Womanizing Mage – Chapitre 83

Bannière de Womanizing Mage ***

Chapitre 83 : Combustion du jade et de la pierre commune

Long Yi n’avait pas perdu son temps avec Long Ling’er. Il avait directement utilisé le Grand Déplacement du Cosmos jusqu’à sa limite, et était soudain apparu derrière elle comme s’il venait de nulle part. Puis il avait placé sa lame froide de son épée sur son cou.

« Long Ling’er, tu as perdu, » déclara Long Yi avec un rire étouffé. De son point de vue, il pouvait clairement voir cette chair de poule visible sur le cou tendre de Long Ling’er, blanc comme neige.

Long Ling’er frissonna. En pensant qu’elle était à nouveau tombée entre les mains de cet escroc pervers, elle ne pouvait s’empêcher de trembler dans son cœur. Maintenant dans cette zone à l’extérieur de la ville, inhabitée, il pourrait... certainement aller jusque là, alors Long Ling’er avait tremblé. Si une telle chose se reproduisait, elle craignait de ne plus avoir de raison de vivre.

« Qu’est-ce que tu veux faire ? » Long Ling’er réprima sa peur et demanda froidement.

« Au cours d’un jour sans lune, nous, un homme seul et une femme seule, que penses-tu que je veuille faire ? » Long Yi avait souri et avait déclaré ça. Il pensait secrètement à lui faire peur parce qu’elle n’avait pas tiré une leçon de sa précédente erreur. Elle l’avait si facilement suivi dans un endroit si désertique et inhabité.

La rougeur sur le visage de Long Ling’er avait complètement disparu, et son visage était devenu presque transparent pâle. Après cela, ses yeux devinrent résolus, puis elle se tourna lentement vers Long Yi.

« Tu me veux vraiment ? » Long Ling’er fixa les yeux de Long Yi de ses yeux sans vie alors qu’elle lui demanda ça.

Long Yi avait été surpris, il n’avait pas compris ce qui lui était arrivé tout d’un coup. Il sentait que l’expression sur ses yeux était très effrayante, faisant frémir son cœur.

« Alors je te le donnerai, » quelle que soit l’expression de Long Yi, la main de jade de Long Ling’er avait tiré sur sa ceinture et elle l’avait jetée au loin, révélant son corset de soie d’un blanc pâle. Ces pics sains et forts de jade plein avaient semblé vouloir déchirer ses vêtements et en sortir. Et les deux cerises qui se détachaient un peu de là se rendaient visibles.

Il était indéniable que Long Yi avait été attiré par la belle silhouette et le paysage printanier (quelque chose de sensuel) de Long Ling’er. Il était momentanément distrait, puis son cœur avait soudain battu avec violence. Après ça, il s’était élancé sur elle.

Oui, Long Yi s’était précipité sur elle avec Wushuang toujours dans ses bras. Après ça, il n’avait pas tripoté les pics de jade de Long Ling’er ou son ravin isolé, mais tel un éclair, il avait attrapé sa main droite qui émettait de fortes fluctuations de magie.

« Long Ling’er, non, » une voix anxieuse s’était fait entendre par derrière.

Cette voix m’est familière, mais Long Yi n’avait pas eu le temps de réfléchir. Il avait attrapé la main droite tremblante de Long Ling’er, et en saisissant une pastille rouge qui était dans sa main, il l’avait repoussée au loin. Peu après, Long Yi avait pris Long Ling’er contre sa poitrine avec Wushuang, puis il avait fait circuler follement la force interne de l’Ao Tian Jue tout autour de leurs corps pour se protéger. À ce moment-là, Long Ling’er avait souri de façon inattendue, et son sourire était très doux, très beau et très touchant. C’était un sourire de soulagement, très pur et magnifique.

Tout autour de lui, des flammes avaient surgi. La terre avait tremblé et les montagnes avaient également tremblé. Avec cette pastille rouge au centre, un rayon de plusieurs centaines de mètres avait été enveloppé dans une explosion rouge.

Et Ximen Wuhen, qui n’était pas trop loin, regarda cette forte explosion, les larmes coulant silencieusement sur ses joues, en murmurant. « Long Ling’er, comment peux-tu être aussi bête que ça ? »

Tout au long de sa vie, Ximen Wuhen savait que Long Ling’er n’avait qu’une seule pastille où un sort de magie du feu interdit de rang 11 de « Magie Divine de Feu » avait été scellé dedans. C’était quelque chose que le maître du feu, l’Archimage Pu Xiusi avait offert en cadeau à l’empereur Long Zhan de l’Empire du Dragon Violent. Bien que la puissance de la magie scellée soit inférieure à celle de la même magie envoyée après avoir chanté l’incantation, cette magie scellée était après tout interdite en raison de sa puissance. Avec la force de Long Ling’er, elle avait lancé cette magie scellée dans une telle proximité, que cela ne pouvait qu’avoir comme mauvais résultat de brûler à la fois le jade et la pierre commune (tout sans discernement).

Une explosion rouge ardent s’était progressivement dispersée, et les alentours d’un rayon de quelques centaines de mètres ne pouvaient qu’être décrits comme ayant une apparence trop tragique pour qu’on puisse le regarder. Plus de la moitié du bois de la zone avait été détruit, le sol au centre de l’explosion s’était effondré sous l’effet de plusieurs chi, et des fragments de branches étaient éparpillés partout. Mais la silhouette de Long Ling’er et de son second frère, Ximen Yu, cette canaille n’étaient visibles nulle part. On pouvait supposer qu’ils n’avaient même pas laissé d’os.

Ximen Wuhen ne pouvait s’empêcher d’être triste du fond du cœur. Elle s’était accroupie et avait pleuré en raison de son chagrin. Sa meilleure amie, l’honorable Princesse de l’Empire, avait ainsi pris sa revanche, mais elle avait payé de sa vie.

En pleurant, Ximen Wuhen entendit soudain un sifflement. En levant la tête, à sa grande surprise, elle découvrit que le sol qui était dans un tel chaos commençait à bouger. Soudain, la terre avait été projetée dans toutes les directions, et avec un éclat de lumière bleue, un homme tenant deux femmes avait sauté depuis un trou dans le sol. Il était recouvert d’une couche d’une barrière d’une couleur bleu clair.

Long Yi avait reculé et avait fait un sourire ironique à l’intérieur de cette protection. La personnalité de Long Ling’er était trop intransigeante, choisissant en vérité la méthode de brûlé à la fois le jade et la pierre commune. En se remémorant de cette terrifiante explosion qui s’était produite quelques instants avant ça, le cuir chevelu de Long Yi s’était mis à le chatouiller, et des sueurs froides coulaient à flots sur son corps. C’était donc la puissance d’un sort magique interdit ? C’était naturellement trop terrifiant. Il semblerait qu’il était trop faible contre la puissance de la magie interdite, et les Maîtres Archimages étaient vraiment l’existence suprême par excellence. Si l’on voulait gagner contre eux, il n’y avait qu’un seul moyen, c’est-à-dire les vaincre avant qu’ils ne puissent lancer leur magie, sinon, seule la mort attendait son adversaire. Mais s’ils avaient plusieurs pastilles avec de la magie interdite scellées à l’intérieur, alors en jetant deux en même temps, même un Dieu ne pourrait pas les arrêter.

Juste à ce moment-là, la barrière bleu clair qui les entourait avait disparu. Après cela, Long Yi regarda la poitrine de Wushuang, et plus particulièrement la pierre précieuse de couleur bleue qui affichait une lumière éclatante et des couleurs vibrantes. Il s’agissait d’un collier protecteur de haute qualité qui avait protégé la vie de trois individus. Lorsque son propriétaire courait un danger mortel, il libérait automatiquement une barrière de haut niveau appelée l’Écran Aquatique de la Fleur Paradisiaque.

Long Yi marcha pas à pas vers Ximen Wuhen. Elle était bien habillée et coiffée comme avant, mais son apparence actuelle avec son visage plein de larmes et la bouche grande ouverte éveillait l’amour et l’affection. C’était l’expression qu’une jeune fille devrait avoir. Bien que son tempérament sacré et pur habituel fasse que les autres se sentaient tout à fait à l’aise, cependant, il y avait aussi une sorte de sentiment inaccessible comme si, tout en étant juste en face de ses yeux, elle semblait loin à l’horizon.

« Petite sœur, ça fait longtemps qu’on ne s’est pas vu. Comment vas-tu en ce moment ? » Long Yi avait souri affectueusement. Puis il lui demanda, alors qu’il secoua simultanément Long Ling’er évanouie et la posa sur le sol. Mais il tenait toujours Wushuang dans ses bras.

Ximen Wuhen avait ouvert la bouche, avait gémi légèrement, mais ne répondit pas. Après cela, elle baissa la tête et essuya rapidement les larmes sur son visage. Sachant que cette canaille de second frère avait vu son visage embarrassant d’il y a un instant, son joli visage était devenu un peu rouge.

En voyant la réaction froide de Ximen Wuhen envers lui, Long Yi se moqua de lui. Peut-être à cause de ce corps, ou à cause de l’amertume apportée par son incarnation précédente, il possédait en effet une sorte de sentiment étrange envers le clan Ximen. Il s’ennuyait souvent de ses parents bon marché qui s’inquiétaient beaucoup pour lui, et par conséquent, il avait aussi un sentiment amical envers cette jeune sœur qui le détestait.

« Ling’er, Ling’er, réveille-toi, » Ximen Wuhen cria avec anxiété le nom de Long Ling’er.

Après un bon moment, les longs cils de Long Ling’er tremblèrent, et elle se réveilla lentement. Avec des yeux quelque peu désordonnés, en apercevant Ximen Wuhen, inquiète, elle ne put s’empêcher de fixer d’un regard vide et de dire : « Wuhen, suis-je au paradis ? Comment se fait-il que tu sois aussi ici ? »

« Non, tu es en enfer, » Long Yi l’avait soudain répondu en souriant avec malice.

En entendant la voix de Long Yi, Long Ling’er tremblait de la tête aux pieds, et elle avait en effet le sentiment d’être en enfer. Peu à peu, le foyer de ses yeux avait commencé à revenir et en levant la tête, elle avait vu, regardant actuellement vers le bas, sur elle, le visage de Long Yi avec ce sourire maléfique.

« Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ce sort magique interdit ne t’a-t-il pas tué ? Es-tu un démon ? » Long Ling’er avait rugi d’une manière hystérique pendant que ses larmes volaient tout autour. Elle le détestait, elle le détestait énormément.

En voyant la plainte pleine de désespoir de Long Ling’er, le sourire sur le visage de Long Yi avait lentement disparu. Il s’était demandé, suis-je vraiment si détestable ? Pour avoir fait détester une jeune fille à ce point. Non, elle ne me déteste pas, mais ce Ximen Yu dont l’âme est déjà annihilée. Mais même ainsi, le cœur de Long Yi n’en était pas moins affligé.

« J’y vais, je n’ai pas envie de raisonner avec toi, j’espère que tu ne m’embêteras plus, » Long Yi avait laissé avec indifférence derrière lui cette phrase, puis il avait tenu Wushuang dans ses bras et s’était retourné pour partir.

Ximen Wuhen se retourna et vit le dos de Long Yi, et soudain, elle sentit que son dos avait l’air très seul et qu’il avait une sorte de mélancolie qui pesait dans son chagrin.

« Hé, » Ximen Wuhen avait ouvert la bouche et avait crié.

Long Yi s’arrêta. Et toujours avec Wushuang dans les bras, il se retourna lentement. Puis, avec un sourire exceptionnellement éclatant, il avait demandé : « Comment ça se fait que tu m’appelles ? Quelque chose ne va pas ? »

En voyant le sourire éclatant de Long Yi, Ximen Wuhen avait écarquillé les yeux. Ce sourire était vraiment très brillant. Elle pensa étrangement à quelque chose, depuis quand, son second frère, cette canaille, a-t-il un si beau sourire.

« Cette grande sœur est-elle malade ? Puis-je jeter un coup d’œil ? » demanda Ximen Wuhen. Même elle ne savait pas pourquoi elle se comportait ainsi.

Long Yi fut surpris. Il se souvint alors que Ximen Wuhen était une prêtresse avancée. Il hocha immédiatement la tête et revint. Et là, Long Ling’er regardait dans le vide en direction du ciel.

Tandis que Ximen Wuhen inspectait le corps de Wushuang, son teint devenait de plus en plus solennel, et elle disait : « A-t-elle mal à la tête, a-t-elle froid partout, et en plus dit-elle n’importe quoi ? »

Entendant Ximen Wuhen parler des symptômes de Wushuang, Long Yi ne put s’empêcher de devenir heureux, et il hocha la tête en hâte : « Oui, petite sœur. As-tu une méthode pour la guérir ? »

Ximen Wuhen regarda ce visage de Wushuang qui n’était pas de ce monde, puis en secouant la tête malheureusement. Elle déclara. « Je n’ai vu qu’un cas similaire dans un livre, mais malheureusement, je ne peux pas la guérir. Il semble que tu utilises une étrange magie pour neutraliser temporairement sa maladie, si ce n’était pas le cas, alors elle n’aurait pas vécu jusqu’à maintenant. »

En entendant les paroles de Ximen Wuhen, le cerveau de Long Yi s’était vidé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire