Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 2 : Nuit du Festival, Serment du printemps

Partie 2

« Ah, ne t’inquiète pas, j’ai l’habitude maintenant. Parfois, je préfère être un chat, » déclara Alferez.

La deuxième partie de cette déclaration était probablement un mensonge. Malgré tout, Rem ne s’attendait pas à ce qu’Alferez agisse d’une manière aussi inhabituelle, ce qui l’avait fait éclater de rire, ce qui n’était pas le cas depuis le début.

« Qu’est-ce qui est drôle ? » demanda Alferez.

La princesse gonfla les joues, ennuyée que son rare moment de considération sincère l’ait fait rire. C’était maintenant au tour de Rem d’essayer de résoudre cette situation embarrassante.

« Désolée, désolée. Voyons voir… C’est vrai ! J’aimerais vraiment savoir pourquoi et par qui tu as été maudite ! » demanda Rem.

« “Intéressée”… ? Eh bien, pourquoi pas ? Je ne l’autoriserai que cette fois. Ce n’est pas comme si j’avais beaucoup de gens à qui parler, » déclara Alferez.

La jeune fille s’était levée comme pour signaler « continuons cette discussion ailleurs ». Elle avait attrapé les tasses sales de la table et les avait placés dans l’évier avec un esprit distrait. Rem n’allait pas laisser passer ça, cependant, et bientôt les deux filles faisaient la vaisselle ensemble. La princesse, n’ayant probablement jamais lavé une seule assiette de sa vie, n’était naturellement pas ravie.

« Pourquoi dois-je faire ces corvées… ? » murmura-t-elle.

« Qui d’autre va les faire ? J’ai aussi jeté un coup d’œil dans les chambres. Tu aimes vraiment laisser traîner tes vêtements sales, hein ? » déclara Rem.

« Tu les as vus !? Espèce de petite elfe curieuse ! » déclara Alferez.

« Peut-être que tu devrais les nettoyer si tu ne veux pas être gênée ! » déclara Rem.

Debout côte à côte devant l’évier, les filles avaient continué à se lancer des répliques, tout en se couvrant les mains de mousse savonneuse. C’est alors qu’Alferez avait été frappée par une idée géniale, et son visage s’était transformé en un sourire éclatant.

« Je sais ! Tu devrais devenir ma servante ! » s’exclama Alferez.

« Hein ? Allez, ne sois pas stupide, princesse. Vas-tu vraiment engager une elfe ? » demanda Rem.

« Pourquoi pas ? Ne t’ai-je pas déjà dit que je n’avais pas de problème avec ça ? Tes longues oreilles, c’est juste pour la décoration ? » demanda Alferez.

Rem, comme mentionnée précédemment, était très sensible à la longueur de ses oreilles, et n’aimait pas que la fille aborde ce sujet le moins du monde.

« En fait, je ne suis qu’à moitié elfe, malheureusement, et mon audition n’est peut-être pas aussi bonne que tu l’espérais. Les pur-sang se moquaient de moi tout le temps. “Rem s’en va, rions d’elle, et ce n’est pas comme si elle nous entendait…” Bien sûr, mes oreilles sont encore beaucoup plus sensibles que celles de n’importe quel humain, mais tu sais…, » déclara Rem.

« Oh, tu es à moitié humaine ? Dans ce cas, il n’y a aucune raison que tu ne puisses pas être ma servante, » cria Alferez, n’ayant clairement pas compris ce que signifiait « oreilles sensibles ». Rem avait tressailli de douleur, avant de le réprimander rapidement.

« Ouais, mais l’autre moitié de moi est elfe ! En fait, pourquoi devrais-je être ta servante en premier lieu !? Juste parce que je suis une elfe !? » demanda Rem.

Après s’être éloignées du sujet pendant une seconde, elles avaient maintenant atteint le cœur du problème. Alors que la princesse avait dit qu’elle n’avait pas de problème avec le fait que Rem soit une elfe, elle commençait à se demander dans son esprit si la jeune fille avait certains préjugés envers les siens. La méfiance avait soulevé sa tête laide.

« As-tu oublié que je suis une princesse ? Quoi, tu vas me dire que tu fais partie de la royauté des elfes toi-même ? » demanda Alferez.

« Eh bien… non… Bien au contraire, en fait…, » déclara Rem.

L’autre fille était maintenant juste à côté de Rem, la regardant avec des yeux pleins de confiance. L’elfe n’avait eu ni retour ni réplique. Ce que la princesse avait dit était vrai, en ce qui concerne son statut social, Rem n’était personne. Elle s’était sentie soudain très faible, et alors qu’elle tournait la tête en murmurant quelque chose, elle pouvait voir l’autre fille gonfler d’orgueil. Alferez avait gagné.

« Hé, vois les choses comme ça. Moi, une princesse, je te permets, toi, une roturière, d’être ma servante personnelle. Vas-tu vraiment être aussi impoli en refusant cette offre ? » demanda Alferez.

« Hein !? » s’exclama Rem.

Rem avait été choquée. Ou plus exactement, étonnée. La princesse ne s’opposait pas vraiment aux autres races. Même quand, dans le feu de l’action, elle avait révélé qu’elle était en fait à moitié elfe, la jeune fille l’avait interprété de façon positive.

« Si tu veux parler d’impolitesse, que dirais-tu de te moquer de mes oreilles il y a une seconde ? Merci, mais je refuse ! » déclara Rem.

« Oh, l’ai-je fait ? Je te présente mes excuses. Si tu es vraiment contre, je vais devoir abandonner cette histoire de servante, » déclara Alferez.

La jeune fille souleva légèrement sa robe avec ses mains encore humides et s’inclina pour s’excuser. Rem était impressionnée par sa sincérité. Elle n’agissait pas poliment pour se faire passer pour un membre de la royauté, elle avait l’impression de vouloir vraiment respecter l’elfe.

Je l’ai dit une fois et je le répète. Quelle étrange princesse… !

La fille que Rem pensait être hautaine et arrogante s’était révélée être gentille et attentionnée. La princesse était-elle vraiment si complexe, ou était-elle juste mauvaise pour comprendre les gens ? Quoi qu’il en soit, la rage qui avait pris le dessus sur Rem il y a un instant s’était maintenant complètement dissipée, il était temps de faire la paix.

« Eh bien… Ne recommence pas…, » dit-elle en faisant semblant d’être forte. Alferez avait vu à travers ce bluff évident et lui avait fait un sourire, ce qui avait failli redéclencher la colère de l’elfe.

« De quoi parlions-nous ? » demanda Rem.

Les deux filles étaient complètement hors sujet. Alferez semblait aussi avoir oublié. Elle avait légèrement incliné la tête sur le côté et avait essayé de se souvenir.

« Quelque chose à propos de qui m’a maudite et pourquoi, n’est-ce pas ? » demanda Alferez.

« Oui, c’est bien ça, » s’exclama Rem en levant le doigt en l’air, répandant des bulles de savon partout. Alferez avait répondu promptement.

« Je connais la personne qui l’a fait, » déclara Alferez.

« Vraiment ? Eh bien, tu ne peux pas juste y aller et lui demander de t’enlever ta malédiction ? » demanda Rem.

La réponse qu’elle avait obtenue était exactement le contraire de ce à quoi Rem s’attendait. Alors que l’elfe luttait pour comprendre ce qu’elle venait d’entendre, Alferez lui fit un sourire ironique. La vaisselle était maintenant terminée et elle sortit de la cuisine en faisant des gestes « suis-moi ».

« Eh bien, j’ai dit que je savais qui l’avait fait, mais… Je n’ai vraiment vu que son visage. Je n’ai aucune idée du genre de personne qu’elle est, ni même où je pourrais la trouver, » déclara Alferez.

Les deux filles se promenaient maintenant dans l’un des nombreux longs couloirs du manoir.

« Une étrange vieille dame est venue à ma fête pour mes 15 ans. Eh bien, il s’avère que c’était une sorcière. Je crois qu’elle a crié quelque chose comme “C’est moi qui ai jeté une malédiction sur votre princesse !” Les gardes ont essayé de l’attraper, bien sûr, mais quand ils l’ont entourée, elle a juste, disparu en l’air, » expliqua Alferez.

« Hein ? Elle est venue là juste pour se vanter !? » demanda Rem.

« Il semblerait que oui. Argh ! Ça m’énerve ! » déclara Alferez.

La princesse avait piétiné le tapis sous leurs pieds dans la frustration. Rem ne pouvait pas lui en vouloir d’être en colère. Rien de tout cela ne serait arrivé s’ils avaient réussi à capturer la sorcière quand ils en avaient eu l’occasion.

« J’ai même dû quitter le château à cause de cette stupide malédiction ! » déclara Alferez.

« Ça ressemble à une histoire de fantômes, non ? Une princesse qui se transforme en chat pendant la nuit, » déclara Rem.

« Excuse-moi !? » s’exclama Alferez.

Bien que Rem ait voulu dire que son commentaire n’était qu’une plaisanterie, la princesse semblait vraiment offensée par ce commentaire. Ses yeux étaient féroces et vidaient l’elfe de sa force, la faisant basculer sur le sol.

« Je déteste l’admettre, mais… tu as raison. C’est la raison pour laquelle j’ai fini par être emprisonnée dans ce manoir abandonné. Et maintenant que je suis divorcée pour la troisième fois, maman et papa ont abandonné tout espoir en moi. Je suis condamnée à passer le reste de ma vie ici, à pourrir, » déclara Alferez.

La jeune fille parlait d’une voix faible et à peine audible. C’était parfaitement compréhensible, cependant, il n’était pas possible qu’une fille qui venait à peine d’entrer dans l’âge adulte ait le courage mental de faire face à une malédiction comme celle-ci.

« Je ne comprends toujours pas pourquoi tes maris ont divorcé, » demanda Rem, la tête penchée « Tu étais super mignonne comme un chaton ! »

L’expression sur le visage d’Alferez indiquait sa confusion. Rem n’était pas sûre si la fille allait commencer à crier ou quoi. Ses joues tremblèrent un peu, mais, pour le plus grand plaisir de Rem, elle poussa plutôt un grand soupir.

« C’est évident, n’est-ce pas ? Comment vas-tu consommer un mariage avec un chat ? » demanda Alferez.

« Consommer un mariage… ? Tu veux dire quoi… ? » demanda Rem.

« Oui, le sexe. Avoir des bébés. C’est pour cela que nous, les princesses, nous existons, pour être mariées à des royaumes étrangers, pour avoir des enfants et aider à consolider les relations. Que se passerait-il si cette princesse se transformait en chat pendant la nuit cruciale ? Son nouveau mari s’enfuirait probablement en criant et en se demandant comment il est censé coucher avec un chat. Hein ? Pourquoi me regardes-tu comme ça ? » demanda Alferez.

Alferez avait regardé dans la confusion alors que la jeune fille devant elle se tordait en place en se frottant l’intérieur de ses cuisses ensemble. Rem ne s’attendait pas à ce que la princesse parle aussi ouvertement des enfants et d’autres sujets sexuels. Il s’avéra que le simple fait d’entendre ces choses pouvait être très embarrassant. Alferez s’était vite rendu compte de ce qui se passait, et son visage s’était tordu en un sourire méchant.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.
    J'imagine que faire des "bébés" en plein jour n'es pas concevable dans ce monde.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire