Womanizing Mage – Chapitre 79

Bannière de Womanizing Mage ***

Chapitre 79 : Le cousin de Si Bi

Long Yi fit revenir en lui sa force interne, puis il ouvrit lentement les yeux après avoir libéré une longue expiration. Lu Xiya et Leng Youyou avaient immédiatement marché jusqu’à lui en raison de leur inquiétude, puis l’une s’était placée à droite et l’autre à gauche afin de l’aider à essuyer sa sueur.

« Bienfaiteur, mon mari, est-ce qu’il va bien ? » Regardant attentivement Long Yi, Susu lui demanda ça. Son cœur était plein de gratitude envers ces quelques personnes qui avaient donné un coup de main.

Long Yi avait ri, et avait répondu. « Maintenant, il n’y a plus rien de grave affectant son corps. C’est seulement son corps qui est très faible, et il faudra une longue période de temps pour récupérer complètement. »

Susu avait fini par se détendre puis elle avait marmonné. « Tant qu’il va bien, c’est bon. Le fait de prendre une longue période de temps pour récupérer n’a pas d’importance. Au cas où il m’aurait laissée seule, je l’aurais immédiatement suivi dans la tombe. »

En entendant ces mots, Long Yi et les autres n’avaient pas pu s’empêcher d’être visiblement émus. Et Leng Youyou et Lu Xiya ne pouvaient s’empêcher de regarder vers Long Yi avec une expression de bonheur clairement affiché sur leur visage. Elles ne perdirent en rien face à ça parce qu’elles avaient aussi rencontré un bon mari. Bien qu’il soit assez capricieux, c’était un homme bon qui préférait mourir plutôt que de les abandonner. L’aventure qui s’était produite dans la plaine de Huangmang avait déjà prouvé ce point.

Susu regarda Leng Youyou et Lu Xiya qui se penchaient de près contre Long Yi avec une expression souriante. Il semblerait que la chance de ce bienfaiteur avec les femmes n’était pas superficielle. Mais la polygamie n’était absolument pas tolérée dans le clan Moxi.

« Merci pour votre grande gentillesse. Je m’en souviendrais toujours dans mon cœur. Cette perle est un souvenir de ma part, alors prenez-la s’il vous plaît. Par la suite, si vous avez besoin d’aide de ma part, alors venez au clan Moxi avec ce souvenir et cherchez-moi. Tant que le bienfaiteur ouvre la bouche, même si je dois abandonner ma vie, je l’accomplirais, » Susu avait sorti une perle blanche laiteuse de son anneau de transport, et elle l’avait remise à Long Yi avant de lui dire ça. Tout comme on pouvait reconnaître un zèbre par ses bandes, par ses paroles, on pouvait voir que cette femme était franche, et qu’elle était vraiment une femme exceptionnelle.

Long Yi avait pris la perle. Il était plein d’admiration envers cette femme, et les autres personnes ressentaient la même chose.

Susu avait placé son mari sur son dos, puis sans plus de cérémonie, elle avait commencé à s’éloigner.

« Susu, est-il possible d’attendre un moment ? » Long Yi se hâta de l’appeler pour qu’elle arrête.

« Y a-t-il quelque chose d’autre chose ? » Susu se retourna et demanda.

« J’aimerais savoir quelle est votre relation avec la Sainte Si Bi de l’Empire de la Fière Lune, » demanda Long Yi.

« Si Bi ? La connaissez-vous ? Il s’agit de ma cousine, » répondit Susu.

Comme prévu, elles étaient liées. Long Yi était immédiatement devenu agité et il avait demandé avec impatience. « Alors, savez-vous où elle est maintenant ? »

Susu secoua la tête et elle répondit. « Si Bi a quitté le clan Moxi il y a deux ans. Donc je ne sais pas non plus où elle est maintenant. »

En entendant la réponse, l’expression de Long Yi devient extrêmement déprimée. Dans ce monde sans limites, où t’es-tu caché, Si Bi ?

Voyant l’expression de Long Yi, Susu avait été surprise jusqu’aux tréfonds de son cœur. En regardant son expression, c’était comme si lui et sa cousine avaient quelque chose entre eux, alors elle avait immédiatement demandé. « Pourquoi cherchez-vous ma cousine ? Si je la rencontre, je peux vous aider à transmettre vos paroles. »

Long Yi avait pris une grande respiration, se débarrassant de l’anxiété dans son cœur, et déclara avec un sourire. « Si vous rencontrez Si Bi, dites-lui que moi, Long Yi la cherche. Et je tiendrai ma promesse. Même si elle court jusqu’au bout du monde, je la trouverai et ferai d’elle ma femme. »

Susu avait été déconcertée. Elle avait regardé Long Yi de façon erratique pendant un long moment, puis déclara lentement. « Connaissez-vous la coutume de mariage de notre clan Moxi ? »

Long Yi répondit en souriant. « Je connais, n’est-ce pas un mari et une femme ? »

Susu hocha la tête. Pendant ce temps, Leng Youyou et Lu Xiya, du côté de Long Yi, palissèrent de peur, et leurs mains de jade tenaient fermement le bras de Long Yi, comme si elles craignaient énormément que Long Yi s’enfuie.

« J’ai déjà deux femmes, mais je veux quand même l’épouser. Indépendamment des règles que votre clan Moxi a, moi, Long Yi, je vais à coup sûr me marier avec elle, » Long Yi avait déclaré ça avec conviction. Puis, agitant la main, il avait conduit son groupe vers l’ouest.

Susu regarda Long Yi et son groupe qui s’en allait progressivement, puis elle soupira légèrement tout en secouant la tête. Après ça, avec son mari sur le dos, elle partit vers sa destination.

Tout au long du chemin, Long Yi était resté silencieux. L’expression de son visage n’arrêtait pas de changer. Bonheur, angoisse, fureur et ainsi de suite, alors que les émotions se mêlaient, et finalement après un soupir, son expression était revenue à la normale.

Lu Xiya et Leng Youyou s’étaient regardées, puis toutes les deux s’étaient détendues simultanément. Elles étaient complètement inconscientes que pendant tout ce temps, il y avait une personne aussi importante dans le cœur de Long Yi. D’ailleurs, elle était la Sainte de l’Église de la Lumière de l’Empire de la Fière Lune, celle qu’on disait être extrêmement laide, vicieuse et impitoyable, la Sainte Si Bi. Mais toutes les deux savaient que Long Yi ne les abandonnerait jamais, donc elles n’avaient pas d’objection à l’intérieur de leur cœur. À la place, elles étaient curieuses quant à Si Bi, car leur chéri s’inquiétait profondément pour elle.

Pendant une petite pause prise lors de leur marche, Lu Xiya et Leng Youyou s’étaient respectivement appuyées sur l’épaule gauche et droite de Long Yi.

Après un long moment, Lu Xiya demanda soudainement. « Long Yi, est-ce que grande soeur Si Bi est vraiment comme le dit la rumeur… ? »

« Veux-tu savoir si Si Bi est aussi laide que la rumeur ? » demanda Long Yi en souriant.

« Oui, » Lu Xiya se sentait un peu gênée. Après tout, le fait de parler des défauts des autres dans leur dos n’était pas un très bon comportement.

« Non, elle est très belle, aussi belle que vous deux, » répondit Long Yi en souriant.

« Vraiment ? Alors la rumeur est fausse ? » Lu Xiya demanda timidement en souriant et se réjouit intérieurement.

« Et aussi, je suppose qu’elle pourrait être très laide aux yeux des autres, mais elle est néanmoins la personne la plus belle dans mon cœur, » la voix de Long Yi était un peu basse et pleine d’entrain. Il avait l’air de se remémorer de quelque chose.

« Long Yi, peux-tu nous en dire plus sur ce qui s’est passé entre toi et Si Bi ? » En remarquant les sentiments présents sur le visage de Long Yi, le cœur de Leng Youyou ne pouvait s’empêcher de devenir quelque peu aigre.

Long Yi hocha la tête et commença à raconter tous les aspects de sa vie et de celle de Si Bi. Il leur avait raconté qu’il avait ramassé les sous-vêtements dans la rivière, qu’il l’avait regardée dans la rivière et ensuite à cause de l’inattendu effet du vent violent, il avait eu un aperçu de son corps. Et il avait continué en leur disant que parce qu’il avait touché sa jambe, qu’elle l’avait forcé à l’épouser. De plus, il leur avait raconté comment, quand ils faisaient face à l’ours de la Terre, elle s’était sacrifiée pour le sauver, et comment elle l’avait quitté avec résolution même si elle ressentait une grande tristesse parce qu’elle ne voulait pas l’impliquer.

En écoutant la narration de Long Yi remplie d’émotions, le coin des yeux de Lu Xiya et de Leng Youyou devinrent humides. Toutes deux avaient été très émues par l’engouement et l’ouverture d’esprit de Si Bi. Elles pensaient que le sentiment de Si Bi envers leur bien-aimé était si profond et important, alors ce n’était pas étonnant que Long Yi l’ait en permanence dans son esprit.

« Long Yi, tu n’as pas à t’inquiéter. Quand la grande soeur Si Bi saura que tu la cherches, elle viendra certainement. À ce moment-là, elle pourra t’accompagner avec nous, » Lu Xiya l’avait consolée.

« Mon mari, je serai aussi proche de toi comme Si Bi. Non, je serai encore plus proche qu’elle, » Leng Youyou, qui était toujours impatiente d’être serrée contre Long Yi de côté, avait enterré sa tête dans son épaule. Habituellement, elle s’adressait directement à Long Yi avec son nom, et c’était seulement quand elle s’énervait qu’elle l’appelait « Mon mari ».

Le cœur de Long Yi avait été touché. Il ouvrit les mains puis enlacer les deux femmes contre sa poitrine. Et il avait ressenti des picotements dans son nez.

Pas trop loin, regardant calmement ceux qui s’enlaçaient, Wushuang avait légèrement reniflé : « Cet homme pervers, quel caractère et quelles capacités a-t-il pour que plusieurs femmes soient amoureuses ainsi de lui ? »

 

***

 

Susu, avec son mari sur le dos, arriva à la Cité de l’Érable Givré, et elle acheta un carrosse de luxe, avant de se diriger rapidement vers le territoire du clan Moxi.

La couche de nuages brumeux dans le ciel s’était graduellement dispersée, et la lumière du soleil s’était déversée pour réchauffer ce monde. Une personne vêtue de blanc portant une robe de prêtre dorée et ayant un chapeau de bambou noir glissait dans le ciel. La silhouette de cette personne était incomparablement gracieuse.

Soudain, la personne flottant dans le ciel avait regardé par hasard vers le bas, puis s’était immédiatement arrêtée.

« Cousine, » une voix claire et nette était entrée dans les oreilles de Susu, puis, levant les yeux, elle avait vu sa cousine Si Bi vêtue de sa robe rituelle caractéristique, descendant lentement du ciel.

« Si Bi, » s’exclama Susu en constatant cette agréable surprise. Après que Si Bi ait atterri sur le chariot, toutes deux s’étaient immédiatement serrées dans les bras.

« Cousine, tu prends toujours un chariot pour voyager. Ah, où est beau-frère ? » demanda Si Bi.

Susu avait emmené Si Bi à l’intérieur du carrosse, où son mari était encore dans le coma. Mais elle n’était pas très inquiète parce que, selon Long Yi, il ne se réveillait qu’après un jour ou deux.

« Qu’est-il arrivé au beau-frère ? Qui l’a blessé ? » Le corps de Si Bi avait émis une décharge de QI du froid. Ses parents étaient morts prématurément, de sorte que depuis son enfance, la famille de sa cousine l’avait élevée, ce qui avait fait qu’elle avait des sentiments très profonds envers la famille de sa cousine.

Susu avait tout raconté à Si Bi. En vérité, ce troisième prince du Groupe de mercenaires du Vent Glacial avait pris goût quant à la beauté de Susu. Peu après, à l’aide d’une ruse, il avait voulu la violer, mais son mari et elle s’étaient enfuis après avoir vu à travers tout ça, de sorte que le troisième prince avait envoyé des personnes pour les traquer.

« Le Groupe de mercenaires du Vent Glacial et vous, Murong Feng, je ne vous laisserai absolument pas vous en sortir ainsi, » Si Bi avait grincé ses dents alors qu’elle avait dit ça. Cependant, elle ne savait pas que le Groupe de mercenaires du Vent Glacial et le troisième prince Murong Feng avaient déjà été exterminés par Long Yi il y a longtemps dans la plaine de Huangmang.

« Oh, c’est vrai, cousine, après ça, qui t’as sauvé ? » demanda Si Bi.

Susu regarda étrangement Si Bi, en haut et en bas, et de bas en haut, mais elle ne disait rien.

« Cousine, pourquoi me regardes-tu comme ça, qui est-il exactement ? » Si Bi se sentait un peu mal à l’aise, quand elle le lui avait demandé.

« Cette personne s’est engagée indépendamment d’où tu te trouveras dans le monde, en annonçant qu’il te trouvera certainement et fera de toi son épouse, » Susu riait légèrement quand elle lui répondit ça.

Si Bi avait tremblé de la tête aux pieds et avait été en même temps totalement abasourdie.

Susu soupira légèrement, étendit la main vers le chapeau de bambou de Si Bi et l’enleva. Puis elle avait vu le teint pâle de Si Bi, et sa belle paire d’yeux de la couleur du ciel étoilé qui devenait brumeuse ainsi que ses lèvres tremblantes qui s’ouvraient continuellement avant de se refermer. Si on l’écoutait attentivement, on l’entendait répéter deux mots : « Long Yi ».

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre, mais pourquoi le projet n'est plus sur la listes des projets ?

    • Merci de l’avoir signalé. C’est simplement que j’avais codé il y a quelques semaines de nouvelles fonctions sur le site pour avoir des romans masqués (comme les propositions et autres), et je l’avais testé sur ce projet et j’avais oublié de le rendre visible sur la liste des projets.

      C’est maintenant changé et il devrait apparaître.

  3. Merci pour le chapitre 🙂

Laisser un commentaire