Wortenia Senki – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 3

***

Chapitre 2 : Le début des hostilités

Partie 3

Le cœur de Mikhail s’était enflammé à la vue du champ de bataille, et cette exaltation s’était mêlée à son ambition de rendre son jugement fou.

Il avait oublié sa propre mission…

« Comprends-tu ? ! Il n’y a pas besoin de se retenir ! Nous allons écraser l’ennemi d’un seul coup et montrer à ces traîtres la puissance des chevaliers de Rhoadseria ! »

Sur l’ordre de Mikhail, sa force de cinq cents hommes se prépara au combat, formant des lignes sur les hauteurs. Au son de ses encouragements, une vague d’adrénaline traversa les chevaliers. Il en était de même pour Mikhail, même s’il avait lui-même donné l’ordre.

Les ennemis étaient au nombre d’une centaine environ, et bien qu’en termes de puissance de combat ils auraient un grand avantage, puisqu’il s’agissait d’une violation directe des ordres de Ryoma, Mikhail ne pouvait pas se permettre de perdre ici. Aucune personne vivante ne couvrirait une personne qui aurait violé les ordres d’un supérieur et qui n’aurait que la défaite pour le prouver.

Pour couronner le tout, il avait récemment échoué de façon importante, et bien que la princesse Lupis l’ait quelque peu apaisé, s’il échouait encore une fois, même la princesse Lupis ne pourrait pas l’aider.

Il faut que je gagne. Je ne vais pas… Je ne perdrai pas contre lui !

La seule chose qui préoccupait Mikhail était la victoire. Et un cœur assoiffé de victoire était un cœur aveugle à la vérité.

« Chaaaaaaaargez ! »

« « « Oooooooooh ! » » »

Un cri de guerre s’éleva, grondant la terre.

Alors que la lame de Mikhail se balançait en direction des éclaireurs de l’ennemi, cinq cents chevaliers soulevèrent un nuage de poussière et lancèrent un cri en direction de leurs ennemis.

« Mikhail, quel imbécile ! Je savais qu’il ne serait pas capable de se retenir. Je pensais qu’être l’assistant de la princesse le rendrait un peu plus sage, mais il n’est pas moins irréfléchi que lorsque nous étions jeunes. »

Alors que le grondement du galop des chevaux descendait des hauteurs, Kael reconnut la bannière des chevaliers royaux de Rhoadseria qui se tenait en hauteur, et à côté, la bannière de la maison noble de Vanash.

C’était un spectacle nostalgique. En tant que chevaliers de Rhoadseria, Kael et Mikhail vivaient dans la même caserne et rivalisaient dans l’art de la guerre l’un contre l’autre. À maintes reprises, les deux hommes s’étaient battus ensemble, défendant leur vie sous la même bannière.

Quand exactement leurs chemins s’étaient-ils alors séparés ? Kael ne s’était jamais mêlé aux autres, mais pour lui, Mikhail était son rival pour la gloire dans le domaine de l’épée, et en même temps l’un de ses très rares amis.

Cette fois, c’est à mon tour de gagner, Mikhail. Aujourd’hui, cette dette sera remboursée.

Le grand tournoi d’arts martiaux sponsorisé par le palais devait déterminer le plus grand épéiste de Rhoadseria. Au premier tour, les deux hommes s’étaient affrontés dans un combat violent. Après avoir gagné, Mikhail avait obtenu ce titre et avait été nommé à la position honorable d’aide de la princesse Lupis. Pendant ce temps, Kael, battu, fit l’objet de mépris et de moqueries.

C’était peut-être un match, et leurs compétences étaient à peu près égales, mais leurs chemins s’étaient largement séparés. Et ces deux routes, qui s’étaient incorrectement séparées ce jour-là, se croiseraient aujourd’hui.

« Les préparatifs sont-ils terminés ? »

L’assistant de Kael acquiesça à la question de son commandant.

« Bien. Alors, laissez-nous mener la bataille ! »

Avec un sourire froid, Kael dégaina l’épée qu’il portait à la taille et éperonna son cheval vers l’ennemi.

« Quoi !? Répète ça ! »

Un cri de colère secoua le campement.

Ryoma ne pouvait pas croire le rapport que le chevalier couché devant lui avait dit. Ou plutôt, il ne voulait pas le croire.

« O-Oui… Monsieur… Le groupe d’éclaireurs de Mikhail… a été anéanti… »

Le sang s’écoulait des lacérations qui criblaient le corps de l’homme, formant une petite flaque aux pieds de Ryoma. Les sœurs Malfist essayèrent de le soigner avec leurs sorts, mais tout le monde pouvait voir que tout ce qu’elles pouvaient faire était de prolonger sa vie de quelques minutes.

Bien qu’il ait été blessé à un point qui aurait sans doute tué la plupart des hommes, ce chevalier avait gardé la flamme de sa vie allumée avec rien d’autre qu’une pure détermination et une force de volonté intense. La lumière dans ses yeux en était la preuve.

« Mikhail… Qu’en est-il de lui ? Est-il mort ? »

Réalisant à quel point il avait tort de crier sur un homme qui avait prolongé le peu de vie qu’il lui restait pour faire ce témoignage, Ryoma s’était forcé à se calmer et à garder son calme au mieux de ses capacités. Le soldat qui se trouvait devant lui était déjà un homme mort. Ce n’était qu’une question de temps avant que son âme ne quitte son corps.

Mais malgré cela, il avait utilisé les dernières braises vacillantes de sa vie pour transmettre quelque chose. Et en tant que compagnon, Ryoma voulait respecter sa volonté et accepter les informations qu’il apportait au mieux de ses capacités. C’était le dernier et plus grand respect qu’il pouvait montrer à ce chevalier, qui était sur le point d’entreprendre son dernier voyage vers l’au-delà.

« Sire Mikhail a été… attaqué alors qu’il poursuivait K… K-Kael dans la direction… des forces ennemies… »

« Kael ? »

C’était la première fois que Ryoma entendit parler de ce nom, et il l’avait répété de façon suspecte.

« Oui… A-Au début, Seigneur Mikhail nous a ordonné… calmement, mais quand il a vu que le… t-traître Kael Iruna… était le commandant des forces ennemies, il… Aaah... »

En entendant ses paroles, plusieurs des chevaliers environnants l’avaient maudit de manière audible. Il semblerait qu’ils connaissaient ce Kael Iruna, mais Ryoma n’avait pas le temps de les interroger à ce sujet pour l’instant.

« Je vois… Mikhail a donc mobilisé son armée pour vaincre ce traître ? »

Le chevalier étendu répondit à la question de Ryoma par un hochement de tête. Il semblerait que ce hochement de tête lui prit toute sa force restante.

J’étais pratiquement sûr que Mikhail était calme jusqu’à ce qu’il découvre que Kael était aux commandes. Puis il apprit que c’était un traître… À en juger par la personnalité de Mikhail, je pouvais l’imaginer incapable de se retenir…

Ryoma pouvait facilement imaginer ce qui s’était passé. Mais il ne comprenait pas non plus l’impatience de Mikhail. C’était exactement pour cela qu’il hésitait à le mettre à la tête de l’unité de reconnaissance. Mais en même temps, il comprenait aussi dans une certaine mesure les capacités de Mikhail. Même s’il était voulait gagner des mérites à tout prix, il savait quand battre en retraite.

C’est pourquoi il avait du mal à croire que l’unité de Mikhail n’ait pas battu en retraite avant d’être sur le point d’être anéantie. Mais avec un traître sous les yeux, Ryoma pouvait imaginer qu’il ait perdu son sang-froid. Après tout, les chevaliers ne détestaient rien de plus que les traîtres.

« Alors, à quel point l’ennemi s’est-il rapproché ? Combien de troupes ont-ils ? »

Ryoma fit taire ses innombrables pensées et sentiments et s’était concentré sur ce qui était le plus important à l’heure actuelle. La question cruciale était de savoir quand l’ennemi serait sur eux, et quelle était la puissance de leurs armées. Ils étaient déjà désavantagés sur le plan numérique, et avec l’élimination des éclaireurs, leur situation était encore pire.

Si on les attaquait maintenant, les soldats étant ébranlés par la défaite de Mikhail, même leur position défensive avec les douves et les clôtures qu’ils avaient préparées ne les empêcherait pas d’être anéantis.

« Ils sont environ cinq… mille… bien que nous ne sachions pas combien de forces ils ont dans leur… réserve. Leur détachement précurseur arrivera… ici… dans quinze minutes… »

En entendant le soldat parler entre deux halètements, Ryoma était devenu pâle.

« Lione, Boltz ! »

Ryoma avait immédiatement aboyé leurs noms avec un manque de politesse inhabituel.

« Oui ! »

Lione et Boltz étaient arrivés devant lui.

« Prenez quatre cents hommes chacun et sécurisez le nord et le sud. Laura et moi prendrons les six cents restants et nous tiendrons le centre. Sara ! Tu commanderas le reste, et quand vous aurez fini de vous préparer, restez à l’arrière ! Et envoyez un éclaireur pour repérer la position actuelle de l’ennemi ! Vite ! »

Se levant, Ryoma avait rapidement attribué des positions défensives à Lione et aux autres.

Ils savaient tous quelles étaient leurs positions et leurs effectifs étaient assignés à l’avance, ils avaient donc obéi à ses ordres sans problème. Ou plutôt, ils n’avaient pas eu le loisir de s’opposer au commandement résolu de Ryoma. Tout le monde autour de lui acceptait ses ordres et disparaissait devant sa tente.

« S-Seigneur… Mikoshiba… »

Alors que Ryoma était sur le point de quitter la tente lui-même, le soldat mourant lui parla dans son dos avec ses dernières forces.

« Quoi ? Y a-t-il a autre chose ? »

« Je suis… désolé… Nous n’avons pas obéi à vos… ordres… »

En entendant les paroles du chevalier, Ryoma fit un petit signe de tête à Laura et Sara, celles-ci quittèrent la tente alors qu’il s’agenouillait à côté du soldat. Il ne restait que peu de temps avant l’arrivée de l’ennemi, mais ce furent les derniers mots d’un chevalier qui risqua sa vie pour leur livrer cette information. Ryoma écouta en silence.

« C’est bon. Je comprends. »

Ryoma fit un profond signe de tête.

L’homme devant lui n’avait fait qu’obéir aux ordres de Mikhail. Ryoma ne pouvait pas le condamner, car il était en train de mourir. Ryoma prit le corps ensanglanté du chevalier et le mit plus près de lui. Sinon, il ne pouvait pas distinguer sa voix qui diminuait.

« Monsieur… Miko… shiba. S’il vous plaît… mettez… la Princesse Lupis… sur le trône… »

Et avec cela, le corps du chevalier était devenu mou.

Le chevalier voulait probablement en dire plus, mais le scintillement de sa vie était sur le point de s’éteindre juste après avoir présenté ses excuses. Et ainsi, avec ces dernières forces, il avait réussi à confier cette dernière requête. Son seul et plus grand souhait…

« Espèce d’idiot… »

En entendant le souhait de ce chevalier dont il n’avait jamais connu le nom, des mots qui pouvaient être soit de la compassion, soit de la moquerie échappèrent des lèvres de Ryoma. Mais ce sentiment s’était vite effacé au cri des éclaireurs que Ryoma avait envoyés.

« Seigneur Mikoshiba ! L’ennemi est en vue, à un kilomètre ! Ils sont environ 8000 ! »

Soit trois mille de plus que le dernier rapport.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire