Wortenia Senki – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : Assaillant

Partie 6

Ils se tenaient là, leur éthique se débattant avec leurs instincts de survie. Finalement, certains d’entre eux se retournèrent silencieusement et coururent vers les chariots, mais ne tardèrent pas à faire demi-tour et à crier.

« Sœurette, les marchands sont toujours dans la voiture, et les mercenaires ne s’en éloignent pas non plus ! Qu’est-ce qu’on fait ? »

Apparemment, la balance penchait en faveur de leur instinct de survie, semblait-il, mais ils hésitaient encore à faire sauter les chariots avec les marchands encore à l’intérieur. Selon le plan de Ryoma, les marchands auraient abandonné le champ de bataille dès le début du raid.

Qu’est-ce que c’est que ça ? Les marchands ne sont-ils pas de mèche avec les agresseurs… ? Attendez, non. S’ils sont alliés, ils n’ont aucune raison de fuir…

Lione dirigea un regard vers celui qui semblait lui demander : « Et maintenant ? »

N’ayant pas le temps de tout expliquer à une bande de crétins, Ryoma n’avait qu’un seul choix à faire. Il regarda Lione en réponse et hocha la tête, ses yeux se durcirent avec une détermination inébranlable.

« Oubliez-les ! Détruisez-les avec les chariots ! »

« Oui, madame ! »

Les mercenaires qui obéissaient aux paroles de Lione hochèrent la tête, le visage plein d’effroi, et coururent jusqu’à sa position.

Quelques dizaines de secondes plus tard, une explosion secoua l’air. Les voitures et les chariots furent enveloppés de flammes et emportés par le vent avec les mercenaires qui les entouraient. Des cris et des malédictions remplissaient la forêt.

« Sœurette, la route est ouverte ! »

« Bien ! Ne vous retournez pas si vous voulez survivre ! »

Tout en donnant des ordres à ses hommes, Lione se tourna vers Ryoma.

« Tout s’est passé comme tu l’avais prévu jusqu’ici, n’est-ce pas, mon garçon ? »

« Je n’ai considéré que les possibilités. Avez-vous terminé les préparatifs pour la suite ? »

Les yeux de Ryoma brûlèrent avec une froide intention meurtrière. Leur vie dépendait du succès de ce plan.

« Oui. Tout est prêt de notre côté, » répondit Lione avec un regard accablé dans les yeux.

« Tout ce qu’il reste à faire, c’est d’espérer que ta petite demoiselle et Boltz ont bien géré leur côté des choses. »

« Cela devra être le cas. J’ai déjà expliqué le plan à Laura. Elle est intelligente, donc je ne la vois pas tout foutre en l’air. »

La confiance de Ryoma pour Laura était absolue.

« Pour le reste… C’est à nous de décider. »

« Compris. Assure-toi aussi de sortir vivant d’ici ! »

« Oui, prends soin de toi aussi, Lione. »

Avec Lione en tête, le groupe du Lion cramoisi s’élança à cheval. Ils avaient un rôle essentiel à jouer dans l’avenir.

« Maître Ryoma, ils arrivent ! »

Avant que Ryoma ne s’en rende compte, le bruit des épées qui s’entrechoquaient lui parvint aux oreilles de partout. Tous les mercenaires, à l’exception des membres du Lion cramoisi qui étaient partis en tête, étaient probablement éliminés par les attaquants.

« Allons-y ! »

Sara fit un signe de tête suite aux mots de Ryoma et mit les chevaux au galop. La vue qui s’offrait à Ryoma alors qu’ils se précipitaient vers l’avant était celle d’une route vide. Le groupe de Lione n’avait qu’à avancer jusqu’à atteindre leur objectif, mais Ryoma avait servi d’appât et n’avait pas les moyens de le faire.

Il s’agissait d’un carrosse à quatre chevaux, mais même à l’époque, elle n’avait pas tant de vitesse que ça. Bien sûr, il était possible de se débarrasser du carrosse et de fuir à cheval, mais Ryoma avait choisi de ne pas le faire.

Le véritable objectif de Ryoma était de maintenir une distance de sécurité avec ses ennemis sans les perdre et de les conduire à un certain endroit.

Le vent frappa le visage de Ryoma. Défendre le corps de Sara contre les flèches qui tombaient d’en haut sur elle était assez difficile. Quelques flèches avaient déjà traversé ses défenses et percé le siège du conducteur, plusieurs stries rouges de sang traînaient le long du corps de Sara et s’infiltraient dans ses vêtements. Ryoma saignait aussi abondamment depuis que son lobe d’oreille avait été entaillé par une flèche plus tôt, et le sang l’avait peint en rouge de son cou à sa poitrine.

« Sommes-nous arrivés ? » demanda Ryoma en bloquant les flèches. De la panique pouvait s’entendre dans sa voix.

« Nous devrions presque y être… Ah, c’est ça ! Je peux le voir ! »

Debout le long de la longue route qui les attendait et qui semblait s’étirer sans fin, quelque chose voltigeait dans leur champ de vision. Sara voyait clairement un drapeau noir avec le symbole d’un lion rouge qui battait dans le vent.

« Bien ! On devrait y arriver si c’est si près… »

Ryoma soupira, soulagé, et tourna son regard vers Sara.

« Prête !? C’est maintenant où jamais ! »

Jusqu’à présent, tout n’avait été fait que pour cet instant. C’est pourquoi ils avaient conduit leurs ennemis ici au lieu d’essayer de se débarrasser d’eux.

« Je sais, » dit Sara.

Elle utilisa les rênes pour ralentir graduellement le galop des chevaux.

Les silhouettes de quelques hommes à cheval émergeaient du nuage de poussière derrière eux.

« C’est bien… Comme ça, par exemple. Baisse encore un peu ta vitesse… Et quand ils ralentiront aussi… Oui, bien. »

Ryoma aperçut les hommes qui bandaient les cordes de leur arc.

« Maintenant ! Fais leeeeeeee ! »

Au moment où la voiture de Ryoma passa devant une lance coincée dans la route, Ryoma s’agrippa à la lance et la brandit vers le haut, vers le ciel.

« « « Chère mère Terre, obéis à la volonté de tes enfants et déchaîne ta rage ! Les mèches de tes cheveux sont comme des lances qui percent toute la création ! Bambou de pierre ! » » »

Alors que Ryoma criait, l’incantation de Laura résonnait dans la forêt, accompagnée de plusieurs autres voix, et, conformément à leur chant, un cercle massif apparut sous les pieds de leurs poursuivants. L’instant d’après, le bruit de la chair en train d’être transpercée remplit la zone. Et avec cela, le bruit des sabots des chevaux qui cliquaient contre le sol derrière eux cessa soudainement.

Ryoma descendit du carrosse et se dirigea vers les piliers de pierre qui avaient poussé derrière eux, avec Sara qui le suivait naturellement. Ces lances de terre étaient sorties du sol vers le ciel. L’odeur crue et rouillée du sang se mêlait au vent qui soufflait vers eux.

« On dirait que ça a marché. »

« Oui… »

Ryoma hocha la tête peu après les mots de Sara.

« Mais ne baisse pas la garde. Certains d’entre eux auraient dû survivre. »

Ryoma ne pensait pas que son stratagème aurait échoué. Au contraire, le timing n’aurait pas pu être plus parfait. Mais en même temps, il était trop tôt pour se reposer sur ses lauriers. Le manque de prudence était l’ennemi le plus mortel.

Suivant les traces de Ryoma, Lione, Boltz et les autres membres du Lion cramoisi sortirent de la forêt, avec Laura en tête. Ils s’approchèrent tous des lances de pierre au centre de la route avec la plus grande prudence.

« Assurez-vous que personne ne s’est échappé du rayon d’action du sort ! »

Sous les ordres de Lione, le groupe se sépara en deux et commença ses recherches.

« Hé… Certains d’entre eux se sont enfuis. Il y a des traces de sang qui mènent dans les bois. »

Les mercenaires avaient vu les assaillants boiter avec des gémissements de douleur et d’agonie, un regard quelque peu froid dans les yeux. Ils avaient peu de pitié pour les ennemis qui les avaient attaqués.

« Ça ne te dérange pas si on les achève, non ? »

Ryoma hocha la tête sans répondre à la question de Boltz. Confirmant son approbation, Boltz fit un signal en brossant sa main droite dans l’air, et les membres qui le virent disparurent dans les bois sans dire un mot.

« Mon garçon, qu’est-ce que tu vas faire maintenant ? »

« Quoi ? »

L’expression de Ryoma se remplit de surprise devant la façon qu’avait Boltz de l’appeler.

« Mon garçon ? »

« Heheh. » Boltz se gratta la joue maladroitement.

« Considère cela comme une expression de respect. »

Apparemment, voir le plan de Ryoma réussir changea l’image que Boltz avait de lui, et ainsi l’appeler « garçon » était la façon que Boltz avait de montrer son respect. Réalisant cela, Ryoma avait simplement souri ironiquement et resta silencieux.

« Mais vraiment, mon garçon, que fait-on maintenant ? » demanda Lione, ayant fini de donner des ordres.

Elle n’avait pas l’intention de changer la façon dont elle l’appelait, semble-t-il, mais Ryoma n’était pas contre les deux.

« Pour l’instant, nous devrions rassembler des informations. On dirait qu’il y a un bon nombre de survivants, donc on devrait avoir un moyen de le faire. »

Ryoma regarda autour de lui comme pour confirmer qu’il y avait des survivants. Un sourire cruel se figea sur son visage. C’était si glacial qu’il fit frissonner des guerriers vétérans comme Lione et Boltz.

La vue de cette expression incita Sara et Laura à prier Dieu par inadvertance. Elles pourraient probablement imaginer à quel point la mort de ces idiots qui avaient osé mettre leur maître en danger serait horrible…

Le corps attaché et tiré par une corde, Mikhail Vanash avait été traîné jusqu’à l’endroit où il serait jugé pour ses actes. Les bandages enroulés autour de son corps étaient tachés de sang.

Les blessures de Mikhail étaient assez graves. Il n’avait pas de blessures mortelles ni d’os fracturés, mais les lances de terre l’avaient transpercé et s’étaient enfoncées dans le corps. Mais grâce à l’armure épaisse dont il était revêtu et au fait qu’il était éloigné de l’épicentre du sort alors qu’il menait la charge, il n’avait pas été compté parmi les cadavres.

Pourtant, s’il avait été simplement laissé sur les rochers et privé de tout soin nécessaire, il aurait probablement connu le même sort.

Pourquoi m’ont-ils sauvé ? La question avait touché le cœur de Mikhail.

Devant Mikhail se tenait une grande femme rousse, un homme d’âge moyen sans bras gauche, un homme monstrueux qui semblait avoir une vingtaine d’années et deux filles qui l’attendaient dans son dos, comme si elles étaient ses ombres.

Le cœur de Mikhail s’était mis à battre. Et tout ceci parce que la fille devant lui était la cible de ce raid.

Cela faisait trois heures que Mikhail et son groupe d’assaillants étaient tombés dans le piège de Ryoma. De tous ceux qui avaient été blessés par les lances de pierre, seule une poignée d’entre eux, dont Mikhail, avaient survécu. La majorité d’entre eux avaient péri à cause de la magie liée libérée par Boltz et ses hommes, et ceux qui avaient survécu et s’étaient échappés dans la forêt n’avaient pas pu se libérer de la poursuite vengeresse des membres du Lion cramoisi.

Les seuls survivants étaient les hommes aimés de la déesse du destin. Mais si l’on considérait l’état dans lequel ils se trouvaient, on pouvait se demander si leur sort était vraiment chanceux. Le traitement minimal qu’on leur avait administré n’avait fait qu’arrêter leur hémorragie, après quoi ils avaient été bâillonnés, ligotés et jetés dans un chariot.

Le chariot avait ensuite été transporté dans un endroit plus sûr, après quoi ils avaient été sortis un par un. À ce moment-là, il n’y avait pas eu de question quant à la raison pour laquelle ils avaient été pris. Puis il était temps pour le commandant de l’attaque, Mikhail, de faire face aux conséquences.

« Tu es Mikhail Vanash, le commandant du raid, exact ? »

Mikhail ne pouvait que hocher la tête face au grand jeune homme qui se tenait devant lui. Sa voix n’était pas coercitive et surtout, son ton était calme et poli. Être du côté des gagnants et avoir un ton de voix calme et poli était vraiment quelque chose de troublant. Il aurait été bien moins terrifié s’il avait été interrogé tout en se faisant crier dessus par quelqu’un au visage rougi et en colère à la place.

« J’ai entendu la plupart de l’histoire de tes subordonnés. On dirait que c’est une série de conséquences malheureuses pour nos deux camps qui nous ont mis dans cette situation. »

Mikhail se tut, mais il sentait que quelque chose n’allait pas avec les paroles du jeune homme. Pendant l’entraînement des chevaliers, on apprenait comment se comporter lorsqu’on était capturé par un ennemi, et le fait de ne pas donner d’informations à l’ennemi était une règle absolue en temps de guerre.

« Tu n’as vraiment pas à être si nerveux. Nous n’avons pas l’intention de te faire quoi que ce soit, pour l’instant. »

Les paroles du jeune homme ressemblaient au murmure séduisant du Diable aux oreilles de Mikhaïl.

« Pourquoi ne veux-tu pas me tuer ? »

Une question dégoulinant de haine s’échappa des lèvres de Mikhail.

« Parce que nous n’avons pas besoin de te tuer pour l’instant. »

Le jeune homme haussa les épaules, souriant comme s’il parlait de quelque chose de banal.

Mais ses paroles impliquaient que s’il le jugeait nécessaire, ils le tueraient.

« Mais ça s’applique à nous deux maintenant, n’est-ce pas ? »

Mikhail n’avait pas pu trouver une occasion de s’opposer aux paroles du jeune homme. Lui-même n’aimait pas tuer. S’il y avait une chose qu’il n’aimait pas faire, même si c’était son travail de soldat, c’était de tuer quelqu’un. Mais en tant que membre de la garde royale du royaume de Rhoadseria, sa main répandrait du sang si la maison royale en bénéficiait. Cet incident n’était vraiment pas en accord avec sa fierté de chevalier, mais c’était un acte inévitable qu’il devait commettre s’il voulait empêcher la faction des nobles de réaliser leurs ambitions.

Le jeune homme sourit paisiblement, comme s’il lisait le cœur de Mikhail, puis continua à parler.

« Loin de moi l’idée d’assumer tes motifs, mais je te garantit que nous ne sommes pas tes ennemis. »

« De quoi parles-tu... »

Ces mots avaient fait planer un doute sur l’expression de Mikhail.

« N’êtes-vous pas de la faction des nobles ? »

« Tu vois ? Ça. C’est exactement ça. »

Le sourire de Ryoma s’élargit de manière significative.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Ethan Nakamura

    Merci pour le chapitre. On va se retrouver dans un conflit politique.

Laisser un commentaire