Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 5

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 5

Rem resta figée sur place, regardant la jeune fille, stupéfaite. Malgré sa question, elle avait une vague idée de ce qui se passait. Quand Rem était plus jeune, elle avait accidentellement vu un couple marié faire l’amour. Bien qu’elle ne l’ait jamais fait elle-même, elle était aussi consciente de la masturbation. Néanmoins, les elfes étaient généralement assez indifférents au sexe, cela n’avait aucun sens pour eux en dehors de faire des enfants.

Cependant, cela n’était pas vraiment important quant à la façon dont Rem avait connu le sexe, face à ce qui se passait là. Un bruit constant d’humidité était émis par les parties intimes de la jeune fille, ses jambes tremblant chaque fois qu’elle bougeait ses doigts. De plus, ses gémissements lourds semblaient complètement déplacés venant de la bouche d’une noble princesse.

Je ne devrais pas regarder ça… ! se dit Rem paniquée. Qu’il s’agisse d’un être humain ou d’un elfe, le sexe était quelque chose qui devait toujours se faire en privé. La jeune fille serait sans doute très gênée si elle savait qu’on la surveille.

« Ahhn ! Aah… Ha… Aaahh ! »

Rem savait qu’elle devait partir, mais son corps ne bougeait pas. Ses jambes étaient gelées sur place, comme envoûtée par la voix de la fille. Tandis qu’elle se tenait là et regardait, les choses continuaient à devenir encore plus étranges.

« Ah… Pas possible… Ahh ! Mes doigts… ne s’arrêtent pas… ! »

Chaque fois que l’un des cris d’Alferez frappait les oreilles de Rem, elle sentait une étincelle au fond d’elle. Son entrejambe commençait à palpiter, comme s’il résonnait avec les gémissements de la fille. Rem essaya de frotter l’intérieur de ses cuisses ensemble, mais c’était loin d’être suffisant pour calmer la sensation. Cela n’avait fait que devenir de plus en plus fort, à tel point qu’elle avait été forcée de saisir son entrejambe avec ses deux mains.

Est-ce que c’est une sorte de… sort magique… ? Est-ce que sa voix fait… quelque chose à mon corps… ?

C’était la seule explication possible à laquelle Rem pouvait penser. Sinon, pourquoi voir une autre personne se masturber ferait-elle réagir son corps d’une manière aussi bizarre ? Ses genoux tremblaient, ne pouvant plus supporter son corps. Tandis que l’arc lui glissait sur le dos, Rem s’effondra à quatre pattes.

« Haa... Haa... »

Elle sentait sa poitrine se serrer, et pouvait à peine respirer. Ses membres lui semblaient faibles. Malgré cela, elle n’arrêtait pas de ramper vers la fille, comme si elle était attirée par sa voix.

« … !! »

Tandis que Rem levait la tête au milieu d’un halètement, elle vit quelque chose de complètement inattendu, les jambes de la princesse étaient grandes ouvertes devant elle, exposant pleinement ses parties génitales. Ils scintillaient d’humidité, s’ouvrant comme les lèvres d’une bouche quand la jeune fille les remuait avec ses doigts. Rem s’étonna de l’obscénité de la vue qu’elle avait devant les yeux. Comme on pouvait s’y attendre, c’était la première fois qu’elle voyait les parties intimes de quelqu’un d’autre de près.

« Ahhhh… Hein… ? Tu es… »

Tout comme l’autre fille, Alferez avait levé la tête. Alors que ses yeux rencontraient ceux de Rem, maintenant raidis par le choc, un petit sourire s’était formé sur le visage de la jeune fille, beaucoup moins innocent que quand elles s’étaient rencontrées la première fois. Elle n’avait pas l’air en colère, ni même surpris que Rem se soit échappé du trou, mais plutôt… heureuse. Des frissons avaient remonté la colonne vertébrale de Rem, et elle s’était immédiatement excusée.

« Je suis… Je suis vraiment désolée ! »

Rem avait peur. Elle savait que quelque chose de terrible allait arriver. Si seulement elle s’était enfuie quand elle en avait l’occasion… Elle avait tenté de se retourner en panique, mais ses genoux étaient encore trop faibles pour la soutenir, et elle était simplement tombée sur le dos. L’impact avait fait fermer les yeux de Rem par réflexe, et quand elle les avait ouverts, un petit gémissement s’était échappé de sa bouche.

« Eek... !? »

Le visage d’Alferez était maintenant juste devant celui de Rem. Quand la fille s’était-elle rapprochée d’elle ? À quatre pattes au-dessus d’elle, Alferez avait forcé Rem à rester au sol.

« Quelle vilaine petite fille tu es... Comment t’es-tu échappée ? » déclara Alferez.

Les yeux rétrécis de la princesse débordaient de convoitise, et elle se léchait les lèvres comme une bête ayant attrapé sa proie. Rem, la proie, était complètement ensorcelée par l’éclat séduisant de ses yeux, incapable de bouger un muscle.

« Ça mérite une punition, tu ne crois pas ? » dit-elle lentement en passant son index sur le menton de Rem. Sa peau était si chaude, et ce n’était pas tout. Sa respiration lourde dégageait le même doux parfum que Rem avait senti en montant les escaliers. Comme elle sentait son esprit ralentir, tout ce qu’elle pouvait faire était de s’excuser, que la fille l’écoute ou non, c’était une tout autre histoire.

« Je suis… Je suis tellement… désolée…, » déclara Rem.

Alferez continuait à se pencher de plus en plus près de la fille sans défense sous elle. Incapable de s’échapper, Rem ne pouvait que fermer les yeux.

« Eek... !? »

Rem sentit quelque chose d’humide la toucher, et cela lui fit ouvrir instantanément les yeux. Ce que quelque chose était la langue d’Alferez, se déplaçant lentement le long de son cou. Le corps de Rem était encore gelé, les doigts serrés contre le tapis en dessous d’elle.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Ahh ! » s’exclama Rem.

Rem avait été interrompue par la main d’Alferez qui avait soudainement touché sa poitrine. Elle ouvrit le gilet de Rem et commença à masser ses seins en faisant des mouvements circulaires. Encore plus de frissons remontèrent la colonne vertébrale de Rem alors que son corps se pliait en une légère voûte.

Qu’est-ce qui ne va pas chez elle !?

La princesse semblait être une personne complètement différente de ce qu’elle était avant. Le sourire sur son visage devint encore plus obscène alors qu’elle continuait à caresser le corps de la fille sans défense coincée sous elle. Alferez avait encerclé doucement le sein de Rem du bout des doigts, provoquant un léger mouvement de tortillement chez le corps de la jeune fille.

« Oh mon Dieu, tu ne portes rien pour cacher ta poitrine ? Comme c’est vilain… Hehehehe… Je peux sentir tes mamelons devenir durs…, » déclara Alferez.

« Mes tétons ! » Rem avait grincé sous le choc. Ce n’était certainement pas un mot qu’elle s’attendait à entendre de la bouche d’une princesse. Elle avait cependant raison. Les pointes des seins de Rem devenaient en effet de plus en plus raides, à tel point qu’elles étaient même un peu douloureuses. Pendant qu’Alferez continuait à les caresser, une douce sensation de picotement s’était répandue sur le corps de Rem.

Qu’est-ce qui se passait ? Rem n’en avait aucune idée. Elle était totalement confuse, en partie par le changement soudain de personnalité de la princesse, mais surtout par son propre corps. Bien qu’elle sache que le sexe était une chose, elle n’avait aucune idée de ce que c’était dans la réalité. De même, alors que Rem avait compris que la jeune fille la caressait de manière sexuelle, les sensations qui en résultaient étaient quelque chose qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant dans toute sa vie. Elle ne savait pas comment y faire face.

« S’il vous plaît… Arrêtez… Ahn ! » demanda Rem.

Alferez avait encore léché le cou de Rem. Jamais la fille n’avait su à quel point cette partie de son corps était sensible. Des gémissements commencèrent à s’échapper de sa bouche, tout comme ceux de la princesse. Tandis que le corps de Rem se bloquait en raison de la honte, Alferez se pencha et lui murmura à l’oreille.

« Reste tranquille… Je vais te faire sentir vraiment bien…, » déclara Alferez.

« Me-me faire me sentir bien… ? » demanda Rem.

L’haleine de la fille était douce. Rem avait senti sa conscience s’évanouir. Une compagne qu’elle connaissait à peine touchait son corps, mais pourquoi était-ce si… agréable ?

« Ouais… Il y a tellement de façons différentes pour une fille de se sentir bien…, » déclara Alferez.

Ses doux chuchotements résonnaient dans la tête de Rem. Complètement captivée par les yeux de rosée de la jeune fille, elle n’avait pas pu détourner son regard, les deux filles se regardaient tout simplement l’une et l’autre. Inconnues, de douces sensations avaient commencé à se répandre dans le corps de Rem.

Reprends-toi ! C’est un autre de ses sorts magiques…

Rem savait qu’elle devait s’échapper avant qu’il ne soit trop tard. Même ainsi, son corps ne bougeait pas, il ne voulait pas être séparé de la langue et des doigts d’Alferez, presque comme s’il avait un esprit qui lui était propre. Comme si elle le sentait, la princesse glissa ses doigts entre les jambes de Rem.

« Quoi !? » demanda Rem.

« Au moins, tu portes des sous-vêtements ici… Oh, mon Dieu, regarde-moi ça… Tu es déjà mouillée…, » déclara Alferez.

« Hein… ? “Mouillée”… ? Qu’est-ce que tu… ? » demanda Rem.

La voix d’Alferez était presque moqueuse alors qu’elle caressait le centre de la culotte de Rem du bout des doigts. L’immense honte d’avoir ses parties intimes touchées par une autre personne ne laissa pas le temps à Rem de se demander ce que la jeune fille avait voulu dire. Cependant, alors que la main d’Alferez glissait à l’intérieur du tissu et que Rem entendait un bruit familier d’humidité, elle se souvint instantanément du liquide qu’elle avait vu déborder des organes génitaux de la Princesse quelques instants auparavant.

Est-ce que la même chose… est en train de m’arriver… ?

Rem n’avait jamais pris le temps d’examiner à quoi elle ressemblait en bas, et ne pouvait donc pas vraiment imaginer ce qui se passait. Eh bien, ce n’est pas comme si elle avait eu le temps d’y penser, un seul doigt d’Alferez glissant sur sa fente avait fait que la tête de Rem s’était remplie de sensations plus fortes qu’elle ne l’avait jamais ressenti.

« Hyaaaaaaah !? » cria Rem.

Elle avait émis un grincement aiguisé. Son dos se souleva légèrement du sol, comme pris dans une énorme rafale.

« Qu’est-ce que vous avez… ? » demanda Rem.

« Hehe... Ça fait tellement de bien quand je te touche ici, n’est-ce pas… ? Juste ici…, » déclara la princesse.

« Ahh ! Arrêtez ! Uhhh… ! Hnnh… ! Hnggh... ! » cria Rem.

Pendant qu’Alferez continuait à glisser son doigt vers le haut et vers le bas le long de la fente de Rem, la fille sentit le picotement sucré qui engloutissait tout son corps, comme si elle était caressée par un nombre incalculable de mains. Bien que la princesse n’utilisait encore que le bout de ses doigts, cela suffisait à faire trembler Rem. Son corps n’était plus le sien, malgré tous les efforts de Rem, elle ne pouvait tout simplement pas empêcher ses hanches de bouger de haut en bas, comme les mouvements de la main d’Alferez. Elle était marionnettiste, et Rem était sa marionnette.

« Noo... Pourquoi cela… ? Aaaaah ! » s’exclama Rem.

Pourquoi son corps ne l’écouterait-il pas ? Rem n’en avait aucune idée. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était de balancer sa tête d’un côté à l’autre.

« Ah ! Ah… Ah ! Ahh ! »

Elle ne cessait de gémir. Elle n’avait pas pu les arrêter. Pendant ce temps, Alferez attrapa la partie supérieure de la robe de Rem et la descendit jusqu’en bas.

« Eek... !? »

De plus, elle avait pris l’un des mamelons maintenant exposés de Rem dans sa bouche et avait commencé à le sucer. La jeune elfe choquée n’avait même pas eu le temps de crier correctement.

« Hyaaaahh !? »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire