Wortenia Senki – Tome 2 – Épilogue

***

Épilogue

Alors que le soleil du soir commençait à s’enfoncer dans le ciel à l’Ouest, un vieil homme aux cheveux blancs attachés derrière la tête se tenait sur sa pelouse résidentielle et poursuivait son entraînement quotidien, épée de bois à la main.

Mais ses mouvements étaient tout sauf ordinaires. Son regard aiguisé perçut un ennemi invisible, et chacun de ses mouvements était rempli de véritable intention meurtrière alors qu’ils traversaient l’air. Sa position dépassait de loin celle d’un homme qui s’était perfectionné physiquement grâce aux arts martiaux comme passe-temps. Et il ne s’entraînait pas non plus par légitime défense.

Cet entraînement avait pour seul but de tuer son ennemi.

« Grand-père… »

En entendant cette voix l’appeler par-derrière, Kouichiro Mikoshiba arrêta ses mouvements. Son bras était plus épais qu’on ne l’imaginait, et alors qu’il ne mesurait que 175 centimètres, ses épaules étaient larges et sa poitrine épaisse. C’était probablement le fruit d’un entraînement quotidien avec une épée en bois.

« Asuka… C’est déjà l’heure, n’est-ce pas ? »

Tenant son épée de bois contre la véranda, Kouichiro essuya la sueur de son visage avec un sourire.

Son kendo gi bleu marine était humide et taché d’une grande quantité de sueur, devenant même blanc à cause de concentrations de sel à certains endroits.

« Oui, le dîner est presque prêt… »

« C’est vrai… Merci encore, comme toujours. Salue ta mère de ma part. »

En retirant son tablier rose préféré, dont la caricature d’un chat était imprimée dessus, Asuka hocha la tête aux mots de Kouichiro et lui posa ensuite une question avec hésitation.

« Dis-moi, grand-père… As-tu pensé à ce que j’avais demandé l’autre jour ? »

Kouichiro se gratta maladroitement la joue à sa question.

« Que j’emménage avec toi ? J’apprécie l’offre, jeune fille, mais je vais devoir refuser. »

« Mais pourquoi !? Maman dit que tu es toujours le bienvenu… Et en plus, même grand-mère… »

Kouichiro écouta l’exclamation d’Asuka avec un sourire inexplicablement ironique. Il savait qu’il n’avait pas fait cette offre pour espérer obtenir sa fortune, ce qu’on ne pouvait pas dire pour d’autres hyènes de la famille. Son fils et sa femme étant partis, les seuls qui l’avaient vraiment soutenu pendant qu’il élevait son petit-fils biologique, Ryoma, étaient sa sœur et la famille de sa fille.

Mais c’était parce qu’il savait que leur offre était sincère que Kouichiro ne pouvait accepter la proposition d’Asuka.

« Je suis désolé… »

Il avait une raison claire de ne pas vivre avec eux, mais ce n’était pas quelque chose qu’il pouvait partager avec cette gentille fille. S’il le faisait, elle et sa famille pourraient très bien se retrouver prises dans un tourbillon de catastrophes. Kouichiro avait dû rejeter son offre précisément parce qu’il la tenait tellement à cœur.

« Grand-père, je suis… J’ai peur. », dit Asuka en chuchotant d’effroi, sa tête tombant avec une ombre suspendue au-dessus de son expression normalement inébranlable.

« Peur de quoi ? », demanda doucement Kouichiro à Asuka, bien qu’il ait déjà partiellement connu la réponse à sa propre question.

« Que tu pourrais disparaître tout d’un coup, comme Ryoma l’a fait... »

Cela faisait près de six mois que Ryoma Mikoshiba avait disparu sans laisser de trace dans son école secondaire. Ce fut une disparition soudaine en plein jour, dans une école publique parfaitement normale. Mais la police n’avait rien pu faire, car aucun lien avec un incident de quelque nature que ce soit n’avait pu être établi.

Il y avait peu de chances qu’il ait pu être enlevé par quelqu’un de l’extérieur de l’école à l’heure du déjeuner dans les locaux fermés de l’école, surtout qu’on parlait d’un jeune homme monstrueux de plus de 190 centimètres de haut et pesant plus de 100 kg. Il était donc peut-être naturel qu’en apprenant sa disparition, la police avait conclu que même s’il y avait une chance qu’il ait commis un crime, il était peu probable qu’il en soit été victime.

Chaque année, de nombreuses personnes disparaissent pour diverses raisons. Les circonstances étaient nombreuses, allant du stress à l’intimidation, en passant par les relations interpersonnelles et les problèmes financiers, mais 100 000 personnes chaque année étaient simplement signalées à la police comme ayant « disparu ». Aux yeux de la police, tant qu’une affaire ne pouvait pas être liée à un incident quelconque, elle devait supposer que la personne disparue s’était simplement enfuie et préférerait honnêtement se laver les mains de l’affaire.

Bien sûr, s’il s’agissait d’un jeune garçon ou d’une jeune fille, ils auraient traité la situation différemment, mais comme la personne disparue en question était un lycéen zélé, la possibilité d’enlèvement était faible, par conséquent, la question n’était pas prioritaire.

« Je suis désolé… »

Kouichiro répéta une fois de plus sa réponse.

Voir Asuka, une fille qu’il considérait comme sa petite-fille, l’avait réduit à ne murmurer que des mots d’excuse.

Et c’était parce que Kouichiro savait où Ryoma Mikoshiba avait disparu.

Mais s’il le disait à haute voix, personne ne le croirait… Prétendre qu’il a été convoqué dans un autre monde ne changerait rien. Après tout, on ne connaissait pas de méthode pour passer de ce monde, c’est-à-dire de la Terre, à l’autre monde, nommé Rearth, par soi-même. Prétendre qu’il s’agissait d’un enlèvement extraterrestre serait plus crédible que ça.

Un sourire doux apparu sur les lèvres de Kouichiro. Le petit-fils qu’il avait élevé avec amour, formé aux techniques anachroniques et en qui il avait placé un cœur de guerrier… Il avait toujours prié pour que le jour où il aurait besoin de ces compétences pour se défendre et survivre ne vienne jamais. Mais maintenant, il allait sûrement s’en servir.

Tout est de ma faute… Pardonne-moi, Ryoma. Non seulement ta mère et ton père, mais même toi, leur enfant, devais en payer le prix.

Bien qu’il ait compris qu’il était à l’origine de cette tragédie, Kouichiro n’avait pas d’autre choix que de garder le silence…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire