Autoproclamé ! La vie ordinaire d'un héros démoniaque – Tome 1

***

Prologue : Examen sur la création de donjons

« Il faut rejoindre l’Académie des Seigneurs-Démons pour la Création de Donjon quand nous avons 20 ans. Est-ce une tradition ici ? » J’avais murmuré ces quelques mots alors que je me tenais dans la grande salle de bal présent dans les sous-sols du Château du Seigneur-Démon.

Des dizaines d’hommes et de femmes se tenaient autour d’un large cristal qui se trouvait au centre de la pièce.

Certains de ces individus avaient sur leur corps des écailles de dragon et des crocs de dragon tandis que d’autres n’avaient aucune ressemblance avec un humain.

C’était tout à fait naturel de voir ça, car nous étions après tout des êtres démoniaques.

À l’heure actuelle, je subissais un très grand nombre de regards perçants ce qui était également normal, car je ressemblais à un humain avec comme seule anomalie, une petite corne qui dépassait de mes cheveux.

Et nous tous, nous étions supposés être du même âge.

Les centaines d’individus ressemblés ici en cette journée avait tous eu leurs vingt ans cette année même.

Les êtres démoniaques vivaient longtemps et, en tant que tels, nous ne produisions que très peu de descendants. Cependant, cette année avait semblé être une exception.

Au cours des années précédentes, le nombre de personnes présentes pour cet événement n’avait eu besoin que d’un seul chiffre pour les dénombrer.

En tant qu’êtres démoniaques, il était de coutume pour nous de créer un donjon dans le Château du Seigneur-Démon lorsque nous atteignons nos 20 ans.

Après ça, nous devions vivre dans le donjon que nous avions construit et apprendre à contrôler nos pouvoirs démoniaques ainsi qu’à étendre le donjon construit dans le Château du Seigneur-Démon en utilisant les installations académiques fournies.

En d’autres termes, le Château du Seigneur Démon fonctionnait aussi comme une école pour tous les Seigneurs-Démons qui avait eu leurs vingt ans.

« Commençons le test de séparation des classes, aussi connu sous le nom de Création de Donjon ! » déclara le professeur présent devant nous.

Les cours allaient donc dès maintenant commencer.

Un professeur de l’académie se tenait à côté du grand cristal qui se trouvait au centre de la salle et il avait commencé à appeler les noms présents sur la liste des étudiants de première année qui s’étaient inscrits cette année.

« Sophia Grave de la race des Vampires ! Venez ici, » déclara le professeur.

« Oh, c’est moi, » annonça Sophia.

La première à être appelée avait été une jeune fille aux longues oreilles pointues et aux ailes noires.

De taille moyenne, cette vampire avait une apparence envoûtante, avec une tenue révélatrice exposant son corps pâle qui rayonnait de charme féminin.

« Mademoiselle Sophia. Vous êtes... Je vois, la prestigieuse vampire de la noble famille des Grave. J’ai de grands espoirs placés en vous, » déclara le professeur.

« Fufu, merci beaucoup. Donc, je dois seulement toucher ce cristal, n’est-ce pas ? » demanda Sophia.

« C’est exact. En touchant ce cristal — le noyau mère, un donjon approprié à vos capacités sera créé et sauvegardé dans le noyau, » répondit le professeur.

« Pendant que nous sommes à l’académie, est-ce bien exact que nous allons vivre dans le donjon que nous avons créé ? » demanda Sophia.

« Vous avez tout à fait raison. Cependant, en quittant l’académie, vous vivrez toujours dans le même donjon. Pour pouvoir réussir la procédure, veuillez avoir une image claire de votre château, » demanda le professeur.

Après avoir écouté l’explication du professeur, la vampire avait ensuite touché le cristal. À ce moment-là, le cristal avait émis une lumière rouge.

La lumière rouge projetait alors la carte du donjon sur la surface du cristal.

« Oh, c’est incroyable ! » s’exclama le professeur. « Pour votre première fois, un donjon superposé de Rang A+ à dix étages a été créé ! Un vampire est un être démoniaque supérieur, mais vous êtes à un tout autre niveau ! »

« Chez moi, j’ai bien entendu reçu la formation appropriée pour cela, » déclara Sophia.

« Hmm... Je vais donc vous placer dans la Classe Spéciale, » annonça le professeur.

Tout le monde dans la salle avait produit un tumulte en entendant les paroles du professeur.

« Elle est placée si soudainement dans la Classe Spéciale, wôw, cette année, nous avons quelqu’un d’incroyable, n’est-ce pas ? » s’exclama l’un des autres futurs étudiants.

« Ah ! Franchement, même pour des êtres démoniaques de la noblesse, faire un donjon de Rang A+ au premier essai est aberrant. Vous vous foutez de moi..., » s’exclama un autre.

Au milieu de l’agitation présente dans la pièce, j’avais été hypnotisé par la carte affichée sur le cristal.

La Création de Donjon était une sorte de méthode pour mesurer votre puissance.

Si vous étiez fort, un donjon large et profond serait automatiquement créé. Si vous étiez faible, alors un petit et étroit donjon serait formé lors de cette procédure.

C’est pourquoi, dans les rangs des êtres démoniaques, seuls les puissants nobles et les membres de la royauté étaient capables de créer des donjons de Rang A ou A+. Les êtres démoniaques normaux créaient habituellement des donjons de Rang D ou C quand ils avaient une force modérée.

Sur la base des résultats de cet examen, la force individuelle de chacun de nous était déterminée. Nous serions par la suite divisés en Classe Spéciale ou en Classe Commune et nous aurions des programmes d’études différents pour répondre aux besoins spécifiques de chacun.

Cependant, je préférerais de mon côté avoir un petit espace ordinaire.

Je pense qu’avoir la taille de quelques dizaines de mètres carrés et quatre pièces serait largement suffisant.

Le fait d’avoir quelque chose de trop large rendrait les déplacements gênants.

J’avais pensé à vivre un mode de vie paisible emplie de loisirs dans une petite maison. Je voulais simplement suivre des cours dans une Classe Commune de l’académie tout en apprenant à contrôler mes pouvoirs.

Ainsi, lorsque tous ces cours seront terminés, je pourrais revenir dans ma ville natale, en pleine campagne et je pourrais rejoindre l’entreprise familiale en tant que pharmacien. Voilà mon rêve.

« Après ça, Monsieur Chrono Arkon de la Race des Diables, » déclara le professeur.

Mon nom était le deuxième à être appelé. Ainsi, je m’étais avancé jusqu’à lui.

Pendant que je le faisais, le professeur avait regardé mon visage et avait posé sa main sur son cou.

« Monsieur Chrono, êtes-vous bien... Euh, de la race des Diables ? Il semblerait que vos traits démoniaques soient plutôt réduits. Ne seriez-vous pas qu’un Demi-Diable ? » demanda-t-il.

« Pas du tout. Je suis un être démoniaque à cent pour cent, » répondis-je.

Je ne suis qu’un diable tout à fait normal qui a été élevé à la campagne, pensai-je.

« Je vois. Désolé, car c’était impoli de ma part de demander ça, » déclara le professeur.

« J’ai l’habitude d’avoir ce genre de remarque, alors ne vous en faites pas, » déclarai-je. « Contrairement aux autres êtres démoniaques, nous n’avons pas de traits exceptionnels visibles dans notre famille. »

La seule différence que nous avions par rapport aux humains qui nous différenciaient était la petite corne qui poussait sur notre tête. Donc on ne pouvait pas y faire grand-chose si beaucoup de personnes étaient ainsi confuses quant à nos origines.

« Je vous suis reconnaissant de votre ouverture d’esprit, » déclara le professeur. « Désolé d’avoir pris de votre temps. Continuons avec la Création de Donjon. Imaginez votre château et touchez le noyau mère. »

Même si le professeur mentionnait un château, une salle d’une dizaine de mètres carrés était suffisante pour me satisfaire. C’était peut-être présomptueux de ma part, mais j’espérais quand même que j’aurais une pièce un peu plus grande si c’était possible.

Si je suis capable de vivre une vie confortable, je suis d’accord avec n’importe quoi, pensai-je. Cependant, je ne pense pas avoir le pouvoir pour quelque chose d’aussi incroyable. Quelque chose de moyen serait parfait. De plus, j’attends avec impatience la vie décontractée d’une classe tout à fait ordinaire.

Tout en ayant une pensée tournée vers la facilité, j’avais touché le cristal. À ce moment-là...

« — ! »

Le cristal s’était instantanément obscurci.

« Quoi ? »

Puis, en provenance du cristal noir qui semblait rempli d’encre, une lumière noire s’était mise à briller. Une immense carte en était la source.

La lumière avait rempli tout le cristal.

Cependant, ce que la carte remplissait n’était pas seulement le cristal, car cela continuait à s’étendre.

« C’est quoi cette lumière noire ? » demanda le professeur.

La lumière noire était si intense qu’elle remplissait maintenant toute la pièce, affichant toute la carte du donjon.

« Ca-Cataclysme !? C’est plutôt effrayant ! » s’exclama un autre étudiant.

En raison de ce qui se passait depuis le cristal, les individus qui nous entouraient avaient été surpris.

« C’est... Qu’est-ce qui se passe !? » s’exclama le professeur.

Même le professeur devant moi était en train de paniquer. Ses yeux observaient tous les recoins du cristal, tout en transpirant d’une sueur froide.

Et quelques instants plus tard, le professeur avait marmonné ses constatations alors que tout le sang se retirait de sa tête.

« Quatre cents... étages... !? Cette ampleur est tout simplement incroyable. Un Rang A ou S... n’est même pas comparable ! C’est au niveau d’un donjon légendaire du Rang de Roi des Démons !! » s’exclama le professeur.

« Hein ? » m’exclamai-je.

Je ne pouvais pas tout à fait comprendre de quoi le professeur parlait. Qu’est-ce qu’il voulait dire quand il avait mentionné le rang de Roi des Démons.

« Vous... vous... vous là-bas ! Quel genre de pouvoir maniez-vous !? Ou plutôt, qu’est-ce que vous avez imaginé là !? » demanda le professeur en bégayant.

« Euh, comment puis-je dire ça ? Je ne suis qu’un être démoniaque de la campagne, » répondis-je.

Et ce que j’imaginais n’était qu’un donjon afin de pouvoir en faire mon gagne-pain. Même moi, je ne comprenais pas ce qui se passait en ce moment.

« Quoi qu’il en soit, Monsieur Chrono. S’il vous plaît, venez par ici et allez là où se trouve le Roi des Démons, » ordonna le professeur.

« Euh, hein... ? » m’exclamai-je.

Il semble que mon plan pour vivre une vie confortable avec des loisirs dans une pièce d’une dizaine de mètres carrés a légèrement déraillé, pensai-je.

***

Chapitre 1 : Premier jour dans la classe spéciale

Le professeur m’avait conduit jusqu’à une pièce entièrement meublée de chaises et de meubles somptueux. Mes yeux se promenaient dans la salle de réception, quand...

« A-Ah, Monsieur Chrono... Je serais ravi si vous pouviez vous asseoir là-bas. Le Roi des Démons arrivera très bientôt, » déclara le professeur.

« Ah, d’accord…, » répondis-je.

Je m’étais donc assis docilement sur la chaise duveteuse qu’il m’avait indiquée et j’avais attendu une dizaine de secondes. En provenance de l’extérieur de la salle de réception, j’avais entendu les pas de quelqu’un qui courait.

« Professeur Dante ! Je suis venue dès que j’ai reçu votre message, » déclara le Roi des Démons.

La personne qui était arrivée était une petite fille qui souriait avec joie.

Elle avait de longues oreilles et une corne impressionnante qui poussait de sa tête.

Quand j’avais vu arriver cette personne, je pouvais deviner qu’elle n’était pas un être démoniaque ordinaire, ou du moins c’était ce que je pensais lorsque j’avais vu le professeur Dante s’incliner devant elle.

« Je vous souhaite la bienvenue, Maou-sama, » déclara le professeur Dante.

Ah, il me semblait bien que j’avais raison.

Cette petite fille aux oreilles longues était le Roi des Démons.

J’étais né et j’avais grandi à la campagne pendant tout ce temps. En tant que tel, je ne savais même pas à quoi ressemblait le Roi des Démons, mais je trouvais bizarre que cette petite fille soit le Roi des Démons.

Alors que j’étais noyé dans mes propres pensées, le professeur et le Roi des Démons avaient continué leur conversation.

« Il s’agit de la personne qui a créé le donjon du Rang de Roi des Démons, Chrono Arcon, » déclara le professeur Dante.

« Je vois. Alors, commençons par les présentations. Je suis la 15e génération de Roi des Démons, Liza Malta Firanicos. C’est correct que vous m’appeliez Liza, » déclara Liza.

Le Roi des Démons Liza avait déclaré cela alors qu’elle avait tendu ses mains vers moi.

« Je serai sous votre garde, Liza Maou-sama, » déclarai-je.

« C’est mieux de m’appeler Liza ou Mademoiselle Liza. En plus, je vous appellerai Chrono, alors appelez-moi Liza, » déclara Liza.

« D-D’accord... J’ai compris, Mademoiselle Liza, » déclarai-je.

C’est un roi des démons sympathique, pensai-je.

Franchement, j’étais reconnaissant qu’elle n’ait pas une aura intimidante et qu’il soit facile de lui parler. Le Roi des Démons m’avait regardé alors que j’étais perdu dans mes propres pensées.

« Chrono, j’ai entendu dire que vous avez créé un énorme donjon. Est-ce bien le cas ? » me demanda Liza.

« Euh, oui ? Je suppose qu’on peut le dire ainsi, » répondis-je.

« Professeur Dante, la forme du donjon est-elle bien la même que celle qui m’a été annoncée ? » demanda Liza.

« Tout à fait. Il s’agit d’un donjon de 400 étages qui a été créé, » répondit Dante. « Son pouvoir a complètement submergé un Noyau-Mère en utilisant toute sa capacité à disposition. Par conséquent, nous avons dû le remplacer par un nouveau après son test. »

Après avoir entendu l’explication du professeur et la mienne, Liza avait changé la façon dont elle me regardait. C’était comme si ses yeux balayaient soigneusement toutes les parties de mon corps.

« La capacité de traitement d’un seul noyau permet de tenir face à la magie réunie de trois cents êtres démoniaques avec encore après cela une certaine marge, » expliqua Liza comme si elle se remémorait des faits. « Vous êtes vraiment incroyable. Dites-moi, Chrono, puis-je toucher votre corps ? » demanda Liza.

« Hein ? Ah, ça ne me dérange pas vraiment, » lui avais-je répondu, surpris par sa demande.

« Hm, merci. Dans ce cas, excusez-moi d’avance, » déclara Liza.

Liza s’était approchée de moi en me transmettant ses remerciements. Elle avait ensuite touché mes lèvres avec ses doigts fins et avait délicatement placé mon corps contre elle.

Même si elle n’était qu’une petite fille, je n’arrivais pas à savoir où regarder, car elle portait une tenue audacieuse et extrêmement révélatrice qui mettait en valeur ses proportions corporelles séduisantes.

Je me demande pourquoi tous les êtres démoniaques sont si bien dotés de ce côté-là, qu’elles soient de petite taille ou de grande taille, me demandai-je.

Alors que je cherchais un endroit où regarder, j’avais entendu la voix de Liza.

« Eh bien, c’est incroyable. Je suis vraiment surprise, » Liza avait fait entendre une voix emplie d’admiration.

Le professeur Dante avait parlé après ça. « J’ai senti un immense pouvoir jaillir de lui. Ses pouvoirs dormants ont dû être réveillés pendant la Création de Donjon. C’est ce que j’ai observé à ce moment-là. »

Il avait continué à parler. « Eh bien ! Du point de vue du Maou-sama, la puissance de Monsieur Chrono se situe à un niveau anormal, n’est-ce pas ? ... Monsieur Chrono, franchement, comment avez-vous obtenu de tels niveaux de pouvoir ? »

Je m’étais également posé la même question que celle du professeur Dante. Après tout, je n’étais qu’un diable ordinaire de la campagne et j’avais fini dans cette situation.

Alors que je réfléchissais à quoi répondre, le professeur Dante avant continué. « Avez-vous reçu une formation spéciale lorsque vous étiez enfant ? »

« Pas du tout, » répondis-je. « J’ai mené une vie ordinaire à la campagne. J’ai passé mes journées à aider à la pharmacie de mes parents et j’ai aussi chassé de petits dragons [1] et des bêtes pour le dîner. N’est-ce pas quelque chose de tout à fait ordinaire ? » demandai-je.

C’était censé être une activité commune à toutes les familles. Cependant, le professeur avait roulé des yeux quand il avait entendu mon explication.

« Dragon, voulez-vous vraiment parler de ces “DRAGONS” [2] !? » demanda le professeur Dante en criant.

« Ben oui. Mais seulement des petits. Parfois, ils se perdent à la périphérie du village. Mais vous savez, c’est très pratique quand cela arrive, » répondis-je, ne comprenant pas sa surprise.

« Euh... attendez un peu. Votre campagne a des dragons qui errent dans les environs ? » demanda Liza, elle aussi surprise par ce que je disais.

« C’est exact. Rien de bien spécial quoi ! » déclarai-je.

Tandis que le professeur hochait la tête, il regardait le registre des noms.

« Il semble que votre lieu de naissance soit un village du nord appelé Atra. Est-ce que des monstres aussi féroces errèrent dans les environs ? » demanda-t-il finalement.

« Non, vous vous trompez, monsieur. Les dragons ne sont pas du tout féroces. Si vous êtes capable de faire disparaître votre présence dans la forêt, vous pourrez échapper à la plupart des dragons. C’est un jeu d’enfant, » déclarai-je.

« Qui diable êtes-vous… ? Quel genre de mode de vie avez-vous vécu ? Ou plutôt, la campagne dont vous avez parlé est…, » commença à dire le professeur Dante.

Avant que le professeur n’ait pu terminer sa phrase, Liza avait frappé l’une de ses épaules.

« OK, arrêtons tout ça ! C’est un fait avéré que Chrono a des pouvoirs étonnants et comme vous, je m’intéresse aussi à eux. Cependant, nous ne l’avons pas appelé ici pour l’interroger sur ce sujet, n’est-ce pas exact ? » demanda Liza à Dante.

« Je vous présente mes excuses Maou-sama. Il semble que j’ai perdu mon sang-froid, » répondit le professeur Dante.

« Bon sang. Désolé pour ça, Chrono. Bien qu’il soit ainsi, il s’agit du professeur responsable de votre classe. Alors, entendez-vous bien avec lui, » déclara Liza.

« Aah, d’accord. Cela ne m’a pas du tout dérangé, » répondis-je.

« Alors tout va bien. Alors, entrons dans le vif du sujet, » déclara Liza.

En disant cela, Liza avait fait correspondre ses yeux avec les miens.

« Chrono, est-ce que cela vous dérangerait d’entrer dans la Classe Super Spéciale ? » demanda Liza.

« Hein ? Super spécial ? » s’exclama Chrono.

Qu’est-ce que c’est ? pensai-je. Je n’en ai jamais entendu parler.

« Dans cette académie, n’avons-nous pas deux types de classes, la Classe Spéciale et la Classe Commune ? » demandai-je.

Avant de venir à l’académie, j’avais au moins pris connaissance du fait qu’il y avait deux classes.

Comme pour désapprouver ce que je venais de dire, Liza m’avait regardé fixement avant de parler. « Hein ? Dante, ne lui avez-vous pas expliqué ? »

« Euh... Cet incident a été assez soudain. Comme votre Majesté est arrivée ici peu de temps après nous, je n’ai donc pas eu le temps de lui expliquer, » répondit le professeur Dante.

« Je vois, » déclara Liza. « Alors, expliquons cela d’une manière simple. La Classe Super Spéciale est un groupe secret et connu de très peu de personnes où seuls les meilleurs de leur année sont invités. Il y a beaucoup de techniques spéciales et de sorts puissants qui sont exclusivement enseignés à ce groupe. »

Je vois. Pour résumer, il y a encore une classe cachée, pensai-je.

« Mais plus précisément, en quoi est-ce différent des autres classes ? » demandai-je.

« En plus de la Création de Donjon axée sur les résultats, vous aurez la possibilité de communiquer avec certains membres du personnel administratif de l’académie, » répondit Liza. « En termes plus simples, vous aurez un laissez-passer pour sauter des cours. » Liza avait dit ça en souriant.

« Je pense personnellement qu’avec vos pouvoirs Chrono, vous feriez mieux de commencer dans la Classe Super Spéciale. Actuellement, vous êtes sûr d’être enrôlé dans la Classe Spéciale. Cependant, dans la Classe Super Spéciale, vous aurez la liberté de choisir n’importe quelle classe pour y assister. De plus, cela vient avec un bonus de pouvoir sauter des cours sans subir de répercussions, » expliqua Liza.

Hmm... Je suis attiré par l’offre tentante de pouvoir être plus laxiste, pensai-je. Tout d’abord, je ne souhaite pas un donjon aussi grand. Ma vie académique devrait être de suivre des cours adaptés à mes pouvoirs et d’apprendre lentement à les contrôler. J’ai entendu dire que les cours dans la Classe Spéciale sont plutôt difficiles… C’est pourquoi, si la Classe Super Spéciale me permet d’avoir une vie plus relaxante, cela ne me dérange pas d’y assister.

« Si c’est plus relaxant, j’aimerais assister à la Classe Super Spéciale. Serai-je affecté à ce cours à partir d’aujourd’hui ? » demandai-je.

« Pour commencer, vous devrez assister à des cours de base et suivre l’orientation pour la Classe Spéciale. Ce n’est qu’après cela que vous serez affecté à la Classe Super Spéciale, » expliqua Liza.

Je ne serai donc pas immédiatement admis dans une autre classe, pensai-je. Si c’est le cas, il n’y a pas de mal à l’essayer.

« Euh, pourrais-je essayer d’expérimenter un peu la Classe Super Spéciale ? Si c’est relaxant, ça ne me dérange pas d’y entrer. Cependant, si ce n’est pas le cas, je préférerais être transféré dans la Classe Spéciale, » demandai-je.

« Oui ! Pas de problème. Il y aura des activités après l’école effectuée par les élèves de la Classe Super Spéciale. Je vous servirais de guide pour vous expliquer tout ça ! » Liza l’avait proclamé d’un signe de tête et elle avait regardé l’horloge dans la salle de réception.

« Oups ! On dirait que c’est l’heure de mon prochain rendez-vous dans mon horaire. Dans ce cas, je dois y aller rapidement. Bye-bye, Chrono, » pendant qu’elle disait ces mots, Liza s’était mise à courir en agitant les mains avant de sortir de la pièce.

« Mademoiselle Liza a une personnalité plutôt sympathique, » déclarai-je en voyant ça.

« Je ne dirais pas ça, » répondit le professeur Dante. « Il est plutôt rare qu’elle affiche un comportement amical comme celui qu’elle vous a montré. Dans le meilleur des cas, elle montrerait son caractère majestueux à la personne lors de leur première rencontre. Quoi qu’il en soit, puisque l’explication est terminée, je vais vous guider jusqu’à la Classe Spéciale. Je sais que je vous ai déjà traîné partout, mais suivez-moi, s’il vous plaît, » déclara le professeur Dante.

« Aah, d’accord, » répondis-je.

Et ainsi, j’avais enfin été capable de me diriger vers la salle de classe où mes camarades de classe m’attendaient.

Notes

  • 1 L’auteur utilise le mot japonais pour ryuu, donc le dragon oriental.
  • 2 Et cette fois-ci, il a directement utilisé le mot dragon qui est utilisé pour les dragons occidental.

***

Chapitre 2 : Le pouvoir d’altérer un donjon

Après ça, j’avais été conduit par le professeur jusqu’à une pièce sous le château du Seigneur-Démon où je me tenais actuellement devant.

« S’agit-il de la salle de cours pour la “Classe Spéciale” ? » demandai-je.

« Oui. Et une dizaine de personnes se sont rassemblées ici. Vous êtes le dernier à arriver, » répondit le professeur Dante.

Au cours de la conversation avec le Seigneur-Démon, il semblait que la séparation des étudiants entre la Classe Commune et la Classe Spéciale avait pris fin.

« Comme vous êtes le dernier à arriver, l’orientation est sur le point de commencer, alors vous pouvez prendre la place qui vous plaît, » déclara le professeur Dante.

« D’accord, c’est compris, » lui répondis-je.

J’avais ouvert la porte et j’étais entré dans la salle de classe.

Les murs extérieurs de la pièce étaient en pierre et un grand nombre de piliers s’étendaient à travers la pièce. De longs bureaux étaient alignés le long de ces piliers.

En traversant la salle de classe, j’avais eu l’impression que le design de la pièce était plutôt étrange.

« N’est-ce pas lui ? Chrono, le monstre qui a rempli un noyau mère à lui seul..., » déclara l’un de mes camarades de classe.

« Son apparence est semblable à celle d’un être humain, et pourtant on a l’impression qu’il y a une aura étrange qui l’entoure. C’est bizarre... mais génial, » déclara un deuxième camarade de classe.

Mes camarades de classe qui étaient assis plus tôt en silence chuchotaient maintenant entre eux.

Parmi mes camarades de classe démoniaques, il y avait un dragonoïde avec des écailles et des griffes de dragon qui étaient plus dures que l’acier ainsi qu’un lanceur de sorts étrange qui avait l’air d’être spécialisé dans les malédictions. Pour l’instant, j’avais pris la place la plus proche à disposition.

« Bon après-midi. C’était vraiment une performance tape-à-l’œil, Chrono, » déclara une voix féminine se trouvant à côté de moi.

Quand j’avais regardé dans cette direction, j’avais vu qu’une fille était assise au même long bureau que moi et c’était elle qui m’avait parlé.

J’avais immédiatement reconnu la fille.

« N’êtes-vous pas Mademoiselle Sophia ? La vampire, » lui demandai-je sur un ton poli.

« Voyons ! Appelle-moi Sophia, Chrono, » répondit Sophia.

La fille-vampire m’avait fait un joli sourire après avoir dit ça. Elle était probablement du genre amical d’après ce que je voyais de cette seule interaction.

« Alors, va pour Sophia. Au fait, c’est gentil à toi de te souvenir de mon nom, » déclarai-je.

Comme je ne possédais pas de caractéristiques spéciales en tant qu’être démoniaque, je ne devrais pas apparaître comme étant mémorable.

« Tu es le meilleur étudiant de cette année. Alors bien sûr que tout le monde te connaît. C’est plutôt un honneur que tu te souviennes de mon nom, » répondit-elle.

« Meilleur ? Moi ? » lui demandai-je.

« Bien sûr que oui. Le professeur a mentionné que tu es le meilleur de cette année, ou plutôt, le meilleur dans toute l’histoire de l’académie. Il n’y a pas de précédent d’une personne qui submerge totalement un noyau mère à lui tout seul, » répondit Sophia.

Vraiment !? J’avais attrapé ma tête avec mes mains en entendant ça.

Je ne m’attendais pas à ce qu’un tel sujet circule déjà dès le premier jour.

« Quelqu’un d’autre a-t-il créé un donjon avec plus d’une centaine d’étages ? » lui demandai-je.

« Non. J’étais en deuxième place avec un donjon de 10 étages. Tu es le seul à être au-dessus de moi. Je suis extrêmement reconnaissante de pouvoir étudier à tes côtés, » déclara Sophia.

Les yeux de Sophia scintillaient pendant qu’elle parlait.

Même si elle avait des attentes aussi élevées à mon égard, je ne savais pas ce que je devrais faire pour les combler. Alors que je réfléchissais à ce qu’il fallait faire — .

« Très bien, tout le monde. Dès maintenant, tout le monde assigné à la Classe Spéciale est désormais rassemblé dans cette salle, » déclara le Professeur Dante.

Le professeur avait parlé en se tenant debout au centre de la classe. Sans attendre notre réponse, il avait continué son discours. « En ce qui concerne la Classe Spéciale, je dirigerai les leçons de base. Les leçons comprendront les fondements sur les êtres démoniaques, le contrôle des pouvoirs démoniaques et la gestion des donjons. Ceux qui souhaitent mieux apprendre y consacrent leurs forces. »

Alors que le discours du professeur continuait, tous les élèves de la Classe Spéciale lui avaient accordé toute leur attention.

« Chaque être démoniaque possède la capacité de façonner son donjon selon son imagination. C’est pourquoi votre imagination est extrêmement importante pour la manipulation des donjons. Cela va affecter les types de pièces à faire, la forme de votre donjon et tous les changements que vous aimeriez voir se produire à l’intérieur. Souvenez-vous de cela avec résolution. Mais parler ne nous mènerait nulle part, alors mettons cela en pratique dès maintenant, » déclara le Professeur Dante.

Le professeur avait ensuite pointé du doigt vers l’un des piliers se trouvant au centre de la salle.

« En vérité, cette classe fait partie de mon donjon. En tant que tel, je suis capable de la manipuler comme bon me semble. Brise-toi ! » déclara le Professeur Dante.

Le professeur avait levé un bras pendant qu’il chantait la fin. À ce moment-là,

– Crack !

Un pilier relié au sol et au plafond s’était brisé au centre.

Les acclamations résonnaient dans la salle quand ils virent cela.

« Tout ce qui se trouve dans la zone de votre donjon est sous votre autorité. Les briser est aussi facile que de respirer. En utilisant ce pouvoir, nous, les êtres démoniaques, sommes capables de créer de grands et larges donjons. Bien sûr, la réparation est également possible, » déclara le Professeur Dante.

Le professeur s’était approché du pilier endommagé et lui avait donné une légère tape. Le pilier s’était ensuite replacé dans son état d’origine.

« Vous êtes libre de manipuler votre donjon comme bon vous semble, que ce soit pour le casser ou pour le restaurer, » déclara le professeur Dante.

Comme je ne souhaite pas étendre mon donjon encore plus en profondeur, je ne vois pas en quoi cette information m’est utile, mais il serait amusant de faire quelques modifications, pensai-je.

Alors que je pensais à ça, j’avais continué à écouter la leçon du professeur.

« Eh bien, comme il s’agit de mon donjon, il est naturel que je puisse briser le pilier. Si vous vous habituez à la manipulation du donjon, vous serez même capable de manipuler le donjon des autres. Pour aujourd’hui, j’ai préparé un pilier pour chacun de vous. Alors, essayez de les casser, » déclara le Professeur Dante.

Au moment où le professeur avait donné ses instructions, mes camarades de classe s’étaient immédiatement précipités vers leurs propres piliers. Des bruits de piliers qui se brisaient et s’effritaient avaient atteint mes oreilles. Et à côté de moi,

« Oh, il s’est cassé... ! », déclara Sophia.

Sophia avait touché son pilier et une grosse fissure s’était propagée où sa main était entrée en contact.

« Wôw ! Comme prévu de Mademoiselle Sophia, la créatrice d’un donjon de Rang A. Quel talent ! » s’exclama le Professeur Dante.

« Merci beaucoup, Professeur ! » répondit Sophia.

Il semblait exact que l’on pouvait manipuler l’intérieur du donjon en n’utilisant que son imagination.

Les êtres démoniaques possédaient le pouvoir inné de modifier les donjons en fonction de leur imagination.

À côté de moi, il y avait également un pilier de pierre massif.

Je ne sais même pas quelle image je devrais avoir pour la manipuler, pensai-je.

Mes mains seraient plus susceptibles de se briser si je le frappais, et j’imaginais que n’importe quelle arme comme une épée ou un bâton se briseraient si je les utilisais pour frapper le pilier.

*

Si je veux détruire le pilier, je pense qu’une sorte d’explosif ou quelque chose de semblable serait nécessaire. Mais si je déplace le plafond, alors peut-être que le pilier tomberait de lui-même.

« C’est ça ! ... Si je désaligne le plafond, le pilier tombera, » murmurai-je à moi-même alors que je regardais le pilier.

Et à ce moment-là.

– Crack !!

Un pilier avait été tordu sur place, accompagné d’une petite explosion. C’était comme si le sol ou le plafond bougeait, et le pilier se brisait comme si une force trop importante avait été appliquée horizontalement sur le plancher ou le plafond.

*

« Quoi ? » m’écriai-je.

Et ce n’était pas tout ce qui arrivait.

« Uwah !? Qu... qu’est-ce qui se passe !? Les piliers ici se brisent tous soudainement ! » cria l’un des étudiants.

« C’est la même chose ici ! Ou plutôt, c’est comme si le plafond bougeait légèrement, non ? » demanda un autre étudiant.

Apparemment, non seulement le pilier devant moi se brisait, mais tous les piliers de la pièce se brisaient en même temps.

« Hé, le plafond ne fluctue-t-il pas avec la position de Chrono comme centre ? » demanda un autre étudiant.

« Fr... franchement, qu’est-ce qui se passe ici... ! » s’écria un quatrième étudiant.

C’est étrange. Le plafond a vraiment bougé. Cependant, je ne pense pas qu’avec quelques-uns de mes mots, cela se termine de cette façon, alors que je pensais ça, j’avais regardé vers le haut,

« Monsieur Chrono, vous êtes absolument incroyable. Bien que cela soit mon donjon, vous le manipulez avec une telle ampleur !! » s’écria le Professeur Dante.

Le professeur me regardait avec admiration.

Euh, j’ai juste dit que « ça se casserait si le plafond bougeait » et que j’avais en tête une image de tout cela alors que je l’avais dit, pensai-je

Je n’avais jamais imaginé qu’il allait vraiment bouger.

« Ce n’est pas ça le plus important, Professeur ! Avec tous les piliers qui s’effritent, le plafond ne va-t-il pas nous tomber dessus ? » lui demandai-je.

« Oui, c’est exact. Mais c’est sans risque en ce moment, Monsieur Chrono. Outre les piliers, il existe d’autres structures qui soutiennent le plafond. Il ne s’écrasera pas sur nous, » déclara le Professeur Dante.

Cependant, alors que le professeur disait cela, il étendit les mains vers le haut en affichant des gestes comme s’il soutenait le plafond.

« Euh, Professeur ? Qu’est-ce que vous faites ? » lui demandai-je.

« Eh bien, les piliers de soutien principal sont détruits par vous, Monsieur Chrono. Si je ne le soutiens pas, le plafond baissera plus rapidement. En vérité, j’aimerais vraiment que vous évacuiez tout immédiatement, » déclara le Professeur Dante.

Le professeur transpirait abondamment alors qu’il semblait y mettre de la force.

Je m’étais senti extrêmement désolé pour le professeur, car il s’agissait de ma faute.

« Je suis vraiment désolé pour ça, » déclarai-je.

« Non, ne le soyez pas. Comme je peux personnellement voir vos pouvoirs de près, c’est plutôt à moi de vous en remercier, » répondit-il.

« Est-ce que c’est vraiment le cas ? » lui demandai-je, juste pour être sûr.

« La conférence sur la façon d’agrandir votre donjon est terminée pour l’instant. Et j’aimerais terminer la leçon d’aujourd’hui ! Veuillez immédiatement quitter la salle de classe et commencer à remodeler vos propres donjons en fonction de votre style de vie, » déclara le Professeur Dante.

« Oui monsieur ! Nous y allons. Au revoir, Monsieur ! » déclarèrent tous les étudiants de la Classe Spéciale.

Après quoi, nous avions immédiatement quitté la salle de classe sans perdre de temps.

***

Chapitre 3 : Ceux qui dominent le donjon du Seigneur Démon

J’étais assis sur une chaise dans le salon après tout ce qui avait été fait dans la Classe Spéciale. Le professeur avait rampé hors de la pièce effondrée en étant dans un état horrible et on m’avait demandé d’attendre l’arrivée du Seigneur Démon.

Cependant, le temps d’attente semblait n’être que quelques dizaines de secondes seulement,

« Bonjour, merci d’avoir attendu, Chrono. »

Liza avait fait un pas léger dans le salon et avait souri en m’appelant.

« J’ai entendu dire que dans le cours de la Classe Spéciale, tu as soudainement déplacé le plafond du donjon du professeur Dante ? » demanda-t-elle.

« Oui. J’ai déplacé quelque chose, » répondis-je.

« Eh bien, je compte sur toi. Oh, tu vois, le pouvoir du professeur Dante est fort, non ? C’est vraiment incroyable de voir que tu peux le battre. C’est un pouvoir qui va être important à partir de maintenant. Tu dois donc vite progresser et l’utiliser ! » déclara Liza.

Liza l’avait déclaré en levant le pouce. La pièce était cassée, mais elle s’en fichait. C’est pourquoi j’en étais si reconnaissant.

« Alors, on va dans la salle de Classe Super Spéciale ? » demanda Liza.

Elle avait alors touché le mur du salon et...

— Gogo.

En produisant un important bruit, le mur du salon commença à s’ouvrir vers la gauche et vers la droite.

« Madame Liza, est-ce une porte cachée ? » demandai-je.

« Ouais. Ce château du Seigneur Démon est aussi une sorte de donjon. Tu peux faire ce que tu veux ici, » déclara-t-elle.

Alors que je parlais, le mur du salon s’était arrêté de bouger. Et à l’endroit où c’était un mur, il y avait un passage où deux personnes pouvaient entrer.

« Je ne sais pas quoi faire, » déclarai-je.

Après que j’eus dit ça, Liza m’avait serré la main. Et selon ses conseils, je devais rentrer dans le passage obscur.

***

Après quelques minutes de marche dans un passage sombre qui avait été fait par Liza, j’étais arrivé dans une pièce plusieurs fois plus grande que le salon d’attente.

Il y avait une grande table ronde au centre et des chaises confortables autour. Et également sur le mur opposé, il y avait une belle porte d’acier, qui semblait conduire quelque part.

« Est-ce la Classe Super Spéciale ? » demandai-je.

« Oui, c’est une belle pièce, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.

Certes, je trouvais que l’arrangement était parfait et que la pièce était très calme. Cependant, il n’y avait aucun signe de personnes même s’il y avait tant de chaises.

« Eh bien, n’y a-t-il pas d’autres personnes dans la Classe Super Spéciale ? » demandai-je.

« Oui, c’est seulement ta première expérience d’aujourd’hui. D’autres personnes sont absentes, sauf moi. Pour te dire la vérité, c’est un peu plus vivant normalement, » déclara-t-elle.

Après avoir dit cela, Liza se plaça devant la table ronde. Et elle avait souri et m’avait tendu la main.

« Mais encore une fois. Bienvenue dans la classe Super Avancé — les Dominateurs, » déclara-t-elle.

« Hey, quoi ? » m’exclamais-je.

Je n’en avais jamais entendu parler.

« Est-ce que Dominateurs est un pseudonyme ? » demandai-je.

« Non, la classe super avancée est le pseudonyme, Dominateurs est le nom officiel. Ceux qui dominent et gèrent le château et le donjon de ce Seigneur Démon. Voilà ce que nous faisons, » répondit-elle.

J’avais entendu dire que la Classe Super Spéciale était différente des autres classes.

« Ce que vous faites, c’est du contrôle et de la gestion, je ne comprends pas du tout. Qu’est-ce que cela signifie ? » demandai-je.

« Oui, c’est bien. Je vais donc l’expliquer à mon tour... Chrono sais-tu avec quels fonds ce château du Seigneur-Démon est géré ? » demanda-t-elle.

« J’ai entendu dire qu’il est financé par les biens personnels et les agissements des Seigneurs-Démons successifs, c’est pourquoi j’ai entendu dire que tous les démons qui avaient vingt ans avaient été acceptés presque gratuitement » répondis-je.

Les cours étaient gratuits, le matériel était également gratuit.

Les repas étaient également bon marché si vous utilisez la cafétéria du château du Seigneur Démon. Ça ne coûtait pas cher de vivre ici.

En plus, ils vous donneraient un donjon.

S’il y avait quelque chose que vous vouliez, vous pouviez faire du travail au château du Seigneur-Démon et l’acheter.

Grâce à la richesse des Seigneurs-Démons successifs, j’avais pensé qu’il pourrait rendre un immense service.

Quand j’avais dit ça, Liza avait acquiescé.

« Mais, la fortune personnelle des Seigneurs Démons du passé n’est pas dans le Château du Seigneur Démon. Elle existe, mais elle n’est pas là, » répondit-elle.

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? » demandai-je.

« Ils sont rassemblés par les Dominateurs, alors que nous plongeons nous-mêmes dans les donjons des Seigneurs Démons successifs ! » déclara-t-elle.

Vigoureusement, Liza désigna la porte au-delà de la table ronde.

« Je pense que tu as aussi étudié ça lors de l’enseignement primaire, ou dans les livres d’enseignement primaire, que le donjon continuera d’exister sans périr tant que tu n’enlèves pas la pierre de contrat dans les profondeurs du donjon, et cela même si le propriétaire meurt. Les biens et les trésors du donjon sont donc intacts. Il y a un tas de trésors derrière cette porte ! » déclara Liza.

« En d’autres termes, il y a les donjons des Seigneurs Démons successifs de l’autre côté de la porte. Pour résumer, l’activité des Dominateurs est de recueillir le trésor se trouvant là-bas, » déclarai-je.

« C’est ça, c’est ça ! Chrono, tu es bon pour résumer l’histoire. Je suis sauvée que tu le comprennes si vite ! » déclara Liza.

Liza me l’avait peut-être dit, mais je n’avais pas encore tout compris. Donc, tout d’abord, j’avais analysé ses paroles dans mon esprit.

« Même s’il y a des biens, il est très peu probable qu’ils soient abîmés, et c’est converti en espèces ou utilisé dès que les Dominateurs les ont collectés, » déclara-t-elle.

« Bien qu’il s’agisse d’un trésor des Seigneurs-Démons, c’est géré discrètement, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est bien ça. Je vais stocker ce que je peux utiliser. Si c’est seulement de l’argent, je vais l’utiliser. — Mais je ne peux pas choisir des élèves au hasard et les laisser partir dedans. Le donjon du Seigneur Démon possède un dispositif contre les ennemis extérieurs. Si tu n’es pas une personne forte, tu ne peux pas le faire, alors chaque année, nous recrutons des Dominateurs en haut du test de sélection, » déclara-t-elle.

« Alors cette année, c’est moi ? » demandai-je.

« Ouais ! Je frissonne, tu es à un niveau qui dépasse le légendaire Seigneur Démon pour avoir ainsi rempli un noyau mère en entier, » déclara Liza.

Je vois. J’ai compris, d’une façon ou d’une autre, ce qu’est la Classe Super Spéciale. C’est aussi un peu amusant de plonger dans le donjon d’un Seigneur Démon. Mais est-ce un inconvénient que cela ne semble pas si facile ?

« Pour l’instant, ce n’est qu’une explication orale. L’impression peut changer quand tu vois l’activité réelle. Pourquoi ne pas essayer de plonger dans le donjon avec moi ? » demanda-t-elle.

« C’est le donjon du Seigneur Démon ? N’y a-t-il pas de danger ? » demandai-je.

« C’est correct parce que c’est un donjon de Seigneur Démon sans danger, il a déjà été capturé à 90 %, donc je vais te l’expliquer en nous déplaçant... As-tu du temps ? » demanda Liza.

« Ah, il n’y a pas de problème, » déclarai-je.

Après l’école, je n’avais rien à faire. Ce serait une bénédiction si je pouvais tuer le temps jusqu’à ce qu’il soit temps de servir le dîner à la cafétéria. C’est moi qui voulais en faire l’expérience plus que tout.

Allons explorer les donjons.

« Allons au donjon paradisiaque du premier Seigneur Démon, » déclara Liza.

Et en écoutant la voix heureuse de Liza, j’avais décidé de parcourir les couloirs du donjon du Seigneur Démon.

***

Chapitre 4 : La première conquête du donjon du Roi-Démon est terminée

Le premier donjon du Roi-Démon consistait en une immense allée de pierre.

… Est-ce le donjon du Roi-Démon ?

Quand j’avais franchi la porte de la classe super spéciale, j’avais été un peu surpris parce que c’était un passage en pierre.

Cependant, comme le fait d’entrer dans un donjon était comme entrer et sortir d’un autre espace dimensionnel, ce que j’avais appris lors du cours d’aujourd’hui, la surprise avait rapidement disparu.

… Ou plutôt, grâce au professeur Dante, j’étais déjà habitué à la salle de pierre. Et peut-être en raison de cela, je me sentirais anormal si ce n’était pas le cas. En outre…,

« Il n’y a aucun signe de monstres ici, n’est-ce pas ? » demandai-je.

J’avais appris dans le matériel pédagogique de l’école que les monstres étaient dans le donjon du Roi-Démon, donc c’était plus surprenant.

Quand je lui avais dit ça, Liza avait ri en se grattant la joue.

« C’est parce que nous avons nettoyé la source des monstres, le noyau. C’est mieux pour être en sécurité, donc je les ai tous finis, » expliqua Liza.

« Si tu dis ça, alors cela veut dire que tu as fouillé environ 90 pour cent du donjon. L’as-tu cassé après ça ? » demandai-je.

« Oui, je suis venue ici quelques centaines de fois. Je suis là pour te montrer ce qui est dangereux et ce qui ne l’est pas. Même si quelque chose arrive, ce n’est pas grave parce que j’ai des potions curatives ! » déclara Liza alors qu’elle avait sorti une bouteille avec un liquide argenté de sa poitrine.

« C’est aussi un héritage du Roi-Démon. Je peux te protéger parce qu’il est assez fort pour te ranimer même si tu meurs ! » déclara Liza.

« Oh, merci, merci. Je voudrais prier pour que tu ne l’utilises pas, » déclarai-je.

Ainsi, il existait des remèdes curatifs pour ressusciter les morts. Les Rois Démons des générations successives avaient fait des choses scandaleuses.

Les anecdotes et légendes des Rois Démons avaient été inscrites dans un livre présent dans l’école, et je l’avais lu. Mais si vous regardez la génialité de l’objet qui était un héritage, il pouvait y avoir quelques mensonges dans l’anecdote.

« Eh bien, je vais être prudent, » déclarai-je.

« Ouais. Ce donjon du premier Roi-Démon est un passage en pierre qui continue un peu, le reste est une structure simple. Il n’y a qu’une salle alors tu seras en sécurité si tu fais attention. Si tu tournes sur la gauche, alors tu verras la pièce. Si tu tournes à droite, c’est une impasse, » expliqua Liza.

C’est une construction assez simple, mais je comprenais ce sentiment. Si vous aviez un endroit où dormir, vous seriez satisfait.

En premier lieu, le passage lui-même était large et semblait être comme une pièce, et le nombre de pièces privées n’aurait pas été nécessaire jusqu’ici.

« Je m’entends bien avec le premier Roi-Démon, » déclarai-je.

« Oh, bien ! C’est parce qu’il n’y avait pas une seule personne qui vivait dans un donjon étroit avec ce Roi-Démon du passé. Le premier Roi-Démon, cependant, était une personne qui aimait les pièges. Je pense qu’il reste quelques pièges. Sois juste très prudent, » déclara Liza.

« Oh, c’est effrayant. Je vais marcher prudemment, » déclarai-je.

C’est à ce moment-là que j’avais marché dans le couloir et que j’avais pris le chemin en forme de T en pensant que je ne voulais pas être blessée par cette expérience.

– Clac

J’avais l’impression d’avoir marché sur quelque chose avec mes pieds.

« Hein ? » m’exclamai-je.

En ce moment, des douzaines de lances avaient été projetées hors du mur devant moi.

« — Uh, oh !? » m’exclamai-je.

Elles avaient percé la position où se trouvait mon corps jusqu’à il y a quelques secondes.

« Oh, il reste vraiment des pièges dangereux, » déclarai-je.

C’était un piège avec des lances sortant en réagissant au poids.

C’était bien parce que j’avais pu les éviter au dernier instant, mais j’avais failli être blessé. Alors que je caressais ma poitrine,

« Hmm… Chrono ? » demanda Liza.

Liza, qui avait sorti une bouteille d’une préparation de soins étiquetée, me regardait.

« C’est quoi Liza ? Au fait, je ne suis pas blessé, alors n’ouvre pas le remède, d’accord ? » déclarai-je.

« Oui, c’est bien, mais… comment as-tu évité les lances qui ont été projetées à une vitesse vertigineuse ? Je pense que tu as été clairement chanceux au milieu de tout ça, » déclara Liza.

C’est normal d’avoir fait n’importe quoi, peu importe comment.

« Non, les lances venaient du front. J’ai essayé d’éviter de me tordre le corps. Je suis reconnaissant que le bout soit mince. Si c’était une lance croisée ou quelque chose comme ça, elle serait restée coincée, » déclarai-je.

« Je ne pouvais pas voir la pointe de la lance ou quoi que ce soit… Je ne peux pas le voir à cette vitesse, » déclara Liza.

« Eh, eh bien. À la campagne, je chassais des oiseaux sauvages afin de manger de la viande. La vitesse des oiseaux est à peu près ça. C’est pourquoi je peux l’éviter, » déclarai-je.

Cependant, il était difficile de l’attraper directement, donc tout ce que tu pouvais faire, c’est esquivé.

« Il en est ainsi… Mais Chrono, ta région est un peu bizarre, » déclara Liza.

« C’est un village de montagne ordinaire. Cependant, avec le précédent interrupteur au sol, la zone est maintenant pleine de pièges, » déclarai-je.

J’avais regardé à gauche et à droite du côté de la jonction en T.

Une guillotine pendulaire était sortie dans le passage de droite, bloquant la route, et un grand nombre de pièges à ours pointus étaient sortis du sol sur la gauche.

C’est quelque chose qui n’existait pas auparavant.

« Oh, c’est vrai. Je pense que c’est un piège invoqué. Ceux qui ne peuvent pas manipuler le donjon ne devraient pas pouvoir passer par ici. Mais on peut déplacer ce qui est dans le donjon, donc ce n’est pas vraiment efficace, » déclara Liza.

Liza serra légèrement la main gauche en disant cela.

« Les pièges à ours se rassemblent et se solidifient, » déclara Liza.

Après qu’elle ait dit ça, les pièges à ours étaient devenus une masse en un instant. Ils avaient été mélangés et étaient rapidement devenus une seule boule de métal.

« As-tu brisé le piège avec le pouvoir de déplacer le donjon ? » demandai-je.

« Oui. Tu sais, essaient différents types d’actions, Chrono. Il y a beaucoup de pièges et tu peux faire tout ce que tu veux avec ton pouvoir, » répondit Liza.

Vraiment ? Alors, pour l’instant, débarrassons-nous de la hache qui est horrible devant mes yeux. Je ne peux pas me calmer quand il y a une chose si dangereuse à proximité, j’avais regardé le piège devant moi.

C’était lié au mur, donc j’allais devoir réessayer ce que j’avais fait dans le cours d’aujourd’hui.

« Si ce mur bouge sur le côté, tous les pièges devraient se briser, » déclarai-je.

J’imaginais cela au moment où j’avais secoué mon bras en parlant,

– Ding !

Cela faisait un bruit sourd et le mur de l’autre côté glissa latéralement. Il y a tellement de poussière et de saleté dans l’allée. Et, bien sûr, le piège avait été retiré de sa base.

« Wôw, tu l’as fait d’une manière tape-à-l’œil, Chrono, » déclara Liza.

« … Euh, je n’ai pas bien saisi la force nécessaire, » répondis-je.

Ou plutôt, il se déplaçait relativement facilement. C’était difficile de façon inattendue parce qu’il fallait bouger en se retenant.

« Non, Chrono. Ton pouvoir pour dominer le donjon est vraiment incroyable. Même le premier donjon du Roi-Démon peut être déplacé de façon négligente par toi, c’est au-delà de l’imagination…, » déclara Liza.

« Eh bien, ce que tu dis c’est assez émouvant. C’est un donjon d’un Roi-Démon, » déclarai-je.

Parce qu’on m’avait permis de bouger librement de façon inattendue, je me sentais un peu mal à l’aise.

« C’est inattendu, mais je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un qui puisse le bouger comme toi, Chrono. Tu es le premier à déplacer les murs de ce donjon, » déclara Liza.

« Mais Liza, tu viens de déplacer le mur de la salle de réception, non ? » demandai-je.

J’avais fait la même chose. Je n’étais donc pas le seul. Quand j’avais dit ça, Liza avait secoué la tête.

« Tu peux le faire si tu es dans ton propre donjon, mais parce que c’est un donjon d’un Roi-Démon, il est aussi plus résistant au contrôle du donjon d’autres personnes. Finalement n’est-il pas généralement mieux de briser le piège ? » demanda Liza.

« Oh, est-ce quelque chose comme ça ? » demandai-je.

« Ouais, c’est comme ça. Franchement, je ne pensais pas que tu déplacerais tout le bloc. L’échelle de la pensée et de l’action est différente, » Fu, fu, elle avait ri joyeusement et d’une voix impressionnée.

Pour être honnête, j’avais eu du mal à imaginer ce piège, alors j’avais juste imaginé le briser à partir de zéro. Je n’aurais jamais cru que ça arriverait.

Quoi qu’il en soit, j’avais compris que même le donjon du Roi-Démon pouvait facilement bouger si je mettais une image en mots.

Quand j’utilise le pouvoir de déplacer le donjon à partir de maintenant, il me semble que je dois réfléchir un peu plus attentivement. Sinon, c’est dangereux.

« Quoi qu’il en soit, le piège a aussi été écrasé, et on ira de l’avant quand la poussière se sera dissipée. La route où je me suis débarrassée des pièges à ours était la route habituelle. Il y a une salle, finissons-en là. La droite est une impasse, donc ça ne sert à rien d’aller jusqu’au bout, » déclara Liza.

Oh, c’est vrai.

Ce donjon était un énorme passage en pierre et une jonction en T. Et ça finit dans la salle. Il y a plusieurs choses, mais la recherche dans les donjons pouvait être un peu intéressante.

Bien qu’un donjon plein de pièges soit désagréable, c’est amusant de regarder ces donjons tout en écoutant ce que savent les individus de la classe super spéciale.

Alors que j’y réfléchissais

… Quoi ?

Je l’avais remarqué.

La poussière était clairement absorbée dans la cavité devant moi. Apparemment, il y avait un espace assez grand.

« Liza. Il y a un étrange creux sur le mur de la jonction en T, y a-t-il une petite pièce au-delà ? » demandai-je.

C’est pour ça que j’avais demandé.

« Hein ? Un creux dans le mur ? » demanda Liza.

Il semble que Liza ne le savait pas.

Elle regarda devant elle, la tête haute avec un visage étrange. Cependant, l’expression avait vite changé vers l’étonnement.

« Hey, pas possible. Il n’y avait pas de place quand j’avais cherché ici avant… Je n’aurais jamais pensé qu’il aurait construit une pièce dans un piège… ! » s’écria Liza.

À l’arrière du mur où se trouvait la hache, il y avait un creux. Il semblait qu’il pouvait contenir quelques personnes. Et, dans cette zone, une sphère dorée roulait.

« Cette petite sphère pourrait-elle être un nouveau piège ? » demandai-je.

« Non, non, Chrono. C’est… C’est l’héritage du Roi-Démon ! » répondit-elle.

Après l’avoir dit, Liza avait couru vers la sphère dorée translucide et l’avait saisie.

« Ces deux-là étaient dans un endroit comme celui-ci. Ils étaient sur la liste des trésors que le premier Roi-Démon devait possédé, mais je ne les avais jamais trouvés jusqu’à maintenant, » déclara Liza.

Liza semblait impressionnée. Cependant, de mon point de vue, je ne savais pas pourquoi elle était impressionnée.

« Hmm, Liza. Peux-tu expliquer ce que cela signifie ? » demandai-je.

Alors j’avais demandé ça, Liza, répondis-je avec la boule d’or devant moi. « Oui, je t’ai dit il y a quelque temps, j’ai fait une exploration de 90 % du donjon, alors j’avais presque terminé cet héritage de donjon, mais quant aux 10 % restants. Il y a deux héritages que je n’ai jamais pu trouver. L’Anneau du Roi-Démon et la “boîte de rangement dorée”. »

Une bague ? Pendant un moment, j’étais sur le point de perdre la tête, mais j’avais regardé de près, et un anneau avec une pierre précieuse noire avait été placé à l’intérieur de la sphère. Je n’aurais jamais pensé que cette sphère soit une boîte.

« Tiens, voilà Chrono, » Liza m’avait tendu la sphère avec l’anneau dedans.

« Hein ? Pourquoi moi ? » demandai-je.

« Cet héritage est-ce que tu as trouvé, alors tu devrais l’avoir. Je n’arrivais pas à les trouver après avoir chercher encore et encore, mais que tu les trouvas à ta première tentative… Chrono, tu as la capacité de dominer le donjon d’un Roi-Démon ! » déclara Liza.

Et je tenais fermement pendant ce temps la sphère avec mes mains.

« Je suis tombé dans un piège et je suis tombé sur un héritage, c’est ça ? » demandai-je.

« Cette coïncidence est importante ! Personne n’a jamais été capable de faire ça avant. — Et Chrono. C’est la preuve que tu as conquis ce donjon. Ramène-le chez toi ! » déclara Liza.

« Oh mon Dieu, je comprends, » déclarai-je.

Voilà pourquoi…

Ma première exploration dans le donjon d’un Roi-Démon m’avait semblé plus fructueuse que prévu.

***

Chapitre 5 : La récompense est énorme

Ayant acquis l’héritage du premier donjon du Roi-Démon, j’étais de retour dans la salle de la classe super spéciale.

Quand je regardais l’anneau et la sphère à portée de main, j’avais pensé que c’était une bonne chose que j’aie pu les récolter lors de la première fouille du donjon.

« Chrono. Viens par ici. J’expliquerai le travail au retour d’un donjon, » déclara Liza.

Liza, qui était revenue avec moi, m’avait appelé du fond de la salle. Quand j’étais allé voir Liza en me demandant ce qu’elle allait faire, elle jouait avec un appareil mécanique placé sur le mur. C’était un appareil qui combinait des cristaux et des lentilles comportant un certain nombre de commutateurs, et Liza les poussait les uns après les autres.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

« Oh, c’est un appareil d’évaluation magique fait par l’un des précédents rois-démons. Il y a un piédestal ici. Si tu y mets l’héritage du Roi Démon acquis, il l’analysera et te fournira des données. Donc, l’utiliser pour vérifier la récolte, c’est ce que tu fais quand tu reviens du donjon, » déclara Liza.

Après avoir dit ça, Liza appuya sur l’interrupteur de l’appareil. Puis une lumière était apparue à l’endroit qu’elle avait décrit comme un piédestal sur lequel placer l’héritage.

« Eh bien, il peut être utilisé maintenant. Mets-les un par un, » déclara Liza.

« D’accord. Tout d’abord, la bague, » déclarai-je.

J’avais mis une bague avec la gemme noire sur le piédestal. Quelques secondes plus tard, la lumière du piédestal avait enveloppé l’anneau.

« Puis-je vérifier maintenant ? » demandai-je.

« Ouais, c’est vrai. Les résultats sont écrits sur le papier sortant du bas du côté de l’appareil, c’est donc une bonne idée de regarder, » déclara-t-elle.

Elle disait ça alors qu’une feuille de papier était sortie de la fente sous l’appareil. J’avais vu le papier, me demandant ce qui était écrit.

« Nom du produit : Bague du premier Roi-Démon Mystia. Classification : Équipements. »

En haut de la feuille, le nom et le type de l’article étaient écrits. Apparemment, c’était la bague du premier Roi-Démon. Cependant, il y a un problème qui y est écrit,

« Capacité spéciale : inconnue. Valeur : 500 000 pièces d’or. »

« Hmm, la capacité spéciale est inconnue, mais..., » déclarai-je.

Quand j’avais montré le papier à Liza en me demandant ce que c’était, elle avait aussi secoué la tête.

« Oh, c’est vrai. C’est rare, il y a un héritage que cette machine ne peut analyser. Les données de l’appareil sont-elles manquantes ? » demanda Liza.

« Est-ce qu’il le sait d’habitude ? » demandai-je.

« Oui, jusqu’à présent, tous les trésors jusqu’à la 49e génération sont dans la fourchette d’évaluation. Mais si c’est inconnu, on n’a qu’à le vérifier plus tard. Garde cette bague correctement, » déclara-t-elle.

Liza avait retiré l’anneau du piédestal et l’avait mis dans ma paume.

« Tu me la donnes ? » demandai-je.

« C’est vrai, c’est vrai. Fondamentalement, c’est le style des Dominateurs : les gens qui le trouvent le garderont, donc c’est bien de l’utiliser. Ou si tu n’en veux pas, il y a un entrepôt dans cette pièce pour que tu puisses les placer là, n’est-ce pas ? » déclara-t-elle.

« Non. Il n’y a pas de problème s’il n’y a qu’une seule bague, » répondis-je.

Je devrais le mettre sur mon doigt. Cette décoration n’était qu’un petit bijou qui n’interfère pas avec la vie quotidienne.

« Ouais, alors, Chrono, tu peux le garder. Ensuite, essayons d’identifier ta sphère, » déclara-t-elle.

« Oui, s’il te plaît, » déclarai-je.

Comme auparavant, j’avais posé le conteneur à anneaux sur le piédestal. Ensuite, il avait été englouti dans la lumière comme avant, et le papier était sorti par le fond de l’appareil.

« Nom du produit : Boîte en or et mithril de haute pureté. Type : Métaux précieux. Capacité spéciale : Aucune. Valeur : Un million vingt mille pièces d’or. »

Cette fois-ci, il s’agissait d’un papier rempli de données solides.

« Oui, c’est le résultat habituel. C’est toujours comme ça, et la capacité est clairement démontrée. Je pense que la bague était irrégulière, » déclara Liza.

« Oh, je comprends. Et, le montant de la cotisation est élevé pour cette boîte, » déclarai-je.

Dans la campagne, j’avais vécu une vie en étant en moitié en autosuffisance, alors je ne connais donc pas la valeur de l’argent, mais il s’avéra que ce montant était encore beaucoup d’argent.

« Oui, c’est une grande quantité. C’est de l’or pur et du Mithril. Je suis sûre qu’il y aurait beaucoup de valeur comme métal précieux, mais s’il y en a assez, je peux ajouter un ou deux professeurs à l’école, » déclara Liza.

En lisant le document alors que je parlais ainsi, j’avais constaté que les lettres avaient été ajoutées au bas du journal. « Voulez-vous le vendre ? oui/non »

« Hmm ? Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

« Oh, les données de cet appareil peuvent être envoyées à une maison marchande comme un magasin d’antiquités ou un magasin d’art. Si tu veux vendre quelque chose, tu peux le mettre aux enchères ici. Parce que c’est le but des Dominateurs, tu peux gagner de l’argent en fonction de ton choix, » déclara Liza, montrant du doigt l’interrupteur « oui/non » attaché à l’appareil.

« Comme seuls les commerçants enregistrés peuvent interagir avec nous, il n’y a aucune chance qu’il accepte une enchère avant de s’enfuir avec le butin, donc le taux de collecte est bon, » déclara Liza.

« Je vois... Alors, tu vas vendre ça ? » demandai-je.

« Chrono, c’est à toi de décider, » répondit-elle.

« Hein ? »

« J’ai dit que c’était le tien. Eh bien, je pense qu’il vaudrait mieux vendre les métaux précieux parce qu’ils ne sont pas utiles, mais... Je te laisse la décision ! Dans les deux cas, c’est très bien, » déclara Liza.

Avec un sourire, Liza s’éloigna de l’avant de l’interrupteur « oui/non ». Ça voudrait dire que je devrais appuyer sur l’un ou l’autre.

... Même si j’ai une boîte de métaux précieux, je ne peux rien en faire.

C’est la première fois, et mettons-le en vente pour un essai. Pensant ainsi, j’avais appuyé sur le bouton « oui ».

En ce moment, la luminosité de l’appareil était devenue plus forte.

« Wôw, c’est lumineux, mais est-ce bon ? » demandai-je.

« C’est très bien. Cela envoie juste des données aux commerçants maintenant, » répondit-elle.

Pour dire les choses simplement, je pense que cet évaluateur était un mécanisme étonnant... Pour pouvoir faire une telle chose, les Rois Démons précédents possédaient une grande technologie.

Lorsque je regardais l’équipement, une feuille de papier avait été éjectée par le bas de l’appareil. Ce qui était écrit était : « Le contrat de vente a été établi. »

« Oh, on dirait qu’il a été vendu, » déclara Liza.

« Eh, c’est vrai !? Quelques secondes après avoir appuyé Sur ? » m’écriai-je.

Mais que se passe-t-il lorsqu’une vente est faite ?

« Les articles vendus à partir de cet appareil sont populaires. En ce moment, l’article est évalué ou il est en vente. Certaines personnes ne peuvent pas attendre aussi longtemps et elles vont même fixer un prix assez rapidement. Quoi qu’il en soit, tout va se faire vite. Cette fois, ce sera une décision rapide, mais maintenant, les frais devrait déjà avoir été transférée à la banque sous la juridiction du Château du Roi Démon, » déclara Liza.

« Qu’est-ce que je peux dire ? C’est génial..., » déclarai-je.

« Non, Chrono c’est mieux. Tu as gagné 1,2 million de pièces d’or le premier jour ! C’est le record le plus rapide et le meilleur jamais enregistré ! » déclara Liza.

Liza m’avait dit de mettre la boîte que je venais de vendre sur l’étagère à côté de l’appareil.

C’est si rapide, et je n’en ai pas vraiment envie, mais c’est une bonne idée si vous faites des bénéfices. C’était ce que je pensais.

« Eh bien, oui. C’est pour toi, Chrono, » déclara Liza.

Elle m’avait mis sur la main un tas de billets qui semblaient être sortis de l’étagère.

« ... Hmm, c’est donc ça ? » demandai-je.

« Oui, donc c’est une quantité estimée à 1,2 million de pièces d’or. C’est une facture, mais elle est sortie de l’étagère, » déclara Liza.

« Hmm... n’y aura-t-il pas des frais de fonctionnement pour l’école ? » demandai-je.

N’était-ce pas le but de la classe super spéciale ? Liza avait secoué sa tête avec un sourire ironique quand elle avait entendu ça.

« Non, non. Les Dominateurs ne peuvent pas agir autrement qu’ainsi. Cette somme-là devient la base pour poursuivre ton propre profit. Cependant, tout le reste est transformé en dépenses d’exploitation de l’école et nous revient. C’est ainsi que cela fonctionne, » déclara Liza.

« Il y a des restes ? » demandai-je.

« Eh bien, oui. Le mode de vente est une vente aux enchères. D’habitude, je le vends plus du double du prix de l’évaluation en faisant en sorte que les commerçants se fassent concurrence et que la valeur soit augmentée. Cela peut plus que doubler le prix immédiat. Donc même si je donne la valeur d’expertise à la personne qui en est propriétaire, il n’y a aucun problème. Bien sûr, c’est un minimum garanti, et je donnerai plus à ceux qui en veulent plus, selon la négociation, » répondit-elle.

Je vois, est-ce que la passion du jeu est stimulée par le système de vente aux enchères ? C’est une façon plutôt intelligente de vendre.

« Donc ce 1,2 million de pièces d’or est à toi. Félicitations pour la première journée d’exploration, Chrono ! Ton pouvoir est beaucoup plus puissant que je ne l’espérais, et c’était amusant aujourd’hui ! » déclara Liza avec joie, en me serrant la main. J’avais eu beaucoup d’argent pour ma première fois dans une classe super spéciale.

***

Chapitre 6 : Avantages secrets des Dominateurs

À la fin de l’évaluation, après m’être renseigné sur la classe super spéciale, il était très tard.

« Maintenant, Chrono. C’est l’heure de dîner à la cafétéria, nous partons bientôt d’ici, » déclara Liza.

« C’est vrai. Mais, manges-tu aussi à la cafétéria, Liza ? » demandai-je.

« Ça, c’est quand j’ai le temps. Lorsque je suis trop occupée par mon travail, je me fais livrer à ma chambre moyennant un supplément, » répondit Liza.

« Tu utilises un service de livraison ? » demandai-je.

« Oui, c’est parce que les installations ici sont fondamentalement bon marché, alors un coût supplémentaire est donc demandé dans ces cas-là, » répondit Liza.

Même le Roi-Démon paie un supplément ? J’étais un peu surpris.

Eh bien, je pense que c’était correct vis-à-vis pour les Dominateurs, parce qu’ils travaillent en groupe dans une classe super spéciale pour gagner leurs propres dépenses de fonctionnement.

« Donc si tu es fatigué, Chrono, tu devrais aussi le demander. Ils livreront à l’entrée de ton donjon ou à l’endroit de ton choix, » déclara Liza.

« Le font-ils à l’entrée du donjon ? » demandai-je.

« C’est exact… Sais-tu comment retourner dans ton donjon, Chrono ? » demanda Liza.

« Oui, c’est écrit dans le livre de base, et j’ai été formé par le professeur Dante, » déclarai-je.

J’avais sorti un petit noyau de cristal de ma poche. C’était un enfant du noyau mère, et après la création du premier donjon, il était donné à tous les élèves. Il était rapide d’utiliser cet objet « petit noyau » pour accéder à son donjon.

« Si tu tiens ceci alors que tu veux aller dans ton donjon… bien, » déclara Liza.

Puis une porte noire translucide s’était formée devant moi. Elle semblait pouvoir atteindre mon donjon si je l’ouvrais complètement maintenant.

« Ouais, je peux l’utiliser assez bien pour former la porte. Si c’est le cas, c’est correct, » déclarai-je.

« Oui, il y a aussi une autre façon de transformer une porte ordinaire en porte reliée à ton donjon, mais tu ne peux pas encore l’utiliser. »

Ce n’était pas écrit dans mon livre d’éducation primaire, mais quand j’utiliserai après ça une livraison de repas, cela l’utilisait.

De toute façon, je savais comment entrer par là,

« … Je n’y suis jamais allé depuis que j’ai fait mon donjon, » déclarai-je.

J’avais vu une carte de mon donjon de 400 niveaux, mais c’était comme beaucoup de grandes boîtes. Où dois-je aller quand j’entre dans le donjon ? Je ne savais pas à quoi m’attendre.

« Oh… oui. Quand tu as fait le donjon, c’était un tas de pièces. Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas d’équipement dans les pièces du donjon, non ? » demanda Liza.

« Je me demande si ça va devenir une telle chose, » répondis-je.

Par rapport à l’état initial du donjon, j’avais appris dans le cours qu’il n’y a presque pas de meubles et d’objets. En d’autres termes, même si c’est un endroit où vivre à partir de maintenant, il n’y aura plus de lit dans mon donjon.

… Je pourrais utiliser l’argent gagné aujourd’hui pour acheter des meubles.

Mais lorsque j’avais regardé l’horloge, j’avais vu qu’il faisait déjà nuit.

« Si je vais dans un magasin du château, est-ce ouvert maintenant ? » demandai-je.

« Peut-être. C’est probablement que les bars ou les auberges qui sont ouverts maintenant, » répondit Liza.

« Non. Cela ne va pas m’aider. Si je ne veux pas être attaqué par une bête, par le vent ou la pluie, je serai plus en sécurité dans mon donjon bien plus que dans un camp à la campagne, » déclarai-je.

Aujourd’hui, je me doutais bien que je serais allongé dans le donjon, sur le sol.

« C’est vraiment effrayant dans ta campagne, Chrono, mais c’est très bien maintenant. Même à partir de maintenant, le cadre de vie peut être aménagé dans une certaine mesure, » déclara Liza.

« Hein ? Qu’est-ce que ça veut dire ? » demandai-je.

« Il y a un entrepôt pour ce genre de temps, » répondit Liza.

Liza se dirigea vers une porte en bois à côté de la porte du donjon. Quand elle l’avait ouverte, il y avait un espace avec une énorme étagère à l’intérieur.

C’était un vaste espace que l’on ne pouvait pas attendre de l’extérieur. Je me demande si c’est aussi une sorte de donjon…

« Hmmmm… j’aurais sûrement dû le mettre ici — oups ! » s’exclama Liza.

Liza était revenue d’une énorme étagère avec quelque chose comme un grand matelas blanc.

« Oui. Prends ça ! » déclara Liza.

Et elle me l’avait remis. Cela ressemble à un matelas normal, mais…

« C’est l’héritage d’un Roi-Démon qui était dans l’entrepôt de cette pièce, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oui, c’est les objets venant des précédents rois-démons. C’est correct de prendre quelque chose dans le donjon, mais à ce moment-là, si cela ne vaut pas suffisamment pour le vendre, ou si tu ne veux pas le vendre, alors je place les choses ici et je m’occupe de la gestion. — alors je te donne ce matelas, Chrono, » déclara Liza.

« Hmm, est-ce d’accord ? » demandai-je.

Cela devait quand même valoir quelque chose… Je me demandais si je pouvais le ramener chez moi.

« Je ne veux vraiment pas le sortir de cette pièce, du donjon du Roi-Démon ou de ma chambre. Mais aujourd’hui, c’est une exception parce que je te suis redevable, Chrono, » répondit Liza.

Quand elle l’avait dit, Liza avait fait un petit sourire avec son index sur la bouche.

« Alors, est-ce que cela va rester un secret seulement entre toi et moi ? » demanda-t-elle.

Bien qu’elle soit le Roi-Démon, elle faisait des gestes très mignons. Dans cet état, j’avais hoché la tête tout en gardant mon visage sérieux.

« Je comprends. Mais s’il y a quelqu’un qui contrôle, j’ai l’impression que je vais être découvert, » déclarai-je.

« Ah, ce n’est pas grave. Si je l’utilise, il n’y aura aucun problème, » déclara Liza.

Ce Roi-Démon est vraiment désinvolte.

Mais j’étais sûr que j’aurais des ennuis parce que je n’avais pas de meubles.

« Alors, merci beaucoup, » déclarai-je.

« Oui, je te garantis le confort. Le matelas a été développé par le Dixième Roi Démon. C’est le “Lit de la Guérison”. Il a le pouvoir de faire bien dormir et la capacité spéciale de doubler l’effet de récupération en dormant, » expliqua Liza.

« Par cette explication, ça semble être une chose étonnante, » répondis-je.

« En fait, c’est incroyable. Mais, eh bien, tout le monde ici a son propre lit, donc je ne l’ai jamais utilisé. Je l’ai placé là pour faire une sieste si j’avais le temps, » déclara Liza.

Liza regarda les objets sur l’étagère, l’héritage des rois-démons qui avaient été placés autour d’elle.

« En dehors de cela, il y a beaucoup de choses superbes. Mais je ne veux pas les laisser pourrir dans le donjon des précédents rois-démons, mais ils ont après tout fini ici. J’ai toujours pensé que c’était trop…, » commença Liza.

Alors qu’elle disait ça, Liza était venue me voir avec un sourire espiègle

« Oui. Car je serai un hôte magnifique, Chrono, prend quelque chose que tu pourras utiliser correctement ! » déclara Liza.

Liza étendit ces bras bien ouverts face aux articles sur les étagères.

« J’ai l’impression que tu agis sur un coup de tête, mais est-ce vraiment correct ? » demandai-je.

« Il n’y a pas de problème parce que je suis le Roi-Démon. Et c’est mieux pour un objet d’être utilisé, » déclara Liza.

Si Liza disait que c’était comme ça, je m’en tiendrais à ses paroles. Mais il semblait difficile à transporter.

« Je pense que c’est déjà correct, parce que le matelas seul est grand et encombrant, » déclarai-je.

« Es-tu sûr ? Mais pourquoi ne les lances-tu pas dans ton donjon directement ? En utilisant la porte précédente, comme la demeure du Roi-Démon est solide, je pense qu’il est correct de faire une petite porte en utilisant le petit noyau et de la mettre en place sur l’objet, » répondit Liza.

Je vois. Le donjon a-t-il aussi un tel usage ?

Je pouvais certainement faire une porte si j’y pensais, et je pouvais le faire à la place d’une boîte à objets. Je ne savais pas si je pouvais le placer directement dedans, mais cela serait facile si j’imaginais qu’il allait dedans.

« Ton donjon a 400 niveaux, donc il ne sera pas trop rempli par ça. Je pense qu’il peut être utilisé comme entrepôt, » déclara Liza.

« Eh bien… Eh bien, je vais mettre l’héritage du Roi-Démon tout de suite. Liza, peux-tu me dire quelque chose qui peut servir d’objet de tous les jours ? » demandai-je.

« Ouais, cela ne me dérange pas du tout. J’en ai de plus en plus. C’est vraiment super que tu sois venu chez les Dominateurs, Chrono ! » déclara Liza.

Tout en écoutant Liza ayant un tel sentiment. J’avais pris dans mon donjon une partie de l’héritage des Rois-Démons.

***

Chapitre 7 : Du côté des professeurs, le deuxième jour d’agacement

Ce matin-là, Liza était assise à son bureau avec Dante et d’autres professeurs pour préparer les sujets pour les cours. C’était un travail de routine, mais elle était de très bonne humeur aujourd’hui.

« Oui, c’était intéressant hier, professeur Dante. C’était très excitant parce que Chrono est venu, » déclara Liza.

« Je commence à avoir mal à l’estomac à cause de la stimulation. C’était vraiment trop excitant…, » déclara Dante.

Dante était en train d’écrire sur un document en frottant l’abdomen. Liza avait souri à la situation.

« Professeur Dante, es-tu aussi responsable de la classe avancée aujourd’hui ? » demanda Liza.

« Oui, c’est un cours de base aujourd’hui. Jusqu’à ce que ce soit fini, il fera partie de la classe avancée, » répondit Dante.

À partir de demain, quand ce sera fini, le professeur Dante pourra s’occuper de son cours préféré. Les activités de la classe avancée allaient ensuite passer à une phase de pratiques.

« Vous avez vraiment fait beaucoup de choses avec Chrono, mais vous devriez y réfléchir, » déclara Dante.

« Oui, je suis désolée de l’avoir emmené dès le premier jour, » déclara Liza.

Hier, on lui avait soudainement demandé de s’enfoncer dans le donjon, mais en gros, cela se ferait après avoir terminé le cours de base.

Ce serait correct s’il avait le pouvoir comme il l’avait fait depuis le début, mais Liza pensait qu’il aurait dû faire quelques pas de plus.

« Eh bien, Professeur Dante. En parlant de donjon, c’est aujourd’hui le cours sur “Combattons dans un Donjon”, mais est-ce que ça va aller ? » demanda Liza.

Dès que les paroles de Liza s’étaient fait entendre, les mouvements de Dante s’étaient arrêtés. Et il tourna lentement son visage.

« … J’ai un peu peur, mais je vais l’ajuster, donc je pense que c’est bon. Je vais au moins essayer de ne pas tester sa puissance dans les batailles entre personnes, » déclara Dante.

« Parce qu’il s’agit d’un cours de base, alors mets d’abord l’accent sur la sécurité, » déclara Liza.

Chrono avait abaissé le niveau du plafond dès le premier jour, sa capacité physique était également assez étrange. Ce sera difficile si vous n’y pensez pas.

« Je le planifie soigneusement. J’ai aussi examiné la vraie nature de son pouvoir et j’en ai découvert un peu plus, » déclara Dante.

« Hmm ? Vraiment ? » demanda Liza.

« Nous enquêtons toujours sur les détails, mais il y a une zone forestière dans le nord que le premier Roi Démon était censé avoir visité pour s’entraîner il y a longtemps, » déclara Dante.

« Hehe, il y a un tel endroit, » déclara Liza.

Il n’était pas rare que le Roi Démon se consacre à l’entraînement. Pour faire un immense donjon comme le Château du Diable, il fallait une discipline appropriée.

« La construction du donjon nécessite la magie des démons et la force de l’âme, » déclara Dante.

« Oui, le premier Roi Démon a inventé le “Noyau Mère”, ce qui l’a rendu beaucoup plus facile, mais les bases n’ont pas changé, » déclara Liza.

« Contrôlez l’espace existant et tordez-le comme vous le souhaitez pour créer l’environnement que vous voulez. » C’était ainsi que fonctionnaient les donjons de démon.

Et pour contrôler l’espace, vous aviez besoin de force physique, de puissance mentale et du pouvoir magique de l’âme. Par conséquent, il y avait eu beaucoup de rois-démons qui s’entraînaient pour créer les donjons qu’ils voulaient.

Bien que Liza n’ait pas d’expérience dans ce genre de formation, elle avait entendu les histoires de ses prédécesseurs.

« Je vois. Y a-t-il un village près du terrain d’entraînement ? » demanda Liza.

« Probablement, bien que cela n’ait pas encore été confirmé. Nous avons envoyé des enquêteurs, » déclara Dante.

« Professeur Dante, tu es rapide. Tu l’as déjà vérifié, » déclara Liza.

« Nous avions besoin de cette information pour faire des ajustements, » déclara Dante.

« Oui, j’aime la rapidité dans le travail, » déclara Liza.

Après cela, Liza était revenue à un regard un peu plus sérieux.

« Il est préférable d’obtenir la permission de la personne en question lorsque vous creusez trop profondément, car sinon, cela pourrait être un problème, » déclara Liza.

Les enfants de l’aristocratie et de la famille royale entraient également dans cette école. Dans de rares cas, il y avait aussi des enfants cachés. Il était bon de rester modéré lorsque l’on approfondissait les circonstances des individus. Vous devriez obtenir la permission de le faire. La première étape consistait à créer un endroit où les élèves peuvent apprendre et grandir confortablement.

Dante semblait être d’accord avec l’idée,

« Oui, je vais le faire à partir de maintenant, » déclara Dante.

« Oui, c’est très bien. Je ne sais pas ce qui va se passer aujourd’hui, mais j’ai hâte d’y être, » déclara Liza.

« … Je veux appréhender le destin du diable, mais je me réjouis également de l’avenir de Chrono, » déclara Dante.

Liza et Dante avaient continué à organiser le matériel pour les cours et avaient fini par quitter la salle pour aller retrouver les étudiants qui venaient en classe.

***

Chapitre 8 : Le pouvoir auquel je suis habitué et le pouvoir auquel je ne suis pas habitué

Le matin.

Je m’étais réveillé dans le donjon avec un matelas posé dans un vaste espace, et après avoir déjeuné dans la cafétéria du château du Roi Démon, j’avais ouvert la porte de la classe spéciale à l’heure du début du cours.

Oh, la forme a un peu changé. L’intérieur était une pièce en pierre, comme vous pouviez vous y attendre, mais il n’y avait pas de piliers. C’était une grande pièce carrée en pierre.

Et, déjà dans la salle, Dante et les membres de la classe spéciale s’étaient réunis.

« Bonjour, Monsieur Chrono. Je vais commencer à donner le cours, alors venez ici, » déclara Dante.

« Oh, je comprends, » déclarai-je.

Dante m’avait dit ça, et j’avais marché vers l’arrière des membres de la classe qui se tenaient en groupes. Puis, Sophia s’était approchée de moi et avait hoché la tête.

« Bonjour, Monsieur Chrono. C’était juste à temps, » déclara Sophia.

« J’errais dans le château et j’ai perdu du temps, » répondis-je.

Le château du Roi Démon était large. J’avais donc regardé autour de moi après avoir passé la matinée à m’occuper de mes affaires quotidiennes.

Dans le château, il y avait une boutique pour laver les vêtements, un grand bain public qui pouvait être utilisé à tout moment, et une bibliothèque avec de nombreux livres.

« Même si tu ne vas pas en ville, tu auras tout ce dont tu as besoin, » déclara-t-elle.

« Oui, c’est génial, à l’intérieur de ce château, » déclarai-je.

Il est vrai que si vous créez un tel environnement, le coût serait considérable, alors je m’étais souvenu des activités de la classe super spéciale.

« Maintenant, je veux que vous fassiez attention. Aujourd’hui, je vais vous donner un cours sur le combat dans un donjon, » déclara Dante.

Le cours du professeur Dante avait commencé.

« À l’origine, ce cours de combat se faisait en se battant à l’intérieur du donjon, mais… cette fois, cela a été jugé dangereux à bien des égards. En conséquence, vous allez vous battre contre des monstres que je vais créer pour vous, » déclara Dante.

Après qu’il ait dit ça, tout le monde dans la classe m’avait regardé en même temps.

Allez, je ne vais pas causer d’effusions de sang, de bagarres ou d’incidents dangereux. Il n’y a aucune raison de me regarder comme ça. Qu’est-ce qu’il se passe ?

« Monsieur Chrono, ta puissance est devenue célèbre depuis hier, » déclara Sophia.

« Je ne me souviens pas avoir essayé d’être célèbre…, » répondis-je.

« On se tait. Le cours cherche à être très différent d’une bataille interpersonnelle, donc ce n’est pas grave… Donc, à partir de maintenant, je vais créer un monstre. Je pense que ce sera un bon échantillon. Les démons peuvent utiliser une partie du donjon comme matériau pour créer un être vivant. » Le professeur Dante avait dit cela et il avait touché le sol en nous regardant. Et…

« Allez, venez ! Loup géant. “Invocation du Loup du Donjon”. »

Dès qu’il marmonna cela, le sol devint rouge. Et ce qui paraissait surgir du sol, c’était un grand loup aux poils blancs.

« Oh… »

La longueur totale dépassait les trois mètres. Les membres du groupe avaient exprimé leur admiration.

« À partir de matériaux de donjon, nous créons des êtres vivants. C’est ce qu’on appelle la technologie de formation des monstres. Parfois, on appelle cela l’invocation, ou de la magie d’invocation, mais aujourd’hui, je vais m’en tenir là. Commençons le cours sur les batailles, » déclara Dante.

Dante posa sa main sur le corps du loup et me regarda avec des yeux sérieux.

« Hier, c’était un pilier, mais aujourd’hui, c’est une cible mouvante. Le bureau médical est ouvert, donc vous pouvez vous y retrouver. Donnez-lui un coup et abattez donc ce loup. Bien sûr, ça n’a pas d’importance si vous le battez, » déclara Dante.

Ses yeux étaient ensanglantés et son souffle était rugueux. Il semblerait être pleinement motivé.

« Hé, Cody de la race des dragons. Allez-y ! » déclara Dante.

« Compris, c’est moi ! »

En réponse aux paroles de Dante, un homme-dragon venait devant. Et il avait couru vers le loup en levant le poing. Mais…

« Nuh... goh ! »

Dès qu’il était entré dans la zone proche du loup, la patte avant du loup avait attaqué le corps du dragon. Cody avait été frappé durement et il s’était écrasé contre le mur.

« Allez… »

Cependant, c’était un homme dragon très puissant. Même s’il avait fait une bosse dans le mur, il semblerait être capable de faire face à la douleur, et il s’était immédiatement remis debout.

« Il sera difficile de percer avec votre seule force. Alors, utilisez le pouvoir de contrôler le donjon. Les démons peuvent tout utiliser dans les donjons. La racine du pouvoir, appelée magie, est là, » déclara Dante.

« Bien ! »

En réponse aux paroles du professeur Dante, l’homme-dragon avait à nouveau couru vers le loup. Bien sûr, le loup avait aussi attaqué. Mais cette fois, l’homme-dragon s’était éloigné de là.

« — Pierre, accroche-toi à mon poing ! “Manteau de pierre” ! »

Dès qu’il avait terminé le chant magique, de la roche du donjon s’était accrochée à son poing. L’homme-dragon fit rencontrer l’avant-pied du loup avec un poing en armure de pierre. Le résultat…

« Guh… ! »

L’homme-dragon avait été de nouveau projeté, mais il avait repoussé son avant-pied. Peut-être à cause d’un choc avec le poing de pierre, la patte du loup était légèrement coupé et il saignait.

« C’est une touche réussie, Cody. C’est un bon choix de s’armer de cette façon. »

« Hmm… »

L’homme-dragon battu se leva et revint ici. Ça saigne, mais est-ce que ça va ?

« Allez, la suivante est Sophia-kun. » Sophia fut appelée ensuite et tourna les yeux vers Dante.

« Oh, Professeur Dante. Le loup est blessé, puis-je quand même l’attaquer ? » demanda Sophia.

« Hmm, il semble que vous soyez très aimable en vous inquiétant pour les monstres. C’est une bonne chose, mais ne vous inquiétez pas. Regardez, » déclara Dante.,

Si vous suivez la ligne de visée de Dante et regardiez la patte du loup, la zone qui saignait avait déjà récupéré. Il n’y avait même pas une goutte de sang.

« Hm… est-il en train de se soigner ? » demanda Sophia.

« Les monstres dans les donjons ont parfois de si puissantes capacités de restauration. Par exemple, ce loup se rétablit en quelques minutes même si son pied est arraché. Alors, ne vous inquiétez pas, » déclara Dante.

« Je comprends, » déclara Sophia.

« Alors, continuons le cours ! » déclara Dante.

C’est vrai, tout le monde dans la classe frappa l’un après l’autre. Il fallait dire que les élèves de la classe préparatoire spéciale utilisaient tous bien le pouvoir du donjon. Ils avaient fait beaucoup de choses, comme tirer des projectiles d’air comprimé, fabriquer des lances de pierre à partir du sol… Cela serait utile. Mais…

Ils étaient généralement renvoyés, mordus ou piétinés par les membres du loup. Ils semblent être sous pression, et il y avait peu d’effusions de sang, mais ça avait l’air assez grave.

La décision qu’ils avaient prise avait été un succès, mais tout le monde avait été brisé.

« Ha, ha, ha, ha ! »

D’un autre côté, le loup était encore plein d’énergie, et la classe était époustouflée par ça. J’avais l’impression que la vitesse, le tonus et la puissance augmentaient. La rumeur selon laquelle la classe spéciale était difficile était vraie, et j’avais regardé cela en y réfléchissant.

« Enfin, M. Chrono ! »

Mon tour est aussi venu.

Cela fait longtemps que je n’avais pas vécu à la campagne alors je pensais à ces choses émouvantes. J’avais avancé en y réfléchissant.

Pour l’instant, je dois juste essayer.

Je m’inquiète de ce que je dois faire. Honnêtement, je ne suis pas doué pour ce genre de bataille.

De plus, la puissance et la magie pour contrôler le donjon sont difficiles à gérer parce que je n’y suis pas habitué. Hier, j’ai essayé diverses choses dans mon donjon, mais je ne suis pas content.

Je pense que je devrais utiliser la force à laquelle je ne suis pas habitué parce que c’est une classe, mais je déteste l’échec et être frappé par le loup. Je n’aime pas la douleur, peu importe à quel point on me traite, et je ne veux pas être comme mes camarades de classe qui gémissent derrière moi.

Je vais essayer la méthode habituelle ici, car j’expérimenterai le pouvoir de contrôler le donjon une autre fois. C’est bon un coup, donc ça devrait être bon. En pensant ainsi, je m’étais dirigé vers le loup.

« — ! »

Le loup avait observé mes mouvements et avait sauté par ici. Il avait montré ses crocs et avait essayé de me mordre. Alors…

« Et ho… ! »

J’avais attrapé la tête du loup et j’avais sauté avant d’être mordu. J’avais tourné autour du cou du loup et j’étais monté sur son dos.

Bien sûr, je savais qu’il allait se déchaîner et qu’il allait essayer de me jeter loin de là.

« Bon ! Calme-toi… ! »

Je l’avais pris dans mes bras et je l’avais étranglé autant que j’avais pu. Le cou était solide, mais mes bras tenaient bon. Et…

« … »

Les yeux du loup étaient devenus blancs et il avait été abattu. J’étais un peu abasourdi.

« Eh bien, c’était une bonne chose que le plan contre les chiens sauvages ait été élaboré, » déclarai-je.

Quand j’étais descendu du dos du loup en caressant ma poitrine, le professeur Dante s’était précipité vers moi.

« Qu’est-ce que vous venez de faire, M. Chrono ? » demanda Dante.

« Je l’ai étranglé. C’était sanglant et réaliste, alors j’ai essayé ce que j’ai souvent fait aux chiens sauvages à la campagne, mais ça s’est bien passé, et c’est une bonne chose, » déclarai-je.

« Eh bien, c’était un mouvement merveilleux. Je ne pensais pas que vous pourriez passer sans utiliser le contrôle du donjon…, » déclara Dante.

« Non, c’est juste une coïncidence, » déclarai-je.

S’il y avait un pouls, ou s’il respirait, je devais faire une fosse dans le sol et l’y enfoncer dedans ou la prendre en sandwich avec un mur. Ou peut-être que je devais faire un bâton et que je lui cogne le nez.

Le cou du loup était trop petit. La seule chose que je pouvais faire était de l’étrangler. C’était de la chance.

Entraînons-nous à contrôler le donjon.

Quand j’étais retourné à mes camarades de classe en pensant ainsi…

« Hey. Bon retour parmi nous, Chrono. »

« Eh bien, je suis vraiment contente que ce ne soit pas un match. »

Tout le monde avait le même point de vue. Je ne savais pas pourquoi j’étais le seul à pouvoir regarder comme ça.

Sophia s’était précipitée vers moi avec de la sueur sur la joue pendant que j’inclinais ma tête pour voir si ça allait être un petit problème.

« Eh bien, Monsieur Chrono, tu as pu t’en sortir à mains nues… N’est-ce pas effrayant de monter sur une telle chose ? » demanda Sophia.

« Oh, eh bien, parce que j’ai dû faire face à des chiens sauvages dans la campagne à plusieurs reprises. Je peux m’en occuper jusqu’à un certain point, » déclarai-je.

« Eh bien, je pense que les chiens sauvages ne sont généralement pas si gros, » répondit Sophia.

« Euh ? Je pense qu’ils sont bien plus gros que ça, » déclarai-je.

« C’est comme si la perception de ce qu’est un chien sauvage est fausse…, » déclara Sophia.

Après ça, j’avais appris à fabriquer des pièges et des monstres dans un donjon lors du cours de la classe préparatoire.

***

Chapitre 9 : La princesse, camarade de classe

Après le cours du matin, j’avais déjeuné au restaurant du château.

« Je suis content que le déjeuner soit bon marché, » déclarai-je.

Il y a beaucoup d’articles et de menus. Merci de pouvoir vivre dans cet environnement facile pendant un an.

… Les sièges étaient également spacieux.

Les tables de la cafétéria étaient bien remplies, mais il y avait des places vides autour de moi. Les camarades de classe me disaient un mot ou deux, mais ils allaient tous à un autre siège que ceux à côté de moi.

Je pensais que c’était une sorte de concept en me laissant jouer seul, et alors que j’avais fini de manger et de boire du thé.

« Monsieur Chrono, est-ce correct de m’asseoir à côté de toi ? »

Sophia arriva. Elle semblait aussi déjeuner et avait un plateau avec des sandwichs dessus.

« Tu peux t’asseoir à côté de moi. »

« Huh, c’est sympa, » déclara-t-elle avant de s’asseoir à côté de moi.

À ce moment-là, j’avais réalisé que les vêtements qu’elle portait étaient différents de ceux que j’avais vus plus tôt. C’était une robe avec une grande exposition pendant le cours, mais maintenant elle portait des manches longues avec des volants duveteux.

« Oh, tu t’es changée, vas-tu quelque part ? » demandai-je.

« Oui, je vais aller pendant un petit moment en ville. C’est le deuxième jour depuis mon arrivée ici, et je pensais acheter quelques petits articles comme de la literie, » déclara-t-elle.

« Oui, literie…, » déclarai-je.

Quand je pensais à hier où j’avais oublié d’en acheter, j’avais bâillé involontairement.

« … Fu-aaaaa… »

« On dirait que tu es fatigué, Monsieur Chrono, » déclara-t-elle.

« Oh, non, ce n’est rien de spécial. J’ai mal dormi hier, » déclarai-je.

« Vraiment ? Pourquoi est-ce que c’est comme ça ? » demanda-t-elle.

Sophia avait le visage légèrement pincé, mais elle n’avait pas sommeil. Le matelas du Roi-Démon était confortable pour dormir. C’était bien…

… L’oreiller n’était qu’un tissu roulé qui était bien trop dur. À cause de cela, mon cou me faisait mal. Il semblerait que la somnolence due au manque de sommeil ne puisse être évitée, même si la résilience au moment du sommeil était doublée.

« C’est lourd du cou à l’épaule, » déclarai-je.

Pendant que je parlais, j’avais essayé de m’affaler sur la table.

« Fufu, si tu dors ici, ton cou sera encore plus avec des crampes. Sans un coussin comme celui-ci, cela n’ira pas, » déclara-t-elle.

Sophia avait mis sa main entre ma tête et la table avec un mouvement détendu. Ma tête était sur son poignet. Alors qu’elle le faisait, son corps se rapprochera inévitablement de moi…

« … Eh, qu’est-ce que tu fais ? » demandai-je.

« Non, merci de m’avoir montré quelque chose d’incroyable lors du cours précédent, » déclara Sophia.

« Je ne me souviens pas avoir montré quoi que ce soit, » déclarai-je.

« Ne t’inquiète pas pour ça. Si tu penses que tu me dois quelque chose, rends-le-moi, parce que c’est la devise de ma famille, de mon clan. Je le fais parce que j’ai envie de le faire, » déclara Sophia.

« Oh, c’est très bien, » déclarai-je.

Alors que je dormais dans cet état, les vêtements sur ses bras touchaient ma joue et cela faisait du bien. J’avais tellement réfléchi à tout cela et j’avais réalisé que…

« … Sophia, tes vêtements sont si doux et moelleux, » murmurai-je.

Ils étaient plus élastiques et plus agréables à porter que les plumes et le coton.

« Oh, merci pour le compliment. Je pense que mon tailleur sera aussi heureux, » déclara-t-elle.

« Qu’est-ce que c’est que ce genre de matériel ? » demandai-je.

« Fufu, c’est un secret commercial de vampire. Je dirai juste que c’est une pièce décontractée faite de tissu remise aux nobles, » déclara Sophia.

J’avais soudain entendu un fait choquant et j’étais devenu raide. Je m’étais forcé à bouger la tête.

« Wang, noble… Sophia, es-tu une princesse… ? » quand j’avais regardé Sophia et que j’avais demandé cela, elle avait hoché la tête comme prévu.

« Vraiment ? » Il n’est pas rare pour les gens de classe spéciale d’être de telles personnes.

C’était ce qu’on m’avait dit.

Cela dit, il y avait beaucoup d’individus de classe spéciale, comme des membres de la royauté et de la noblesse, qui étaient forts en termes de capacités et de pouvoir.

« Ne t’inquiète pas. Je m’en fiche, » déclara Sophia en souriant. Cela m’aide beaucoup.

L’oreiller du bras de la princesse pourrait être de mauvais goût s’il était vu d’un point de vue extérieur. Mais, inévitablement, c’était déjà fait, alors allons-y comme c’est.

« Quoi qu’il en soit, pour en revenir à l’histoire, ces vêtements sont remplis de différentes techniques vampires, » déclara-t-elle.

« Vraiment ? Ça fait du bien. Je veux faire un oreiller, » déclarai-je.

Ce serait plus confortable si je pouvais dormir avec ce contact comme oreiller. J’avais dit cela en y pensant.

« Huh, je suis honorée que tu dises ça. Alors, veux-tu y toucher un peu plus ? » demanda Sophia.

« Ouaip ? » répondis-je.

Elle s’était appuyée contre mon corps en s’approchant de mes vêtements. Pour le dire franchement, elle m’avait enlacé.

« C’est… n’est-ce pas trop audacieux ? Non, je suis heureux. Je croyais que l’oreiller était une blague, » déclarai-je.

En regardant le visage de Sophia, son visage était aussi taché de rouge.

« Non, non, non, je ne vais pas le faire jusque-là… Je suis désolée ! Je me retire maintenant ! » déclara Sophia.

Sophia annonça une telle réaction, mais elle n’était pas partie.

« Oh, ah ? Je ne peux pas m’enfuir d’une façon ou d’une autre… ! Mon corps ne bouge pas ! » déclara Sophia.

« Quoi ? » demandai-je.

Je m’étais levé. Qu’est-ce que tu dis ? Mais elle m’enlace encore.

« Euh, Sophia… ? » demandai-je.

« Désolée, je suis désolée, » déclara Sophia.

Sophia secoua la tête avec un visage rouge. Qu’est-ce qui se passe ? J’avais regardé autour de moi et j’avais découvert que le corps de Sophia avait une chaîne noire semi-transparente qui s’accrochait à elle.

Est-elle en train de subir une sorte d’attaque magique ? Mais pourquoi nous attaquer ? Je ne sais pas pourquoi, et je suis confus.

« Hein ? Chrono, qu’est-ce que tu fais ? » demanda Liza.

« Liza ? » demandai-je.

Le Roi Démon était passé par là. C’était tout à fait le bon moment. Elle devrait être capable de dire si nous étions attaqués par de la magie. C’est ce que je pensais et j’avais essayé d’écouter. Mais plus tôt que ça,

« Chrono semble avoir un contrat d’esclave avec cette fille, mais est-ce votre réelle relation ? » déclara Liza, la tête inclinée.

« Quoi ? » demandai-je.

« Non, cette chaîne noire attachée à cette enfant est la chaîne du contrat, non ? Elle contrôle l’âme de l’autre, l’asservit et le fait obéir aux ordres. Chrono, tu sembles être l’entrepreneur qui contrôle le mouvement, mais tu ne l’as pas fait, n’est-ce pas ? » demanda Liza, montrant la chaîne de Sophia du doigt.

« Je n’en ai aucun souvenir, » déclarai-je

« Vraiment ? » demanda Liza.

« Oui. Mais pour résumer la situation actuelle… Sophia est-elle devenue mon esclave ? » demandai-je.

Liza répondit à la question sur un ton léger. « Après tout, Chrono, tu es doué pour tout assembler. C’est vrai — à l’aide de la magie, cette enfant est devenue l’esclave de Chrono. »

Dès le deuxième jour après l’entrée dans le château du Roi démon, j’avais fait d’une camarade de classe, une princesse-vampire, mon esclave.

***

Chapitre 10 : Les règles de l’âme

Liza nous avait emmenés dans la salle de réception habituelle,

« Je vais aller vérifier. Pendant ce temps, vous pouvez prendre une tasse de thé là-bas. »

Cela dit, j’avais dû attendre dans la pièce. Liza elle-même était sortie de la salle et nous avions parlé.

« Pourquoi cela s’est-il produit… ? »

« C’est tellement… »

Sophia, qui avait été libérée de son câlin, buvait du thé avec un visage rouge à côté de moi. Nous avions pu en finir en raison de mon ordre de « s’arrêter ». Quand le mot était sorti, la chaîne noire qui la liait s’était détachée. De ce fait, j’avais réalisé qu’elle était vraiment contrôlée par mes ordres.

… Je n’ai pas connaissance d’une telle magie. Quelle en est la cause ?

J’y réfléchissais en buvant du thé. Quelques minutes pour le faire.

Et puis le professeur Dante avec son visage pâle était venu et avait dit… « Je suis vraiment désolé pour ça ! »

Soudain, il s’agenouillait sur le sol.

« Ah… qu’est-ce que vous faites ? » demandai-je.

« Cette fois, Sophia a été asservie par Chrono en raison d’un problème et c’est sûrement une erreur du système. C’est pour ça que je me suis excusé. »

« L’asservissement est-il dû à une erreur du système ? » demandai-je.

Je ne sais pas ce que ça veut dire.

Beaucoup de choses n’avaient pas de sens après mon arrivée au château du diable, alors j’avais décidé de demander une explication comme d’habitude. « S’il vous plaît, expliquez-nous à partir de zéro. Pour Sophia et moi, cela devrait aller. »

« S’il vous plaît ! » demanda Sophia.

Sophia et moi avions regardé le professeur Dante. Puis il s’était lentement mis à parler.

« Vous devez savoir pour le noyau mère, n’est-ce pas ? C’était la première invention du Seigneur-Démon, et elle a pour fonction de déposer une partie de votre âme et de votre pouvoir, et de les convertir en donjon. »

« Hey, vraiment ? » demandai-je.

Je n’en avais conscience que comme objet d’essai pour faire des donjons, mais est-ce qu’il fonctionnait selon un tel mécanisme ?

« L’important, c’est que vous confiiez votre âme, M. Chrono. Sophia, vous avez déjà touché le noyau mère. Vous vous en souvenez, n’est-ce pas ? » demanda Dante.

« Oui, eh bien. Je me souviens d’avoir fait un donjon à dix niveaux, » répondit Sophia.

« C’est pourquoi l’âme de Sophia a été confiée au noyau mère à ce moment-là. Et puis… juste après ça, M. Chrono, vous avez pris le contrôle de tout ce noyau mère. L’âme confiée à Sophia. Tout, » expliqua Dante.

Oh, l’instant est devenu légèrement menaçant.

« Les liens de l’âme sont les mêmes que les liens de contrôle qui a lieu dans la magie de l’esclavage, car elles lient une partie de l’âme avec la puissance du Seigneur-Démon. Le résultat est maintenant votre lien, » déclara Dante.

« En d’autres termes, cet état d’esclavage n’est pas une chose qui a commencé maintenant, il avait été déterminé dès le moment où nous avons fait le donjon. Est-ce ça, Professeur Dante ? » demandai-je.

Face à ma question, Dante hocha la tête doucement. « Tout a commencé par un problème avec notre système. Même si c’était sans précédent qu’un seul noyau mère soit gouverné et lié à une personne comme ça. Je suis vraiment désolé. Je m’excuse auprès de vous deux, » déclara Dante.

Dante s’inclina alors qu’il se cognait la tête sur le bureau.

… Il n’y a aucune chance que ce soit la cause de ma connexion… !

Cela a dépassé les attentes. Je veux dire, je ne m’y attendais pas.

« Ah… Sophia. Je veux dire, désolé, » déclarai-je.

J’avais senti que je devais m’excuser d’une façon ou d’une autre, alors j’avais décidé de garder la tête basse et de faire comme faisait le professeur Dante.

« Non, c’est bien. S’il vous plaît, levez les yeux ! C’était vraiment un accident. Chrono et vous, professeur Dante, vous n’êtes pas de mauvaise personne ! » déclara Sophia.

« Oui, Chrono. Vous n’avez pas besoin de vous excuser ! Votre pouvoir est incroyable et il n’y a rien de mal. Tout est dû à cette erreur du système, » déclara Dante.

J’avais décidé de lever la tête pour l’instant parce que les deux m’avaient dit de le faire. Pour être honnête, j’avais un fort sentiment de ce que je devrais faire à l’avenir.

… Voyons la réalité pour le moment. Parce que le corps de Sophia a toujours une chaîne translucide.

Je devais regarder vers l’avenir plutôt que vers le passé. Si cette règle de l’âme était une erreur, je voudrais l’annuler.

« Allons rompre l’accord de contrôle. Si je dis : Chaîne, disparaît…, » déclarai-je.

Cependant, même après plusieurs dizaines de secondes d’attente, la chaîne était restée en place.

« C’est impossible…, » déclara Sophia.

« Je suis d’accord…, » déclara le professeur Dante.

Lorsque Sophia et moi nous nous étions regardés, le professeur Dante, avec des sueurs froides, nous avait montré la porte menant à la pièce voisine.

« Là, le Roi Démon est en train de vérifier le Noyau mère, alors attendez encore un peu… Parce qu’elle devrait bientôt revenir, faites comme chez vous avec du thé et des sucreries… S’il vous plaît… ! » déclara Dante.

Sophia et moi avions décidé de faire un signe de tête au professeur tout désolé.

***

Chapitre 11 : Politique future

Après quelques minutes…

Une explosion avait retenti de la pièce voisine. Et quand la porte s’était ouverte, Liza était sortie en même temps qu’une projection de fumée.

« Keho. Non, non, ce n’est pas bon… Tant que le noyau mère est sous contrôle, je ne peux pas le relâcher, » déclara Liza.

« Es-tu un Roi-Démon ? » demandai-je.

« Parce que c’est l’invention du premier roi, c’est robuste et il y a trop de boîtes noires qui ne peuvent pas être cassées et démontées. Pour être honnête, il est impossible de faire quelque chose pour le noyau mère pour le moment, » déclara Liza.

Essuyant la suie de son visage, Liza continua. « Eh bien, heureusement, l’effet de domination est mineur. »

« Est-il léger si l’ordre est respecté de façon absolue ? » demandai-je.

Pourtant, je ne comprenais pas le sens de Léger.

« Eh bien, le genre qui est vraiment effrayant est à un niveau où cela contrôle et scelle toute la puissance de l’autre, ou sceller l’activité de la vie. L’effet de domination qui déplace le corps avec une instruction est un lien léger. Mademoiselle Sophia, peux-tu bouger ton corps maintenant ? » demanda Liza.

« Quand je m’accrochais à Monsieur Chrono, j’avais l’impression qu’il bougeait tout seul, mais maintenant je vais bien, » répondit Sophia.

« Oui, cela va alors. Dans ce cas, il s’agit après tout d’un contrat de domination modéré. C’était vraiment une bénédiction au milieu de tout ce malheur, » déclara Liza.

Liza regarda la chaîne de Sophia avant de s’asseoir sur la chaise.

« Maintenant que nous avons confirmé la situation actuelle, que ferons-nous ? » demanda Liza. « Pour l’instant, je soutiendrai Chrono et Mademoiselle Sophia de toutes mes forces. Voulez-vous que je fasse quelque chose ? »

« Oui, il y a… Pour l’instant, gardons ça secret, » j’avais d’abord répondu à la question de Liza.

J’avais parlé à Sophia avant de venir et, par conséquent, j’avais réalisé que la confidentialité était absolument nécessaire.

« Oh, oui, c’est vrai ! Eh bien, Roi-Démon…, » déclara Sophia.

« Ouais, je vais faire ça correctement. Vas-tu bien, Mademoiselle Sophia ? » demanda Liza.

« Oui. Je n’ai aucun problème même si c’est rendu public, mais s’il le savait, mon père pourrait mal me comprendre et me gronder, » déclara Sophia.

« Ton père, Sophia, est-il le roi vampire ? » demanda Liza.

Sophia acquiesça aux paroles de Liza.

« Si mon père en colère et Monsieur Chrono s’affrontent… Je suppose que Chrono a 60 % de chances de gagner, mais il y a la possibilité que cette zone soit rasée jusqu’au sol. En ce qui concerne le contrat de domination et l’esclavage, veuillez le garder confidentiel, » déclara Sophia.

Bien qu’elle semblait juger cela assez calmement, je pense que cette fille me surestimait. Je ne voulais pas me battre contre un type qui s’appelle Roi Vampire.

« Mais dans un tel cas, je m’enfuirai quand ça arrivera, non ? » demandai-je.

J’étais venu ici parce que c’était une coutume pour tout démon et que je pourrais passer un an confortablement. S’il n’y a pas de confort, je m’échapperai immédiatement. Si vous continuez à courir pendant une semaine à pleine puissance, vous atteindrez certainement la campagne.

« Faisons en sorte que ce soit un secret. Pour l’instant, seuls nous et le Roi-Démon le saurons, » déclara Sophia.

« C’est vrai. C’est la meilleure solution. En plus, ce n’est pas comme si j’étais coincée dans une situation où je vais l’annuler, » déclara Liza.

« Hein ? Vraiment ? » demandai-je.

Je croyais que tu avais dit que tu ne pouvais rien faire pour le noyau mère.

« Si nous allons dans le donjon du Roi-Démon, je pense qu’il y aura des méthodes et des outils de déverrouillage qui pourront être utilisés, » expliqua Liza. « Surtout le donjon du second Roi Démon qui a analysé le pouvoir du premier Roi Démon, il y a beaucoup d’outils pour libérer le pouvoir du premier roi Démon, et ainsi de suite. »

Sophia ouvrit les yeux surpris en entendant les paroles de Liza.

« Oh, c’est le donjon du Roi Démon, en effet ? Oh, c’est un endroit légendaire. Mais où l’endroit est-il maintenant caché ? » demanda Sophia.

Le donjon du Roi Démon était-il légendaire ? Je l’apprenais maintenant.

« C’est le donjon. Je ferai donc de mon mieux pour vous aider à trouver les outils nécessaires pour annuler le contrat. Je suis désolée, mais pour l’instant, je vais laisser le contrat se poursuivre, » Liza nous l’avait dit en inclinant la tête.

Sophia secoua la tête en souriant. « Oh, non, je vais bien. Je sais que Monsieur Chrono ne donnera pas d’ordre étrange. »

Pourquoi cette fille me fait-elle confiance ? Je pense qu’il vaut mieux prendre l’habitude de douter davantage des gens, et je m’inquiète du contraire.

« Je suis sûr que je ne veux pas non plus donner un ordre étrange. Si tu gardes ça pour toi, c’est très bien, Liza, » déclarai-je.

Puis Liza avait levé la tête. Il y avait du soulagement sur son visage,

« Je vous remercie beaucoup. Je ferais n’importe quoi pour vous aider ! Dites-moi n’importe quoi ! » déclara Liza.

Liza avait alors tenu la main de Sophia fermement avec moi. Sa main était un peu froide. Je sentais que la faible température corporelle de Liza était due au fait qu’elle était peut-être nerveuse à cause de son anxiété.

« Oh, et Sophia sera dans la classe super avancée à partir de maintenant, » déclara Liza. « C’est plus tôt que prévu. Parce que vous êtes les deux premiers, je pensais que ce serait plus tard, après en avoir appris plus. Mais ce n’est pas grave. »

« Oh, classe… super spéciale ? Euh, qu’est-ce que c’est ? » Sophia posa une question comme je l’avais fait. Après tout, il ne semblait pas être connu de tous.

« Le cours super avancé est donné par moi et quelques démons, et c’est un groupe spécial qui inclut Chrono. C’est une classe importante qui gère l’école, » expliqua Liza.

« Il y a un endroit comme ça, et Chrono y est aussi ? » demanda Sophia.

« Eh bien, » déclarai-je.

Même si c’était hier.

« C’est ridicule d’être dans cet endroit dès le premier jour…, » continuai-je.

« C’est vrai. Chrono sera l’aînée de Mademoiselle Sophia, » déclara Liza.

« Oh, c’est le cas. OK, merci, Chrono-senpai, » déclara Sophia.

« Je pense qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec la façon dont tu l’appelles. Mais, eh bien, salutations, » déclarai-je.

Ainsi, le deuxième jour après mon entrée en classe super avancée, il semble que j’avais eu une princesse comme camarade de classe junior.

***

Chapitre 12 : Paroles de domination

Sophia et moi avons dîné tard à la cafétéria. Parce que :

« Je ne peux pas laisser une nouvelle enfant entrer soudainement dans le donjon. Je vais vous donner un guide du donjon pour le moment, » parce que Liza avait dit cela, elle avait continué à lire le guide jusqu’à tard ce jour-là.

Alors qu’elle disait qu’elle ne pouvait pas laisser Sophia plonger dans le donjon soudainement, mais hier, elle m’avait fait être le tsukkomi, elle m’avait mis dans le donjon…

Je n’avais pas le sentiment d’être secoué par l’esclavage, etc. Même le donjon le plus sûr du premier Roi-Démon avait un piège quelque peu dangereux. Vous pourriez vous blesser à cause d’une négligence ou d’un relâchement.

Beaucoup de démons possédaient un corps fort, mais je ne connaissais pas Sophia, et je n’étais pour ma part pas si fort. Donc, pour éviter d’être blessés, nous avions fait quelque chose de différent aujourd’hui. Pour cette raison, j’avais pris un repas tardif avec Sophia.

« Mes traits vampiriques sont que je peux absorber l’énergie de mon adversaire et je possède de puissantes capacités régénératives. Je n’ai pas besoin de sucer du sang, » déclara Sophia.

« Je vois. »

Ce que je faisais en mangeant, c’était échanger des informations avec Sophia. Tant qu’il y aura un contrat de contrôle, ma relation avec Sophia sera un peu plus profonde. Alors aujourd’hui, j’avais continué à parler de diverses choses et à apprendre à la connaître.

En plus des capacités qu’elle pouvait utiliser et des caractéristiques de sa race, j’avais obtenu diverses informations telles que des informations locales.

… Une princesse du pays des vampires dans le sud.

J’avais bu du thé en pensant que j’avais pris le contrôle d’une femme se trouvant dans une position considérable.

« Excuse-moi, Chrono ? » demanda Sophia.

« Quoi ? »

« Je regrette d’avoir trop parlé, ou je crains que tu n’aies pas pu dire beaucoup de choses à cause de moi. Est-ce difficile de me parler ? » demanda Sophia.

Sophia me regarda d’un air inquiet. Le taux de prise de parole était de 20 % pour moi et de 80 % pour elle…

« Oh, non, ce n’est pas vrai. Si je te donne un ordre par inadvertance, ce sera difficile. Alors, j’essaie de ne pas trop parler, » répondis-je.

C’était juste devenu ainsi avec ma parole alors que je pensais à la question de savoir s’il y avait une formulation impérative dans mes propres mots. Je suis désolé pour le malentendu.

« Sophia, je trouve que te parler est amusant, alors je me suis concentré sur l’écoute. De toute façon, ce n’est jamais difficile de parler, » déclarai-je.

Sophia avait souri de soulagement. « Oh, merci. Mais tu n’as pas à t’inquiéter pour ça. Ce n’est pas dangereux si tu donnes un ordre dans une conversation ordinaire. Je ne déteste pas le sentiment d’être contrôlé. Mais je ne sais pas quelles seront les paroles pour un ordre. »

« … Je pense que tu devrais te sensibiliser un peu plus à la crise, » déclarai-je.

Je ne savais pas quel était le déclencheur et quel genre d’ordre était donné. Mais c’était exact.

« Nous devrions vérifier sur ce qui ferait un ordre, » déclarai-je.

« C’est vrai… Voyons voir. Veux-tu le vérifier maintenant ? » demanda Sophia.

« Oh, je viens de finir de manger, » déclarai-je.

Même si j’avais peur, je n’y pouvais rien. C’était de rester attentif à tout cela. En y regardant de plus près, on pouvait réduire le risque d’un ordre par inadvertance si on savait un peu mieux les limites.

En plus, en y pensant, cela serait trop difficile d’en parler quand on plongerait dans le donjon à partir de maintenant.

« “Je veux un oreiller de câlin” est un ordre, » déclarai-je.

« Oui, oui. C’est un ordre. Ça bouge…, » déclara Sophia.

Quand j’avais dit les mêmes mots qu’avant, Sophia avait été commandée et elle m’avait serré dans ses bras. Son expression était la même qu’avant, et elle était rouge.

« Tu peux me lâcher, » ordonnai-je après.

« Oui, oui, » déclara Sophia.

« … Je suis désolé que tu m’aies encore enlacé, » déclarai-je. « J’ai pensé qu’il était nécessaire de l’essayer dans les mêmes conditions ou la même action. J’aurais dû te l’expliquer d’abord. »

« Non, ce n’est pas grave. J’ai bien compris, » déclara Sophia.

Elle était convaincue de la raison et ce n’était vraiment rien qui s’était produit. Je n’étais pas sans un bon pressentiment, mais j’allais le laisser de côté pour l’instant. L’important, c’était de savoir dans quelle mesure l’ordre allait la dominer.

« Sophia “Serre-moi dans tes bras”, » ordonnai-je.

Cette fois, c’était plus fort qu’avant, et elle avait tourné sa main vers mon corps. Un corps mou avait été pressé contre moi.

« C’est évident, mais c’est un ordre, » déclarai-je.

« C’est vrai, » répondit-elle.

Après l’avoir encore fait partir loin de moi, j’y avais un peu pensé. Et :

« Que dirais-tu de “J’aimerais que tu me serres dans tes bras” ? » déclarai-je.

J’avais essayé d’adoucir les mots. Alors…

« Oh… ça a l’air sûr, » Sophia ne m’avait pas pris dans ses bras.

« Je vois. J’aimerais que tu le fasses. S’il s’agit de parole de demande, cette règle de contrat ne sera pas déclenchée, » déclarai-je.

« Oui, pas de problème, » Sophia hocha la tête en regardant autour d’elle.

Apparemment, j’avais trouvé un point important.

« Il semble que le jugement change avec une légère différence dans les paroles, mais c’était bon à comprendre pour le moment, » déclarai-je.

« Oui, bien sûr ! Monsieur Chrono… Parce que c’est une demande de senior. Je ne refuserai pas ! » déclara Sophia.

« De toute façon, arrêtons avec les seniors et les juniors, merci, » déclarai-je.

Bien que le traitement du contrat de contrôle soit difficile, il semblerait que je puisse le comprendre en essayant avec Sophia.

***

Chapitre 13 : Le reste de la deuxième journée et début de la troisième journée

La nuit.

Après m’être rafraîchi dans le bain du Château du Roi-Démon, j’étais de retour dans mon donjon. J’avais ouvert la porte qui émettait une lumière noire créée par Petit Noyau et j’étais entré. Dès que mon corps était entré dans le donjon, les portes avaient disparu. En même temps, une lumière brillait dans le donjon.

« … Eh bien, je suis de retour pour la première fois en une demi-journée, » murmurai-je.

Devant moi, il y avait un espace carré et austère. Le sol était fait d’un matériau plat et lisse qui s’étendait bien au-delà. La seule chose qu’il me restait, c’était l’héritage du Roi-Démon et un sac de vêtements que j’avais apporté.

La température ambiante n’était ni chaude ni froide. C’était un espace où la température optimale pour moi était maintenue. Il s’agissait de ma maison, mais je pensais qu’elle était de mauvais goût.

« Si c’était un peu plus étroit, la scène de crime pourrait convenir. »

Je ne pouvais m’empêcher de dire ça. Je m’étais allongé sur le matelas et j’avais regardé le plafond. Ce donjon possédait un plafond haut. Cela avait plusieurs mètres de haut. Étonnamment, il y avait quatre cents étages de pièces aussi carrées.

En écoutant Liza, il semblait plus grand que le Château du Roi-Démon. Je n’avais pas réussi à me calmer parce que j’avais fait tellement de choses et cela n’avait fait qu’une journée.

Je ne pouvais m’empêcher d’enquêter sur ce que j’avais fait.

Enquêter sur les bases du donjon dans la bibliothèque ou poser des questions à Liza m’avait permis d’approfondir ma compréhension. Cependant, le sentiment qu’il s’agissait d’une technologie mystérieuse demeurait quelque peu.

« Le noyau mère et l’héritage du Roi-Démon ne sont qu’une bande de mystères, » déclarai-je.

Les hommes-dragons avaient des écailles et des ongles durs, les vampires absorbaient l’énergie. Si vous étiez un mage, vous pouvez voir que chaque race avait une capacité spéciale appelée magie spéciale. Cependant, la puissance de l’héritage du Roi-Démon semblait différente.

« Même cet anneau n’a pas été identifié…, » murmurai-je.

Je regardais la bague du premier Roi-Démon qui se trouvait avant ça dans ma poche. L’effet était encore inconnu, donc c’était un problème même s’il ne le tenait qu’avec mon doigt, alors je l’avais placé après ça dans un donjon…

… Mais cette bague était de nouveau dans ma poche avant que je m’en rende compte.

C’était le cas depuis hier soir. Je l’avais laissé dans le donjon avant de prendre un bain, mais quand j’étais sorti du bain, il était dans mes vêtements.

J’avais interrogé Liza à ce sujet,

« Pas de réaction de malédiction. Il n’y a aucun effet négatif dans l’héritage du Roi-Démon, mais si tu es inquiet, viens au dépôt, » me déclara-t-elle.

Je ne savais pas quelles étaient ses capacités particulières, mais il s’agissait de l’une des choses sur lesquelles je voulais enquêter.

J’étais fatigué de toutes ces technologies mystérieuses, mais j’étais également reconnaissant de pouvoir profiter de la puissance des technologies mystérieuses pour avoir une maison.

J’allais rentrer à la campagne dans un an, mais je serai là d’ici là. En plus, je pourrais toujours utiliser ce donjon même si j’avais quitté le château du Roi-Démon. Je voulais connaître le plus possible les caractéristiques du donjon afin de pouvoir l’utiliser facilement après l’obtention de mon diplôme.

J’avais aussi un guide sur le donjon du Roi-Démon, et je voulais le lire quand j’aurai un peu de temps libre. J’avais réalisé quelque quand j’y avais pensé.

« … Ai-je encore oublié d’acheter de la literie ? » me demandai-je à voix haute.

J’avais perdu ma chance d’aller dans la ville à cause de l’esclavage.

J’avais encore besoin de dormir sur le matelas du Roi-Démon aujourd’hui.

Je dormais vraiment bien sur ce matelas, mais l’oreiller était un gros problème.

En raison de la haute performance du matelas, votre corps se fatiguerait finalement si l’oreiller était normal.

Il n’y avait rien de tel qu’un oreiller dans l’héritage du Roi-Démon…

L’« étagère de l’espace infini » utilisée comme compartiment à vêtements, et beaucoup de l’héritage du Roi-Démon étaient utiles, mais il n’y avait rien comme un oreiller.

« Eh bien, je l’achèterai avec le lit demain ou après-demain, » déclarai-je.

J’étais censé aller au cours super-spécial demain matin. Il semblerait qu’il y ait du temps libre après l’entrée dans le donjon, et cela serait bon à ce moment-là.

Dormons maintenant en préparation pour demain, et pendant que j’étais enveloppé dans l’objet du Roi-Démon, j’avais passé la nuit du deuxième jour.

***

Chapitre 14 : La domination continue et de nouvelles relations

Le matin

Dès que la lumière dans le donjon était devenue plus forte, je m’étais réveillé et il y avait Sophia à côté de moi.

« … Oui ? » murmurai-je.

Je m’étais frotté les yeux et j’avais regardé autour de moi, puis j’avais de nouveau déplacé mon regard sur le côté. J’étais sûr qu’il s’agissait de mon donjon dans lequel j’étais allé me coucher hier soir, mais pour une raison inconnue, Sophia, habillée de vêtements minces et enveloppée dans des draps, dormait à côté de moi.

Son corps était entouré de chaînes noires. Alors que je pensais à la façon dont cette situation était :

« N… Foo… » Sophia ouvrit légèrement les yeux et me regarda.

« Oh, est-ce que Chrono est devant moi… ? Je suis encore en train de rêver, » déclara-t-elle. Puis elle s’était tournée vers moi. Elle s’était approchée de moi avec ses yeux doux.

« Même si je t’enlace, tout ira bien…, » murmura Sophia.

Et elle avait mis ses mains autour de mon corps. Mon corps et le sien étaient en contact étroit. À ce moment-là,

« … Quoi ? » murmura Sophia.

Les mouvements de Sophia s’étaient arrêtés. Quelques secondes plus tard, elle s’était déplacée pour vérifier la sensation des deux mains, puis avait regardé autour d’elle et avait regardé mon visage.

Cette fois, avec des yeux clairs, elle pouvait voir la couleur sombre des chaînes.

« Bonjour, Monsieur Chrono…, » déclara Sophia.

« Oh. Bonjour Sophia. Merci d’avoir fait des choses audacieuses dès le matin. Et puis-je te demander pourquoi tu es là ? » demandai-je.

« Eh, euh… quand je me suis réveillée, j’étais là aussi. Je ne sais pas pourquoi. Je veux dire, je suis désolée ! » déclara Sophia.

Sophia s’était excusée et avait enlevé ses mains. Apparemment, elle ne comprenait pas bien la situation. Bien sûr, je ne la comprenais pas non plus. Mais bon,

« Je me demande si la chaîne est visible à cause du contrat de domination. Alors, je vais le demander à Liza, » déclarai-je.

« C’est ça, c’est ça ! Allons-y ! » déclara Sophia.

J’avais décidé d’aller voir le Roi-Démon qui connaît probablement la cause.

 

●●●

« C’est comme ça, Liza. Puis-je demander une explication sur ce qui se passe ? » demandai-je,

Après avoir raconté ce qui s’était passé au professeur Dante depuis ce matin, et comme d’habitude, j’avais été transféré ici. Et après avoir reçu la réception habituelle, Sophia et moi avions parlé à Liza de la situation.

« Ah ! » Quand je lui avais raconté ce qui s’était passé, elle avait crié d’une voix lourde de sens et s’était grattée la joue.

« Après tout, tu sais quelque chose, » déclarai-je.

« Ouais… J’y ai pensé hier, mais le donjon de Sophia était aussi dominé par Chrono, » répondit Liza.

« As-tu dit que le donjon était aussi dominé ? » demandai-je.

« J’ai enquêté sur Noyau mère il y a quelque temps et je le savais. Quelque part dans le donjon de 400 étages de Chrono, il semble y avoir les 10 étages de Sophia-chan, » déclara Liza.

Il semble que l’effet de la prise de contrôle de tout le noyau mère n’était pas seulement dans l’esclavage, mais aussi dans le donjon.

« Eh bien, je n’ai rien remarqué du tout…, » déclara Sophia.

« Moi aussi. Je n’ai pas exploré les quatre cents étages, et je pensais ne pas savoir ce qui se passait, » déclarai-je.

Je ne pensais pas qu’il y avait une camarade de classe dans le donjon. Bref, je comprends pourquoi elle était dans mon donjon,

« Mais je ne sais pas pourquoi elle était là quand je me suis réveillé, » déclarai-je.

Au moins jusqu’à ce que je me couche, j’étais seul dans le vaste espace. Même si Sophia était tombée d’un autre endroit en dormant, ça ne pouvait pas être si précis. Quand on lui avait demandé cela, Liza avait montré la chaîne sur le corps de Sophia.

« C’est l’effet de ce contrat d’esclave. Lorsque tu as un contrat d’esclave et que le maître perd conscience pendant quelques heures, l’esclave ne pourra pas quitter plus d’une certaine distance. C’est un mécanisme qui te force à bouger, » déclara Liza.

« Non, mais quand j’ai dormi avant-hier, il n’y avait rien, » répondit Sophia.

C’est vrai. Le contrat d’esclave avait commencé le premier jour. Alors elle serait venue à mes côtés le premier jour.

« Quelque chose a-t-il changé chez toi, Sophia ? » demanda Liza.

« Non, je me suis couchée de la même façon qu’avant-hier. Ce n’était pas inhabituel, » déclara Sophia.

Je ne sais pas ce qui s’était passé le deuxième jour, même si nous n’avons rien changé.

« Hmm… c’est vrai. Chrono, combien d’heures as-tu dormi avant-hier ? » demanda Liza.

« Mes heures de sommeil ? Je ne me souviens pas des chiffres de l’horloge, mais je me souviens m’être endormi à six heures et m’être réveillé… Le matelas et l’oreiller étaient vraiment horribles, alors je me suis réveillé toutes les deux heures, mais…, » répondis-je.

« Oh, c’est pour ça. S’il s’agit d’un sommeil léger, elle n’a pas été forcée de bouger en perdant connaissance pendant deux ou trois heures. Mais tu as bien dormi hier, n’est-ce pas ? » demanda Liza.

« Oui, j’ai bien dormi pendant six heures, » déclarai-je.

« C’est pour cela, je pense, que Sophia s’est déplacée, » déclara Liza.

Donc, le temps de sommeil avait déterminé si vous étiez attiré ou non. Je ne comprends pas vraiment les contrats d’esclaves. Alors,

« Je suis désolé. Puis-je te demander, Liza, de me donner des documents ou des informations sur le contrat d’esclave ? » demandai-je.

J’avais demandé des documents à Liza pour comprendre ce que je ne comprenais pas.

« Non, oui, bien sûr, je peux, donc je te le donnerai plus tard, d’accord ? Je veux dire, je suis désolée pour la façon dont j’ai géré ça ! C’est un contrat liant qui n’a jamais été possible auparavant, donc je ne pouvais pas m’y attendre, » déclara Liza.

« Vraiment ? » demandai-je.

« — Chrono, tu as parfois une atmosphère effrayante. C’est probablement parce que tu es en colère maintenant… ? » demanda Liza.

« Non, je ne suis pas en colère. Je suis juste un peu ennuyé par le matin, » déclarai-je.

J’étais juste désespéré de le reconnaître parce que j’étais submergé de beaucoup d’informations dans cet état.

« Hein… Je suis heureuse. Pour l’instant, venez dans la chambre des Dominateurs, » déclara Liza.

Tandis qu’elle poussa un soupire de soulagement, Liza bougea le mur du salon et se dirigea vers la classe super avancée.

« … Qu’est-ce que c’est que ça !? Le mur bouge ! » s’écria Sophia.

« Oui, la réaction de Sophia-chan est fraîche et agréable. J’étais un peu triste parce que Chrono l’a pris trop calmement, » déclara Liza.

« Quand c’était mon tour, je n’ai pas eu le temps d’être surpris, » répondis-je.

Nous nous étions dirigés vers la salle de la classe super avancée en parlant d’une telle chose.

 

●●●

« Bienvenue chez les Dominateurs, Sophia-chan. Chrono. C’est le début de ce cours pour de bon, » déclara Liza.

Quand nous étions passés de la salle de réception à la classe super avancée, Liza avait bondi en avant. Elle s’était placée proche de la table centrale, avec une pancarte avec le mot de bienvenue écrit dessus.

« Tu es un peu trop excitée aujourd’hui, Liza, » déclarai-je.

« Ho, je vais me calmer, Chrono ! Je suis restée éveillée toute la nuit et je me suis préparée…, » déclara Liza.

« Je m’en fiche, alors donne-moi les documents. Et aussi, s’il te plaît, explique les choses à Sophia, » déclarai-je.

Sophia avait fait un visage qui ne sait pas si elle devait être surprise, heureuse ou pitoyable.

« Oh, ouais. C’est vrai. J’étais un peu trop tendue… Alors, c’est d’abord le moment, Chrono, » déclara Liza.

Liza m’avait donné quelques documents de plusieurs pages. Il existait des informations sur l’esclavage et la domination. Merci pour la lecture.

« Bienvenue à nouveau dans la classe super avancée. Je vais t’expliquer ce qu’on va faire. D’accord, Sophia-chan ? » demanda Liza.

« Oh, oui, tout va bien, Roi-Démon ! » Sophia était pressée de répondre à Liza, qui avait commencé à parler avec une expression sérieuse.

On m’avait enseigné cela avec désinvolture avant-hier, alors j’écoutais les paroles de Liza en lisant les documents sur l’esclavage, alors, laisse-moi prendre part à ça aussi ici.

« Ici, nous allons plonger dans le donjon du Roi-Démon, les horaires de base sont le matin, l’après-midi et la nuit. Cependant, lorsque vous explorerez le donjon, vous devrez remplir ce document, » déclara Liza.

Alors, Liza avait mis un morceau de papier sur la table ronde devant nous.

« Oh, c’est tout à fait juste. Votre aîné est en train de plonger, alors je vais prendre cet exemple. Regardez, » déclara Liza.

Sur le papier que nous avions regardé, il était écrit en noir comme « Horaire de Recherche dans le Donjon ».

En dessous, c’était écrit : « Emplacement : Deuxième période de recherche de donjon : 12 heures. Heure de retour prévue : 19 h. Membre : Salmade. »

« C’est comme un certificat que l’enfant plonge maintenant. Si vous écrivez le donjon et le point, vous pouvez y aller librement. Mais… si vous dépassez la période, j’irai vous chercher et je vous gronderai, alors je vous transmettrai mes meilleures salutations là-bas, non ? » déclara Liza.

« Ryo, je comprends, Roi-Démon ! » s’exclama Sophia.

Je vois. Il semble que la direction soit assez ferme quand l’étudiant plonge dans le donjon.

« Je vous ai donné une explication simple, mais qu’est-ce qu’on fait ? Voulez-vous entrer dans le donjon de ce deuxième Roi-Démon immédiatement ? » demanda Liza.

« Je m’en fous si je pars ou pas. Et toi, Monsieur Chrono ? » demanda Sophia.

« Ouais ? Ça ne me dérange pas si je vais chez Liza. Puis-je entrer dans un endroit où mes prédécesseurs explorent déjà ? » demandai-je.

« C’est tout à fait normal. Ce serait bien si vous préfériez aller au même endroit où les pièges et les monstres dangereux sont éliminés, » déclara Liza.

Vraiment. Le prédécesseur se débarrasse-t-il déjà des pièges ? Si c’est le cas, nous devrions agir rapidement.

On disait que beaucoup de pièges à donjons pourraient se régénérer si trop de temps passait, et je voulais y aller pendant que les gens qui étaient à l’avant avaient tout écrasé. Alors :

« Très bien, alors, on y va ? C’est aussi une expérience pour Sophia, » déclarai-je.

« Oui ! Bien sûr, je sors avec vous aujourd’hui, donc je vous garantis la sécurité… Je vous ai dit que je vous soutiendrai jusqu’à ce que vos problèmes physiques soient résolus, » déclara Liza et elle se tourna vers nous en annonçant qu’elle allait nous donner un coup de pouce.

« Oh, merci, Roi-Démon, » déclara Sophia.

« C’est une bonne chose. Je veux dire, Sophia-chan, c’est correct si tu m’appelles Liza. Ou plutôt, tu peux m’appeler Liza-chan ! Je serais heureuse si tu m’appelais ainsi, » déclara Liza.

« Oui, Liza… chan, » déclara Sophia.

« Wôw, merci, » s’exclama Liza.

Liza avait des conversations amusantes, mais Sophia était un peu timide. Si vous regardez seulement leur allure, Sophia était la plus grande, donc ce n’était pas une erreur. Ce Roi-Démon était très amical.

« Quoi qu’il en soit, toutes les deux. Allons là où nous pouvons y aller avec facilité, » déclarai-je.

« Oui, c’est exact ! Alors, allons au 2e Donjon Roi-Démon, » répondit Liza.

« Oooooohh, » déclara Sophia.

Et je me dirigeais vers l’exploration du donjon du deuxième Roi-Démon tout en ayant le Roi-Démon et une Princesse avec moi.

***

Chapitre 15 : La nostalgie de secouer un bâton de bois

Le donjon du deuxième Roi-Démon était composé de plantes, très différentes de celles du premier.

De nombreux arbres se chevauchaient et se tordaient, créant des passages et des pièces.

Il y avait un peu d’humidité, créant une atmosphère comme une sombre forêt.

Plus important encore,

« Ce donjon a beaucoup de monstres. »

Après un certain temps dans le donjon, un monstre en forme de champignon qui s’était fait pousser des membres, s’était répandu sur le sol et m’avait attaqué.

Heureusement, j’avais pu m’en débarrasser avec un bâton de bois que j’avais arraché du mur extérieur du donjon, mais il y en avait beaucoup.

« Les gens qui y sont allés en premier ont peut-être ignoré le monstre, » déclara Liza.

Liza agissait avec légèreté, mais quand il y avait beaucoup de monstres, il devint difficile de marcher et cela devint désagréable.

J’avais regardé derrière moi et j’avais chassé le monstre en réfléchissant.

« Liza. Nous l’avons un peu nettoyé, » déclara Sophia.

Quand je m’étais retourné, il y avait Liza et Sophia, qui se battaient aussi des champignons en brandissant une épée métallique.

On aurait dit qu’il était un peu difficile pour que la lame passe à travers les champignons, et il semblait qu’ils se débattaient quelque peu.

« Aimeriez-vous de l’aide ? » demandai-je.

« Non, ce n’est pas grave. Mais Chrono les a rapidement vaincus. Ces gars sont des Matangos magiques et ce sont des monstres qui ont une puissance relativement importante. Dire qu’on peut les battre avec un simple bâton de bois, » déclara Liza.

« C’est vrai, n’est-ce pas ? Je les ai aussi frappés avec une épée que m’a donnée le Roi-Démon, mais c’est vraiment dur… Je ne sais pas comment Chrono peut gagner avec un bâton en bois…, » déclara Sophia.

Liza et Sophia l’avaient dit ensemble en écrasant des champignons.

Elles utilisaient des épées métalliques dès qu’elles étaient entrées dans le donjon. Les deux femmes maniaient bien l’arme, et elles avaient brillamment battu les Matangos. À cet égard, je m’étais battu avec un bâton de bois.

Je pense que c’est incroyable de voir deux personnes avec un corps si mince brandissant une épée lourde.

En pensant à une telle chose, j’avais frappé le Matango qui avait attaqué par le côté. Le bâton de bois avait frappé le torse du Matango en l’arrachant et il avait été emporté par le vent.

« C’est… le mouvement de M. Chronos, j’ai l’impression qu’il est trop tôt pour dire que tu t’y habitues d’une façon ou d’une autre, mais as-tu appris l’art du sabre ou autre ? » déclara Sophia.

« Non, pas du tout. Quand j’étais petit, je jouais avec des bâtons de bois. Je me demandais comment le balancer parce qu’il se cassait quand je forçais un peu trop, » déclarai-je.

C’est pour ça que j’avais simplement frappé le Matango. Si j’apprends l’art de l’épée, je pourrais mieux me battre.

« Je ne pense pas qu’il y ait un enfant qui puisse balancer un bâton de bois avec assez de force pour déchirer un Matango, » déclara Liza.

« Vraiment ? Mais je pense que c’est un peu différent de ce que tu dis, parce que j’ai eu une situation similaire à la campagne, » répondis-je.

J’avais un peu d’expérience avec les monstres à base de champignons.

« Y avait-il aussi un monstre comme ça dans la ville natale de Chrono ? » demanda Liza.

« Il se tenait à côté de l’arbre et m’a attaqué avec le tronc plié, alors j’en ai un souvenir plutôt effrayant, » déclarai-je.

« Eh bien, je n’ai jamais vu un Matango plier sa poitrine, mais est-ce que c’est bien d’avoir une telle chose à l’endroit où vivait Chrono ? » demanda Liza.

« Ce n’est pas vraiment une menace. Je ne les ai rencontrés que quand je suis allé chercher des herbes dans la forêt. Je devais toujours faire attention aux surprises, » déclarai-je.

Les champignons en mouvement qui sortaient de la forêt sombre étaient une véritable horreur. Par conséquent, je me souviens d’avoir toujours été prudent lorsque j’entrais dans la forêt.

« J’y pense depuis longtemps, mais la difficulté dans la campagne de Chrono semble être grande. Je veux y aller, mais j’ai un peu peur, » déclara Liza.

« N’ajoute pas de difficulté à la campagne des gens, parce que j’y vivais normalement, » déclarai-je.

« Ah, je suis désolée… Chrono. Peut-être que les champignons qui étaient à la campagne ressemblaient à ça ? » demanda Liza.

Puis Liza avait montré une poupée musclée au bout de l’allée, devant une porte en bois. La seule chose qui ressemblait à des champignons était la couleur.

« Oh, c’est à peu près tout. Cependant, j’ai l’impression que le physique est un peu différent de l’autre, est-ce une autre sorte de Matango ? » demandai-je.

« Oui, c’est un gardien. C’est un golem spécial fait de matériel de donjon, mais c’est un mécanisme qui fait que tu ne peux pas entrer dans la pièce si tu ne le défies pas, » expliqua Liza.

Je vois. Est-ce pour cela qu’il se tient devant la porte ?

« Cela signifie que la personne qui est allée en premier a ignoré la pièce là-bas ? » demandai-je.

« C’est vrai. S’il est vivant, la salle ne sera pas touchée, » répondit Liza.

« Alors, allons-y, » déclarai-je.

« Eh… ? Attends un instant, le gardien est différent des autres » déclara Liza.

J’avais frappé le gardien du portail avec un bâton de bois avant que les mots de Liza ne se terminent. Puis, comme prévu, j’avais senti la douce élasticité du champignon sur ma main.

Si c’était un Matango normal, c’était léger, donc vous pouviez le balancer et l’emporter. Mais s’il était de cette taille, cela n’avait pas d’importance. Alors, j’avais frappé sans m’inquiéter de le casser. En conséquence,

« … !? »

Le haut du cou du gardien s’était envolé. Puis il était tombé sur place.

« Wôw. C’était plus fragile et plus facile que les gros champignons à la campagne, » déclarai-je.

Comme prix, le bâton de bois s’était cassé, mais on n’y peut rien. Liza avait dit que c’était le même matériau, et on pouvait s’attendre à ça.

J’avais alors parlé aux deux personnes qui étaient derrière moi en arrachant un bâton de bois du mur extérieur. « Venez, allons dans la salle. »

« Hé, Monsieur Chrono. Je pense que c’est quelque chose qui ne devrait pas être abattu avec un bâton de bois, » déclara Sophia.

« Ouais ? Je ne comprends pas ce que tu dis, mais ce n’est pas grave, car nous pouvons y arriver, » déclarai-je.

« C’est vrai. C’est certainement le but ! » déclara Sophia.

Sophia acquiesça d’un signe de tête réfléchi. Et à côté d’elle, Liza riait amèrement tout en transpirant froidement.

« Eh bien, je suppose que c’est vraiment bon d’avoir Chrono, » déclara Liza.

« Eh bien, parce que je suis un débutant qui va plonger dans le donjon. Je vais donc aller à l’avant, et je vais te demander de me suivre, Liza, » déclarai-je.

« OK. Mais j’aimerais avoir quelque chose à suivre…, » déclara Liza.

Pendant que nous parlions ainsi, nous avions traversé le donjon du deuxième Roi-Démon.

***

Chapitre 16 : Manifestation du pouvoir de contrôle

J’avais ouvert la porte derrière le portique et j’y étais entré. Elle était couverte d’une pile d’épines. Chaque épine était un pieu épais et présentait une allure étrange.

« Wôw, c’est incroyable. Je ne suis jamais venue dans cette pièce, mais… C’est un endroit si dangereux, » déclara Liza.

« C’est vrai. Ou plutôt, si même vous, vous n’êtes jamais allée dedans, alors cela veut dire que le donjon du deuxième Roi-Démon n’a pas été tant que ça exploré, » déclara Sophia.

« C’est bien le cas. Il y a beaucoup de donjons d’autres Rois-Démons, et il y a beaucoup de trésors là-bas, donc je n’ai pas pu aller visiter personnellement chaque endroit, » répondit Liza.

C’était bien pourquoi Liza n’avait pas dit que le donjon du deuxième Roi-Démon avait été conquis comparé au donjon du premier Roi-Démon.

Il semblerait qu’elle connaissait les gardiens et les Matangi, mais il semblait qu’elle n’ait pas été en mesure de connaître tous les détails.

« Au début, je n’étais pas assez curieuse pour explorer des endroits où personne n’était entré plus tôt. En outre, le nombre de membres des Dominateurs n’atteint même pas les deux chiffres. Donc, je n’ai pas beaucoup de mains à dispositions, » déclara Liza.

« Je vois…, » déclarai-je.

Alors, je suppose que l’héritage du donjon du deuxième Roi-Démon devait encore être présent.

Dès le début, le but d’entrer dans ce donjon était de chercher un héritage afin de régler le problème avec le contrat de contrôle, donc c’était bien qu’il ne soit pas plus dévasté que nécessaire. Alors que j’y réfléchissais…

« Chrono. Cette pièce est dangereuse, car elle est couverte d’épine. Il y a un bruit comme un ressort sur le sol, et je pense qu’il y a une partie du sol qui va probablement bouger en rebondissant, » déclara Sophia, regardant au loin.

« Oh, Sophia, c’est vrai que tu es une vampire. Tu as vraiment de bons yeux et de bonnes oreilles, » déclarai-je.

« Je te remercie. Je suis désolée, Chrono, si cela ne t’aide pas, » Sophia avait souri joyeusement en disant cela. Grâce à elle, j’avais découvert qu’il y avait un piège dans cette pièce. Probablement comme dans le donjon du premier Roi-Démon.

Mais en y pensant, j’ai de la chance, car c’est un piège bruyant.

« Liza, peux-tu déplacer le sol de ce donjon ? » demandai-je.

« Quoi ? Eh bien, oui, je pense que ça va aller, mais est-ce que ça va marcher ? Je pense que le deuxième Roi-Démon était plus puissant pour contrôler le donjon que le premier Roi-Démon, » répondit Liza.

« Oh, est-ce que c’est si… eh bien, je vais essayer, » déclarai-je.

Si je ne pouvais pas franchir ça, je devais trouver un autre moyen.

Alors, j’avais touché le sol et…

« Tourne-toi sur le côté et brise le piège, » je l’avais dit au donjon comme un ordre.

À ce moment-là, quelque chose comme une chaîne de lumière noire était sorti de mon bras et avait percé le sol du donjon. Et alors…

— Grrrrr… !!

La chaîne s’était rétractée automatiquement et le plancher avait pivoté. Ce n’était pas deux fois, mais une dizaine de fois que cela s’était produit. En conséquence, toutes les épines dépassant du sol s’étaient pliées et écrasées.

Il ne restait que des restes d’épines et un sol propre et plat après que le sol lui-même ait fait disparaître les ondulations.

« Je vais le bouger… »

« … Cela a bougé… »

« Il a bougé ! »

J’étais abasourdi, Sophia était également choquée, et Liza riait.

« Tu n’as rien à voir avec le second Roi-Démon, mais tu peux totalement contrôler le donjon, » déclara Liza.

« On dirait bien… Je veux dire, une étrange chaîne noire est sortie de moi. Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

Même maintenant, la chaîne autour de mon coude était reliée au sol.

Si vous la touchez avec la main, cela semblait un peu chaud, mais cela semblait également être un peu dur au toucher.

Cela avait l’air physique, mais les démons n’avaient pas de capacité spéciale pour enlever une chaîne. Qu’est-ce qui s’est passé ?

« C’est comme la source du pouvoir de gouverner, et c’est ce qu’on appelle la “chaîne de contrôle”, » répondit Liza.

« Ah bon. »

« Fondamentalement, le pouvoir de dominer les donjons et le pouvoir de faire des esclaves sont identiques. Veux-tu dominer l’âme ou l’espace ? Donc, si tu connectes cette chaîne au donjon, tu peux dominer l’espace. C’est pourquoi tu peux aussi contrôler l’âme de Sophia, » déclara Liza.

Je vois. Je connaissais maintenant le nom et l’effet de la chaîne. Cependant,

« Jusqu’à présent, je n’ai pas eu ça, mais pourquoi ça sort maintenant ? » demandai-je.

« La chaîne de contrôle ne peut pas se manifester d’abord si ce n’est pas un démon avec un contrôle fort. Chrono, tu as tellement de puissance, et en fais, il y a déjà eu une chaîne mince avant, » déclara Liza.

« Hein ? Vraiment ? » demandai-je.

« Ouais, c’est vrai. Quand tu as plongé avec moi pour la première fois dans un donjon, j’ai pu voir la chaîne juste un peu, » répondit Liza.

Je ne l’avais pas remarqué. Ou plutôt, à ce moment-là, j’étais tellement bouleversé par la situation quand le donjon avait bougé que je n’avais jamais vu mon coude.

« Alors, Chrono, t’es-tu entraîné à manipuler le donjon depuis lors ? » demanda Liza.

« Oui, eh bien, un peu, » répondis-je.

« Oui, c’est pour ça que tu t’y es habitué, et je suppose que la chaîne s’est manifestée. Après ça, si tu l’utilises plus, je pense que tu peux mettre plus de chaînes. Oh, je suis vraiment surprise par toi, Chrono, » déclara Liza.

J’étais le plus surpris qu’une chaîne sorte de mon corps. Cela n’avait aucune sensation métallique et presque pas de poids.

Cependant, il était matériel, et il avait une ténacité considérable lors de la traction, et il avait aussi une sensation subtile venant de lui.

« Chrono, tu as l’air cool, avec sa chaîne. » Sophia avait dit de telles choses avec des yeux pétillants.

Je ne pense pas que cette chaîne ait l’air cool, mais elle a un sens différent.

En y pensant, j’avais lâché le plancher et agité les coudes, et la chaîne avait disparu.

Il semble que si vous arrêtez de contrôler le donjon, la chaîne disparaîtra.

« Oh… ça fait bizarre, » déclarai-je.

« Tu devrais y penser comme étant l’une de tes capacités spéciales. Et… On peut maintenant explorer cette pièce aussi, alors c’est bien ! » déclara Liza.

Liza m’avait encouragé en disant ça. Comme elle l’avait dit, nous pouvions certainement jeter un coup d’œil dans cette pièce parce que les épines avaient disparu.

« Eh bien, c’est vrai. Aimeriez-vous l’explorer ? » demandai-je aux deux filles à côté de moi.

La pièce faisait environ dix mètres sur dix et les murs, le plafond et le sol étaient en bois.

Nous avions marché sur le sol avec des épines éparpillées sur nos pieds. On se sépara et on chercha quelque chose. Alors…

« Oh, il y a une bosse au centre de la pièce, » déclarai-je d’un coup.

En marchant tout en frappant les épines, j’avais trouvé un petit trou rond. À l’intérieur, il y avait un cristal.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

Alors que je m’étais accroupi et que je l’avais pris, Liza s’était approchée. Et dès qu’elle avait vu la pierre, Liza ouvrit en grand les yeux.

« C-Chrono ! C’est “Sceau du Contrat” !? Tu as encore trouvé quelque chose d’incroyable ! » s’écria Liza.

J’étais surpris, mais je ne savais pas si c’est en termes techniques.

« Qu’est-ce qu’un Sceau du Contrat ? » lui demandai-je.

« C’est une pierre qui possède un contrat de domination vis-à-vis des monstres qui apparaissent dans le donjon ! C’est une deuxième invention du Roi-Démon, avec le pouvoir de domination estampillé ici pour contrôler les monstres ! » répondit Liza.

« Hé, est-ce un bon trésor ? » demandai-je,

« Non, ce n’est pas ça. Si tu modifies ceci, tu peux domestiquer des monstres ou les empêcher d’entrer dans la ville, c’est incroyable… ! Tu as trouvé plusieurs choses jusqu’à présent, mais ceci a vraiment de la valeur ! » déclara Liza.

Liza avait un don pour l’observation. Apparemment, c’était plutôt bon.

« Ce n’est pas ennuyeux d’être avec toi, Chrono. Quoi qu’il en soit, félicitations pour la découverte de l’objet d’héritage, Chrono, » déclara Liza.

« Eh bien… Puis-je avoir ça aussi ? » demandai-je.

Est-ce bon si tu ne connais pas la valeur ? Quand je lui avais demandé ceci de cette façon, elle m’avait répondu.

« Bien sûr, parce que tu l’as trouvé, Chrono, tu es libre de vendre ou de ne pas garder, » répondit Liza.

« Wôw, félicitations, Chrono, » Sophia m’avait applaudi et félicité. Mais tout ceci avait fait que c’était devenu un peu compliqué de comprendre la valeur.

La deuxième exploration du donjon semblait avoir permis de découvrir un objet d’héritage.

***

Chapitre 17 : Vous pouvez gagner de l’argent avec vos pieds

Nous étions de retour dans la classe super avancée avec l’héritage que nous avions reçu. À la fin de la journée, nous avions prévu de sortir du donjon.

« Wôw, on est de retour. Merci pour votre travail. »

Liza avait dit des paroles d’appréciation, avait fouillé les étagères dans la pièce, avait sorti une bouteille d’eau et nous l’avait donnée.

« Vous êtes probablement épuisé, prenez un bon repos, » déclara Liza.

« Oh, merci, » répondit Sophia.

« Surtout Sophia, elle doit être épuisée par sa première exploration du donjon, et je pense que c’est bien de s’allonger sur ce canapé, » déclara Liza en montrant du doigt le canapé duveteux au bout de la pièce, mais Sophia secoua doucement la tête.

« Merci, Liza… chan, mais je savais déjà comment était le donjon quand j’ai lu le guide. Aujourd’hui, je suivais presque toujours Chrono. Est-ce que cela va, Chrono ? » demanda Sophia.

« Oh, je vais bien. Je n’avais pas l’impression que ma vie était aussi en danger que le donjon du premier Roi-Démon, » répondis-je.

Le premier donjon du Roi-Démon était un donjon assez dangereux qui pouvait vous tuer juste en entrant dans le passage et en vous transperçant d’une lance.

Le donjon du Roi-Démon de deuxième génération n’était toujours pas dangereux.

« Oh, c’est vrai ? Alors, tu ne te sentais pas menacé ? » demanda Sophia.

Sophia avait de la sueur sur les joues, je pense que c’est dur de le faire pour la première fois. Cette fois, Liza avait des médicaments curatifs sous la main, mais l’anxiété demeure.

« Tout d’abord, je n’ai pas atteint 20 % de la superficie totale que vous pourriez atteindre en allant dans le donjon, Liza, » déclarai-je.

« Oui, c’est exact. Selon certaines informations, le donjon du second Roi-Démon aurait douze niveaux. Nous n’explorons que sur deux niveaux et seulement quelques pièces, donc c’est moins de 20 %, » répondit Liza.

Il était beaucoup plus large que le donjon du premier Roi-Démon. Si un tel endroit devenait le lieu de la première expérience avec un donjon du Roi-Démon, ce serait difficile.

« Malgré tout, nous avons trouvé un héritage dans la matinée en peu de temps, donc c’est incroyable, n’est-ce pas ? Les réalisations sont plus importantes que la gamme d’activités, » déclara Liza.

« Réalisations…, mais cela ne veut pas dire que nous pouvons annuler le contrat d’esclavage ? » demandai-je.

« Eh bien, c’est un outil qui peut être utilisé pour faire un nouveau contrat d’esclave si vous l’utilisez, mais vous ne pouvez pas l’annuler… on ne sait pas s’il a d’autres capacités spéciales. Je veux l’évaluer, » déclara Liza.

Dès que j’avais mis une pierre dans l’appareil d’évaluation, le résultat était là.

Nom du produit : Pierre de sceau contractuelle du deuxième Seigneur-Démon. Capacités spéciales : Amélioration du contrôle. Évaluation de l’objet : 5 millions de pièces d’or.

« C’est assez cher…, » déclarai-je.

« Oui, c’est un objet de valeur qui en vaut la peine. Alors, c’est incroyable de voir comment tu l’as trouvé, Chrono. Vas-tu le vendre ? » demanda Liza.

« Non, il a beaucoup d’utilité, alors je vais le garder, » répondis-je.

Je l’avais tout de suite décidé. Pour dire la vérité, j’y avais pensé depuis le moment où j’avais reçu cet objet jusqu’à mon retour. Si j’apprenais à m’en servir, je pourrai mieux connaître les contrats d’esclavage et le contrôle. Je n’étais pas sûr de comprendre la valeur de cet objet, mais j’étais sûr qu’il était intéressant et qu’il avait beaucoup d’utilité.

Plus tard, après avoir examiné diverses choses dans la salle de matériel, je pense que je vais essayer de l’utiliser. Donc, je ne le vendrais pas tout de suite.

« D’accord. Alors, c’est la fin de l’évaluation — oui, c’est un cadeau pour vous deux, » déclara Liza.

Liza m’avait donné un sac en tissu. J’avais enlevé les yeux du papier de l’appareil d’évaluation. Il y avait une liasse d’argent à l’intérieur.

« Eh… Qu’est-ce que c’est ? Je ne vends pas cette pierre, » déclarai-je.

« Oh, ce n’est pas ça. C’est une taxe de cartographie de donjon. Tu es entré dans une pièce où on n’est jamais allés, n’est-ce pas ? » répondit Liza.

« Oui, c’est vrai, » déclarai-je.

« Cette information est importante et précieuse. “L’information, c’est de l’argent”, donc les premières personnes sont récompensées de cette façon, donc oui. Sophia aussi n’hésite pas à l’accepter, » déclara Liza.

Liza avait donné un sac similaire à Sophia.

« Wôw, est-ce bon pour moi de le recevoir ? » demanda Sophia.

« Ne t’inquiète pas, c’est la bonne chose à faire. Sophia, tu es l’une des découvreuses, » déclara Liza.

Même si tu entres dans le donjon pour la première fois, il semble y avoir un mécanisme qui vous accordait une récompense.

C’était plutôt bien de payer pour un groupe appelé les Dominateurs.

Quand je regardais à l’intérieur du sac en tissu en pensant à une telle chose, il y avait quelque chose d’inattendu.

« En parlant d’entrer dans une pièce la première fois… nous n’avons pas rencontré l’aîné qui est entré avant nous, » déclarai-je.

La personne qui avait franchi autant de monstres sans les déranger. Je m’inquiétais un peu du genre de héros qu’il était. J’étais plutôt un peu excité de voir d’autres personnes âgées que Liza.

« Le second donjon est si grand. Il est possible de ne pas se rencontrer. Il sera de retour dans l’après-midi, et je vous la présenterai à ce moment-là, » déclara Liza.

« Oui, s’il te plaît, fais-le, » déclarai-je.

« C’est ce que je ferais. Alors, allons déjeuner d’abord, » déclara Liza.

Bien sûr, c’est déjà l’heure du déjeuner.

« J’ai faim en marchant dans le donjon et c’est un bon moment pour manger, » déclarai-je.

« Oui, j’ai faim, » déclara Sophia.

« Je vais m’occuper correctement de deux personnes avec un bon appétit, » déclara Liza et se mit à marcher dans la direction où il y avait un passage reliant cette pièce et la réception.

Cependant, elle n’était pas entrée dans le passage, mais elle avait frappé à la porte à côté de celui-ci.

« Ne sort-on pas manger à la cafétéria du château ? » demandai-je.

« Non, c’est trop d’ennuis pour y retourner. Il y a des cafétérias où seuls les Dominateurs peuvent entrer, » répondit Liza.

« Hé, est-ce que ça existe ? » demanda Sophia.

« C’est un endroit assez intéressant. Je vais vous faire visiter, alors suivez-moi, » déclara Liza.

Liza avait ouvert la porte et était entrée. Comme il faisait un peu sombre, je ne voyais pas ce qui se passait à l’intérieur.

« Allons-y, Chrono, » déclara Sophia.

« Oh ! » m’exclamai-je.

Avec Sophia, qui semblait assez excitée, j’avais décidé d’aller déjeuner dans une cafétéria dédiée à la classe super avancée.

***

Chapitre 18 : Nouvel objectif

La cafétéria dédiée à la classe super-avancée possédait un menu légèrement plus riche que celui du château, et le nombre de produits de luxe était plus nombreux.

Quand on considère la tâche d’explorer le donjon, c’était logique, car il semblerait que cela améliorait mon estomac et ma santé de manger de tel repas.

Bien sûr, le goût était bon, et je pouvais me sentir assez bien.

Après avoir mangé un menu aussi grandiose grâce à l’extravagance de Liza, nous avions fait une courte pause et étions retournés dans la salle avec une table ronde.

« Liza, est-ce bon de plonger dans le donjon du second roi des démons encore une fois dans l’après-midi ? » demandai-je.

« Oui, c’est bon. J’ai le temps parce que j’ai fini mon travail hier, » répondit Liza.

« Est-ce bon aussi pour Sophia ? Si tu es inquiète pour ta force physique, tu peux te reposer ici, » déclarai-je.

« Je vais bien, Chrono-san. J’ai mangé à ma faim et je me suis reposée, » répondit Sophia.

Sophia et Liza semblaient toutes deux prêtes.

« C’était bien. Je veux obtenir des résultats dans l’après-midi, » déclarai-je.

« Non, non, je pense que Chrono est assez bon. Et même ce matin, tu as pu obtenir des résultats. »

Liza le déclara. Nous avions peut-être obtenu des résultats profitables, mais nous n’avions pas obtenu les résultats concernant l’esclavage.

Dans l’après-midi, je voulais avoir un indice.

… Bien que j’aie jeté un coup d’œil à la table de données du trésor placée dans les donjons des Rois-Démons pendant la pause…

À la fin, je n’avais pu que constater que le nom de l’outil qui pouvait être utilisé pour neutraliser un esclavage était « Touche négative ». Donc, l’endroit où il était placé devait être fouillé par tous les moyens possibles.

Bien que les cartes aient été créées avec des informations apportées par des gens qui étaient partis il y a longtemps, certaines parties n’avaient naturellement pas pu être fouillées. En particulier, le plan était presque vide après le cinquième étage. Cela valait la peine de chercher, ou de cartographier la zone.

Cependant, si possible, j’aimerais rencontrer l’aîné qui plongea ce matin et mettre la carte à jour… Il y avait sûrement une personne qui s’appelait Salmade. J’avais regardé le calendrier des recherches sur la table ronde.

« Hmm ? Liza. Crois-tu que l’individu qui est dans le donjon depuis le matin revient bientôt ? » demandai-je.

Il n’y avait aucune trace que la personne soit revenue. Plus de trois heures s’étaient déjà écoulées depuis l’heure prévue du retour.

Liza avait entendu mes mots, avait regardé l’horaire et s’était gratté la tête.

« Hein ? Vraiment. Il n’est pas revenu, » murmura Liza.

« A-t-il oublié de l’écrire ? » demandai-je.

« Non, quand tu reviendras du donjon du Roi-Démon, cela sera rempli automatiquement, donc ce n’est pas possible, » répondit Liza.

En voyant l’horaire sans la case pour le retour, l’expression de Liza était devenue un peu plus sérieuse.

« Que fais-tu dans ce cas ? » demandai-je.

« Eh bien, les gens libres vont le chercher. La plupart d’entre eux sont juste tellement pris par l’exploration des donjons et ils oublient le temps, mais il se peut qu’ils soient blessés et ne puissent pas bouger. Les donjons du Roi-Démon sont dangereux à visiter, » déclara Liza.

« C’est vrai. C’était un environnement si difficile que j’aurais été blessée si je n’avais pas eu Chrono et Liza-chan, » déclara Sophia.

Certes, nous avions pu survivre à l’attaque des champignons avec un bâton de bois, mais cette puissance était ce que nous trouvions dès le début.

Si vous alliez plus loin, vous auriez encore plus de menaces.

« Alors, nous allons plonger et chercher cette personne, » déclarai-je.

« C’est vrai. Le but principal est de chercher, mais… Je serais heureuse que nous puissions trouver cette personne si c’est possible. Je suppose que je vais juste gronder cette personne parce que ce n’est probablement rien, » déclara Liza.

« Eh bien, c’est vrai, » déclarai-je.

Ce type nommé Salmade avait dans tous les cas plongé plus profondément que nous. Ce gars aura beaucoup d’informations. Si c’est le cas, même si rien ne s’est passé, je veux aussi le rencontrer et échanger des informations pendant les recherches.

« Alors, mon but est de rechercher l’héritage et de rechercher cet individu. Sophia, viens-tu avec moi ? » demandai-je.

« Oui, je suis d’accord même si je suis une débutante ! Je vais suivre Chrono ! » répondit Sophia.

Je suis aussi un débutant, donc je ne veux pas que tu aies des attentes excessives, mais j’ai pu me fixer un objectif pour l’instant.

« Alors, allons-y quand les outils seront prêts. Liza, Sophia, » déclarai-je.

« Oui, allons-y, Chrono ! Sophia-chan, » répondit Liza.

« Oui ! » répondit Sophia.

Puis nous étions retournés dans le donjon du second Roi-Démon. Non seulement pour le trésor du Roi-Démon, mais aussi pour chercher une personne.

***

Chapitre 19 : Contrôle partiel du donjon du Roi-Démon

Un moment après être entré dans le deuxième donjon du Roi-Démon, j’avais remarqué que l’environnement avait changé par rapport au matin.

« Les Matangos n’attaquent pas, » déclarai-je.

L’assaut des Matangos, qui avaient surgi des murs et des sols, avait cessé. Ils étaient aussi apparus, mais ils n’avaient montré aucune hostilité. Ou plutôt, ils s’inclinèrent devant nous.

« … Qu’est-ce qui se passe ? » demandai-je.

« Oh, c’est parce que Chrono, tu as pris le sceau du contrat qui a créé le monstre et tu l’as utilisé. Ce pouvoir est activé, » répondit Liza.

On m’avait dit que c’était une pierre qui contrôlait les monstres. Cependant,

« Peux-tu l’utiliser juste en la prenant ? Qu’est-ce qu’une pierre de scellement de contrat ? » demandai-je.

« Non, on ne peut pas l’utiliser à moins de montrer qu’il t’appartient, et en premier lieu, tu as besoin d’un excellent contrôle pour la posséder. C’est seulement avec un certain pouvoir que tu peux utiliser l’héritage du Roi-Démon, » répondit Liza.

Alors, pourquoi le pouvoir de la pierre contractée avait-il été activé. J’avais sorti la pierre que je gardais dans ma poche.

La pierre était faiblement enveloppée d’une lumière noire familière. Ou plutôt, mes chaînes recouvraient la pierre.

« Hum, cette chaîne s’enroule toute seule. Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

« La chaîne montre que tu es le propriétaire, Chrono. Tu as été reconnu comme le propriétaire de l’héritage du Roi-Démon. Félicitations ! » déclara Liza.

« Eh bien. Que se passerait-il si je n’étais pas reconnu comme le propriétaire ? » demandai-je.

« Dans ce cas, ça ne marche pas. Cette fois, l’effet a été démontré, le contrôle du monstre s’est déplacé vers toi. Oh, mais ce n’est pas parce que tu la possèdes que ça en fait un contrat, le monstre ne peut pas être manipulé juste parce qu’il n’attaque pas. Soyez tous les deux prudents, » déclara Liza.

Alors, c’est ça. Je ne savais pas grand-chose de ce contrat et de ses utilisations détaillées, mais j’avais découvert que l’héritage de ce Roi-Démon pouvait aussi être utilisé pour éviter les monstres.

… Contrairement au protecteur de la porte, les Matangos revenaient même si vous le battiez, c’était un peu gênant.

Ce serait d’une grande aide si vous pouviez vous déplacer en toute sécurité à l’intérieur du donjon sans avoir à les vaincre.

« Alors, veux-tu marcher à la recherche de Salmade ? » demandai-je.

« Oui, allons-y. Je pense que si on trouve une porte ouverte et qu’on entre, on va le rattraper, » déclara Liza.

Le guide du dominateur énonçait les règles, l’une d’entre elles était de garder la porte ouverte lors de l’exploration d’un donjon. C’était pour que les gens qui viennent plus tard sachent plus facilement où vous étiez passé.

Donc, cette fois, j’allais suivre les portes ouvertes.

« Eh bien, nous allons y aller. Sophia, pourrais-tu me dire si tu entends quelque chose d’inhabituel sur le chemin ? » demandai-je.

« Oui, compris. Je vais y aller avec l’audition approfondie des vampires, » déclara Sophia.

Les vampires avaient le plus haut niveau d’audition parmi les démons. Avec elle, vous ne manquerez jamais une voix. En gardant cela à l’esprit, nous nous déplaçons régulièrement dans le donjon pendant que les Matangos surgissaient.

Ou plutôt, l’effet de cette pierre de sceau de contrat était étonnant.

Il n’y avait aucun signe que les Matangos attaqueraient même si nous descendions au deuxième ou au troisième niveau. Grâce à cela, nous étions descendus au quatrième niveau sans nous arrêter.

« Wôw, un gardien. Il y en a aussi ici, » déclarai-je.

Dans un grand passage au quatrième niveau, je m’étais arrêté. La raison est qu’il y avait six gardiens devant la porte.

J’avais apporté un bâton en bois, mais c’était un peu douloureux et dangereux de faire face à de multiples ennemis. Je devrais coopérer avec Liza et Sophia pour les vaincre, mais j’étais sûr qu’elles seront épuisées.

« Oh, c’est bon, Chrono. Je pense que tu pourras passer en brandissant la pierre du contrat, » Liza avait ri et elle l’avait dit. Je pensais que la pierre ne contrôlerait que Matango, mais apparemment non.

Je me demande si c’est vrai.

J’avais levé le sceau du contrat et j’étais allé près des gardiens. Et puis…

« … »

Les gardiens s’étaient immédiatement agenouillés devant moi. Ce spectacle calme et légèrement intimidant m’avait rendu un peu nerveux.

« Euh… Liza. La puissance de ce sceau de contrat, n’est-elle pas trop forte ? Il fonctionne pour tous les monstres de ce donjon, » demandai-je.

« C’est vrai. C’est l’héritage du Roi-Démon. C’est naturel d’avoir un pouvoir fort ! » Liza l’avait dit avec désinvolture.

Je ne pensais pas de cette façon, car je n’avais vu que les héritages du Roi-Démon qui semblaient utiles dans la vie de tous les jours, comme le matelas où l’on pouvait bien dormir, et une armoire qui contient des vêtements sans fin.

… Si vous y pensez, les noyaux mères et autres choses ridicules étaient aussi des héritages des Rois-Démons.

J’en étais conscient maintenant.

« L’héritage du Roi-Démon est incroyable, » déclarai-je.

« Ah, c’est vrai. Je suis contente que tu aies compris ça. En fait, ce n’est pas seulement le pouvoir de l’héritage du Roi-Démon, » déclara Liza.

« Eh ? »

Liza avait regardé la pierre du sceau de contrat et m’avait regardé dans les yeux.

« La raison pour laquelle les gardiens se sont agenouillés est que tu as le pouvoir de contrôler l’héritage du Roi-Démon. Tu ne l’utilises généralement pas comme ça, » annonça Liza.

« Vraiment ? » demandai-je.

Je ne savais pas ça parce que je n’avais jamais vu d’autres personnes l’utiliser.

« Oui. Par exemple, si le professeur Dante l’utilise, je pense qu’il sera difficile de réprimer un Matango. Donc, c’est le résultat de ton pouvoir, Chrono. C’est une bonne idée de s’en souvenir précisément, » déclara Liza.

« … Je vois. Eh bien, je m’en souviendrai correctement, » répondis-je.

« OK. Héhé, cette activité fait partie de la leçon. Mais je suis contente qu’on m’ait appris quelque chose de nouveau, » déclara Liza.

Avec un sourire, Liza s’avança.

Et, j’avais aussi plongé plus profondément dans le donjon avec Sophia tout en ressentant à nouveau la puissance de l’Héritage du Roi-Démon.

***

Chapitre 20 : Les capacités et compétences particulières des démons

Bien que nous ayons déjà marché jusqu’au dixième étage, les monstres avaient quand même traîné autour de nous sans rien faire. Jusqu’à présent, le voyage avait été très simple,

« Oh, attends, Chrono-san, » Sophia s’était soudain mise à crier alors qu’elle marchait le long d’une allée en courbe au dixième étage.

« Que s’est-il passé ? » demandai-je.

Sophia indiqua le bout de la route où nous marchions. Il y avait là une porte composée d’arbres…

« Je peux entendre quelque chose comme un battement de cœur à travers cette porte, » déclara Sophia.

« Un battement de cœur ? » demandai-je.

« Oui, dans ce cas, il peut s’agir d’une impulsion. Il y a un bruit de quelque chose qui coule, » rajouta Sophia.

Je n’avais rien entendu, mais c’était elle qui possédait l’ouïe fine, alors j’étais sûr qu’elle avait raison. Liza, qui avait entendu les paroles de Sophia, avait observé la porte avec un regard méfiant.

« Il n’y a pas de réponse magique, donc pas de mécanisme magique. Mais il n’y a aucun signe qu’elle a été ouverte, » déclara Liza.

« Bien sûr, ce n’est pas ouvert. Sur la carte, il y a un escalier qui mène au onzième étage, » déclarai-je.

Et les escaliers qui se trouvaient devant étaient le seul moyen qui reliait les dixième et onzième niveaux.

Nous n’avions pas vu Salmade à ce niveau. Je pensais qu’il n’était pas là. Nous avions perdu la piste.

« Nous sommes-nous croisés... Non, ce n’est pas comme ça, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« Oui, c’est presque une route droite jusqu’à présent. Je n’ai même pas trouvé de passages cachés. Peut-être que cette porte est un Écotype, et qu’il y a une zone qui ferme automatiquement la porte, » expliqua Liza.

« Écotype ? » demandai-je.

« Oui. Cette porte est peut-être vivante. Il y a généralement des êtres vivants dans l’héritage du Roi-Démon, et un Roi-Démon qui créait des créatures n’est pas rare, » répondit Liza.

Je vois. Y a-t-il une possibilité de porte automatique vivante ? Si c’est le cas, je pense qu’il serait préférable d’enquêter.

« Si c’est le cas, Chrono-san, je vais le vérifier maintenant, » déclara Sophia.

Sophia avait fait un pas en avant.

« Je sais où je peux entendre les battements du cœur, je pense que je pourrai examiner cela avec attention, » déclara Sophia.

« Oh, je te laisse faire, » déclarai-je.

Elle s’était approchée de la porte. Et alors…

« — ! »

La porte s’était ouverte et beaucoup d’eau était arrivée en réponse. L’élan était si intense que cela avait commencé à entraîner nos corps.

« Wôw, c’est terrible… !? Ceux qui savent voler, volez ! » Liza déclara ça en montant sur une canne sortie de sa poche. Elle s’était assise en l’air. Comme prévu, c’est un Roi-Démon. La magie du vol était facilement utilisable.

Je devais également évacuer rapidement,

« Eh, euh… !? » Sophia était perplexe devant moi, je ne pouvais pas l’ignorer. Donc,

« Sophia, viens ici ! » déclarai-je.

« — Hein !? » s’exclama Sophia.

J’avais immédiatement tiré la chaîne qui nous reliait, Sophia et moi. La puissance avait été transmise à la chaîne qui était enroulée sur tout son corps, et son corps avait été attiré vers moi en même temps. Et puis, sans s’arrêter.

« Je suis désolé, mais je vais te donner un ordre. Accroche-toi à mon corps, » ordonnai-je.

« Oui… oui ! » répondit Sophia.

Mes ordres obligeaient le corps de Sophia à bouger rapidement et ses bras à s’enrouler autour de mon corps. Elle l’avait serré très fort dans ses bras,

« OK… ! » déclarai-je.

J’avais donné des coups de pied au sol, j’avais sauté et je m’étais collé le dos au plafond. J’avais saisi le plafond fait d’arbres avec mes deux mains et mes deux pieds et j’y avais maintenu mon poids fermement. Le poids de Sophia était également suspendu à mon bras, mais elle n’était pas si lourde, donc il n’y avait pas de problème.

Alors que j’étais collé au plafond, l’eau coulait vigoureusement sous mes yeux.

« Wôw, où cela a-t-il stocké cette quantité d’eau ? Est-ce que Sophia va bien aussi ? » demanda Liza.

J’avais parlé à Sophia, qui s’accrochait à mon cou, et elle avait hoché la tête avec un visage légèrement rouge.

« Je vais bien. Je te remercie. Chrono-san, tu utilises une magie si puissante que je n’arrive pas à croire que je puisse flotter comme ça…, » déclara Sophia.

« Oui ? Non, je peux difficilement utiliser la magie. Cela ne fait que me coller au plafond, » déclarai-je.

« Eh… ? » À vrai dire, Sophia avait les yeux écarquillés.

Lorsque je m’étais tordu le cou pour lui demander si je devais lui en dire plus, Liza, qui flottait en l’air sur une canne, m’avait appelé.

« Wôw, Chrono, comment fais-tu ça ? Je ne peux pas détecter de pouvoir magique de ta part. Est-ce une technique ? » demanda Sophia.

Elle a appelé au bon moment. Avant d’expliquer à Sophia, répondons à Liza.

« J’ai juste accroché mes mains et mes orteils sur une bonne surface inégale, je l’ai appris d’un vieil homme qui aimait l’escalade dans la campagne. Il peut se coller au mur, » répondis-je.

« Ah, c’est vrai. Tu as enlevé tes chaussures d’une manière ou d’une autre. Ce vieil homme est-il un ninja ? » demanda Liza.

« Non, non, il n’avait pas de travail à la campagne. Il semble qu’il ait travaillé dans la ville dans le passé, » répondis-je.

Maintenant, c’était juste un alpiniste, alors je ne lui avais pas demandé de détails.

… Rétrospectivement, c’était un étrange vieil homme.

Il avait dit que la matinée ne commençait pas avant qu’il ait fait au moins trois fois l’ascension de la montagne, et qu’il se couchait avant que le soleil ne disparaisse. Il allait à la montagne, puis revenait. Il l’avait fait trois fois avant que le soleil ne soit haut, et finalement, il faisait des travaux de terrain chez moi.

Chez moi, on s’occupait de médecine, donc j’avais une relation avec lui. S’il y avait une herbe médicinale rare dans les montagnes et qu’il pouvait être difficile de l’obtenir, j’allais gravir la montagne avec lui.

Ce que j’avais appris à l’époque, c’était cette technique d’accrochage. C’était une technique pratique qui pouvait être utilisée non seulement pour grimper, mais aussi lorsqu’il était probable qu’on glisse vers le bas, car cette technique pouvait maintenir le corps même sur une surface plane avec un peu d’irrégularité.

« Je suis content que la technique d’escalade soit utile, » déclarai-je.

« Non, Chrono-san. Je pense que c’est une technique transcendantale qui n’est pas liée à l’alpinisme, » déclara Sophia.

« Vraiment ? Eh bien, le vieux monsieur qui aime escalader la montagne peut sûrement te l’apprendre, car tout le monde peut le faire. Mes voisins ont également pu le faire, » déclarai-je.

« Tes voisins aussi ? C’est incroyable. Chrono-san et la ville natale de Chrono…, » déclara Sophia.

J’étais content que Sophia le dise, mais beaucoup de démons pouvaient voler dans le ciel. Par rapport à cela, cette technique était vraiment médiocre.

… Liza pouvait voler dans le ciel. Si Sophia n’avait pas été confuse, elle pourrait voler avec les ailes de vampire.

Je suis un diable qui ne pouvait ni voler ni flotter et qui n’avait pas de particularités. D’autres démons avaient beaucoup de pouvoirs spéciaux, mais je n’avais pas tant de bonnes choses.

Je n’avais donc pas eu d’autre choix que d’utiliser ce genre de technique pour me rattraper, et pendant que je réfléchissais, le flot d’eau sous mes yeux s’était arrêté. L’eau accumulée disparaissait au fur et à mesure qu’elle était absorbée par les sols et les murs.

Après l’avoir vérifiée, j’étais descendu au sol et j’avais interrompu mon contact avec Sophia.

« Oh, merci, Chrono-san. La prochaine fois, je ferai de mon mieux pour l’éviter, » déclara Sophia.

« OK, je compte sur toi. Cependant, c’était un gros piège, » déclarai-je.

Il n’y avait plus de flaque à mes pieds. L’eau semblait avoir été complètement absorbée.

« C’est un mécanisme intéressant. Je me demande si cela utilise de l’eau au sol et sur les murs pour faire circuler l’eau. Chrono. Regarde derrière toi ! » cria Liza.

Liza, regardant autour d’elle avec un regard intéressant, m’avait montré du doigt. Il y avait un énorme trou à l’endroit où il y avait un mur jusqu’à il y a peu de temps. La crue éclair a-t-elle déclenché l’ouverture ? Cependant,

« Ce n’est pas sur la carte, est-ce un passage nouvellement découvert ? » demandai-je.

« C’est exact. Vous aurez de nouveau droit à la redevance de cartographie, Chrono et Sophia, » déclara Liza.

« O-Oui, » m’exclamai-je.

C’était bien d’être payé, mais ce n’était pas ce qui me dérangeait.

« … Salmade a-t-il  volé dans le ciel, ou a-t-il un physique lourd et puisant ? » demandai-je.

« Oui, c’est un lycanthrope aîné et sa race ne lui permet donc pas de voler dans le ciel. Son corps est petit et pas lourd, » déclara Liza.

« Alors, est-il probable qu’il ait été emporté et qu’il soit allé là-bas ? » demandai-je.

« Oui, parce qu’il n’aurait probablement pas la magie nécessaire pour résister à cette crue éclair, » répondit Liza.

Il y avait encore des traces de notre Senpai…

« Alors, voulez-vous aller dans ce trou ? » demandai-je.

« C’est exact. C’est l’étage inférieur. Alors, mettons-y tout notre cœur., » déclara Liza.

« Oh, oh ! »

Il semblerait que nous pourrons bientôt rencontrer notre Senpai. Tout en pensant ainsi, je marchai vers le grand trou.

***

Chapitre 21 : Le Loup Argenté dans la Cage

Nous étions entrés dans le trou du dixième niveau. Il s’agissait d’un passage descendant un peu plus sombre que le reste de la zone.

« Chrono et Sophia, il semblerait que vous ayez trouvé une nouvelle voie, » déclara Liza.

« Vraiment ? Je peux enfin voir de la lumière, » déclarai-je.

« Ah, c’est vrai ! » s’exclama Sophia.

Après quelques minutes à pied, nous étions sortis dans une grande salle lumineuse.

Il s’agissait d’une grande pièce avec le plafond le plus haut que j’avais jamais vu jusqu’à maintenant.

Certains des arbres qui composaient la pièce présentaient la propriété d’émettre de la lumière, et la lumière brillait suffisamment pour être belle d’un coin à l’autre de la pièce.

En raison de cette bonne vue, quelque chose se détacha, alors que cela avait été placé au centre de la pièce.

« Est-ce une boîte ? » demandai-je.

Une boîte faite d’arbres sombres et en forme de parallélépipède rectangulaire se trouvait au centre de la pièce. D’une certaine manière, elle avait la forme d’une cage. Et si vous regardez de près ce qu’il y avait à l’intérieur…,

« Oh, il y a quelqu’un à l’intérieur, » Liza, qui l’observait de près, avait haussé la voix.

« Eh !? … Oh, c’est vrai ! » répondis-je.

Il y avait une fille aux cheveux argentés à l’intérieur.

« Oui, c’est Salmade ! Elle était là ! » s’exclama Liza.

Il s’agissait donc de Salmade qui était entrée dans le donjon plus tôt dans la journée.

Peut-être avait-elle entendu la voix de Liza, car la fille appelée Salmade s’était levée et s’était tournée sur elle-même d’un faible mouvement.

« … Roi-Démon ? Pourquoi êtes-vous ici ? » demanda Salmade.

« Oh, c’est bien. Tu es consciente, » déclara Liza.

La fille dans la cage avait des oreilles de loup sur la tête et une queue de loup. Il était certain, selon les informations, qu’il s’agissait bien d’un lycanthrope.

… Mais il s’agissait d’une fille…

C’était inattendu, car il n’y avait pas d’information sur ça. Alors que j’y pensais, Liza essayait de se rapprocher de la cage où se trouvait Salmade.

« Je vais y aller maintenant pour aider. Attends un instant…, » déclara Liza.

« Non, ne venez pas, » déclara Salmade.

Mais au moment où Liza avait fait quelques pas dans sa direction, la fille aux cheveux d’argent avait secoué la tête.

« Hein ? Pourquoi ? » demanda Liza.

« C’est un piège, » répondit Salmade.

« Est-ce bien le cas ? Est-ce un monstre ? Mais c’est très bien ainsi. Hé, Chrono, » m’avait appelé Liza.

« Les monstres, ça va, » répondis-je.

J’avais marché jusqu’à Liza en sortant la pierre de sceau.

« Les monstres ne nous attaquent pas, car ce nouvel étudiant, Chrono, a trouvé la pierre de sceau et il a pu l’utiliser, » expliqua Liza.

Peut-être qu’en entendant les paroles de Liza, et en étant surprise par ma pierre de sceau de contrat, Salmade avait légèrement ouvert les yeux. Et les oreilles sur sa tête tremblèrent.

« Sois donc soulagée, » Liza se rapprocha, en disant cela.

Cependant,

« C’est étonnant de trouver la pierre du contrat… mais on ne peut toujours rien y faire face à ça. Peu importe à quel point vous essayez d’éviter les monstres avec la pierre de contrat, le piège ici est l’héritage d’un Roi-Démon. Je ne suis pas sûre que ça va marcher. Alors non, fuyez… ! » déclara Salmade.

Dès que nous nous étions approchés de la cage, les arbres autour de la cage s’étaient soudainement dressés. Ils ont fait un bruit de vent et se sont mis à bouger.

« Oh, Chrono ! Recule ! » ordonna Liza.

« Oh, oui, je comprends, » répondis-je.

Mais les arbres avaient frappé plus vite que nous ne pouvions bouger. Ils s’étaient penchés tel un fouet et avaient visé mon visage. Cependant,

« Ah, c’est plus lent que le piège à lance du premier Roi-Démon, » déclarai-je.

Heureusement, je l’avais évité.

Il ne pouvait se déplacer qu’en ligne droite par rapport à la ligne de croissance de l’arbre, alors j’avais réussi à le dévier et à m’échapper avec Liza.

« Eh bien, c’était dangereux, » déclara Salmade.

Alors que Salmade parlait à Liza, essuyant la sueur sur ses joues, elle éclata de rire.

« Ah, oui. Je crois l’avoir vu ce jour-là, mais… y a-t-il une différence de vitesse entre la lance et le fouet ? » demanda Liza.

« Oui, Liza, as-tu vu le fouet de cet arbre ? » demandai-je.

« Oui. Je l’ai mieux vu que la lance qui sortait, mais je ne suis pas sûre de pouvoir dire que cela avait été plus lent. Hey, Sophia-chan, » déclara Liza.

« Oui, je l’ai vu, mais… comment pouvons-nous l’éviter ? » demanda Sophia.

Elles ne semblent pas être d’accord avec mon opinion. Il faut s’y habituer, donc je suppose qu’on ne peut rien y faire. Et l’important maintenant n’est pas de savoir comment l’éviter ou à quelle vitesse.

« En tout cas, ce fouet est toujours dangereux, alors déplaçons le plancher pour l’instant, » déclarai-je.

La première chose à faire était d’éliminer le fouet de cet arbre. C’est pourquoi j’avais mis la « chaîne de contrôle » par terre. Et j’avais fait glisser le sol aussi fort que j’avais pu. Alors…

« Wôw…, » s’exclama Salmade.

Tout d’abord, la cage, qui semblait être reliée au sol, avait été coupée et elle avait commencé à rouler. Et…

— Butchi.

Avec un son lourd, tous les fouets des arbres qui avaient poussé autour de la cage avaient été arrachés de là. Puis ils s’étaient effondrés, car ils avaient perdu leur énergie.

« Hmm, le mouvement des fouets s’est arrêté, cela peut aider Salmade, » déclarai-je.

« Oui, c’est bon. Merci, Chrono. Mais la puissance de Chrono est un fléau pour tous les pièges installés, » déclara Liza.

« C’est exact. Je suis surpris par le système d’installation, et il est utile d’avoir une bonne compatibilité, » déclarai-je.

En disant cela, je m’étais approché de la cage endommagée.

« Eh… »

Dans la cage à moitié brisée, Salmade semblait n’avoir aucune idée de ce qui se passait.

Parce que je l’avais bougé soudainement, avait-elle été blessée au niveau des jambes ou bien s’était-elle affaiblie dans la cage ?

En tout cas, il était dangereux de la laisser telle quelle, j’avais mis ma main dans la cage pour la sauver.

« Pouvez-vous la prendre ? » demandai-je.

« Ouaip…, » répondit Salmade.

Les bras fins de Salmade avaient faiblement saisi ma main. Je pense qu’il est préférable de la tirer vers le haut vu sa faiblesse.

Quand j’avais pensé cela, je l’avais lentement sortie de la cage et je l’avais soulevée à deux mains. Son corps était plus petit que prévu, et j’avais donc pu la soulever.

J’avais essayé de le poser sur le sol, mais Salmade avait bougé ses beaux yeux argentés et m’avait regardé fixement en saisissant l’ourlet de mes vêtements.

« Que se passe-t-il ? » demandai-je.

« Vous êtes… qu’est-ce que vous êtes ? » Puis elle avait incliné la tête et avait posé une question.

Il était difficile de répondre à la question « quoi », mais devrais-je quand même lui donner des faits objectifs ?

« — Je suis un démon normal, et je vais être votre cadet. Alors, merci, Salmade-senpai, » déclarai-je.

« Un démon normal… Je n’en suis pas sûre, mais… ravie de vous rencontrer, » répondit Salmade.

De toute façon, ce n’était pas un trésor, mais il semblerait que j’avais réussi à obtenir une Senior. C’était une personne un peu plus âgée que moi, mais avec un corps beaucoup plus petit que le mien.

***

Chapitre 22 : Nouvel arrivage

Après avoir aidé la fille lycanthrope à sortir de la cage d’arbre, nous avions décidé de retourner au Château du Roi-Démon.

Les pièges posés dans le donjon et l’héritage du Roi-Démon étaient étonnants, mais les monstres agissaient toujours comme à l’allée, et donc le voyage de retour était très facile.

« Cela fait déjà un bon moment que nous sommes parties. Il sera temps pour le dîner quand nous rentrons au château. Sophia, il y a un menu secret dans la cafétéria qui est agréable pour les femmes, mais je vais te le dire, » déclara Lisa.

« Oh, merci beaucoup, » répondit Sophia.

Lisa et Sophia parlèrent ainsi sans être en état alerte devant nous.

Eh bien, ce n’était pas du tout un problème, même dans un tel état, car grâce à l’héritage, nous devions seulement nous préoccuper des pièges.

Cependant, j’avais un problème personnel,

« Euh, Salamad -senpai ? Pourquoi tiens-tu mon ourlet depuis un bon moment ? » demandai-je.

La fille-louve aux cheveux d’argent marchait tout en attrapant l’ourlet de mes vêtements.

« Pas bon… ? » Elle inclina la tête avec une faible expression en demandant ça.

« Je ne sais pas, je me demande pourquoi tu fais ça ? » demandai-je.

Elle avait choisi de le faire avec une telle puissance que j’avais du mal à marcher. Je n’avais pas vraiment compris cette intention.

Qu’est-ce que c’est ? J’avais l’impression que ses yeux étaient fixés sur moi depuis un moment.

Alors, quand j’avais demandé, elle avait gonflé sa poitrine avant de parler. « Je ne me suis pas présentée. Je réfléchissais au moment où il fallait le faire. »

« Oh, oui. Je vois, » répondis-je, alors que je réfléchissais.

A-t-elle tenu mon ourlet pour pouvoir faire ça ? En parlant de ce qu’elle a dit, cette senpai était-elle assez mauvaise quand il s’agit de parler ou est-elle maladroite ? Mais si je sais pourquoi, c’est correct.

« Alors, je vais faire vite, je suis Chrono, de la race des diables. Tu viens de te présenter, » déclarai-je.

Après que j’eus fini de parler, elle avait commencé à bouger la bouche.

« … Oui, Chrono, merci. Je suis Yukino Salamad. Salamad est le nom d’un clan d’hommes-loups. Alors, appelle-moi par mon prénom ou tu ne désigneras pas un individu spécifique, » déclara Yukino.

« Oh, alors, cela sera Yukino-san, » déclarai-je.

« Oui… c’est bien. C’est très bien… ! » s’exclama-t-elle.

Quand je l’avais appelée par son prénom, elle avait bougé ses oreilles et sa queue. Elle parlait difficilement, mais ses oreilles et sa queue permettaient de comprendre facilement ses émotions.

Je lui suis reconnaissant d’avoir de telles caractéristiques de démon.

« Mais à ce propos, Yukino. Est-ce que ton corps a un problème ? » demandai-je.

« Je ne suis pas sûre… Je ne me sens pas bien, » déclara Yukino.

Yukino n’avait pas pu tenir debout immédiatement après le sauvetage. Maintenant, elle pouvait marcher d’une manière ou d’une autre, mais elle était instable. Cependant, c’était une chance que ce soit tout.

« Tu as été frappée par ce fouet après avoir été emportée par les eaux, n’est-ce pas ? T’es-tu cassé un os ou quelque chose comme ça ? » demandai-je.

« Comme je suis un lycanthrope, je possède de grandes capacités régénératrices. Cependant, après m’avoir frappée, le fouet restait tout le temps dans la cage en me bloquant, donc je n’avais pas de force, » déclara-t-elle.

La caractéristique démoniaque des lycanthropes était leur capacité de régénération transcendantale. C’est pourquoi elle continua à donner des coups de pied pendant sa captivité.

J’avais regardé ma taille en pensant que c’était bien pour les démons qui avaient vraiment de telles capacités. Sa main tenait encore l’ourlet de mes vêtements.

Ou plutôt, son nez et sa tête frottaient contre mon corps.

« Euh, Yukino ? Notre introduction est terminée, mais qu’est-ce que c’est que ça ? » demandai-je.

« … Je t’ai vu bouger plus vite que moi. Es-tu vraiment un démon ? C’est une étrange façon de faire bouger ton corps comme ça, » déclara-t-elle.

Elle m’avait dit quelque chose sur la façon dont mon corps bougeait, ce qui lui semblait étrange, alors même si je n’avais vécu que normalement.

Je ne suis plus un gosse, alors je sais que je ne suis en rien spécial.

« Alors, qu’en dis-tu ? Comme tu peux le voir, je suis un diable avec de petites cornes, » déclarai-je.

« Oui, je comprends. Excuse-moi d’avoir dit des choses bizarres, et j’ai oublié de le dire. Merci de m’aider, Chrono, » déclara-t-elle.

Tout en me remerciant, Yukino s’était inclinée.

« Oh non, ne t’inquiète pas. Je suis allé auprès de toi, Yukino, parce que je voulais beaucoup d’informations, » répondis-je.

« Vraiment ? Alors je comprends un peu la situation. Je te dois une fière chandelle. Je te rendrai la faveur que tu m’as accordée cette fois avec des informations. Nous, les lycanthropes, rendons ce qu’on nous donne, » déclara Yukino, avec un petit sourire et en saisissant à nouveau mon ourlet.

Elle semblait être une mauvaise oratrice, mais ses émotions étaient assez riches. Il y avait aussi un sentiment enfantin chez elle.

Alors que j’avais regardé Yukino en pensant à une telle chose…

« Chrono. Il est temps de sortir, » déclara Lisa.

Lisa, qui était devant, était venue vers moi en courant. Puis, quand elle avait vu Yukino serrée contre moi, Lisa avait eu l’air surprise.

« Oh ? Il est rare qu’une Salamad grincheuse ressemble à ça, » déclara Lisa.

« Grincheuse ? Yukino ? » demandai-je.

Elle semblait être une personne parlant peu, mais je pense qu’elle est assez honnête, mais est-ce différent pour Lisa ?

« Il m’a fallu plusieurs mois pour qu’elle s’ouvre à moi. Eh bien, il semble que vous soyez déjà amis tous les deux ! Il vaut mieux bien s’entendre, » déclara Lisa.

J’avais eu l’impression d’être nostalgique quand elle avait dit qu’il valait mieux s’entendre avec les autres.

Non, je ne sais pas si l’expression que j’ai utilisée à propos de la nostalgie est parce qu’il s’agit d’une personne plus âgée. Mais je pense que c’est une bonne chose que nous nous entendions bien.

« Eh bien, tout le monde. Retournons au château, mangeons un peu pendant que nous rédigeons un rapport. Allez, on y va, » déclara Lisa.

Ainsi, nous nous étions échappés du donjon avec le Roi-Démon après un voyage à haute tension.

Il s’agissait du troisième jour après l’entrée chez les Dominateurs.

J’avais ramené l’une de mes aînées depuis le donjon et j’avais réussi à revenir au château en toute sécurité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Monsieur Chrono on échange de vie s'il vous plaît ? ^^

Laisser un commentaire