Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 2

La nuit, cinq jours avant le festival vicennal. Il était temps que le plan de Rem soit mis en œuvre.

Les préparatifs pour le festival se déroulaient sans accroc. Les villageois étaient également enthousiasmés par la cérémonie de mariage de la fille d’Amita, qui devait précéder l’événement. Tout le monde était invité, sauf Rem. Le mouton noir de la famille ne pourrait-il pas être là pour gâcher tout le plaisir ? Pour une fois, elle était heureuse d’être traitée de cette façon. Presque tout le village serait rassemblé en un seul endroit, ce qui lui donnerait l’occasion parfaite de s’échapper sans se faire remarquer.

Après avoir laissé une lettre qu’elle avait déjà écrite sur le bureau de sa tante, Rem avait commencé à se diriger vers l’une des fissures dans les murs entourant le village qu’elle connaissait et qui menaient au monde extérieur. Avec une petite épée à la hanche, un arc et un carquois sur le dos, le corps enveloppé d’un manteau à capuche, elle traversa rapidement le village.

Les bruits des célébrations devenaient de plus en plus faibles à chaque pas qu’elle faisait. Elle n’avait cependant aucun regret. Au contraire, pour la première fois de sa vie, elle se sentait vraiment libre. Cette excitation sans précédent avait poussé Rem à augmenter un peu sa vitesse de marche. À ce moment-là, elle se souvint d’une chose très importante qu’elle avait oubliée, et décida de faire un petit détour. Cachée dans un bosquet de petits arbres se dressait une simple pierre tombale, séparée du reste des tombes. C’était là que se trouvait sa mère. Rem était venue lui faire ses adieux.

« Au revoir, maman… Si… jamais je reviens, je promets de le faire avec mon autre… ma mère humaine… »

Elle était certaine que sa mère humaine voulait aussi la rencontrer. Utilisant cela pour justifier sa fuite, Rem essuya ses larmes et quitta la forêt des elfes.

***

Mais partir dans un monde inconnu ne s’était pas avéré être une mince affaire.

Il avait fallu pas moins de cinq jours à Rem pour sortir de la forêt, principalement à cause des nuages de pluie qui bloquaient sa vue du soleil et qui l’empêchaient de voir où elle allait en conséquence. La nourriture qu’elle avait préparée était également épuisée, et elle avait dû passer beaucoup de temps à chercher des noix et des baies à manger.

Rem passait ses nuits à dormir dans les arbres, constamment sur ses gardes au cas où un animal sauvage l’attaquerait, et ses journées à chercher de la nourriture. Elle n’avait pas l’impression de faire de réels progrès et son corps était sur le point d’abandonner. Bien qu’elle ait essayé de le nier, Rem se sentait impuissante. Personne n’allait la sauver. Malgré tout, l’idée de revenir en arrière ne lui avait jamais traversé l’esprit ; sa souffrance actuelle n’était rien comparée à l’humiliation sans fin et écrasante à laquelle elle serait confrontée si elle revenait au village.

Plus elle s’éloignait du village, plus le paysage autour d’elle changeait. Les arbres ici étaient beaucoup plus petits que les arbres géants de chez nous. Et puis, elle avait finalement atteint la lisière de la forêt. Rem fut stupéfaite de la vue qui s’étendait devant ses yeux.

Il n’y avait pas d’arbres, juste des champs à perte de vue. Elle était à court de mots. Bien que Rem ait entendu parler d’une chose appelée « horizon » au village, le voir par elle-même n’était qu’une autre chose. Cependant, cette sensation de crainte avait rapidement été remplacée par quelque chose d’autre, la peur des bêtes. Il n’y avait aucun endroit où se cacher. Elle avait décidé d’attendre la nuit avant d’aller de l’avant.

Cependant, il ne lui avait pas fallu longtemps pour s’habituer à son nouvel environnement, et bientôt, elle avait aussi pu marcher pendant la journée.

Les premiers humains que Rem avait vus étaient des fermiers travaillant dans ce qui semblait être un verger. Ils ne semblaient pas si différents des elfes au début, mais ce qui avait attiré son attention, c’était la forme de leurs oreilles. Elles étaient assez courtes et surtout rondes. D’après les livres qu’elle avait lus, elle savait qu’ils seraient différents, mais pas si différents.

Leur physique était aussi étonnamment distinct. En regardant leurs corps larges et musclés, Rem s’était rendu compte à quel point les elfes étaient vraiment minces. Ce serait sans doute insignifiant pour eux de la ramasser et de la briser en deux. Bien qu’à moitié humaine, Rem comprit qu’elle était comme n’importe quel autre elfe pour eux.

Si un humain te trouve un jour, il te tuera.

Les mots de sa tante se précipitèrent dans son esprit. Elle passa la nuit suivante complètement éveillée, tremblant dans un creux d’arbre.

Malgré tout, elle n’avait aucun regret.

« C’est vrai. Je n’ai vu que ce à quoi les humains ressemblent. Il est trop tôt pour avoir peur, je n’ai même pas encore essayé de communiquer avec eux, » murmura-t-elle.

Rem était déjà debout quand le soleil s’était levé le lendemain matin, avec sa stratégie pour en apprendre plus sur les humains en plein essor. La première étape consistait à observer leur comportement à partir d’une cachette sûre. Elle avait été capable de comprendre relativement bien leur discours, peut-être parce qu’ils vivaient si près du village des elfes. Le simple fait de savoir qu’une communication mutuelle était possible avait fait des merveilles pour apaiser ses craintes.

Au début, Rem « empruntait » de la nourriture aux fermes, mais il avait vite appris qu’il y avait des endroits qui la fournissaient. Utilisant la robe pour cacher son corps et ses oreilles, elle avait pu se procurer du pain et de la soupe. Cependant, c’est là que les problèmes avaient commencé. Car pour le dire franchement, Rem n’avait pas d’argent humain. Quand on lui avait demandé un paiement, elle avait paniqué et avait commencé à courir pour sauver sa vie, avec toutes sortes de malédictions l’appelant « voleuse » jetée après elle. Elle avait réussi à s’échapper, heureusement. Trois jours s’étaient écoulés depuis et elle n’avait toujours rien mangé.

« Whoa… »

Rem ne pouvait pas croire la vue se trouvant devant ses yeux. La première chose qu’elle avait vue en sortant d’une petite forêt qu’elle avait traversée, c’était d’énormes murs de la ville. Ils entouraient une colline, au sommet de laquelle se dressait un imposant château aux murs blancs et aux multiples tours, le tout coiffé de toits pointus et bleus. Bien que Rem ait entendu parler d’un château aussi puissant dans la capitale des elfes, son village natal n’était qu’une petite ville rurale, composée uniquement de maisons simples construites à partir de choses que l’on trouve naturellement dans la forêt. C’était de loin le plus grand bâtiment qu’elle ait jamais vu.

« E-Eh bien, c’est encore plus petit que l’Arbre des Origines…, » elle murmura en prétendant qu’elle n’était pas complètement dépassée par sa taille. Cependant, aussi grand que le château fût, les murs eux-mêmes n’étaient pas si hauts que ça. Ces derniers jours, Rem avait appris que si les humains étaient incroyablement forts, ils étaient beaucoup moins agiles que les elfes. Ces murs étaient probablement conçus pour être impossibles à escalader pour un humain.

« Mais pour moi, c’est du gâteau ! Hehe ! »

Il y avait des soldats stationnés près de la porte, qui vérifiaient tous ceux qui passaient par là. Naturellement, Rem n’avait pas l’intention d’y aller à pied. Ayant trouvé une place près du mur sans personne autour d’elle, elle posa son pied sur l’une des nombreuses pierres qui en sortaient et après avoir compté jusqu’à trois, puis elle fit un grand bond en avant.

« Nous y voilà ! »

Après quelques sauts de plus, Rem avait atteint le sommet du mur. De là, elle aperçut de grands buissons qu’elle utilisa pour assurer un atterrissage en toute sécurité en descendant. Et juste comme ça, elle était dedans.

Rem avait ramené la capuche au-dessus de sa tête. Elle était arrivée jusque-là sans que personne ne se rende compte qu’elle était une elfe. Il y avait beaucoup de choses qu’elle avait apprises au cours des derniers jours, l’une d’elles étant qu’il suffisait de se couvrir les oreilles pour se promener sans éveiller les soupçons.

« Ça se passe plutôt bien… je peux probablement bouger un peu plus audacieusement et être encore correct, » déclara-t-elle.

Elle avait fait un petit rire. Incapable de réprimer sa curiosité, elle avait trotté vers la ville.

« Oooooh... »

Rem regarda la rue principale de la ville avec admiration. Ce n’était rien du tout comme son village, ou celui des autres villages humains qu’elle avait vus. Il y avait partout des bâtiments de trois étages en pierre, avec des toits rouge vif et orange. Les larges rues étaient légèrement inclinées vers le haut, conduisant au château susmentionné qui dominait la ville.

Le nombre de personnes dépassait tout ce qu’elle avait vu. Il y avait des gens partout où vous regardiez, et elle pouvait à peine entendre ses propres pensées à cause du bavardage constant. C’était beaucoup trop pour ses oreilles sensibles d’elfe, et l’anxiété qu’elle avait réussi à maintenir commençait à refaire surface.

« Incroyable… C’est l’une de ces villes au château, hein ? »

Bien que Rem aurait certainement préféré qu’il y ait plus d’éléments naturels au lieu que tout soit fait par l’homme, et le nombre de nouvelles choses qu’elle n’avait jamais vues auparavant lui faisait tourner la tête. Elle avait passé un certain temps à se promener, essayant d’assimiler tout ce qu’elle voyait, quand tout à coup elle avait été arrêtée sur ses pas par une voix forte qui venait de derrière elle :

« Hé, mademoiselle ! Viens manger ça ! »

Rem avait un peu sursauté, tombante presque au sol. Les lèvres tremblantes de peur, elle tourna la tête vers la voix. Il y avait là un chariot de nourriture, chargé d’un nombre incalculable de fruits. Un grand homme barbu, dont Rem pensait qu’il était le propriétaire, se tenait à côté de lui, tenant un fruit rouge vif. Elle n’avait rien mangé depuis trois jours, et le simple fait de penser à la nourriture lui mettait l’eau à la bouche. Rem était sur le point de tendre la main, quand elle se souvint soudain de quelque chose de très important.

« Désolée… Je reviens tout juste de la campagne… Je n’ai pas d’argent…, » déclara Rem.

« Hahaha, je le savais ! Je l’ai vu à ta façon de marcher. Bref, désolé de t’avoir fait peur. Tu peux l’avoir gratuitement en guise d’excuses, » déclara l’homme.

« Hein… ? Pour de vrai !? » demanda Rem.

Incapable de croire ce qu’elle venait d’entendre, les yeux de Rem rebondirent entre le fruit et l’homme qui le tenait. Il hocha la tête avec un sourire éclatant et, sans hésitation, Rem prit le fruit de sa main.

Les humains de ce genre existent-ils vraiment ?

Bien que l’homme avait l’air effrayant, s’il voulait donner à Rem quelque chose à manger gratuitement, il devait être une bonne personne.

Donc tout ce truc du « tout comme les elfes détestent les humains, les humains nous détestent » n’est probablement pas vrai non plus, hein ?

Sa tante et les autres n’avaient jamais vraiment quitté le village. Leurs opinions sur les humains n’étaient probablement fondées que sur des rumeurs sauvages et exagérées. C’est ce que Rem avait commencé à penser. Tout à coup, elle était remplie d’espoir et d’optimisme. Elle se sentait plus en sécurité qu’avant, sachant qu’elle comprenait suffisamment la langue humaine pour avoir des conversations complètes avec eux.

Cependant, ces pensées pourraient attendre. Le fruit délicieux devant elle avait toute son attention.

« Bon appétit ! »

Des jus sucrés remplissaient la bouche de Rem alors que ses dents mordaient dans la peau rouge. Ça avait le goût du paradis. Cependant, au moment où elle ouvrit grand la bouche, sur le point de prendre la plus grosse bouchée de sa vie, elle entendit quelque chose se passer derrière elle. La mer de gens inondant la rue principale s’était soudainement séparée, comme si elle avait déblayé la route.

« Oh ! La princesse est-elle revenue ? »

« Princesse ? »

Essayant de voir ce que le vendeur de fruits regardait, Rem entendit le bruit de l’étouffement. Juste à ce moment-là, une calèche tirée par quatre chevaux blancs était apparue au milieu de la foule.

« Wôw, quelle jolie calèche… est-ce la princesse ? Elle était en voyage ou quelque chose comme ça ? » demanda Rem au vendeur de fruits à côté d’elle. L’homme lui répondit, clairement un peu mal à l’aise.

« Eh bien, on peut dire cela… Elle s’est mariée récemment et est allée vivre avec son mari, mais l’homme a divorcé peu après. Pour faire court, elle rentre chez elle. Pourtant, c’est quoi, la troisième fois ? Ça n’a même pas duré une semaine. Ça doit être un nouveau record. »

« Hein ? Est-ce que les humains se marient vraiment autant de fois ? » demanda Rem.

« Absolument pas ! Et bien, c’est comme ça que ça se passe d’habitude. Je ne sais pas pourquoi, mais pour une raison quelconque, la princesse finit toujours par être renvoyée… Attends, tu viens de dire “humains” ? »

L’homme la dévisageait, confus. Rem avait mis ses mains sur sa bouche, mais c’était trop tard. Au milieu de la panique, elle réalisa que le fruit n’était plus dans sa main, mais qu’il volait dans les airs. Elle s’élança instantanément vers le fruit qui tombait pour tenter de l’attraper. Cependant, le mouvement soudain avait fait tomber sa cagoule.

« Tu es une elfe ! » cria l’homme après avoir vu les oreilles de Rem. Sa voix était assez forte pour être entendue dans le bruit de la foule, et tous les gens autour d’eux se tournaient simultanément pour regarder Rem.

« Je… Umm… Je suis…, » murmura Rem.

« Sale voleuse d’elfes ! Tu ferais mieux de me payer tout de suite, ou sinon ! » s’écria le vendeur.

« Hein !? Tu as dit que c’était gratuit ! » déclara Rem.

Sachant maintenant qu’il parlait à une elfe, l’attitude de l’homme avait complètement changé. Rem était à court de mots par rapport à son humeur changeante. Elle regarda autour d’elle les gens qui l’entouraient et qui semblaient tous tout aussi en colère. Ils tremblaient de rage, la dévisageant comme si elle venait de tuer quelqu’un.

« Je suis… Uuuh… Je suis tellement désolée… ! » s’excusa Rem, mais elle n’était pas sûre à propos de quoi. Les gens l’avaient encerclée. Elle savait qu’il n’y avait qu’une seule issue et avait sauté aussi haut qu’elle le pouvait, s’élançant dans le ciel et atterrissant sur le toit de l’une des maisons. Là-haut, Rem avait commencé à planifier un plan d’évasion. En dessous d’elle, elle pouvait voir des hommes et des femmes de tous âges crier « il y a une elfe ». Beaucoup d’entre eux avaient des outils agricoles, qu’ils tenaient comme des armes.

« S’il vous plaît, arrêtez ! Je n’ai rien fait de mal… »

Les mots de Rem avaient été raccourcis par les rochers et d’autres objets lancés dans sa direction. Utilisant la robe pour protéger son corps d’eux, elle s’était précipitée d’un toit à l’autre. Heureusement, la foule qui la pourchassait était beaucoup trop dense pour son propre bien et n’arrivait pas à suivre la vitesse élevée et les virages serrés d’une jeune elfe. Après avoir dépensé la majeure partie de leur énergie à se pousser et à se bousculer les uns les autres, ses poursuivants avaient vite abandonné. Sachant que c’était sa chance, Rem avait sauté par-dessus la rue principale, visant les toits de l’autre côté.

Alors qu’elle était dans les airs, elle avait vu une jeune fille se pencher depuis la calèche, les cheveux dorés et bouclés qui soufflaient dans le vent. Bien que Rem n’était toujours pas sûre de sa capacité à juger de l’âge des humains, si elle devait deviner, la fille avait probablement environ son âge.

Ça devait être la princesse dont tout le monde parlait. La petite tiare sur sa tête, ainsi que la pierre précieuse rouge vif placée dans le collier noir noué autour de son cou brillaient à la lumière du soleil. Cependant, plus brillante que ces objets, c’était la fille qui brillait son immense beauté. L’être même de la jeune fille montrait sa noble naissance. Envoûtée par la vue devant ses yeux, Rem avait complètement oublié qu’elle était censée s’enfuir.

 

 

Qui, sain d’esprit, divorcerait d’une si belle femme ? Elle s’était excusée dans son cœur d’avoir dérangé la Princesse dans son temps de tristesse.

À ce moment-là, leurs yeux s’étaient croisés. Bien que verts comme ceux de Rem, les yeux de la jeune fille étaient inclinés vers le haut, ce qui lui donnait un air beaucoup plus déterminé. Elles se regardèrent pendant une éternité, comme si le temps s’était arrêté.

Est-ce qu’elle… sourit ?

Rem était déconcertée par son expression. Ses yeux brillaient de curiosité, ses lèvres rose pâle se soulevèrent en un sourire, et ses joues innocentes rougirent légèrement. Rien de tout cela n’indiquait un soupçon de tristesse.

Bien sûr, en réalité, leur rencontre n’avait duré que quelques secondes. Rem, en plein saut, avait survolé la calèche en dessous d’elle. Peut-être qu’elle avait juste misé sur des choses ? C’était certainement une possibilité. Pourtant, même après avoir escaladé les remparts de la ville et s’être rendue dans la forêt voisine, l’expression emplie de curiosité de la jeune fille n’avait pas quitté l’esprit de Rem.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire