Wortenia Senki – Tome 5 – Prologue – Partie 2

***

Prologue

Partie 2

C’était quelque chose que Tachibana n’aurait pas fait normalement, mais quelque chose dans cette situation inhabituelle avait perturbé son sens du jugement. Il avait finalement pris une poussée de lance sur son abdomen exposé et tomba au sol.

« M. Tachibana ! »

Le cri d’Asuka résonna contre le plafond en forme de dôme.

« N’êtes-vous pas pleins d’entrain ? Vous ferez de bons pions. », dit Misha, en faisant un signe de tête aux deux personnes qui étaient couchées sur le sol.

De bons pions à envoyer sur le champ de bataille.

La vie d’un pion était jetable, mais comme les convoquer et les former demandait beaucoup de dépenses, elle préférait qu’ils ne se brisent pas après une ou deux batailles.

« Il ne reste plus que toi… » dit Misha, en poussant son menton dans la direction d’Asuka pour signaler à l’un des chevaliers de la suivre lorsqu’elle s’approchera d’elle.

Misha regarda alors Asuka fixement, comme si elle la léchait de haut en bas. Ses yeux étaient pleins de pure appréciation. Comme une femme au foyer qui inspectait un légume pour en vérifier la fraîcheur.

« Tu es jeune, et ton physique n’est pas mauvais. Ton unification linguistique a été achevée dès que tu as été convoquée, tu devrais donc avoir la tête sur les épaules. Je suppose que ton potentiel en tant que pion est plus que suffisant, mais… »

Misha secoua ensuite la tête, comme si elle le regrettait, mais un sourire méchant et contrasté se dessina sur ses lèvres.

« J’ai convoqué une si jolie fille. T’utiliser comme un soldat jetable serait du gaspillage. J’aimerais beaucoup t’utiliser, mais je pense que tu serais plus apte à servir de compagne pour Sa Majesté. Après tout, il me demande de lui amener quelqu’un depuis longtemps… »

Cela dit, Misha tendit la main vers Asuka.

« Qu’est-ce que vous… ? »

Asuka n’avait aucun moyen de savoir quel terrible destin l’attendait, mais elle pouvait instinctivement dire que quelque chose de mal allait arriver.

« Non… Restez en arrière… »

Elle reculait en titubant, se sentant comme un petit animal qu’un prédateur dévisageait. Mais après ces quelques pas, ses genoux avaient plié et elle était tombée sur le dos. Misha s’était approché d’elle avec un rictus sur les lèvres.

« Oh, tu n’as pas besoin d’avoir si peur. Il ne t’arrivera rien de mal. Non, comparé à ces hommes là-bas, tu auras un meilleur sort. Tu porteras des vêtements faits avec soin par les meilleurs artisans, tu auras trois repas par jour, de ceux que la plupart des nobles ne mangent même pas… Et tu n’auras jamais à mettre les pieds sur le champ de bataille. Tu n’auras qu’à tenir compagnie à Sa Majesté au lit pendant la nuit. Ce n’est pas grave… Tu es jeune et jolie, donc je suis sûre que Sa Majesté t’adorera. Au moins jusqu’à ce qu’il trouve un nouveau jouet… J’en suis certaine. »

Et avec cela, Misha s’était vite mis à chanter.

« Dieu de la Lumière Meneos, respecte l’ancien serment et lie leurs âmes dans les chaînes. »

Après qu’elle ait terminé sa courte incantation, une sorte de signe lumineux était apparu sur la paume droite de Misha et s’était faiblement éclairé.

« Ne t’inquiète pas, ça va faire un peu mal quand je te marquerai avec cette marque, mais ça s’arrêtera bien assez tôt. »

Misha sourit froidement, étendant sa paume vers le visage d’Asuka.

Ryoma ! Sauve-moi !

Le visage mature du garçon fit surface dans l’esprit d’Asuka, mais bien sûr, ce n’était que l’expression d’une sorte de résignation qui la dominait. Il avait disparu il y a des mois, il n’y avait donc aucune chance qu’il apparaisse maintenant.

Et pourtant, les cieux ne lui avaient pas tourné le dos.

Le bruit de quelque chose de dur et en forme de tige roulant sur le sol lui parvint aux oreilles. Et l’instant suivant, une rafale frôla la peau d’Asuka par le côté, accompagnée du bruit de quelque chose de lourd et plein de liquide tombant sur le sol.

Un hurlement animal avait jailli des lèvres de Misha, résonnant dans la pièce, et quelque chose de chaud avait éclaboussé le visage d’Asuka.

« Voudrais-tu bien enlever tes sales pattes de ma petite-fille ? »

Cette voix semblait trop paisible pour cette scène macabre, mais dès qu’elle l’avait entendue, Asuka leva la tête.

« G-Grand-père ! La façon dont tu regardes, c’est… »

Son regard se posa sur Kouichirou Mikoshiba, un homme qui n’aurait pas dû être là. Mais il n’était pas le même qu’avant. Il tenait des katanas dans ses deux mains, qui dégoulinaient de sang formant une flaque sur le sol sous lui. En voyant le visage de son grand-père maculé de sang, les mains d’Asuka avaient sauté sur son propre visage.

Elle avait senti la texture unique du sang sur ses doigts. Et le fait qu’il n’était pas encore sec indiquait clairement ce qui venait de se passer devant elle.

« Grand-père… Pourquoi es-tu ici… ? Et pourquoi… »

Les doigts tremblants d’Asuka indiquaient la silhouette de Misha, qui ricanait froidement il y avait quelques instants, mais qui était accroupie à cause de la douleur.

« Toi ! Qui es-tu ?! »

Les chevaliers avaient été lents à réagir face à ce développement soudain. Pourtant, le chevalier qui escortait Misha tira son épée et éleva la voix. Mais cette épée brandie n’allait pas être abaissée. Jamais.

« Utiliser une position au-dessus de la tête dans cette situation, quand vous n’avez pas mesuré l’habileté de l’adversaire… Idiot… Je vous jure, nous avons eu de la chance de ne pas avoir rencontré quelqu’un de vraiment fort, mais abattre l’ennemi aussi facilement est plutôt désagréable… »

La position au-dessus de la tête, autrement appelée la position du feu. C’était une position offensive bien connue, aussi menaçante que la rage d’une flamme. Mais inversement, si elle ne pouvait pas menacer et accabler l’adversaire, elle ne pouvait pas vraiment être appelée la position du feu. Tout ce qu’elle ferait, c’était exposer son abdomen à l’ennemi.

Soupirant avec exaspération, Kouichirou déplaça négligemment sa main droite sur le côté. La lame traversa l’estomac de l’homme, qui aurait dû être protégé par son armure, le coupant en deux à travers la colonne vertébrale.

« Pas possible… »

Asuka ne pouvait pas croire ce qu’elle voyait. Le chevalier s’effondra à l’envers, son sang rouge foncé et ses viscères se répandant sur le sol. Le visage de Misha se contorsionnait, agonisant, dégoulinant de sang et de salive. La chose qu’elle avait bercée contre sa poitrine était son propre bras droit sectionné.

C’était une réalité qu’elle ne voulait pas accepter. Mais lorsque son esprit avait retrouvé son calme, elle avait dû analyser la situation, qu’elle le veuille ou non.

Il l’a tranché… Il l’a tranché, il l’a tranché, il l’a tranché… Il a vraiment tranché une personne… ?

Asuka savait très bien que Kouichirou était doué pour les arts martiaux, mais cela ne voulait pas dire qu’elle pouvait imaginer qu’il était capable de trancher impitoyablement un autre être humain.

« Hmm, à en juger par l’emblème de leur armure, c’est le royaume de Beldzevia… Je suppose que c’est mieux que d’être convoqué par Helnesgoula ou l’Église du Dieu de la Lumière… », chuchota Kouichirou en tendant la main à Asuka.

« Tu vas bien, Asuka ? »

Sa voix était douce. Elle portait une douceur et une affection qui ne convenaient pas à cet endroit brutal. Mais ce n’était que sa voix. Les chevaliers qui avaient maintenu Tachibana et Kusuda cloués au sol avaient oublié leur rôle originel de protection de Misha, se contentant de regarder ce spectacle macabre les yeux grands ouverts. Bien sûr, comme ils étaient occupés à garder les deux hommes attachés, ils ne pouvaient pas faire grand-chose.

Les détectives n’étaient que des mauviettes face à des chevaliers habiles en magie, mais le problème était que les chevaliers avaient pour instruction de les garder en vie. S’ils étaient autorisés à les tuer, ils trancheraient la tête des hommes sans problème, mais les garder en vie, indemnes et attachés était beaucoup plus difficile, même avec l’avantage écrasant des chevaliers.

Aussi faibles qu’ils soient, Tachibana et Kusuda résistaient désespérément. Du point de vue de Beldzevia, il était important de les garder en vie et entiers, compte tenu de ce qui allait arriver. S’ils étaient blessés et inutiles à leur arrivée, ils auraient peut-être abandonné, mais ils n’avaient fait appel à des gens de la Terre que pour renforcer leurs rangs.

Il avait fallu des préparatifs et des dépenses considérables pour y parvenir, et même si la situation était aussi inattendue qu’elle l’était, ils ne pouvaient pas se permettre de les tuer et ainsi ne rien obtenir après tous leurs efforts. Le fait qu’ils avaient deux hommes qui coinçaient chacun des hommes au sol le montrait clairement.

Mais ce qui avait maintenu ces chevaliers stupéfaits et horrifiés, c’était l’apparition soudaine de Kouichirou Mikoshiba. Il dominait la scène avec un air d’oppression écrasante.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Asuka ? Est-ce que tes genoux ont plié… ? Tu n’es pas blessée ? »

En regardant Asuka, qui le regardait avec stupeur, Kouichirou parla avec le même ton désinvolte qu’il avait souvent. En regardant son grand-père et en gardant le silence sur son attitude, Asuka avait simplement hoché la tête.

« Bien, c’est merveilleux. Alors je vais finir de nettoyer et on rentre. Tu ne veux pas rester ici trop longtemps, n’est-ce pas… ? » dit-il, en fermant les yeux.

Ce geste ne montrait aucun signe de chaleur et de gentillesse dont il faisait souvent preuve envers Asuka. Il arborait un regard artificiel, froid comme l’acier. Il était fixé, bien sûr, sur Misha, qui était accroupie sur le sol tout en tenant son bras coupé près de sa poitrine.

La vue d’une personne pleurant amèrement une blessure aussi grave suffisait généralement à susciter la pitié de quiconque. Asuka elle-même avait oublié le soulagement d’avoir été secourue, et était plutôt inondée de culpabilité à la vue de cette personne si gravement mutilée dans sa propre chair et dans son sang.

Mais du point de vue de Kouichirou, Misha était la source de tout mal, celle qui avait convoqué Asuka, qu’il chérissait comme petite-fille, dans ce monde infernal. Il savait à quel point ce monde était vraiment dur, et il n’avait donc absolument aucune pitié envers cette femme.

Il y avait une divergence dans ce qu’ils savaient et ressentaient tous les deux. La différence étant que l’un d’entre eux comprenait pleinement à quel point ce monde était infernal.

C’était alors que Misha leva soudainement le visage et jeta un regard furieux sur Kouichirou. Ses yeux brûlaient de sombres flammes de haine fumante. Des mots d’agonie malveillante s’échappèrent de ses lèvres avec une voix si vicieuse qu’elle fit naître la peur dans le cœur de quiconque les entendait.

« Je ne te pardonnerai pas ! Je ne te pardonnerai jamais, jamais ! Toi qui n’es qu’un pion de la Terre, comment oses-tu prendre mon bras… Le bras de celui qui porte le destin de Beldzevia ! Comment oses-tu, comment oses-tu… Je n’aurai de cesse que tu sois coupé en morceaux et donné à manger aux cochons ! »

Elle ne criait pas. Mais aux oreilles d’Asuka, les mots de Misha résonnaient trop clairement. Ils étaient épais et portaient une haine pure et inaltérable. Les sentiments de culpabilité et de pitié qu’elle ressentait envers Misha étaient mis de côté par ses paroles et l’éclat terrifiant de ses yeux. Même les chevaliers qui retenaient les détectives au sol semblaient ressentir la même chose, car leur emprise se relâchait quelque peu.

Mais un homme n’était pas ému par les paroles de Misha. Pour Kouichirou, le fait de sentir un regard haineux dirigé sur lui par une autre personne n’avait même pas suscité de réponse. Après tout, il n’avait pas vécu ça. Si quelque chose comme cela suffisait à le faire réfléchir, Kouichirou n’aurait pas survécu aux champs de bataille qu’il avait traversés.

L’instant d’après, la main droite de Kouichirou avait impitoyablement balayé l’air.

« Espèce d’idiote… Si tu as le temps de prononcer des malédictions, utilise-le pour chanter un vrai sort. »

La tête pendue de Misha s’était inclinée sur le côté, et après un court instant, elle roula jusqu’au sol. Kouichirou savait qu’il fallait toujours tuer l’ennemi rapidement. Et il savait aussi combien il était important de ne pas hésiter à tuer quand on en avait l’occasion.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Papy a la rescousse 😈 Quand aux policiers, ils auraient dû sortir leurs pistolets face à des hommes équipés d'épées, pas des matraques 😔

Laisser un commentaire