Wortenia Senki – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : La compagnie Christof

Partie 3

Ryoma avait été accueilli par un grand hall d’entrée. Un doux tapis rouge était étendu sur le sol. On appelait cela un magasin, mais le bâtiment lui-même n’était probablement utilisé que pour des négociations commerciales. Il était bien meublé et n’était pas très inférieur à la propriété du comte Salzberg.

Si les deux endroits se distinguaient, c’était que l’ameublement semblait plus uniforme et plus cohérent. Il ne s’agissait pas de savoir si un endroit était plus cher que l’autre. La disposition des meubles était plus élégante et faisait ressortir leur âge. Si la propriété du comte Salzberg n’était pas du tout ostentatoire, elle ne tenait tout simplement pas la comparaison avec cet endroit.

« C’est un plaisir de faire votre connaissance, Baron Ryoma Mikoshiba. »

Un homme d’âge moyen, debout au bas d’un escalier, salua Ryoma.

« Notre présidente intérimaire de la compagnie, dame Simone, est actuellement occupée. Je m’excuse, mais pourriez-vous attendre dans la salle de réception jusqu’à ce qu’elle soit prête à vous recevoir ? »

L’homme semblait avoir la quarantaine. Sa peau était sombre et bronzée, et il portait un costume blanc. Il semblait doux et amical, mais le reflet dans ses yeux le distinguait des autres. Et pour une raison inconnue, un épais arôme salé s’échappait de son corps.

« Très bien. Nous allons donc attendre… Pouvez-vous nous montrer le chemin ? »

Ryoma s’était avancé, mais l’homme l’avait soudainement arrêté.

« Mes excuses, Seigneur Baron, mais pourriez-vous laisser votre arme ici ? Et je demande à vos escortes de faire de même. »

Ses yeux avaient une intensité qui rendait impossible de dire non.

« Lui dites-vous de laisser nos épées derrière lui ?! », s’exclama Laura.

Les deux sœurs s’emparèrent de leurs armes. La demande de l’homme était grossière. Un marchand demandant à un noble de se désarmer était extrêmement inhabituel.

« C’est le règlement de notre compagnie… Je crains que si vous souhaitez rencontrer le président en exercice, vous soyez obligé… »

L’homme se conduisait poliment, mais son corps semblait être rempli d’une conviction inébranlable. Il ne s’agissait pas seulement du règlement de la compagnie.

Il a quelque chose en tête… C’est vrai, il se méfie d’un assassinat… Ils ne nous font pas non plus confiance… Je suppose que c’est logique. De son point de vue, il semble probable qu’un des alliés du Comte lui rende visite…

En apparence, Ryoma semblait être affilié au comte Salzberg. Le fait qu’il ne l’était pas en réalité n’avait pas d’importance ici, la seule chose qui comptait était que Simone pensait qu’il l’était.

« Compris… Laura ! Sara ! »

Sur ordre de Ryoma, les sœurs Malefist sortirent leurs épées de leurs fourreaux et les remirent à l’homme. Elles étaient toutes aussi agitées de rencontrer une personne en qui elles n’avaient aucune raison d’avoir confiance lorsqu’elles étaient désarmées, mais les ordres de leur maître avaient la priorité.

« Bien… Et celle-ci est aussi assez dangereuse. Je vais les laisser sous votre garde. »

Ryoma remit son katana à l’homme, puis lui donna aussi la petite pochette en cuir qui pendait à sa ceinture.

« Oh… C’est assez impressionnant… », s’exclama l’homme en regardant dans la poche.

La poche contenait les chakrams de Ryoma. C’était des armes de jet assez mortelles, mais ce n’était certainement pas quelque chose qu’un noble aurait normalement dû avoir en sa possession.

Le regard de l’homme se porta sur Ryoma et les sœurs. Ça ne dura que quelques secondes, après quoi il détourna le regard et inclina poliment la tête avant de monter l’escalier.

« S’il vous plaît, venez par ici. La salle de réception est au deuxième étage. »

Apparemment, le fait que Ryoma ait volontairement remis ses chakrams avait laissé une bonne impression sur l’homme. Ryoma avait légèrement hoché la tête et avait suivi l’homme dans les escaliers.

« S’il vous plaît, attendez ici. La présidente en exercice sera bientôt là. »

L’homme les conduisit dans la pièce la plus proche des escaliers avant de baisser à nouveau la tête et de partir.

« Qu’en pensez-vous ? », chuchota Ryoma aux sœurs.

Il n’avait aucun moyen de savoir quelles étaient les ruses utilisées dans cette pièce. La pièce aurait très bien pu être mise sur écoute.

« Il est assez habile… Mais ce qui me semble vraiment étrange, c’est son bronzage… » dit Sara, suite à quoi Laura fit un signe de tête en signe d’approbation.

Le trio se méfiait de cet homme. L’éclat de ses yeux et la façon dont il se comportait ne ressemblaient pas à la façon dont un marchand pourrait agir. Au lieu de cela, cela ressemblait plutôt à la manière d’agir d’un homme habile au combat.

« Et, pour une raison inconnue, il sent le sel… Le territoire du comte Salzberg n’a pourtant pas d’accès à la mer… »

« Oui, tu as raison. Je l’ai aussi remarqué… Je ne sais pas s’il est venu d’une autre ville ou s’il y a une autre raison à cela… »

Il y avait quelques options possibles, mais…

« Inutile de ruminer maintenant… Nous devons tout d’abord nous concentrer sur le fait de parler à Simone. »

Et comme si on avait répondu aux mots de Ryoma, on frappa à la porte, modestement.

« Puis-je ? », demanda une voix de jeune femme.

C’était une voix sereine, mais qui semblait en même temps abriter une certaine force intérieure.

« Allez-y. »

Avec la permission de Ryoma, la porte s’ouvrit. Une femme entra dans la pièce et s’inclina poliment devant eux. Ses cheveux châtains étaient soigneusement attachés et fixés avec une parure de cheveux en argent. La robe de soie qu’elle portait était teinte en bleu clair, ce qui lui donnait une image raffinée et fraîche.

« Oui, pardonnez-moi… Merci d’avoir attendu. Vous êtes le baron Ryoma Mikoshiba ? C’est un plaisir de faire votre connaissance. Je suis Simone Christof, je suis actuellement la présidente par intérim de la société Christof. »

Bien que la compagnie ait connu des moments difficiles, elle était toujours la fille de l’homme qui avait été à la tête du syndicat. Sa présentation et ses excuses étaient parfaitement polies. Ses mouvements fluides du corps avaient une grâce particulière.

Hmm… Elle en fait voir de toutes les couleurs à la comtesse.

Ryoma avait comparé Simone à la comtesse, dame Yulia, qu’il avait rencontrée il y a quelques jours à peine. Elles étaient toutes deux des femmes belles et séduisantes, mais les beautés dont elles se vantaient semblaient presque opposées l’une à l’autre.

Dame Yulia était, en un mot, éblouissante. Elle avait une beauté calculée qui faisait honte même aux plus belles pierres précieuses. Elle s’affirmait de manière puissante, presque violente. Mais Simone, en comparaison, paraissait pure. Sa peau pâle était presque transparente, ses cheveux lisses étaient visiblement bien soignés et elle portait le strict minimum d’ornements. Elle semblait réservée et docile.

Elles sont aussi différentes qu’une rose et un lys.

Mais Ryoma avait bien compris la férocité animale qui se cachait sous cette apparence de douceur. Pour commencer, le fait qu’elle soit venue seule dans cette pièce était suspect. Ryoma s’attendait à ce qu’elle ait des gardes du corps, comme l’homme de tout à l’heure.

Cela… pourrait ne pas se passer comme je l’avais prévu.

« Hmm… Est-ce que je vous aurai en quelque sorte offensé… ? » demanda Simone avec réserve, en regardant Ryoma qui se taisait dans la contemplation.

« Ah… Pas du tout, pardonnez-moi. »

Ryoma se réveilla et s’excusa poliment.

« Effectivement, je suis Ryoma Mikoshiba. Je m’excuse d’avoir demandé cette réunion dans un délai aussi court. »

« Oh, non, ne laissez pas cela vous déranger, Baron… Vous êtes après tout un client potentiel. »

Ryoma n’avait pris le rendez-vous pour cette réunion que plus tôt dans l’après-midi. C’était loin d’être poli, mais l’expression de Simone ne trahissait aucun signe de mécontentement. Elle s’était contentée de sourire agréablement à Ryoma.

« Je suis très heureux d’entendre que… cela signifie que cette visite en vaudra probablement la peine », dit Ryoma après avoir attendu que Simone prenne un siège en face de lui.

« Mon Dieu ! C’est bon à entendre… Bien que notre société soit plutôt occupée ces derniers temps. Je ne sais pas dans quelle mesure nous pouvons répondre à vos attentes, Baron… Vous ne le savez peut-être pas encore, mais mon père, le président de la société Louis Christof, est actuellement ravagé par la maladie et se trouve dans un état catatonique. Je suis maintenant présidente par intérim à sa place, même si je suis inexpérimentée. »

« Oh, je vois… Un état catatonique… La rumeur que j’ai entendue est qu’il a perdu la tête en se faisant retirer son poste de chef du syndicat par la société Mystel. »

Ryoma s’était intentionnellement exprimé de manière grossière, afin de la provoquer. Il voulait voir comment elle allait réagir.

« Vous en avez donc entendu parler… Pour être honnête, je suis surprise… Vous êtes arrivé à Epire il y a seulement quelques jours, Baron. Vous devez avoir de bons subordonnés qui travaillent pour vous », dit Simone, en penchant élégamment sa tête sur le côté.

« Bien que je suppose que vous l’auriez fait, compte tenu de vos réalisations… Vos stratégies pour renverser Héraklion montrent clairement que vous connaissez l’importance de l’information et du renseignement. Même un guerrier amateur comme moi pourrait dire à quel point vos tactiques étaient créatives et originales… Votre ingéniosité à les mettre au point est une chose à craindre. »

Et malgré ses paroles, elle ne semblait pas retenir sa colère. Bien au contraire, ses paroles avaient mis Ryoma dans une position qui l’avait obligé à riposter.

« Oh… Vous avez donc entendu parler d’Héraklion… Peut-être même avez-vous prédit que je vous rendrais visite. »

Ryoma regarda Simone avec un sourire suffisant, sondant ses intentions.

Ce monde avait des moyens limités pour faire circuler l’information. Il n’y avait ni télévision, ni radio, ni internet dans ce monde. L’envoi de lettres et les pigeons voyageurs étaient les seuls moyens d’obtenir des informations qui n’étaient pas basées sur des ouï-dire. C’était pourquoi l’information était si précieuse.

Et Simone savait comment Ryoma avait manipulé l’information à Héraklion. Cela allait plus loin que le simple fait de savoir qu’il avait aidé la reine Lupis à gagner. C’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas savoir sans enquêter sur les plus petits détails. Savoir tout cela était la preuve que Simone était plus que la fille d’un homme riche.

« Hmm… Je dirais que j’étais à moitié sûre et à moitié dans le doute à ce sujet. J’ai supposé que quelqu’un de votre niveau verrait à travers les intentions du comte Salzberg… Mais je ne m’attendais pas à ce que vous me cherchiez quelques jours après votre arrivée en Epire. Au pire, j’ai pensé que cela aurait été moi qui me serais approchée de vous. »

« Vraiment, et bien… Dans ce cas, êtes-vous consciente de la situation dans laquelle je suis ? », demanda Ryoma.

L’expression de Simone n’avait pas changé d’un iota, même face à cette question.

« Bien sûr, Baron. Je sais comment les manigances de la reine Lupis vous ont mis dans cette situation, et le comte Salzberg… Ah, je n’arrive pas à y croire ! Je ne vous ai même pas offert de thé, n’est-ce pas ? Quelqu’un ! Pourriez-vous entrer ? »

Simone frappa des mains, et une femme de chambre entra dans la pièce. Simone lui avait demandé de leur apporter du thé. C’était presque comme si elle allait organiser une fête du thé avec ses amis. La servante entra dans la pièce peu de temps après, portant une théière.

Mais au moment où Ryoma vit la servante préparer le thé, ses yeux s’étaient rétrécis. Elle versa l’eau chaude par le haut directement dans la théière selon une méthode appelée saut. L’eau semblait être à la bonne température, et un arôme agréable s’échappait de la pièce dès que l’eau remplissait la théière.

« S’il vous plaît, servez-vous. Ces feuilles sont une spécialité qwiltantienne », dit Simone tout en portant sa tasse à ses lèvres.

Elle fit ceci pour leur montrer que cela n’était pas empoisonné. Ryoma prit une gorgée après elle. La première chose qu’il avait sentie, c’était la richesse de l’arôme. Il était vif, et avait une façon d’exciter le cœur. Finalement, une amertume modérée et persistante resta sur sa langue. Il tendit naturellement la main aux biscuits placés devant lui. Ils avaient une odeur parfumée et une douceur appropriée.

« Hmm… C’est bon ! Les feuilles de thé sont de grande qualité, et même la façon dont il a été servi était parfaite ! Et les biscuits s’adaptent parfaitement au thé… Celui qui a fait ça est un maître dans l’art de servir le thé. »

Des feuilles de thé de haute qualité parfaitement préparées, et des gâteaux à thé qui avaient juste le bon degré de sucrosité. Celui qui avait servi cela avait fait son travail comme un maître artisan.

Ryoma ne se considérait pas comme une sorte de gourmand, mais sa langue était plus sensible que l’homme normal. C’était peut-être parce que son grand-père, Kouichirou, n’avait absolument aucun goût en matière de thé et d’alcool. Mais même en dehors de cela, la bonne nourriture serait considérée comme telle, même par ceux qui n’étaient pas des connaisseurs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire