Wortenia Senki – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 4

***

Chapitre 3 : Le leader du Nord

Partie 4

« Oui, mon garçon, j’ai entendu dire que tu avais passé une sacrée nuit ! »

L’homme d’âge moyen assis au siège conducteur de la voiture parla ainsi à Ryoma.

Les autres mercenaires avaient récemment suivi l’exemple de Boltz, et avaient commencé à appeler Ryoma « mon garçon ». Ils avaient combattu aux côtés de Ryoma pendant la guerre civile rhoadserienne, ils étaient donc déjà en bons termes avec lui.

« As-tu entendu parler de ça ? D’où, Mike ? »

Mike parla à Ryoma dès qu’ils avaient quitté la propriété du comte. C’était un court trajet qui ne consistait qu’à descendre la route principale d’Epire jusqu’au domaine. Peut-être parce que c’était au milieu de la ville, les chevaux semblaient s’ennuyer un peu, car ils ne pouvaient se déplacer que lentement.

« Aah, les serviteurs chuchotaient à ce sujet… Et j’ai gardé mes oreilles ouvertes, c’est tout ! »

Ryoma lui montra un air interrogateur.

« Est-ce Boltz qui t’a dit de faire ça ? »

« Oui… Quand il m’a dit de te conduire ici, il a dit que je devrais me mêler aux domestiques et essayer d’en tirer des informations si tu finissais par passer la nuit là-bas. », répondit Mike en se peignant la barbe avec ses doigts.

« Je dois reconnaître que Boltz… Il ne laisse pas une seule pierre non retournée. »

« Bien sûr que non. La sœur est la plus forte des guerriers, mais elle n’est pas très douée pour les opérations secrètes… C’est là que Boltz brille et la couvre ! »

Mike était un mercenaire de rang moyen parmi les Loups Rouges. Il était bien sûr habile avec une arme, mais aussi compétent pour l’espionnage et les travaux de construction. Et malgré son apparence sinistre, il était aussi sociable et amical. Il avait un grand sens du devoir et avait les lèvres bien cousues, ce qui le rendait parfait pour le travail de renseignement.

Il semblerait qu’on lui ait confié la tâche de chauffeur et de garde du corps pour Ryoma lors de cette visite, tout en recueillant des informations en coulisses.

« Pourtant, je ne pensais pas qu’il aurait raison et que vous finirez par passer la nuit… Bien que j’aie quand même dit oui. »

Ryoma répondit aux mots de Mike avec un sourire ironique. Il avait en effet reçu un accueil parfait, mais malheureusement, cela ne voulait pas dire que le séjour était forcément agréable.

« Oui, eh bien… La nourriture et les boissons étaient toutes de la plus haute qualité possible. Ils ont dû donner des instructions assez détaillées, car ils ne cessaient de sortir une assiette après l’autre. Honnêtement, ils me traitaient si bien que cela en était dégoûtant, et j’ai fini par me sentir encore plus mal à l’aise… »

« Pareil pour moi… Même s’ils ne m’ont pas donné de femme. Mais l’alcool et la nourriture qu’ils m’ont donnée n’étaient pas faits pour un domestique… La chambre était luxueuse aussi. »

« Toi aussi, hein… ? »

« Oui… Honnêtement, c’était sinistre. »

Ryoma fit un signe de tête aux mots de Mike et ferma les yeux en contemplation. Ils ressentaient tous les deux la même chose.

« Pourquoi sont-ils allés si loin ? Je veux dire, je ne suis pas aussi intelligent que vous ou Boltz, mais… Je peux seulement vous dire ce que mon instinct me dit. Si vous êtes d’accord avec ça… », demanda Mike, en regardant le visage silencieux de Ryoma.

Après avoir fait une pause, Mike lui donna ses impressions.

« Je pense qu’ils veulent soit vous demander quelque chose, soit vous chasser de cette terre avant que vous ne fassiez quelque chose qu’ils ne veulent pas que vous fassiez. »

« Ils veulent que je parte, mais ils ne veulent pas me combattre… C’est possible. »

Dans ce cas, il était possible que la reine Lupis tire les ficelles en coulisses. Ryoma et son groupe seraient une source d’anxiété pour elle jusqu’à ce qu’ils se rendent dans la péninsule de Wortenia. Elle avait peut-être ordonné au comte Salzberg de veiller à ce qu’ils y aillent.

Quoi qu’il en soit, je n’ai pas trop de choix… Ce n’est pas bon… J’ai besoin de plus d’informations. Je ne peux pas porter de jugement avant d’avoir entendu ce que Boltz et Genou ont trouvé…

« Je ne peux pas les imaginer traiter ce foutu chauffeur de voiture aussi bien… »

« C’était donc une stratégie… », murmura Ryoma.

« Oui… Probablement. »

Mike fit un signe de tête prudent.

Les deux hommes restèrent silencieux pendant quelques instants.

« Euh, au fait, Mike, pourrais-tu cacher à Laura et aux autres ce qui s’est passé hier soir ? »

Concluant que ruminer sur le sujet maintenant ne produirait pas de réponse, Ryoma décida de changer de sujet. Il n’y avait aucun moyen de savoir quelles étaient les intentions du comte Salzberg à ce moment-là, il devait donc faire tout ce qu’il pouvait pour l’instant.

Il devait donc faire tout ce qui était en son pouvoir pour l’instant. C’est-à-dire, en ce moment précis, s’assurer que Mike la ferme.

À la question de Ryoma, l’expression raide de Mike se fondit en un sourire.

« Oui, je me doutais que vous diriez ça. Si elles entendent parler du plaisir que vous avez eu hier soir… Rien que d’y penser, ça me fait frissonner ! Ces filles deviendraient folles. »

La civilisation n’était pas aussi développée dans ce monde, et les rapports sexuels étaient donc en quelque sorte l’une des rares sources de divertissement disponibles. Ryoma était bien sûr déjà allé avec les autres mercenaires dans des quartiers de plaisir. Heureusement, ce monde avait des remèdes qui prévenaient les maladies sexuelles, ainsi que des médicaments qui empêchaient les grossesses lorsqu’elles arrivaient.

À cet égard, ce monde était en fait plus développé que le monde de Ryoma. C’était une aubaine que les monstres avaient accordée à cette Terre. Il n’y avait probablement pas de monde plus adapté pour un groupe d’hommes qui voulaient se donner une nuit de plaisir.

Le seul problème était ce qui arrivait le matin suivant cette nuit-là.

« Hé, ne plaisante même pas avec ça ! Je ne sais même pas pourquoi, mais je les vois sérieusement s’énerver contre moi ! » Ryoma s’était retrouvé à élever nerveusement la voix contre l’homme.

« Je vais être honnête, mon garçon, mais c’est comme ça que ça se passe. Vous savez ce qu’elles ressentent pour vous, non ? »

Mike avait parlé à son maître, qui était en fait assez jeune pour être son fils, en lui donnant un conseil paternel.

« Eh bien… Je suppose que… »

C’était déjà clair sans que Mike n’eût à le dire. Les sentiments des jumelles Malfist étaient clairs et évidents.

« Alors vous comprenez probablement que ces deux-là veulent que vous le fassiez aussi. Elles veulent cela du fond du cœur. »

Ryoma les sauva du marchand d’esclaves peu de temps après qu’il ait été appelé en ce monde, et cela faisait presque six mois depuis. Ils avaient toujours opéré ensemble, il était donc naturel que des émotions romantiques se forment. Ryoma était conscient qu’elles étaient aussi des membres du sexe opposé.

« Je sais ça… »

Ryoma ne savait pas si c’était quelque chose dont il fallait être reconnaissant, mais ce monde n’interdisait pas la polygamie. Les hommes étaient libres d’avoir autant de femmes que leur fortune personnelle le leur permettait. Dans cette optique, il n’avait pas à s’inquiéter de devoir choisir l’une des jumelles plutôt que l’autre. Sauf que…

« Vous ne pouvez pas couper votre attachement à votre monde ? »

Les mercenaires des Lions Rouges étaient déjà au courant de la situation de Ryoma. Il le leur avait dit quand ils avaient rencontré Genou et que le terme « Hinomoto » était apparu.

« Je suppose que… Je comprends déjà ça, au moins dans ma tête. Mais… Je n’arrive pas à l’accepter, ou, enfin… »

La question de Mike avait laissé Ryoma inhabituellement non engagé.

L’esprit raisonnable de Ryoma avait déjà réalisé qu’il n’avait pas d’autre choix que de rester dans ce monde, mais son cœur ne pouvait pas l’accepter aussi facilement. Ses amis et sa famille étaient toujours au Japon. Ryoma avait peut-être une personnalité sévère qui ne montrait aucune pitié pour ses ennemis, mais il était toujours un homme ordinaire qui se lamentait et agonisait.

Pour coucher avec elles, il fallait être… résolu. Cela signifierait choisir de rester dans ce monde avec elles…

Il n’était pas aussi troublé quand il s’agissait de coucher avec une prostituée. C’était juste une question d’argent pour résoudre un problème, comme c’était souvent le cas. Mais les sœurs Malefist avaient fait preuve d’une affection désintéressée pour Ryoma. Serait-il capable de se résoudre à rentrer au Japon après leur avoir fait l’amour ? Non. Il ne pouvait pas se résoudre à être aussi cruel.

« Eh bien… Vous avez fait de nous des chevaliers et avez décidé de développer cette terre. Je pense que vous avez déjà fait ce choix », dit Mike.

« Oui… Je ne peux pas y retourner après vous avoir tous mêlés dans mon bordel… »

Les rouages du destin étaient déjà en marche. Que feraient Lione et les autres si Ryoma devait soudainement retourner dans son monde ?

Même si j’avais un moyen de rentrer chez moi, je…

Il en était déjà arrivé à ses conclusions. Il avait déjà pris ses décisions…

« Ne vous inquiétez pas, je ne parlerai pas de ce qui s’est passé la nuit dernière à ces deux-là… Mais en échange ! Payez-moi à boire la prochaine fois, hein ? » dit Mike, son visage barbu se contorsionnant en un sourire.

« Bien sûr… Je t’offrirai autant de verres que tu veux ! »

Mike changea de sujet uniquement par souci pour Ryoma, et il n’avait pas perdu le fil. Cette considération réchauffa le cœur de Ryoma.

Tout dépend de moi, hein…

Secoué par la voiture qui roulait dans les rues d’Epire, Ryoma soupira.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. En parlant de famille, j'espère que l'on reverra bientôt la sienne dans ce monde. Six mois seulement qu'il a été invoqué ? J'aurais pensé un an au moins

Laisser un commentaire