Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 6

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 6 : La lune de miel de l’elfe et de la princesse

***

Chapitre 6 : La lune de miel de l’elfe et de la princesse

Partie 1

Cinq ans s’étaient écoulés depuis que la malédiction d’Alferez avait été brisée dans la source du village des elfes. La jeune fille ne se transformait plus en chat et était retournée avec bonheur à sa vie de princesse. Eh bien, peut-être pas.

Non, les voyages des deux filles étaient toujours en cours. Le chariot qu’elles avaient tenté de rendre au gérant leur avait été remis une fois de plus.

« Serait-ce le prix à payer pour ce vœu ? » Alferez avait réfléchi, tout en se servant d’un miroir à main pour voir la robe blanche et dentelée qu’elle mettait, tout en se demandant si c’était le prix à payer pour ce vœu. Le chariot se tenait juste à l’extérieur de l’auberge, avec les deux filles à l’intérieur.

« Pourquoi parles-tu de ça maintenant ? » Rem, se changeant en une robe semblable, se retourna et demanda. Quand elle l’avait fait, la jeune fille avait montré son propre visage et avait répondu par une autre question.

« Ai-je changé depuis notre première rencontre ? » demanda Alferez.

« Hein ? Eh bien, hmm… Tu es devenue insolente, peut-être ? Non, attends, tu as toujours été comme ça… Oh, je sais, je sais. Tu es devenue une vraie dame. Ouais, comme une princesse, » déclara Rem.

« Qu’est-ce que tu as — non, je veux dire visuellement, » demanda Alferez.

« Oh, c’est ce que tu veux dire ? Dans ce cas, non, tu n’as pas changé du tout. Toujours aussi mignonne, » déclara Rem.

« S-Suis-je… ? » demanda Alferez.

La fille rougit un peu en entendant la réponse de Rem. Elle se dépêcha alors de vérifier sa robe — assez ouverte à l’avant — avec le miroir à main, clairement pour cacher sa gêne. Néanmoins, bien que la réponse de l’elfe ait pu ressembler à une de ces choses que les amoureux se disaient, ce n’était pas un mensonge. Rien n’avait vraiment changé dans l’apparence d’Alferez.

Rien du tout. C’était assez étrange.

Au cours de son voyage, Rem s’était fait une idée approximative du vieillissement des humains. Dans des circonstances normales, une période de cinq ans aurait dû être plus que suffisante pour causer des changements visibles chez une personne, tant au niveau de sa peau que de ses traits faciaux. Pourtant, Alferez paraissait beaucoup plus jeune que les autres femmes de son âge. Sa façon de parler avait mûri, bien sûr, tout comme ses manières. Seule son apparence était restée inchangée.

Il y avait deux explications à cela qu’elle pouvait trouver. Bien que la partie humaine d’elle soit beaucoup plus importante, la jeune fille aussi était à moitié elfe. Cela ne serait pas étrange qu’elle ait la même longévité que Rem.

Ou peut-être que c’est vraiment la source ?

Avec Rem, pour toujours. Un tel vœu aurait très bien pu prolonger considérablement sa vie. Étant donné qu’il s’agissait d’une source, pas vraiment quelque chose avec laquelle on pouvait avoir une conversation, il était impossible de dire comment sa logique fonctionnait. Et c’est exactement ce qui l’inquiétait tant.

« À la fin, quel a été le prix que nous avons payé ? » demanda Rem.

Comme la tante de Rem lui avait dit, la majorité de ceux qui étaient entrés dans la source avait été confrontée à un désastre. Et pourtant, des années plus tard, les deux filles étaient encore en vie. Elles n’avaient pas été blessées, ni victimes de catastrophes ou de maladies.

Comme pour répondre au monologue de l’elfe, Alferez souffla fièrement sur sa poitrine et parla.

« Tu peux me remercier pour ça. J’ai souhaité que nous vivions dans le bonheur, donc ce serait assez étrange si le prix était quelque chose qui nous rendait malheureuses, non ? Même le dieu d’une source n’est pas à la hauteur de mon esprit, » déclara Alferez.

Bien que Rem ne soit pas sûre que l’action ait été aussi intelligente, c’était quand même agréable de voir que la fille prenait tout cela aussi facilement qu’elle l’était.

« De plus, j’ai payé le prix fort. C’est-à-dire, perdre mon statut de princesse, » déclara Alferez.

« Je suis presque sûre que tu l’as donné toi-même. Je veux dire, tu as menacé le roi comme “si je ne peux pas être avec elle, alors je vais en finir avec ma vie !!”. Eh bien, non pas que je puisse entrer à nouveau dans le village, » déclara Rem.

Les deux filles avaient perdu leur terre natale. À un moment donné, alors qu’elles s’enfuyaient, Alferez avait aussi appris la vérité sur sa mère. Pourtant, comme elle avait toujours eu l’intuition que les choses étaient ainsi, la révélation ne lui avait pas vraiment semblé être un choc. Ce que cela avait fait, cependant, c’était agir comme un motif direct pour que la princesse abandonne son pays. Puisse ceci servir d’avertissement à la Reine qui considérait les elfes comme l’ennemi. Elle en avait ri.

Bien sûr, au début, Rem lui avait dit de le reconsidérer. Ce voyage serait un voyage sans fin, après tout. Cependant, la jeune fille était très résolue et, avec le temps, elle avait réussi à changer l’opinion de l’elfe.

Le voyage en soi ne l’inquiétait pas, la jeune fille avait beaucoup d’expérience à vivre seule. En fait, elle avait l’intuition que tout irait très bien à cet égard. Peut-être le souhait d’Alferez devait-il être remercié pour cela aussi.

« Vivre libre et n’avoir à écouter personne est un style de vie beaucoup plus luxueux que d’être enfermée dans un château exigu et ennuyeux, » déclara Alferez.

« … Ta vie de princesse ne te manque-t-elle pas ? » demanda Rem.

Tous les deux ans, Rem lui demandait ça par culpabilité. Et pourtant, peu importe combien de fois elle l’avait demandé, la réponse d’Alferez était toujours la même.

« Comme je te l’ai déjà dit, je ne pense pas que je pourrais retourner à ce théâtre politique des mœurs et des coutumes. Et je ne veux pas, » déclara Alferez.

« … Était-ce vraiment tout ce qu’il y avait dans ta vie au château ? » demanda Rem.

« Oui. Après tout, c’est un endroit pour la politique. Cela n’a l’air glamour que de l’extérieur. Bien sûr, c’est un rôle que quelqu’un doit remplir. Mais ne laisse pas ce quelqu’un être moi, » déclara Alferez.

Lorsque les deux filles s’étaient rencontrées pour la première fois, Alferez avait été le modèle parfait d’une princesse, une princesse qui n’avait aucune objection à épouser quelqu’un qu’elle n’aimait pas pour le bien de la famille royale. Cependant, tout cela avait été fabriqué. La vraie elle était celle qui se tenait maintenant devant elle.

« Ou quoi, devrions-nous retourner à la source et lui demander de te faire vivre la vie d’une princesse ? » demanda Alferez.

« Non, je vais bien. En plus, tu n’as droit qu’à un seul vœu, non ? » demanda Rem.

« Si tu ne le sais pas, comment suis-je censé le savoir ? » répliqua Alferez.

« Ouais, je suppose que non, » répondit Rem.

Même si la possibilité existait, il était peu probable qu’une personne qui aurait payé le prix une fois ferait un deuxième vœu. De même pour Rem et Alferez, elles ne savaient pas ce qu’on pourrait leur enlever la prochaine fois.

« Eh bien, si jamais nous le faisons, devrions-nous essayer de faire des vœux pour les enfants ? Tu sais, comme nos mères, » déclara Rem.

« Allez, Rem. Nous ne sommes pas seulement des filles, mais aussi des sœurs. Je suis presque sûre qu’on pourrait dire adieu à nos vies si on demandait quelque chose comme ça, » déclara Alferez.

« Je suppose que oui. C’est dommage, » déclara Rem.

L’ex-princesse avait tendu la langue vers l’elfe. Rien dans son apparence ne donnait l’impression qu’elle avait abandonné. Maintenant que j’y pense, j’ai eu l’impression que ses bagages étaient remplis de grimoires à l’allure plus douteuse qu’avant. Sa capacité à lire la langue dans laquelle ils avaient été écrits ne s’était pas beaucoup améliorée, cependant, et en tant que telle, le genre de développements que cela allait entraîner allait être une question pour une date ultérieure.

« Et maintenant. La cérémonie de mariage est-elle prête à commencer, Votre Altesse ? » demanda Rem.

« Oui, tout est prêt. On y va, Rem ? » demanda Alferez.

À la suite de son ordre, les deux filles avaient sauté du chariot. Vêtues de leurs robes blanches assorties — leurs robes de mariée —, elles avaient trotté vers l’église située sur la place centrale de la ville.

« Hé, regardez… Ces deux-là ne sont-elles pas une elfe et une humaine ? » déclara quelqu’un se tenant dans la foule des gens. Bien sûr, c’était exactement ce qu’elles avaient prévu, Alferez et Rem s’étaient toutes deux attachées les cheveux d’une manière qui exposait leurs oreilles, permettant à chacun de voir ce qu’elles étaient vraiment. Et bien sûr, leur plan avait fonctionné. La vue d’une humaine et d’une elfe — des races censées se haïr — marchant main dans la main dans la rue principale, portant des robes de mariée assorties, attirait l’attention des gens.

« Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Cela avait pris un certain temps, mais quelqu’un s’était finalement mis à les pourchasser. Rem et Alferez avaient trouvé son visage tout à fait amusant, et elles n’avaient pas pu s’empêcher de rire d’elles-mêmes.

Lorsque les deux filles arrivèrent à l’église, le nombre de curieux qui les accompagnaient s’élevait déjà à plusieurs dizaines. Les gens avaient formé un demi-cercle autour des filles, se demandant ce qui était sur le point d’arriver.

Ça devrait suffire.

Je suis d’accord. Alors, on commence ?

Les filles avaient échangé des regards avant de se tourner l’une vers l’autre, avec l’entrée de la cathédrale derrière elles en arrière-plan.

Rem, cependant, n’avait pas l’habitude d’être entourée d’autant de gens. Elle était nerveuse. Pour cette raison, ses yeux étaient fixés sur Alferez. Bien sûr, les yeux de la fille aussi étaient sur elle. Il n’y avait pas besoin de faire attention à qui que ce soit d’autre.

L’elfe prit une grande respiration et parla.

« Je jure de prendre Alferez comme partenaire de vie et de l’aimer éternellement. »

« Moi, Alferez, je jure de prendre Rem comme partenaire de vie et de l’aimer éternellement. »

 

 

La jeune fille répondit après elle en souriant. Elles avaient ensuite enveloppé les mains autour des hanches l’une de l’autre, avaient fermé les yeux lentement et s’étaient embrassées. Même sans regarder, elles savaient que les gens qui les entouraient étaient dans un état de choc absolu. Eh bien, qui pourrait les blâmer. Après tout, ils venaient de voir une humaine et une elfe, deux filles, échanger un baiser de serment.

« Je suppose que je suis ta femme maintenant, Rem, » déclara Alferez.

« Ouaip. Et je suis à toi, » déclara Rem.

Ne jetant pas pour autant de regards à la foule, elles s’embrassèrent à nouveau. Les gens devaient être si confus. Était-ce une blague ? Est-ce qu’elles ne faisaient que s’amuser ? Cependant, ce qu’ils pensaient n’avait pas d’importance pour les filles. Non, il n’y avait qu’une seule chose dont elles voulaient qu’ils soient témoins.

Un humain et un elfe s’entendent bien.

Il était probable que personne ici ne pouvait même imaginer qu’elles étaient aussi sœurs. Le fait d’y penser en s’embrassant avait rendu les deux filles encore plus excitées.

« Vous deux, qu’est-ce que vous croyez faire ici ? C’est sacrilège ! »

« Haha ! Désolée ~ ! »

Un prêtre était sorti de l’église, clairement furieux. C’était le signe pour Alferez et Rem de commencer à courir. Quand elles l’avaient fait, les gens les avaient pourchassées. Bien qu’il aurait normalement été insignifiant pour les filles de les dépasser, les longues robes de mariée qu’elles portaient rendaient la course à pied assez difficile. Eh bien, ce n’était pas grave. Rem ramassa Alferez, sauta sur un toit avec elle dans les bras, et juste comme ça, les deux filles se trouvèrent à l’abri. Elles se dépêchèrent alors de retourner directement au chariot et quittèrent la ville.

« On s’est encore fait crier dessus, » déclara Rem.

« Est-ce que c’était vraiment quelque chose qui les a mis en colère à ce point ? Haa… J’adorerais organiser une cérémonie un jour, mais malheureusement, je ne pense pas qu’il y ait d’églises dans ce monde qui permette à des sœurs de se marier, » répondit Alferez.

Assise derrière Rem, tenant les rênes, Alferez soupira avec sa main contre sa joue. Au cours de leurs cinq années de voyage à travers le monde, les deux filles avaient célébré un certain nombre de cérémonies de mariage tout comme celle-ci. Leur but était d’apporter la paix entre les elfes et les humains, de dire à tous qu’il n’y avait pas besoin d’hostilité et que la coexistence pacifique était possible. Bien sûr, les sentiments négatifs profondément enracinés dans les deux races n’avaient pas été si facilement dissipés.

« Eh bien, allons-y doucement. On a tout notre temps, après tout, » déclara Rem.

« C’est vrai. Il n’y a pas le feu, » déclara Alferez.

***

Partie 2

Bien qu’elles ne soient qu’à moitié elfes, leur espérance de vie était beaucoup plus longue que celle des humains. Leur plan était de voyager à travers le monde, espérant qu’en les voyant, elles influenceraient les gens avec le temps. Inutile de dire que cela prendrait du temps.

« Quoi qu’il en soit. Rem…, » chuchota d’une manière séduisante Alferez en enroulant ses mains autour de la fille assise dans le siège du conducteur. Le cœur de l’elfe battait à tout rompre, elle savait bien ce que la princesse allait lui suggérer.

« Tu sais ce qui arrive après la cérémonie du mariage ? C’est vrai, notre première nuit, » déclara Alferez.

« Hein ? Juste ici ? Franchement, attendons au moins d’atteindre la prochaine ville…, » déclara Rem.

« Non, non. La première nuit doit avoir lieu le jour de la cérémonie, » répliqua Alferez.

Après un nombre incalculable de mariages, comment était-ce possible que cela soit leur « première » nuit ? Néanmoins, Rem n’avait évidemment pas d’objections. Elle avait éloigné le chariot de la route et l’avait emmené dans une forêt voisine, loin des yeux des passants. Après s’être habitué à la vie d’une fugueuse, trouver ces endroits pratiques était devenu une seconde nature pour l’elfe.

« Aah... Rem… »

« Eek ! »

À l’instant où Rem venait d’attacher le cheval, Alferez l’enlaça. Il semblait que la princesse ne pouvait plus attendre. Ses yeux s’étaient illuminés et débordaient maintenant de luxure. Bien qu’aucune des deux filles ne savait pourquoi, la disparition de la malédiction du chat ne l’avait pas empêchée de se mettre en chaleur. Sans doute la princesse avait-elle eu envie d’embrasser Rem dès le moment où elle avait mis sa robe de mariée.

« Allez, je t’ai dit de ne pas être si impatiente… Ahn ! Aaahhn ! » se remit-elle à gémir tandis qu’on la poussait sur la couverture qui avait été déployée. Leurs robes blanches et duveteuses s’empilèrent l’une sur l’autre, ne faisant plus qu’une. Les mains de l’elfe se déplaçaient derrière la fille et, après s’être un peu débattue avec les boutons, elle avait exposé ses seins. Aspirant la langue qui s’était glissée entre ses lèvres, elle massa les seins lourds qui se plaçaient maintenant contre elle avec sa main gauche, comme si elle les ramassait.

« Oui… Oui… ! » Alferez parlait lentement tout en fronçant les sourcils. Cependant, comme Rem le savait, ce n’était pas une expression de douleur. Elle avait serré les seins de la fille plus fort, les avait massés et lui avait pincé les mamelons. Quand elle l’avait fait, le dos d’Alferez avait eu des convulsions légères de haut en bas.

« Mh ! Ha ! Ah ! Aahn… Franchement, tu dois traiter le corps de ta mariée un peu plus doucement que ça, » déclara Alferez.

Une ligne de bave pendait au coin de la bouche alors que la jeune fille reprochait à Rem d’être trop brutale. Apparemment, elle avait vraiment ressenti de la douleur. Ses paroles n’étaient cependant pas très convaincantes, surtout à cause du regard de joie qu’elle avait dans les yeux.

« Je suis aussi ta fiancée. Alors… touche-moi, veux-tu bien ? » demanda Rem.

Sa tentative de séduction s’était avérée efficace. Un sourire bien plus méchant que ce à quoi on pouvait s’attendre de la part de quelqu’un qui était supposé fraîchement marié était apparu sur le visage de la jeune fille alors qu’elle glissait sa main à l’intérieur de la jupe de Rem. Elle enroula les couches de jupons minces, puis elle chatouilla les cuisses de l’elfe tout en se déplaçant constamment vers son centre.

« Haa... Aaaaaahh... »

Des tremblements de joie avaient remonté le dos de Rem. Ses jambes s’ouvrirent d’elles-mêmes en attendant les doigts de la jeune fille. Elle n’avait pas eu à attendre longtemps, et bientôt ses doigts avaient touché sa fente. Bien sûr, l’elfe avait choisi de ne pas porter de sous-vêtements en prévision de sa « première nuit ». Sa fente sensible était sans défense sous sa robe, ce qui permettait à Alferez d’en jouer à sa guise.

« Wôw, Rem. Tu es trempée ici. »

« Non, ne dis pas ça… Ah… Aaah… Noonn… C’est… si bon… ! »

La honte avait fait culminer le plaisir ressenti par Rem. Inconsciemment, elle avait essayé de rapprocher ses cuisses pour limiter les mouvements d’Alferez, mais la jeune fille avait simplement bloqué sa tentative en poussant ses jambes entre ses genoux. D’après la façon dont ses doigts touchaient ses parties intimes, l’elfe aussi pouvait sentir à quel point elle était mouillée. Au fur et à mesure qu’elle remuait, ces épais jus débordaient et s’égouttaient sur ses fesses.

« Tu es devenue si vilaine, Rem. Je n’arrive pas à croire qu’être taquinée te rende aussi mouillée. Regarde, ça n’arrête pas de jaillir, » déclara Alferez.

C’était comme Alferez l’avait dit, ses paroles d’intimidation à elles seules avaient fait jaillir le miel de la fente de Rem et l’avaient fait jaillir de sa fente. Bien que le nombre de fois où les filles avaient fait l’amour durant ce voyage ne comptait plus, l’elfe ne s’était pas lassé du plaisir que cela lui procurait. Bien au contraire, en fait. Chaque fois qu’elles l’avaient fait, son corps avait réagi au contact de la jeune fille avec un nouveau sentiment de surprise.

« Tu l’entends ? La façon dont tu fais du bruit là a l’air vraiment mignonne, » déclara Alferez.

Alferez bougeait délibérément ses doigts d’une manière qui faisait le plus de bruit possible, ce qui rendait la honte que ressentait Rem encore plus forte. Incapable de le supporter plus longtemps, elle s’accrocha à la jeune fille à deux mains, secoua violemment la tête, puis, d’une voix si séduisante qu’elle n’en croyait pas ses yeux, lui expliqua.

« Tu te trompes. Tout ça parce que… parce que c’est toi qui me touches…, » répondit Rem.

« Hmph… Je n’ai jamais vu une elfe aussi vilaine que toi, » déclara Alferez.

Contrairement à ses attentes, la tentative pour Rem de se défendre n’avait fait qu’exciter Alferez. Les yeux rétrécis et étincelants de convoitise, elle embrassa l’elfe en remuant violemment l’intérieur de sa bouche avec sa langue. Non seulement cela, mais elle avait aussi poussé ses doigts à l’intérieur d’elle sans aucune sorte d’avertissement.

« Mmmmhhh ! »

Un choc d’extase sucrée lui transperça le corps. Elle avait essayé de crier, seulement pour que sa voix soit absorbée dans la bouche de la fille. En même temps, les doigts d’Alferez — ayant été poussés aussi profondément qu’ils le pouvaient — se déplaçaient, comme s’ils caressaient le corps de l’elfe de l’intérieur. Rem n’était pas prête à accepter un tel plaisir, et elle avait l’impression que son esprit était sur le point de griller.

« Aah... Tes entrailles sont si chaudes, Rem… Et doux… Et mouiller… C’est comme si mes doigts fondaient, » déclara Alferez.

« Noon ! Si tu me remues autant, je vais… Je… ! » s’exclama Rem.

« Quelle vilaine fille tu fais ! Tu es déjà sur le point de jouir, non ? » demanda Alferez.

Oui. Comme elle l’avait dit, le premier orgasme de Rem approchait rapidement. Ses doigts tremblants s’agrippaient aux épaules de la fille. En même temps, cela l’ennuyait beaucoup qu’Alferez fasse ce qu’elle voulait avec elle. Il fallait faire quelque chose pour renverser la vapeur.

« En parlant de… vilaines filles…, » déclara Rem.

« Oui ? » demanda Alferez.

La princesse avait pleinement assumé son rôle de dominatrice et, ne remarquant pas que Rem avait clairement l’intention de lancer une contre-attaque, elle inclina légèrement la tête et permit à l’elfe de continuer. Cependant, cela s’était avéré être une grave erreur.

« Al, tu te touches souvent quand tu crois que je dors, » déclara Rem.

En un instant, les mains de la jeune fille s’arrêtèrent. Ses lèvres — celles qui souriaient tout à l’heure — se raidirent, et un rougissement profond se leva sur son visage.

« Tu peux essayer de retenir ta voix tant que tu veux, mais dans un endroit aussi exigu que celui-ci, il m’est impossible de ne pas entendre tes gémissements mignons, » répliqua Rem.

« Qu… Pourquoi parles-tu de ça ? » hurla Alferez. Le fait que quelqu’un parle de la façon dont elle s’était masturbée était très embarrassant pour la jeune femme, même s’il s’agissait de son amoureuse. Elle avait attrapé la robe de Rem et l’avait descendue, exposant ses seins.

« Eek ! »

Elle prit alors l’un des mamelons qui s’étaient glissés dans sa bouche et roula sa langue autour de celui-ci, tout en continuant à remuer l’intérieur de Rem beaucoup plus violemment qu’auparavant. Goutte après goutte, le miel de l’elfe éclaboussa sur le sol. C’était comme si la fille lui en voulait vraiment. Parler de sa masturbation s’était avéré être un pas de trop, et dans son cœur, Rem regrettait de l’avoir fait.

Cependant.

« Argh ! Rem, imbécile, imbécile ! Si tu le savais, tu aurais pu te joindre à moi ! » déclara Alferez.

« Hein ? Est-ce pour ça que tu es en colère !? » demanda Rem.

Ce n’était pas du tout la réaction à laquelle l’elfe s’attendait. Elle avait été complètement déconcertée, au point qu’elle avait raté sa chance de lancer une contre-attaque. La bouche de la jeune fille alterna entre ses lèvres et ses mamelons, tandis que ses doigts habiles jouaient à la fois avec ses entrailles et son clitoris. Rem ne pouvait que tendre les mains vers les seins de la princesse. Mais cela s’était avéré suffisant et, grâce à sa dernière force, elle avait poussé Alferez.

« Hyaah !? »

C’était maintenant au tour d’Alferez de crier. Rem s’allongea à côté d’elle et roula sa robe blanche, semblable à un nuage. Peu de temps après, ses doigts glissèrent dans le trou d’Alferez lorsqu’il fut exposé et commencèrent à le remuer.

« Haa... Haaaa… Si soudainement… Ah… Stupide Rem… ! »

Cependant, Alferez n’avait pas l’intention d’abandonner. Tirant les hanches de l’elfe près d’elle, elle avait continué à jouer avec son clitoris.

« Ahn... Haaa… Ahh… Mhhh… Mmmhhh ! »

« Haa... Ahhn… Mmmh ! »

Leurs gémissements se mélangèrent. Il n’était plus possible de dire qui appartenait à qui. Des frissons de plaisir jaillirent dans leur colonne vertébrale de tous ces baisers et de tous ces contacts, et leurs jambes s’enroulèrent les unes autour des autres, leurs orteils se recourbant. C’était de l’extase pure, mentale et physique, et les deux filles s’y étaient complètement perdues. Comme la salive se déplaçait d’avant en arrière entre leurs bouches, elles continuaient à bouger leurs doigts dans le seul but de faire jouir l’autre avant elle.

« Ahn ! Ahhn ! Plus jamais… Cette fois-ci… Cette fois je… ! »

« Moi aussi… Je suis… Je jouis aussi… ! »

Leurs corps tremblaient alors que les douces pulsations qui précédaient un orgasme les transperçaient. Les doigts d’Alferez frottaient l’intérieur sensible de Rem, et les doigts de l’elfe faisaient de même pour le clitoris d’Alferez.

« Aaaaaahh ! » les deux filles avaient crié à l’unisson. Leur dos arqué, comme si un éclair les avait frappées. Mais elles avaient fait de leur mieux pour lutter contre ce fléau et, le corps encore tremblant, elles se cherchaient mutuellement des lèvres.

« Aaaaahh ! Je… Je t’aime, Rem ! Je t’aime ! »

« Je t’aime aussi, Al ! Je t’aime tellement ! »

Rem avait joui une dernière fois alors que les doigts de la fille touchaient son corps, affaiblie par l’orgasme qu’elle venait de vivre. Peu importe combien de fois elles l’avaient fait, peu importe à quel point elles avaient fait l’amour avec férocité, leur convoitise pour le corps de l’autre était restée. Elles tremblaient encore et encore avec les joies de la chair.

Nous sommes sœurs, et pourtant…

De temps en temps, Rem se rendait compte à quel point elles étaient anormales. En même temps, il était logique pour ceux qui en étaient venus à être anormaux de choisir de vivre une vie anormale. C’était le bonheur qu’elles avaient choisi pour elles-mêmes. Ce que les autres pensaient n’avait pas d’importance.

Tandis que l’elfe pensait cela, Alferez s’était relevée. Le sourire sur son visage indiquait clairement qu’elle planifiait quelque chose.

« Maintenant, pourquoi ne pas rejouer au jeu pour voir laquelle est la sœur aînée ? » demanda Alferez.

« Hein ? Encore ? » demanda Rem.

Dès qu’il avait été établi que les deux étaient sœurs, les combats avaient commencé pour savoir laquelle était l’aînée. Elles avaient essayé de régler l’affaire en voyant qui pouvait faire jouir l’autre plus de fois, mais comme le plaisir leur avait fait perdre le compte, aucun vainqueur n’aurait pu être déclaré. Néanmoins, le jeu était rapidement devenu un jeu favori.

« D’accord. J’ai peut-être déjà perdu contre toi, mais aujourd’hui, je vais à tous les coups gagner, » déclara Rem.

« Hehe, nous verrons ça — Hyaah ! Hé, pas d’attaque-surprise ! » s’écria Alferez.

Rem avait poussé Alferez avant que la jeune fille puisse finir de parler et avait lancé une attaque de léchage contre ses mamelons. Cependant, les représailles de la princesse avaient été rapides, et ses doigts avaient poussé dans la fente de l’elfe, ce qui l’avait fait gémir. Combien de temps dureraient ces jours de bonheur ? Rem n’en avait aucune idée. Il se peut qu’elles n’aient même pas encore payé le prix de leur souhait.

Au moins, elle était heureuse en ce moment.

« Rem, je t’aime. »

« Je t’aime aussi, Al. »

Comme d’habitude, le jeu était resté indécis. Ayant perdu le sens du temps, les jumelles demi-elfes roulèrent sur le plancher du chariot riant l’une de l’autre dans l’étreinte de l’autre.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire