Wortenia Senki – Tome 3 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Le début des hostilités

Partie 1

Quelques jours plus tard, Ryoma et son groupe s’étaient retrouvés sur les rives sud-ouest de la Thèbes.

« Très bien, à partir de maintenant, vous devez écouter les instructions des mercenaires et construire des installations défensives ici. Notre survie ici dépend de la qualité de leur construction. Faites-le au mieux de vos capacités ! »

Le soleil brillait au centre du ciel, et le ciel était dégagé des nuages, comme s’il affichait une garantie de succès de Ryoma.

Le détachement précurseur de Ryoma traversa rapidement la Thèbes grâce à sa marche rapide et devait maintenant former une tête de pont qui permettra à la force principale de traverser et de se regrouper avec eux.

Sous les yeux de Ryoma se trouvaient les deux mille chevaliers que la princesse Lupis lui avait prêtés, ainsi que les quelque deux cents mercenaires menés par Lione. Ils devaient sécuriser la tête de pont afin que, lorsque les vingt mille hommes de la princesse arriveraient, ils puissent traverser la rivière en toute sécurité. Et, bien sûr, pour se protéger jusqu’à ce qu’ils le fassent.

« Tout s’est déroulé conformément au plan jusqu’à présent, mais l’ennemi doit avoir remarqué nos mouvements et doit se préparer à nous intercepter. Nous n’avons pas beaucoup de temps. Mais nous avons la justice de notre côté ! »

Ryoma prit un moment pour faire cette déclaration retentissante et inspecta les réactions des soldats. Après avoir lu l’atmosphère, il avait de nouveau ouvert les lèvres avec un timing parfait.

On disait que l’ambiance pouvait devenir saoulant, et que l’enthousiasme était contagieux dans une foule. Tant que l’on savait utiliser ce point à son avantage, manipuler le cœur des hommes était simple.

« Nous ne perdrons pas face au méprisable et traître général Albrecht, ou au duc Gelhart, l’homme derrière cette guerre ! Je veux que vous me prêtiez votre force pour l’avenir de ce pays ! Et en sortant victorieuse, la Princesse Lupis récompensera sûrement vos efforts ! »

« « « Oooooooh ! La victoire sera la nôtre ! Gloire au royaume de Rhoadseria ! » » »

Ils avaient réagi au discours de Ryoma par des acclamations et des cris de guerre. Même la plus sûre des forteresses s’écroulerait si le moral des soldats était bas. Ce fait avait été prouvé à maintes reprises dans le monde de Ryoma, et cela ne semblait pas si différent dans ce monde.

Ouf, nous sommes fatigués après cette longue marche, mais le moral est toujours au beau fixe… Pas de problèmes pour l’instant, à en juger par la situation. Le reste dépend de mon commandement et de la mesure dans laquelle nous pouvons nous préparer…

Son discours terminé, Ryoma regarda chaque unité se rendre à son poste de commandement, lorsqu’un homme lui barra la route.

« Seigneur Mikoshiba. Puis-je prendre cinq cents chevaliers et partir en reconnaissance ? »

Cet homme, vêtu d’une armure complète, était Mikhail Vanash.

« Non, ça ne me dérange pas. Cependant, je sais que cela peut sembler répétitif de ma part, mais tiens-toi à la reconnaissance et à rien d’autre. Si tu rencontres un ennemi, ne le combats pas et bats en retraite immédiatement. »

Répondant à la suspicion qui montait dans son cœur, Ryoma répondit à Mikhail avec un sourire. Et bien que l’on puisse croire que cela n’ait aucun sens s’ils ne rencontraient pas l’ennemi, le but de la reconnaissance était de recueillir des informations. Il n’était pas nécessaire de se battre avec l’ennemi. Le problème était que l’homme qui se trouvait devant lui n’était pas capable de faire cette distinction.

« J’en suis bien conscient. En tant que chevalier, je ne peux pas dire que j’apprécie beaucoup l’idée de tourner le dos à l’ennemi, mais… cela fait partie du plan. »

Mikhail répondit par une expression qui semblait franchement frustrée. Il ne pouvait pas ignorer les ordres de Ryoma puisqu’il avait reçu le droit de commander de la princesse Lupis, il semblait donc être tolérant par manque de choix.

« C’est exactement parce que je ne veux pas subir de pertes si vous êtes découvert que je demande à une élite comme vous de le faire, Mikhail. Je n’exagère pas quand je dis que le résultat de cette opération repose sur vos épaules. »

C’était un rôle que quelqu’un d’aussi téméraire que Mikhail ne pouvait pas jouer, mais malheureusement, Ryoma n’avait pu envoyer personne d’autre pour le remplir. Lione et Boltz mettaient tous leurs efforts dans la construction des installations défensives, tandis que Laura et Sara étaient occupées à d’autres travaux.

La reconnaissance était une tâche importante, mais en termes de priorités, les travaux de Lione et Laura étaient plus critiques, de sorte que Ryoma n’avait pas d’autre choix que de laisser Mikhail s’en occuper.

« Compris. Alors nous partons ! »

Répondant à voix haute, Mikhail tourna les talons. Ryoma ne pouvait que regarder le dos de Mikhail qui se retirait avec regret. Et bien qu’il n’y ait personne d’autre disponible pour cette tâche, et que ce choix de personnel soit hors de son contrôle, cette décision sera celle que Ryoma regrettera profondément par la suite.

« Prêt !? Faites comme nous avons pratiqué ! Restez calme et concentrez-vous ! »

« « « Aux esprits qui gouvernent la terre ! Tenez compte de nos appels et respectez nos volontés ! » » »

Suite à l’appel de Boltz, les mercenaires s’étaient mis à chanter comme un seul homme.

« « « Que la Terre coule ! » » »

C’était un type de magie verbale de bas niveau qui appartenait à la catégorie des invocations. À la fin de leur chant, les mercenaires claquaient les mains contre la terre, et le sol à un mètre devant eux s’enfonçait et s’effondrait aussitôt.

« Bien ! Bon travail. La première rangée de magicien, faites une pause de quinze minutes et revenez ensuite pour creuser plus loin. Ceux de la deuxième rangée, aidez à égaliser les secteurs qui ne sont pas à leur place ! À tous les autres, nous en avons fini pour le moment, alors allez aider les gens du côté nord ! »

Sous le commandement de Boltz, les mercenaires s’étaient dispersés dans leurs propres emplacements.

« Alors, comment se passe le travail ? »

Ryoma appela Boltz, responsable des travaux de construction, par-derrière au moment où le soleil commençait à baisser vers l’ouest. Cela ne faisait que trois heures qu’ils avaient commencé à travailler, mais un fossé de vingt mètres de large et de cinq mètres de profondeur était déjà en train de se former. Même s’ils creusaient un fossé d’une longueur totale de 500 mètres, leur travail était anormalement rapide.

« Oh, mon gars… ! »

Boltz répondit tout en étant réjoui.

« Eh bien, je dirais que tout se passe comme prévu, mais quand même… Je suis surpris que tu aies trouvé une méthode comme celle-ci. Je suis un mercenaire depuis des années, mais je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui utilise la magie de cette manière. Je me demande ce qui se passe dans ta tête… »

Boltz haussa les épaules, soupirant d’un mélange d’exaspération et d’admiration tout le temps. Ses paroles n’étaient cependant pas exagérées. Dans ce monde, la magie était considérée comme une arme pour tuer ses ennemis. Un outil pour gagner des guerres, traité de la même façon qu’une lance ou tout autre instrument.

« Ce n’est pas si grave. »

Ryoma avait fait fi des éloges de Boltz, mais son idée pourrait bien en venir à révolutionner la structure économique et militaire de ce monde. La magie n’avait jamais été considérée que comme un moyen d’attaquer directement son ennemi, mais elle avait aussi d’autres usages. En particulier dans le domaine de la construction, elle pouvait accroître l’efficacité dans une mesure considérable.

« Coule, terre » était un sort qui formait un trou d’un diamètre et d’une profondeur de cinq mètres devant son lanceur. Il ne faisait rien d’aussi fantaisiste que de lancer des pierres ou de faire jaillir des flammes et du tonnerre de ses mains. Tout ce dont il était capable, c’était d’ouvrir un trou dans le sol.

Et il était vrai que si un ennemi y tombait, cela pouvait occasionner des dégâts, mais au final, ce n’était qu’une fosse. Son application la plus courante était de former un trou sous un ennemi, mais la plupart des gens ne s’étaient pas donné la peine de l’utiliser.

Un diamètre de cinq mètres pouvait sembler très large, mais en combat, cela n’était pas d’une grande utilité. Lorsque les ennemis restaient au même endroit, les choses étaient différentes, mais il était difficile de prévoir comment une cible se déplacerait afin de lancer le sort de façon appropriée. Et si cinq mètres n’étaient pas une faible hauteur pour une fosse, elle n’était pas non plus assez profonde pour tuer de façon décisive. C’était comme tomber du troisième étage d’un immeuble. On pouvait mourir si on tombait au mauvais endroit, mais ce n’était pas une façon appropriée de tuer une personne.

À moins que l’on n’ait pas d’autre choix, il y avait beaucoup d’autres sorts de type terrestre qui étaient plus mortels et plus faciles à utiliser. Personne n’était donc assez fou pour utiliser un sort aussi peu pratique dans une situation extrême comme la bataille.

Un sort sans utilité, tel était le consensus concernant le sort « Coule, terre ».

Mais vus sous un autre angle, les avantages du sort étaient devenus évidents. Le fait de pouvoir creuser un trou de cinq mètres de diamètre et de profondeur en quelques instants leur permettait de creuser un fossé en peu de temps. Par rapport aux efforts et au temps qu’il fallait pour en creuser un avec des pelles et de la main-d’œuvre, il était clairement apparu que cette solution était très efficace.

« Non, tu ne comprends tout simplement pas ta propre valeur, mon garçon ! »

Dans ce monde, la valeur d’un magicien était déterminée par la puissance de feu dont il disposait. Le pouvoir de pénétrer les défenses de l’ennemi était considéré comme absolu. Et en effet, comparé aux sorts utilisés en combat direct, le sort « Coule, terre » semblait inutile. Mais une fois que l’on avait pensé à autre chose qu’à vaincre directement un ennemi, « Coule, terre » révéla des possibilités entièrement différentes.

Et quand on considérait que c’était Ryoma qui avait pensé et réalisé cette possibilité, l’éloge de Boltz semblait tout à fait naturel.

« Tu le penses ? »

Mais Ryoma pencha la tête aux paroles de Boltz.

Pour une personne du monde moderne comme Ryoma, l’idée ne semblait pas si particulière. Il ne pouvait pas s’empêcher de se demander comment personne n’y avait pensé avant.

« Mais bien sûr ! »

Eh bien, je suppose que ça ne fait pas de mal de les faire penser de cette façon…

À ce jour, la seule façon pour Ryoma de traverser la vie était de prouver sa force et de gagner le respect de ses soldats. Mais ce n’était pas une question de sagesse ou de manque de sagesse, juste une pure différence dans les informations disponibles. Pourtant, s’ils étaient entrés volontairement dans ce malentendu, c’était juste un bonus pour Ryoma.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire