Wortenia Senki – Tome 5 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Le leader du Nord

Partie 1

Une unique voiture heurta les dalles alors qu’il avançait. Celle-ci finit par s’arrêter devant l’entrée du domaine du comte Salzberg, situé dans le sud d’Epire. Le soleil s’était déjà couché et l’endroit était éclairé par des bougies.

La voiture noire à deux chevaux n’était que très peu décorée à l’extérieur. Elle n’était ni miteuse ni simple, car son extérieur était poli et bien entretenu, mais elle ne pouvait certainement pas être qualifiée de magnifique.

En un mot, elle semblait privilégier la fonctionnalité plutôt que l’apparence. Et franchement, cela ne semblait pas être le genre de véhicule qu’un noble pourrait utiliser. Mais son propriétaire ne s’en souciait guère. Ayant la tâche devant lui de développer la péninsule de Wortenia, les apparences étaient la dernière chose qui le préoccupait.

« Voilà, monsieur. »

Mike, qui accompagnait Ryoma en tant que conducteur de la voiture, lui ouvrit la porte.

Ryoma descendit de la voiture et s’avança sur le chemin, se retournant pour faire face à une rangée de serviteurs qui baissaient la tête pour le saluer.

« « « Nous vous souhaitons la bienvenue, Baron Ryoma Mikoshiba. » » »

Ils s’étaient inclinés en un seul mouvement fluide. C’était un accueil parfait effectué par les serviteurs d’une maison noble. Et comme si leurs paroles les incitaient, deux personnages apparurent à la porte du domaine.

« Mes respects, Baron Mikoshiba ! », dit un homme en écartant les mains dans un geste de bienvenue.

C’était le maître de ce domaine et le souverain de la citadelle de la ville d’Epire, le comte Salzberg. Il mesurait plus de cent quatre-vingts centimètres et semblait avoir la trentaine. À l’approche de la quarantaine, son instinct commençait à se manifester. Mais peut-être qu’en raison de son rôle de dirigeant d’une ville frontalière, sa position et sa force étaient clairement celles d’un guerrier.

J’ai entendu dire que la maison des Salzberg remonte à la fondation de Rhoadseria, mais apparemment, ce n’est pas seulement un noble stupide et décontracté… Mais pourquoi est-il si cordial envers moi ? Il me donne la chair de poule…

En termes de titre, Salzberg était un comte alors que Ryoma était un baron, il était deux rangs au-dessus de Ryoma. Ils étaient tous deux nobles de Rhoadseria, c’est vrai, mais leurs positions n’étaient en aucun cas égales. Ryoma était comme un employé promu au poste de chef de section, tandis que le comte Salzberg était comme le supérieur d’un directeur de succursale.

On n’était pas au Japon, dans un pays où le système de classes avait été aboli. Pour le meilleur ou pour le pire, il y avait une hiérarchie claire et distincte entre les deux. Ryoma était un vagabond qui avait été promu au statut de noble, tandis que le comte Salzberg était un noble d’une maison célèbre. Le fait d’être accueilli aussi chaleureusement frappa Ryoma, c’était vraiment quelque chose d’exceptionnellement étrange.

Je devrais me méfier de cet homme…

Ryoma mit à l’épreuve sa conscience. Il avait mal jugé les intentions de la reine Lupis, il serait donc naturel qu’il fasse preuve de prudence. Ce n’était pas comme s’il avait l’intention de le laisser paraître sur son visage, bien sûr. Ryoma sourit largement et baissa la tête respectueusement, tout comme Laura et Sara lui avaient appris à agir en présence d’autres nobles.

« Veuillez accepter mes plus humbles excuses pour cette visite soudaine. Je suis peut-être jeune, mais j’espère que nos futures relations seront mutuellement avantageuses, comte Salzberg. »

La tenue que Ryoma portait ce jour-là était loin d’être voyante. Il avait encore beaucoup d’argent provenant de la mort du marchand d’esclaves Azoth, mais en considérant l’avenir, il devait économiser autant d’argent que possible. Dans cette optique, insister pour commander des vêtements spéciaux lui semblait être du gaspillage.

Les nobles devaient cependant tenir compte de leur dignité et de leur honneur. Ryoma pensait que s’en préoccuper était une chose insensée, mais même lui réalisa que rencontrer un noble dans sa chemise et son pantalon noirs en chanvre habituel serait inapproprié. S’attirer des ennuis pour une chose aussi simple que le fait de ne pas être habillé pour l’occasion n’aurait aucun sens.

C’était pourquoi Ryoma s’était vêtu d’une belle chemise et d’un pantalon en soie noire, retenus par une ceinture avec une boucle dorée. Il avait également une cape qu’il portait à l’extérieur. Mais pour un noble, c’était le minimum absolu. Il n’avait que le minimum de manières requises.

Mais le comte Salzberg ne semblait pas mépriser Ryoma pour son apparence.

« Non, non, je suis honoré qu’un héros de la guerre civile vienne visiter mon humble demeure. La maison Salzberg est une famille de guerriers, je suis donc fier de vous avoir. Je m’excuse cependant de ne pas avoir beaucoup de choses à vous offrir. Votre visite a été un peu soudaine, mais nous vous avons préparé un bon dîner. Vous trouverez peut-être mon hospitalité un peu insuffisante, mais profitez de tout ce que nous pouvons vous offrir. »

Cela dit, le comte Salzberg prit la main de Ryoma et le fit entrer.

« Vos paroles me touchent beaucoup… Je vous en suis très reconnaissant. »

Ryoma baissa rapidement la tête.

« Mais non, mais non, lève la tête et viens par ici. Permettez-moi de vous présenter à ma femme. Vas-y, Yulia, présente-toi », dit le comte Salzberg en incitant la jeune femme épanouie derrière lui à s’avancer.

Elle semblait approcher de la trentaine. Ses cheveux tressés étaient d’une brillante couleur dorée. Elle mesurait environ un mètre soixante-dix et avait des membres voluptueux et attrayants. N’importe quel homme se ferait voler son cœur par son apparence séduisante. C’était effectivement une femme envoûtante. Ryoma ne manquait cependant pas le reflet intellectuel dans ses yeux.

« Mes respects, Baron Mikoshiba. Le voyage depuis la capitale a dû être très éprouvant. Si vous n’avez rien de pressant, vous pouvez vous reposer ce soir dans notre domaine. N’est-ce pas, chéri ? »

Le comte Salzberg fit un signe de tête magnanime aux mots de Dame Yulia.

« Comme le dit ma femme, j’espère que cette visite vous permettra de vous reposer de votre pénible voyage. Après tout, une fois que vous serez entré en Wortenia, il n’y aura plus de villages ni de villes pour vous reposer… Vous n’aurez pas d’autre choix que de faire venir du ravitaillement d’Epire dans un avenir proche. C’est au nom de notre amitié en tant que personnes qui règnent sur les terres voisines ! De plus, j’espère que cette amitié puisse durer le plus longtemps possible. »

« Euh… alors, j’accepte volontiers votre invitation… J’espère que vous serez en mesure de me guider dans mes futures fonctions. »

Ryoma baissa doucement la tête pour compter.

Hmph… Il a déjà compris mes intentions. D’après ce qu’il dit, il est prêt à m’aider avec les fournitures… La première chose à faire est de comprendre ses intentions.

Les yeux de Ryoma brillèrent fortement.

« Maintenant, venez, Baron Mikoshiba. J’ai ordonné à mon chef cuisinier de préparer un festin spécial pour vous accueillir. Malheureusement, ma terre se situe dans une région assez reculée par rapport à la capitale, nous n’avons donc pas beaucoup de spécialités locales. Mais c’est une terre généreuse, heureusement, nous possédons donc beaucoup de choses. Profitez-en. », dit le comte Salzberg.

Confirmant que Ryoma avait pris place, le comte ordonna le début du banquet. Sur ses paroles, les portes s’ouvrirent et les servantes entrèrent, poussant des chariots alignés avec de la vaisselle.

« Tout cela est très… »

Ryoma fut surpris par les nombreux plats posés sur la table. Du poulet, du bœuf, du poisson et un cochon rôti entier étaient servis comme plats principaux, entourés d’une abondance de salades, de fruits de mer et de légumes. Des fruits froids refroidis par des morceaux de glace étaient servis dans des coupes en or, remplissant les narines de Ryoma de l’agréable parfum froid des fruits de saison.

Seules trois personnes étaient assises à une table qui pouvait accueillir au moins vingt personnes. Et tous les plats étaient des délices qui n’étaient en rien inférieurs à ce qui était servi à Ryoma à Pireas pendant la fête célébrant la fin de la guerre civile.

Combien d’argent avait été gaspillé pour cette fête ? En tant qu’invité, Ryoma ne pouvait pas s’empêcher de se poser cette question avec un soupçon d’inquiétude.

« Non… Je suis un peu hors de moi et j’ai honte ici », dit le comte Salzberg en se grattant les cheveux.

« Un invité de la capitale ne le sait peut-être pas, mais il est de coutume ici de saluer les invités avec plus de nourriture qu’ils ne peuvent en manger… Cela ne me dérange pas si vous considérez cela comme une coutume stupide de l’arrière-pays. »

« Non… Je suis simplement surpris que vous organisiez un tel festin pour un arriviste comme moi. Je vous suis très reconnaissant, Comte Salzberg. »

« Ahaha ! Un arriviste, dites-vous ! Pas besoin de modestie, Baron Mikoshiba. Vos exploits dans la dernière guerre sont variés et grands. J’ai entendu dire que la reine Lupis vous faisait confiance… Pendant la guerre civile, je ne pouvais pas me permettre de quitter cette terre à cause de la menace d’une invasion de Xarooda. »

Le comte Salzberg avait conclu ses propos avec un soupçon d’autodérision.

« J’ai peur que ce soit vous qui soyez trop modeste, comte Salzberg. Je crois sincèrement que c’est votre protection du Nord qui a permis à la guerre civile de se terminer sans l’intervention d’un autre pays. », répondit Ryoma avec un sourire forcé.

« Bien-aimé, je crois que l’on a déjà suffisamment discuté. As-tu l’intention de faire manger un repas froid à notre invité ? »

Yulia réprimanda son mari.

« Oh ! Mes excuses… Le verre du baron Mikoshiba est-il vide ? Remplissez-le tout de suite ! »

Sur ordre du comte, du vin rouge fut versé dans le verre de Ryoma.

« Bon, très bien… Levons nos verres à l’épanouissement de la Maison Mikoshiba ! À la vôtre ! »

Ryoma descendit le verre. La première chose qu’il sentit fut le riche arôme qui remplissait sa bouche. Il fut bientôt accentué par un goût légèrement épicé et stimulant. Après avoir savouré le vin pendant deux ou trois secondes supplémentaires, l’arôme épais du vin emporta ses papilles gustatives. Enfin, il sentit la sensation agréable du vin glisser dans sa gorge, aussi lisse et élancé que de la soie de qualité.

Ce raisin est étonnant… Ce doit être un vin de grande qualité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé 😈

Laisser un commentaire