Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 10

***

Chapitre 2 : Complots enchevêtrés

Partie 10

Du moins, c’était le cas jusqu’à récemment, jusqu’à ce que les vents commencèrent soudainement à changer de direction. De plus, ceux qui avaient changé de camp étaient des membres influents de la faction neutre, à qui l’on avait offert des conditions très favorables.

Quelqu’un manipule les choses dans les coulisses… Et c’est quelqu’un de brillant.

Le sens de l’odorat politique bien cultivé du duc Gelhart comprit rapidement qu’il s’agissait d’un complot tramé par un ennemi invisible. Les conditions qu’il exigeait des nobles neutres étaient qu’ils ne mobilisent pas leurs troupes, et qu’ils soutiennent la princesse, c’était tout. Le risque qu’ils encouraient était minime, alors que le mérite qu’ils allaient gagner était assez grand. C’était ainsi que les nobles neutres, forcés de mener leurs journées dans le malheur et l’obscurité, affluèrent à ses côtés.

Il va sans dire que, dès le départ, le duc Gelhart n’avait pas l’intention de tenir ces promesses, et il ne les voyait pas comme des membres de la faction des nobles ou de ses alliés. Il ne voulait tout simplement pas qu’ils fassent des mouvements inutiles qui plongeraient la guerre civile dans le chaos.

En outre, si Gelhart devait calculer le nombre de territoires qu’il devrait abandonner s’il respectait sa part du marché, il s’avérerait qu’il devrait donner la moitié des territoires du royaume. De plus, ces accords n’avaient aucun pouvoir contraignant, ils étaient tous faits dans le secret, et comme aucun contrat n’était rédigé, la loi ne leur conférait aucun pouvoir.

Par conséquent, le facteur décisif serait la force armée, et le Duc Gelhart était le plus puissant. Une fois que les nobles réaliseront qu’ils avaient été dupés, il serait trop dangereux pour eux de recourir à des mesures énergiques. Tout le monde, sauf ceux qui manquaient le plus de prudence, céderait simplement à la situation, se tairait et ne ferait rien, aussi mécontents qu’ils puissent être. C’était un raisonnement que même un enfant pouvait comprendre, si l’on faisait abstraction de sa cupidité et si l’on y réfléchissait calmement.

L’intrigue du duc Gelhart était sans défaut, et pourtant tout venait d’être basculé.

Ils ont dû suivre l’avis de quelqu’un d’assez intelligent… Sûrement.

Un claquement de langue échappa aux lèvres du duc Gelhart.

« Nous ne savons que deux choses avec certitude. Les nobles qui nous ont promis leur aide jurent allégeance à la faction de la princesse les uns après les autres, et… »

L’aide de camp continua de faire son rapport. Il savait que ce qu’il allait dire ferait exploser de colère son maître qui contrairement à son apparence, avait un caractère étonnamment colérique. Mais en même temps, ses nombreuses années d’expérience lui avaient appris que se taire conduirait au même résultat.

C’est ainsi qu’il s’était préparé pour les réprimandes à venir et qu’il avait rempli son rôle.

« Certains des nobles qui se sont retournés contre nous font preuve d’une fermeté inhabituelle… »

« Qu’entends-tu par “fermeté inhabituelle”… ? » demanda le duc Gelhart, ayant l’impression qu’on se moquait de lui ici.

« Augmentent-ils les défenses de leurs territoires ? »

Aussi irritant que cela puisse paraître, à la fin, il ne prit pas au sérieux la résistance des faibles. Mais ce que son assistant dit ensuite fit changer la couleur du visage du duc Gelhart.

« Ils rassemblent leurs forces et marchent vers le château… »

« Quoi !? »

Le duc ne pouvait pas cacher sa surprise.

Ce n’était pas quelque chose que l’on pouvait négliger. Honnêtement, le duc Gelhart n’avait pas été particulièrement dérangé par les nobles neutres qui avaient retourné leurs vestes. Mais ces nobles de la faction neutre mobilisant les soldats de leurs territoires et les stationnant dans la capitale avaient radicalement changé la situation.

Une faction les avait envahies. Bien que cela puisse sembler une perte importante de puissance militaire, ce n’était pas vraiment le cas, puisque tous ceux qui s’étaient joints à eux à ce stade du jeu étaient des opportunistes qui craignaient simplement de voir le mal leur arriver. C’était des parasites qui acceptaient volontiers l’appât qu’on leur offrait, mais qui ne voulaient pas contribuer à la faction qui les nourrissait gracieusement.

Donc dans ce cas, même s’ils portaient la bannière de la faction de la princesse, ils ne seraient absolument pas coopératifs, n’offrant aucune aide militaire ou financière à la faction. Ou du moins, c’était ainsi qu’ils avaient agi jusqu’à maintenant…

C’était la raison pour laquelle le duc Gelhart n’avait pas demandé beaucoup de coopération aux seigneurs de la faction neutre lorsqu’il les avait rapprochés, décidant que tout irait bien s’il s’assurait qu’ils ne se retourneraient pas contre lui. Il savait que demander quelque chose de plus serait inutile.

D’où la raison pour laquelle ce rapport fit paniquer le duc Gelhart autant qu’il le pouvait. Il pensait qu’ils ne feraient tout simplement que coopérer avec la faction de la princesse pour la forme et rien d’autre, en attendant que la tempête de la guerre civile passe.

« Que veux-tu dire… ? Ont-ils juré de leur allégeance à la faction de la princesse en ayant sincèrement l’envie de l’aider? Qui ferait ça pour commencer… ? »

« Le comte Bergstone et le comte Zeleph sont les principaux dirigeants, ils dirigent leurs forces et les armées de petites nobles dans le château. »

C’était peut-être ce qu’il méritait pour les avoir traités comme des insectes qu’il pouvait écraser à tout moment. La rage bouillonnait dans le cœur du duc Gelhart, comme une poix noire et adhésive.

« Grrr… Maudit soit ce comte Bergstone! Que va-t-il donc obtenir en me gênant ainsi!? J’aurais dû l’éliminer bien plus tôt… »

Mais l’instant suivant, le duc Gelhart réalisa qu’il était sur le point de passer à côté d’un point vital, à en juger par sa confusion.

« Attends, as-tu dit la faction de la princesse ? Ils ont rejoint la faction de la princesse, et non celle des chevaliers ? »

Le duc Gelhart avait insisté sur ce point, ce qui avait incité son assistant à hocher la tête avec une expression endurcie.

« Oui. J’en doutais moi-même, mais j’ai fait de multiples efforts pour vérifier, et… Ils ont à coup sûr rejoint la faction de la princesse, pas celle des chevaliers. »

Ces deux choses pouvaient sembler identiques à première vue, mais en réalité, la différence était palpable. La faction des chevaliers avait certainement la princesse Lupis comme étendard, cependant, ils la soutenaient seulement parce qu’en plus d’être la princesse, elle avait servi comme capitaine de la garde royale pendant les dernières années. Il n’y avait pas d’autre raison pour que le général Albrecht la soutienne.

Les seuls qui jurèrent fidélité à la princesse furent, à part les chevaliers de rang inférieur, le vice-capitaine de la garde royale, Mikhail, et un petit nombre d’autres. La majorité des chevaliers de la classe moyenne, ceux qui commandaient les unités, avaient été pris dans la faction d’Albrecht, et le rassemblement de tant de chevaliers avait donné à la faction une influence considérable.

La princesse Lupis n’était qu’une figure de proue pour la faction des chevaliers.

Mais que se passerait-il maintenant que les nobles, aussi peu nombreux soient-ils, offraient leur soutien à la princesse ? Ils disposaient de soldats à la mesure de leur territoire et des ressources financières nécessaires pour engager des mercenaires.

Si les comtes Bergstone et Zeleph amenaient tous leurs nobles voisins aux côtés de la princesse Lupis, elle compterait près de quatre mille soldats. Bien sûr, ce n’était même pas un sixième des forces du duc Gelhart, chef de la faction des nobles.

Le duc Gelhart avait rassemblé une armée de 2 500 hommes grâce à sa fortune personnelle et, s’il devait enrôler les paysans de ses vastes territoires, son armée représenterait à elle seule 25 000 hommes. L’ajout des soldats et mercenaires des factions nobles à ce groupe porterait ce nombre à 65 000 hommes.

Pendant ce temps, le général Albrecht commandait les six ordres de chevaliers de Rhoadseria, qui comptaient 15 000 soldats. Même si l’on excluait les forces qui ne pourraient pas quitter la défense nationale, il pourrait tout de même mobiliser entre 8 000 et 10 000 hommes.

Les forces que la princesse Lupis avait rassemblées à ce stade comptaient probablement 15 000 hommes, quand elles seront réunies avec les troupes de la faction neutre, mais puisque les forces d’Albrecht comprenaient également des chevaliers capables d’utiliser la magie, il possédait toujours l’avantage.

La partie la plus troublante, cependant, était que les nobles étaient passés à la faction de la princesse. Le duc Gelhart prit congé de son aide et s’enfonça profondément dans son fauteuil, méditant sur ces choses d’une manière détendue.

La princesse Lupis… cherche-t-elle à reprendre le contrôle du pays à Albrecht?

Cette pensée fit surface dans l’esprit de Duke Gelhart. C’était la seule conclusion à laquelle il pouvait arriver, à en juger par les actes des comtes Bergstone et Zeleph. Mais il avait été obligé de rejeter cette idée.

Pas impossible. La princesse Lupis ne pourrait jamais gérer ça…

Le duc Gelhart doutait des capacités de la princesse. Elle avait actuellement vingt ans et possédait une personnalité aimable, dépourvue de l’arrogance que l’on trouvait couramment chez les membres de la famille royale. Sa gentillesse, qui plaçait la vie des gens au premier plan, ainsi que sa beauté, lui avait valu une confiance immense de la part des roturiers.

Elle avait également été capitaine de la garde royale pendant cinq ans, sans qu’elle n’ait commis la moindre erreur, de sorte qu’on ne pouvait pas dire qu’elle était impuissante… Du moins, du point de vue du commandement militaire.

Mais c’était peut-être naturel, car la princesse Lupis n’avait aucune expérience politique. Quels que soient ses talents et son tempérament, elle ne devrait pas être capable de gérer habilement quelque chose qu’elle n’avait pas l’habitude de faire.

Si l’un de ses associés était sage, les choses auraient pu être différentes, mais elle avait peu de partisans qui valaient la peine d’être mentionnés, principalement le vice-capitaine de la garde royale, Mikhail Vanash, et son aide personnelle Meltina Lecta. Et le duc Gelhart était assez confiant que, mettant de côté leurs prouesses martiales, ils n’étaient pas très honorés par leur sagesse. Aussi expérimentés qu’ils puissent être, ils n’avaient pas été d’une grande aide pour gérer le royaume.

En d’autres termes, la princesse Lupis était totalement incapable de régner seule sur le royaume de Rhoadseria.

Si la princesse Lupis contrôlait complètement le domaine militaire ou politique, les choses auraient pu être différentes… Je suppose que c’est la raison pour laquelle Albrecht l’a soutenue, pour renforcer son influence et son autorité.

Le duc Gelhart pouvait facilement comprendre la façon de penser du général Albrecht, puisqu’il s’agissait du même type d’individu.

Albrecht abandonnera probablement la princesse d’ici trois ans… Après ça, il la ferait probablement tuer ou emprisonner secrètement. Sinon, il pourrait l’avoir comme maîtresse, vu sa beauté.

Le duc Gelhart lui-même n’était pas obsédé par le trône. Il se voyait probablement comme un homme qui préférait la substance à la gloire. Comparé à lui, le général Albrecht avait une soif de substance et de gloire. Pour l’instant, il se contentait de la substance, mais il était évident qu’il voudrait un jour atteindre la gloire. La gloire d’être le roi de Rhoadseria…

Eh bien, si je gagne, elle sera mise à mort, donc le destin sera le même pour la princesse Lupis, peu importe d’où le vent souffle…

Ayant gagné la princesse Radine comme nouvelle bannière pour unir ce royaume, le duc Gelhart ne voyait dans la princesse Lupis qu’un obstacle. Avoir deux héritiers du trône servirait simplement de déclencheur pour déclencher de futurs conflits.

Cela dit, le duc Gelhart avait ses propres doutes quant à l’authenticité de la princesse Radine en tant qu’héritière. Certes, elle avait les cheveux argentés du défunt roi, sa physionomie était assez semblable à la sienne, et elle portait sa volonté et son tempérament, de sorte qu’on ne pouvait pas facilement supposer que c’était une impostrice.

Mais en tant que tacticien déterminé à gagner ce conflit, le duc Gelhart n’avait pas pu s’empêcher de penser qu’il y avait quelque chose de délibéré dans la situation politique actuelle de Rhoadseria. L’ancien roi meurt, et au moment où son héritier est sur le point de prendre le trône, un enfant illégitime était découvert. Le moment où tout cela s’était produit était tout simplement trop suspect.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

  1. Merci pour votre travail. Un lapsus en début de chapitre : Les conditions qu’il exigeait des nobles neutres étaient qu’ils ne mobilisent pas leurs troupes, et qu’ils (ne,( soutiennent (pas):la princesse, c’était tout.

    Sinon, princesse Radine, ouille, nom dure a porter 🤣

Laisser un commentaire