Wortenia Senki – Tome 5 – Épilogue – Partie 1

***

Épilogue

Partie 1

Des respirations laborieuses échappaient sans cesse des lèvres d’Asuka. Elle ne pouvait pas dire jusqu’où elle avait déjà couru.

« Par ici ! Dépêchez-vous ! »

Kusuda, qui avait pris la tête, lui fit signe.

Il se tenait sous un arbre aux feuilles épaisses.

« Continue, Tachibana ! »

Il avait répété ces mots pour ce qui semblait être la centième fois.

Cela faisait combien de temps… ?

On aurait dit qu’elle avait couru pendant la moitié de la journée, mais c’était impossible. Après tout, la lune brillait encore sur eux d’en haut. Cela faisait probablement une heure environ. Ils avaient fui, essayant de s’éloigner furtivement le plus possible. Et pire encore, ils étaient dans une forêt sombre. Il n’y avait aucun panneau de signalisation et personne à qui demander leur chemin.

Et pourtant, ils avaient eu la chance que Kouichirou Mikoshiba se soit battu aussi sauvagement, attirant ainsi l’attention sur lui. Cela les avait aidés à s’échapper du château et à atteindre la forêt.

Mais vu comment les choses se passent…

Tachibana tenait un mouchoir contre sa blessure, mais il était de plus en plus taché de rouge. Sa seule façon d’arrêter le saignement était d’appliquer une pression sur la blessure. S’ils pouvaient s’arrêter et se reposer quelque part, ils pourraient peut-être le soigner, mais ils étaient malheureusement en fuite. Le sang coagulé s’arrachait à mesure qu’ils continuaient à courir. Et pourtant, ils ne pouvaient pas se permettre de s’arrêter.

« Mlle Kiryuu, dépêchez-vous ! »

Kusuda lui fit signe de se précipiter.

« Je suis désolé, j’arrive tout de suite ! » lui répondit Asuka.

À vrai dire, Tachibana était déjà un fardeau pour eux. Au début, il était capable et lucide, mais alors qu’ils continuaient à courir, sa conscience commençait à s’estomper.

Mais…

Ils savaient tous que, en toute logique, laisser Tachibana derrière eux serait la meilleure solution. Mais ni Asuka ni Kusuda n’avaient osé le suggérer. Ils savaient qu’en agissant ainsi, ils se mettaient au pied du mur, et en fait, si l’un d’eux suggérait de laisser Tachibana derrière lui, cela serait probablement fait.

Mais c’était pour cette raison qu’ils ne pouvaient pas s’arrêter. Ils craignaient qu’au moment où ils s’arrêteraient, toute l’émotion qu’ils gardaient enfermée remonte à la surface.

Peu après, la lumière de l’aube commença à peindre le ciel. Au moment où le soleil approchait de son zénith, Tachibana s’était effondrée sur le sol. Ils avaient couru sur cette route non pavée pendant des heures sans rien manger ni boire. Il ne serait pas surprenant qu’ils s’évanouissent de fatigue.

« M. Tachibana ! Vous allez bien ? ! Tenez bon ! »

Prise par surprise, Asuka cria.

« Tachibana ! »

Entendant l’exclamation d’Asuka, Kusuda se précipita aux côtés de Tachibana et le saisit par les épaules.

« M. Kusuda, ne le secouez pas comme ça ! » Asuka l’arrêta, agité.

« Ah, désolé ! »

Se souvenant de la blessure à la tête de Tachibana, Kusuda se dépêcha de lâcher l’homme.

« Mais qu’est-ce qu’on fait ? Qu’est-ce qu’on peut bien faire au milieu de la forêt ? »

Pour l’instant, ils placèrent Tachibana contre le tronc d’un grand arbre et le laissèrent se reposer. L’expression de Kusuda était amère. Normalement, il serait logique qu’il prenne la relève en tant que chef, mais il était encore inexpérimenté. Il lui serait difficile de surmonter cette crise. Le fait que son discours était devenu plus rude était la preuve qu’il perdait son sang-froid. Mais Asuka ne pouvait pas lui en vouloir pour cela.

« Je ne pense pas qu’on puisse continuer comme ça… Nous devons nous assurer que M. Tachibana soit traité en premier. Et nous avons besoin d’eau et de nourriture. » Suggéra Asuka.

C’était une idée raisonnable. Après tout, ils approchaient tous des limites de leur corps. La force de leur volonté les avait poussés à aller si loin, mais cela ne durera pas longtemps.

« Mais nous ne pouvons pas revenir en arrière… Et si ce que M. Mikoshiba a dit est vrai, c’est un autre monde, n’est-ce pas ? Comment sommes-nous censés agir ici ? Où trouverions-nous un médecin ? »

Kusuda posa ses questions les unes après les autres.

Bien sûr, Asuka n’était pas responsable de cette situation. Mais à la manière dont parlait Kusada, qui la blâmait presque, il pensait que c’était en quelque sorte sa faute. Puis, en la regardant tomber dans le silence, Kusuda devint accablée par la culpabilité.

Kusuda baissa la tête

« Je suis désolé… C’était une erreur de ma part. »

« Non… Ça va aller. »

Ils savaient que se disputer ici serait la chose la plus stupide à faire, ils avaient donc trouvé un compromis.

« Pour l’instant, laissons Tachibana se reposer ici… Je vais aller chercher de la nourriture et de l’eau pour le moment. », dit Kusuda.

Il avait alors sorti son bâton pliable de son sac.

« À en juger par les gens qu’on a vus hier, je ne pense pas qu’il sera très utile… Mais je suppose que c’est mieux que de partir les mains vides. »

« Alors je vais… », dit Asuka, en essayant de se lever.

Mais Kusuda l’en empêcha.

« Non, vous restez ici, Mlle Kiryuu. Nous ne pouvons pas laisser Tachibana seul dans cet état. »

Asuka avait immédiatement réalisé qu’ils n’avaient pas d’autre option.

« Très bien. Merci, et bonne chance. » Dis Asuka, en baissant la tête.

Kusuda fit un signe de tête et disparut bientôt dans la forêt.

« Ce serait probablement mieux si je ne la touchais pas directement… »

Asuka utilisa sa serviette pour nettoyer la blessure de Tachibana alors qu’il était allongé. Les caillots de sang avaient refermé la blessure sur son front, et le mouchoir taché de sang, floconneux au toucher, s’accrochait à sa peau. La première lingette qu’elle utilisa fut bientôt teintée d’un rouge foncé à cause du sang, de la sueur et de la saleté.

« Qu’est-ce qui va nous arriver maintenant… ? », chuchota Asuka tout en s’essuyant le visage avec une seconde lingette.

« Aah… C’est tellement sale… »

Asuka était découragée en regardant la lingette devenir noire. La colère et le doute surgirent dans son cœur. Elle n’arrêtait pas de se demander pourquoi ils avaient trouvé leur chemin dans ce monde, mais ne pouvait pas trouver de réponse.

Mais c’était alors qu’Asuka entendit un doux carillon, comme celui d’une cloche, retentir dans ses oreilles.

« Hein ? Ce n’est pas possible… »

Elle s’était tournée pour regarder dans la direction du son, elle y trouva un katana appuyé contre le tronc d’un arbre. C’était Ouka, l’épée que Kouichirou lui avait donnée.

« Pourquoi ? Pourquoi tu cries… ? »

C’était comme si elle appelait Asuka, pour l’avertir de quelque chose. Asuka avait alors saisi le katana. Et à ce moment précis, une ombre massive se dirigea vers la fille.

« Aaaaaaaaah ?! » s’exclama Asuka sous le choc.

Mais alors que son corps était sur le point de s’accroupir et de geler, elle avait soudainement cessé de bouger. Une chaleur s’était soudainement emparée de ses membres. C’était comme si le sang qui coulait dans ses veines se transformait en lave. Et puis, Asuka avait inconsciemment libéré Ouka de sa gaine, la sortante à la vitesse de l’éclair.

Son corps étant positionné comme il l’était, elle se déplaça comme une poupée dont on tirait les ficelles, et poussa la lame dans la masse qui gisait sur le sol. Un long et douloureux hurlement d’agonie secoua les arbres de la forêt.

L’esprit confus d’Asuka commençait à réaliser ce qui venait de se passer. La première chose qu’elle vit fut le corps d’un animal mort gisant sur le sol.

« Pas possible… Est-ce que c’est un tigre ?! », chuchota Asuka, surprise.

Devant elle se trouvaient les restes d’un gros animal de cinq cents kilos. Chacun des crocs sortant de sa bouche était plus gros que la plupart des couteaux qu’Asuka avait vus. Ses griffes étaient également tranchantes et la forme de son visage était résolument féline.

« Mais ce n’est pas un tigre… »

En y regardant de plus près, ce qui aurait dû être la fourrure lisse d’un tigre était un manteau de fourrure qui semblait fait d’aiguilles pointues. Et plus que tout, il était bien trop grand pour être un tigre. En général, les tigres pesaient au maximum trois cents kilos. Mais l’animal ressemblant à un tigre qui gisait mort devant Asuka était presque trois fois plus grand que les tigres qu’elle avait vus au zoo. Il semblait également avoir un troisième œil sur le front. C’était un tigre à trois yeux.

Dès qu’elle remarqua le troisième œil, les rouages à l’intérieur de sa tête s’étaient mis à tourner.

Oui… On n’est vraiment pas sur Terre…

Même après avoir bravé autant de dangers et entendu les explications de Kouichirou, Asuka ne pouvait toujours pas dire si la réalité qui se déroulait devant ses yeux était un rêve ou une réalité. Elle ne voulait pas l’admettre, et préférait croire que tout cela était le fruit de son imagination.

Mais le tigre à trois yeux qui venait de l’attaquer et qu’elle avait abattu avait forcé les engrenages de son esprit à bouger. Le fait d’ôter la vie à un être humain normal avait secoué son cœur. C’est ce qui expliquait pourquoi Kouichirou avait choisi de revenir sur cette Terre pour sauver Asuka.

Mais ce qui dérangeait vraiment Asuka en ce moment était l’étrange sensation qui avait envahi son corps lorsque le tigre l’avait attaquée.

« Mais je… Comment ai-je… ? C’était comme si quelqu’un d’autre bougeait mon corps… Oui, c’était comme si quelque chose me contrôlait… »

Mais la sensation indescriptible persistait encore dans ses doigts. Ses narines étaient chaudes et remplies de l’odeur du sang qu’elle avait trop souvent sentie depuis hier. Son regard se tourna dans la direction de l’odeur, là où le tigre massif à trois yeux gisait sur le sol avec une entaille verticale sur l’estomac.

Il semblerait que la première entaille qu’elle ait faite en tirant la lame avait fini par être fatale. Les intestins de la créature se déversaient de son estomac sur le sol. Elle enfonça ensuite sa lame dans son front, afin de s’assurer qu’il puisse mourir en paix. Mais même ainsi, c’était une entaille horrible.

Ce n’est pas possible. Je n’aurais pas pu faire une chose pareille…

Kouichirou l’avait un peu entraînée au maniement de l’épée, mais il n’était pas du tout prêt de faire subir à lui faire un entraînement aussi complet qu’à Ryoma.

Et pourtant, le destin allait bien trop vite pour qu’Asuka ait le temps de réfléchir…

« Hé, je crois que ce hurlement venait de là ! »

« Oui, on aurait dit le rugissement du tigre au troisième œil. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire