Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 7

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 7

Rem secoua la tête. Non, ce n’est pas moi. Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé. Elle avait pris une grande respiration et avait essayé de se reprendre.

Que s’est-il passé après qu’elle se soit évanouie ? Quand s’était-elle mise sur le lit ? Où était la princesse ? Se concentrer sur ces questions avait permis à Rem de retrouver son sang-froid. Les yeux maintenant habitués à l’obscurité, elle jeta un autre coup d’œil dans la pièce et remarqua trois lumières scintillantes juste à côté d’elle. Ils formaient un triangle à l’envers, dont les plus hauts étaient turquoises et le plus bas rouge.

« Mrrroww ~ ! »

« Eek !? »

Le triangle avait émis un bruit étrange sans avertissement, ce qui avait fait sursauter Rem. Heureusement, le lit était assez grand pour qu’elle ne tombe pas par terre, mais cela la laissait aussi beaucoup trop près pour réconforter l’objet mystérieux.

« Miaou ~ ! »

Encore un autre. Le son ressemblait à celui d’un chat qui bâillait, et cela avait fait frissonner Rem dans toute sa colonne vertébrale.

« Éloigne-toi de moi… ! Attends… C’est… un chat ? » demanda Rem.

Cela avait au moins l’air d’en être un. Rem se rapprocha le plus possible avec peur et confirma ses soupçons, un chat blanc comme neige s’était couché à côté de Rem sur le lit, presque comme s’il avait couché avec elle.

 

 

« Bon sang… Ne me fais pas peur comme ça…, » déclara Rem.

Tandis que Rem soupirait de soulagement, le chat poussa un gémissement court et irrité. Il souleva alors légèrement la mâchoire et tourna la tête, comme pour dire à Rem de regarder de cette façon. Bien qu’elle ne soit pas vraiment fan de la façon dont le chat était snob, Rem avait décidé de suivre ses instructions. Elle remarqua une cheminée sur le côté de la pièce, avec quelques braises qui brûlaient encore à l’intérieur. On aurait dit que le chat lui disait d’utiliser le feu pour allumer les chandeliers sur les murs. Rem fit ce qu’on lui avait dit, et bientôt la pièce fut éclairée à la lueur des bougies.

« Wôw, tu savais vraiment comment faire ça ? Merde, t’es malin, Rem avait fait l’éloge du chat quand elle l’avait soulevé. Maintenant qu’elle le voyait mieux, elle réalisa à quel point sa fourrure blanche comme neige était belle. Ses yeux turquoise lui rappelaient Alferez, et le collier noir autour du cou ressemblait beaucoup à celui de la fille, jusqu’à la pierre précieuse rouge qui y était incrustée.

« La princesse est ta propriétaire, hein ? … Oh, tu es une chatte ? » demanda Rem.

« Mroww ! Mrrowww ! »

Le chat n’avait pas eu l’air d’apprécier Rem après avoir vérifié son sexe, et avait lâché une rafale de griffes. L’elfe avait dû riposter de toutes ses forces pour éviter de se faire griffer.

« Allez, pas besoin d’être aussi en colère. Héhé, c’est presque comme si tu pouvais comprendre ce que je dis, » déclara Rem.

« Mrow ~ ! » répliqua le chat.

Après s’être libéré de l’emprise de Rem, le chat tourna la tête en colère et sauta sur le lit, bâillant bruyamment avant de se recroqueviller en boule. Peut-être qu’elle était simplement de mauvaise humeur, elle l’avait après tout réveillé au milieu de la nuit.

« Même le chat m’ignore…, » soupira Rem. À ce moment-là, son estomac s’était mis à grogner.

C’est vrai, de la nourriture. C’est pour ça qu’elle était entrée par effraction. Étant le manoir d’une princesse, il devait y avoir quelque chose de bien ici. Le fait qu’elle en prenne un peu n’allait blesser personne.

« Elle m’est redevable pour hier soir. C’était n’importe quoi, » murmurant cela à elle-même, Rem partit à la recherche de la cuisine, se sentant tout à fait justifiée de le faire.

« Qu’est-ce que… ? » demanda Rem.

Rem avait trouvé le garde-manger, mais ce n’était pas tout à fait ce à quoi elle s’attendait. La salle était remplie d’étagères de pain séché et de viande fumée, ainsi que de sacs de farine, quel qu’en soit l’usage. Il y avait aussi des légumes, mais ils n’avaient pas été touchés. Bien que les elfes aient généralement trouvé la vertu dans la modestie, cette sélection semblait un peu simple, même pour ses standards.

« Est-ce vraiment ce que mange une princesse humaine ? Hmm, ça pourrait aussi être ce qu’elle donne à manger à ce chat, » déclara Rem.

Elle avait aussi remarqué une pile de vaisselle sale, mais elle avait tout simplement trop faim pour s’en soucier. Tout en se léchant les lèvres, Rem tendit la main vers un morceau de pain. Cette tentative avait toutefois été écourtée.

« Mrrowww ! »

Le chat de tout à l’heure lui avait sauté dessus, atterrissant entre Rem et la nourriture. Elle grognait avec ses poils hérissés, menaçant d’attaquer la jeune fille si elle faisait un seul pas en avant. Rem savait que même les plus petits animaux pouvaient être très dangereux lorsqu’ils étaient irrités, les griffes et les crocs du chat ne devaient pas être sous-estimés. Elle avait décidé de jouer la sécurité et avait croisé les bras.

« Alors, c’est ta nourriture, hein ? Ou peut-être me dis-tu de ne pas toucher aux affaires de ta maîtresse ? » demanda Rem, sans vraiment attendre de réponse. C’était juste un chat, après tout, il n’y avait aucune chance qu’il comprenne un mot de ce qu’elle disait. Il était tout simplement impossible de mener une négociation de quelque nature que ce soit. Pendant un moment, Rem resta là, cherchant l’occasion d’arracher le pain, mais le chat n’avait pas voulu détourner son regard.

« Regarde, c’est la faute de ta maîtresse si je meurs de faim. C’est juste qu’elle partage de la nourriture avec moi. Allez, une princesse a le devoir de donner à ceux qui sont dans le besoin ! » déclara Rem.

Rem commençait à s’échauffer. Armée de ces arguments absurdes, elle avait regardé le chat dans les yeux. Peu de temps après, elle avait abandonné, et le félin était clairement plus persistant qu’elle.

« Oublie ça…, » déclara Rem.

Bien que Rem ait voulu être en colère, elle était bien trop affamée pour rassembler la volonté nécessaire pour le faire. Après avoir reconnu sa défaite, elle s’était traînée jusqu’à la chambre à coucher. Le chat la suivait, comme s’il la surveillait.

« Et je pensais que j’étais enfin libre de faire ce que je voulais…, » déclara Rem.

Rem s’était roulée sur le lit, maudissant son destin. Cependant, elle n’arrivait pas à dormir, et le fait de se réveiller au milieu de la nuit en était la cause, de même que son estomac vide. La jeune fille resta allongée dans la solitude de la nuit, se sentant complètement malheureuse.

« Réveille-toi, stupide elfe ! »

Le lendemain matin. Rem s’était réveillée au son des cris de la princesse. On aurait dit qu’elle s’était endormie. Encore très fatiguée, elle avait tiré les couvertures sur le dessus de sa tête et avait essayé d’ignorer le bruit. La fille, cependant, n’était clairement pas d’humeur à déconner, et les lui avait arrachés directement.

« Ne fais pas semblant de dormir ! Réponds-moi, comment t’es-tu échappée de ce trou ? » s’écria la princesse.

« Hein… ? Pourquoi poses-tu cette question maintenant… ? Je suis déjà sortie hier…, » déclara Rem.

Rem fixa la jeune fille aux yeux perplexes, incapable de comprendre pourquoi elle lui demandait cela un jour plus tard. Après s’être peut-être rendu compte de ce qui se passait, le visage d’Alferez était devenu rouge vif, rempli à la fois d’embarras et de frustration.

« Tais-toi ! J’ai mes propres affaires à régler ! C’est… Peu importe, sors d’ici tout de suite ! » cria Alferez.

« Hein !? Allez, laisse-moi au moins rester jusqu’à ce qu’il ne pleuve plus ! Tu me dois des excuses pour les choses dégoûtantes que tu m’as faites hier soir, » se plaignait Rem en se jetant sur le lit. Même s’il faisait un peu plus clair à l’extérieur, la pluie tombait encore à plein régime. La petite crise de colère de l’elfe était trop dure à gérer pour la princesse, et elle s’était mordu la lèvre en poussant un profond gémissement.

« Eh bien, d’accord… Mais à une condition : tu ne feras pas un pas en dehors de cette pièce ! Compris !? » demanda Alferez.

« Oui, oui, oui, » répondit Rem.

Alferez avait pointé du doigt Rem pour essayer d’avoir l’air forte. Non pas que ce soit vraiment nécessaire, l’elfe était parfaitement d’accord pour accepter les conditions de la jeune fille si cela signifiait ne pas avoir à sortir sous la pluie. Il y avait cependant une autre question qu’elle voulait résoudre si possible. C’était un problème très grave.

« Ah, c’est vrai. Je serais heureuse si tu pouvais m’apporter à manger, vu que je ne peux pas quitter cette pièce, » dit Rem, essayant d’utiliser la condition que la princesse avait elle-même posée pour demander d’autres expiations. Elle craignait devenir un peu trop méchante, mais Alferez avait simplement répondu par un petit hmph.

« Je refuse. Vas-y, crève de faim, je m’en fiche, » déclara Alferez.

Avec cette réponse brusque, la fille était sortie de la pièce. Rem regarda vers elle en étant un peu abasourdie, la princesse était beaucoup plus obstinée qu’elle ne l’avait imaginé à l’origine.

La conversation n’avait pas été complètement infructueuse, mais elle avait permis à Rem de confirmer quelque chose de vraiment important. La princesse se souvenait clairement des événements d’hier soir. Son changement massif de personnalité avait fait que Rem se demandait si elle avait simplement oublié, mais sa réaction avait confirmé que ce n’était pas le cas. De plus, elle avait même semblé un peu gênée à ce sujet.

« Quelle étrange princesse… ! » déclara Rem.

L’impression de Rem de la fille changeait chaque fois qu’elles se rencontraient. Au début, ses yeux avaient brillé d’une curiosité enfantine, puis elle s’était moquée de Rem, et maintenant elle n’avait plus de caractère. Jamais auparavant Rem n’avait rencontré une personne ayant autant de facettes différentes.

« Elle n’agit pas du tout comme une princesse…, » déclara Rem.

Il n’était pas possible que son manque de manières et d’élégance soit uniquement dû au fait qu’elle avait affaire à une elfe qui s’était introduite chez elle par effraction, elle traitait probablement toute personne qu’elle rencontrait avec le même degré d’irrespect.

« Je parie que c’est pour ça qu’elle a divorcé trois fois. Ouais, sûrement, » déclara Rem.

Elle acquiesça d’un signe de tête, tout à fait confiante dans sa conclusion arbitraire. Cependant, il y a une chose qui n’allait pas tout à fait. C’était son comportement d’hier soir lorsqu’elle s’était forcée sur Rem. Tout le reste pouvait s’expliquer par sa simplicité d’esprit et son égoïsme, mais à l’époque, elle donnait vraiment l’impression d’être une personne complètement différente. Vu la rapidité avec laquelle elle avait laissé rester Rem jusqu’à ce qu’il cesse de pleuvoir, il était possible qu’elle n’ait pas agi de façon aussi intentionnelle.

« Je me sens mal pour elle…, » déclara Rem.

Rem n’était pas vraiment la personne la plus normale. C’est peut-être la raison pour laquelle elle avait été si prompte à supposer que la princesse souffrait. Elle s’était assise sur le lit, les jambes croisées, regardant la pluie par la fenêtre tout en se demandant ce que ressentait l’autre fille.

Cependant, il ne lui avait pas fallu longtemps pour s’ennuyer. Incapable de rester assise encore plus longtemps, elle se promenait dans la chambre et se roulait sur le lit, essayant de trouver un moyen de passer le temps.

« Merde ! C’est encore plus ennuyeux que de garder l’Arbre des Origines ! » s’écria Rem.

Voulant tenir sa promesse, Rem avait enduré tout l’après-midi. C’était maintenant le soir, cependant, et elle commençait à atteindre son point de rupture.

« Qu’est-ce qui ne va pas chez elle !? Elle ne m’apportera même pas une tranche de pain !? Je retire ce que j’ai dit, je ne me sens plus du tout mal pour elle ! » déclara Rem.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire