Wortenia Senki – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Le début des hostilités

Partie 5

Bien sûr, il était extrêmement difficile pour de simples roturiers de tuer des chevaliers qui avaient des compétences en magie. Il y avait des différences individuelles dans la quantité de connaissances acquises et dans leurs aptitudes, mais dans l’ensemble, les chevaliers magiciens étaient deux fois plus forts qu’un humain normal. C’était en fait des bêtes sauvages sous forme humaine.

Cependant, même s’il était impossible de les battre un à un, il suffisait de les submerger avec un nombre supérieur. Comme un troupeau de fourmis qui mordrait un éléphant à mort, ils pouvaient être encerclés et tués.

« « « Oooooh ! » » »

Rassasiées par les cris de guerre provenant de l’arrière, les lignes de front avancèrent.

Le camp de Ryoma ressemblait à une montagne de trésors pour eux, et ils étaient persuadés d’avoir la puissance d’un grand nombre à leurs côtés. C’était ainsi qu’ils s’engagèrent dans les douves vides sans la moindre hésitation, confiants qu’ils allaient vaincre l’ennemi, même si leur peur s’émoussait.

Trois… deux… un… maintenant !

Mesurant la distance qui les séparait avec ses yeux, Lione voyait clairement les soldats ennemis et leur modeste équipement.

« Première rangée, feuuuuuu ! »

Au cri de Lione, les chevaliers tirèrent les flèches qu’ils avaient placées sur leurs arcs. Le bruit de l’air coupé était audible alors que les flèches pleuvaient sur l’avant-garde de l’ennemi.

 

 

« « Gah ! » »

« Merde, des flèches ! »

Le son des jurons des soldats blessés par des flèches secoua l’air, et l’instant suivant, le son de ces cris avait rappelé aux soldats la terreur du champ de bataille.

« Qu’est-ce que vous faites ? Continuez ! », cria le commandant ennemi par-derrière.

« Les ennemis sont peu nombreux. Ne voulez-vous pas leurs objets de valeur ? ! Allez-y, chargez ! »

Il avait probablement remarqué que leur vitesse de chargement avait ralenti, il avait donc essayé de les réveiller en utilisant le fouet appelé avidité.

« Deuxième rangée ! Feuuuu ! »

Et avec un timing parfait, un second barrage de flèches s’était abattu sur eux. L’attaque qui s’était abattue sur eux dès qu’ils tentèrent de se regrouper plongea les soldats dans une confusion encore plus grande.

« Kuh, pourquoi vous bronchez ? ! Nous sommes plus nombreux qu’eux, et ils ne peuvent pas avoir une réserve infinie de flèches ! Ils ne peuvent pas résister à notre nombre. Allez-y, attaquez ! Je veillerai à ce que le premier à atteindre la barrière reçoive une récompense spéciale ! Maintenant, n’ayez pas peur et continuez ! »

L’intention du noble était claire : il voulait profiter de leur plus grand nombre en faisant de cette bataille un combat de mêlée. Même si cela coûtait la vie à quatre roturiers, tuer un seul chevalier ferait pencher la balance en sa faveur.

Les forces de Ryoma, en revanche, avaient l’intention de réduire l’ennemi en gardant leurs distances. Ayant acquis une position avantageuse, il n’y avait aucun sens à se lancer dans un combat de mêlée et perdre des troupes inutilement.

Le camp des nobles souhaitait en faire une mêlée, tandis que le camp de Ryoma souhaitait maintenir une distance de sécurité.

Mais, quelle que soit la position avantageuse qu’ils occupaient, il était difficile de bloquer la violence d’un nombre supérieur. Les soldats de la noblesse traversèrent sans relâche la pluie de flèches, enjambant les cadavres de leurs camarades, parfois même en les utilisant comme boucliers contre les projectiles qui tombaient.

Trois mètres, deux mètres, un mètre… Ils avançaient sans cesse, résistant aux barrages de flèches. Et finalement, cette marche mortelle se termina.

« J’ai réussi ! Je suis le premier à atteindre la clôture ! »

Un soldat paysan avait atteint la clôture. Le noble, qui ne donnait d’habitude que de faibles récompenses, avait offert un prix surprenant pour cela. Une récompense monétaire qui allait sans aucun doute leur faciliter sa vie ravagée par des impôts élevés.

Non, peut-être que sa bravoure au combat serait honorée et qu’il prendrait du galon. Devenir chevalier était peut-être hors de portée, mais être nommé préposé à l’un d’eux était un grand pas dans la vie d’un roturier.

Et c’était pourquoi il devait se montrer ici, en montrant qu’il était le premier à le faire.

Mais le prix à payer pour cela était très grand. Le prix de sa propre vie…

« Troisième rangée, en avant ! »

Sur les instructions de Lione, les archers se retirèrent, et des chevaliers lourdement armés, de longues lances à la main, s’avancèrent à leur place.

« Avancez ! »

Sur l’ordre de Lione, ils poussèrent leurs lances vers l’avant à travers les brèches de la clôture, visant le visage des soldats du peuple, ce qui valut à l’homme qui avait crié « Je suis le premier à arriver à la clôture ! » la pointe d’une lance dans l’œil gauche.

« Gyaaaaah !? » Un cri d’animal s’échappa de sa gorge.

« Reculez ! »

Les lances de poussée avaient reculé dans la clôture…

« Poussée en avant ! »

… Seulement pour qu’elles soient repoussées à travers les brèches, et détruisant la vie de ces roturiers stupides.

« Au diable tout ça ! Mon frère, Loiyd ! Comment osez-vous tuer mon frère !? Je vous tuerai tous ! »

« Mon œil ! Mon œil ! »

« Yiiii ! Je n’en peux plus… ! J’en ai assez. Je ne vais pas mourir comme ça ! »

Des cris et des lamentations remplirent le champ de bataille. Certains se précipitèrent en avant, tandis que d’autres essayèrent de fuir les lances. Les deux groupes, qui n’avaient pas une formation aussi sophistiquée au départ, se heurtèrent et trébuchèrent l’un sur l’autre.

Et Lione n’était pas assez aimable pour ne pas profiter de ce chaos.

Le voici. Le moment où nous prenons l’initiative !

Elle le flairait avec cet odorat si particulier à ceux qui avaient traversé d’innombrables champs de bataille.

« Première rangée, deuxième rangée, prêts ! Feuuu ! »

Lione fit pour le moment reculer les lanciers, envoyant les archers en avant pour une nouvelle volée.

« Vous allez m’entendre ? ! Tirez sans relâche, et continuez à tirer comme s’il n’y avait pas de lendemain ! Pas besoin d’être avare non plus ! Nous avons plus de flèches que nous ne savons quoi en faire ! »

Les encouragements de Lione les poussant à avancer, les chevaliers continuèrent à faire pleuvoir impitoyablement des flèches sur les roturiers.

« Kuh ! Cela ne nous mènera nulle part… »

Les nobles crachèrent amèrement.

« Je suppose que nous n’avons pas d’autre choix. »

« Runner ! Informez Seigneur Kael que la résistance du côté sud est féroce et que nous avons besoin de renforts ! »

Le noble essaya et ne réussit pas à percer la porte sud d’un seul coup, il demanda donc à Kael l’ordre de se retirer et de se regrouper.

Même lui, manquant d’expérience sur le terrain, pouvait voir qu’il était inutile d’essayer de forcer l’entrée par la force. Son corps frissonnait de colère et d’insatisfaction.

« Bons à rien, incapables ! Nous sommes quatre fois plus nombreux qu’eux ! Pourquoi avez-vous tant de mal !? »

À ce moment, le bâton du commandant pris dans ses mains se brisa en deux avec un cri aigu.

« Des renforts ? Qu’est-ce que vous dites ? ! »

Kael était devenu rouge, hurlant sur le coursier à genoux.

« Nous avons tous les avantages ici ! Pourquoi auriez-vous besoin de renforts !? »

« Mais… La résistance à la porte sud est intense, et à ce rythme, nous ne pourrons pas percer… »

Peu importe les hurlements qu’on lui adressait, le coursier ne reculait pas.

Que ce soit par instinct de conservation ou par véritable loyauté, il était resté fidèle à son devoir. Mais c’était précisément la raison pour laquelle ses paroles n’avaient fait qu’irriter davantage Kael.

« Vous me prenez pour un imbécile !? »

De rage, Kael frappa le visage du coursier d’un coup de poing, en criant sur sa tête baissée.

« N’est-ce pas, salaud ! Mais j’ai une obligation envers le Duc Gelhart à respecter ! »

Kael n’aurait jamais agi de cette façon normalement. Sa caractéristique distinctive était de faire des preuves de jugement calme, et ayant observé la tyrannie des nobles et des officiers supérieurs depuis les coulisses, Kael l’avait toujours détestée. Mais, dos au mur, Kael n’avait pas la présence d’esprit nécessaire pour réfléchir à ses actions.

Ignorant les regards de censure et de confusion que lui adressaient les soldats environnants, Kael se retira pour planifier sa prochaine étape.

Il avait reçu un messager non seulement du sud, mais aussi de l’unité qui attaquait le nord, demandant la permission de battre en retraite et de recevoir des renforts. Kael, qui était chargé d’attaquer le centre, n’était pas non plus capable de percer les défenses de Ryoma. Il n’était pas en mesure d’envoyer des renforts. Il aurait préféré rappeler les autres forces pour renforcer sa position.

« Je n’ai pas de renforts à vous envoyer ! Percez avec les forces qui vous ont été données… ! Pour commencer, comment une force quatre fois plus grande peut-elle lutter pour percer ses lignes ? Utilisez tous les roturiers, je m’en fiche. Brisez leurs lignes et précipitez-vous dans leur position ! »

En vérité, ce que disait Kael n’avait pas d’autre motif que de calmer sa colère. Le coursier hocha donc la tête, sachant qu’une demande inutile le récompenserait par une jolie frappe tranchante et mortelle. La folie palpable de Kael était tout simplement aussi intense.

Le coursier s’élança sur son cheval tandis que Kael le maudissait intérieurement.

Bon à rien ! Vous essayez de m’y entraîner, vous tous !

Les douves et la clôture qu’il pensait n’être là que pour faire figuration s’étaient révélées être des défenses plus solides qu’il ne l’avait prévu. Malgré la défaite des cinq cents chevaliers de Mikhail, le moral de l’ennemi restait déraisonnablement élevé, ce à quoi il ne s’attendait pas non plus.

Pourquoi ? Comment peuvent-ils s’accrocher à leur défense si obstinément… !? Pourquoi ne s’effondrent-ils pas maintenant !?

Kael était résolu à gagner cette bataille à tout prix. C’était uniquement parce que le Duc Gelhart avait reconnu ses compétences en tant que commandant qu’il avait accepté sa défection de la faction de la princesse, la défaite n’était donc tout simplement pas une option.

Non, pas seulement cela. Il ne pouvait même pas faire croire qu’il s’agissait d’un combat pour lui. S’il devait avoir du mal à les battre avec un avantage aussi écrasant, tous les membres de la faction des nobles douteraient de ses capacités. Et s’il était qualifié d’inutile, ne serait-ce qu’une fois, il serait impossible de se débarrasser de cette étiquette. Même le Duc Gelhart, qui avait reconnu ses compétences, lui tournerait le dos.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire