Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 8

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 8

Rem avait laissé sortir sa rage dans la pièce, prête à aller retrouver la fille. Elle devait d’abord la trouver, bien sûr, et la seule façon de le faire était de regarder par toutes les portes.

« Ce sont toutes des chambres. De plus, il y a des robes et des chemises de nuit partout. Aucun des lits n’est fait. Ce n’est pas du tout ce qu’on peut attendre d’un manoir appartenant à une princesse. Il n’y a pas quelqu’un ici qui s’occupe du nettoyage, non ? » se demanda Rem.

Après avoir parcouru une dizaine de pièces, Rem avait réalisé quelque chose. Quelque chose de très étrange.

« Attends… Il n’y a personne ici ? » s’exclama Rem.

Elle avait regardé au fond du couloir vide. Un étranger courait à travers le manoir, provoquant un vacarme, mais aucun garde ni même aucun serviteur n’était venu voir ce qui se passait. La princesse était la seule personne qu’elle avait vue. Rem comprenait maintenant pourquoi l’endroit semblait si mal entretenu. À bien y penser, la robe qu’Alferez portait était assez simple aussi, quelque chose qu’elle pouvait facilement enlever et enfiler toute seule. Tout était clair pour elle maintenant, il n’y avait personne d’autre ici à part la princesse.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? N’est-elle pas vraiment une princesse ? » demanda Rem.

C’était peu probable, il n’y avait aucun moyen pour une fille moyenne de voyager dans une belle voiture tirée par quatre chevaux. Compte tenu de ses divorces, tout ça semblait assez louche.

Ressentant un étrange malaise dans sa poitrine, Rem reprit la recherche de la princesse, maintenant avec une raison complètement nouvelle pour le faire. Elle se promenait à la hâte, presque en courant, jusqu’à ce qu’elle tombe enfin sur une porte remarquablement grande.

« Est-elle ici… ? Whoa ! » demanda Rem.

Au moment où Rem s’apprêtait à le traverser, un grand trou s’était ouvert sous ses pieds. Il avait fait un léger bruit mécanique avant de le faire, donnant à l’elfe juste assez de temps pour sauter à l’abri. Elle avait tout oublié à propos des divers pièges éparpillés dans le manoir. Ils étaient plus sensés que jamais, la princesse n’aurait jamais eu la moindre chance contre des intrus toute seule.

« Il doit y avoir quelque chose de vraiment important derrière cette porte. Sinon, pourquoi auraient-ils installé un piège juste en face ? » demanda Rem.

Elle avait sauté par-dessus le trou nouvellement ouvert, avait poussé la porte ouverte et s’était promenée à l’intérieur tout en s’assurant qu’il n’y avait pas d’autres pièges. Il n’y avait aucun signe de présence ici. Elle avait regardé dans la pièce, qui semblait être une bibliothèque à deux étages. Ses murs étaient tous recouverts d’étagères remplies de livres anciens.

« Qu’est-ce que…, » dit Rem, avec ses sourcils plissés. Il n’y avait pas vraiment beaucoup de livres, le problème était qu’ils étaient tous des grimoires utilisés pour la magie noire. Elle en avait attrapé un, avait jeté un coup d’œil à son contenu et l’avait immédiatement refermé. Même Rem était au courant des bases des arts spirituels. Son agilité d’elfe régulière, bien qu’elle n’ait qu’un sang-mêlé, était due au fait qu’elle avait emprunté la force de l’esprit du vent. Cependant, ce n’était pas aussi simple que cela.

En termes simples, il s’agissait de malédictions, de sorts dangereux qui pouvaient affecter non seulement d’autres personnes, mais même votre propre vie.

« Pourquoi a-t-elle toutes ces… ? » demanda Rem.

Rem sortit de la pièce et poursuivit ses recherches dans le manoir, se sentant encore plus troublée qu’avant. Elle rencontra d’autres pièges, tels que des filets tombant du plafond ou des lances jaillissant des murs, mais elle réussit miraculeusement à les éviter tous, jusqu’à ce qu’elle découvre finalement un escalier menant au grenier. Alors qu’elle les escaladait, Rem aperçut une silhouette familière, la fille qu’elle cherchait depuis le début.

La princesse se tenait le dos tourné vers Rem. Un livre était ouvert sur la table devant elle, et elle était clairement concentrée sur quelque chose, au point qu’elle n’avait pas remarqué l’elfe qui s’approchait d’elle.

« Salut, Princesse. Tu peux m’expliquer ce qui se passe ? » demanda Rem.

« Hein… ? »

Choquée par sa voix, Alferez laissa tomber la bouteille de verre qu’elle tenait. Elle avait touché le sol, se brisant en milliers de petits morceaux. Le liquide qui s’y trouvait éclaboussait et explosait en une colonne de fumée pourpre, remplissant la pièce d’un parfum sucré, tout comme un Rem l’avait déjà senti auparavant.

« Espèce d’elfe stupide ! Pourquoi es-tu… !? » s’écria Alferez.

Alors que la jeune fille se retournait pour lui faire face, Rem remarqua que sa région buccale était couverte de multiples couches de tissu enroulées autour d’elle, agissant comme une sorte de masque. Les yeux de la princesse, grands ouverts de colère et de confusion, rebondirent entre Rem et le liquide sur le sol.

« Hein ? Ce qui se passe… ? Je ne me sens pas si bien…, » déclara Rem.

Comme les vapeurs pénétraient dans son nez, Rem sentit son esprit s’embrouiller. Elle se sentait étourdie, comme si elle allait perdre l’équilibre à tout moment. Se tenir droit avait été une lutte. Qu’est-ce qui lui arrivait ?

« Ah… Aah... »

Ses joues brûlaient. Son corps était en feu. Une palpitation honteuse s’était mise à se faire entre ses jambes. Bien qu’elle n’en soit pas contente, Rem se souvient de cette sensation.

« Attends, Princesse… Je… Ah ! » s’exclama Rem.

C’était la même chose qu’hier. Non, sa douleur à l’entrejambe était encore plus forte qu’à l’époque. Le corps de Rem était sans force et ses genoux avaient lâché peu de temps après, provoquant l’effondrement de la fille sur le sol. Incapable de résister à ses pulsions, elle se pencha en avant, poussant ses deux mains entre ses jambes. Jamais auparavant elle n’avait été aussi gênée qu’aujourd’hui. L’elfe avait dû se défendre de toutes ses forces pour empêcher ses doigts de glisser dans ses parties intimes. Ce qui s’était passé hier n’était même pas comparable, Rem avait l’impression qu’elle était brûlante à l’intérieur. Les pointes de ses seins s’étaient raidies elles aussi, ce qui la faisait frissonner lorsqu’elles frottaient contre ses vêtements.

« Attends… Que se passe-t-il… ? Princesse…, fais quelque chose… ! » demanda Rem.

« C’est ce qui arrive quand on respire les vapeurs comme une idiote, » déclara la princesse.

Bien que les paroles d’Alferez aient été plus dures que jamais, ses yeux étaient clairement remplis de pitié. C’est là que Rem avait finalement compris.

Ce liquide bizarre pourrait-il être la raison pour laquelle elle a agi si bizarrement hier ?

Était-ce pour ça qu’elle avait un masque sur la bouche et le nez ? Rem avait essayé de placer ses mains sur sa bouche pour essayer d’imiter la fille, mais elle avait déjà respiré trop de fumée, son corps ne ferait plus ce qu’elle voulait. Au contraire, ses doigts se tortillaient entre ses jambes, frottant sa fente à travers sa culotte contre la volonté de la fille.

Impossible… Elle va… penser que je suis à nouveau une idiote…

Bien que Rem ait essayé de retirer ses doigts de là, sa volonté n’était tout simplement pas assez forte, elle se faisait maintenant plaisir à pleine force.

« Ahh ! Aaahh ! »

Un choc lui transperça le corps. Les yeux levés et les lèvres tremblantes, Rem continuait à tourmenter son entrejambe des deux mains. Elle avait fait glisser sa culotte sur le côté, laissant glisser ses doigts dans son trou.

« Haa... Ah… Aah… Ahh ! »

« Allez, tu deviens beaucoup trop brusque. Tu dois traiter cet endroit avec plus de soin…, » déclara Alferez.

Contrairement à ce à quoi Rem s’attendait, Alferez ne se moquait pas du tout d’elle. Au contraire, elle semblait un peu agitée lorsqu’elle avait saisi les mains de Rem, forçant la jeune fille à s’arrêter.

C’était facile pour elle de le dire. Rem, qui ne s’était jamais masturbée de sa vie, n’avait aucune idée de la façon dont cela devait se faire.

« Eh bien… tu le fais alors… S’il te plaît… ! » demanda Rem.

Rem avait saisi la princesse par les poignets et tira ses mains entre ses jambes. Bien qu’Alferez ait essayé par réflexe de se libérer, l’emprise de l’elfe était beaucoup trop forte pour être défaite si facilement.

« A-Arrête ça, espèce d’elfe insolente ! Tu me prends pour qui ? » s’écria Alferez.

« N’ai-je pas fait… la même chose pour toi… hier… ? » demanda Rem.

Rem fit appel d’une voix faible au milieu de ses lourdes respirations. Alferez semblait cependant un peu troublée. Elle n’arrêtait pas de regarder le soleil couchant à travers la petite fenêtre sur le côté de la pièce, avec une nette anxiété visible dans ses yeux.

« Cela s’en ira tout seul d’ici peu… Probablement… Alors, lâche-moi… Lâche-moi… ! » déclara Alferez.

« Probablement !? C’est quoi ces conneries !? C’est ta faute, prends tes responsabilités ! » déclara Rem.

Frustrée par l’absence de réponse de la princesse, Rem avait commencé à frotter son entrejambe contre le bras de la fille elle-même. Les lèvres de Rem s’ouvrirent, envoyant d’immenses ondes de choc dans l’esprit de l’elfe.

« Ahhhh ! »

Elle n’avait même pas honte à ce point. L’intensité des sensations était tout simplement trop forte pour elle, c’était comme si chaque muscle de son corps était sur le point de fondre. Incapable de se contrôler, Rem continua à secouer ses hanches d’avant en arrière, étalant des lignes de son miel épais et clair sur le bras pâle de la fille.

« Tiens bon… ! Arrête ça ! Ah ! Nooon... ! » s’écria Alferez.

La princesse, déraisonnablement têtue, même dans le meilleur des cas, ne pouvait plus le supporter. Au milieu de sa lutte pour arracher sa main de la main de l’autre fille, son masque avait fini par se détacher, exposant ses lèvres tremblantes. Elles étaient petites, mais toujours pleines, et avaient une belle couleur rose pâle.

« Si jolie…, » marmonna Rem à travers son halètement alors qu’elle pressait ses propres lèvres contre celles d’Alferez, presque inconsciemment. Le baiser remplissait son cœur d’un immense bonheur, bien plus grand que ce qu’elle avait gagné par le simple fait de se toucher. Le cerveau de Rem ne fonctionnait plus, elle enroulait ses bras autour du cou de l’autre fille, incapable de se concentrer sur autre chose que le goût sucré de ses lèvres.

« Ahh… Haaaa… Mmhhh…, »

« A-Arrête… ! Espèce d’elfe stupide… ! Arrête ! Si tu continues, alors… Aah... ! » s’exclama Alferez.

Les gémissements d’Aflerez se mêlèrent à ceux de Rem alors qu’elle s’efforçait de se défendre. Au fur et à mesure qu’elle le faisait, ses yeux devenaient de moins en moins concentrés, elle commençait clairement à céder. Ce liquide mystérieux avait-il aussi commencé à l’affecter ? C’était la seule conclusion que Rem avait pu en tirer avec ses dernières gouttes de raison.

« Je t’ai dit d’arrêter… On est toutes les deux des filles, on… on ne peut pas… Ahh…, » déclara Alferez.

Rem n’avait pas besoin qu’on lui dise cela, elle comprenait ce qu’elle faisait : embrasser une autre fille, et une humaine en plus. Malgré cela, elle ne ressentait pas le moindre dégoût ni la moindre répulsion.

Ses lèvres… me donnent une sensation… si bonne… bonne…

Pour la première fois de sa vie, Rem avait compris ce que c’était que de se sentir bien. Son esprit tournait, elle voulait rester comme ça pour toujours.

« Arrête… Ce n’est pas le moment… de faire ça… Ahhn ! » déclara la princesse.

La princesse gémit en touchant le bout de leur langue. Son corps s’était secoué de plaisir. Leurs langues jouaient l’une avec l’autre, se tortillant et se retournant tout autour.

« Ahh… ! Haa… ! Si bon… C’est… tellement bon… ! » déclara Rem.

« Stop… ! Laisse-moi partir… ! On n’a pas le temps… ! Aaaaaahhhh... ! » s’écria Alferez.

Contrairement à ce qu’elle disait, Alferez rendait le baiser de Rem avec la même passion intense, la tête légèrement penchée sur le côté. Leur salive s’était mélangée, faisant des bruits obscènes. Cependant, les bruits vulgaires n’avaient fait qu’exciter davantage les deux filles, et elles avaient continué à pousser leurs langues plus profondément dans la bouche de l’autre.

« Aaah... Embrasser… me fait me sentir si bien… ! » déclara Rem.

Tout ce plaisir faisait en sorte que la douleur entre les jambes de Rem devenait encore plus grande. Dans son excitation, elle saisit la cuisse d’Alferez, et commença à frotter sa fente contre elle.

« Ahh ! Aaaaahh ! Aaah ! »

Rem pouvait à peine respirer, le plaisir était tout simplement trop intense. Son dos arqué, elle haletait pour respirer, mais tout ce qui lui venait à la bouche, c’était la salive de l’autre fille. En parlant d’Alferez, quand Rem avait tiré sa cuisse contre ses parties intimes, la cuisse de Rem avait fini contre la sienne. Des vagues de douce joie couraient à travers leur corps tandis que leurs jambes tremblantes se frottaient contre l’autre l’entrejambe.

« Noooooon ! Espèce d’elfe stupide ! Si tu fais cela, alors… Aaaaaahh ! » cria Alferez.

« Mais… Mais c’est tellement… Ahh ! Aahhhh ! »

Elles s’enlaçaient, s’embrassaient, s’échauffaient de convoitise, et commençaient à s’embrasser intensément. Chaque fois que leurs visages se touchaient, Rem pouvait sentir le plaisir jaillir de son corps. Elle avait embrassé l’autre, à peine consciente qu’elle l’avait fait. Comment cela peut-il être si bon ? Son cœur battait de plus en plus vite pour la fille humaine, gémissant lourdement dans son étreinte.

Est-ce cette drogue qui fait ça ? Ou peut-être…

C’est tout ce que son cerveau avait pu faire avec cette pensée. Alferez avait aspiré sa langue plus profondément, ne remplissant la tête de Rem avec rien d’autre que du blanc.

« Mmmmhhh ! »

« Mmh ! Mmmhhhhhhh ! Ce n’est pas le moment de… Nous n’avons pas le temps de… mais… mais… ! » cria Alferez.

Alferez avait clairement perdu le contrôle d’elle-même. Elle pressa ses lèvres contre celles de Rem, serrant les vêtements de l’elfe tout en essayant de son mieux de résister au plaisir. Ses efforts furent vains, mais les deux jeunes filles inexpérimentées n’avaient aucune chance contre la convoitise impitoyable causée par la drogue. Les légers soubresauts et mouvements de la cuisse de Rem alors qu’elle frottait contre son entrejambe poussaient la fille à ses limites.

« Pas possible… ! Ah… Aaahh ! Princesse… ! Je vais… Je perds la tête… ! » cria Rem.

« Moi… Moi aussi… Noo… Nooon !! » cria Alferez.

Quelque chose avait éclaté dans sa tête et elle avait été engloutie par une lumière blanche et vive. Et pas seulement Rem, mais aussi Alferez. Leur salive mélangée s’était égouttée en un seul brin alors que les deux filles atteignaient l’orgasme simultanément, tremblantes, avec le dos arqué.

« Haa... Aah… Je… Ah… Aah... »

La libération avait permis aux filles de retrouver leur sang-froid. Eh bien, Alferez au moins, le corps de Rem tremblait encore dans l’arrière-goût de la jouissance, les yeux fermés.

« Ah… Ha… Le soleil se couche… Noo… Ne me regarde pas…, » demanda Alferez.

Mais la voix larmoyante de la princesse la ramena rapidement à la réalité. Rem s’était dit que faire cela avec une elfe devait être vraiment embarrassant pour elle, et elle s’était mise à enlacer la fille en pleurs avec l’intention de la réconforter.

« Hm… ? »

Ses mains n’avaient rencontré aucune résistance, il n’y avait rien d’autre que de l’air vide devant elles. Rem ouvrit les yeux pour se rendre compte qu’Alferez avait disparu, comme de la fumée dans l’air.

« Hein… ? Princesse ? Princesse !? » demanda Rem.

Elle s’était redressée et l’avait appelée. Quand elle l’avait fait, elle avait entendu une réponse familière.

« Miaou ~ ! »

Les yeux de Rem devinrent grands et son corps se raidit. N’était-elle pas encore revenue à la raison ? Ou avait-elle simplement perdu la raison ? Elle avait incliné la tête d’un côté à l’autre, incapable de croire ce qu’elle voyait.

Là où la princesse se tenait avant, un chat blanc avec un collier autour du cou se trouvait.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire