Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 6

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 2 : Nuit du Festival, Serment du printemps

Partie 6

Rem avait raison. Le lendemain matin, avant que la brume matinale ne se dissipe, un groupe de soldats était venu rendre visite à Alferez dans son manoir. Ils cherchaient, bien sûr, une elfe. Il y avait aussi une autre raison, semble-t-il : confirmer si la princesse était partie la nuit précédente.

« Princesse, êtes-vous au courant de ce qui s’est passé pendant le festival hier soir ? »

Le capitaine des gardes royaux, au visage sévère et d’âge moyen, interrogea la princesse avec un ton très sévère. Seul un très petit nombre de personnes dans le pays était au courant de la malédiction, Alferez l’avait dit à Rem, et il semblait que le capitaine était l’un d’eux. En venant ici, cela avait montré que les rumeurs avaient atteint le château.

« Oui, je suis allée visiter le festival. J’avais l’impression que ce serait un moment amusant. Je le regrette, bien sûr. Se faire prendre par une elfe et tout le reste, c’était horrible, » déclara Alferez.

Alferez semblait avoir décidé qu’il valait mieux dire la vérité. Cependant, le capitaine avait toujours des soupçons évidents.

« Ne sauriez-vous pas où se trouve cette misérable elfe, princesse ? » demanda le capitaine.

« Elle s’est enfuie après que je lui ai donné un avant-goût de mes griffes et de mes crocs. Où va-t-on ? Je n’en ai aucune idée. Elle devrait avoir des coupures sur les mains. Ne pouvez-vous pas utiliser ça comme piste ? » demanda Alferez.

Elle n’avait manifestement rien fait de tel. Rem ne pouvait que s’excuser auprès de ses compagnons elfes qui se promenaient sur ces terres avec un bras blessé, mais cela semblait peu probable.

« Princesse, vous ne cachez pas d’elfes, n’est-ce pas ? » demanda le capitaine.

« Moi ? Une elfe ? Pourquoi aurais-je besoin de faire une telle chose ? » demanda Alferez.

Le capitaine la dévisagea fortement. Mais Alferez avait tenu bon.

« C’est une question à laquelle je ne peux pas répondre. Néanmoins, j’ai reçu des rapports indiquant que votre consommation de nourriture a augmenté, » déclara le capitaine.

« Hmph ! Une fille en pleine croissance a besoin de manger. C’est aussi l’une des rares choses qui me restent dans la vie et qui m’apportent de la joie. S’il vous plaît, essayez de garder de tels commentaires pour vous, » déclara Alferez.

Après quelques instants de silence, le capitaine se retourna et partit. Bien que la jeune fille ait fait semblant de rester ferme en voyant les hommes partir, dès qu’ils avaient disparu, elle s’était effondrée sur ses genoux.

« Al ! » cria Rem paniquée en sautant de sa cachette. Elle avait été témoin de tout l’échange. Elle avait pris le corps de la jeune fille dans ses bras et avait remarqué que son visage était pâle. Elle tremblait aussi légèrement, parler avec le capitaine avait clairement été très pénible mentalement.

« Je suis désolée… Je suis désolée, Al... Tout est de ma faute…, » déclara Rem.

« Oh, arrête ça. J’en ai déjà eu marre d’entendre ça depuis hier soir, » déclara Alferez.

Bien qu’Alferez prétendait être forte, il était clair qu’elle était épuisée. Elle avait été pourchassée par des citoyens censés l’adorer, puis interrogée comme une criminelle par un capitaine censé la respecter. Sa désignation pour hier soir comme étant « horrible » n’était pas exagéré.

« Tu ne devrais pas avoir besoin de me protéger…, » déclara Rem.

« Préférerais-tu avoir été arrêtée par la garde ? » demanda Alferez.

« Eh bien… Pas vraiment…, » marmonna-t-elle. La princesse s’était libérée des bras de Rem et avait retrouvé sa posture.

« Plus important encore, je suis toujours couverte de sueur à cause de toutes les courses d’hier soir. J’ai besoin d’un bain. Va le préparer, s’il te plaît, » demanda Alferez.

« Ouais…, » Rem marmonna comme une réponse et se dirigea vers la salle de bains.

« En fait, attends. Il fait plutôt beau aujourd’hui. Et si on allait à la source ? » demanda Alferez.

« La source ? » demanda Rem.

Alferez l’avait guidée jusqu’à un endroit dans la forêt, à une courte distance du manoir. Il y avait là une belle source, comme l’avait dit la fille. Elle n’était pas trop grande, à peu près la même taille que deux des chambres du manoir. L’eau s’en écoulait en formant une source. Dès que les deux filles étaient arrivées, la princesse avait commencé à se déshabiller.

« A-Al, attends… ! Et si quelqu’un te voit ? » demanda Rem.

« Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Ces terres appartiennent à la famille royale. Les seules personnes qui viendraient ici sont des intrus comme toi, » répondit Alferez.

Ouais, ce sont les gens qui m’inquiètent le plus ! Rem voulait crier, mais la princesse plongea dans l’eau avant d’avoir eu le temps d’ouvrir la bouche. Elle s’était déshabillée à contrecœur et l’avait suivie. L’eau atteignait légèrement au-dessus de leurs genoux et était parfaitement claire, Rem pouvait clairement voir même ses orteils à travers elle.

« Wôw ! Froid ! » s’exclama Rem.

« Mais, ça fait du bien, n’est-ce pas ? De temps en temps, je me baigne ici, » expliqua Alferez.

Elle était plutôt ouverte pour quelqu’un qui vivait seul. Tandis que Rem fronçait les sourcils devant la négligence d’Alferez, la jeune fille avait fait un signe pour qu’elle vienne lui laver le dos. Clairement déconcertée, l’elfe ramassa de l’eau froide avec ses deux mains et commença à laver la sueur de la princesse de la nuit précédente.

« Arg… ! »

Cependant, sa tentative fut interrompue, dès que les mains de Rem entrèrent en contact avec la peau d’Alferez, elle poussa un cri effrayé et s’accroupit, créant un puissant jet d’eau alors qu’elle le faisait.

« Désolée, Rem… Ce n’est rien… J’ai juste…, » déclara Alferez.

Rem ne lui avait pas permis de finir cette phrase. Elle avait appuyé sa poitrine contre le dos de la fille et avait enroulé ses bras autour de son corps.

« Rem… ? » demanda Alferez.

« Il n’y a pas besoin de te forcer si fort, princesse. Si tu avais peur, tu devrais le dire. Je suis la seule ici, » déclara Rem.

Les épaules d’Alferez tremblèrent légèrement. Rem pouvait sentir la fille s’étouffer.

« Mais… Je ne veux pas paraître faible devant toi… Moi, ta maîtresse…, » déclara Alferez.

Rem l’avait serrée plus fort, comme si elle réprimandait cette affirmation absurde qu’elle avait besoin d’être forte. Quand elle l’avait fait, elle s’était dit :

Elle a beau être une princesse ou quoi que ce soit d’autre, mais au fond, c’est juste une fille normale…

Alferez avait reçu une terrible malédiction, elle avait été privée de sa liberté. Il n’y avait pas une seule personne dans ce monde qui aurait pu aller bien après avoir souffert à cause de ce qu’elle avait. Et pourtant Rem l’avait abandonnée, la petite enfant effrayée, la jetant une fois de plus dans la prison de la solitude.

« Je suis désolée, Al... Je suis vraiment…, » déclara Rem.

« Rem… ? Pourquoi t’excuses-tu… !? » demanda Alferez.

Leurs deux voix avaient commencé à trembler. Leurs yeux commençaient à s’ouvrir. En quelques secondes, les émotions les dépassèrent, et les deux filles éclatèrent en larmes simultanément. Alferez se retourna et enlaça complètement Rem, ne montrant aucun signe d’hésitation.

« Rem, imbécile ! Pourquoi m’as-tu laissée seule ? J’avais si peur ! » s’exclama Alferez.

Ses doigts s’étaient enfoncés dans le dos de Rem, lui transmettant les émotions de la fille. C’était plus de la frustration que de la peur. Et aussi, la tristesse. Le désespoir face à ce destin cruel et inéluctable.

« Désolée, Al... Je ne te laisserai plus jamais seule… Je promets de te protéger…, » déclara Rem.

« Je… Je n’ai pas… besoin que tu me protèges…, » déclara Alferez.

Gênée d’avoir montré sa faiblesse, Alferez détourna la tête de Rem, mais elle posa doucement sa joue sur l’épaule de l’elfe, les paumes de ses mains s’accrochant désespérément à son dos. Rem avait fait la même chose. Le doux toucher de la peau de l’une et de l’autre avait rapidement fait fondre toute solitude que l’une ou l’autre avait ressentie.

« Sniff… »

Il semblerait que la chaleur ait permis à la princesse de retrouver son calme. Elle sanglota doucement pendant que quelques larmes coulaient le long de ses joues. Pendant que ses mains caressaient le dos de Rem, elle serrait trop fort dans son étreinte la fille, leurs seins mous se serrant l’un contre l’autre entre les deux filles. C’était tout simplement agréable. Rem bougea légèrement son corps, et expira une longue respiration.

Cependant, quand elle l’avait fait, elle avait senti une douleur palpable dans sa poitrine.

Hein… ? Je me sens un peu bizarre…

Rem devait avoir pitié de la jeune fille, et pourtant elle était remplie de chaleur et de joie. Comme elle ouvrit légèrement les paupières, sans savoir ce qui se passait, les yeux des deux filles se rencontrèrent, ce qui fit battre à nouveau avec force le cœur de Rem. La fille aux yeux en larmes ouvrit la bouche pour tenter d’appeler le nom de l’elfe, mais elle ne la laissa pas finir.

« Re — Mmh !? »

Le souffle d’Alferez avait rempli de joie le cœur de Rem, et sans une seconde pensée, elle pressa ses lèvres contre celles de la jeune fille. Bien qu’un peu choquée par ses propres actions — c’était la première fois que Rem embrassait la princesse de son plein gré —, la douceur de ses lèvres effaçait rapidement tout doute dans l’esprit de l’elfe, et elle continuait à l’embrasser dans une transe en criant son nom.

« Aah... Al... Al... ! »

« Mmhm… Rem… Ah… Ha… ! »

La langue molle de la princesse s’était glissée dans la bouche de Rem, presque comme une vengeance. Elle l’avait cependant accueillie avec joie, et avait poussé sa propre langue aussi, enveloppant Alferez dans son étreinte.

« Ah… Mhhh…, » gémit légèrement Alferez, secouant Rem jusqu’au fond d’elle-même avec un plaisir incroyable lorsque son souffle faible toucha la peau de l’elfe. Se sentant gênée entre les jambes, Rem s’était tordu le corps, ce qui avait fait frotter ses mamelons raidis contre ceux d’Alferez, lui envoyant encore plus de fourmillements dans le corps.

« Ahh… ! Rem… ! »

« Ha… Ah… Al... ! »

Alferez semblait partager ses sentiments. Elle fixa Rem des yeux larmoyants avant de plonger sa langue encore plus profondément dans la bouche de l’elfe. Les langues des deux filles s’étaient rencontrées, engourdissant leur esprit de plaisir.

« Ah… Ahh… Embrasser… Al... ta langue… Ça fait du bien…, » déclara Rem.

« Moi aussi, Rem… Rem… Ahh ! » répliqua la princesse.

Des frissons leur descendaient la colonne vertébrale chaque fois que leur langue se touchait. Leurs corps étaient faibles et elles auraient probablement été emportées par le courant si elles ne s’étaient pas tenues l’une à l’autre.

« Plus… Rem… Plus… J’en veux plus… ! » demanda Alferez.

Suivant cet ordre, presque trop embrouillée pour le comprendre, Rem humidifia encore plus sa bouche avec de la salive. Elle avait ensuite roulé sa langue en forme de U et l’avait utilisée pour verser la substance collante dans la bouche de l’autre fille.

« Ahh… Aaah... »

La princesse avait poussé sa propre langue et avait accepté le liquide en transe, le mélangeant avec le sien avant de le remettre dans la bouche de Rem. Elles avaient continué cet échange quelques fois de plus, et peu de temps avant que le liquide ne soit réparti uniformément sur leurs lèvres et leurs langues. Les sons obscènes et l’odeur épaisse de la salive engourdissaient leur esprit, presque comme un aphrodisiaque.

« Ahh… C’est si vilain… Je fais… des choses coquines avec toi, Rem…, » déclara Alferez.

« Oui, princesse… Faisons… encore plus… de vilaines choses…, » répliqua Rem.

Elles savaient toutes les deux ce que c’était, une évasion. Une évasion de la peur, de la tristesse. Mais en quoi cela importait-il ? Être seul, c’était sombrer dans le désespoir. Du moins pour ce bref instant, les deux filles voulaient s’adonner au plaisir. Et pas seulement Alferez, Rem aussi n’avait pas pu s’empêcher d’amplifier sa joie avec la fille.

« Haa... Haa… A… Al... princesse… »

« Ah… Aaahh… Rem… »

Rem gémit, et commença à frotter les seins de la princesse. Elle les chatouilla par le bas avec les cinq doigts, faisant plier le corps de la jeune fille vers l’arrière, permettant à l’elfe de continuer à caresser la poitrine comme il lui plaisait. Bien qu’elles l’avaient déjà fait deux fois auparavant, ces moments s’étaient produits sous l’influence de la potion et étaient flous dans l’esprit de Rem. Pour la première fois, elle avait pu voir le corps nu d’Alferez, en plein jour. La vue, son immense beauté, était tout simplement époustouflante.

Sa peau était laiteuse et lisse, et ses seins étaient trop gros pour que Rem puisse les couvrir de ses mains. Dans les deux sommets fleurissait un petit bouton de fleur rose, leur beauté montrant la vraie personnalité de la princesse à la tête dure, tandis que son corps tremblant s’étirait jusqu’à ses limites. Le pouls douloureux dans la poitrine de Rem se revivifia deux fois plus fort, et sans réfléchir à deux fois, l’elfe se mit à sucer les seins sucrés de la fille.

« Arg !? Aaaaah ! »

Alferez n’avait pas été préparée à cette attaque surprise contre ses points sensibles, avec le moindre effort elle avait fait une tentative d’évasion réfléchie. Rem enroula un bras autour des épaules de la fille et un autre autour de ses hanches, tout en faisant rouler le bourgeon raidi dans sa bouche.

« Ahh ! Aahhhh ! Si tu fais ça, alors… Ahhhh ! » hurla-t-elle en froissant les cheveux de Rem avec les mains qui lui serraient la main, une réaction dont l’elfe était très satisfaite.

« Eeeeek !? Rem… Ma poitrine… Mes seins… Ils se sentent si… Ahh ! » s’exclama la princesse.

Les doigts frémissants d’Alferez s’enfonçaient dans les épaules de Rem tandis que l’elfe continuait à sucer ses seins. La jeune fille essaya désespérément de soutenir son corps, mais même se mettre à genoux devint vite impossible, et elle fut forcée de placer ses fesses sur le lit mou de la rivière.

« Aah... Haa… Haaa… Haaa… Rem…, » gémit la princesse.

Rem poussa la poitrine de la jeune fille, se levant et tombant rapidement à mesure qu’elle haletait, et la coucha complètement sur le lit de la rivière, envahi par la végétation. L’elfe s’était alors coincée entre les jambes écartées d’Alferez et avait commencé à tourmenter ses seins encore plus violemment qu’auparavant. Elle jouait avec les bourgeons roses avec sa langue, les sucait, et même les mordillait.

« Hii ! Hya ! Hnnh !? »

La princesse s’écria avec des gémissements courts et aigus. Son corps s’était courbé vers l’arrière alors qu’elle s’agrippait aux plantes qui poussaient autour de la source, faisant de son mieux pour résister à ce plaisir. Tandis que Rem elle-même ne recevait aucune action, il suffisait de regarder la jeune fille se tortiller dans l’extase pour qu’elle démarre, alors que le corps de l’elfe commençait à s’échauffer. Elle se déplaçait entre les seins d’Alferez, les suçant tous les deux, avant d’enfouir son visage au fond de son décolleté.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire