Wortenia Senki – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Le début des hostilités

Partie 4

Merde. Ils se sont regroupés avec des renforts d’Héraklion !

Ryoma essaya de réprimer la frustration qui s’était accumulée en lui. Si le commandant devait apparaître ébranlé par un tel état d’infériorité de ses forces, cela se propagerait aux soldats sous son commandement. Et ils ne seraient pas capables de gagner de cette façon.

« Compris. Dites à Lione et Boltz de se déplacer comme prévu. Je commanderai le centre ! »

Le soldat s’était mis à courir pour informer Lione de l’ordre de Ryoma.

Amener la princesse Lupis sur le trône, eh…

Ryoma chassa de son esprit les paroles du chevalier mort. En avoir conscience maintenant lui coûterait la vie. Ce qui comptait sur le champ de bataille, c’était le désir et la volonté de vivre. Ça, et rien d’autre.

Nous devons d’abord rester en vie… Le reste viendra après !

Ryoma ferma les yeux en silence et sortit l’épée de son fourreau. Tout cela pour saisir son avenir…

« Que diable se passe-t-il !? Comment ont-ils préparé des défenses aussi solides en si peu de temps !? »

Le soleil était sur le point de plonger sous le ciel de l’ouest. Comme les combats allaient devenir difficiles après la tombée de la nuit, c’était le dernier moment où ils pouvaient organiser une attaque durant la journée. Normalement, la tactique acceptable consisterait à marcher sur la force principale après avoir éliminé le groupe de reconnaissance de cinq cents hommes. Il n’était pas nécessaire de faiblir.

Mais quand il avait vu la formation ennemie sous le soleil couchant, Kael hésita à donner l’ordre d’attaquer.

Comment est-ce possible ? Je ne peux pas exécuter les ordres du Duc Gelhart comme ça…

« Mais Sire Kael, ce serait ignorer les ordres de Son Excellence… »

Les conseils impertinents de son assistant contrarièrent Kael. Entendre quelqu’un d’autre exprimer ses propres pensées le mettait en colère.

« Je n’ai pas besoin que vous me disiez ça, imbécile ! »

De peur, l’assistant s’était replié face à la réprimande de Kael.

Idiot ! Ne vois-tu pas leurs défenses !?

Devant eux s’étendait un fossé sec de plus de vingt mètres de large. D’après le rapport que ses éclaireurs avaient ramené plus tôt, leur campement était construit en forme de croissant le long des rives de la Thèbes. La douve s’étendait probablement sur toute la longueur de ce périmètre.

Pire encore, c’était un fossé assez profond. Du point de vue de Kael, ce n’était pas une position qu’ils seraient facilement capables de percer.

Mais… cela fait seulement une demi-journée qu’ils ont traversé la rivière. Quelle ruse ont-ils utilisée pour faire ça ?

Kael s’était mordu le pouce en signe d’agacement. Ce monde n’avait pas de machines lourdes, et la construction devait donc se faire manuellement. En d’autres termes, quoi qu’il arrive, ils devaient rassembler des hommes pour le faire.

Je ne me souviens pas avoir entendu dire qu’ils ont rassemblé des paysans des villages voisins…

Cette idée lui était venue à l’esprit, mais Kael l’avait rejeté. Même s’ils rassemblaient des gens des villages environnants, il était impossible que le Duc Gelhart ne le sache pas.

Avaient-ils fait venir des gens de la capitale ? Non, ce n’était pas possible non plus. Cela ralentirait leur vitesse de marche… Alors qu’est-ce que c’était ? D’après l’espion, le détachement précurseur ne comptait que deux mille hommes. Même en supposant qu’ils aient tous travaillé, ils n’auraient pas pu faire tout ça aussi vite…

Il y avait des clôtures en bois installées le long des bords des douves, et il fallait aussi du temps pour les produire.

Kuh ! Aurais-je dû laisser Mikhail tranquille et attaquer cet endroit en premier ? Non… Je déteste faire l’éloge de cet homme, mais les compétences de Mikhail sont une menace. J’ai eu raison de l’écraser quand je le pouvais.

Le talent de Mikhail Vanash en tant que chevalier était transcendant. Il n’était pas capable d’unir les chevaliers ou de tisser des complots sournois, mais en échange, on pouvait compter le nombre de personnes en Rhoadseria capables d’égaler sa force de combattant solitaire.

Sur ce terrain en particulier, la capacité de Mikhail à percer était extraordinaire. Plus d’une fois, une petite unité avec lui en tête perça les rangs ennemis et renversa le cours de la bataille. Il ne faisait aucun doute qu’il était préférable de le retirer de l’échiquier si possible.

Mais l’intrigue de Kael était fausse et la perspective de la bataille était défavorable. Ces préparatifs ne semblaient pas possibles pour une force qui n’était arrivée qu’il y a une demi-journée, avec ses installations défensives qui tenaient Kael en échec.

Zut ! Combien de fois as-tu l’intention de te mettre en travers de mon chemin !?

L’image du visage barbu de Mikhail refit surface dans l’esprit de Kael. Il réalisa qu’il déversait sa colère sur quelqu’un d’autre, mais avec cette formation ferme devant ses yeux, il ne pouvait s’empêcher de regretter d’avoir choisi de se préoccuper de Mikhail.

« Seigneur Kael… Que devrions-nous faire ? », demanda avec crainte l’un de ses assistants à Kael, qui s’était tu.

« Nous n’avons pas d’autre choix que d’attaquer… », déclara Kael avec insistance.

En vérité, Kael n’avait pas d’autre choix. Il n’était parti au front que parce qu’il avait appris par les éclaireurs que les effectifs de l’ennemi étaient très faibles, et avant de partir, son maître, le Duc Gelhart, lui avait strictement ordonné de les anéantir. Faire un rapport en disant que l’ennemi avait mis en place ses installations défensives et qu’il n’était pas capable de les détruire n’était pas une excuse valable.

D’après nos informations, l’ennemi n’a qu’un peu plus de deux mille hommes. Et l’unité de Mikhail était d’environ cinq cents hommes. Une fois ces hommes éliminés, l’ennemi ne dispose que de 1 500 à 1 800 hommes… En comparaison, j’ai 8 000 hommes. Nous sommes quatre ou cinq fois plus nombreux qu’eux. Si nous nous frayons un chemin par la force, nous pourrions les battre… Très bien, alors. Nous leur montrerons que leurs douves creusées à la hâte ne nous arrêteront pas !

Kael retrouvait peu à peu son calme. Ils avaient peut-être étonnamment bien construit leurs défenses, mais il allait tout de même être écrasé par le nombre.

Je ne peux pas me permettre de perdre… ! Non… Je vais gagner !

Alors qu’il était autrefois l’un des gardes royaux au service de la princesse Lupis, Kael se tourna vers la faction du duc Gelhart, à la fois en raison de sa rivalité avec Mikhail et de son propre désir d’avancer et de réussir. À ce moment-là, il n’avait pas d’autre voie de retraite. S’il voulait survivre dans la faction des nobles, son nom devait acquérir un certain mérite.

Cependant, Kael ne s’en rendit pas compte. Il ne savait pas à quel point son état d’esprit ressemblait à celui de Mikhail, qu’il venait de vaincre…

« Seigneur Kael ! Les préparatifs sont terminés ! »

Kael fit un grand signe de tête au rapport de son assistant. Tirant son épée de son fourreau, il fit signe au camp ennemi et cria.

« Chaaaaargez ! »

« « « Ooooooooh ! » » »

Respectant son geste de la main, toutes ses forces levèrent leurs bannières en prévision de l’attaque de l’ennemi.

Huit mille chevaliers poussèrent un cri de guerre et se précipitèrent dans les douves asséchées. Mais ils ignoraient que rien ne les attendait, sinon un piège mortel…

Et ainsi, ici et maintenant, le rideau se leva sur la bataille pour l’avenir de Rhoadseria.

« Tirez avec vos arcs ! Ne faiblissez pas, quoi qu’il arrive ! »

Sous les cris de colère de Lione, les chevaliers tirèrent de toutes leurs forces les ficelles des arcs et des flèches qu’on leur avait donnés.

« Ne pensez pas trop à viser, continuez à tirer. L’ennemi est cinq fois plus nombreux que nous. Je suis presque sûre que vous toucherez quelque chose même si vous tirez les yeux fermés ! »

Une avalanche d’ennemis se précipitait vers la porte sud, que Lione avait été chargée de garder, le sol grondant de leurs pas. Les cris de bataille animale qui jaillissaient de leurs poumons frappèrent le corps de Lione comme une onde de choc.

Je n’en aurais jamais assez de ce frisson… Je vais peut-être me mouiller ici.

Lione léchait ses lèvres sèches en tirant son propre arc. Peu de temps après, la première ligne d’ennemis commença à se déverser dans les douves sèches.

Je suppose qu’ils gardent les meilleurs pour plus tard… Comme l’avait dit le garçon.

Il n’y avait ni lignes ni formations, ils avançaient simplement à l’aveuglette. Les lèvres de Lione s’enroulèrent en un sourire moqueur.

La plupart des soldats ennemis étaient des roturiers enrôlés sur les territoires du duc Gelhart et des autres nobles. Inutile de dire qu’ils n’étaient pas entraînés, et leur équipement se résumait à des lances et des armures de cuir que leur avait données le duc Gelhart.

Dans ce monde, la conscription était une question éreintante. Un seul ordre de leur gouverneur pouvait les mettre en danger, et malgré cela, ils n’étaient pas du tout payés pour leur service. Ceci parce que la conscription était considérée comme une forme d’impôt. À cet égard, elle était similaire au système de conscription qui avait été aboli depuis longtemps dans le Japon actuel.

Bien sûr, les conscrits qui avaient acquis des mérites et des réalisations étaient récompensés, mais très peu de gens se retrouvaient avec une telle fortune sur le champ de bataille. La plupart d’entre eux étaient simplement désespérés de rester en vie.

Mais cela ne voulait pas dire que même ces personnes n’avaient pas été récompensées. Les règles étaient qu’ils devaient garder tout ce qu’ils avaient pillé de l’ennemi. Tout ennemi qu’ils tuaient leur rapportait leurs épées, leurs lances et leurs armures, ainsi que l’argent qu’ils pouvaient avoir sur eux.

En cas d’invasion d’un autre pays, il y avait un butin encore plus important à recevoir. Il y avait des femmes à violer, et des maisons à brûler et à piller pour leurs biens. Les hommes devenaient des esclaves de travail, tandis que les femmes devenaient des esclaves sexuelles.

Avec leur propre vie comme monnaie d’échange, ils pouvaient faire de grands profits. C’était pourquoi les roturiers de ce monde étaient allés à la guerre, malgré leur aversion pour les nobles et leur crainte des conflits. Tout cela pour piétiner ceux qui étaient plus faibles qu’eux et alléger un tant soit peu les difficultés de leur vie…

« Souvenez-vous, tout ce que vous prenez à l’ennemi est à vous ! Je le garantis au nom du Duc Gelhart ! Allez, continuez ! »

Les paroles du noble responsable de la percée de la porte sud avaient suscité des cris de guerre de la part des soldats qui l’entouraient.

L’équipement d’un chevalier était cher. Leurs armures et leurs épées étaient faites sur mesure, et leurs chevaux de guerre étaient spécialement rodés et valaient une bonne somme. Il était peut-être évident que les chevaliers qui s’épanouissaient sur le champ de bataille mettaient toute leur fierté dans leur équipement. Et donc, aux yeux de ces soldats, les chevaliers étaient comme des masses d’argent ambulantes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire