Une elfe lesbienne et une princesse maudite – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Une elfe lesbienne et une princesse maudite ***

Chapitre 1 : La demi-elfe fugueuse

Partie 1

La forêt était plus verte que jamais.

Rem s’appuya contre un arbre géant sans la moindre gêne. Ses racines géantes étaient tordues tout autour, créant un parfait petit trou dans lequel son corps svelte pouvait s’y glisser. Bien qu’un peu à l’étroit, c’était son endroit préféré dans tout le village. De temps en temps, une légère brise de vent faisait bruisser ses cheveux marron, ainsi que la fleur blanche qu’elle avait plantée dans son serre-tête placé sur sa tête.

« Comme c’est ennuyeux…, » murmura Rem à elle-même tandis que ses yeux vert foncé fixaient paresseusement le ciel du soir. Enfin, en quelque sorte. Voyez-vous, le village des elfes dans lequel elle vivait était situé dans une forêt dense d’arbres géants. Les feuilles et les branches recouvraient le ciel comme un toit, ne lui donnant qu’un petit aperçu de sa vraie couleur. Même ainsi, elle n’avait pas l’impression que l’endroit était sombre. Au contraire, elle avait trouvé l’atmosphère plutôt calme et agréable.

« Haa... baillement…, »

Un énorme bâillement lui échappa de la bouche. C’était l’environnement parfait pour s’endormir, d’autant plus qu’elle était seule. Cependant, c’était quelque chose qu’elle devait éviter à tout prix. Même si cela n’en avait peut-être pas l’air, elle s’acquittait d’une tâche importante. Son petit esprit ne pouvait même pas imaginer les paroles d’abus qui lui seraient lancées si les autres villageois la trouvaient endormie. Rem avait saisi la petite épée à sa hanche, se leva et se retourna pour faire face à l’arbre contre lequel elle s’était appuyée.

Dans cette forêt d’arbres si massifs que même les elfes les plus agiles avaient du mal à y grimper, il y en avait un qui devenait plus grand et plus large que tout autre, le plus vieux de tous les arbres, nommés l’Arbre des Origines par les anciens. Bien que la forêt soit beaucoup plus ancienne que les elfes qui y vivaient, les légendes racontaient que la forêt provenait d’un seul arbre, et c’était le même que Rem avait été chargée de protéger. Il avait démontré son âge, avec son écorce séchée et craquelée, et son tronc appuyé contre la falaise derrière lui, ressemblant beaucoup à celui d’un aîné humain comme ceux que Rem voyait parfois dans les livres.

« De toute façon, pourquoi ce vieil arbre a-t-il besoin d’être protégé ? » murmura-t-elle.

Comme les elfes vivaient en harmonie avec la forêt, il était compréhensible qu’ils traitent le vieil arbre avec beaucoup de respect. La fête vicennale sacrée qui se déroulait dans un mois à peine se tenait également dans la clairière en face de celui-ci. Rem n’était pas encore née lorsque le dernier avait été tenu, et en tant que tel, elle ne savait pas vraiment à quoi s’attendre. Quoi qu’il en soit, elle n’avait pas pu s’empêcher de se demander pourquoi elle, la plus jeune fille du village, avait été obligée de tenir compagnie à l’aîné muet et pourri.

Étant un peu triste, Rem avait jeté un coup d’œil à sa tenue. Elle portait une robe verte foncée avec un large ourlet et un petit gilet sur le dessus. Ses jambes, visibles dans l’espace entre sa robe et ses bottes montant aux genoux, étaient en parfaite santé, même si elles étaient un peu minces. Elle avait choisi des vêtements faciles à enfiler pour s’assurer d’être toujours prête au combat, et elle ne s’était pas relâchée non plus pendant son entraînement avec l’arc et l’épée. Ses épaules étaient exposées, et bien que cela mettait un peu plus l’accent sur son côté sexuel, « sexy » n’était toujours pas le mot qu’elle utilisait pour se décrire. On avait dit à Rem de protéger l’arbre, et vous pouvez parier qu’elle allait tout donner pour cette mission.

Non pas qu’elle pensait vraiment que son état de préparation serait mis à profit un jour.

« Ce n’est pas un travail pour une jeune fille. Tout ce qu’ils veulent, c’est que je dépérisse ici, comme cet arbre, » murmura Rem.

Elle en était certaine. Pourquoi, vous demandez-vous ? Rem n’était pas comme les autres enfants.

Les villageois l’avaient toujours regardée froidement. Malgré cela, elle n’avait pas d’autre endroit où vivre, et bien que son travail soit si ennuyeux qu’elle avait l’impression qu’elle allait mourir, elle ne s’était jamais plainte une seule fois. Mais, elle commençait à atteindre ses limites. Cela faisait dix ans que les anciens qui gouvernaient le village ne lui avaient pas confié d’autre tâche. Tout ce qu’elle avait fait, c’est regarder le vieil arbre. Elle en avait vraiment marre.

« Argh ! Je n’en peux plus ! »

Comme si elle essayait d’évacuer sa frustration, elle se précipita vers l’Arbre des Origines et courut vers lui, atterrissant sur sa branche la plus basse. Les autres elfes auraient probablement pu le faire un peu plus haut, mais les jambes de Rem n’étaient pas assez fortes pour ça. Elle adorait le paysage d’ici. Et en même temps, elle détestait ça.

La forêt avait poussé sur une montagne avec un sommet qui s’était enfoncé et s’était transformé en vallée. Le village lui-même était situé à l’intérieur de cette vallée, entourée de hautes murailles de chaque côté, avec un océan sans fin de verdure qui s’étendait dans toutes les directions au-delà. Les légendes disaient qu’il existait quelque part une terre peuplée d’autres races que les elfes.

« Je me demande quel genre d’endroit c’est…, » murmura Rem.

Chaque fois que Rem voyait ce paysage, son cœur était rempli d’un désir ardent pour le monde extérieur. Parfois, elle se demandait si c’était vraiment là qu’elle devait être. Elle avait l’impression que quelqu’un l’appelait, et tout à coup, son corps devenait complètement sans apesanteur, comme si elle flottait dans le ciel.

« Hé, demi-elfe ! »

Cependant, ce cri râpeux avait immédiatement ramené Rem à la réalité. Elle baissa les yeux et vit un elfe mâle avec un regard ironique sur son visage, debout à la base de l’arbre.

« Combien de fois dois-je te dire de ne pas grimper à l’arbre sacré, demi-elfe ? Dépêche-toi de descendre, c’est l’heure du changement d’équipe, » déclara-t-il.

« Ouais, c’est ça, » Le changement de quart de travail… elle s’était maudite dans sa tête. Elle l’avait toujours détesté. Il était exceptionnellement grand pour un elfe, avait de longs cheveux en désordre et une barbe indiquant qu’il était trop paresseux pour se raser. Alors que son apparence impure était déjà assez mauvaise, ce que Rem n’aimait pas le plus chez lui, c’était son manque total de responsabilité.

Le service de garde était censé être assuré par deux individus. Cependant, l’homme ne supportait pas le fait d’être avec Rem, et avait changé son horaire pour être là pendant la nuit à la place. Son excuse était que depuis que Rem était enfant, il s’occupait de la nuit. Mais Rem était trop maline pour le croire. Elle savait que dès l’arrivée de l’équipe de garde initiale, les trois hommes avaient quitté leur poste pour aller boire, laissant l’arbre tous seul.

Non pas qu’elle se soucie vraiment de ce qu’il avait fait. Elle préférait passer ses journées à s’ennuyer à mourir plutôt que de le voir traîner dans le coin. Il y avait juste une chose qu’elle ne pouvait pas laisser passer.

« Je t’avais dit de ne pas me traiter de demi-elfe, » se plaignait Rem en descendant à contrecœur de l’arbre. L’homme posa les mains sur ses hanches et lui jeta un regard méprisant.

« Eh bien, c’est ce que tu es. Comme tes oreilles, elles font la moitié des nôtres, » déclara l’elfe.

Comme pour se moquer de Rem, l’homme avait aligné son doigt avec son oreille. Ils étaient à peu près de la même taille. Les oreilles de Rem étaient certainement assez petites par rapport aux siennes. De plus, ses seins étaient plus gros que ceux de presque toutes les autres femmes du village. C’était sans doute dû à son sang partiellement humain. Pourtant, pourquoi son corps légèrement différent avait-il tant d’importance ? Incapable d’étouffer sa colère, elle avait fait à l’homme un regard aiguisé.

« Pourquoi me regardes-tu comme ça ? Bon sang… À quoi pensaient les anciens en laissant un devoir aussi important à quelqu’un comme toi ? » déclara l’elfe.

Si c’est si important, que dirais-tu de le faire pour une fois au lieu de boire !? Rem voulait crier. Cependant, juste avant que ces mots n’échappent à sa bouche, elle avait réalisé le sarcasme dans la déclaration de l’homme, et avait demandé ce qui suit.

« Par “quelqu’un comme toi”, tu veux dire le fait que je sois une enfant, ou que je suis une demi-elfe ? » demanda Rem.

« Hein ? N’est-ce pas évident ? Les deux, » répondit-il.

Rem avait grogné face à la réponse instantanée, et elle avait tourné le dos à l’homme. Elle ne supportait plus d’être en sa présence et se précipita à la maison, piétinant l’herbe sous ses pieds sur le chemin.

Bien qu’elle n’ait pas aimé, elle avait dû admettre qu’elle était, en effet, encore une enfant. Vous voyez, Rem n’avait que seize ans, et pour les elfes éternellement jeunes, c’était à peu près la même chose qu’être un bébé.

« Mais, ce n’est pas ma faute si je suis à moitié elfe, » murmura Rem.

Rem était de sang mêlé, née d’un elfe et d’un humain. Pour rendre sa naissance encore plus inhabituelle, ses deux parentes étaient des femmes. Elle n’y croyait pas au début, bien sûr, mais après avoir entendu quelques conversations entre ses proches, il lui était apparu que l’utilisation des arts elfiques secrets l’avait rendu possible. Les plus secrets, les arts tabous scellés.

Ayant enfreint les règles en utilisant ces arts, la mère de Rem avait tenté de s’échapper du village avec sa fille nouvellement née. Elle avait finalement été capturée et ramenée, cependant, et semi-incarcérée dans sa maison sous surveillance constante. Rem n’avait été qu’un bébé à l’époque, et elle ne connaissait donc pas vraiment les détails, seulement ce que les autres lui avaient dit. Les seules choses dont elle se souvenait étaient les gardiens à l’extérieur de la maison, la gentillesse de sa mère et sa tristesse à l’occasion.

Il y a quelques années, sa mère était décédée. Rem fut adoptée par sa tante, et aussitôt affectée à la garde de l’Arbre des Origines. Le péché était passé de la mère à la fille, et c’était maintenant son tour d’expier.

« C’est tellement stupide. Qu’est-ce qu’elle a fait de mal ? » demanda Rem.

Était-ce vraiment si grave d’avoir un enfant avec un humain ? Bien que la mère de Rem ait eu l’air triste par moments, ce n’était pas toujours le cas. Elle était si heureuse quand elle racontait à Rem les histoires de son « autre mère ». C’était pour cette raison que Rem n’avait jamais eu honte de son statut de demi-elfe.

En se rendant chez sa tante, Rem avait jeté un coup d’œil aux arbres au-dessus d’elle. C’était la même vu qu’elle voyait tous les jours. Des ponts construits en lierre suspendu entre les différentes branches d’arbres, ainsi que des fermiers et des chasseurs qui marchaient dessus, rentraient chez eux après une longue journée de travail. Ils avaient tous travaillé très dur, aucun doute là-dessus. Mais pour Rem, ils semblaient tous étrangement décontractés.

Les elfes. Une race de créatures éternellement jeunes, protégées par de hauts murs et une forêt dense. Ils craignaient le contact avec les autres races et étaient parfaitement satisfaits de leur mode de vie paisible, dans un isolement total par rapport au monde extérieur. Sauf Rem. Elle ne pouvait pas le supporter.

Ses aînés lui disaient souvent qu’elle ne se sentait ainsi que depuis son enfance. Ou bien que son sang humain était la source de ses pensées hérétiques.

« Que savez-vous du monde ? Si vous me détestez à ce point, alors bannissez-moi ! » avait-elle déjà déclaré.

Pour les anciens qui valorisaient la pureté par-dessus tout, le sang mélangé de Rem était la source de beaucoup de honte. Ils devaient la cacher, et elle l’avait entendue.

« Je ne plaisante pas ! Je quitterai ce village un jour ! »

Rem savait que la cruauté envers elle se poursuivrait probablement pendant des centaines, voire des milliers d’années. Si elle tenait aussi longtemps, elle finirait probablement par devenir folle avant ça.

Heureusement, elle n’aurait pas eu à attendre trop longtemps pour s’échapper. Rem s’arrêta sur ses pas, et se retourna pour regarder derrière elle. Les derniers rayons du soleil couchant avaient fait que l’arbre des origines avait projeté une grande ombre au-dessus du village, presque comme un symbole qui liait tous les elfes entre eux. Rem lui jeta un regard aiguisé, comme pour défier ce sort contraignant, et se mit à courir vers sa maison.

***

« Je suis rentrée, tante Amita, » déclara Rem.

« Ça t’a pris du temps. Pourrais-tu commencer à préparer le dîner ? » demanda sa tante.

Elle avait trouvé sa tante en train de coudre. La tante de Rem, Amita, avait sa propre fille. Elle allait se marier avant la fête vicennale, et comme la couture était le point fort d’Amita, on lui avait confié la confection de la robe de la mariée. Avoir une robe d’un blanc pur et brillant faite à partir de fil fin des araignées des brumes était une partie cruciale de la cérémonie de mariage de ce village.

Amita n’avait pas même jeté un coup d’œil à Rem quand la fille était entrée et avait simplement continué à travailler. Le fait qu’elle était occupée avec la robe n’en était pas la seule raison, mais les deux femmes n’avaient jamais vraiment beaucoup parlé. Bien que Rem soit l’orpheline de sa sœur cadette décédée, elle était aussi une enfant tabou, et l’adopter n’avait certainement pas rendu la vie d’Amita plus facile.

Bien que dix fois plus âgée que Rem, Amita était encore relativement jeune par rapport aux autres villageois. C’était une belle dame aux cheveux lisses et marron et aux yeux en amande. Malgré cela, sa vie n’avait pas eu beaucoup de romance à raconter, et elle avait toujours l’air de s’ennuyer, probablement à cause des péchés que sa sœur avait commis, ainsi que du fardeau de s’occuper de Rem lui avait été imposé. Rem ne pensait pas qu’elle ou sa mère avait fait quoi que ce soit de mal, mais elle se sentait désolée envers sa tante d’avoir eu à s’occuper d’une nuisance comme elle.

Heureusement, ce sera bientôt fini.

Lorsque Rem quittera le village, sa tante n’aura plus jamais à voir le visage de la fille qu’elle méprisait tant.

« Hé, ma tante. Ma mère a épousé une humaine, non ? » demanda Rem.

« Pourquoi parles-tu de ça… ? » demanda sa tante.

Amita fit une pause dans sa couture et leva les yeux, clairement avec de l’inconfort. C’était un sujet dont elle n’aimait certainement pas parler, et c’est exactement la raison pour laquelle Rem s’était assuré d’en parler à chaque occasion. Non seulement elle voulait simplement en savoir plus sur sa mère, mais faire en sorte que sa tante la déteste éviterait de briser le cœur d’Amita lorsque le temps serait venu pour Rem de disparaître.

« Est-il vrai que les elfes et les humains ne s’entendent pas ? Je me demande comment ma mère a pu le faire à l’époque. Je veux aussi rencontrer un humain, et voir par moi-même, » déclara Rem.

« Tu ne peux pas ! » s’écria sa tante.

Rem haussa les épaules devant la réprimande féroce de sa tante. Même si c’était son but de faire en sorte qu’Amita la déteste, la voir si en colère n’était certainement pas agréable à voir.

« Mais…, » déclara Rem.

« Pas de mais ! Tout comme les elfes détestent les humains, les humains nous détestent. Ils te tueront à vue ou, si tu as de la chance, ils te prendront comme esclave. La curiosité a été la ruine de ma sœur, que ce ne soit pas la tienne aussi…, » déclara-t-elle.

Rem serra les poings. Elle n’aurait jamais pu laisser sa tante s’en tirer en disant du mal de sa mère.

« C’est ça que tu appelles leur amour, leur “curiosité” ? Était-ce sa “ruine” ? » demanda Rem.

« Combien de fois dois-je… ? Je ne veux plus en parler, » déclara sa tante.

Les questions de Rem étaient restées sans réponse. Elle ne voulait pas blesser sa tante, pas après tout le bien qu’elle avait fait pour elle. Non, elle ne l’avait fait que pour atteindre son but.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour ce nouveaux roman, pour l'instant je ne peut pas trop dire si j'ai ou pas j'attends la mise en place de l'histoire.

  2. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire