Womanizing Mage – Chapitre 75

Bannière de Womanizing Mage ***

Chapitre 75 : En quoi laisser tomber du rouge est une chose sans coeur.

Voyant cette lumière verte qui disparaissait rapidement, une prémonition inquiétante apparut dans l’esprit de Long Yi, alors qu’il le demandait : « Qui fait cette foutue lumière verte ? »

Le Taureau Barbare et Lu Xiya secouèrent la tête sans le savoir, mais Leng Youyou plissa légèrement ses élégants sourcils et se perdit dans ses pensées.

« Toi, à quoi penses-tu ? Sais-tu ce que c’était ? » Long Yi tapota l’épaule parfumée de Leng Youyou et il lui demanda ça.

Leng Youyou était alors sortie de sa transe, puis hocha la tête avant de répondre. « Si je ne me trompe pas, c’était une sorte de créature vivante appelée l’Oiseau Magique du Martin-pêcheur. Sa vitesse de vol est extrêmement importante. Il est scellé à l’intérieur du corps de l’humain de sorte qu’une fois que l’hôte meurt, l’oiseau volera vers son lieu d’origine pour informer ceux présents là-bas. »

« Oiseau Magique du Martin-pêcheur ? Je n’ai jamais entendu parler de ce genre de créature vivante. Lu Xiya, en as-tu déjà entendu parler ? » demanda Long Yi.

Lu Xiya secoua la tête et répondit. « Je n’en ai jamais entendu parler. »

« Très peu de gens connaissent ce genre d’oiseau. Pour autant que je sache, seule l’Église Sombre possède ce genre d’oiseau, alors comment l’Empire de la Fière Lune peut-il aussi en posséder ? » demanda Leng Youyou. Tous les membres de l’Église Sombre avaient cet Oiseau Magique du Martin-pêcheur scellé à l’intérieur de leur corps, et elle ne faisait pas exception.

Long Yi avait un peu réfléchi, puis il analysa la situation. « Si l’Oiseau Magique du Martin-pêcheur n’est vraiment possédé que par l’Église Sombre comme tu l’as dit, alors il n’y a que deux possibilités. Une possibilité est que le Pape Noir est en fait une personne de la royauté de l’Empire de la Fière Lune. Et une autre possibilité est que l’Empire de la Fière Lune et l’Église Sombre s’entendent l’un avec l’autre. »

« Alors que devrions-nous faire ? » demanda Lu Xiya.

Long Yi haussa les épaules et déclara avec un sourire : « Ce qu’il faut faire..., qu’ils soient de connivence ou bien qu’ils soient de la même famille, cela ne nous concerne pas. Tant qu’ils ne nous provoquent pas, c’est suffisant. »

 

☆☆☆

 

Dix jours plus tard, dans la Cité de l’Érable Givré de l’Empire de la Fière Lune. Il s’agissait de la grande ville la plus proche de la plaine de Huangmang, et elle était très florissante. À l’heure actuelle, le soleil se couchait déjà au-delà des collines de l’ouest, et la lueur rougeoyante du coucher de soleil était très belle. Le flot de gens de la Cité de l’Érable Givré avait atteint son apogée aujourd’hui, et partout il y avait des foules de personnes qui s’adonnaient à des activités. Sur la voie publique, à l’extérieur de la porte de la ville, il y avait beaucoup de vendeurs et de colporteurs, qui rencontraient bruyamment ceux qui arrivaient et saluaient ceux qui partaient.

Cinq personnes étaient soudainement apparues sur cette voie publique, et à cause du soleil couchant, la longueur de leurs ombres était très importante. Instantanément, ils avaient attiré le regard de toutes les personnes présentes, parce que ce groupe était vraiment une combinaison particulière, un jeune musclé vêtu de brocart, un combattant du clan des hommes-bêtes au visage féroce, et trois femelles voilées à la silhouette enchanteresse, de plus, deux mignons animaux de compagnie étranges les suivaient.

Wushuang observait toutes les bâtisses se trouvant sur les côtés ainsi que les différents types de magasins avec intérêt. Elle avait trouvé tout cela nouveau.

« J’ai enfin trouvé une ville décente. Maintenant, cherchons une auberge pour se reposer et se réorganiser, » Long Yi soupira. Ils avaient marché pendant six mois dans la plaine de Huangmang et étaient sur le point de devenir fous.

Après avoir trouvé l’auberge la plus luxueuse de la Cité de l’Érable Givré, Long Yi avait jeté un sac rempli de pièces d’Améthyste, sans se soucier du regard surpris des autres. Maintenant, ce qui ne lui manquait pas, c’était l’argent, et il craignait de ne pas pouvoir tout dépenser.

Long Yi ferma les yeux et s’installa dans la baignoire de la grande salle de bain, puis il détendit ses nerfs qui étaient tendus depuis longtemps. Et avec une douce lumière provenant de la lampe magique qui brillait dans cette vapeur dense, tout cet environnement était devenu déconcertant. C’était exactement comme l’état actuel de l’esprit de Long Yi. Cela faisait moins d’un an qu’il était arrivé dans ce monde inconnu, mais il avait déjà passé l’épreuve de la vie et de la mort, avait un frère et plusieurs femmes avec lesquelles il était intime. De plus, il possédait des richesses si importantes qu’il pourrait difficilement les comparer avec celles d’autres hommes. Parfois, il se sentait lui-même inconcevable et pensait que les circonstances actuelles n’étaient qu’une sorte de rêve ou d’illusion.

La porte de la salle de bains s’était ouverte silencieusement, et une exquise silhouette s’approcha lentement de Long Yi. Puis, regardant avec intérêt le beau visage de Long Yi, la main de jade de celle qui était entrée pressa ses propres tempes avec douceur.

Long Yi n’avait pas ouvert les yeux. Dès qu’elle était entrée dans la salle de bains, il savait déjà qui elle était. Seule Lu Xiya, cette petite elfe avait la lavande comme parfum pur et frais.

« Petite elfe, si tu as quelque chose à me dire, dis-le, » Long Yi déclara doucement sans ouvrir les yeux.

Les deux mains de Lu Xiya s’étaient serrées en un poing, puis elle avait doucement dit. « M-hm. »

« Alors, dis-le ! Qu’y a-t-il qui ne devrait pas être discuté entre nous ? » demanda Long Yi avec un léger rire.

Lu Xiya masqua ses mains, resta longtemps silencieuse avant de se mettre à parler. « On en reparlera plus tard, mais peux-tu d’abord ouvrir tes yeux ? »

Long Yi avait ouvert les yeux, et il vit de façon impressionnante une Lu Xiya enveloppée dans un peignoir. Ses bras blancs étaient visibles, et son beau visage était très rouge comme si le soleil du soleil couchant la touchait, lui donnant une allure vraiment étonnante.

Voyant que Long Yi avait ouvert ses yeux, Lu Xiya leva ses mains en jade, puis elle abaissa légèrement le ruban de soie de son peignoir.

La respiration de Long Yi se figea. Ses deux yeux brillaient d’une lumière sombre et profonde, et il fixait les yeux de Lu Xiya qui scintillait. Puis il regarda la poitrine de la jeune elfe qui lui semblait translucide, pure, et extrêmement belle. Sur le sommet de sa poitrine, deux perles fièrement dressées étaient indistinctement visibles au milieu de la vapeur, comme si elles l’invitaient à les savourer à sa guise.

« Suis-je belle ? » En voyant Long Yi s’enticher de son corps nu, Lu Xiya était embarrassée et de nouveau fière. Son corps était à lui, son cœur était aussi à lui, et tout le reste était aussi à lui.

« Tu es magnifique, encore plus belle qu’une fée, » Long Yi lui fit un éloge, tandis que son regard passionné la regarde de haut en bas.

Lu Xiya avait souri avec charme, puis s’était retournée deux fois devant Long Yi.

« Bonté divine, quand cette fille a-t-elle appris à séduire ? » Long Yi chuchota. La petite elfe devant ses yeux, sous la catalyse de l’amour, avait inopinément commencé à se débarrasser lentement de son immaturité et elle s’était féminisée.

Lu Xiya avait légèrement soulevé sa jambe de jade et l’avait placée dans la baignoire. À cet instant, le ravin rose entre ses jambes devint visible sous les yeux de Long Yi. Mais avant que Long Yi ait eu le temps de regarder deux fois, Lu Xiya s’était déjà submergée dans l’eau avant de se coucher dans ses bras.

« Long Yi, prends-moi. » Lu Xiya ferma les yeux et chuchota ça pendant que sa petite main caressait doucement la poitrine robuste de Long Yi.

Tenant une beauté dans ses bras, Long Yi n’était pas Liuxia Hui [1], alors comment pouvait-il rester ainsi sans aucune agitation dans son esprit ? La chose se tenant en érection au niveau de la partie inférieure de son corps était sa réponse honnête à son état actuel.

La petite main de Lu Xiya glissa lentement vers le bas, et elle avait soudainement attrapé le pénis de Long Yi qui était dur et brûlant. Cette chaleur brûlante avait fait frémir Lu Xiya un peu partout.

« Petite elfe, que penses-tu de mon arme ? » Long Yi se pencha sur le côté pour se placer proche de la longue oreille de Lu Xiya, puis il souffla de l’air chaud.

« C’est dégoûtant. » Lu Xiya au visage rouge avait rugi de colère. Se remémorant de cette nuit enchanteresse dans la plaine de Huangmang, s’il n’y avait pas eu cette envie d’aller aux toilettes à ce moment-là, elle serait devenue la première femme de son bien-aimé.

Long Yi souffla doucement sur les longues oreilles sensibles de l’elfe, alors que ses grandes mains caressaient les deux seins de Lu Xiya. Et sous ses taquineries, ses petits haricots rouges saillants se raidirent encore plus.

Lu Xiya avait gémi, et elle avait changé de sa timidité habituelle en devenant beaucoup plus active, ne restant pas passive face aux taquineries de Long Yi. Elle avait plutôt pris l’initiative de taquiner Long Yi. Tout son corps se pressait contre le corps de Long Yi, et alors qu’elle se perdait dans sa passion désordonnée, elle embrassait le cou et la poitrine de Long Yi, et frottait aussi son corps charmant contre le corps majestueux de Long Yi. Mais comment pourrait-elle être l’adversaire de Long Yi ? Peu après ça, elle était devenue molle et faible contre la poitrine de Long Yi.

Long Yi avait alors pris Lu Xiya dans ses bras puis il se précipita hors de la salle de bains, avant de donner un coup de pied afin d’ouvrir la porte de la chambre à coucher. Après l’avoir couchée sur le lit, il avait lâché un bruit étrange et il s’était jeté sur elle.

En frottant les seins pleins et souples, et en suçant ces petites cerises roses, les taquineries de Long Yi avaient graduellement rendu Lu Xiya folle de plaisir. Ses yeux brumeux affichaient une expression flirteuse, et une couche de couleur rose brumeuse était apparue sur tout son corps.

La grande main de Long Yi glissa lentement vers le bas, et il passa à travers les poils doux, fin et dense de son jardin intérieur, qui était déjà clairement humide.

« Ah, Long Yi. » Tout le corps de Lu Xiya tremblait et était couvert d’humidité. Les deux jambes qui frémissaient se fermaient hermétiquement et son sirop humidifiait la grande main de Long Yi.

Après avoir fait assez de préliminaires, Long Yi ne pouvait plus se retenir. Son membre inférieur épais et long se déplaça vers l’avant et il brisa le petit obstacle. Cette rupture nette d’une membrane symbolisa l’éclatement d’une magnifique fleur de prunier.

Les bras de jade de Lu Xiya tenaient le cou de Long Yi, permettant à cet homme de se déplacer librement et rapidement dans son corps. Au moment où Long Yi ressentit ça, elle versa des larmes de plaisir. Elle était finalement devenue la véritable femme de son bien-aimé, et maintenant même s’ils se séparaient, il ne l’oubliera jamais.

Notes

  • 1 Liuxia Hui était un homme d’une vertu éminente, et il est dit une fois qu’il a tenu une dame sur ses genoux sans la moindre allégation sur sa moralité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre 🙂

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire