Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 4

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 4

Il n’y a pas eu d’erreur. Bien que leurs chemins ne se soient croisés qu’un instant, les beaux yeux turquoise et les lèvres rose pâle de la jeune fille étaient frais dans la mémoire de Rem. Elle avait enlevé sa tiare, mais le collier noir était encore attaché autour de son cou, avec sa pierre précieuse rouge brillante à la lumière de la bougie. Rem n’était pas sûre de revoir la fille et ne s’attendait certainement pas à ce que cela se produise si tôt.

Cependant, elle semblait bien différente de celle d’hier. Son sourire éclatant avait été remplacé par un froncement de sourcils, et l’éclat de la curiosité dans ses yeux avait disparu. Il était clair qu’elle était fatiguée, réussissant à peine à garder les yeux ouverts.

« Princesse, êtes-vous la propriétaire de ce manoir ? » interrogea Rem, se demandant ce qui avait causé ce changement.

« Oui, en effet. C’est ma maison de vacances. Êtes-vous entrée ici sans le savoir ? Je n’ai jamais vu une voleuse aussi stupide, » déclara la princesse.

« Je ne suis pas une voleuse ! » répondit Rem.

« Oui, oui, bien sûr que non. C’est ce qu’ils disent tous. Vous ne pensez pas vraiment que je me laisserais avoir par ça, n’est-ce pas ? » demanda la princesse.

Rem avait essayé de protester, mais la jeune fille avait simplement agité la main, comme si elle se moquait d’elle. Elle avait décidé que Rem était une voleuse et qu’elle n’écouterait pas un seul mot de ce qu’elle avait à dire. Assise au fond du trou, Rem avait serré ses dents, bouillant de colère.

« Ce manoir est rempli de pièges de toutes sortes pour éloigner les cambrioleurs comme vous, et pourtant vous avez réussi à vous retrouver dans le plus basique d’entre eux. Tout à fait approprié, je suppose, un piège stupide pour une voleuse stupide, » déclara la princesse.

Une fois de plus, elle avait traité Rem d’idiote. Il y a quelques heures à peine, Rem s’était demandé pourquoi les humains étaient aussi bêtes qu’eux, et maintenant elle se faisait insulter par l’un d’eux. Elle ne pouvait plus le supporter. Les deux poings en l’air, elle avait crié.

« Écoutez-moi, idiote ! Je ne suis pas une voleuse ! Est-ce que cette mignonne petite elfe ressemble vraiment à une vilaine canaille selon vous ? »

« Une elfe ? » demanda la princesse.

Rem avait réalisé son erreur trop tard. La fille avait fait briller la faible lumière de la bougie plus profondément dans le trou, comme si elle essayait de vérifier le visage de Rem.

« Ah, je vous reconnais ! Vous êtes la personne qui a sauté par-dessus ma voiture l’autre jour, n’est-ce pas ? Si je me souviens bien, vous vous enfuyiez après avoir volé quelque chose dans un magasin… Alors, vous êtes vraiment une voleuse ! » déclara la princesse.

Une elfe et une princesse, deux créatures uniques en leur genre. C’était naturel qu’elles se souviennent l’une de l’autre. Pourtant, les choses semblaient assez sombres pour Rem. Non seulement la princesse était pleinement convaincue de son vol, mais elle savait maintenant que Rem n’était même pas de la même race qu’elle. Rem avait dégluti, effrayée à l’idée du destin qui l’attendait.

Mais elle avait dû cacher sa peur. Essayant d’avoir l’air aussi confiante que possible, Rem avait prononcé son prénom.

« Je m’appelle Rem ! Je jure sur ma fierté d’elfe que je n’ai aucune hostilité envers vous ! » déclara Rem.

Rem n’était pas vraiment fière de sa race. Elle devait essayer, cependant. Comment pourrait-elle affronter sa mère au ciel si elle mourait comme une voleuse ? La princesse, manifestement ignorante de ce fait, semblait plus ennuyée qu’autre chose, et poussa un soupir lourd.

« Oh mon Dieu, quel ennui… Quoi qu’il en soit, depuis que vous vous êtes présentée, je le ferai aussi, même si c’est à une voleuse. Je suis Alferez Viltela, la princesse aînée de cette terre, » déclara la princesse.

« Al... fe… Vil… ? » demanda Rem.

Le nom long avait quitté la bouche de la fille beaucoup trop vite pour que Rem le traite. Regardant la lutte de l’elfe alors qu’elle tentait désespérément de la réciter, Alferez poussa un soupir encore plus fort que le précédent.

« Vous n’avez pas besoin de vous soucier de le mémoriser. Même si vous dites être une elfe fière ou quoique vous puissiez être, le fait est que vous vous êtes faufilée dans la chambre d’une princesse. Ou bien ai-je tort ? » demanda Alferez.

Elle avait raison. Incapable de contrer sa revendication, le bluff de Rem s’était instantanément effondré, et elle avait fait la moue dans la défaite.

« Quoi qu’il en soit, je suis de mauvaise humeur en ce moment, et je n’ai pas l’intention de rester debout toute la nuit pour vous tenir compagnie. Bon sang… Pourquoi fallait-il que cela se produise tout de suite… ? » demanda Alferez.

« Tout de suite ? Ai-je interrompu quelque chose ? » demanda Rem, simplement par curiosité. Comme il ne s’agissait que d’une question innocente, elle avait été très surprise par la réaction féroce d’Alferez. Le visage de la jeune fille était instantanément devenu rouge vif, et ses lèvres avaient commencé à trembler. Les yeux qu’elle avait eu du mal à garder ouverts il y a quelques instants étaient maintenant grands ouverts et bougeaient nerveusement, comme pour éviter le regard de Rem.

« N-N -N-Non, vous ne l’avez pas fait !! » s’écria Alferez.

« Je ne l’ai pas fait ? Ça ne ressemble pas du tout à ça…, » dit Rem, en inclinant légèrement la tête sur le côté. Cet « interrogatoire pointu » avait fait craquer Alferez.

« Taisez-vous ! Comment une sale voleuse d’elfes ose-t-elle me parler ainsi !? Je vous donnerai aux soldats après-demain, alors asseyez-vous là d’ici là ! » déclara Alferez.

« Ah bon… ! Attendez ! » demanda Rem.

Rem avait paniqué, et avait supplié la fille de reconsidérer sa décision. Cependant, l’esprit d’Alferez était décidé. Elle avait pris du recul par rapport au trou pour cacher son rougissement intense, sortant de la vue de Rem. Un claquement de porte bruyant plus tard, la fille était partie.

« Attendezzzz ! Laissez-moi sortir de là ! » cria Rem.

Peu importe à quel point elle pleurait et criait, il ne semblait pas que la fille allait revenir. Tout ce que Rem voulait, c’était un abri. Pourquoi ça s’est passé comme ça ? Elle avait supposé qu’on aurait pu dire que c’était aussi une forme d’abri. Elle n’avait même pas la place de s’asseoir, et elle avait été forcée de se tenir debout.

« Maintenant, comment je sors d’ici… ? » se demanda Rem.

Dans des circonstances normales, Rem aurait pu facilement sauter. Cependant, le trou était beaucoup trop étroit pour qu’elle puisse prendre de la vitesse. Elle avait aussi essayé de grimper aux murs de bois, mais ils avaient été polis, et ses mains avaient simplement glissé. Rem avait réfléchi un moment, puis sortit son arc et posa une flèche sur la corde. Bien qu’il n’y avait pas assez de place pour qu’elle puisse tirer son coude en arrière jusqu’au bout, c’était plus qu’assez pour propulser la flèche sur la distance qu’elle avait en tête. Elle avait relâché la ficelle, ce qui avait fait que la flèche s’était logée profondément dans la paroi du trou de piège, à mi-chemin environ du sommet. Après quelques tirs de plus, Rem sauta aussi haut qu’elle le pouvait, tenant une flèche de plus dans sa main.

« D’accord… d’accord ! »

Elle avait poignardé la flèche dans le mur aussi fort qu’elle le pouvait. Utilisant son élan, elle avait tiré son corps vers le haut, tout en utilisant simultanément ses pieds pour frapper le mur en dessous d’elle. Elle avait alors saisi l’une des flèches qu’elle avait tirées plus tôt, se tirant toujours plus haut. Bien sûr, aussi légère qu’ait été Rem, des flèches aussi fines n’auraient jamais pu supporter tout le poids de son corps. Cependant, tant qu’elle était en mouvement, ils n’en avaient pas besoin. Elle avait donné un dernier coup de pied dans le mur et était sortie du trou en faisant un léger arc de cercle. « Et c’est comme ça qu’on fait ! »

Rem était honnêtement surprise de voir à quel point son plan avait bien fonctionné. « J’aimerais bien voir un humain faire la même chose, » gloussait-elle. Elle ne pouvait pas baisser sa garde, car il y avait peut-être encore plus de pièges dans la pièce. Heureusement qu’il n’y en avait pas, Rem serait probablement morte de honte si la princesse l’avait vue tomber dans un autre piège.

« C’est à son tour d’être humiliée ! » déclara Rem.

Alors que la princesse avait toutes les raisons d’être en colère, sa maison avait été cambriolée après tout, la façon dont elle s’était moquée de Rem était tout simplement impardonnable.

« Elle m’a traitée idiote non pas une fois, mais deux fois ! Je ne laisserai pas faire ça ! » déclara Rem.

Alimentée par une rage mesquine, Rem poussa la porte qu’Alferez avait franchie, complètement décidée à se venger. Bien que s’aventurer plus profondément dans le manoir ait pu sembler risqué pour certains, Rem était presque certaine qu’il n’y avait pas de gardes ici. S’il y en avait, alors pourquoi le manoir devrait-il être « rempli de pièges de toutes sortes » ? Il y avait aussi une autre raison.

« Elle a dit qu’elle me remettrait aux soldats après-demain, » déclara Rem.

En d’autres termes, jusque-là, tout ce qu’elle pouvait faire était de garder Rem captive.

« Pour une princesse, c’est sûr qu’elle est une marionnette, oubliant des détails si importants. Ou devrais-je dire, une “idiote”. Hehe ! » déclara Rem.

Rem ne pensait pas que la princesse était ici toute seule, bien sûr, juste que les gens avec elle étaient probablement des serviteurs et tout ça. Avec sa garde toujours levée au cas où, elle cherchait une pièce qui semblait appartenir à Alferez.

Cependant, le manoir s’était avéré encore plus grand qu’il n’y paraissait de l’extérieur. Les couloirs étaient longs et larges, et le nombre de pièces était tout simplement fou. Pour empirer les choses, Rem devait maintenant faire attention aux pièges, ce qui l’obligeait à se déplacer à la vitesse d’un escargot.

Après ce qui semblait être une éternité, Rem avait à peine réussi à fouiller les deux premiers étages. L’enthousiasme qu’elle avait ressenti avait disparu, et vouloir se venger semblait de plus en plus absurde, elle était après tout entrée par effraction.

« Je ne peux pas la laisser s’en tirer comme ça… Mais…, » Rem gémit, incapable d’évacuer sa colère. Partir avant que quelqu’un ne remarque qu’elle s’était échappée aurait probablement été la chose intelligente à faire ici. Cependant, ce n’était pas une option, et quelque chose avait attiré son attention.

Rem sentit une douce odeur venant d’en haut, l’attirant comme une mouche dans le miel.

« Ah ! Aaaaaaaaahn ! »

Alors que Rem montait l’escalier menant au troisième étage, elle entendit un étrange cri résonner dans les couloirs. Elle sauta du choc et tourna immédiatement la tête dans la direction du bruit.

Qu-Qu-Qu-Quoi !?

Rem avait à peine réussi à s’empêcher de crier à haute voix. Son esprit était dans un chaos total. La toute première chose qu’elle avait vue en tournant la tête, c’était les jambes pâles d’Alferez. La jeune fille était allongée sur le dos sur le tapis rouge qui couvrait le couloir, essayant de retenir désespérément sa voix, elle n’y parvenait pas. Ses deux genoux étaient dirigés vers le plafond, ce qui avait fait que l’ourlet de sa robe blanche et soyeuse s’était dangereusement élevé.

« Mmh… Aah… Ahh… Haaaa... »

Ce n’était pas tout. Sa main droite reposait entre ses jambes mal écartées, ses doigts se déplaçant intensément contre ses parties intimes, tandis que la main gauche massait ses seins à travers sa robe.

« Qu’est-ce qu’elle est… ? » demanda Rem.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire