Vivre dans ce monde avec la compétence Couper & Coller – Chapitre 239

***

Chapitre 239 : Le surnom de Myne

« Voici l’épée à une main du débutant que vous avez demandé, Votre Majesté. »

Le Roi prit ensuite l’épée qui était recouverte de noir.

« Voici donc l’épée à une main du débutant, c’est la première fois que je vois une épée terne. »

« Oui, elle est comme ça à l’origine. Mais une fois que vous aurez rassemblé les ingrédients, elle sera améliorée. »

« Hou, je vois, je vois… Alors je vais donc demander ça à Lewis. »

Le Roi souriait en montrant ses dents, et tendit l’épée à Lewis.

« Myne, puis-je te laisser faire la “Forge” ? »

« Oui, ça ne me dérange pas. Une fois que tu auras rassemblé le matériel, appelle-moi. Mais comment vas-tu rassembler lesdits matériaux ? »

« … Ah, nous allons aller auprès de la guilde des aventuriers et le leur demander. »

« Je vois… si c’est le cas, veux-tu que notre clan accepte cette demande ? Je peux juste demander à Aisha les détails… »

Quand j’avais suggéré cela à Lewis, lui, le roi et Lewis étaient tous heureux. Ils avaient des sourires sur leurs visages.

« Sylphide, je suis désolé d’avoir décidé tout seul, ça te va ? »

« Oui, cela ne me pose aucun problème si c’est toi… D’une manière ou d’une autre, notre clan va se concentrer également sur l’amélioration de l’arme du débutant, il s’agit donc simplement d’en fabriquer une autre. »

« Bien, bien… accepteriez-vous alors aussi ma demande ? »

Même Lady Sheila, qui nous avait entendus, était venue me le demander.

« … C’est ce que j’ai dit, mais en fait, j’ai une demande pour Sire Myne et Lady Sylphide. »

Sheila afficha une expression profonde, elle regarda les visages du Roi et de mon Beau-Frère, puis elle hocha légèrement la tête.

Le Roi et mon beau-frère avaient également fait un signe de tête.

Moi qui n’avais aucune idée de ce qui se passait, j’avais regardé Sylphide tout en montrant un regard confus.

Tout d’abord, pourquoi la princesse de Laurasia venait-elle en visite ici par ses propres moyens ?

{Sylphide, pourquoi Lady Sheila est-elle ici?}

{C’est… je ne le sais pas vraiment non plus.}

… Si nécessaire, j’aurais besoin de le leur demander.

Mais n’y pensons pas trop pour l’instant.

« Myne, Sylphide, allez dans une autre pièce et écoutez l’histoire de la princesse Sheila. Ensuite, je laisserai l’affaire concernant la princesse Sheila à votre discrétion. »

Je ne pensais pas que le Roi puisse nous entendre, Sylphide et moi, parler avec la [Télépathie], mais il avait soudainement répondu après notre conversation.

On dirait que le Roi n’avait pas l’intention d’être impliqué dans cette affaire.

Oh mon dieu… Il y avait de fortes chances que quelque chose de troublant se produise… Juste au moment où j’en avais fini avec le cas de Lady Luca, maintenant voici le cas de Lady Sheila…

Je devais aussi penser à Sasha…

« Au lieu d’une chambre séparée, pourquoi ne pas venir dans notre maison de clan ? », dit Sylphide au Roi.

« Oui, c’est bien aussi. J’autorise l’utilisation de la porte de transport. »

« Lady Sheila. À propos de la question précédente, désolé de vous le dire ainsi, mais il vaudrait mieux que vous en parliez avec Myne et ses femmes. Honnêtement, c’est bien mieux que d’en parler avec moi. »

Après que le roi ait parlé, Lady Sheila se tourna vers nous et s’inclina profondément.

… Je ne pouvais pas l’aider si je ne comprenais pas les circonstances, surtout vu la manière dont elle baissait la tête… Vous savez, cela me trouble.

Quoi qu’il en soit, j’avais utilisé la porte de transport que j’avais faite pour le roi auparavant. Elle avait été installée dans le sous-sol du palais royal pour des raisons de sécurité.

Quand quelqu’un voulait l’utiliser, même si c’était quelqu’un de la famille royale, il fallait d’abord obtenir la permission du Roi avant de l’utiliser.

La raison pour laquelle il avait choisi cette solution était probablement pour ne pas montrer mes compétences à Lady Sheila.

« Alors, allons-nous y aller ? »

Sur l’ordre de Sylphide, Lady Sheila et moi avions commencé à nous déplacer.

« Où allons-nous exactement ? »

Lady Sheila, qui nous suivait, était apparemment très excitée, car elle était prête à avoir une surprise.

« Ce que nous vous montrons à partir de maintenant est un endroit qui est top secret dans le Royaume d’Augusta. J’aimerais donc que vous le gardiez secret, Lady Sheila. »

Après environ 5 minutes de clandestinité, nous étions arrivés à notre destination. Là, une porte qui ne conduisait dans aucune pièce était au milieu.

Nous marchions dans cet ordre Sylphide, Lady Sheila et moi en dernier. Sylphide, qui était la première, ouvrit la porte et y entra.

« Eh ? Eh ? Sy-Sylphide ? Où es-tu ? », dit-elle d’une voix anxieuse.

Elle avait été surprise par la disparition soudaine de Sylphide.

« Tout va bien, soyez assurée que Sylphide est en sécurité, Sheila. Même s’il se passait quelque chose, je vous protégerai sûrement même si je dois y laisser ma vie. »

« S-Seigneur M-Myne, même en sachant que je suis une princesse, vous n’utilisez pas d’honorifiques ? … Fufufu. »

« Aaaah, toutes mes excuses. Récemment, je suis devenu comme ça parce qu’il y a beaucoup de princesses autour de moi. »

« Eh bien, c’est vrai. Surtout quand votre femme est aussi une princesse. Et on dirait que vous vous entendez très bien avec Sylphide, ça commence à brûler ici. »

« Aah, il y a aussi Sasha. »

« Sasha ? … Par hasard, faites-vous référence à Lady Sasha Lion du Royaume du Ritz ? »

« Oui. Nous nous sommes récemment mariés… »

« C’est incroyable, d’être uni avec les familles royales de deux pays. »

« … Non non non, il n’y a pas de malentendu avec les deux familles royales. »

« Comme je l’attendais de Sire Myne, notre “espoir” ! »

« Hm ? Qu’est-ce que vous dites ? »

« Ara ? Ne connaissez-vous pas cette existence ? Dans notre pays, Myne, nous vous appelons notre “espoir”. »

« Ehh ? Un surnom ? Je n’ai jamais entendu parler de cela auparavant. »

L’espoir, c’était une grosse affaire… Une personne comme moi avait un surnom ? Eh bien, ce n’était pas du tout étrange si vous y réfléchissiez, vu que Sylphide et Aisha en avaient un aussi…

« De toute façon, ne faisons pas attendre Sylphide, nous devrions entrer maintenant. »

« Oui. »

La princesse Sheila répondit et entra dans la porte sans aucune hésitation.

Après avoir vu qu’elle y rentrait sans soucis, je lui avais emboîté le pas.

Lorsque j’étais sorti de la porte, Sylphide était face à moi.

« Mon cher, tu as pris un peu de temps, non ? »

« Ah, je racontais juste des trucs à Lady Sheila. De plus, il semblerait que j’ai un surnom. »

« Tu as un surnom !? Alors tout le monde dans la maison du clan a un surnom en sa possession… »

Sylphide, qui avait entendu que j’avais maintenant un surnom sauta de joie, ce qui nous conduisit à une conférence de notre clan.

« Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, écoutons donc l’histoire de Lady Sheila. La salle de réunion devrait convenir. »

Nous avions commencé à parler tout en allant dans la salle de réunion.

Elle commença à parler.

D’après ce que j’avais compris, à cause de l’invasion de la nation démoniaque, le roi de leur pays avait décidé de convoquer un héros.

Et pour ce faire, il se disait que Lady Marine, qui était une miko comme la princesse Sheila, et l’une de ses amies proches accompliraient le rituel.

Et, comme le roi l’avait déjà dit, Lady Marine sacrifierait sa vie afin d’accomplir ce rituel.

Mais il ne serait pas nécessaire d’invoquer un héros si la menace de la nation démoniaque était atténuée par des renforts du royaume d’Augusta.

De plus, on disait que Lady Marine était la beauté numéro un du pays, dont la popularité auprès du peuple et des soldats était très élevée.

Comme la princesse Sheila était déjà d’une grande beauté… Je me demandais ce qui pouvait être plus belle qu’elle ?

Même si le héros pouvait repousser la nation démoniaque, il pourrait y avoir un risque que cela ne soit pas le cas.

Cependant, la vérité était qu’ils ne voulaient pas que Lady Marine soit sacrifiée.

C’était la raison pour laquelle elle était ici, pour demander de l’aide au puissant pays d’Augusta.

Mais… il serait difficile, même pour moi, de repousser l’armée de démons. Ce n’est pas quelque chose que je pouvais faire seul…

« Myne, je ne pense pas que nous ayons besoin de repousser l’armée. »

« Hm ? Qu’est-ce que tu veux dire par là, Aisha ? »

« Rappelle-toi du Royaume du Ritz… »

Qu’est-ce que j’ai fait à Ritz ?

« Vous ne vous en souvenez toujours pas ? On va vous donner un indice, Blasty. »

Aah, je vois ! C’était bien ça. Le roi des démons avait ses commandants qui devaient envahir d’autres pays.

Donc, si je les tuais, c’était comme si j’avais vaincu toute l’armée. Si je connaissais le nom de ces commandants, je pourrais utiliser la [Carte] pour les vaincre !

« On dirait que tu as enfin compris. »

« Oui, merci, Aisha ! »

« … Je vois… Est-ce que c’est impossible ? Si vous acceptez cette demande, j’offrirai mon corps en récompense ! Alors, s’il vous plaît. »

… Apparemment, Lady Sheila n’avait pas écouté notre conversation. Et qu’est-ce qu’elle venait de dire ?

« Lady Sheila, si vous connaissez le nom du commandant actuellement responsable de l’attaque de Laurasia, je pourrais probablement les vaincre. »

« Merci beaucoup !! Sire Myne, comme je l’ai dit plus tôt, mon corps est tout à vous ! »

« A-a-a-attendez une seconde, Lady Sheila. J’ai déjà trois femmes, et je me sens mal pour chacune d’entre elles… Alors s’il vous plaît, faites un peu attention à ce que vous dites. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires :

  1. merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre.
    Les princesses de ce monde on du mal à garder les cuisses serrée.

Laisser un commentaire