Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 2 : Nuit du Festival, Serment du printemps

Partie 3

« Veux-tu que je t’aide encore ? » demanda Alferez.

« N-Non ! Je vais bien ! » déclara Rem.

C’était un autre cas où le fait que la princesse ait pu la lire s’était avéré négatif. Alors que Rem faisait la moue sur ses lèvres en signe de protestation, un sourire séduisant se leva sur le visage de l’autre fille. Apparemment, elle avait trouvé ça hilarant. Elle avait fait semblant de s’excuser, mais elle avait manqué de sincérité en le faisant. Rem n’allait pas laisser passer ça, c’était son tour d’être méchante.

« Princesse. Cela veut-il dire que tu n’as… hum… “consommé” aucun de tes mariages ? » demanda Rem.

« Exactement, » répondit Alferez.

« Alors, tu es encore vierge après avoir été mariée trois fois ? » demanda Rem.

Voyant à quel point Alferez prenait au sérieux ses devoirs de princesse, le fait de ne pas être capable de les accomplir avait dû la faire se sentir absolument humiliée. Bien sûr, elle s’était figée sur place.

« Exactement, » dit calmement la jeune fille, à la grande surprise de Rem, elle s’attendait à recevoir une réponse remplie de tristesse et d’embarras.

« Pour être honnête, je suis en fait, comment dire, soulagée que les choses se soient passées ainsi. Je veux dire, confier ton corps à un homme… ? Ça semble vraiment effrayant, tu ne trouves pas ? » demanda Rem.

Rem comprenait parfaitement ces sentiments. Pour des filles comme elles sans expérience, tout cela semblait si imaginaire. Même lorsque Rem avait accidentellement vu un couple marié faire l’amour au village, l’émotion principale qu’elle avait ressentie était la peur. Il lui semblait naturel qu’Alferez se sente comme elle l’avait fait. Ses pensées furent interrompues, cependant, comme l’ajouta tranquillement la jeune fille.

« Toutefois… Vivre un divorce est une expérience déchirante. C’est comme si l’autre personne t’avait jugée sans valeur, » déclara Alferez.

Rem se souvint instantanément des moments où elle avait essayé de se faire des amis avec d’autres elfes. Est-ce ce qu’Alferez avait ressenti ? Ou était-ce quelque chose de différent ? Elle avait décidé de s’abstenir de hocher la tête au cas où. En même temps, elle se sentait un peu coupable, son commentaire n’était rien d’autre qu’une légère provocation, mais elle avait fini par amener la fille à lui ouvrir son cœur.

« Princesse… Est-ce que ça veut dire que tu espères toujours te marier un jour ? » demanda Rem.

Alferez cligna des yeux, surprise par la question. Elle inclina la tête d’un côté à l’autre, semblant presque perplexe.

« Hmm, je me demande. Je n’y ai jamais vraiment pensé que comme un devoir, quelque chose que je dois faire. Mais oui, maintenant que tu en parles… j’ai l’impression qu’il manquait quelque chose chez mes maris précédents, » déclara Alferez.

Cette question innocente avait donné à la princesse beaucoup à réfléchir. Elle y réfléchit un moment en regardant dans l’air, mais ne parvint pas à trouver une réponse. Rem, se sentant comme si elle avait été complètement oubliée, décida de voir si elle pouvait aider.

« Genre, ton âme sœur t’attend quelque part dehors ? » demanda Rem.

« Oui, c’est ça ! » cria Alferez et désigna Rem. Apparemment, c’était la réponse qu’elle cherchait. Elle s’était rapidement rendu compte de son erreur, cependant, et elle avait rougi intensément. Rem avait eu du mal à s’empêcher d’éclater de rire, à la fin de la profonde introspection de la princesse, son plus grand désir s’était avéré être celui d’un conte de fées pour enfants.

« C’est pour ça que je cherchais un moyen de briser la malédiction toute seule ! » déclara Alferez.

Rem n’était pas vraiment sûre de ce qu’Alferez voulait dire par « c’est pourquoi », mais elle avait compris que la fille essayait d’éloigner la conversation de ce sujet embarrassant. Bien qu’il ait été tentant d’insister davantage sur ce point, Rem se sentait déjà assez mal pour elle et avait décidé d’aller de l’avant.

« Est-il vraiment possible de faire quelque chose contre une malédiction ? » demanda Rem.

« Je ne suis pas sûre, c’est pour ça que je fais des recherches, » répondit Alferez.

Alferez avait tapoté le mur en marchant, susceptible de désactiver un piège. Elle ouvrit alors une grande porte, celle que Rem avait déjà vue.

« C’est cette bibliothèque remplie de grimoires…, » déclara Rem.

« Mon Dieu, tu es entrée ici aussi ? Je dois dire, bien joué. Il y a un piège juste derrière la porte, » déclara Alferez.

« Oui, j’ai remarqué. Quoi qu’il en soit, que sont ces livres… ? » demanda Rem.

À ce moment-là, Alferez n’en voulait pas vraiment à Rem pour les fouilles qu’elle avait faites dans le manoir. Au contraire, elle semblait plutôt heureuse que l’elfe s’intéresse à ses livres, et elle en avait fièrement retiré un de l’étagère.

« Tu avais raison, ce sont des grimoires noirs que j’ai rassemblés pour faire des recherches, et un jour dissiper la malédiction. Il a fallu environ un an pour se faufiler dans la bibliothèque du château pour finir la collection, » expliqua Alferez.

« Ils viennent en set ou quelque chose comme ça ? Attends… tu les as volés ? » demanda Rem.

Même une princesse aurait de gros ennuis si on la surprenait à voler des livres aussi précieux, pensait Rem. En même temps, elle n’avait rien à gagner à s’impliquer et elle avait tout simplement décidé d’ignorer cette question. Il y avait aussi quelque chose de beaucoup plus important qu’il fallait d’abord aborder.

« Donc, tu connais un moyen de briser la malédiction… ? » demanda Rem.

« Eh bien, pas tout à fait… Mais, j’ai trouvé une recette pour une potion qui semble pouvoir l’arrêter temporairement ! Regarde, juste ici ! » déclara Alferez.

« H-Hey… ! » s’exclama Rem.

Alferez ouvrit le livre qu’elle tenait et le poussa au visage de Rem. Malheureusement, elle n’était pas experte en potions magiques. Bien qu’elle ait vu un certain nombre de graphiques complexes et ce qui semblait être une liste d’ingrédients, elle n’avait aucune idée de ce que ces mots signifiaient.

« Et si ça marche… tu ne deviendras plus un chat ? » demanda Rem.

« Exactement…, » répondit Alferez.

Il y avait un ton distinct de tristesse dans la voix d’Alferez quand elle avait dit cela. Elle sortit alors une petite fiole d’entre ses seins, que Rem avait déjà vus auparavant.

« Toutes mes tentatives pour le produire ont échoué. Non seulement elle ne dissipe pas la malédiction, mais elle produit aussi… certains autres effets…, » déclara Alferez.

Rem comprit tout de suite ce que signifiait l’effet de la jeune fille, elle en avait été témoin de première main. En repensant à la recette et aux ingrédients, quelque chose clochait.

« Hmm…, » murmura Rem.

Elle avait regardé de plus près la page et avait confirmé ses soupçons. Elle avait même mis son visage devant l’autre fille et, pour être sûre, avait confirmé la déclaration antérieure d’Alferez.

« Tu fais toujours la même potion, non ? » demanda Rem.

« Correct. C’est le seul du genre que j’ai réussi à trouver, » répondit Alferez.

« Oui, je vois maintenant…, » déclara Rem.

Alferez se gonfla les joues de frustration. L’elfe avait clairement compris quelque chose, mais elle ne le lui disait pas.

« Si tu as quelque chose à dire, dis-le ! Peux-tu lire ça !? » demanda Alferez

Arrête de te plaindre ! Tu devrais être reconnaissante ! Rem voulait crier, mais elle avait décidé de ne pas le faire, elle savait à quel point la princesse était impatiente d’entendre ce que le livre avait à dire, et elle ne pouvait pas vraiment se mettre en colère contre elle.

« Oui, un petit peu. C’est écrit dans les mêmes caractères anciens que ceux que nous, les elfes, utilisons, » déclara Rem.

Elle pointa ensuite calmement le titre de la page.

« Ce truc dit “potion d’amour”, » déclara Rem.

« Hein… ? » s’exclama Alferez.

La fille s’était paralysée sur place. Elle avait alors saisi le livre des mains de Rem et fixa intensément la partie que l’elfe venait de lire.

« Non, ça ne l’est pas ! C’est écrit “malédiction dissipée”… ! » déclara Alferez.

« Tu le lis mal. Je ne peux pas vraiment t’en vouloir, ça en a l’air quand on l’écrit avec ces vieux caractères, » déclara Rem.

« Pas possible…, » déclara Alferez.

Alferez était tombée à genoux. Elle était complètement dévastée par rapport à tout ce temps où elle avait essayé de créer la mauvaise potion. Le fait de savoir que tous ses efforts n’avaient servi à rien l’empêchait de se redresser. Rem se tenait à côté d’elle en silence, sans savoir ce qu’elle était censée dire ici. Ne vous y trompez pas, l’elfe ne pensait pas à la façon de réconforter la fille, bien au contraire. Elle s’agenouilla à côté d’elle, et parla d’un ton très urgent.

« Euh… Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée pour un amateur de créer des potions magiques. Elles peuvent être très dangereux, tu sais ? Il est possible que celles que tu as faites aient pu finir par être mortelles. Je pense honnêtement que tu as de la chance qu’il ne se soit rien passé de mal, » déclara Rem.

Alferez tourna ses yeux larmoyants vers elle.

« Tu ne sais rien de moi…, » déclara Alferez.

Oui, de toute évidence, Rem n’avait jamais pu comprendre l’immense pression qu’Alferez avait subie en tant que princesse. Mais, la lutte pour trouver un endroit où se sentir chez elle, c’était quelque chose qu’elle savait douloureusement bien. D’après tout ce que la jeune fille avait dit, elle se sentait investie d’une immense responsabilité étant née dans la royauté. Elle était prête à jouer son rôle, quelle que soit la personne avec qui elle allait se marier. Quelqu’un comme elle n’allait pas se contenter de vivre le reste de sa vie en prison en raison d’une malédiction.

« Te fâcheras-tu si je te dis que je le sais… ? » demanda Rem.

Quand elle l’avait, Rem s’était assise par terre et s’était retournée pour faire face à la princesse.

« Je t’ai dit que j’étais à moitié elfe, non ? À cause de ça, tout le monde me détestait dans mon village. On m’a donné le travail le plus ennuyeux du monde, on ne m’a pas permis de participer à des festivals, et…, » déclara Rem.

« Tu insinues que les gens me détestent ? » demanda Alferez.

Le visage d’Alferez s’assombrissait, la remarque l’ayant clairement blessée. Rem, ayant réalisé son erreur, se précipita pour nier toute intention malveillante en agitant les mains devant elle.

« Non, pas du tout ! Bien sûr que non ! Ce que je voulais dire, c’est que je me suis enfuie de mon village. Je sais ce que c’est que de lutter pour trouver un endroit où l’on peut être soi-même…, » déclara Rem.

Bien qu’elle ne soit pas fan de l’attitude hautaine de la princesse, Rem ne pouvait s’empêcher d’admirer la force de sa volonté. Une année s’était écoulée, mais elle n’avait toujours pas succombé à la malédiction. Tandis que Rem jetait un coup d’œil à la jeune fille, elle faisait la moue sur ses lèvres et tournait la tête dans l’autre sens.

« Es-tu fâchée ? » demanda Rem.

« Alors, qu’en penses-tu ? Bien sûr que je le suis ! Toi, une roturière, tu compares ta situation à la mienne, une princesse. Il y a peu de choses que tu pourrais dire qui me blesseraient plus, » déclara Alferez.

« Oh, désolée…, » déclara Rem.

Les excuses de Rem étaient sincères, laissant Alferez éviter maladroitement son regard. Elle se tourna rapidement vers l’elfe, la montrant du doigt avec ses yeux remplis de détermination.

« Une elfe serait punie. Je t’ordonne encore une fois, deviens ma servante ! » déclara Alferez.

« Cette fois encore… ? » demanda Rem.

« Tu t’es enfuie de chez toi, n’est-ce pas ? Si tu n’as nulle part où aller, autant resté ici. Je te promets de faire travailler durement ! » déclara Alferez.

Ses paroles étaient dures, mais sa façon de les prononcer était douce. C’est pour cette raison que Rem avait enfin décidé d’accepter son offre.

« Eh bien, d’accord. Si tu as vraiment besoin d’une baby-sitter, je vais devoir t’aider. Tu ferais mieux d’être reconnaissante, d’accord ? » déclara Rem.

« Espèce de petite elfe insolente…, » déclara Alferez.

Les deux filles, toutes deux des perdantes endolories, boudèrent à l’unisson et se regardèrent l’une l’autre dans les yeux. Leurs yeux, cependant, souriaient.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre. Les meilleurs amies du monde ptdr.

Laisser un commentaire