Comment NE pas invoquer un Seigneur-Démon – Tome 2

***

Prologue

Partie 1

L’une des lignes de front des descendants des Célestes se trouvait être la Cité Forteresse de Faltra. Le long de la rue de l’Ouest, on pouvait trouver l’« Auberge de la Tranquillité d’Esprit — Crépuscule ».

Il y avait seulement une unique fenêtre dans le mur de pierre qui permettait à la lumière de couler dans une pièce morne ayant en son centre un grand lit.

Il était presque midi.

Trois personnes étaient assises sur le lit, tandis que leur invitée se tenait proche de la porte.

L’homme au milieu du lit était un Démon aux cornes menaçantes qui poussaient hors de sa tête : le Seigneur-Démon, Diablo.

De chaque côté de lui se trouvaient des filles avec un Collier d’Asservissement placé autour du cou.

L’une des filles était la mince Panthérienne, Rem Galleu.

La paire d’oreilles de panthère sur sa tête ainsi que les longs cheveux qui descendaient jusqu’à sa taille, et la mince queue qui se déployait derrière elle étaient tous d’un noir ensorcelant. Normalement, les Panthériens étaient tachetés tels des léopards, et le noir était une couleur très rare parmi eux.

De ce qui pouvait être vu de ses cuisses, il était facile de voir qu’elles étaient fermes et minces.

Son visage indiquait qu’elle était jeune, mais magnifique. Ses yeux étaient inclinés comme ceux d’un chat, avec sa fine bouche montrant la force de sa volonté.

L’autre fille se nommait Shera L. Greenwood et elle appartenait à la race des elfes.

Elle possédait des oreilles allongées connues comme la caractéristique particulière que possédaient tous les elfes. Ayant été considérés comme étant la race la plus proche des Célestes, ils avaient la beauté pour leur correspondre.

Les cheveux ondulés de Shera étaient de la même couleur que l’or fondu. Ses yeux étaient aussi bleu-céruléen que le ciel, tandis que sa peau était lisse et blanche.

Habituellement, elle portait une tunique verte afin de l’aider à se fondre dans la forêt...

Mais en ce moment, elle portait une tenue composée de presque rien du tout.

Il semblerait qu’elle avait préparé cette tenue lascive afin d’encourager Diablo, même si cette « tenue » n’était que quelques morceaux de tissu enroulés autour d’elle.

Normalement, les elfes étaient minces et manquaient dans le département des « courbes ». Elles appartenaient plutôt à la catégorie des planches à repasser. Cependant, Shera possédait une poitrine plutôt impressionnante et un corps aux courbes sensuelles.

Même maintenant, il semblerait que ses seins se pressaient afin de sortir des étroits vêtements qu’elle portait.

Avec son dos appuyé contre le mur, le Maître de la Guilde des Aventuriers de Faltra, Sylvie, se tenait là.

On aurait dit qu’elle avait le corps d’une enfant de dix ans, mais son âge réel était inconnu. Les Marcheurs d’Herbes comme elle garderaient leur apparence d’enfant même après avoir atteint la maturité.

Et en plus de cela, elle avait également les oreilles et une queue semblable à celles d’un lapin.

Sa tenue était similaire à celle de Shera, elle ne couvrait que sa poitrine et la zone autour de ses hanches. Cependant, contrairement à Shera, parce que Sylvie ressemblait plus à une enfant, elle dégageait plutôt une impression de beauté innocente.

Le Maître de Guilde avait ouvert la bouche. « Le gouverneur de Faltra a reçu une demande du Royaume Elfique afin que nous leur remettions une certaine Shera L. Greenwood. La date limite est dans dix jours. Si nous ne respectons pas d’ici là leur exigence, ils vont déclarer la guerre. »

Affichant pendant tout ce temps un sourire, Sylvie avait fait l’annonce choquante.

Une déclaration de guerre !?

Il y avait un Royaume Elfique souverain du nom de Greenwood. Shera était la princesse de là-bas. En raison de diverses circonstances, elle s’était enfuie de chez elle, et même maintenant, les elfes essayaient de la ramener.

Il y a quelques jours, Diablo s’était battu contre une équipe d’elfes d’élite essayant de faire exactement cela. À ce moment-là, il ne s’agissait que d’un groupe de dix personnes, et l’événement ne pouvait en aucun cas être qualifié de guerre.

Le Maître de Guilde poussa un soupir. « Normalement, dans cette situation, nous leur remettrions rapidement Shera. Après tout, nous ne voulons pas dans cette ville entrer en guerre. Mais actuellement, il y a tout simplement un problème pour pouvoir réaliser cette solution. »

Diablo se contentait de l’écouter tout en gardant le silence. Il avait l’impression qu’il savait ce qu’elle allait dire.

Sylvie avait alors pointé un doigt vers lui avant de déclarer. « Et ce problème c’est vous, Diablo... Vous n’allez pas laisser partir Shera, n’est-ce pas ? »

« Évidemment, » répondit Diablo.

« Le gouverneur doit prendre une décision après avoir reçu une telle demande..., » déclara Sylvie. « L’un des choix est de vous vaincre, Diablo, puis de kidnapper Shera afin de la leur remettre. L’autre solution est de ne pas la livrer et que cela finisse ainsi par une guerre contre les elfes. »

Me vaincre... ou aller en guerre contre les elfes !?

Pas bon ça !!

Se battre contre le gouverneur signifiait se battre contre une armée. Une énorme quantité de personnes viendrait afin de l’affronter.

À l’époque où il avait joué son rôle de Seigneur-Démon dans le jeu, il s’était battu contre six autres personnes à la fois.

Et il s’était battu contre d’innombrables monstres...

Cependant, il n’avait jamais eu l’expérience de la lutte contre des milliers ou des dizaines de milliers de personnes en même temps. Il n’y avait aucune chance qu’il possède une réserve de mana suffisant pour réaliser quelque chose comme ça.

Diablo devait donc donner l’impression que le fait de se battre contre lui, un Seigneur-Démon, serait désavantageux pour eux vis-à-vis du fait d’affronter la colère des elfes.

Bien sûr, il voulait éviter une guerre totale entre les humains et les elfes, mais il devait d’abord s’assurer que personne ne viendrait se battre contre lui.

Tout ce qu’il avait à faire était de négocier habilement une voie de sortie pour passer au travers de tout ça...

Oui, ça n’arrivera pas.

Diablo n’avait aucune capacité quand il s’agissait de communiquer avec d’autres personnes. Il utilisait son rôle de Seigneur-Démon comme couverture parce qu’il ne pouvait pas bien parler.

Il ne pouvait que balbutier quelques « Ah » et « Hm » s’il agissait avec sa vraie personnalité.

Bien que Sylvie ait eu l’apparence d’une enfant, elle était un maître de guilde avec un grand nombre d’aventuriers travaillant sous sa direction. Le gouverneur de Faltra lui avait confié cette tâche, mais Diablo n’était pas comme elle. Il ne pouvait même pas parler à ses pairs. C’était trop difficile pour lui.

Il semblait que tout ce qu’il avait était son rôle de Seigneur-Démon.

Diablo s’était mis à parler. « Hehe, hehe... Très bien alors... De toute façon, j’étais fatigué de traîner dans ce lit. Il sera intéressant d’avoir l’Armée Impériale en tant qu’adversaire. Je vais tout simplement devoir réduire ce pays aux cendres... »

Il l’avait dit aussi bas que possible.

En panique, Sylvie agita les mains devant son visage tout en s’exclamant. « Attendez !! Attendez !! Attendez un peu là !! Ce que j’ai dit n’était pas une option à choisir ! Se battre contre vous, qui avez été capable d’écraser à vous seul toute une légion de Déchus, serait aussi mauvais que d’être opposé à tout un pays... Ou peut-être même pire. »

« Hmmpf... On dirait que vous avez évité de justesse la mort, » répliqua Diablo.

Par vous, je veux dire moi !

Alors que Diablo agissait d’une manière indiquant un mécontentement, à l’intérieur, il ne ressentait que du soulagement.

Sylvie avait levé son index. « Alors voici une quête de ma part et de celle du gouverneur de Faltra. Empêchez-nous d’aller vers une guerre avec le royaume de Greenwood, Diablo ! »

Je refuse !

Il voulait le dire avec chaque fibre de son être. Mais, bien sûr, afin de protéger Shera, il n’avait pas d’autre choix que d’accepter.

La personne au centre de ce maelström d’activités avait alors timidement interrompu la conversation. « Hm, hé Diablo... Je... Je pourrais tout simplement..., vous savez... je pourrais à nouveau fuir par moi-même comme je l’ai déjà fait. »

« Quoi ? » demanda-t-il.

Émue, Shera avait ajouté. « M-Mais ! Je pourrais partir aussi loin que possible toute seule... et si je ne suis plus là, alors il n’y aura aucune raison pour le gouverneur de Faltra, ou pour que vous ayez à me remettre à quelqu’un, n’est-ce pas ? »

« Vas-tu pouvoir t’échapper alors que tu aurais les escadrons des elfes après toi ? » demanda Diablo.

« Ooh... ça, hm... Ils pourraient m’attraper... mais c’est comme ça que ça se passe... Si j’échoue, alors je serais la seule qui deviendrait triste... mais c’est comme ça que ça se passe..., » elle avait serré les poings alors qu’elle lui répondait ça.

Diablo lui avait à nouveau demandé afin de confirmer. « Le “C’est comme ça que ça se passe...” Est-ce que c’est ce que tu ressens vraiment ? »

« C’est le cas ! » répondit-elle. « Je veux dire par là que je ne veux pas de guerre ! Je ne veux pas voir des gens mourir ! C’est pourquoi... il n’y a rien d’autre à faire pour moi ! »

Il savait ce qu’elle essayait de lui dire.

En tant que telle, elle n’avait pas tort si la situation était normale. Si Shera s’enfuyait toute seule, alors la guerre entre humains et elfes serait probablement évitée, et personne ne viserait Diablo.

Mais, pourrait-elle réussir à s’enfuir ?

Ce serait certainement difficile.

Si c’était le cas, alors pourrait-il protéger Shera en se battant contre le Royaume de Greenwood ? Cela ne serait que téméraire.

Que devrait-il faire ?

Si cela s’était découlé quand il venait d’arriver dans le monde, il aurait refusé sans sourciller. Le fait de demander à quelqu’un d’arrêter une guerre à lui tout seul était bien trop pour une personne. Il aurait peut-être même dit : « Je ne peux rien y faire. »

Il n’y avait pas de choix corrects ici.

Mais il avait déjà donné sa réponse.

C’est parce que, en ce moment, il était le Seigneur-Démon, Diablo !

« Ne me sous-estime pas. Il n’y a aucune possibilité réalisable pour qu’un Seigneur-Démon cède face à quelques soldats, » répliqua-t-il.

Les yeux de Shera s’écaillèrent en entendant ça. Elle lui demanda. « Hein !? Qu’est ce que vous allez faire... !? »

« L’autre jour, n’as-tu pas consenti à être ma propriété, moi, le Seigneur Démon ? » demanda Diablo.

« T-Tout à fait. J’ai bien dit ça, » répondit Shera.

« Si tu crois vraiment en ce que tu m’as dit à ce moment-là, alors cesse avec cette absurdité de vouloir fuir toute seule. Doutes-tu de mon pouvoir ? » lui demanda-t-il.

« Je ne... mais... Je ne veux pas que les humains ou les elfes meurent, » répondit Shera.

« Hmph. Je ne me retiendrais pas contre quiconque oserait me faire face... mais, pour cette fois, j’accepte de leur faire un avertissement, mais qu’un seul. Laisse-moi me charger de ça, » déclara Diablo.

Là, il agissait à nouveau dans son rôle de Seigneur-Démon.

Il venait de faire une promesse exorbitante sans considérer les conséquences. Son dos était couvert d’une sueur froide, et sa bouche avait presque commencé à se contracter.

Shera était en larmes alors qu’elle lui demanda. « ... Je peux... rester avec vous, Diablo ? »

« Je ne le répéterai pas ! » déclara-t-il.

« Waaaahhh !!! Merci beaucoup ! Merci beaucoup ! Je suis vraiment... ! » avec des larmes dans ses yeux, elle avait enlacé avec force le corps de Diablo.

Il avait alors ressenti la sensation de la poitrine de Shera fermement pressée contre lui.

Sans réfléchir, il avait presque laissé échapper un petit cri de surprise, mais se retint et résista à cette envie. Un Seigneur-Démon ne serait pas affecté en ayant des seins serrés contre lui !

Rem avait alors laissé échapper un soupir. « ... En premier lieu, à cause de ce Collier d’Asservissement présent sur vous, il se pourrait même qu’il ne soit pas possible de quitter Diablo. Cela vous empêcherait de faire des choses comme le fait de vous enfuir toute seule. »

« Sniff... Que voulez-vous dire par là ? » demanda Shera, essuyant ses larmes.

« ... Je n’ai jamais entendu parler du Rituel d’Asservissement qui ait été reflété ainsi, » expliqua Rem. « Pour cette raison, nous ne connaissons pas les détails exacts sur les colliers actuellement enroulés autour de notre cou. Cependant, une invocation ne peut normalement pas s’éloigner trop loin de son invocateur. »

« Oh, est-ce que c’est vrai ? » demanda Shera.

« ... Dans certains cas, c’est parce qu’ils ont reçu l’ordre de ne pas les quitter, » répondit Rem.

« Mais qu’en est-il quand vous êtes restée en ville pendant que Diablo et moi étions allés au Pont d’Ulug ? » demanda Shera.

« ... Vous vous souvenez bien de tout pour une elfe stupide, » répliqua Rem. « Mais pour que vous vous enfuyiez, il faudrait aller dans une autre ville, ou aller encore plus loin que ça. Avez-vous même réfléchi à ça afin de savoir si c’est possible ou non de le faire ? »

« Ne me traitez pas d’idiote ! » répliqua Shera. « Et non, je n’y ai pas vraiment réfléchi ! »

Rem laissa échapper un second soupir. « ... Eh bien ! Si Diablo dit qu’il va vous protéger, alors je suppose que de toute façon, il n’y a pas besoin de considérer une telle chose. »

Il s’agissait d’une responsabilité sérieuse qui lui était imposée. Bien qu’il était apparemment calme et recueilli à l’extérieur, il était en pleine panique à l’intérieur.

Qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ? Qu’est-ce que je fais ?...

***

Partie 2

Sylvie avait frappé ses mains ensemble. « Tout va bien vu que tout a été décidé ! Ouf, je suis contente que tout soit entre vos mains. Pour dire la vérité, le Royaume de Greenwood a effectivement mis une prime afin de capturer Shera... Ah, mais pas à travers la Guilde des Aventuriers ! Nous n’acceptions pas de quêtes de type criminelles ! Et après tout, il s’agit juste d’une rumeur que j’ai entendue circuler. Donc, vous pourriez avoir quelques aventuriers “égarés” contre vous... Mais ce n’est pas un problème si Diablo vous protège ! »

Diablo fronça les sourcils. « Le Roi de Greenwood... Le père de Shera a-t-il fait ça ? »

« Non, le client était apparemment Prince Keera, » répondit-elle. « On dirait que celui qui la ramène reçoit une récompense d’un milliard de friths. Pour un roturier, c’est assez d’argent pour toute une vie. »

« ... Quel manque total de bon sens ! » marmonna Rem.

Le visage de Shera affichait une expression horrifiée.

Sans réfléchir, Diablo haussa la voix en raison de la rage qui s’était allumée en lui. « Il a placé une prime... sur sa propre sœur. Comment pourrait-il être plus imbécile que ça !? »

Une aura noire émanait soudainement de l’ensemble de son corps.

Rem, Shera et Sylvie avaient toutes crié sous le choc.

Il avait l’impression d’avoir perdu un peu de mana dans le processus.

Quand ses sentiments étaient devenus incontrôlables après avoir entendu quelque chose d’aussi ridicule comme un frère plaçant une prime sur la tête de sa sœur, c’était comme s’il avait consommé un peu de son mana.

En y repensant, il sentait que sa magie était plus forte quand il prenait le temps d’en avoir une image claire dans sa tête.

Cela pouvait indiquer qu’il y avait un lien entre les émotions et la magie.

Que se serait-il passé si je tenais le Bâton de Tenma ? Je ne pense pas que ce serait une bonne chose que ma magie se déclenche spontanément, pensa Diablo.

Parce qu’il vivait une vie oisive et paresseuse depuis quelques jours, son très important Bâton de Tenma avait été placé dans un coin de la pièce.

Diablo prit une profonde inspiration et se calma. « Hmph... S’il y a des aventuriers aveuglés par la cupidité, je leur ferai regretter de me défier. »

Sylvie avait alors fait un sourire amer. « Je sais qu’ils sont souvent imprudents. Mais je pense que les aventuriers venant d’autres villes ne savent probablement pas à quel point vous êtes fort, Diablo. Je pense que seules les personnes qui vous ont vu vous battre contre les Déchus le croiraient vraiment. »

« Ne partagez-vous pas l’information entre vous ? » demanda Diablo.

Si quelque chose d’aussi important s’était déroulé dans le jeu, les Wikis et autres sites d’échange d’informations seraient devenus fous. Les images et les vidéos se répandraient comme une traînée de poudre, avec des spéculations et des discussions qui surgiraient de partout.

Comme il n’y avait pas d’internet dans ce monde, il pensait au moins que cela deviendrait un sujet abordé dans les discussions dans les bars, mais c’était une surprise totale d’entendre que cela ne se propageait pas du tout.

« Il y a deux raisons à cela. La première est que vous êtes un “sorcier élémentaliste”, n’est-ce pas, Diablo ? Comme vous le savez, quand vous parlez de “Sorcier” dans le Royaume de Lyferia, tout le monde va penser à des “Invocateurs”. Après tout, on pense que la magie élémentaire est faible, » expliqua Sylvie.

Dans le Croisement de la Rêverie, le MMORPG qu’il avait l’habitude de jouer était remarquablement semblable à ce monde. Quand vous pensiez aux Sorciers, vous pensiez aux Sorciers élémentalistes.

La raison était simple : c’était parce qu’ils étaient la classe la plus puissante.

En choisissant des compétences qui amélioreraient leur magie élémentaire, ils seraient considérés comme un succès une fois qu’ils auraient fait de l’un des six arbres élémentaires une arme de destruction massive pour eux.

C’est pourquoi les invocateurs dans le jeu avaient été considérés comme une classe de fous. Ils avaient fait de leur mieux pour utiliser leur invocation, mais les invocations étaient encore plus faibles qu’un guerrier du même niveau.

Leurs statistiques étaient à peu près les mêmes, mais les invocations ne possédaient qu’une compétence spéciale. Un guerrier, qui possédait une grande variété de compétences, détenait un avantage écrasant.

Le seul véritable avantage qui pourrait être dit pour l’invocateur serait que même si leur invocation était défaite, il ne prendrait aucun des dégâts qui leur étaient infligés.

Les invocateurs du Croisement de la Rêverie étaient méprisés comme une classe faible qui était « pour noobs », « pour ceux qui manquaient du département de l’information (et du cerveau) », c’était une classe « cool, mais peu pratique ».

Cependant, ce monde était différent.

Dans le royaume de Lyferia, les élémentalistes étaient faibles, alors que les invocateurs étaient forts.

Et il connaissait la raison de tout cela.

Contrairement au jeu, où vous pourriez être ramené à la vie si vous manquiez de points de vie, la mort dans ce monde signifiait que tout était fini.

La plupart des aventuriers ne couraient pas après des objets rares ou n’essayaient pas de monter leurs niveaux, ils étaient satisfaits de vivre leur vie en étant assez fort pour tenir au jour le jour. Ils ne cherchaient pas à se dresser en risquant leur vie en combattant des ennemis puissants, ils pensaient simplement à ne pas mourir en essayant d’économiser assez d’argent pour subvenir à leurs besoins.

La même chose pourrait être dite des monstres.

Ils n’avaient pas essayé de vous attaquer imprudemment comme dans le jeu. Quand ils avaient vu un adversaire dont ils savaient qu’ils n’avaient aucune chance de victoire, ils avaient eu la lâcheté de s’enfuir et étaient faibles à cause de ça.

En conséquence, ce n’était pas que les invocateurs étaient forts..., c’était que tout ce qui les entourait était faible. C’est pourquoi les invocations étaient si utiles ici.

L’invocateur restant en sécurité était aussi un grand avantage pour eux-mêmes.

Face à toutes ces valeurs, bien sûr, les aventuriers de ce monde ne le croiraient pas si quelqu’un leur disait qu’il y avait un « sorcier-élémentaliste fort présent dans la ville ».

Ils pourraient rire et se moquer de l’autre, pensant que c’était un mensonge. Au mieux, ils pourraient penser qu’il était fort « pour un sorcier-élémentaliste ».

En tant que joueur, voir la classe dans laquelle il avait versé tant de temps et d’efforts se faire moquer et ridiculiser était un sentiment de mortification qu’il n’oublierait pas de sitôt.

Mais, il avait dû mettre ses sentiments de côté et l’accepter : dans ce monde, les sorciers-élémentalistes étaient considérés comme faibles.

« Hmph... Me considérer comme si je suis la même chose que les autres Sorciers-élémentalistes de ce monde..., » murmura Diablo.

« Eh bien, bien sûr que cela arrivera, » répondit Sylvie. « Votre puissance défie l’imagination, vous savez. Il y a aussi une autre raison... C’est parce que je garde les gens silencieux à ce sujet... »

« Oh, hein !? » s’interrogea Diablo.

« Je pensais que cela aurait pu être inutile, mais il semblerait que vous avez tous des choses qui sont en train de se dérouler, non ? » demanda-t-elle. « C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait peut-être mieux pour vous de ne pas vous démarquer autant, même si je ne connais pas les détails de ce que vous êtes en train de faire... »

Avait-elle vraiment deviné ça, ou est-ce qu’elle cache le fait qu’elle sait quelque chose ?

Dans tous les cas, il semblait qu’elle était au courant des antécédents de Shera. Peu importe que la personne elle-même eût lâché cette information à presque toutes les personnes qu’elle avait rencontrées, même si elle avait dit qu’elle voulait garder cela secret.

Cependant, Diablo était plus intéressé de savoir si Sylvie connaissait ou non la situation de Rem.

« Tu dis que tu ne connais pas les détails... Mais que sais-tu ? » demanda Diablo.

« Hahaha... Franchement, tout ce que je sais c’est qu’il semble y avoir quelque chose qui se passe avec vous les gars, » déclara Sylvie. « Le fait que Shera est la princesse du Royaume de Greenwood a été un très grand sujet de discussion ici depuis qu’elle est venue en ville. Et puisque Rem semble toujours garder ses distances avec les autres, j’ai tout simplement l’impression qu’elle est mêlée à un certain problème en ce moment... Et bien, c’est parce que j’ai déjà vu ce genre de choses. »

Ce fut quand Sylvie déclara des choses comme ça que Diablo sentit qu’elle était plus âgée que lui, malgré son apparence enfantine.

Eh bien, elle est après tout le Maître de Guilde. Elle doit avoir l’expérience appropriée pour le poste.

Debout à côté de Diablo, Rem baissa la tête. « ... Nous sommes très reconnaissants de vos préoccupations. »

« C’est bon, vraiment, » répondit Sylvie. « Si je peux vous aider dans quoi que ce soit, faites-le-moi savoir. Je pense à tous les aventuriers de Faltra comme mes amis. »

« ... Merci beaucoup, » déclara Rem.

Quel chef-d’œuvre de la communication !

Sylvie avait proposé quelque chose. « Eh bien, sur cette note, je ne vais pas fouiller à propos de ces circonstances, alors pourquoi ne pas venir avec moi ? La Guilde des Aventuriers a des chambres où vous pouvez rester pour des moments comme celle-ci. Je pense que ce serait beaucoup plus sûr qu’ici. Si je lui demandais, je pense que le gouverneur vous préparerait une chambre chez lui, mais je pense que ce serait beaucoup plus confortable pour vous de venir traîner avec moi. »

Il s’agissait d’un plan alléchant. Mais était-ce bien d’accepter cela si facilement ? Il semblerait que Sylvie soit le genre de personne en qui il pouvait avoir confiance...

Mais puis-je vraiment le faire ?

Diablo n’avait pas pu prendre une décision. Il se sentait désolé de douter de ses bonnes intentions...

Mais Diablo manquait cruellement de compétences en relations humaines. S’il pouvait simplement être honnête et dire : « Allons-y, » alors il ne serait pas le joueur solo éternel qu’il était.

Il n’était pas bien pour lui de réduire la distance entre lui et les autres.

S’il pouvait mettre leur confiance en eux, alors il apprendrait à mieux les connaître...

Mais alors s’ils s’étaient avérés ne pas être aussi dévoués qu’il pensait qu’ils étaient, il se sentirait trahit.

S’il s’inquiétait de la distance entre eux, il était plus facile en premier lieu de ne pas se rapprocher.

Il trouverait comment éviter cette guerre par lui-même. Il ne savait pas comment, mais il le découvrirait tout au long du chemin.

C’était le calme avant la tempête... et cette tempête était la guerre.

Cela ne s’était pas encore transformé en une quête pour « Arrêter les soldats ennemis lors de leur avancée ». Il devait faire de son mieux pour empêcher cela.

Que dois-je faire ici ? Premièrement, j’ai besoin d’informations.

La stratégie de base pour toute quête était de recueillir des informations. Ce monde n’était pas un jeu, mais il ne pouvait qu’agir comme s’il l’était.

Diablo avait ouvert sa bouche afin de faire une demande bien spécifique. « Je ne souhaite pas être redevable envers d’autres personnes. Et plus que tous, je veux... »

Il avait été interrompu par un énorme bruit de tonnerre.

***

Partie 3

Le mur de pierre derrière lui venait de s’effondrer.

Les murs de l’auberge étaient faits de pierres de différentes tailles empilées les unes sur les autres et maintenues ensemble avec du mortier de chaux. Ce n’était pas comme s’ils étaient fragiles, mais ils n’étaient pas des murs d’un château, c’est certain.

Il pourrait probablement être cassé en utilisant la magie ou une arme de grande taille.

Mais qui l’a détruit ?

Sylvie avait sauté loin de la porte en criant. « Ils viennent aussi vers la porte ! » Elle avait atterri à côté du lit, du côté de Diablo.

Immédiatement après ça, la porte de la pièce avait été ouverte avec force.

Diablo avait déplacé ses yeux sur son environnement afin de se faire une idée de la situation.

Quatre personnes étaient entrées dans la pièce : des Aventuriers, entièrement équipés.

Trois d’entre eux venaient du couloir. Ils étaient entièrement équipés. L’un d’eux était un guerrier nain, qui portait une hache de guerre.

Les caractéristiques d’un nain mâle étaient sa stature courte et corpulente, ses muscles imposants et sa barbe qui dissimulait complètement sa bouche et son cou. Ils étaient lents à pied et ne convenaient pas à la magie, mais ils excellaient quand il s’agissait de force et de ténacité.

Ils étaient naturellement doués des talents nécessaires pour la classe de Guerriers.

Tout venant de cet assaillant lui criait vraiment : « Nain ».

Après le Nain se trouvaient deux guerriers Marcheurs d’Herbe aux yeux sombres et portant des armures légères.

Tout comme Sylvie, ils avaient les oreilles et la queue d’un lapin, et une apparence enfantine. Mais l’expression dans leurs yeux était aiguisée.

Ces deux Marcheurs d’Herbes avaient exactement le même visage. Ce n’était pas qu’ils se ressemblaient juste parce qu’ils étaient la même race, c’était comme s’ils étaient des reflets de miroir l’un de l’autre.

Des frères ?

Ils étaient armés de dagues et regardaient fixement avec des yeux sombres et lugubres.

Celui qui était entré à travers le mur détruit était un combattant de la race des Panthériens, équipé de griffes métalliques sur les deux mains.

Comme leur nom l’indiquait, les Panthériens étaient une race qui avait des oreilles et des queues comme celles d’une panthère, logée sur des corps flexibles et souples. En raison de leur agilité et de leur force physique supérieure, ils avaient toujours excellé dans les combats rapprochés.

Diablo et les autres étaient réunis autour du lit se trouvant au centre de la pièce.

Ce n’était pas un espace aussi large, et ils furent bientôt entourés de tous côtés.

Ces gars sont supposés être des Aventuriers !?

« ... Ne l’avez-vous pas remarqué !? Vous aviez dit que vous seriez capable de détecter une attaque comme celle-ci avant qu’elle ne se produise ! » Rem demanda ça à Shera, l’accusant.

Shera avait facilement détecté une escouade d’elfes qui s’était cachée dans la forêt avant ça. Elle avait également déduit où la bataille avec les Déchus en ville avait eu lieu.

Elle possédait une très importante perception.

Pour elle, de ne pas avoir remarqué cette attaque qui venait... Leurs adversaires étaient-ils si exceptionnels ? Ou bien y avait-il une autre raison ?

Shera gonfla ses joues en boudant. « Il y a trop de monde dans cette ville, donc je ne peux pas le dire ! »

Alors voilà la raison !

Il y avait un grand nombre de personnes dans cette ville. Pour elle, le fait d’essayer de trouver ceux qui se rapprochaient d’eux avec une intention malveillante était probablement plus difficile que de trouver des elfes dans la forêt.

En tout cas, ils avaient été propulsés dans un combat soudain.

Si possible, ce serait génial si je pouvais les faire reculer en les menaçant.

Diablo se mit à parler d’une voix menaçante. « Pour que des imbéciles comparaissent devant moi... Je suppose que vous ne souhaitez plus vivre. »

Les deux jumeaux Marcheurs d’Herbes chuchotèrent l’un à l’autre.

« Il demande si nous ne voulons plus vivre, grand frère. »

« Il nous a en effet demandé si nous ne voulions pas vivre, petit frère. »

« Devrions-nous répondre ? »

« Non, nous ne devrions pas. Notre cible n’est pas le démon. »

« Compris, grand frère... elle est là. C’est l’elfe. »

« Oui, c’est cette elfe. »

Couvrant sa tenue indécente avec une couverture, Shera se figea. « M-Moi !? Je ne sais même pas qui vous êtes ! »

Abasourdie, Rem avait de nouveau laissé échapper un soupir. « ... Sylvie vient juste de l’expliquer. Ces individus sont des Aventuriers. Non, ils sont de simples criminels qui en ont après la prime offerte par le Prince de Greenwood pour votre capture. »

Diablo avait serré les dents.

Merde ! J’ai laissé mon Bâton de Tenma dans un coin de la pièce !

Dans le Croisement de la Rêverie, vous deviez porter un bâton jusqu’à ce que vous atteigniez le niveau 30 sinon vous ne seriez pas capable d’utiliser la magie élémentaire. Après avoir dépassé ce niveau, vous pouviez utiliser la magie, peu importe ce qu’était votre équipement.

Diablo était au niveau 150. Donc il pouvait activer de la magie sans problème, mais le fait que son Bâton qui lui permettait de viser et de contrôler la puissance de ses sorts n’était pas là lui posait problème.

Non seulement cela, mais le Bâton de Tenma augmenterait la statistique INT de l’utilisateur, et raccourcirait aussi le temps d’incantation de la magie.

Son équipement se composait à l’heure actuelle de la Couronne Déformée, un objet avec un effet de régénération de vie qui lui donnait l’air d’avoir des cornes tordues de diable qui sortaient de sa tête, et l’Anneau du Seigneur-Démon, un objet super rare qui reflétait n’importe quel sort.

À l’heure actuelle, il ne portait pas le Rideau des S​ombres Nuages, sa cape qui le protégeait des effets d’état négatif et de la mort instantanée, ou l’Abysse d’Ébène, une tenue noire qui réduisait les dommages physiques et augmentait les statistiques du porteur.

Il avait baissé sa garde, c’est pourquoi il était actuellement dans cette situation désespérée.

Mais je dois protéger Shera !

Rem avait atteint l’une des poches de sa ceinture en cuir pour en sortir un cristal. Si elle le lançait, elle pourrait utiliser une invocation.

« ... Viens à moi ! Ombre... »

« Hohoho! » Le guerrier nain se précipita vers elle, frappant avec sa hache de guerre.

Il est plus rapide que je pensais. Est-ce qu’il est du niveau 20 ?

Diablo avait agrippé Rem pour la faire venir proche de lui.

« Kyahh!? »

La charge de l’ennemi s’était terminée avec une frappe dans le vide.

Mais vu que la concentration de Rem avait été interrompue, elle n’avait pas été capable d’appeler son Invocation.

Rem leva les yeux vers Diablo. « M-Merci beaucoup... »

« Ne te force pas trop. Je vais m’occuper d’eux, » déclara Diablo.

Le Nain se lécha les lèvres. « La magie n’est pas très pratique, n’est-ce pas ? Si tu es frappée avant que tu puisses l’utiliser, cela n’a aucun intérêt, c’est donc inutile ! »

Ils étaient au milieu d’une petite pièce, déjà à portée d’un corps à corps.

Il était très probable que ces individus pensaient qu’ils seraient en mesure de réagir avant que Diablo puisse faire quoi que ce soit.

Ces types sont tous lents comparés à moi, pensa Diablo.

Avec sa statistique de l’AGI élevée, il semblait qu’il pouvait lancer trois sorts pendant le temps qu’il faudrait au nain pour se déplacer une fois.

Mais, si Diablo utilisait une sorte de magie offensive contre lui, le Nain pourrait finir par mourir.

Il y avait aussi la possibilité d’essayer et manquer intentionnellement, en visant le sol ou le mur, ou autre chose dans le genre, mais il était déjà trop proche.

Il pouvait aussi décider de l’ignorer, mais il pourrait finir par blesser Rem et les autres à ce rythme.

Puisqu’une partie du mur était déjà abattue, si les choses allaient plus loin, il était possible que le toit puisse aussi tomber sur eux.

Puis-je gagner à mains nues comme ça ?

Il n’avait pas beaucoup d’expérience quand il était venu à cette possibilité. Si c’était juste un combat à un contre quatre, alors il pourrait être capable de le faire.

Mais pendant qu’il se battrait, que se passerait-il s’ils attrapaient Shera ? Et si Rem était touchée par une attaque ?

Et maintenant que j’y pense, où est Sylvie ?

Elle aurait dû sauter à ses côtés après que la porte ait été cassée.

Il se souvenait de tout ça, mais après avoir déplacé Rem pour la protéger, Diablo avait soudainement perdu de vue Sylvie.

Soudain, la voix de Sylvie retentit dans la pièce. « Liens de Lierre ! »

Un éclat de lumière magique avait surgi là où se tenait le Nain. Des vignes épaisses poussaient et s’étendaient sur le sol.

« ... Merde !? Qu’est-ce que ce machin ? » Le nain cria de surprise, mais il était déjà trop tard.

Les vignes s’enroulèrent rapidement autour du Nain, le bloquant totalement.

À un certain moment, Sylvie s’était déplacée dans l’un des coins de la pièce. Il s’agissait d’une position où elle était hors de portée des jumeaux Marcheurs d’Herbes et des attaques du Panthérien.

Bien qu’elle aurait dû être juste à côté de lui, il s’agissait d’une compétence incroyable de furtivité qu’elle avait utilisée.

Comme on pouvait s’y attendre du Maître de la Guilde, elle savait vraiment comment combattre plusieurs adversaires à la fois.

Il s’agissait d’une puissante magie qui était capable d’infliger le statut de « Lié » à un adversaire, et scellait leur mouvement pour une période de temps limitée.

Diablo était incapable de l’utiliser.

Le Lien de Lierre était un sort de soutien. Cela avait seulement empêché un adversaire de bouger, mais cela ne l’avait pas vaincu. Quand il était utilisé avec un groupe, c’était quand ses effets brillaient vraiment, mais il y avait peu d’intérêt à l’utiliser en solo.

Vu la Puissance Magique de Diablo, il lui avait été plus efficace de lâcher de la magie offensive au lieu d’utiliser un sort comme ça.

Après tout, il n’y avait pas un moment dans le jeu où je devais m’inquiéter de ne pas tuer mes adversaires.

Sylvie avait crié d’une voix aiguë. « Vous n’êtes pas des aventuriers de Faltra, n’est-ce pas ? D’où venez-vous !? »

Les deux Marcheurs d’Herbes recommençaient à murmurer.

« C’est le Maître de Guilde de Faltra, grand frère. »

« C’est vraiment le Maître de Guilde, petit frère. »

« C’était inattendu, n’est-ce pas ? »

« Oui, complètement inattendu. »

Ils avaient parlé exactement la même voix, le ton, le même visage... C’était effrayant, c’était le moins qu’on puisse dire.

Les jumeaux se regardaient.

« Faut-il continuer, grand frère ? »

« Non, nous sommes désavantagés, petit frère. »

« Alors devrions-nous l’abandonner ? »

« Non, nous ne l’abandonnons pas. »

« Compris, grand frère. Si c’est le cas... »

L’un des Marcheurs d’Herbes avait sorti quelque chose de la poche à sa taille.

Prévoit-il utiliser un objet !?

Le petit tube qu’il avait sorti avait commencé à briller.

Sa vision fut enveloppée d’une lumière blanche éblouissante.

« Ngh! »

Diablo avait gémi. Il était complément aveuglé.

C’est une bombe flash !

Ces objets pouvaient être créés à l’aide d’une compétence d’Artisanat, et infligeaient le statut « Aveuglement » à tous dans une zone.

Tout joueur qui avait été aveuglé recevait une pénalité pour l’esquive, la précision et le mouvement.

Pour y remédier, vous deviez soit posséder une sorte de magie de guérison, utiliser un objet ou attendre que les effets disparaissent.

Bien que les effets d’une bombe flash aient été de courte durée, ils avaient de grandes chances de succès. C’est pourquoi c’était un objet populaire que presque tous les aventuriers avaient fini par utiliser au moins une fois dans leur carrière.

Mais même sans le Rideau des S​ombres Nuages, Diablo avait une résistance beaucoup plus élevée que les autres aventuriers ici, donc ça ne l’affectait pas beaucoup.

De son champ de vision rétréci, il vit les deux Marcheurs d’Herbes qui lançaient le Nain sur leurs épaules.

Le Lien de Lierre empêcherait la cible de bouger. Donc, même dans le jeu, les autres membres du parti seraient en mesure de se déplacer librement.

Mais vous pouvez porter un membre de votre groupe lié !? Est-ce que c’est possible !?

Il n’y avait pas d’action pour « transporter » quelqu’un dans le jeu.

Pendant un instant, Diablo avait été frappé par un sentiment de surprise.

Portant le nain sur leurs épaules, les Marcheurs d’Herbes avaient réussi à se déplacer étonnamment rapidement alors qu’ils s’échappaient dans le couloir.

Le Panthérien avait également fui à travers le trou qu’il avait fait dans le mur.

Devrais-je courir après eux et laisser Shera ici ?

Même s’il les attrapait, quel type d’information obtiendrait-il ? Il n’y avait probablement pas grand-chose à faire.

Diablo ne pouvait pas non plus les neutraliser sans les tuer. Comme il hésitait sur ce qu’il devait faire, il avait fini par perdre de vue ses assaillants.

***

Partie 4

Diablo regarda dans toute la pièce désormais calme.

La porte avait été cassée au moment de son ouverture. Elle était sortie de ses gonds et était couchée sur le sol.

Le mur derrière le lit s’était effondré, ainsi que la fenêtre qui était au centre.

C’est le deuxième étage, alors comment ont-ils fait ça ? Je ne peux pas croire qu’ils ont utilisé leur puissance en tant qu’Aventuriers pour quelque chose d’aussi stupide.

Des fragments de pierres qui constituaient le mur, le mortier de chaux qui le tenait ensemble, de l’argile rouge et des grains de sable jonchaient le sol. L’endroit ressemblait à un bâtiment abandonné.

Cela a l’air horrible.

Il était exaspérant qu’ils aient réussi à s’enfuir, cependant, il avait applaudi leur jugement en le faisant.

Ils ne s’attendaient probablement pas à ce que Sylvie le Maître de la Guilde soit ici, et encore moins qu’on lui inflige le statut de « Lié ».

D’après ce qu’il avait vécu dans le jeu, le fait d’être confronté à un dilemme imprévu était souvent lié au fait que l’équipe soit anéantie après ça. Alors que vous vous inquiétiez de la façon de gérer la situation, vous aviez déjà perdu votre chance de vous échapper.

Ces individus avaient pris une décision rapidement. Ils méritaient d’être félicités au moins pour cela.

Leur choix était aussi juste que possible.

Peut-être parce que leurs vies étaient en jeu, ils étaient rapides quant à faire une retraite, et ils avaient tout fait afin d’éviter de mourir.

Dans ce monde, la mort ne signifiait pas que vous reveniez à la vie après avoir perdu quelques points d’expérience. La mort signifiait vraiment une mort définitive.

Plus il y pensait, plus il était difficile d’utiliser ses magies les plus puissantes.

Même s’il n’avait pas entendu le plaidoyer de Shera plus tôt, Diablo ne voulait tuer personne.

Mais il n’allait pas prétendre qu’il était une sorte de saint qui ne ferait même pas de mal à une mouche. Si quelqu’un était hostile envers lui, alors il pourrait y avoir des moments où il accepterait de leur ôter la vie.

Pour le dire carrément, sa propre vie était beaucoup plus importante que la vie d’un étranger.

Si c’était pour sauver quelqu’un qu’il connaissait, il finirait probablement par écraser une vie qu’il ne connaissait même pas.

Mais je pense qu’il y a une différence entre « quelqu’un qui meurt à cause d’une bataille inévitable » et « qu’il tue quelqu’un directement. »

Dans tous les cas, je veux faire un effort pour essayer d’y aller doucement quant aux autres.

Alors qu’il pensait cela, il semblerait que Rem et Shera avaient enfin retrouvé leur vue. Normalement, les effets d’une bombe flash ne devraient durer qu’une dizaine de secondes.

Cependant, pour Diablo, cela l’avait juste un peu étourdi. Sylvie semblait également relativement peu affectée.

Tout en regardant dans la pièce, Rem poussa un soupir. « ... Alors, ils se sont enfuis... Je suis désolée, il semblerait que je vous ai gêné. »

« Qu’est-ce que tu dis ? Ils ont finalement réalisé que leur avidité était imméritée et ils se sont enfuis, c’est tout, » répondit Diablo. « Ils sont comme des insectes craignant pour leur vie alors qu’ils s’échappent par la fenêtre, il n’y a pas besoin de t’inquiéter à propos de ça. »

Rem avait alors fait un petit hochement de tête timide.

Puis, elle tourna son regard vers Sylvie. « ... Merci de nous avoir aidées. »

« Eh bien, je pensais laisser tout ça à Diablo, puisqu’il était là. Mais je pensais que si je ne faisais pas quelque chose, vous pourriez penser que j’étais celle qui avait planifié l’attaque, » répondit Sylvie.

Shera avait également parlé à Sylvie. « Merci de nous avoir protégés ! Je suis vraiment reconnaissante envers vous ! »

Sylvie avait gonflé sa poitrine inexistante. « Hehe Hehe Hehe... Après tout, je suis le Maître de la Guilde. Je sais une chose ou deux quand il faut tenir tête à quelques chahuteurs. En fait, vous pourriez presque m’appeler une experte en la matière ! »

Je vois, alors elle s’est entraînée dans la magie de soutien.

Elle était ce que vous appelez un « Sorcier de soutien ».

Dans le Croisement de la Rêverie, ils étaient très convoités dans des groupes, mais ils avaient du mal à jouer en solo, alors ils étaient extrêmement rares.

Ils étaient une classe plus précieuse que les sorciers guérisseurs.

Chaque fois qu’il posait les yeux sur un ennemi puissant, la première chose qui apparaissait dans la tête de Diablo était la façon dont il allait le combattre.

Sylvie était une Marcheuse d’Herbes. Par nature, elle était un maître des compétences de furtivité, et possédait une statistique d’Agilité supérieure. Elle pouvait se déplacer sans être détectée, et même si elle l’était, elle pouvait esquiver prestement tout ce qui était fait contre elle. Afin de mieux se défendre en raison de sa faible protection, elle avait libéré une magie de blocage,

Les guerriers seraient plus affectés par « Liens », mais un sorcier comme Diablo pourrait-il avoir sa magie bloquée par un sort de « Silence » ?

J’ai un équipement qui empêche les effets négatifs, donc je suppose qu’il n’y a pas de problème.

L’utilisation de la magie de soutien montrait à quel point l’utilisateur était compétent en tant que joueur.

Bien qu’elles soient difficiles à utiliser, lorsqu’elles étaient entre les mains d’un joueur expérimenté, elles constituaient une menace extrêmement dangereuse.

Les sorciers de soutien n’étaient pas seulement tournés vers les groupes, ils ne pouvaient être utilisés que dans un groupe. On avait l’impression que c’était une classe réservée aux personnes normales qui pouvaient communiquer avec d’autres personnes.

Il savait que ça ne lui conviendrait jamais, et il n’y avait rien à faire à ce sujet.

J’ai peut-être un peu de préjugé à leur égard, mais je les ai toujours considérés comme « purs à l’extérieur, noirs à l’intérieur ».

Il ne devrait pas y avoir de problèmes en tête-à-tête, mais il devait s’assurer de faire très attention s’il combattait Sylvie. Il ferait attention à ne pas en arriver là.

Alors que Diablo regardait Sylvie, elle inclina adorablement sa tête sur le côté. « Qu’est-ce qui se passe ? »

Il avait dû détourner les yeux de cette soudaine attaque-surprise.

Non ! Un démon ne rougit pas et ne détourne pas les yeux quand une jeune fille (c’est à quoi elle ressemble, mais elle est probablement une adulte) fait quelque chose de vraiment mignon !

Avec un « Hmph », Diablo avait déplacé hautainement la tête en arrière.

« Si tu n’étais pas intervenu, ma magie les aurait tous anéantis, » déclara-t-il.

« Hahaha... maintenant, cela semble effrayant, » répondit Sylvie. « Vous avez réussi à vous retenir, n’est-ce pas, Diablo. Je pense que c’était une bonne décision de ne pas les tuer. »

« Je ne me retenais pas. J’ai vu ce que tu essayais de faire, alors j’ai simplement décidé de regarder, » déclara-t-il.

C’est un gros mensonge.

Il avait perdu de vue Sylvie. Il y avait une grande différence entre les compétences de Camouflage ici et dans le jeu.

Non seulement cela, mais il n’était pas habitué à avoir des alliés autour de lui.

Sylvie haussa les épaules. « Bien que je pense que cela compterait comme légitime défense, même si vous finissiez par les tuer... Tuer quelqu’un au milieu de la ville en utilisant la magie mènerait à toute sorte d’investigations. Pendant ce temps, vous ne seriez pas en mesure de protéger Shera. Il n’y aurait aucun intérêt à un tel problème, vous savez ? »

« Je n’ai pas l’intention de coopérer dans quelque type d’enquête que ce soit, » répliqua-t-il.

« Hmm, mais vous devriez dans ce cas faire face à des soldats sous la surveillance directe du gouverneur, ou même de la capitale royale, » déclara-t-elle. « Si vous essayez de résister, vous deviendriez un homme recherché. Ce ne serait pas seulement Faltra, vous ne seriez pas capable de rester n’importe où dans tout le Royaume de Lyferia. Même si vous étiez d’accord avec un style de vie vagabond et ne pas être en mesure d’utiliser des auberges ou des magasins, je pense que ce serait assez difficile sur Rem et Shera. »

Il ne pouvait pas nier cela.

Donc si je finissais par les tuer, ça serait traité comme si j’étais un PK.

Il y avait un système PK (tueur de joueurs, Player Killer) dans le Croisement de la Rêverie.

Que ce soit sur le terrain ou dans une ville, si vous aviez tué un joueur (même si c’était un accident de votre part), vous seriez traqué comme un criminel dans le jeu.

Votre nom serait affiché en rouge, et si vous essayiez d’entrer dans une ville, de puissants chevaliers apparaîtraient et vous attaquaient en vous vainquant en une seule frappe. Une prime pourrait être placée sur votre tête par le pays, et vous seriez dans une position où d’autres joueurs viseraient aussi à vous retrouver. C’était presque la même chose que de devenir l’un des monstres du jeu.

Il semblait que vous seriez aussi traité de la même manière dans ce monde.

Diablo avait combattu un grand nombre de personnes dans les batailles, mais il n’avait jamais fait de PK auparavant.

Il y avait aussi un système PvP implémenté dans le jeu.

Les joueurs pouvaient s’affronter dans des donjons construits dans leurs espaces personnels.

C’était normalement en tête-à-tête, mais aussi longtemps qu’il y eût un accord mutuel pour cela, la rencontre pouvait même se transformer en combats un contre six.

En tout cas, en plus d’être un combat que les deux parties avaient accepté, il n’y avait aucune chance de mort pour les perdants. Tout ce qui arriverait, c’était que leur argent et leurs biens leur soient enlevés.

Et si vous aviez gagné, vos scores de bataille s’amélioreraient, et vous recevriez une grande quantité d’expérience. Mais, mettons de côté le PvP.

Ne pas utiliser la magie sur ces gars-là aurait pu être vraiment une bonne chose de ma part !

Maintenant qu’il savait qu’il avait passé avec succès un choix particulièrement extrême, son pouls avait commencé à battre plus vite.

Mais un Seigneur-Démon ne laisserait pas une telle chose faire grimper son rythme cardiaque, alors il continuait de prétendre qu’il ne s’en souciait pas du tout. « Hmph... Donc tu dis que d’autres comme ceux qui viennent d’attaquer viendront face à nous. »

« Il est probable que oui, » répondit Sylvie. « C’est pourquoi j’ai suggéré de préparer une salle pour vous tous à la Guilde des Aventuriers... Mais il semblait que vous aviez essayé de dire quelque chose plus tôt, n’est-ce pas, Diablo ? »

Oh oui, c’est vrai.

Il avait complètement perdu le fil de ses pensées lors de leurs agressions.

Un élément essentiel pour éclaircir toute quête était de recueillir d’abord des informations. Et à partir de maintenant, la personne qui semblait avoir le plus d’informations à laquelle il pouvait parler serait...

« Sylvie. Je vais aller parler avec le gouverneur, » annonça-t-il.

« Mmm... Je vois..., » répondit-elle.

Il semblait qu’elle avait anticipé ce que Diablo allait demander.

C’était normal pour quelqu’un d’habitué à accepter des quêtes de pensée comme telle.

« Même si tu dis que je ne peux pas y aller, je vais quand même y aller de moi-même, » déclara-t-il.

Elle soupira. « ... Je sais que c’est ce que vous voulez et tout... Mais je suis un peu nerveuse à ce sujet... Vous n’êtes pas très doué pour être poli avec les personnes, vous en rendez-vous compte ? »

Je suis poli avec tout le monde, même avec les gens qui travaillent dans les dépanneurs !

Mais un Seigneur-Démon ne dirait jamais ça.

Cela valait surtout pour l’instant, puisque Diablo devait faire croire à tout le monde que se battre contre Diablo serait pire que d’aller en guerre avec le Royaume de Greenwood.

Il n’y avait aucune chance qu’il pourrait commencer à agir correctement maintenant avec les autres.

Mais c’est un problème si je ne peux pas obtenir d’informations... alors, je suppose qu’il n’y a pas moyen de le contourner.

« Hmph... Je pensais seulement à le rencontrer sur un coup de tête..., » déclara Diablo. « Mais si tu me refuses ça, cela va rendre les choses plus intéressantes. Je vais devoir brûler ce manoir jusqu’au sol. Si je le fais, je suis sûr que le gouverneur viendra jusqu’à moi. Hehe hehe hehe... »

« Hein !? Attendez là ! Je n’ai jamais refusé ça ! » s’exclama Sylvie. « Ah, zut... Je ne suis pas très bonne quand il faut parlementer avec le gouverneur... Mais je vais vous y emmener. Vous devriez pouvoir le voir. »

À l’intérieur de lui, Diablo se sentait soulagé.

S’il pouvait simplement rencontrer cette personne, il serait en mesure d’obtenir toutes les informations qu’il souhaitait, puisque c’était un fait que le gouverneur ne voulait pas partir en guerre.

Tout en cachant comment il se sentait vraiment, Diablo fit un signe d’assentiment. « Je devrais accepter ainsi. Conduisez-nous là. »

Rem avait brossé la poussière présente sur ses vêtements. « ... Bien sûr, je viendrai avec vous. »

« M-Moi aussi, je viens, » déclara Shera.

Alors que Shera se débarrassait de la couverture, son corps presque nu était à nouveau exposé aux autres.

Rem se mit à grogner sur Shera. « ... Vous devriez aller vous changer, stupide Shera ! »

« Hein !? M-Même-moi, je ne penserais pas à aller au manoir du gouverneur comme ça ! » répliqua Shera.

« ... Peu importe si c’est un manoir ! Le simple fait d’aller à l’extérieur n’est pas du tout correct, » répliqua Rem.

***

Chapitre 1 : Réunion avec le Gouverneur

Partie 1

Le District Central...

Faltra était une ville-forteresse, fortifiée de tous côtés par des remparts hauts et robustes. Si vous deviez la regarder d’en haut, elle aurait la forme d’un octogone, avec des tours sur chacun de ses huit points.

Chacune de ces tours faisait partie d’une magie rituelle à grande échelle conçue pour repousser les monstres et les Déchus. Cette magie fonctionnait grâce à l’utilisation de la puissance magique fournie par Célés Baudelaire, le chef de l’Association des Mages, en tant que source d’énergie.

De l’autre côté des murs, des rangées de bâtiments alignés les uns à côté des autres et une large route qui reliait les côtés est et ouest de la ville. Elle était assez grande pour qu’une armée entière puisse la traverser de front.

Dans le centre de la ville, vous pouviez également trouver un autre mur. Bien qu’il ne soit pas dans la même mesure que les murs extérieurs de la ville, il était encore extrêmement solide. Ce mur entourait les demeures du gouverneur, des aristocrates et d’autres personnes extrêmement riches qui vivaient dans le District Central.

Mais à la place d’être là pour servir un but en cas de guerre, l’objectif principal de ce mur était de prévenir le crime à l’intérieur de cette zone. Les murs de pierre épais faisaient environ trois étages. Il y avait seulement quatre portes, une située à chacun des points cardinaux.

Tous ceux qui étaient venus et repartis étaient sous surveillance stricte, avec de multiples gardes porteurs de hallebardes alignés à côté de chaque porte. Ces individus n’étaient pas des soldats, mais des chevaliers qui étaient sous la supervision directe du gouverneur lui-même.

Diablo resta à côté de Sylvie alors qu’il marchait. Derrière eux, Rem et Shera se tenaient là, avec Shera portant sa tunique verte habituelle.

Des charrettes tirées par des chevaux passaient souvent ici à travers la route principale pavée.

En cours de route, Sylvie avait commencé à parler du gouverneur, expliquant qu’il était préférable pour tous de connaître les informations qu’elle détenait. Diablo avait feint son désintérêt pour le sujet tout en écoutant attentivement chaque mot.

« Voyons voir... Avant d’aller voir le gouverneur, je vais parler un peu de la ville de Faltra et de son importance, d’accord ? » commença Sylvie. « Comme vous le savez déjà, il s’agit de la ligne de front pour les descendants des Célestes. À l’est se trouvent les territoires du Royaume de Lyferia, où d’innombrables personnes vivent. Il y a beaucoup de grandes villes là-bas, avec plusieurs d’entre elles manquant les murs ou les soldats nécessaires pour se protéger contre les monstres ou les Déchus. Au fond, si elles étaient attaquées par une armée ennemie, les choses ne se dérouleraient pas bien pour elles. Et à l’ouest de Faltra se trouve le Domaine du Seigneur-Démon. »

« ... L’ancien Domaine du Seigneur-Démon, n’est-ce pas ? » rajouta Rem.

Sylvie acquiesça. « Tout à fait. Il se peut que ce ne soit pas vraiment ainsi avec toutes les activités des monstres et des Déchus, mais c’est l’ancien domaine des Déchus. En l’an 124 du calendrier du Royaume de Lyfer, le Seigneur-Démon est apparu et a fait tout ce qui est à l’ouest d’ici son territoire. Puis, en l’an 135, il a été vaincu grâce aux efforts d’un étranger qui nous est toujours inconnu... Du moins, c’est ce qu’on nous a dit. Il s’agissait du Seigneur-Démon de l’Esprit, Enkvaros... »

Il s’agissait d’un nom familier pour Diablo...

« Ah oui. J’ai été le premier à le vaincr..., » avant qu’il ne puisse en dire plus, il couvrit sa bouche.

C’est vrai, je l’ai seulement battu dans le jeu. Mais la personne ici a le même nom que le Seigneur-Démon qu’on trouve dans le Croisement de la Rêverie !

Diablo avait été le premier à battre le Seigneur-Démon Enkvaros avant tout autre joueur, lui accordant l’Anneau du Seigneur-Démon.

Il avait repensé à ça...

Enkvaros possédait la capacité de refléter la magie. À cause de cela, beaucoup d’autres joueurs l’avaient défié en faisant des groupes se basant sur la classe de Guerrier. Cependant, les Guerriers avaient une faible résistance à la magie comme « Confusion » ou « Sommeil » et donc cela s’était toujours mal déroulé pour eux.

La spécialité de Diablo était de jouer en solo, donc les effets de statut négatifs étaient à peu près les mêmes qu’une mort instantanée pour lui. Voilà pourquoi il avait une abondance de contre-mesures pour faire face à ce genre de situation. Non seulement cela, mais il avait heureusement appris des sorts qui infligeraient des dégâts physiques quand il devait affronter des monstres ou des adversaires qui résistaient à la magie normale.

Dans les premiers jours du jeu, quand il n’y avait pas beaucoup d’informations disponibles, la raison pour laquelle il avait été capable de vaincre Enkvaros lors de son premier essai avait été la chance... et aussi tout le temps qu’il avait passé à forger ses compétences en tant que joueur.

Si on prenait le temps dans le monde réel, cela faisait deux ans.

« Maintenant que j’y pense, je ne l’ai jamais demandé avant aujourd’hui, » déclara Diablo. « En quelle année sommes-nous ? Et depuis combien de temps le Seigneur-Démon Enkvaros a-t-il été vaincu ? »

« En ce moment, il s’agit de l’année 164 du calendrier Lyferien, donc cela fait environ 30 ans que le Seigneur-Démon a disparu, » répondit Sylvie.

« Je vois, » répondit Diablo.

Cela pourrait-il que le temps dans ce monde va dix fois plus vite que le temps dans mon monde ? Non, ce serait étrange. Si j’avais vaincu le Seigneur-Démon il y a 30 ans dans le monde, cela signifierait que « Diablo » aurait aussi été dans ce monde. Dois-je penser à ce Seigneur Démon comme une entité distincte du jeu, même s’ils partagent le même nom ?

En premier lieu, une majorité des joueurs du Croisement de la Rêverie avaient battu Enkvaros dans le cadre des quêtes historiques.

Cela voudrait dire qu’il y avait des millions de Seigneur-Démon, n’est-ce pas ?

Selon le personnel du jeu, le Croisement de la Rêverie comptait plus de trois millions de joueurs à travers le pays.

Sylvie avait continué son explication. « Eh bien, de toute façon, le Seigneur-Démon de l’Esprit, Enkvaros, aurait été vaincu par quelqu’un, et ainsi les monstres que les Déchus ont cessé de se montrer dans l’ancien Domaine du Seigneur-Démon. Mais. Au cours de ces dernières années, plusieurs Déchus sont apparus. Je veux dire par là que l’autre jour, il y en avait une centaine, n’est-ce pas ? Il y a même des rumeurs qui se répandent où des personnes se demandent si le Seigneur-Démon n’aurait pas déjà été ressuscité. »

« Ne le sais-tu pas ? » demanda Diablo.

« Il y a certains voyants de la capitale royale qui disent : “La résurrection est proche”. Je pense que les Déchus travaillent afin de finir le processus qu’ils ont commencé afin de faire revivre le Seigneur-Démon, » répondit Sylvie.

Shera avait déjà dit quelque chose de similaire.

Rem avait pressé une main contre sa poitrine.

Diablo acquiesça avant de dire. « Je ne pense pas qu’il soit ressuscité pour le moment. Quand j’ai combattu Edelgard, la Déchue qui avait rassemblé l’armée de cent Déchus, elle avait dit que sa mission était de “sauver le Seigneur-Démon”. »

« Quoi... !? » s’écria Sylvie. « Si c’est vrai, ce serait une information incroyable ! »

« Cependant, ce sont les paroles d’un Déchu, » déclara Diablo.

« O-Oui. Mais juste au cas où, je vais encore transmettre cela à mon contact dans la capitale royale, » déclara Sylvie.

« Fait comme tu veux. En mettant cela de côté, n’allais-tu pas me parler du gouverneur ? » demanda Diablo.

« Ah, désolée..., » déclara Sylvie. « De toute façon, même si c’est l’ancien territoire du Seigneur-Démon, c’est aussi dangereux que lorsque le Seigneur-Démon était encore dans ce monde. Quand il sera ressuscité, je suis sûre que la présence de monstres va aussi augmenter. La forteresse de Faltra est ici en première ligne afin de tenir à la fois les monstres et les Déchus, ainsi que pour protéger les territoires de toutes les autres races. »

Si cette ville devait tomber, il avait été dit que la moitié du royaume de Lyferia serait attaqué par les Déchus. Il n’y avait jamais eu un événement où les choses avaient été si mauvaises dans le jeu, mais si quelque chose comme ça devait arriver dans ce monde, qui sait ce qui se passerait ?

Cependant, ce qu’il savait à coup sûr, c’était qu’une quantité incommensurable de personnes mourraient.

« ... Ainsi, la personne responsable de cet endroit important est le gouverneur ici, » demanda Diablo.

« Vous avez raison. C’est le gouverneur de Faltra. Il s’agit d’une personne vraiment incroyable, pour le dire franchement, il est un héros, » déclara Sylvie.

« Un héros ? » demanda Shera en penchant la tête.

« Il y a trente ans, à l’époque où le Seigneur-Démon était encore là, il a combattu sur les lignes de front, massacrant toutes sortes de Déchus, » répondit Sylvie.

« Wôw ! Cela donne vraiment l’impression que c’est quelque chose d’incroyable ! » déclara Shera.

« Ahaha... Cela ne sonne pas trop comme étant vraiment sincère, Shera, » répliqua Sylvie.

« Mais je veux dire par là que Diablo a aussi gagné contre les Déchus, vous savez, » déclara Shera.

« Oui, je sais. C’est certainement un exploit, mais il risque de s’effacer de l’histoire. En fait, c’est quelque chose d’anormal que personne ne croirait si on leur le disait, » déclara Sylvie.

Depuis que Shera avait comparé le gouverneur à Diablo, Sylvie semblait se débattre un peu pour trouver les bons mots.

En regardant sous un autre angle, cela signifie qu’il est si fort qu’il ne peut être comparé à personne d’autre.

« Quel niveau aurait ce gouverneur ? » demanda Diablo.

Dans ce monde, tous les aventuriers autour de Faltra étaient au niveau 20 ou plus. Les valeurs aberrantes seraient Rem, qui était célèbre ici, qui se tenaient là avec son niveau proche de 40, et la personne qui disait être le plus fort guerrier de la ville, qui était au niveau 50. Dans le jeu, la zone autour de Faltra devait être aux alentours du niveau 60.

Par rapport à cela, les niveaux de tout le monde étaient incroyablement bas. C’était apparemment parce que les personnes ici évitaient quelque chose de dangereux puisque leurs vies étaient en jeu. L’une des causes principales de cette situation était qu’il n’y avait pas de Seigneur-Démon présent depuis 30 ans, et tout était paisible.

Quelle serait donc la force du gouverneur, ayant combattu et vécu d’innombrables batailles avec sa vie en jeu ?

Sylvie avait croisé les bras avant de répondre. « Hmm... Il est fort, je le sais à coup sûr. Mais je n’ai jamais essayé de déterminer son niveau... Après tout, il n’est pas un aventurier. Il pourrait y avoir une trace de cela dans la capitale royale, mais il n’est pas le genre de personne à qui vous pouvez demander par hasard une telle chose. »

« Il semble qu’il soit assez difficile de parler avec lui, » répliqua Shera.

« Hmph. » Bien que Diablo prétendait qu’il s’en fichait, son malaise ne faisait que grandir.

La source même de son grave manque de communication résidait dans sa capacité à mettre les autres de mauvaise humeur, tout simplement en faisant des choses qu’il ne s’attendait pas à faire. Et si cette personne était sévère, cela signifiait qu’il y avait beaucoup plus de chances que Diablo les rende furieux.

Il ne pouvait tout simplement pas imaginer un avenir avec eux.

Est-ce que je vais devoir mettre fin à mon jeu de rôle de Seigneur-Démon ici ? ... Non, il est déjà trop tard pour arrêter de le faire maintenant.

S’il ne se jouait pas un tel rôle, alors il ne pourrait pas parler devant des personnes aussi importantes. S’il était normal, il se serait probablement enfermé dans sa chambre, fuyant les choses.

Je ne peux pas moi-même le croire. Moi, je vais rencontrer le chef de la ville. La raison pour laquelle je fais ce rôle est parce que cela me donne l’impression d’être un jeu pour moi. Voilà pourquoi je suis en quelque sorte en mesure de faire ces actions.

Il avait commencé à voir les murs de pierre qui encerclaient le District Central.

***

Partie 2

Au milieu des hauts murs se trouvait une imposante porte. Un grand nombre de gardes observaient les voyageurs qui passaient. Alors qu’elle commençait à faire une petite course vers les gardes, Sylvie avait dit à Diablo et aux filles d’attendre afin qu’elle puisse obtenir la permission de passer. Elle était entrée dans une petite bâtisse sur le côté du mur. Elle était la plus susceptible d’achever le processus nécessaire pour obtenir le passage.

Diablo et les autres regardaient la porte pendant qu’ils attendaient. Alors qu’ils faisaient ça, l’un des gardes devant la porte avait commencé à s’approcher d’eux. Son armure faisait des bruits de claquement à chaque pas qu’il faisait.

« Hé ! Toi le démon là-bas ! » Alors que son visage était complètement couvert par son casque, le garde avait crié d’une voix menaçante.

À l’intérieur, Diablo avait été secoué face à un tel acte.

Est-ce qu’il parle à moi ?

Il avait été appelé par un des gardes au Pont d’Ulug parce qu’ils pensaient qu’il avait l’air suspect. À l’époque, il avait pu franchir tout ça pacifiquement... Du moins, il avait pu passer sans trop de problèmes. Ça devrait aller aussi bien cette fois-ci.

« Qu’est-ce que tu penses là ? Pour que tu t’approches de moi, Diablo... Je crois que tu te prépares à faire une telle chose, » déclara Diablo.

Il ne pouvait pas dire si le visage du garde changeait d’expression sous le casque.

L’insigne de la ville est gravé sur plaque d’armure qui protège sa poitrine... Donc voici à quoi ressemble un chevalier qui est directement sous les ordres du gouverneur. On dirait qu’il a effectué beaucoup de combats.

Le garde n’avait pas été intimidé.

« Je ne peux pas ignorer quelqu’un d’aussi suspect que toi ! » déclara le garde.

Le garde avait pointé le bout de sa hallebarde vers la tête de Diablo. Là, Diablo avait équipé sa « Couronne Déformée », une pièce d’armure qui lui conférait des capacités de régénération automatique de sa santé. Il n’avait pas prêté beaucoup d’attention à la description dans le jeu, mais il était dit que c’était un article qui « donnait à son porteur une apparence plus diabolique lorsqu’il est porté ». Plus précisément, cela donnait l’impression que des cornes de démons poussaient hors de votre tête.

C’était parfait pour faire son jeu de rôle de Seigneur-Démon, mais...

Ces cornes rendent tout le monde méfiant à mon égard, n’est-ce pas ?

Mais pour Rem, Shera et Sylvie, elles devaient vraiment penser que les cornes sortaient de sa tête.

Après tout ce temps, il serait incroyablement boiteux de lui dire : « En fait, ceux-ci se détachent », et de les enlever devant elles. Le seul moment où ça marcherait serait que ce soit face à une belle Reine-Démon aux yeux cramoisis.

Pour maintenir son air d’autorité, il ne pouvait pas enlever ses cornes.

Les démons, comme l’une des races dans ce monde, étaient nés de parents humains, mais avaient réussi à recevoir le sang des Déchus. En tant que tels, leurs corps avaient fini par être couverts de marques semblables à des tatouages. Malgré leurs capacités physiques inférieures par rapport aux autres races, ils avaient toujours excellé dans l’utilisation de la magie. Et même si les Démons étaient aussi l’une des races issues des Célestes, ils étaient particulièrement sujets à la discrimination et à la persécution... Du moins, c’était comme ça dans l’histoire du jeu. Dans ce monde, Diablo avait vraiment été sous le coup d’un traitement assez injuste.

Si Diablo avait été un Humain, il ne serait probablement pas soumis à autant de suspicion qu’il avait subie jusqu’à présent.

Rem tira sur sa manche. D’une petite voix, elle lui murmura un avertissement. « ... Diablo, vous ne pouvez pas... C’est l’insigne de Faltra sur sa poitrine. C’est la preuve qu’il est l’un des chevaliers de cette région. Si les choses tournent mal, vous pourriez vous faire arrêter. »

Shera s’était alors blottie derrière Diablo en raison de la peur. « Quoi !? Cet homme est-il effrayant ? »

Ce n’était pas comme si Diablo voulait que cette conversation devienne pire qu’elle ne l’était déjà. Mais cela s’était avéré dur pour lui lorsqu’on lui dit qu’il était louche sans avoir rien fait.

« Hmph... Ce n’est pas comme si je mettais la ville en feu. Quel problème pouvait-il avoir avec moi ? » demanda Diablo.

« Quoi !? Veux-tu donc brûler cette ville !? » s’écria le garde.

« Je n’ai encore rien fait, » répondit Diablo.

« Hmm !? N’as-tu pas dit “Pas encore” ? Cela signifie donc que tu as l’intention de le faire !? » s’écria le garde.

Bon sang ! Cela craint quand il faut parler avec des personnes.

« Arrête avec ces non-sens. N’as-tu pas dit que le simple fait que j’ai des cornes fait de moi quelqu’un de suspect ? » demanda Diablo.

Le garde avait alors haussé la voix. « Ce n’est pas seulement ça ! Se promener en plein jour avec des esclaves derrière toi te rend encore plus suspect ! »

« Des esclaves !? » demanda Diablo.

« Tout à fait ! Je parle de ces deux belles jeunes filles, qui sont là ! Méprisable ! » s’écria le garde.

Que se passe-t-il là !? N’est-il pas tout simplement jaloux là !?

De chaque côté de Diablo, Shera et Rem se cachèrent le cou, embarrassées d’être appelées esclaves.

À moins que ce ne soit des moments comme ceux-là, ça ne semblait plus les déranger, mais... appeler Collier d’Asservissement, ces deux colliers disgracieux enroulés autour du cou des jeunes filles étaient généralement destinés à l’invocation après avoir effectué un Rituel d’Asservissement. Mais en raison de l’Anneau du Seigneur-Démon que possédait Diablo, ce collier avait finalement été placé par accident sur elles en raison de la réflexion de la magie qui était offerte par l’anneau. Cela s’était déroulé juste après son invocation dans ce monde.

Le garde, qui n’avait aucun moyen de le savoir, les avait donc pris à la place pour des esclaves.

Je ne comprends pas vraiment, car il n’y avait pas d’esclaves dans le jeu. Est-ce bizarre de les emmener au milieu de la journée ? Ou est-ce que ce garde a des problèmes dans sa tête ?

Si cela s’était passé dans une région plus froide, alors elles pourraient au moins les cacher avec des foulards, mais Faltra avait un climat chaud. C’était assez tempéré que vous n’aviez besoin que d’une seule couverture pour dormir la nuit.

À cause de tout cela, bien sûr les filles seraient vues par tous comme des esclaves. Mais Diablo ne pouvait pas rester silencieux. Il voulait dire au garde qu’il ne pardonnerait à personne qui les appelait des esclaves...

Mais comment devrait-il expliquer cela ?

Raconter toute l’histoire dès le début serait difficile. Je ne suis pas bon pour parler pendant de longues périodes de temps, alors peut-être que je vais l’abréger un peu.

Attends une seconde. Que vais-je faire si je ne lui pardonne pas ? Je devrais accentuer cette partie, juste pour mieux faire passer mon message.

Après avoir réfléchi à toutes les options, Diablo ouvrit la bouche. « Je vais te détruire afin qu’il ne reste même pas une seule once de cendre. »

Hm... Peut-être que je n’ai pas assez expliqué la situation là ?

Tout en poussant un cri, le garde avait pris une position de combat avec sa hallebarde. « Graaaah! Alors, tu affiches ta vraie nature, Sale Déchu ! »

Rem et Shera avaient commencé à paniquer.

« D-Diablo !? Vous n’avez pas besoin d’aller aussi loin ! Nous sommes habitués aux malentendus de ces personnes quant à la raison de pourquoi nous avons ces colliers, » déclara Rem.

« C’est vrai ! » déclara Shera. « Dites ce que vous aimez dire, mais faire qu’il ne reste même pas de cendre me fait me sentir mal pour lui ! »

« Stupide Shera, les cendres ne sont pas le problème dans le cas présent ! » cria Rem.

« M-Mais euh ! S’il ne reste même pas de cendres, alors ce serait vraiment difficile de lui faire une tombe, pas vraie !? » demanda Shera.

Bien que le garde portait une armure, tout le monde pouvait dire qu’il commençait à trembler.

« Ngh... Je vais être détruit... par un Déchu... Et elles se demandent s’ils doivent laisser des cendres derrière eux ou pas !? Bon sang ! Ne sous-estimez pas un chevalier de Faltra ! Même si je ne peux pas passer ma lame à travers toi, je peux au moins me battre avec assez de force pour que mes camarades connaissent le danger qui se trouve là ! » déclara le garde tout en se préparant au combat.

Diablo avait alors paniqué.

Si les choses empirent avec ce type, je vais faire l’objet d’une enquête, n’est-ce pas ?

Si cela arrivait, il serait forcé de s’éloigner de Shera et il ne serait pas capable de la protéger.

Avant tout, Diablo devait empêcher les humains et les elfes de se faire la guerre. Il n’avait pas le temps d’être interrogé par les gardes.

C’est vrai que la façon dont je l’ai dit pourrait être mauvaise... Mais je pense que le garde est celui étrange ici pour décider que je suis un Déchu. Et tout simplement parce que j’ai des cornes et que j’ai deux filles qui ressemblent à des esclaves qui me suivent.

Il s’agissait d’un moment crucial, ils étaient au bord de la guerre.

Il devrait pouvoir me pardonner. Après tout, je suis le type qui est chargé d’empêcher la guerre.

Il ne devrait pas être si furieux après que je sois allé trop loin quand je disais que... Ou alors, n’ai-je pas fait suffisamment...

Pas moyen de le contourner, je vais devoir en parler avec lui. Je suis sûr qu’il comprendra alors.

Après y avoir réfléchi, Diablo avait décidé de parler de la crise que cette ville allait affronter :

« Si tu me gênes, je transformerai cette ville en une terre brûlée, » déclara Diablo.

« Maudit sois-tu, Déchu ! Je ne t’oublierais jamais ! » cria l’homme en préparant sa hallebarde pour attaquer.

C’est bizarre, pas vrai !? Pourquoi tout le monde perd-il son sang-froid comme ça !?

Il n’avait pas envie de se battre dans un combat unilatéral.

À contrecœur, Diablo avait préparé le Bâton de Tenma. Mais tout comme avec leurs assaillants d’auparavant, il semblerait qu’il tuerait ce type s’il utilisait la magie.

Que devrais-je faire ?

« Attendez ! Attendez ! Attendezzzzz !! Même s’il en a l’air, cette personne n’est pas dangereuse !! » Une petite ombre se coinça entre Diablo et le garde, c’était Sylvie.

Le garde avait parlé avec un ton empli de surprise. « N-N’êtes-vous pas la Maître de Guilde !? Pourquoi couvrez-vous ce Déchu !? »

« Calmez-vous, d’accord !? Il peut avoir des cornes, mais cette personne n’est pas un Déchu, » expliqua Sylvie. « Il est sur une quête de moi et du gouverneur, et nous sommes ici pour le rencontrer. »

« ... Alors, il n’est pas un Déchu ? Et il n’est pas dangereux !? » balbutia le garde.

« T-Tout à fait... Il est juste un démon tout à fait normal comme vous en voyez tous les jours... probablement. Et il n’est pas du tout dangereux ! » déclara Sylvie. « Diablo, n’est-ce pas que vous n’êtes pas du tout dangereux ? Allez, j’aimerais bien vous entendre dire “Je ne suis pas dangereux !”. » 

Sylvie m’avait fixé du regard après avoir dit ça. Si elle allait jusqu’à dire ça, Diablo ne pourrait même pas gâcher ça.

Il avait fait un signe de tête placide. « “Je ne suis pas dangereux !” »

« Super ! Alors c’est bon ! Nous pouvons passer, non ? N’est-ce passss !? » Serrant les mains l’une contre l’autre, Sylvie inclina légèrement la tête sur le côté tout en demandant.

Le garde avait alors hésité. « ... Si-Si mignonne... Hmm, je pense... que je comprends. Si la Maître de Guilde dit ça, alors je pense que je peux le laisser passer. »

Le garde abaissa sa hallebarde.

Sylvie, ainsi que Rem et Shera laissèrent échapper des soupirs de soulagement.

Diablo était aussi soulagé, mais cette attitude ne conviendrait pas à un Seigneur-Démon digne de ce nom. À la place, il embouteilla cette sensation en lui-même et continua à avancer.

« Nous y allons, » déclara-t-il.

« Oui, allons-y, » déclara Rem.

« Mais quand même... ce serait un problème s’il n’y avait même pas de cendres, n’est-ce pas ? » demanda Shera.

Et ainsi, en passant par la porte, Diablo et ses trois compagnons étaient entrés dans le District Central.

***

Partie 3

La maison du gouverneur...

Dans le centre même du District Central, on pouvait trouver un manoir remarquablement grand. Il avait été construit à partir de briques et était à trois étages.

Des reliefs ornés couvraient les fenêtres et les portes, et même les murs qui entouraient le bâtiment avaient des motifs qui le recouvraient. Il s’agissait d’un manoir impressionnant.

Des gardes en armure se tenaient de chaque côté de la porte d’entrée. Dès que Sylvie leur avait parlé, Diablo et les autres avaient pu passer la porte sans encombre.

Un intendant du manoir s’approcha d’eux et baissa respectueusement la tête. Tout en le suivant, ils avaient été conduits à travers un jardin magnifiquement entretenu, puis ils avaient franchi l’entrée, et avaient parcouru un long couloir.

Le sol était couvert d’épais tapis rouge. Selon le jeu, cette couleur rouge était seulement utilisée dans les résidences d’humains extrêmement importants, habituellement ceux des plus hauts niveaux de l’aristocrate de la classe supérieure ou de la royauté.

Il n’y avait pas eu d’événement en jeu permettant de rencontrer le gouverneur de Faltra, c’était donc la première fois que Diablo était venu ici. Tout au plus, il avait imaginé que ce type ressemblerait au maire de cette ville, mais il semblait que cette personne avait un statut beaucoup plus élevé.

Le majordome qui guidait Diablo et les autres frappa à la porte.

« Maître Galford, j’ai amené le maître de la Guilde et ses compagnons, » déclara le majordome.

Pour une raison quelconque, Diablo se sentait excité, comme s’il était sur le point de pénétrer dans une salle de boss.

Une voix grave, mais calme avait répondu de l’autre côté de la porte. « Entrez. »

En entendant cette voix solennelle, Diablo s’était mis sur ses gardes.

L’intendant avait offert des excuses pour leur intrusion, puis il avait ouvert les portes et avait marché pour se placer sur le côté.

Il s’agissait d’une grande pièce, couverte du même tapis cramoisi du hall.

Le mur directement devant eux contenait une fenêtre en verre, Diablo n’avait jamais vu de vitres aussi grandes ou sans distorsion depuis son arrivée dans ce monde.

Les murs de chaque côté avaient été couverts avec des étagères aux allures élaborées. Des livres de différentes tailles étaient alignés sur ces étagères, qui atteignaient le plafond.

Les murs tapissés de rayonnages contenaient aussi des portes. Si c’était le Croisement de la Rêverie, alors ces portes seraient là où les sous-fifres du boss sortiraient afin de le protéger.

Eh bien, en y pensant normalement, ils mèneraient probablement à la chambre à coucher et à la salle d’étude.

Au centre de la pièce se trouvait une table extravagante, avec six chaises disposées autour. Il y avait un grand bureau de travail ici aussi.

Debout avec le drapeau de Faltra dans son dos et vêtu d’un uniforme militaire blanc, il y avait un humain. Malgré ses allures de personnes d’âge moyen, il semblait être dans la fleur de l’âge.

Le standard de la culture pour ce monde était basé autour du Moyen Âge. Des choses comme le détergent pour lessive et l’eau de Javel n’existaient pas ici. Il était impensable pour quiconque, sauf pour une personne vraiment exceptionnelle, de porter un produit de première qualité, tel qu’un vêtement blanc, en particulier un uniforme militaire, qui pouvait facilement devenir sale.

Il avait des cheveux noirs et courts, comme on pouvait s’y attendre du personnel militaire, et les rides froissaient les coins de ses yeux et de son front.

La lueur dans ses yeux suffirait à faire fuir un monstre en raison de la peur.

« Hm... Alors, est-ce fini ? » demanda le gouverneur.

Qu’est-ce qui est fini ? Diablo n’avait pas compris ce qu’il voulait dire.

Sylvie avait fait un rire amer. « Pour l’instant, j’ai demandé à Diablo d’entreprendre cette quête pour nous. »

Le gouverneur plissa les yeux. « Alors, il a donc accepté la tâche. Alors, vous devriez résoudre ce problème rapidement. Vous pouvez me faire un rapport après que le travail soit fini. »

Alors ce « Est-ce fini ? » un peu plus tôt n’était pas plutôt un. « Avez-vous arrêté la guerre ? »

Si c’était dans le jeu, il pourrait le passer comme : « Oh, ce PNJ parle comme ça », mais les individus qui vivaient dans ce monde étaient vivants et pouvaient penser par eux-mêmes.

À quel point ce mec a-t-il hâte ?

Diablo n’arrivait tout simplement pas à comprendre comment cet homme pourrait même penser à demander une telle chose. C’était quand même une tâche si ridiculement difficile à accomplir alors que même pas une demi-journée ne s’était écoulée.

Sylvie avait essayé de mettre tout le monde à l’aise. « Hm, voyez-vous... C’est une quête assez difficile, n’est-ce pas ? Je pensais que nous pourrions obtenir des informations. »

« Je crois que j’ai déjà expliqué tout ce que vous aviez besoin de savoir, » répondit le gouverneur.

« Eh bien, à propos de ça..., » commença Sylvie.

« Comme je le pensais, on ne peut après tout pas compter sur les aventuriers. Bien qu’ils se vantent d’avoir de la fierté et fassent le tour de la ville, ils produisent des excuses et s’enfuient devant un danger réel. En fin de compte, il semble que l’armée est celle qui va protéger ce pays. »

Qu’est-ce que c’était ?

Diablo agrippa son bâton.

Sylvie se plaça devant lui, agitant les mains. « Oh non ! Pas du tout ! Je ne vais pas m’enfuir, et Diablo est impatient de s’attaquer à cette quête ! »

« Si c’est le cas, alors dépêchez-vous et chassez ces Elfes, » déclara le gouverneur.

« Oui, bien sûr ! Je ne pense pas que cela prenne trop de temps... probablement. Oh, c’est vrai ! Pensez-vous que vous pourriez peut-être vous présenter ? » Sylvie semblait prendre grand soin quand elle parlait. Sans oublier le fait que le gouverneur était autoritaire.

Diablo ne savait pas exactement à quel point ce type était grand et important, mais Sylvie ne devrait sûrement pas avoir à agir ainsi envers lui. Il était clair qu’il regardait avec dédains les Aventuriers.

Cela fâchait énormément Diablo.

Mais à cause de la présence autoritaire du gouverneur, il finirait par détourner les yeux s’il ne se concentrait pas.

Je ne peux pas le laisser me voir agir faiblement ici.

Si le gouverneur décidait que Diablo n’était pas à craindre, alors il pourrait attaquer sur place. Diablo devait lui faire croire qu’une confrontation entre eux serait une mauvaise chose.

Diablo regarda fixement le gouverneur.

Le gouverneur avait commencé à parler. « Que c’est pénible... Donc, un aventurier ne connaît pas le nom du gouverneur. »

« Il vient seulement d’arrivée à Faltra depuis quelques jours, » déclara Sylvie.

« Alors, souvenez-vous bien... Je suis le lieutenant-général Chester Ray Galford. Je suis responsable de la ville fortifiée de Faltra, sous les ordres de Sa Majesté le Roi, » déclara le gouverneur.

« Hmph... Donc, c’est toi ce gouverneur qui a uniquement regardé paresseusement la situation alors que les Déchus attaquaient sa ville, » répliqua Diablo.

Quand le Déchu Gregore était apparu en ville l’autre jour, Diablo avait été celui qui s’était précipité pour le détruire, et non pas le gouverneur ni son armée.

On pourrait presque entendre que Galford serrait ses dents de derrière ensemble.

« ... Avant que je puisse recevoir un rapport, la situation s’était calmée. C’est tout. Je ne trouve pas qu’il y ait un problème avec ça, » rectifia Galford.

« Après tout, n’es-tu pas chanceux ? » demanda Diablo.

Cachant le fait qu’il frissonnait pratiquement à l’intérieur, les coins de la bouche de Diablo se tordirent en un sourire.

Il ne se souvenait pas d’un personnage nommé « Galford ». Il avait peut-être été mentionné dans l’histoire du monde du Croisement de la Rêverie, mais Diablo ne se souvenait pas des noms des PNJS qui n’avaient pas d’événements associés à eux.

Afin de tenter d’abaisser la tension dans la pièce, Rem se présenta poliment. « Je m’appelle Rem Galleu. Je suis une aventurière de niveau 40 et une Invocatrice. Hmm, cette personne n’a aucune mauvaise volonté, et... »

Galford leva la main afin de l’interrompre. « Je suis déjà pleinement conscient que les Aventuriers manquent de mœurs. »

« ... Pardonnez-moi, » déclara Rem.

« Petite Rem Galleu, vous devriez considérer votre lieu de travail. J’ai entendu dire que l’Association des Mages vous a invité à les rejoindre. Vous ne devez pas avoir l’intention d’être une aventurière pour toujours, » déclara Galford.

« ... C-Cela est peut-être vrai, mais j’ai mes propres raisons de continuer comme je le fais, » répondit Rem.

C’était une façon assez extrême de placer les choses de la part du gouverneur. Non seulement il y avait d’autres aventuriers dans la pièce, mais le Maître de la Guilde elle-même était ici.

Sylvie avait fait un sourire mordant. « C’est assez dur de votre part. »

« L’un de mes subordonnés a mené une enquête sur vous tous, » déclara Galford. « Il semble que vous causiez des problèmes ici. »

« ... Des problèmes ? » demanda Sylvie.

« Menacer un garde sur le Pont d’Ulug, détruire les routes de pierre et les bâtiments avec la magie dans les avenues du sud..., » répondit Galford. « Il est vrai que je ne m’attendrais pas à une conduite irréprochable de la part des aventuriers. »

« Il y avait une raison à tout cela !! » Shera avait soulevé une objection avec Rem.

« C’est vrai ! » déclara Rem. « Diablo n’est pas en faute ici ! »

« Mais le fait demeure, alors, que vous ne niez pas que cela s’est produit, » répliqua le gouverneur.

Avec un petit gémissement, Rem et Shera se turent.

Galford était un homme qui agissait comme un professeur strict. Il n’avait pas une once de foi dans les aventuriers, et semblait surtout détester Diablo.

Elles avaient été englouties dans la présence de cet homme. Diablo voulait éviter de rester ici pour une longue période de temps. C’était le moment de passer rapidement au sujet principal.

Mais avant cela, je dois me présenter. On dirait qu’il connaît déjà mon nom. Mais l’étiquette exige que ce soit le minimum de courtoisie que je puisse lui offrir.

Pour maintenir son air d’autorité, il ne pouvait pas arrêter son rôle de Seigneur-Démon. Diablo voulait éviter de rendre le gouverneur plus en colère qu’il ne l’était déjà. Diablo ne serait pas en mesure d’obtenir des informations de sa part si cela arrivait, et comme cette personne ne semblait pas particulièrement aimer Diablo, il devait être encore plus prudent que d’habitude.

Faisons cela normalement.

Il visait à être normal ici.

Normal.

« Je suis Diablo. Je suis venu parler avec toi, » annonça Diablo.

Comment est-ce !? C’était gentil et amical, n’est-ce pas ? Je peux vraiment le faire si j’essaye !

Il jeta un bref coup d’œil aux réactions de Rem et Shera, mais elles ne semblaient pas particulièrement surprises.

Diablo effectuait une pose de la victoire à l’intérieur du fait qu’il avait réussi à faire une introduction de lui inoffensive.

Le regard de Galford était concentré sur Diablo, comme s’il évaluait la valeur de Diablo.

« D’abord, il y a une chose que je souhaite demander. Vous vous proclamez comme étant un Seigneur-Démon d’un autre monde, ou quelque chose du genre. Est-ce la vérité ? » demanda le gouverneur.

C’était une question précise, comme si Galford le provoquait. Le jeu de rôle du Seigneur-Démon qui était incrusté profondément dans son corps avait explosé hors de lui d’un coup.

« Hehe hehe hehe... Dois-je te transformer en charbon de bois brûlé comme preuve ? » demanda Diablo.

Diablo lui lança un regard noir.

— AAaaaAAaaAHHHHhhHHHhhHH !!

C’était de sa faute ! C’est lui qui a provoqué cette ambiance, c’est pour ça que je suis tombé dedans !

En proie à la panique, Rem et Shera, lui avait sauté dessus en le serrant contre leurs bras.

« A-Attendez, Diablo ! » cria Rem.

« C’est vrai ! Ce n’est pas bien les cendres, mais le charbon de bois est aussi mauvais ! » déclara Shera.

« Oh mon Dieu..., » le visage de Sylvie était devenu totalement pâle. On aurait dit qu’elle pouvait tomber à tout moment.

Galford avait lentement et délibérément fermé l’écart entre eux.

Est-ce qu’il a l’intention de me combattre comme ça ? Puis-je gagner dans un combat en tête-à-tête ?

Les choses vont vite mal se passer s’il appelle plus de soldats... Devrais-je m’enfuir ?

Une sueur froide avait éclaté sur le dos de Diablo, mais même ainsi, il avait gardé un sourire arrogant.

***

Partie 4

Le gouverneur avait marché afin de se placer directement devant lui avant de lui déclarer. « Tant que vous remplissez la mission que je vous assigne, je me fiche de savoir si vous êtes un Seigneur-Démon ou un autre truc du genre. Êtes-vous un atout pour la terre que je gouverne ou êtes-vous une gêne pour moi ? C’est la seule chose qui compte. »

« Hmph... Je t’aide seulement parce que je me sens comme ça. Ne te méprends pas en pensant que tu peux me contrôler, » répliqua Diablo.

« Hm... Tout comme je le pensais, vous, les aventuriers, êtes tout à fait une collection de déchets, » répliqua Galford.

C’était comme s’il ne se moquait pas seulement de Diablo, mais de tous les aventuriers quand il disait ça.

En bref, ce type avait décidé que Diablo était un monstre, et qu’il était un « Seigneur-Démon d’un autre monde » et c’était les seules choses qu’il avait en tête.

Eh bien, je suppose qu’il aurait raison sur ce point... Mais me croirait-il plus si je lui disais que j’étais un joueur convoqué et que je ressemble maintenant à mon personnage se trouvant dans le jeu, le Croisement de la Rêverie ?

Son désir de vouloir se terrer dans un trou avait commencé à resurgir à la surface.

Je veux juste m’enfermer dans ma chambre et jouer à des jeux toute la journée. Ensuite, je n’aurais pas à traiter avec des adultes qui ont des ballets dans les fesses comme ce mec.

Non, je dois encore endurer celui-là.

Si Diablo devait protéger Shera, alors il serait préférable de ne pas contrarier Galford. Le gouverneur avait agi de cette manière très probablement parce qu’il savait lui-même qu’il n’était pas quelqu’un face à qui on pouvait s’opposer.

« Gouverneur, épargne-moi cette absurdité... Si tu désires voir ton souhait rempli, alors dis-moi tout simplement ce que tu sais, » Diablo n’avait pas abandonné son attitude hautaine et puissante.

La même chose se faisait du côté du gouverneur, qui avait froidement hoché la tête avant de répondre. « Vous avez déjà entendu les demandes du Royaume de Greenwood, j’imagine ? La demande de retourner la princesse Shera est arrivée il y a deux jours. »

« Déjà deux jours... Mais la limite de temps est-elle bien à 10 jours ? » demanda Diablo.

« C’est pourquoi il ne reste plus que huit jours pour ça, » répondit-il.

Te moques-tu de moi ? Diablo rétorqua cela à l’intérieur de lui. S’il n’a pas clarifié cette partie, cela aurait pu me mener à l’échec lamentablement. Veut-il même éviter une guerre ?

Galford continua calmement son explication. « Il y a aussi eu des rapports d’observations d’Elfe près des rives à l’est du Lac. Comprenez-vous la disposition de cette zone ? »

« Bien sûr. Je pourrais même te conduire dans les parties les plus profondes du territoire du Seigneur-Démon sans aucun problème, » répliqua Diablo.

« Oh, ohoh !? » s’exclama Galford.

« Mais ça, c’est uniquement si tu n’accordes aucune importance à ta misérable vie..., » commença Diablo.

Il avait dans sa tête toutes les cartes du Croisement de la Rêverie... Bien que les caractéristiques des cartes du jeu ne soient pas toutes les mêmes que dans ce monde.

Cette zone du lac était située au sud-ouest de la ville. À l’ouest de Faltra, il y avait quelque chose appelée le Lac Seplia. Vous pourriez le trouver en marchant juste après les terres agricoles situées à l’extérieur des murs de la ville. La forêt se trouvant à l’est du Lac Seplia était très proche des rives est de ce lac, car la forêt commençait directement après ça sans séparation.

Galford tourna son regard vers la carte se trouvant sur son bureau.

« Je ne sais pas combien d’Elfes se trouvent là. Leur spécialité est de se cacher dans la forêt, mais vous devriez le savoir, » répliqua Galford.

Les Elfes avaient une compétence Dissimulation particulièrement élevée, et quand il s’agissait de la forêt, ils étaient plus performants que les Marcheurs d’Herbes. Ils pourraient se faufiler en restant inaperçus, et tirer flèche après flèche à partir des ombres des arbres ou du haut des branches d’arbres.

Dans le jeu, la Dissimulation permettrait à l’utilisateur de ne pas apparaître sur le radar (une fonctionnalité qui montre les emplacements des autres joueurs ou des monstres). Il n’y avait rien d’aussi pratique qu’un radar dans ce monde, donc la seule chose sur laquelle on pouvait compter était des capacités vagues comme la détection des présences. Un adversaire avec une compétence Dissimulation élevé dans ce monde était beaucoup plus dangereux que si cela arrivait dans le jeu.

« Tu ne les as même pas repérés ? » demanda Diablo.

« Même si j’ai envoyé une petite équipe pour effectuer de la reconnaissance, il s’agit d’un ennemi habile quant aux attaques-surprises, » répliqua le gouverneur. « Cela ne ferait que conduire à plus de victimes. Le témoin qui a trouvé les Elfes était un citadin qui chassait dans la forêt et qui a heureusement réussi à revenir en toute sécurité. Selon leur rapport, il y avait environ vingt Elfes... Mais je suis sûr que leurs troupes sont bien plus importantes. Cependant, s’ils étaient une équipe de cent ou plus, nous le saurions certainement, même s’ils se cachaient. Même en tenant compte du pouvoir et de l’influence de Greenwood, je suis convaincu qu’ils n’assembleraient pas une force si grande. Tout au plus, je dirais qu’il y en a une centaine. C’est toute l’information que j’ai reçue. »

« Une centaine d’Elfes... Ce n’est pas beaucoup pour une armée... Mais très pratique pour moi... Ils ne devraient pas constituer une menace, » répliqua Diablo.

« Hmph, » le gouverneur grogna. « Bien que Greenwood puisse s’appeler un “royaume”, à la fin ils ne sont qu’une petite faction. »

« Donc tu ne penses pas à eux comme une menace ? » demanda Diablo.

Galford secoua la tête après une légère pause avant de répondre. « Ce n’est pas ça... Je ne voudrais jamais sous-estimer mon ennemi. Si j’envoyais mes propres forces dans la forêt, où les Elfes sont à l’affût, je perdrais d’innombrables soldats. Ce que j’abhorre le plus, c’est envoyer mes propres subordonnés à une mort insignifiante. »

Sa voix semblait dépassionnée, il était donc difficile de dire ce qu’il ressentait. Mais Diablo avait estimé que le gouverneur avait parlé ces derniers mots avec une force supplémentaire.

De toute évidence, un commandant ne voudrait pas perdre autant de ses subordonnés.

« Alors c’est pour ça que tu veux m’utiliser, » déclara Diablo.

« Ce ne serait pas nécessaire si vous nous remettiez la princesse, » déclara Galford.

« Je refuse ! » répondit immédiatement Diablo

« ... La princesse Shera est-elle si importante pour vous ? » demanda Galford.

Shera se tourna pour regarder Diablo après avoir entendu la question du gouverneur. Bien qu’ils avaient tous deux déjà beaucoup parlé du sujet, il semblait qu’elle était toujours inquiète.

« Hmph... Ne demande pas de telles choses stupides, » répliqua Diablo. « C’est une chose différente si elle-même disait qu’elle allait partir. Mais je n’ai pas l’intention de fermer les yeux sur le fait qu’elle soit volée par quelqu’un d’autre. »

« Il n’y a certainement aucune raison de céder aux goûts des Elfes, » déclara Galford. « Personnellement, je n’ai pas l’intention de simplement réagir volontairement face aux demandes du Royaume de Greenwood. Les mots devraient être répondus avec des mots... et la force devrait être répondue avec la force. »

« C’est tout à fait naturel, » répondit Diablo.

Avec un hochement de tête, Galford se tourna vers Shera, interrompant sa conversation avec Diablo.

« C’est vrai... Il y avait quelque chose que je voulais vous demander si j’avais l’occasion de vous rencontrer, » déclara Galford.

« Me demander quelque chose ? » demanda Shera en penchant sa tête.

« Qu’est-ce que vous voulez tellement pour aller jusqu’à faire disparaître votre vie de luxe, allant si loin pour endosser la dangereuse vie d’une aventurière ? Ou bien, peut-être, aviez-vous une raison pour laquelle vous ne pouviez pas rester dans votre patrie ? » demanda Galford.

Un silence se fit entendre.

Shera avait affiché un regard pensif. « ... Je voulais la liberté. Je ne savais pas vraiment comment l’obtenir, mais... Je voulais une raison pour exister. Je voulais connaître ma propre valeur, et non en tant que partie de ma lignée ou en tant que membre de la famille royale Elfique. Je sentais que je ne serais pas en mesure d’obtenir ça si je retournais chez moi. »

« Je vois... Du point de vue d’un pauvre, il peut sembler que vous avez vécu une vie de luxe, mais il est vrai que toutes les personnes, indépendamment de leur éducation, ont des circonstances différentes et des sens de la valeur différente, » déclara Galford.

« Me comprenez-vous maintenant ? » demanda Shera.

« Je ne peux pas sympathiser avec vous. Je m’en souviendrai cependant comme d’une information de valeur, » répliqua Galford.

« Je vois..., » les épaules de Shera affaissèrent.

Certes, il devait être difficile de mener une vie dans ce monde où l’on n’avait pas à se soucier de la nourriture ou du moindre danger pour sa vie. Il avait dû être difficile d’être d’accord avec les actions de Shera quand elle avait tout jeté pour l’amour de la liberté.

Mais Diablo était différent. Dans son monde, il n’avait pas à s’inquiéter de ce qu’il mangerait pour la journée, et encore moins d’être attaqué par des monstres. C’est pourquoi il pouvait comprendre les sentiments de Shera... ou du moins, il sentait qu’il pouvait.

Saisissant les épaules de Shera, Diablo l’attira près de lui. « Tu n’as pas besoin de chercher la sympathie des autres... Je vais t’accepter telle que tu es. Place au travers de ton chemin autant de difficultés que tu veux, exerce-toi aussi durement que tu le souhaites, et pousse-toi à la limite autant que tu le veux. Et après ça, savoure les fruits de ton labeur que tu as gagnés de tes propres mains... Voilà ce que signifie vivre une vie de liberté. »

« O-Oui ! » Un sourire avait éclaté sur le visage de Shera.

Rem hocha la tête, tandis que Sylvie souriait chaleureusement.

Il s’agissait d’une déclaration dans laquelle il proclamait qu’il la protégerait.

C’est très bien, mais comment vais-je m’occuper des troupes elfiques ?

Avant, quand ils avaient tenté d’emmener Shera, il s’agissait de l’elfe d’élite Celsior qui était venu auprès d’elle. Il s’était caché dans la forêt avec une dizaine de ses subordonnés, mais Shera avait été celle qui avait senti que lui et ses camarades les attendaient en embuscade. Diablo et Rem n’avaient rien remarqué.

Diablo pourrait-il se battre correctement contre eux ?

Il n’avait rien acquis après avoir négocié avec les Elfes.

Donc ça veut dire que les choses sont comme ça :

« Rends-nous la princesse ! » disaient les Elfes.

« Je refuse ! » disait Diablo.

« Pourquoi donc écouterais-je ce que disent les Elfes ? » disait le gouverneur. « Mais mes soldats sont importants pour moi, alors je vous laisse ça. »

Il y avait seulement un résultat qui pourrait venir de ceci. « Alors cela veut dire la guerre ! » crieront les Elfes.

Quelle douleur que tout ça... C’était assez pour lui faire mal à la tête.

Rem soupira. « Il faut éviter une guerre... Si seulement nous avions une sorte de “trésor” de valeur égale à Shera qui satisferait le Royaume de Greenwood... Avec ça, nous serions au moins en mesure d’essayer de négocier avec eux. »

Shera avait fièrement gonflé sa poitrine. « Mh-hm-hm ! Après tout, je n’étais pas appelée “l’atout le plus précieux des Elfes” pour rien ! Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose qui puisse me remplacer ! »

« ... À la réflexion, nous devrions juste rendre cette Elfe stupide... pour avoir la paix, » répliqua Rem.

« Quoi !? Pourquoi devenez-vous fâchée tout d’un coup !? » demanda Shera.

Rem soupira à nouveau.

« Alors, nous ne donnerons pas la princesse Shera. Vous prendrez tous des mesures pour éviter une guerre avec le Royaume de Greenwood, et la récompense sera payée par la Guilde des Aventuriers... Êtes-vous d’accord vous tous avec cet accord ? » demanda Galford afin de confirmer.

« Hmph... Shera était en ma possession depuis le début. Je ne vais pas permettre aux autres d’interférer, » répliqua Diablo.

« Alors je vous laisse ça, » puis, tournant son regard vers la porte à sa droite, Galford continua à parler. « C’est tout ce que j’ai à vous dire en tant que gouverneur de Faltra... Mais en ce qui concerne cette situation, la capitale royale a également envoyé l’un des leurs. Permettez-moi de vous la présenter. »

***

Partie 5

La porte s’ouvrit à ce moment-là et une grande femme entra dans la pièce.

Elle avait un corps mince et de longs et minces membres. Ses cheveux roux descendaient jusqu’à sa taille et les fines lunettes vertes qu’elle portait lui donnaient une allure d’intellectuelle.

L’armure qu’elle portait était légère et semblait lui permettre de facilement se déplacer. Une sorte de cape la recouvrait, mais le haut de son armure laissait ses épaules exposées. Diablo avait vu cette armure quelque part avant.

En un coup d’œil, on aurait dit qu’elle affichait un regard glacial... Mais quand elle souriait, elle dégagea une atmosphère si amicale qu’elle mit Diablo à l’aise. Cela lui donnait l’envie de sourire.

La fille avait salué en plaçant sa main gauche sur sa poitrine.

« C’est un plaisir de faire votre connaissance, » déclara-t-elle. « Mon nom est Alicia Cristela, une Chevalière Impériale. Sa Majesté le roi m’a confié la tâche de résoudre la situation avec le Royaume de Greenwood. S’il vous plaît, pardonnez un peu mon inexpérience, mais je ferai de mon mieux pour vous aider tous. J’ai hâte de travailler avec vous. »

Elle était extrêmement polie.

Alors, elle est une Chevalière Impériale.

Ces soldats avaient fait des apparitions dans le jeu en tant que Personne Non-Joueur. Selon l’histoire du jeu, ils étaient des chevaliers qui venaient de familles de haut lignage et avaient démontré un talent considérable. Et surtout, ils étaient sous le contrôle direct du roi.

Ils avaient des rôles et une autorité dans le jeu semblable à la police. Ils se déplaceraient de ville en ville, ou resteraient à la périphérie, dans le but de protéger les citoyens contre les criminels ou les monstres. Mais contrairement à l’armée, ils n’iraient pas envahir le territoire ennemi. Comparés à eux, les Chevaliers Impériaux ressemblaient plus à une « police militaire » qu’à des soldats.

Dans le monde du Croisement de la Rêverie, ils étaient traités comme de « nobles chevaliers admirés et respectés par le peuple ».

« ... Une femme Chevalier Impérial est extrêmement rare à voir, » déclara Rem avec un ton empli de surprise.

Shera semblait être du même avis. « Même moi je le sais. J’ai toujours pensé aux Chevaliers Impériaux comme étant tous des Humains de sexe masculin. »

Que des hommes de la race d’humains, hein !?

L’histoire du jeu avait déclaré qu’il y avait beaucoup de problèmes dans le monde concernant la discrimination entre les sexes. Bien qu’ils essayaient juste de le faire ressembler plus à la perspective d’un monde du Moyen Âge, les joueurs pensaient que les créateurs du Croisement de la Rêverie avaient pu promouvoir eux-mêmes le sexisme. C’est pourquoi, que vous ayez choisi de jouer en tant que personnage masculin ou féminin dans le Croisement de la Rêverie, il n’y avait pas de différences de capacités ou d’équipement entre les sexes. Il n’y avait rien sur le jeu qui avait souligné la discrimination contre les femmes décrites dans l’histoire du jeu.

Parfois, au cours des quêtes, vous verriez des phrases comme « Les Chevaliers Impériaux Féminins sont rares » et « Il est difficile pour les femmes d’être nommées, » basé sur ce que Rem et Shera avaient dit...

C’était probablement des hommes qui occupaient des positions de pouvoir dans ce monde. Des postes d’honneur et de responsabilité avaient ainsi été attribués aux hommes, et les femmes recevaient un traitement injuste à cet égard.

Parce que le Maître de la Guilde Sylvie était à la fois une Demi et une femme, il n’y avait pas beaucoup de discrimination venant vers les aventuriers. Diablo ne ressentait aucune discrimination de la part des citadins dans la vie quotidienne.

Je suppose que cela en ferait une valeur détenue par ceux qui sont au pouvoir ici.

Mais, il y avait tout un tas de « Chevalières Impériales rares » qui est apparue dans les quêtes dans le jeu.

Chaque fois qu’un Chevalier Impérial se montrait, la plupart du temps c’était pour donner au joueur, un aventurier, une quête. Si un homme impérial chevalier vous avait dit de travailler en son nom juste pour faire qu’il se sente mieux, alors vous vouliez bien sûr de ne pas le faire.

La majorité des joueurs étaient des gars, bien que la plupart des personnages étaient des filles. (Cela fait partie du côté obscur des MMORPG, donc oublions ce sujet pour l’instant).

Le fait de prendre une quête venant d’une fille mignonne était une meilleure motivation que d’un vieux mec se pensant important. Beaucoup plus de joueurs paieraient même de l’argent de poche juste pour pouvoir terminer ces quêtes dans le temps imparti.

À ce sujet, il y avait des quêtes ultra-dures offertes par un PNJ qui s’appelait le « Chevalier Impérial, la Diablesse, Mademoiselle Miyuri ». Elle avait d’énormes seins, une coupe de cheveux coupée court et elle était si timide qu’il semblait qu’elle pleurerait à tout moment en demandant votre aide. Si vous aviez été ému par son appel et que vous l’aviez pris en charge, il y aurait habituellement un monstre gigantesque ou une horde qui vous attendait lorsque vous alliez au donjon spécifié.

Beaucoup de débutants étaient devenus de la nourriture à monstres grâce à ses quêtes.

Je me demande si elle est aussi dans ce monde.

Alicia avait parlé d’une voix douce. « C’est assez inhabituel, n’est-ce pas ? J’ai la chance d’être à la fois une femme et de servir comme Chevalier Impérial. »

« ... C’est une chose merveilleuse. Je suis certaine que vous avez travaillé très dur pour arriver là où vous êtes maintenant, » Rem pouvait avoir ressenti cela parce qu’elle aussi avait des difficultés qu’elle ne pouvait pas partager avec les autres.

« Merci beaucoup, » répondit Alicia. « C’est vrai que je fais face à des difficultés parce que je suis une femme... mais j’ai encore beaucoup de chemin à faire. Il semble que vous ayez aussi des problèmes avec lesquels vous luttez, Mademoiselle Rem. »

« ... Pourquoi pensez-vous cela ? » En garde, Rem avait prudemment pris un peu de recul.

Alicia agita les deux mains devant elle. « Je suis désolée, c’était juste une supposition de ma part. Selon les rapports, vous êtes une invocatrice très capable en possession de sept invocations. Mais malgré cela, vous n’entrerez pas dans l’Association des Mages, et vous ne travaillerez pas pour le gouverneur. Voilà pourquoi je pensais que vous devez avoir une raison pour cela. »

« ... En effet, c’est une façon tout à fait logique de penser, » répliqua Rem.

« Je n’avais pas l’intention de vous surprendre, Mademoiselle Rem. Mon but est d’aplanir le problème auquel la ville de Faltra est confrontée, » déclara Alicia.

« ... D’accord, » répondit Rem.

« Mais vous êtes également une citoyenne de Faltra, Mademoiselle Rem, » déclara Alicia. « Si je peux vous aider de quelque manière que ce soit, n’hésitez pas à me consulter. Bien que je puisse avoir des obligations en tant que Chevalière Impériale, je m’inquiète particulièrement des personnes comme vous qui garder leurs luttes pour elles-mêmes. Cependant, vous n’avez pas besoin de vous forcer à me dire votre secret. »

« ... Je vois... Pour l’instant, je vais juste accepter ces sentiments, » répliqua Rem.

On aurait dit qu’elle avait rejeté Alicia, mais elle ne nia pas qu’elle hébergeait un secret. Rem devait avoir eu une assez bonne dose de confiance en Alicia.

Alicia reporta son regard sur Shera. « Mademoiselle Shera, je suis sûre que vous devez vivre beaucoup de choses à cause de cela, mais faisons de notre mieux pour rendre tout le monde heureux ! »

« Oui ! Faisons de notre mieux ensemble ! » Shera avait souri d’une oreille à l’autre.

Alicia se tourna alors vers Sylvie. « Ceci est une expression de la sympathie de Sa Majesté le roi. » Elle avait remis une pochette en cuir remplie de pièces d’or. C’était probablement une réparation pour tous les aventuriers qui avaient perdu la vie face au Déchu Gregore.

Diablo travaillait dur pour ne pas montrer son admiration sur son visage.

Elle est tellement bonne quand il s’agit de parler avec les autres !

Ce n’était pas qu’elle était juste gentille. Même si elle ne savait pas ce que les circonstances de Rem étaient, elle avait toujours théoriquement fait une offre afin de l’aider. Pour Shera, elle avait choisi d’utiliser des mots simples et faciles à comprendre. En reconnaissance de la position de Sylvie en tant que la Maître de la Guilde, elle avait apporté quelque chose à lui offrir.

Même si elle avait peut-être entendu une partie de leur conversation depuis l’autre pièce, et même si c’était la première fois qu’elle les rencontrait tous, elle était capable d’ajuster rapidement sa façon d’interagir avec tout le monde.

Alicia avait fixé ses yeux vers Diablo.

Elle était toute en beauté. Il semblait qu’il pouvait être aspiré dans ses yeux à tout moment.

Diablo ressentait une sorte de nervosité différente de celle qu’il avait eue en affrontant Galford. Il avait essayé de le faire passer en reniflant. « Hmph... As-tu quelque chose que tu veux dire ? »

« S’il vous plaît, laissez-moi vous exprimer ma gratitude, » déclara Alicia.

« Exprimer de la gratitude... envers moi ? » demanda Diablo.

« Vous avez exterminé Gregore, le Déchu qui était apparu dans Faltra, et avez sauvé le chef de l’Association des Mages, Célestine Baudelaire, » déclara Alicia. « Non seulement vous avez fait cela, mais vous avez également repoussé les cent Déchus qui avaient avancé jusqu’au Pont d’Ulug... En tant que Chevalière Impériale chargée de protéger les citoyens de ce pays, je ne peux m’empêcher de ressentir de l’estime et du respect envers vous. Merci beaucoup. »

Être remercié si sincèrement avait mis Diablo mal à l’aise.

« Ah... C’était... J’ai détruit ceux qui étaient des Déchus parce qu’ils avaient osé s’opposer à moi, » répondit Diablo. « Je me fiche de la vie des autres races. »

Oups, peut-être que cette partie comme quoi je ne me soucie pas de la vie des autres est de trop !

Diablo regrettait souvent quelque chose qu’il venait de dire. Il n’était pas très bon pour parler.

Mais il semblait que cela ne dérangeait pas Alicia. « Je vois. Je ne pense pas que vous auriez besoin d’aide ou quoi que ce soit du genre, mais j’ai le devoir d’effectuer des rapports à Sa Majesté jusqu’à ce que cette question soit résolue. Alors s’il vous plaît, permettez-moi de rester à vos côtés jusque-là. »

« ... Tu fais comme tu veux, » déclara Diablo.

Il n’y avait rien d’autre à dire.

Les Chevaliers Impériaux appartenaient à l’élite. Leurs antécédents familiaux et leurs capacités étaient supérieurs à la moyenne des membres des autres races. En dépit de tout cela, elle traitait Diablo, un Démon qui était aussi un aventurier, avec le plus grand respect et la plus grande courtoisie.

Donc, voilà à quoi cela ressemble quand c’est naturel de parler avec les autres.

C’est vraiment effrayant.

S’il avait baissé sa garde, alors elle pourrait voir que le fait d’agir comme un Seigneur-Démon était tout simplement de la comédie.

Cela pourrait être son ennemi le plus redoutable jusqu’à maintenant.

Je ferai en sorte de la menacer pour qu’elle n’essaye pas de me parler trop souvent, pensa Diablo.

Il avait délibérément fait sa voix grave. « Si tu ne veux pas mourir, ne me parle pas si négligemment. »

Les yeux d’Alicia s’élargirent sous le choc. Il pensa que cela suffirait à lui faire peur, mais à la place, elle fit un profond hochement de tête.

« Alors je me préparerai pour ça..., » déclara Alicia. « Vous avez protégé les citoyens de Lyferia d’un grave danger qui menaçait tout le pays. Ma vie est un petit prix à payer si cela apaise votre colère. »

« Euh..., » Diablo était à court de mots.

Rem et Shera se regardèrent, stupéfaites.

Sylvie haussa les épaules tandis que Galford s’éclaircissait la gorge.

Après ça, Galford avait alors déclaré. « Ce serait un problème pour moi si vous alliez ainsi et que vous perdiez la vie si facilement... Sa Majesté me ferait bouillir vivant pour cela. Alicia Cristela est la fille d’un duc, une femme talentueuse qui a été diplômée de la classe supérieure de l’Académie des Chevaliers... et une des favorites du roi. Normalement, je ne l’autoriserais jamais à travailler aux côtés d’aventuriers. Mais, malheureusement, je n’ai pas le pouvoir de donner des ordres à un Chevalier Impérial. »

Alicia baissa la tête. « Je m’excuse pour tous les ennuis que je vais vous causer. »

Donc, fondamentalement, elle n’est pas un Chevalier Impérial ordinaire.

Galford fit sonner une petite cloche sur son bureau. « Maintenant, si vous voulez bien m’excuser, j’ai une réunion auquel je dois assister. »

La porte de la pièce s’était ouvert, et le majordome qui avait guidé Diablo et les autres, entra de nouveau respectueusement en baissant la tête.

Et maintenant, il nous dit de nous tirer de là.

Mais c’était déjà assez pour Diablo.

Il avait appris l’emplacement des Elfes et la taille de leurs troupes, ainsi que la date limite de la quête. Il avait également découvert la manière dont le gouverneur pensait de lui et des autres. C’était presque un score parfait en termes de collecte d’informations...

Tant que vous n’aviez pas inclus le fait qu’il n’avait pas de plan spécifique pour faire face à cette situation, c’était...

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Un commentaire

Laisser un commentaire