Wortenia Senki – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Cap au Nord

Partie 4

« Mais ne fais rien qui puisse te faire sortir du lot. Fais particulièrement attention à l’environnement du comte Salzberg. D’après ce que m’a dit Dame Helena, il a une personnalité très… particulière. La pire chose que nous puissions faire est de le contrarier accidentellement. »

« Considérez que c’est fait… »

Genou inclina la tête avec révérence.

« Ne vous inquiétez pas, seigneur, demain j’aurai répondu à vos attentes. »

« Garçon… Tu veux que je m’occupe des mercenaires ? » demanda Lione.

Ryoma tourna son regard vers elle. Alors que Genou et Sakuya enquêtaient sur les personnages influents de la ville, Ryoma et Lione étaient les seuls à ne pas avoir de tâche à accomplir. Mais Lione connaissait assez bien son rôle.

« Oui… Mais pas de la façon dont tu penses. Je veux que tu choisisses les personnes vraiment compétentes, et que tu le fasses en coulisses… Honnêtement, ce serait le bon moment pour augmenter nos effectifs, mais étant donné que nous ne pouvons pas espérer de revenus pour l’instant, ce sera difficile… »

« Dois-je leur dire que nous cherchons des chevaliers, alors ? Dire que nous cherchons des candidats chevaliers attire un public différent de celui que l’on a quand nous cherchons des mercenaires. », demanda Lione.

Ryoma secoua la tête. Cela équivalait à chercher des travailleurs à plein temps par rapport à des travailleurs à temps partiel.

« Non… Bien sûr, dans le futur ils pourraient finir par être nos chevaliers, mais pour l’instant, gardez-les employés comme mercenaires. Nous devrions prendre et garder parmi eux ceux qui semblent en valoir la peine. Et de cette façon, nous pourrons filtrer ceux qui posent problème… Tu comprends ? »

« Ceux qui posent problème… ? »

Sara répéta les mots de manière interrogative.

« Comme les espions envoyés par les gouverneurs des pays voisins », répondit Ryoma avec un léger sourire.

« Ce serait ennuyeux. Si nous engageons des personnes dont nous n’avons jamais entendu parler, pourquoi ne pas engager des groupes comme ceux d’Arand et de Gran ? Ils ont beaucoup de respect pour toi. », dit Lione d’un ton taquin.

Ryoma avait répondu à ces mots avec un sourire. Il était suffisamment proche de ces gens pour qu’il, sans la reine Lupis et ses tours de passe-passe, envisage de créer un nouveau groupe de mercenaires dirigé par Ryoma. Les emmener aurait normalement été la ligne de conduite évidente, mais Ryoma n’avait pas choisi de le faire.

« Eh bien, j’ai considéré ça… Mais je me suis dit que comme j’aurai besoin de personnes de confiance plus tard, je préfère gaspiller des gens auxquels je ne suis pas aussi attaché… Tu comprends ? »

« Par les dieux, tu es un homme si effrayant et si mauvais… »

Lione fit un petit sourire sombre.

« Investir au nom d’un avenir meilleur… Je suppose que ça résume tout. »

Ryoma haussa les épaules.

Il faudra des années pour que ce travail de fond commence à porter ses fruits. Dans un sens, c’était un choix peu judicieux de la part de Ryoma, étant donné que sa vie dépendait du succès de son gouvernement sur la péninsule de Wortenia. Mais d’un autre côté, la préparation de ce qu’il allait faire au cas où son travail de fond porterait ses fruits était également un bon moyen de jouer.

Que ce travail de fond soit payant ou non est un pari qui dépend de ma capacité à faire de cette péninsule ma terre.

L’esprit de Ryoma s’était alors tourné vers Gran et les autres, qui étaient maintenant répartis sur tout le continent. Lione pensait probablement la même chose. Après un long moment de silence, Lione ouvrit ses lèvres pour parler à nouveau.

« Eh bien, je suppose qu’on en a fini avec Gran… Donc, je devrais les engager comme mercenaires. »

« Oui, pour le moment. Après tout, on n’aura peut-être pas d’argent pour payer les salaires plus tard. »

Il voulait honnêtement les engager comme chevaliers, mais vu leurs perspectives peu claires, les employer à long terme était trop dangereux. Il était préférable d’avoir des mercenaires qui cessaient simplement de travailler pour eux lorsqu’ils n’avaient plus d’argent, que des chevaliers qui pouvaient se retourner contre eux lorsque les choses tournaient mal.

« Tu as peut-être raison… Peut-être faut-il abstenir d’engager d’autres chevaliers tant que le développement de la péninsule n’est pas en cours. »

Être le chef d’un groupe de mercenaires avait permis à Lione de comprendre que diriger une armée est une entreprise coûteuse et peu rentable.

« Eh bien, de toute façon, je m’en occupe ! Mais de combien de personnes auras-tu besoin ? Les plus compétents coûtent une jolie somme. »

Les mercenaires qualifiés demandent des salaires plus élevés, bien sûr. Lione ne pourrait pas faire avancer les choses sans savoir quel était leur budget. Face à sa question, Ryoma tourna son regard vers Laura. Il laissait les sœurs Malfist s’occuper des dépôts et des retraits de son argent.

« Nous avons environ quatre mille pièces d’or sous la main. C’est la richesse personnelle de Maître Ryoma. En plus de cela, nous avons les cinq mille pièces d’or qui nous ont été promises par la reine Lupis, mais nous devrions les recevoir plus tard. », répond-elle avec aisance.

« Bon sang, je ne savais pas que tu étais riche ! » dit Lione, les yeux écarquillés de surprise.

Sa surprise était compréhensible. Quatre mille pièces d’or, c’était la richesse d’un noble de rang moyen. Il y avait plusieurs raisons pour lesquelles Ryoma avait amassé une telle fortune. Tout d’abord, il y avait l’argent et les bijoux qu’il avait volés à l’esclavagiste Azoth lorsqu’il avait sauvé les sœurs Malefist. Cela représentait la majeure partie de ses fonds, mais il y avait aussi l’argent qu’il avait gagné en tant qu’aventurier et la récompense qu’il avait reçue pour ses activités pendant la guerre civile.

Et à cela s’ajoutaient les cinq mille pièces d’or que le royaume de Rhoadseria devait leur remettre dans le cadre de fonds de développement. Cela donnait l’illusion que sa situation financière était sûre, mais il y avait de nombreux problèmes à régler.

« Mais nous allons commencer par construire un village, et il sera situé sur un terrain non développé et non peuplé… »

Il n’était pas impossible de développer une terre en friche à partir de rien dans ce monde, mais cela n’était vrai que s’il s’agissait d’un territoire peu développé à coloniser, et non une région infernale.

« Nous aurons besoin d’un peu plus de marge de manœuvre que ça, hein ? », demanda Lione.

Ryoma fit un signe de tête. Il faudrait des années entre le moment où ils auront construit une forteresse dans la péninsule et la stabilisation de leurs revenus, et jusque-là, ces neuf mille pièces d’or étaient la bouée de sauvetage de Ryoma. Honnêtement, peu importe leur rentabilité. Ce ne serait pas suffisant.

« Alors que dirais-tu de cinq cents pièces d’or ? Avec ça, j’aurai assez de gens pour un an… Environ deux cents hommes. Cela devrait nous donner une certaine marge de manœuvre pour acheter de l’eau et des provisions, non ? », suggéra Lione.

« Oui, je pense que l’on sera en mesure d’en gérer autant. »

Laura a fait un signe de tête.

« Bien reçu, bien reçu. »

Lione acquiesça vigoureusement.

« Est-ce que cela te convient, mon garçon ? »

Ayant dirigé un groupe de mercenaires pendant des années, Lione était capable de discerner les compétences d’un mercenaire avec facilité. Elle était parfaitement adaptée à ce rôle. Sauf que…

Deux cents hommes… Donc, deux cent trente, en nous y incluant…

Le niveau de compétence des hommes qu’ils trouvaient pouvait grandement influencer leur potentiel de guerre, mais par rapport à la logique de cette Terre, c’était le nombre d’hommes habituellement affiliés au foyer d’un comte. Sauf que ce nombre était normalement constitué de chevaliers, et un noble normal pouvait enrôler ses sujets afin de renforcer son armée.

Ils portaient tous deux le même titre de comte, mais le comte Salzberg était chargé de défendre une frontière et le comte Bergstone se trouvait à la capitale. Le nombre de chevaliers qui les servaient n’était bien sûr pas le même.

En y pensant de ce point de vue, le nombre actuel d’hommes de Ryoma était certainement faible. On pourrait peut-être le considérer comme une force militaire plus que suffisante compte tenu de son statut de baron nouvellement formé, mais comme il n’avait pas de personnes à enrôler, son effectif global faisait clairement défaut.

La question est de savoir si nous pouvons contrôler Wortenia avec tous ces puissants monstres qui y vivent… Ce sera probablement une tâche difficile.

À vrai dire, si cette péninsule pouvait être contrôlée par une force de cette taille, un noble lambda aurait probablement déjà essayé de le faire. Après tout, d’un simple point de vue géographique, la région débordait d’avantages. Un coup d’œil rapide sur la carte le montre de façon flagrante.

Étant une péninsule, la Wortenia avait évidemment accès à la mer par le nord, l’est et l’ouest, la seule route intérieure se trouvant au sud. Cette route était aussi une route sinueuse et serpentine parsemée de falaises et de forêts périlleuses. Elle ne donnait pas l’impression d’être un endroit isolé, mais à y regarder de plus près, cette zone neutre se révélait être une montagne de trésors.

Aussi stupides que les nobles aient pu être, il était difficile de croire que personne n’avait jamais essayé de s’approprier cette région. Et en effet, quelqu’un d’autre semblait être arrivé à la même conclusion que Ryoma.

« Mais je crois que nous manquons un peu trop de personnel pour défier cette terre maudite… » Boltz, qui s’était tu jusqu’à présent, écarta les lèvres pour parler.

« Il est évident que nos fonds ne sont pas inépuisables, mais qu’as-tu en tête, mon garçon ? »

En tant que dirigeant d’un groupe de mercenaires aux côtés de Lione, il était donc peut-être naturel qu’il ait ces doutes. Ryoma lui-même n’était pas sûr que sa force d’un peu plus de deux cents hommes serait suffisante.

Il a raison, mais même si nous voulons rassembler plus de troupes, nous ne pouvons pas le faire maintenant. Nous avons besoin d’informations plus détaillées pour élaborer un plan…

Dans les jeux de stratégie, les soldats n’étaient qu’un nombre, une statistique à l’écran, mais dans la réalité les choses étaient différentes. Ils avaient besoin de nourriture, de lits et de vêtements. L’important était de savoir comment évaluer le bon nombre. Ryoma prit une grande respiration et mit ses pensées en mots.

« Oui, je suis d’accord avec tes préoccupations, Boltz. Nous pourrions avoir besoin de plus de gens… Mais Lione, continue à rassembler des gens comme nous l’avons décidé. Je vais observer la situation et réfléchir à quelque chose que nous pouvons faire. »

Il ne faisait que repousser le problème à une date ultérieure, mais sa conclusion était qu’il ne servait à rien d’y penser maintenant.

« Compris, mon garçon… Mes excuses pour avoir dépassé les bornes. »

Boltz baissa la tête, sentant le conflit dans le cœur de Ryoma.

« Compris, je vais m’en occuper ! »

Lione se tapa la poitrine avec son poing.

Ryoma était le seul à ne pas avoir de tâche à accomplir.

« Que comptes-tu faire, Maître Ryoma ? », demanda Sara.

« Moi… ? Je pense que je vais aller voir le comte Salzberg », dit Ryoma.

« Le gouverneur d’Epire ? Pourquoi prendre la peine de le rencontrer… ? Ne va-t-il pas te mépriser parce que tu es un roturier arriviste ? » dit Lione, alors que presque tous les autres approuvèrent de la tête.

Ses soupçons étaient fondés. Après tout, c’était la trahison de la reine Lupis qui les avait mis dans cette situation, et se méfier de la noblesse semblait donc être la réponse naturelle.

Genou, cependant, semblait être d’accord avec Ryoma.

« Ah… C’est une bonne idée », dit-il.

« Que veux-tu dire, Genou ? »

Lione n’avait pas encore compris la raison.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire