Wortenia Senki – Tome 3 – Épilogue

***

Épilogue

Alors que la guerre civile en Rhoadseria approchait de son paroxysme, l’empire d’O’ltormea, souverain du centre du continent occidental, se préparait à envahir le royaume de Xarooda. Le gouvernement et les citoyens étaient pris dans une période de turbulence tandis qu’ils se préparaient à la future invasion.

Il y a bien eu quelques développements imprévisibles, à commencer par la mort de Gaius Valkland, mais l’invasion de Xarooda semble se dérouler comme prévu…

Une petite entreprise exerçait dans la rue principale de la capitale impériale. En tant que lieu géré directement par la guilde, elle jouissait d’une influence suffisante pour que peu de gens dans la capitale ne la connaissent pas.

En regardant les gens qui passaient par son bureau au troisième étage, le cœur de Kikukawa était rempli d’une inexplicable contrariété.

Ils se contentent de vaquer à leurs occupations quotidiennes en silence, sans rien savoir… Les imbéciles. Ils laissent simplement le système qui gouverne ce monde les exploiter…

La plupart des gens convoqués dans cet autre monde étaient morts en le méprisant profondément. Les masses populaires n’avaient jamais appris cette haine. Il ne faisait que vivre leur vie quotidienne, sans jamais connaître la fureur et la malveillance de ceux qui s’étaient fait voler leur famille et leurs proches, leur vie même.

Ceux qui avaient survécu avaient dû poursuivre leur vengeance, quoi qu’ils aient dû sacrifier pour le faire. Mais cela ne voulait pas dire que Kikukawa n’avait pas ressenti la moindre inquiétude face aux actes de l’organisation.

Nous avons le droit de faire cela. Le droit de nous venger de ce monde. Mais… est-ce vraiment juste d’impliquer ces gens dans tout ça ?

L’organisation n’avait qu’un seul but : amener ce monde barbare et sale sous le contrôle de ceux qui étaient venus de la Terre et se forger un paradis ici. C’était le seul moyen dont ils disposaient dans ce monde pourri pour récupérer ce qui leur avait été volé.

Il pensait que c’était un objectif noble. Assez noble pour mettre sa vie en jeu, au sens propre comme au sens figuré.

Mais d’un autre côté, il faudrait que l’organisation fasse couler beaucoup de sang pour que cette vision devienne réalité. Le sang des amis, des ennemis et de ceux qui ne s’étaient pas impliqués dans les combats.

« Directeur, puis-je avoir un moment ? »

La conscience de Kikukawa était sortie de sa rêverie au son d’un coup sur la porte.

« Oui, vas-y. Qu’est-ce qu’il y a ? »

Alors que ses paroles résonnaient dans les salles, la secrétaire de Kikukawa, une certaine Reiko Asano, était entrée dans la pièce avec une pile de documents soutenue sous son opulente poitrine.

« Je suis désolée d’interrompre ta pause, mais nous avons reçu un rapport pour notre agent de Rhoadseria, et je l’ai apporté », déclara Asano, en remettant les documents à Kikukawa.

« Le royaume de Rhoadseria… Tu veux dire Sudou ? »

Il ne pensait pas que c’était possible, alors il avait demandé une confirmation. Asano secoua la tête.

« Non, c’est de la part de mon jeune frère, bien que ce soit Sudou qui lui ait ordonné d’écrire le rapport. »

« Oh, des rapports. Désolé pour ton jeune frère », Kikukawa considéra la réponse d’Asano avec un sourire amer.

Normalement, c’était le responsable, en l’occurrence Sudou, qui devait écrire les rapports, mais l’homme en question n’aimait pas du tout faire de la paperasse. Le travail avait donc été confié à l’assistant de Sudou à Rhoadseria, qui était également le frère cadet d’Asano.

Sudou était l’un des plus anciens membres de l’organisation et connaissait le président depuis longtemps. Il avait donc la mauvaise habitude de ne pas se soucier beaucoup de ce que pensaient les gens autour de lui.

Un homme troublant… Bien qu’il fasse le travail.

Mettant de côté son penchant pour le cynisme et la négligence occasionnelle, Akitake Sudou était un homme compétent.

« Le problème, c’est le contenu du rapport. »

À en juger par la personnalité de Sudou, ce rapport était soit de la plus haute importance, soit une baliverne complète. Mais le regard d’Asano montrait clairement que ce n’était pas le cas.

« C’est… une affaire assez préoccupante… » dit Asano, en pointant une certaine ligne du document dans les mains de Kikukawa.

« Hmm… Eh bien, que je sois damné… »

Ses doigts blancs indiquaient le nom d’une certaine personne.

« Il semblerait qu’il travaille sous Lupis Rhoadserians. »

Le nom d’un homme avec lequel ils pensaient ne plus jamais avoir affaire.

« “Ryoma Mikoshiba”. Pourquoi a-t-il fallu qu’il réapparaisse… ? »

Mais les souhaits de Kikukawa étaient restés vains, et l’organisation s’était à nouveau impliquée auprès de lui.

Sudou…

Kikukawa priait pour Sudou, qui se trouvait maintenant confronté à cet obstacle inattendu, loin sous le ciel de Rhoadseria. Mais il savait que sa prière ne servait à rien, si ce n’était la paix de l’esprit.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire