corps. Et, même si ce n’était pas si mal la dernière fois, j’ai subi des choses terribles que je ne peux pas dire aux hommes d’affaires qui m’ont fait..., » l’esclave répondit à sa responsable.

Dans tous les cas, il s’agissait d’une voix que j’avais déjà entendue de quelque part... Est-ce que l’échantillonnage de sa voix pourrait être fait par quelqu’un que je connais ?

« Ce genre de choses ne me concerne pas ! Fais simplement un effort, » déclara la responsable de la cuisine.

« Hiiiiiiiiiii ! »

La propriétaire de cette voix était sortie en courant par la porte. Alors qu’elle était arrivée en courant dans le couloir sans regarder devant elle, cette personne avait fait une collision frontale avec mon corps avec cet élan acquis.

« Kyah!? »

En poussant un petit cri, la femme esclave était tombée. Puis, après être tombée sur ses fesses, elle avait grimacé en raison de la douleur occasionnée.

 

 

« Ah ! Euh, aie, aie... Bon sang, qu’est-ce que vous faites là au milieu du couloir... ? » commença l’esclave.

Cette esclave avait levé les yeux vers ma silhouette et elle avait cligné des yeux.

Eh bien, cela me dérangeait depuis un certain temps, mais... cette personne n’est pas un PNJ. Ou pour le dire plus simplement, je connaissais cette personne. Mais pour l’instant, le fait qu’il n’y avait rien sous son pantalon ou sa robe en loque, comme je l’avais prédit, était vraiment important. Je ne pouvais pas séparer mes yeux de cette zone. Eh bien, bien sûr que cela serait impossible. Après tout, une magie démoniaque était jetée sur l’entrejambe d’une femme. C’était une magie qui empêcherait quiconque de détacher son regard si la personne affectée était un homme. C’est pourquoi ce n’est pas ma faute.

Cette femme esclave était devenue pâle alors que ses lèvres tremblèrent de terreur.

« S-Seigneur-Démon... -sama !? » s’exclama-t-elle.

Tout en transpirant des sueurs froides, ses yeux bougeaient partout frénétiquement.

Après que l’esclave femelle ait grimacé et se soit relevé d’un coup, elle s’était placée dans une position de seiza à vive allure. Elle s’était même plaqué la tête contre le sol. Euh, est-ce un dogeza sautant !?

« Je suis terriblement désolée ! J’ai, moi, une humble esclave, fait quelque chose pour causer le mécontentement du Seigneur-Démon, » déclara l’esclave.

« Non, non, non ! Vous pouvez oublier le dogeza ! Et plus important encore, pourquoi êtes-vous dans ce genre d’endroit, à faire quelque chose comme ça !? » lui demandai-je.

Quand la femme esclave avait levé la tête, elle avait plissé ses sourcils en ayant l’air perplexe.

« Hmm ? ... Est-ce que le Seigneur-Démon... avait ce genre d’algorithme...? » demanda-t-elle.

« Euh, vous êtes Aikawa-san... non ? » demandai-je.

« ... Eh ? »

« Euh... C’est moi, Doumeguri. Doumeguri Kakeru, » déclarai-je.

« Doumeguri... -kun ? »

Les yeux d’Aikawa s’écarquillèrent encore plus qu’avant, puis elle devint rouge jusqu’aux oreilles.

***

Partie 4

Dix minutes plus tard. J’avais été guidé par Aikawa-san et j’étais arrivé dans ma chambre en toute sécurité. Ma chambre était fantastique. C’était la première fois que j’entre.

La pièce présentait une allure inquiétante, très évocatrice d’un Roi-Démon. Comme si elle avait été conçue par HR Giger, les murs, le plafond, la table et le canapé étaient assortis. Le tout était vivant, et certaines parties étaient mécaniques. C’était comme être à l’intérieur d’un extraterrestre. Cela dit, son aspect visuel surpassait l’étrangeté et le dégoût. Cela donnait même une atmosphère de grand-église en raison des fenêtres à l’allure grandiose permettant à la lumière de rentrer.

Eh bien, à part cela, l’espace était si large que même ce corps géant de 2,5 mètres de haut pouvait se détendre confortablement, alors j’appréciais cela. Si j’étais chez moi, je finirais par toucher le plafond si je me tenais sur la pointe des pieds.

Dans cette pièce, Aikawa-san s’était assise sur le canapé qui utilisait le squelette d’un monstre comme cadre et m’avait regardé d’un air féroce. Au fait, je m’étais placé en seiza sur le sol.

Hein ? N’est-ce pas étrange ? Je suis la personne la plus forte et la plus distinguée au monde, n’est-ce pas ? Pourquoi une esclave m’a-t-elle fait me mettre en seiza sur le sol ?

« Pourquoi, Aikawa-san… es-tu une esclave ? Et en ressemblant à ça ? » demandai-je.

« Silence ! Je ne ressemble pas à ça parce que j’en ai envie ! » s’écria Aikawa-san.

« Tu as raison ! Je suis désolé ! » répondis-je.

J’avais fini par me recroqueviller inconsciemment. Je contractais les épaules pour rendre mon corps géant plus petit.

Je n’avais jamais été dans les petits papiers d’Aikawa Shuuko depuis que je l’avais rencontrée. Sa pression était forte et effrayante. Elle se fâchait assez souvent. Et parce qu’elle remarquait les moindres détails, elle me signalait souvent des erreurs dans les données que j’avais soumises.

Sa façon de parler était trop dure, même quand je faisais régulièrement des rapports.

D’abord, c’était moi qui perds mon soutien émotionnel. Elle tourmentait mon esprit dans un état de sac de sable et poussait les demandes jusqu’à ce que je ne puisse plus m’y opposer.

Comme je le pensais, il m’était impossible d’être employé par une entreprise. Je devais trouver un emploi qui me permette de travailler à la maison sans contact avec les autres. Les concurrents les plus probables étaient de gagner sa vie avec les gains de brevet en achetant des brevets et d’écrire un light novel à grand succès, puis de faire écrire une œuvre dérivée et de faire de l’argent avec des redevances sur ces livres.

Aikawa-san avait essayé de croiser les jambes, mais elle s’était soudainement abstenue de le faire et avait serré les jambes. Son visage était devenu rouge vif et avait commencé à m’interroger.

« … L’as-tu vu ? » demanda-t-elle.

« Fueeh!? Je n’ai pas… Qu’est-ce que tu demandes !? » demandai-je.

C’était très proche. J’avais failli me faire prendre par la question principale.

Aikawa-san grinça des dents et cracha, semblant ennuyée. « Si on ne s’occupe pas de ça rapidement… »

« Attends ! Je n’ai rien vu maintenant, j’ai été tellement attiré que je n’ai rien compris, mais je ne parlerai à personne du secret important d’Aikawa-san ! Je l’emporterai dans la tombe, alors ne t’inquiète pas ! » déclarai-je.

« La façon dont tu dis me donne l’impression que je n’aurai pas de relation avec les hommes avant la mort de Doumeguri-kun ! Ne me maudis pas comme ça ! » déclara-t-elle.

Aikawa-san posa une main sur son front et déposa son corps sur le dos du canapé.

« … Tu ne vas le dire à personne, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr que oui. Je veux dire, je n’ai personne à qui parler, » répondis-je.

Aikawa-san m’avait fait un visage plein de tendresse en entendant ça, et elle en était satisfaite pour une raison quelconque.

« Oui. Et répandre des rumeurs sur Internet est inacceptable, » déclara-t-elle.

« Oui. Ce n’est pas quelque chose que je ferais, car je n’ai pas envie de même devenir un criminel. Mais Aikawa-san, si tu me faisais des choses terribles au point que je me vengerais même si je devais devenir un criminel, ce serait différent, non ? »

« Ne me menace pas de façon désinvolte… tu sais quoi ? À ce moment-là, je t’effacerai socialement avec toute ma puissance, » déclara-t-elle.

« C’est, même si tu me dis quelque chose comme la guerre…, » déclarai-je.

Comme si ce sujet était déjà terminé, Aikawa-san avait couvert mes paroles et m’avait dit. « Mais si Hellshaft était Doumeguri-kun, ça ne veut-il pas dire que tu le savais depuis tout ce temps ? Ça veut dire que tu as vu mon rôle plusieurs fois, n’est-ce pas ? »

Qu’est-ce qu’elle raconte ?

« Excuse-moi, mais ne vient-on pas de se rencontrer qu’il y a quelques instants, n’est-ce pas ? Dans ce monde, je veux dire, » déclarai-je.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Ça ne fait-il pas six mois qu’on est venus ici ? Je te demande pourquoi tu m’as ignorée tout ce temps, » déclara-t-elle.

« Six mois !? » J’avais crié involontairement de façon hystérique. Et j’avais expliqué à Aikawa-san que je venais de me réveiller.

« Hmmmm… Je me demande si une erreur ou quelque chose s’est produit. Cela expliquerait pourquoi tu t’es connecté si tard… Je pense que c’est un miracle que tu puisses te connecter à ce moment-là. Normalement, les données de conscience se cassent et c’est tout. En d’autres termes, tu serais mort, » déclara-t-elle.

Allez, peux-tu ne pas dire une chose aussi effrayante ?

« Doumeguri-kun, que sais-tu de la situation actuelle ? » demanda-t-elle.

« Eh bien, alors, par rapport aux choses qui se sont passées…, » déclarai-je.

Aikawa-san soupira profondément. « Tu es vraiment un idiot, n’est-ce pas ? Je me demande si tu n’as pas un pouvoir d’analyse, de compréhension ou d’imagination. »

J’imagine, mais je n’ai aucun argument. Si j’étais au courant, je lui aurais juste demandé de me le dire honnêtement. Et d’accord, je me souviendrai du rôle important d’Aikawa-san.

« Une erreur système grave s’est produite. Les données cérébrales de tous les étudiants qui se sont connectés pour apprendre, et ceux de l’administrateur ont été détruites. Nous sommes presque dans un état d’animation suspendu, » expliqua-t-elle.

C’était plus grave que je ne l’imaginais.

« Attends une seconde ! Il n’y a pas de quoi rire ! » m’écriai-je.

« Évidemment. C’est pourquoi, ceux qui se trouvent à l’extérieur font face désespérément à cette situation sans arrêt pour je pense, tenter de restaurer le système, » répondit-elle.

« Tu peux entrer en contact avec le monde extérieur, hein… J’étais inquiet, car mon menu système n’avait pas de fonction pour contacter l’administrateur. C’est donc un soulagement, » déclarai-je.

« Mon système est spécial pour le développement. Je suis la seule à pouvoir entrer en contact avec le monde extérieur. Mais je ne peux pas envoyer d’e-mails, je peux juste les recevoir, » répondit-elle.

« Hein ? Donc ils ne savent pas qu’on est dans ce monde de jeu ? » demandai-je.

« C’est bien le cas. Mais il semble qu’ils aient compris que notre conscience, qui avait été transformée en données, reste dans le système. Nos corps sont reliés aux équipements médicaux les plus récents et maintenus en vie dans un état d’animation suspendue. Cependant, il n’y a aucune garantie quant à notre durée de vie, » déclara-t-elle.

J’étais nerveux. L’armure maniable présentait des gouttes de sueur qui apparaissaient à sa surface.

« Les données de conscience sont dans le serveur… ce qui signifie que nous pouvons être ravivés si nous pouvons retourner dans notre corps. Toutefois, il faudra du temps pour mettre au point la technologie nécessaire à cette fin. Cela prendra au moins un an, » expliqua-t-elle.

En fin de compte, nos vies dépendent-elles des efforts de ceux qui les développent ? J’avais réfréné mon envie de pleurer.

« Mais pourquoi sommes-nous à Exodia Exodus ? Je suis dans une classe d’école, » demandai-je.

« Je sais. Et c’est là le problème, » répondit-elle.

Après avoir soupiré comme si elle était fatiguée, Aikawa-san avait commencé à expliquer en détail. Selon elle, la RV de nouvelle génération utilisée à l’origine par Exodia Exodus avait été développée par « NNT (stands for Neuro Network Technology) Systems », le développeur du système éducatif.

« Domaine Infernal », la société de développement d’Exodia Exodus, et NNT Systems avait la même société mère, ils partagèrent donc la nouvelle génération d’interface VR qui était coûteuse à développer, réduisant les coûts. Il semblait que ce plan tentait de récupérer d’énormes coûts de développement en développant des produits dans différents secteurs d’activité. Il semblerait que le serveur et le réseau étaient également partagés, mais cela avait eu l’effet inverse. Les données de conscience avaient été mélangées aux données d’Exodia Exodus dans le même intranet. Nous avions fini par nous connecter en tant que joueurs dans le jeu.

Il semble qu’Aikawa-san, qui s’était connectée à partir de la société par hasard, s’y soit mêlée. Quand Aikawa-san avait fini de parler, elle m’avait regardé et avait incliné la tête.

« Tu es plus calme que je ne le pensais. Je pensais que tu pleurerais, crierais et t’écrirais honteusement, » déclara-t-elle.

« Pour être honnête, je me sentais comme ça au début, mais… une fois que j’y ai pensé calmement, je ne peux plus rien faire maintenant. Je ne peux rien faire d’autre qu’attendre que les plus intelligents du monde extérieur fassent quelque chose. Eh bien, la seule chose qui me fait peur, c’est une panne de système, mais je suis sûr que des ingénieurs intelligents se rassembleront et s’en occuperont. Au contraire, je me sens bien, pensant que je devrais vivre et profiter d’un jeu à la pointe de la technologie de tout mon cœur ? Si je m’en fais, alors je deviendrai accro aux jeux en ligne et je ne pourrai pas me réhabiliter dans la société après mon retour dans le monde réel…, » répondis-je.

Aikawa-san grimaça avec colère. « Ce n’est pas si simple, tu sais !? Pourquoi es-tu si stupide !? »

« Hiee!? D-Désolé ! » j’avais redressé ma posture une fois de plus et je m’étais recroquevillée en essayant de rendre mon corps géant plus petit.

« Mais Doumeguri-kun alias Hellshaft est peut-être notre salut, » annonça-t-elle.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Oh, est-ce parce que je peux la libérer de son statut d’une esclave avec les pouvoirs du Roi-Démon ?

« Parce que ta priorité maintenant devrait être d’empêcher tes camarades de classe de se défaire du jeu avant toute chose, » déclara-t-elle.

Je vois, mais je ne comprends pas.

« Normalement, dans un cas comme celui-ci, on peut revenir dans le monde original après avoir fini le jeu, non ? » demandai-je.

Asagiri et Ichinomiya l’avaient dit.

« Nous retournerons à tous les coups dans notre monde ! Absolument ! »

« Continuez, tout le monde ! On est sur le point de le tuer ! On le tuera et on retournera dans notre monde ! »

« Normalement… ? Cette situation n’est pas quelque chose qui se produit normalement, n’est-ce pas ? » me demanda-t-elle avec ironie.

Elle n’a pas tort. N’est-ce pas normal pour ce genre de situation fictive, non ? Je veux dire, le personnage principal qui peut faire des progrès dans le jeu plus favorablement que d’autres comme moi, obtient le cœur de l’héroïne sans pareil.

« Eh bien, à propos du retour dans notre monde d’origine, c’est exact. C’est ce que dit le tutoriel au début du jeu. C’est pourquoi tes camarades de classe en sont convaincus, » déclara-t-elle.

« Alors ils ont tort ? » demandai-je.

« Non, pas du tout. Mais, c’est comme ça dans un scénario normal. Mais là, c’est une urgence, » répondit-elle.

Aikawa-san avait levé un doigt près de sa bouche et avait montré une expression faciale sérieuse.

***

Partie 5

« Quand la quête principale sera terminée et que le jeu aura atteint la fin… en d’autres termes, quand Doumeguri-kun sera vaincu, et que les joueurs passeront par la “Porte de l’Enfer”, la porte de l’autre monde qui est au fond du Château Infermia, les joueurs atteindront la fin. Après cela, ils seront obligés de se déconnecter un moment. Normalement, les données de conscience sont écrasées sur le corps à l’extérieur. Mais maintenant ? » demanda-t-elle pour voir si je comprenais la situation.

Un truc froid avait éclaté dans ma poitrine. J’étais à court de mots, et quand j’avais saisi la situation, Aikawa-san avait continué à parler avec une expression sérieuse.

« Lorsque les préparatifs de réception du corps ne sont pas prêts, alors les données sont simplement éjectées. Les données de conscience sans destination disparaissent. Habituellement, seuls les événements en jeu sont perdus et le corps extérieur se réveille normalement. Cependant…, » expliqua-t-elle.

« Mais maintenant que les données de conscience sont seulement dans le jeu… alors quand cela arrive, nous allons…, » répondis-je.

« … Mourir, » répondit-elle.

« Attends un peu ! Alors qu’est-ce qu’on fait !? » m’écriai-je.

« Il y a un moyen de prévenir cette tragédie, » annonça-t-elle.

Je regardais fixement les yeux d’Aikawa-san.

« C’est de ne permettre à personne de compléter le jeu. Tu protégeras la Porte de l’Enfer en tant que dernier boss et tueras tous les joueurs qui viendront te défier ! » déclara-t-elle.

« Tuer ! » répétais-je.

La sensation quand j’avais tué Asagiri m’était revenue dans la paume de la main.

« Mais… mais… si je les tue… vont-ils ressusciter ? » demandai-je.

« Oui. N’est-ce pas évident ? Je n’ai jamais vu un RPG où quand tu meurs, c’est fini, » répondit-elle.

Hmmm, si elle le dit, alors c’est sûrement le cas. Je me sentais soulagé et j’avais soupiré. Asagiri avait donc été ressuscitée quelque part.

« Mais le jeu se termine quand c’est fini. À ce moment-là, les joueurs mourront. Et pas une mort dans le jeu. Une vraie mort, » annonça-t-elle.

J’avais ingurgité profondément et bruyamment. Mais, si c’était dans ce monde, c’était une bonne nouvelle que nous pouvions mourir et revivre. Si c’était le cas, alors je ne me sentirais sûrement pas si nerveux. Cette personne était vraiment alarmiste.

« Eh bien, le truc c’est qu’il y a 2 personnes qui ne peuvent pas ressusciter dans le jeu, » Aikawa-san lâcha une bombe.

« Hein ? » m’exclamai-je.

« C’est à dire, toi et moi. Doumeguri-kun. Jusqu’à ce que le boss ennemi soit abattu, cela sera ainsi. Si on meurt dans ce jeu, on meurt pour de vrai, » annonça-t-elle.

« Quoi !? » m’écriai-je.

Qu’est-ce que… ?

« Donc, c’est une bataille dans laquelle tu ne devras jamais être vaincu. Si Hellshaft est vaincu, Doumeguri-kun meurt et tous tes camarades de classe qui passent les portes… vont mourir, » déclara-t-elle.

C’est quoi ce bordel ?

La vie de toute la classe dépend-elle de moi ?

Whoa whoa whoa, même si une chose aussi lourde m’est donnée, je ne peux pas la porter sur mon dos.

« A-Attends un moment. N’allons pas nous battre. Y a-t-il un moyen de régler tout ça en évitant de se battre d’une façon ou d’une autre ? » demandai-je.

« N’est-ce pas impossible ? Dans ce vidéo de démonstration au début, il y a une explication disant que les exigences claires sont de vaincre le Roi-Démon et de passer par la Porte de l’Enfer. Même toi, qui n’as pas eu d’explication, tu serais complètement convaincu que tu pourrais retourner dans ton monde si tu achevais le jeu, n’est-ce pas ? » me répondit-elle.

Guh, c-c’est vrai… Bon sang ! Ils ont dû ajouter une scène de démo inutile ! Si c’est le cas, que dois-je faire ?

« Fuh…, » j’avais déformé ma bouche. Bien que je le dise, elle ne pouvait rien voir parce que je portais un casque. Avec ce sentiment, j’avais parlé. « Fuh, hahahahahahahahaha, c’est ridicule. Il y a un moyen plus simple ! »

Je m’étais levé et j’avais regardé Aikawa-san de très haut. Aikawa-san m’avait regardé avec un visage soupçonneux.

« On doit juste leur dire qui je suis ! Ça peut être moi ou cela peut être toi qui le fais. Si nous leur disons la vérité, alors ça réglera le problème ! » déclarai-je.

Aikawa-san m’avait dévisagé sans bouger parce qu’elle ne comprenait pas l’expression du visage dans le casque.

« Je ne le recommande pas, » annonça-t-elle.

« Eh, pourquoi ? » demandai-je.

C’est étrange. Ça ne devrait-il pas être une suggestion parfaite ?

« Il existe dans le jeu un objet capable de vaincre le Roi-Démon en voyant à travers “l’identité du Roi-Démon”. Si le Roi-Démon s’avère être “Doumeguri Kakeru”, alors ils utiliseront cet objet pour vaincre le Roi-Démon. En d’autres termes, Doumeguri-kun, tu vas mourir et tout le monde finit par achever le jeu, » déclara-t-elle.

« Quoi… !? » m’écriai-je.

Attends, pourquoi une règle aussi injuste devient-elle claire maintenant ?

« Si tout le monde fait entièrement confiance à ce que tu dis, Doumeguri-kun, cela pourrait fonctionner, » répondit-elle. « Mais, si une seule personne a des soupçons… “N’est-ce pas le plan de Hellshaft ? Doumeguri Kakeru ne dit-il pas un mensonge pour piéger tout le monde dans une situation difficile ? N’essaie-t-il pas de satisfaire ses propres désirs ?” Si tu es soupçonné comme ça… alors à ce moment-là, tu vas perdre la vie. »

J’étais resté sans voix.

Sans aucun doute, c’était l’exigence la plus difficile pour moi.

« Oh, je suis désolée. Je ne connais rien de ta vie scolaire, Doumeguri-kun, et cela ne m’intéressent pas, alors j’ai peut-être parlé selon mon impression personnelle. Si tu es très populaire, digne de confiance et aimé dans ta classe, ou —, » commença-t-elle.

« Je suis navré. C’est impossible, » répondis-je.

J’avais plié mon corps sur 90 degrés et je m’étais excusé. J’avais arrêté ce qu’elle disait. Je n’étais ni populaire ni digne de confiance. Je n’avais même pas d’interactions ou de conversations décentes. Je ne pense pas que ces types feraient confiance à ce que je dirais.

« Une explication venant de ma bouche serait impossible, » déclara-t-elle. « Je ne peux pas sortir de ce château toute seule, et même si je devais en sortir, j’ai le même statut qu’un monstre, alors ils ne feraient confiance à rien de ce que je dis. »

Je vois. De plus, Aikawa-san ne renaîtrait pas si elle mourait. Je l’avais compris à toute vitesse quand je m’étais retrouvé devant ces types. Les capacités de Point de Vie et de défense d’Aikawa-san étaient étonnamment faibles. Elle n’avait vraiment ni cela ni la force de pouvoir marcher seule sur le terrain, et si elle était frappée par un camarade de classe effrayé, elle serait morte.

« La condition “claire” quant à voir à travers l’identité du Roi-Démon… Est-ce que ces gars le savent ? » demandai-je.

« Peut-être. Il y a des sous-quêtes où vous pouvez obtenir cet objet, » répondit-elle.

C’était bien plus grave que d’être tué dans un combat direct. Une fois qu’ils auront découvert mon identité, ils n’hésiteront pas à me tuer.

Je faisais partie de la même classe, mais cela ne voulait rien dire. Tu comprendrais si je t’expliquais. Le fait est que je ne suis pas si pur pour dire que ma tête est un champ de fleurs alpines.

Dans de telles circonstances, il n’était pas possible d’avoir un point de vue calme et logique sur les choses. Sur le champ de bataille, il n’y a pas si longtemps, quand j’avais vu l’état désespéré d’Asagiri, je l’avais compris même si je ne le voulais pas. Ils pourraient peut-être rentrer chez eux, et si cette possibilité existait, ils s’accrocheraient même à une paille. Les gens croyaient ce qu’ils voulaient croire.

Honnêtement, je ne pouvais pas m’occuper des autres. Tout le monde devait se servir. Je ferai de mon mieux pour me protéger. Pour commencer, ces types ne s’attendaient pas à ce qu’un individu comme moi aide les autres. Même les membres de ma classe ne devraient pas penser à m’aider. Ils devraient même être désespérés de se sauver eux-mêmes. Je devais donc penser à ma propre sécurité.

Sans perdre, je devais battre tous les membres de ma classe à leur propre jeu.

Et je devais m’assurer qu’ils ne découvrent pas mon identité.

Mais si j’étais la seule personne de ma classe dont on ne savait pas où elle se trouvait, il y aurait peut-être quelqu’un qui soupçonnerait que le Roi-Démon était moi à ce moment-là. Je devais faire quelque chose rapidement.

Aikawa-san m’avait alors parlé alors qu’elle interrompait mes pensées méditatives. « Hé, ça fait un moment que je pense à ça. Peux-tu enlever cette armure ? »

J’ai oublié.

Oh c’est vrai. Je me demande si Doumeguri Kakeru est sous cette armure ou non. Si je suis caché en tant qu’humain, je pourrais aller en éclaireur où sont mes camarades de classe.

J’avais affiché le menu système et vérifié mon état actuel. Bien sûr, j’étais équipé de l’armure du Roi-Démon. Alors celle-ci pouvait être enlevée. J’avais choisi la commande pour aller à l’équipement et sélectionner tout, du casque à l’équipement pour les pieds.

L’instant d’après, ma silhouette était redevenue humaine.

« Wôw ! C’est moi ! Moi ! » J’avais poussé un cri de joie inconsciemment.

« Hé… Hé »

Cependant, Aikawa-san avait ouvert la bouche et avait été très agitée. Et elle m’avait montré ma région du dessous avec les doigts tremblants. J’avais suivi ces doigts et j’avais regardé en bas.

Je n’avais pas de vêtements en bas.

« Pervers ― !! » Le cri d’Aikawa-san avait résonné. J’avais caché mon entrejambe en toute hâte. Je savais qu’il était trop tard, mais l’exposer serait pire.

« Je ne suis pas un pervers ! Je veux dire, ne regarde pas ! N’es-tu pas la perverse ici !? » répliquai-je.

« Es-tu sérieux !? C’est moi la victime, on m’a montré une chose si dégoûtante ! Espèce d’agresseur ! » s’écria Aikawa-san.

« Dans ce cas, Aikawa-san, tu m’as montré la même chose quand on s’est rencontrés il n’y a pas si longtemps ! » répliquai-je.

« Es-tu en train de dire que même mon endroit est sale !? » demanda Aikawa-san en criant presque.

« Désolé ! C’est magnifique ! Je suis honoré de pouvoir le voir ! » répondis-je.

« Perv — ers !! » cria Aikawa-san.

À ce moment-là, le bruit de la porte frappée résonnait dans la pièce.

« Hell-sama ! » La voix de Forneus se fit entendre peu après.

J’avais échangé des regards avec Aikawa-san.

C’est terrible ! Qu’est-ce qu’on fait !?

« Puis-je vous aider, Hell-sama ? C’est très animé ici, » déclara Forneus.

« Ah… e-err… désolé. Je suis au milieu de quelque chose en ce moment — ah ! » m’exclamai-je.

Aikawa m’avait donné un coup de pied dans le bas de la jambe tout à coup. Cela m’avait fait mal sans mon armure, comme on pouvait s’y attendre. Aikawa-san m’avait fait face avec les larmes aux yeux et avait baissé le volume de sa voix pour ne pas être entendue et avait évacué sa colère,

« Tu es le Roi-Démon Hellshaft maintenant ! Agis avec ton attitude stupide habituelle ! Es-tu un idiot ? Veux-tu mourir ? »

Stupide, c’était bien, mais je voulais qu’elle ne me maudisse pas avec « idiot ». J’avais chuchoté près de l’oreille d’Aikawa-san. « Ne va-t-elle pas plutôt découvrir si elle nous voit ? N’est-ce pas mieux si elle ne nous voit pas ? »

« Même si tu refuses de la voir, ta façon de parler te trahira. Et elle se méfiera complètement de toi, n’est-ce pas ? Si on sait que tu es un humain, non, s’ils concluent que tu n’es pas le Hellshaft qu’ils connaissent, et tu seras tué par tes subordonnés, non ? » chuchota-t-elle.

J’avais failli me faire tuer par Adra il y a quelques instants…

« Ils ont prêté allégeance à Hellshaft. Mais s’ils pensent que tu n’es pas le Roi-Démon, leur statut de loyauté diminuera. Alors plus personne n’écoutera tes ordres, au contraire, ils essaieront de te tuer, » déclara-t-elle.

Ce truc de jauge « LOYAUTÉ », hein ? Si ça descendait à fond, ils perdront leur loyauté envers moi et comploteront une mutinerie, non ? Bon sang, ce système a beaucoup de choses compliquées.

« Oh non ! Mais que se passera-t-il si cette tension est maintenue tout le temps ? Cela m’affectera mentalement et physiquement. Après ça, je me sentirai déprimé de temps en temps ! Je ne mens pas ! » répondis-je.

« Mais tu ne peux pas sauver tes camarades de classe sans les utiliser comme partenaires, n’est-ce pas ? De plus, tu seras attaqué par des monstres et des humains, » répondit-elle.

Merde. C’est un jeu imbattable.

« Hell-sama ? Puis-je entrer ? » me demanda Forneus.

C’est mauvais ! Qu’est-ce que je fais !?

« Allez, porte ton armure dès que possible ! Tu ne pourras pas t’excuser dans cette situation ! » déclara Aikawa-san.

Oh c’est vrai ! J’avais mis mes doigts en forme de L et je m’étais tordu le poignet. J’avais ouvert l’écran du menu avec impatience et j’avais affiché ma liste d’équipements.

***

Partie 6

L’instant d’après, Forneus, qui avait ouvert la porte, sauta dans la pièce. « Heeell-saaa... »

Je n’avais pas réussi.

Forneus s’arrêta brusquement et se raidit.

Ma silhouette reflétée dans ses beaux yeux était — la silhouette d’un maigre être humain avec le casque de Hellshaft sur la tête.

Putain ! Qu’est-ce que je fais ? Je veux dire, qu’est-ce que je fais parce que je ne peux pas trouver d’excuses maintenant ! Je n’ai pas d’autre choix que de forcer le passage !

« Qu’y a-t-il, Forneus !? Pourquoi me déranges-tu pendant mon temps libre ? » demandai-je.

Le cri de Forneu retentit. « Perve — rt !! »

« Tu te trompes ! Tu te trompes, Forneus, » répondis-je.

« Nooon ! C’est quoi cette créature ? C’est dégoûtant ! » cria Forneus.

 

 

Hé, ça m’a un peu blessé !

« Heey ! Tu ne m’écoutes passss !? » criai-je.

La pièce trembla, faisant un bruit frémissant.

Comme on pouvait s’y attendre, Forneus s’était calmée grâce à l’impact.

« Tu te trompes. C’est une apparence pour taquiner les esclaves humaines, » répondis-je.

Forneus cligna des yeux et inclina la tête sur le côté. « Hein… Hell-sama ? Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Forneus veut que vous révéliez ce qu’il y a dans votre esprit. »

J’avais croisé les bras en ayant l’air important, je m’étais penché vers l’avant, j’avais regardé Forneus de haut non pas parce que je le voulais, mais, car j’étais plus grand. J’avais pris une posture imposante. La lumière rouge de mes yeux brillait à travers l’espace de mon armure.

Mais j’étais nu.

« Sous ma forme originelle, les faibles corps d’êtres humains finissent par se briser rapidement. Mais si je transforme mon corps en quelque chose de semblable à eux, je peux passer plus de temps à les tourmenter et à les humilier, » lui expliquai-je.

Forneus avait applaudi comme si elle était d’accord avec moi. « Je vois ! Comme on s’y attendait de Hell-sama. Vous avez réussi à faire quelque chose qui ne m’a jamais traversé l’esprit sans sourciller. Forneus, qui était fascinée par vous et désire ardemment vous voir, est impressionnée. »

Hé, qui est celui qui a fait ces données de dialogue ? Humains, arrête tout de suite.

« Mais, Hell-sama ? N’est-ce pas injuste que vous m’ayez négligée et que vous ayez appelé une esclave pour vous amuser ? Laissez-moi au moins m’amuser avec vous, » répliqua Forneus, alors qu’elle fit la moue.

« Eh, non, *toux*, *toux* ! Mon essai avec toi aura lieu à un autre moment, » répondis-je.

Sans écouter les autres, Forneus s’allongea sur le canapé trois places.

« Eh bien… Je vous regarderai d’ici, » déclara Forneus. « Je vais devoir surveiller cette esclave pour qu’elle ne traite pas Hell-sama avec négligence. Et si vous avez un ordre pour moi, vous pouvez m’appeler à tout moment, Forneus fera appel et voudra être traitée avec tendresse. »

Je ne saurais la tromper. Qu’est-ce que je fais ? J’avais essayé d’établir un contact visuel avec Aikawa-san. Elle m’envoie un regard rempli d’intentions meurtrières.

C’est ce que ça voulait dire. C’était une scène qui nous tuerait si on ne faisait pas des trucs ecchi. Dans ce cas, il était inévitable de choisir ce qui était avantageux pour nous, même si c’était réduit. J’avais saisi le menton d’Aikawa-san et je l’avais forcée à se tourner vers moi.

« Cette esclave ! Tu devrais être obséquieux avec moi. Si je te caresse, ce sera comme donner de l’amour à ton humble corps, » déclarai-je.

Aikawa-san se tut fortement. Elle plia lentement les genoux, posa les deux mains sur le sol et inclina la tête en silence. Puis elle supplia, se frottant la tête contre le sol.

« … S’il vous plaît, donnez à cette humble esclave l’affection que je ne mérite pas de… Roi-Démon, » déclara Aikawa-san.

J’entendais le grincement de ses dents. Son visage était pointé vers le bas parce qu’elle était incapable de jouer correctement ou son but, était-il de ne pas me faire réaliser que son expression brûlait de colère ?

C’était certainement différent quand l’autre personne était le PNJ du Roi-Démon, mais elle s’était agenouillée sur le sol, face à un sous-traitant qu’elle avait traité comme un déchet. De plus, elle l’avait supplié de faire des choses érotiques. Cette humiliation me faisait peur rien qu’en l’imaginant. Dès que je reviendrai à la réalité, je devrai disparaître en comptant sur la sagesse, et je devrais acheter un nouveau registre de famille afin de pouvoir vivre en me faisant passer pour un autre.

Mais ce n’est pas de ma faute ! Aikawa-san elle-même a dit que nos vies seraient en danger si je n’agis pas comme le Roi-Démon ! C’est la seule chose que je peux… n-non, ça ne veut-il pas dire qu’on va le faire ?

« Hmmmm ? Qu’est-ce qu’il y a, Hell-sama ? Vos joues sont rouge vif, vous savez ? » déclara Forneus.

Quoi ? Vraiment !?

J’avais regardé le miroir sur le mur après m’être retourné. Wôw, c’est vrai. La partie des joues du casque vraiment noir était devenue rouge. Cette armure était trop riche en toutes sortes d’expressions faciales.

« M-Maintenant, monte… sur le lit, » ordonnai-je.

Les épaules d’Aikawa-san s’étaient relevées d’un coup. Elle s’était levée avec une attitude décontractée et s’était dirigée vers le lit. Sur un grand lit qui semblait plus grand qu’un lit king-size. Aikawa-san, qui portait des vêtements d’esclave, s’était assise dessus, afin de me soumettre son corps.

Je m’étais mis sur le lit et j’avais fait face à Aikawa-san. Qu’est-ce que je dois faire maintenant ?

Aikawa-san chuchota près de mon oreille comme si elle s’impatientait. « Allez… fais quelque chose rapidement. Frotte tout simplement ce que tu veux, même mes seins et mes fesses. »

« E-Es-tu vraiment sûre !? » demandai-je dans un murmure.

« Bien sûr que non ! Mais il n’y a pas d’autre moyen de tromper Forneus. Peu importe ce qu’un sale gosse comme toi me fait, ça ne compte pas, alors, rassure-toi. Plus important encore, sauver la vie de tout le monde est crucial, n’est-ce pas ? » murmura Aikawa-san.

Aikawa-san me lâcha de mauvais mots, mais elle était aussi désespérée. Quand j’avais vu son corps tremblant, j’avais très bien compris qu’elle endurerait ça. Je dois répondre à ses sentiments.

Je m’étais résolu à le faire.

Je regardai à nouveau la silhouette d’Aikawa-san. Le collier au cou et les morceaux de tissus qu’elle portait pour attacher son corps donnaient l’impression qu’Aikawa-san était sans conteste l’esclave ici. Aikawa-san, qui était la personne la plus forte dans le monde réel, était ma propriété dans celui-ci. Il y avait là une vision immorale et obscène.

Les seins faisaient saillie comme s’ils étaient complètement écrasés par les contentions, ce qui soulignait encore plus leur taille.

Très bien, rassemble ton courage ! Ici et maintenant ! Va les toucher !

Exactement exact ! Ce n’est pas la réalité. C’est une chance rare. C’est juste de la pratique quand je reviendrais à la réalité et que je pousserais jusqu’au bout !

J’avais appelé le courage, probablement le plus grand de ma vie, et j’avais tendu la main vers les seins lascifs de la personne qui était ma patronne et qui était plus âgée que moi.

« Aah... n. » Un soupir s’échappa de la bouche d’Aikawa-san qui garda les yeux serrés.

C-C’est si doux !

J’avais frotté un vrai sein avec ma main pour la première fois de ma vie !

Eh bien, à proprement parler, ce ne sont pas des vrais !

C’est doux et tendre, mais sa résistance qui était apparue en retour, son poids, et la sensation de non-uniformité en le touchant semblaient si bien et dans un autre niveau par rapport aux seins que je ressentais avec mes données VR d’Asagiri. Je croyais que c’était des vrais, mais ils n’avaient pas de comparaison. Ils étaient totalement différents.

Comparé à cela, le contrôleur VR de type gant que j’avais utilisé n’était qu’une gaminerie.

Quel événement émouvant ! Ce n’est plus un incident. Ce jour deviendra un jour férié de mon empire et il sera transmis pour l’éternité comme le jour des seins. En toute sincérité. Les seins avaient été pressés sur moi par Forneus et Satanachia il n’y a pas si longtemps, mais j’avais cette fois-ci frotté un sein tout seul, et c’était une chose importante. Je n’aurais jamais imaginé qu’il y aurait un jour où je pourrais frotter les seins d’Aikawa-san.

« Fuh… ah, aanh, aanh, non, vous le caressez trop…, »

Sa voix n’était pas la voix habituellement terrible, elle s’était transformée en une voix légère et belle. Je pense vraiment que les femmes sont des monstres. Elles ont tellement de visages. Elle ne ressemble pas à la même personne qui me réprimande et me traite comme un insecte.

J’avais continué à frotter sa poitrine sans soutien-gorge par dessus de ses vêtements. Est-ce mon imagination, ou bien je ressens vraiment une sensation durcie à travers le tissu léger ? Je veux le voir et le toucher directement. Je n’avais pas pu contenir un tel désir.

Je m’excuse. J’avais essayé d’arracher le tissu de sa poitrine qui la cachait jusqu’à un certain point, puis de glisser mes doigts dans l’espace entre le tissu et ses seins.

« N -non… s’il vous plaît. »

Aikawa-san secoua la tête sur le côté avec les yeux en larmes. Elle n’aimait pas ça, et même les sentiments de culpabilité bouillonnaient en elle. Cependant, l’intention réelle d’Aikawa-san n’était pas de s’arrêter là, du moins c’est ce qu’il me semblait.

J’avais jeté un coup d’œil au visage de Forneus.

« Hmm ? »

Forneus nous regardait tout en restant allongée sur le canapé. Cependant, son visage n’avait pas une particule de sourire. Elle me regardait fixement, avec des yeux comme si elle avait des yeux posés sur une proie.

Forneus remarqua que je la regardais et sourit avec un visage insatisfait. « Hell-sama ? Pourquoi est-ce Hell-sama qui fait du bien à l’autre comme s’il était l’esclave ? Si l’esclave ne fait pas que Hell-sama se sente bien, alors ce n’est pas bon du tout, Forneus trouve ça bizarre. »

Quoi !? Ai-je eu tort tout ce temps !?

« E-Eh bien. C’est juste un caprice. Ne t’inquiète pas, » répondis-je.

J’avais répondu en désespoir de cause, et Forneus avait répondu sans intérêt par un « D’accord ». Cependant, ses yeux étaient un peu froids.

Donc doute-t-elle toujours de moi ? En y repensant, Adra, Grasha et Satanachia semblaient m’adorer après mon discours, mais seule Forneus avait agi différemment. J’avais l’impression qu’elle agitait les mains à contrecœur pour s’adapter à son environnement tout en doutant de moi.

Aussi, peut-être que sa méfiance s’était renforcée en voyant ce que je faisais maintenant. Quoi qu’il en soit, moi — et peut-être aussi Aikawa-san, je n’avais aucune expérience dans ce genre de chose ecchi. Il n’y avait eu aucune réponse quant à savoir si la situation était acceptable ou non. Oh, dans ces moments-là, il y avait un Light Novel célèbre pour ses trucs érotiques. J’aurais dû lire cette œuvre populaire, le protagoniste avait une compétence eros !

Inutile de pleurer sur le lait renversé. Pour être honnête, je me demandais si je ne pouvais pas cacher ce qui se tenait debout depuis un bon moment, mais il n’y avait rien de bon pour ça. Je l’avais caché autant que possible avec ma main d’une manière ou d’une autre pour obstruer nonchalamment la ligne de vue d’Aikawa-san.

Je fis l’innocent et j’avais fait une demande à Aikawa-san. « Ne me cause pas d’ennuis. Expose tes seins par toi-même. Et dis “s’il vous plaît, regardez-moi”. »

« Eh… M-Mais —, » balbutia Aikawa-san.

Le visage d’Aikawa-san devint rapidement pâle. Elle avait l’air d’y être préparée, mais lorsqu’il s’était agi de se déshabiller, elle s’était rétractée. Elle s’était mordu les lèvres et avait fait trembler ses épaules.

Finalement, Aikawa-san avait cédé comme si elle désespérait et avait posé lentement les mains sur le tissu qui cachait sa poitrine. Puis elle l’enleva lentement. Le tissu tiré atteignit sa limite et ses seins en gelée devinrent visibles.

Ils étaient gros comme prévu. Leur forme était magnifique, ils étaient vraiment obscènes et mignons. Dire qu’elle cachait des choses si obscènes sous son habit formel.

De plus, ils n’avaient jamais été touchés par un individu… ce n’était pas étonnant en raison de sa personnalité, hein ?

Cependant, son apparence charmante semblait indiquer qu’elle détestait ça et cela m’avait encore plus excité.

***

Partie 7

Sans pouvoir y résister, j’avais directement touché sa poitrine. Mon premier sein nu. La sensation forte était très différente en comparaison de quand il y avait un morceau de tissu. Contrairement à moi qui tremblais d’excitation, Aikawa-san avait amassé beaucoup de larmes dans ses yeux avec un visage qui semblait indiquer que c’était la fin du monde.

« Uguuh… C’est… si injuste… aaan, je déteste çaaaaa, » murmura-t-elle.

Elle était tellement contre, mais elle n’y pouvait rien. Cependant, une voix séductrice se mêla peu à peu à la voix larmoyante. « Kuh... n-nonnn... oooh! »

Son corps réagissait avec sensibilité et une voix érotique sortit de la bouche d’Aikawa-san.

Le fait qu’elle finisse par le ressentir contre sa volonté créa une haine de soi, une action qu’il fallait éviter, et une excitation chez Aikawa-san elle-même. Elle leva le menton et déglutit. Des soupirs chauds commencent graduellement à déborder de ses lèvres roses écartées.

« A, aaaa... han... nuuh ! Non, pas si fort… aaaaaann. »

« E-Eh maintenant, pathétique esclave sexuelle. Sers-moi, » ordonnai-je.

Aikawa-san, qui avait une respiration haletante, avait répondu après avoir fait une pause. « C’est… Que dois-je faire ? Je ne… sais pas. »

Hmm. Je ne sais pas non plus. Cette situation m’avait rappelé les mots qu’Aikawa-san m’avait balancés dessus à plusieurs reprises comme une malédiction avant aujourd’hui. « Si vous ne respectez pas les délais, léchez-moi les pieds et demandez pardon. Si vous ne pouvez pas faire ça, je vous le ferai faire de toutes mes forces. »

« Dans ce cas, lèche-moi les pieds, » ordonnai-je.

« … !? »

Qu’est-ce qu’il dit ? Aikawa-san me regardait avec un visage qui le disait. Cependant, lorsqu’elle s’était rendu compte qu’elle ne pouvait s’empêcher de le faire, son visage était devenu rouge de colère.

« Je m’en souviendrai… Je m’en souviendrai certainement…, » Aikawa-san marmonna ainsi et se mit à genoux devant moi. Puis elle ouvrit la bouche en essayant de frotter son visage sur le lit. Une langue rose était apparue de l’espace entre ses petites dents.

Une sensation de chaleur et d’étalement s’était répandue sur le dessus de mon pied. Ce truc frissonnant était passé depuis mon coccyx jusqu’à ma colonne vertébrale.

Wôw, c’est quoi cette sensation !?

C’est si chatouilleux, mais ça fait du bien ! Quand j’avais regardé vers le bas, Aikawa-san, qui s’était agenouillée sur les mains et les genoux comme si elle se prosternait, avait étiré la langue et léché mes pieds. C’était à un niveau qui me donnerait envie de le dominer pleinement. C’était un état d’esprit de faire des choses qui n’était pas permis en tant que personne.

La bouche qui m’avait très souvent maudit me léchait le pied en ce moment. La langue qui avait ordonné des reprises et des changements de spécifications avait travaillé très dur pour me faire sentir bien.

Pour parler franchement, je ne pouvais pas l’endurer.

« Monte… juste comme ça, » ordonnai-je.

Aikawa-san leva les mains sur ma jambe et me lécha le bas de la jambe. Du mollet à la cuisse, et… Aikawa-san s’était pétrifiée. « … !? »

Aikawa-san regarda longuement et fixement l’espace entre mes jambes. Son visage devint peu à peu rouge et des sueurs froides coulaient comme une chute d’eau de tout son corps.

Je comprends ses sentiments. Pour dire la vérité, j’étais horriblement embarrassé, d’autant plus si elle me regardait comme ça. Aikawa-san avait évité de rencontrer mon regard et avait mis sa langue sur ma poitrine comme s’il n’y avait rien, au point d’accélérer le processus.

Elle m’avait soigneusement léché de la poitrine jusqu’à la clavicule. De l’épaule à mon bras, continuant vers le dos de la main et me regardant d’un regard comme si je posais une question.

J’avais hoché la tête en silence et Aikawa-san avait commencé à sucer mes doigts, un par un.

Elle avait mis mes doigts en avant et en arrière de son visage, les laissant pleins de salive.

J’avais été enchanté par cette sensation de chatouillement. J’avais ressenti une tranquillité et un réconfort comme si j’avais reçu une expression d’amour d’un animal de compagnie qui me chérissait.

Quand j’avais regardé le visage d’Aikawa-san qui présentait un sentiment envoûtant, alors que ses cheveux collés sur ses joues rougissaient de honte et de timidité, je trouvais que cela créait un étrange érotisme contraire aux intentions de la personne en question. Cette expression semblait sûrement être le visage d’une esclave sexuelle.

J’avais jeté un coup d’œil à Forneus. Son expression semblait dire qu’elle appréciait et qu’elle aimait ce qu’elle voyait. Mais dès que j’avais arrêté de regarder Forneus, le regard que j’avais sur le dos m’avait semblé être une lame terriblement froide qui me fonçait dessus.

A-t-elle besoin d’un autre coup de pouce, n’est-ce pas… ?

« Esclave. Guéris mon corps avec cette masse de graisse que tu as dans ta poitrine, » ordonnai-je.

« Kuh… comme vous le voulez… R-Roi-Démon, » répondit Aikawa-san.

Aikawa-san souleva sa poitrine blanche tout en serrant les dents. Elle grimaça de honte et pressa mon bras comme si elle présentait sa poitrine avec des mains tremblantes.

Incroyable ! Mon bras était tenu entre les seins d’Aikawa-san. C’était comme être guéri par une sensation de douceur. Les gonflements de ses seins montaient et descendaient pour me frotter de haut en bas. La peau lisse d’Aikawa-san frottait ma peau. Ce frottement faible était agréable.

Quand Aikawa-san s’était agenouillée, elle avait tourné le bout de ses seins vers mon visage.

« — V-Vraiment !? »

J’avais regardé le visage d’Aikawa-san et j’avais vu que la zone autour de ses yeux était rouge et les larmes qui s’étaient simplement accumulées dans ses pupilles débordaient maintenant. J’avais regardé en bas et ses seins s’étaient étendus dans mon champ de vision.

Quel spectacle ! Je ne les ai jamais vus de si près. Ouais, quand je les vois près de moi, les seins d’une femme ont de tels détails. Je ne le savais pas… !?

Un corps mou s’était pressé fermement sur mon visage.

Quoi !?? C’est ça !?

Une douce sensation s’enroula autour de mon visage ! Y a-t-il un sens du toucher dans le casque !?

Les deux objets mous d’Aikawa-san prirent la forme parfaite pour englober mon casque, et sa peau chaude colla étroitement à mon visage. Tout mon visage était massé par une douceur incomparable. Un doux arôme envahissait mes fosses nasales, et j’avais l’impression que ma tête allait se briser.

Est-ce la chose provenant des rumeurs que j’avais entendue, la légendaire puff, puff !?

« Hmm… Je ne peux plus devenir une épouse…, » murmura-t-elle.

Des choses chaudes étaient tombées goutte à goutte sur ma tête. Eh bien, elle est à un bon âge pour ça, je veux dire, il y a des gens qui disent de tels mots avec sérieux de nos jours. Je n’arrive pas à croire qu’elle aura un beau corps avant de se marier, eh bien, c’est merveilleux quand même. Mais c’est aussi l’idéal de l’homme, même si beaucoup d’entre eux sont dans la vingtaine… ?

« Ma première fois… aurait dû… être plus romantique… *sniff*, *pleure*, *pleure*, »

C’est mauvais, ça.

De forts sentiments de culpabilité s’accumulèrent en moi.

** Bâillement ** cependant, l’ange déchue s’ennuyait. Elle bâilla beaucoup et se frotta les yeux avec ses doigts.

« Hmm… maintenant je vois. C’est comme ça que vous la taquinez lentement, mais Forneus est insatisfaite, » déclara Forneus.

Les critiques étaient arrivées. Eh bien, on n’y peut rien. C’est la première fois pour nous deux. N’est-ce pas une chose innocente ? Plutôt, comment ça se fait qu’elle ne se soit pas excitée ?

« Maintenant, c’est presque mon tour, n’est-ce pas ? Forneus demandera l’amour d’Hell-sama, » déclara Forneus.

Forneus se leva du canapé et vint au lit. « Esclave. Peux-tu aller là-bas ? »

Son ton de voix était doux, mais ses yeux étaient d’une gravité mortelle. Aikawa-san avait également senti son regard dur et s’était précipitée hors du lit comme si elle s’échappait et s’était accroupie dans un coin de la pièce.

« Je ne vais pas perdre. Alors, amusez-vous bien avec mon corps ce soir, d’accord ? » déclara Forneus.

Forneus tourna les mains vers son dos et détacha la fermeture éclair. Elle arracha le tissu fin de ses épaules, qui ne convenait pas à une ange. Puis, tout à coup, ses seins s’étaient énormément balancés.

Ces deux-là ! F-Fantastique !

J’imaginais qu’elle ne portait pas de soutien-gorge parce que l’inégalité de son corps se manifestait clairement dans ses vêtements. Cependant, ce qui m’était apparu d’en bas avait largement dépassé mes attentes. Les seins d’Aikawa-san m’excitaient, mais Forneus la surpassait de loin. Leur taille était grande, et leur forme était aussi splendide. Leur partie supérieure était lisse et leur partie inférieure gonflait. La pointe saillante et rebondissante des seins couplée avec les formes dodues et gonflées présentait une forme qui les rendait lascifs et beaux en même temps. C’était vraiment des seins fascinants.

J’étais très excité par la vision même des seins pratiquement devant moi. Eh bien, ce n’était pas la réalité, mais probablement la mise en œuvre du monde d’Exodia Exodus. Le meilleur jeu du monde. Un jeu super merveilleux.

Pendant que j’y pensais, Forneus glissa ses vêtements rapidement et sans délai. Puis elle était là, son corps parfaitement et complètement nu. Une beauté qui surpassait de loin les humains. C’était éblouissant et divin. La cristallisation d’une beauté merveilleuse, sans faire honte à son nom d’ange.

Exodia Exodus était-il un R-18 parce qu’il allait plus loin que ce que nous avions fait jusqu’ici !? Comme prévu pour les personnages qui avaient pour rien des mises en scène érotique. Je ne savais pas que c’était un match si fantastique. Maintenant, j’aurai 18 ans en un rien de temps !

« Venez maintenant, Hell-sama, » Forneus s’appuya avec coquetterie contre moi. «  — je veux que vous caressiez Forneus rapidement ♡. ».

« D-D’accord. Je vais te caresser. Laisse-moi m’en occuper, » déclarai-je.

Quand je lui avais tapoté la tête, Forneus me regarda fixement avec les yeux à moitié fermés.

« Hein ? Ai-je fait quelque chose de mal ? »

Après m’avoir regardé fixement pendant un moment, Forneus sourit joyeusement.

« Ufufufu. Oui, j’ai ressenti l’amour de Hell-sama, mais Forneus veut plus de plaisir, » déclara Forneus.

Forneus m’avait serré dans ses bras et était tombée avec moi sur le lit. À ce moment-là, j’avais senti que j’avais vu quelque chose briller dans les mains de Forneus.

Hmm ? Qu’est-ce que c’est… ?

Mais j’avais vite oublié ça. Quoi qu’il en soit, c’est hors de question. Pourquoi ? Parce que je m’allongeais en enlaçant une fille nue !? La plupart des incidents étaient insignifiants et pouvaient être réglés. De l’excitation, du chaos et beaucoup de plaisir ! Oui, je monte l’escalier de l’âge adulte aujourd’hui. Ce dimanche, mes camarades de classe, qui parlaient si fièrement de sortir jouer avec leurs copines, étaient tellement derrière moi. C’était plutôt comme s’ils étaient à quelques tours derrière moi, non ? Fu fu fu fu, à partir de ce moment, mon événement programmé une fois dans une vie allait commencer. Je ne pouvais pas retenir mon excitation.

Forneus me regarda de haut, immobile, alors qu’elle me chevauchait. Cependant, les ailes blanches de son dos bougeaient vivement.

Hmm ? Qu’est-ce qu’il y a ? Naturellement, était-ce à cause des différentes choses que nous ferions à partir de maintenant… ?

« E-Eh bien, q-qu’est-ce qu’on devrait faire ? » demandai-je.

Les yeux de Forneus devinrent soudain plus minces. « Que me dites-vous ? Pourquoi ne pas faire quelque chose de différent ? »

Hein ? Attends ! Va-t-on vraiment le faire ? Je veux dire, bien sûr que je suis excité, mais c’est trop rapide. J’ai l’impression qu’on s’y précipite, tu ne trouves pas ?

« A-Alors… C’est à mon tour de toucher, » déclarai-je.

J’étendis ma main vers ses gros seins qui ressemblaient à de l’art. Mais avant que ma main ne touche sa poitrine, on m’avait placé un poignard sous le nez.

… Err.

Forneus-san ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Une blague ?

« Hmm, c’est différent de ne rien faire, n’est-ce pas ? Je vais tuer l’insolent qui se fait passer pour Hell-sama, » déclara Forneus.

― !?

« Tu pourrais tromper Adra et les autres, mais mes yeux ne peuvent être trompés, » déclara Forneus, alors qu’elle me parlait sans aucun respect.

Forneus avait fait pivoter son épée dans la main et l’avait tenue par une poignée dans l’autre sens.

« Hehehe, cette dague s’appelle “La dague d’Uriel”. C’est un objet rare, appelé “Poignard Tueur du Roi-Démon”. C’est un objet incroyable. Il a un pouvoir d’attaque élevé et perce la défense magique. Bien que je l’ai déjà dit… Je te condamne à mort. Mais dans cette situation, je peux te tuer si facilement avec un couteau ordinaire, » déclara-t-elle.

C-C’est vraiment mauvais ! Je dois faire quelque chose rapidement !

Je tournai tout de suite mon poignet et je plaçai mes doigts en forme de L. Le système de menu était affiché avant moi.

« Hmm ? Qu’est-ce que tu fais ? Quelle étrange façon d’utiliser tes mains ! Vas-tu peut-être utiliser la magie ? Même si je t’ai dit que la défense magique ne marche pas ? Ne te moque pas de moi ♪ , » déclara-t-elle.

C’est terrible, il doit y avoir quelque chose, il doit y avoir quelque chose !

Quelque chose pour que je puisse m’en occuper tout de suite !

Armure !

Non, la liste des équipements est trop longue et il y a un délai jusqu’à ce qu’elle soit appliquée !

« D’accord, je vais d’abord couper ce bras ennuyeux, ça me tape sur les nerfs, » déclara-t-elle.

« Kuh ! »

J’avais touché l’icône tout en haut du menu que j’avais ouvert en désespoir de cause. Puis une nouvelle fenêtre était apparue instantanément devant moi.

{Vérification de l’âge — Cette fonction est inappropriée pour les personnes de moins de 18 ans. Voulez-vous toujours l’utiliser ?}

Qu-Quoi ? Est-ce le moment d’hésiter ?

Dès que j’avais appuyé sur le bouton d’acceptation, un cercle magique était apparu devant mes yeux.

« Hyeee !? Qu’est-ce que c’est que ça ? » Forneus fit entendre une voix de surprise.

***

Partie 8

La lumière du cercle magique était projetée sur les seins de Forneus.

« Attends ! Est-ce que c’est de la magie défensive… ? Ce n’est pas ça !? » s’écria Forneus.

Une lumière rose émergea comme un sceau sculpté sur sa poitrine d’un blanc pur.

C’était un symbole en forme de cœur.

Ce que j’avais choisi sur le vif était l’une des deux magies existant dans le menu.

― « Ecstas ».

Mais… quel effet cela a-t-il ? Forneus était plus ou moins surprise, mais elle n’avait pas l’impression d’avoir été blessée, ni endormie, ni immobilisée. J’avais regardé Forneus qui retenait son souffle.

Mais il ne s’était rien passé.

La magie n’avait-elle aucun sens dans cette situation ? Putain de merde ! Est-ce la fin !?

Mais Forneus n’avait pas abaissé sur moi la dague « Poignard d’Uriel ».

« Hmm ? »

En parlant des changements chez Forneus, alors il y en avait. Était-ce mon imagination, ou sa respiration était devenue plus lourde ? Ses joues rougissaient, ses yeux étaient humides et son expression se transformait en une expression enivrante.

« Nn… haaan ♡. »

Puis elle laissa échapper un soupir douloureux et mélancolique. Sa taille avait commencé à trembler légèrement alors qu’elle chevauchait mon abdomen.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu fais ? » demandai-je.

« Ce sont mes mots… nn, qu’est-ce que cette magie, faire à, aaaaan ! Moiii ? » s’écria-t-elle.

De l’ecstas, c’est ça ? Attends, est-ce une magie aphrodisiaque !? Non, je n’ai jamais entendu parler de ce genre de magie !

J’avais paniqué, mais dans un sens différent du mot.

Exodia Exodus ne ment pas, hein !? C’est incroyable ! Je veux dire, à quoi je pense !? Le gars qui a développé ça est un génie ! Je veux dire, un individu stupide !

Forneus avait oublié de me tuer et m’avait frotté l’entrejambe. Chaque fois qu’elle faisait cela, elle levait le visage et laissait sortir une respiration lourde et douloureuse.

Mais, c’était une chance unique dans une vie !

J’avais l’impression que tout ce que je ferais maintenant sera pardonné. Que si je touchais ce corps érotique irréaliste, elle ne se fâcherait pas et ne me détesterait pas ! Sois courageux ! Et vas-y ! Avoir la chance de pouvoir faire ce que je veux à ce corps lascif, pour être honnête, ne se reproduira pas, peu importe combien de fois je me réincarnerai ! Oui, le démon dans mon cœur murmurait. C’était plutôt des cris. Cela m’incitait à le faire.

Non, pour sauver la vie de tout le monde ! Si je meurs ici, je ne pourrai sauver ni Aikawa-san ni mes camarades de classe ! C’est pour aider les autres !

Je me l’expliquais à moi-même et j’avais tendu la main droite. Ma main droite brilla furieusement ! Son cri rugissant me disait de saisir ses seins !

J’avais saisi le sein gauche de Forneus comme si je le soulevais par en dessous.

« Hii ! Kyaaaaaaaaaaaaaah! » Forneus avait poussé un cri sexy. Tout son corps tremblait, elle m’avait regardé de haut avec des yeux effrayés. « Qu’est-ce que c’est que ça… ? J’ai été à peine touchée, et pourtant… Je crois que j’ai joui… tout de suite. »

Elle avait rougi et me l’avait dit d’une voix tremblante, on dirait que je vais bien maintenant. Après tout, cette sensation dans la paume de ma main était incroyable. Il s’agissait d’une douceur que je n’avais jamais ressentie. Je me sentais si bien que j’avais été enchanté par le simple fait de le toucher, et la dure sensation que j’avais ressentie au milieu de ma paume était, comment dire, chatouilleuse et adorable.

« Quelle merveilleuse technique… haaaaunh, j’en veux… plus, plus, plus, » supplia Forneus.

Il semble que le jugement de Forneus ait décliné en raison de cette incroyable bonne humeur. Je n’avais aucune technique, c’était probablement l’effet de l’Ecstas. Mais, même si elle m’avait dit, « tu es bon avec ça ♡, » alors que c’était un mensonge, je serais content.

J’étais devenu surexcité et j’avais commencé à frotter les seins de Forneus des deux mains. Quand je les soulevais d’en bas comme ça, je pouvais bien saisir le poids de ses seins. Je ne savais pas qu’ils étaient si lourds. Je salue, messieurs, les ligaments de Cooper et monsieur, le soutien-gorge, qui les soutiennent toujours admirablement.

Je m’étais assuré de les soulever d’en bas et de les laisser tomber à nouveau. Il était intéressant de voir comment ils se balançaient vers le haut et vers le bas comme s’ils rebondissaient après leur chute en raison du poids des seins. Je ne pouvais pas me lasser de voir leur mouvement, leur tassement et leur balancement. J’avais l’impression de finir par penser sérieusement à la physique d’une façon ou d’une autre. Ce n’est pas ma faute, les lois de la physique sont érotiques donc c’est leur faute, Kakeru-kun essaie d’accuser faussement la physique.

« Fuh, ah, a, a, aaaaaaaaaaaaaaan ! » Forneus laissa filtrer une voix charmante et séduisante et elle se pencha en arrière de toutes ses forces. C’était comme si elle essayait d’étaler les ailes sur son dos et de relâcher un peu la sensation agréable. L’explosion de plaisir n’arrivait pas à s’en tenir dans ce petit corps et se déchaînait dans tout son être. Sa gorge blanche qui se penchait vers l’arrière montait et descendait plusieurs fois et son ventre qui dessinait de beaux arcs se tortillait encore et encore.

Lorsque les contractions se calmèrent, Forneus tomba légèrement en arrière.

D’accord ! Maintenant, c’est à mon tour de la monter. Je vais devenir le roi des combattants de mêlée sur le lit !

J’avais tenu Forneus fermement contre le lit. Elle était dans une posture, alors c’était naturel de mettre mon corps entre ses jambes ouvertes, mais n’était-ce pas problématique ? Aurons-nous un accident ? Vais-je finir par causer une collision ? Une collision frontale ?

J’avais regardé le visage de la fille allongée sur le lit. Ses cheveux dorés étalés sur le drap étaient magnifiques. Les ailes de plumes qui se déployaient comme si elles sortaient du lit semblaient briller. La zone autour de ses yeux était teinte en rose et des larmes coulaient de ses yeux bleus à cause du plaisir excessif. La fille qui avait reçu ce plaisir avait utilisé son corps propre et pur pour la luxure. Bien qu’elle ait l’air d’une fille innocente, elle contenait en elle une telle obscénité — exactement comme une ange déchue.

J’avais aussi ressenti une sensation d’immoralité comme si une sainte femme pure commettait un tabou. Quand je m’étais regardé dans le miroir à côté du lit, j’avais vu un homme nu qui mettait un heaume exagéré sur son corps mince et la silhouette d’un ange pressé par lui, mais j’avais décidé d’oublier ça. Le manga éro était sur le point de devenir un manga gag.

« Maintenant, Forneus. Tu me soupçonnais et tu as essayé de tuer ton propriétaire et le chef de la Porte de l’Enfer ! As-tu très bien réalisé ton péché avec ton corps ? » demandai-je.

Le teint de Forneus devint soudain pâle. Et elle secoua la tête vers la gauche et la droite.

« C’est juste que vous étiez bizarre ! Vous n’étiez pas du tout Hell-sama… vous ne sembliez pas non plus du tout au courant de la disposition du château…, » déclara Forneus.

Donc elle me suivait ? Je n’aurais pas dû être négligent.

« Fufun. Je vais te dire une bonne chose… Je ! Je ne me souviens pas de chaque petite chose ! » déclarai-je.

J’avais fait une mauvaise déclaration seulement appropriée pour un humain. Mais quand je l’avais dit avec tant de fierté et d’assurance, j’avais eu l’impression d’avoir dit quelque chose de formidable ! Mais ce n’était pas grave.

Forneus présentait un visage comme si elle était très impressionnée. Peut-être que les paramètres intellectuels de cette fille n’étaient pas si élevés.

« C’est toi qui devrais savoir les petites choses ! Forneus ! Ton rôle est de m’aider avec ça, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est évident… mais —, » répondit Forneus.

« Si c’est le cas, alors tu devrais t’en souvenir. Si tu le fais, j’aurai besoin de toi et j’espère que tu seras toujours de mon côté. Des objections ? » demandai-je.

« N-Non ! Permettez-moi d’être toujours de votre côté ! » déclara Forneus.

J’avais à nouveau touché sa poitrine abondante et glissai rapidement ma main sur son ventre. Puis, un soupir de plaisir s’échappa des lèvres roses de Forneus. « Fua ♡ aaa... n. »

« Qu’en penses-tu maintenant ? Doutes-tu encore de moi et penses-tu que je sois un imposteur ? » demandai-je.

Les pupilles des yeux de Forneus sont rétrécies comme si elles étaient envoûtées. Un parfum indécent flottait sur son expression faciale. « Non. Seul Hell-sama… me ferait me sentir aussi bien ♡. En plus, je veux me sentir bien, s’il vous plaît. »

J’avais levé la taille et j’avais touché son ouïe, faisant appel à son désir.

« Je suis désoooooolée, Hell-samaa. Je vous ai dit que vous étiez un imposteur. Mais, je m’en fiche maintenant. Peu importe qui vous êtes, tant que je me sens bien. Forneus ne peut penser qu’aux choses ecccccccchi ! Alors s’il vous plaît, faites tout ce que vous voulez à mon corps ! » cria Forneus.

Je me sentais inconsciemment nerveux comme si je me transformais. Hey, ne sois pas agité ! C’est la chute du plaisir dans un manga ero !

Cependant, quand je regardais Forneus qui me craignait, devenait effrayée, docile et implorait le pardon, un sentiment étrange se fit jour. Forneus me semblait étrangement mignonne et délicieuse. Et chaque fois qu’elle me suppliait désespérément pour le plaisir, l’impulsion qui voulait que je souille cette belle fille bouillonnait à l’intérieur de moi.

J’avais finalement commencé à faire quelque chose alors qu’elle mendiait pour ça et j’avais touché ses parties saillantes avec mes doigts.

« Hyaaaaannnn ! Haaaa ! C’est incroyable, je n’en peux plus ! » cria-t-elle.

J’avais écarté cette partie en la tripotant. Je m’étais souvenu de la partie importante d’Aikawa-san que j’avais déjà vue.

« C’est ma première fois, aaaaan ! Je n’arrive pas à y croire qu’il y avait une sensation comme ça ! » cria Forneus.

Je me sens obligé d’être d’accord ! J’ai exactement la même opinion !

J’étais devenu prisonnier des plaisirs inconnus que je ressentais au bout de mes doigts. Ce sentiment était complètement différent d’un mur d’acier, comme les données VR d’Asagiri. Ni mes parents ni l’école ne voulaient m’enseigner que le corps humain possédait une partie qui me faisait avoir un tel sentiment.

Forneus était également maltraitée par les fonctions sexuelles avec lesquelles elle avait été mise en œuvre, elle éleva une voix coquette et immodérée et se tortillait de plaisir.

Je bougeais les doigts comme si je délirais en raison de la fièvre. Forneus secoua son corps et souleva chaque fois son corps en poussant de fortes respirations érotiques. Quand j’avais pensé que je faisais sortir la voix d’une fille comme ça, ma tête devient de plus en plus chaude. J’avais le vertige, je disais des choses que je ne dirais jamais et je faisais des choses que je ne pourrais pas faire d’habitude. La sensation avait grandi comme si j’étais enivré, j’avais l’impression d’être devenu le Roi-Démon.

« Qu’en penses-tu, Forneus ? Veux-tu toujours me tuer ? » demandai-je.

« Noooooon ! Je ne vais pas vous tuer ! » répondit-elle.

Forneus ferma ses ailes comme si elle m’enlaçait avec elles. Ses plumes duveteuses et confortables m’avaient doucement repoussé et j’avais été amené près du visage de Forneus.

Dans ces ailes, c’était un monde rien que pour nous deux.

« Si… aaan, s’il y a une personne qui essaie de tuer mon Hell-sama qui me fait me sentir bien comme ça, je vais tuer cette personne ! » déclara Forneus.

Forneus avait essayé d’appuyer ses lèvres sur le casque. À ce moment-là, la garde de ma bouche s’ouvrit. Et, une incroyable sensation de douceur se répandit sur mes lèvres nues.

Un b-baiser !?

J’avais baissé ma tête. Forneus versa tout son amour et sa douce salive à travers ses lèvres.

Peu importe si c’était un PNJ ou juste des données. Cette ange mignonne dans mes bras était ma subordonnée. Elle était à moi. J’avais écrasé la pointe de son sein durci et pointu et je l’avais frotté à fond comme si j’avais plié la forme du gros sein.

« Nnh, n, nhaa ! Haaah, noooooon ! » Puis le corps de Forneus trembla, et ses orteils tendus fléchirent. « Hell-samaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !! »

Forneus, qui avait fait frémir tout son corps en versant des larmes, s’était évanouie.

Ai-je réussi à m’en sortir, non ?

J’avais regardé vers Aikawa-san qui s’était assise durement sur le sol, haletante. Aikawa-san regardait le lit avec les joues teintes. Peut-être qu’elle était affectée par l’ambiance. Sa main droite touchait ses seins comme pour retenue les palpitations de sa poitrine, et sa main gauche était sur l’entrejambe comme si on l’avait mise là. Quand elle remarqua mon regard, elle s’était assise droit dans l’urgence.

« D’une façon ou d’une autre, tu t’es frayé un chemin à travers… n’est-ce pas !? Tu as agi comme si on te soupçonnait à tort, je m’excuse, » déclara-t-elle.

Aikawa-san s’agenouilla de nouveau sur le sol.

Quel sera le montant des intérêts de ce prêt ? Quand j’avais réfléchi, la fatigue avait attaqué tout mon corps alors que je pensais je vais devoir essayer de trouver un moyen d’éviter de payer cela à partir de maintenant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire