Unbreakable Machine Doll – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Un aperçu du secret

Partie 6

En lui demandant si elle voulait boire quelque chose, Komurasaki avait répondu « Du lait ! »

Ils étaient dans la chambre de Raishin. Souriant joyeusement, Komurasaki regardait autour d’elle.

Son visage ressemblait à celui de Yaya. Elle était d’une beauté à couper le souffle, bien que la façon dont elle était construite lui donnait plus une sensation de mignonnerie que de beauté. Avec une expression insouciante sur le visage et des cheveux roux attachés en nattes, elle ressemblait plus à une enfant que Yaya. Avec ses jambes qui se baladaient et son visage joyeux en attendant son lait, elle avait l’air d’un joli chaton.

Sa poitrine lui faisait étrangement mal. C’était peut-être dû à cette chose plus tôt, mais ses souvenirs d’enfance lui pesaient aussi lourdement.

Prenant le lait qui lui avait été servi au petit déjeuner à la cafétéria ce matin-là, il l’avait réchauffé et le lui avait donné.

« Tu as grandi, n’est-ce pas ? » demanda Raishin.

« Tee hee, était-ce si évident ? Veux-tu les toucher ? » demanda Komurasaki.

« Ne te déshabille pas ! Je ne parle pas de ta poitrine, mais de ta taille ! » déclara Raishin.

« La division cellulaire s’est finalement mise en place, et comme prévu par mon plan, pour maintenir l’équilibre, j’ai grandi ! » déclara-t-elle.

« Wow. Je ne comprends pas vraiment, mais je suppose que tu seras bientôt comparable à Yaya, » déclara Raishin.

« Si Raishin les caresse, je suis sûre qu’ils seront plus gros que ceux de ma sœur <3, » déclara Komurasaki.

« Arrête de parler de ta poitrine ! Hauteur ! On parle de ta taille ! » déclara Raishin.

« Si tu parles de ma taille, parce que je suis déjà entrée dans ma période de stabilité, je ne pourrai pas grandir davantage, » déclara Komurasaki.

« Une période de stabilité ? » demanda Raishin.

« Des trucs d’adultes. Ahh, maintenant même moi je peux devenir la mariée de Raishin <3, » déclara Komurasaki.

« Ahaha, Komurasaki est tellement enjouée, ahaha. Ta grande sœur a quelque chose à te dire. Viens t’asseoir à ses côtés, Ko-mu-ra-sa-ki — ! »

Yaya martela un point sur le tapis de tatami couvrant la zone des sièges surélevés.

« Arrête ça, Yaya. Après que je me sois donné tant de mal pour l’installer, tu vas le détruire, » déclara Raishin.

« C’est vrai ~ si tu continues à être aussi violente, Raishin te détestera ! » déclara Komurasaki.

Comme si elle venait d’être frappée par une attaque, Yaya s’était raidie sous le choc. « Pas question… Raishin… détesterait… Yaya… !? »

Une autre situation gênante se développait à nouveau. Raishin sentit un mal de tête arriver, mais il décida d’abord de l’ignorer, et se tourna vers Komurasaki.

« Alors, qu’a dit Shouko ? » demanda Raishin.

« Tu voulais en savoir plus sur une personne appelée Frey, n’est-ce pas ? » demanda Komurasaki.

« Oui, attends, je n’ai passé cet appel que ce matin. L’enquête est-elle déjà terminée ? » demanda Raishin.

« Raishin, tu vas être occupé avec la fête nocturne ce soir, n’est-ce pas ? C’est pour cette raison que nous avons agi rapidement, » déclara Komurasaki.

Elle l’avait dit comme si ce n’était pas grave. Cependant, personne ne pouvait être aussi rapide. Pour des raisons encore inconnues de Raishin, il semblerait que l’armée ait déjà mené une enquête sur Frey.

Komurasaki n’était pas là à cause de la demande de Raishin.

Il est probable qu’elle était là pour une autre raison.

Avant que Raishin n’émette un SOS, Shouko vérifiait-elle déjà les antécédents de Frey ?

« Si tu viens jusqu’ici, cela signifie que tu vas utiliser ton pouvoir. En d’autres termes… Il y a un endroit où je dois aller, n’est-ce pas ? » demanda Raishin.

« Wôw, Raishin, tu es bon ~. »

Komurasaki lui sourit avec un air d’innocence.

« L’armée n’a pas encore une idée complète de la situation. Mais, si nous nous y rendons, tu pourras te renseigner sur Frey, et l’armée découvrira ce qu’elle veut savoir, » déclara-t-elle.

L’armée se servait de Raishin pour se faufiler dans la société D-Works et fouiller les alentours. Peut-être même que cela avait un rapport avec les secrets de l’armée britannique.

Dans l’esprit de Raishin, l’image de Rabi avait fait surface plus tôt. Un visage féroce avec ses crocs dénudés. Et ce déchaînement qu’il avait subi. Il se passait quelque chose avec cet automate canin.

« Le fait est que c’est un ordre de l’armée, n’est-ce pas ? J’ai compris. Allons-y, » déclara Raishin.

« Veux-tu bien attendre, Raishin ? Il reste à peine une demi-journée avant le début de la fête nocturne ! »

Yaya s’interposa avec inquiétude. Raishin rit,

« Je suis le chien de l’armée. Mon but premier en venant ici est l’espionnage. C’est le genre d’accord que j’ai passé, n’est-ce pas ? » demanda Raishin.

« Mais… non. Je comprends, » déclara Yaya.

Elle avait hoché la tête, alors que l’anxiété dans sa voix s’était envolée. Yaya affichait un regard ferme dans les yeux quand elle avait dit,

« Je te suivrai, Raishin. Peu importe, où tu vas, même si c’est dans le bain, » déclara Yaya.

« N’entre pas quand je me baigne, » déclara Raishin.

« Ah, sœurette, tu ne peux pas venir ~, » tenant la tasse dans ses mains, Komurasaki avait parlé. « Cette fois, les seules personnes autorisées à y aller sont Raishin et moi, juste nous deux. »

« Non… pas question ! »

« OK alors, allons-y ~ ! » déclara Komurasaki.

Posant la tasse, Komurasaki s’était accrochée au bras de Raishin. C’était comme une petite sœur qui flattait un frère aîné, et bien sûr, Yaya n’allait pas laisser passer tout ça en silence.

« Att, attends Raishin ! Yaya y va aussi ! » déclara Yaya.

« Tu ne peux pas. Penses-y. Si l’école apprend que tu as été en dehors du campus, le gouvernement britannique te confisquera. Nous pourrions ne plus jamais nous revoir. C’est quelque chose que je ne voudrais pas, » déclara Raishin.

« Raishin… tu penses vraiment à Yaya de cette façon… <3, » déclara Yaya.

« Et aussi, ce sont les ordres de Shouko, » continua Raishin.

Quelque chose avait craqué.

« Encore Shouko, Shouko, Shouko… ! Si Shouko te disait de mourir, tu mourrais aussi !? » demanda Yaya.

« Idiot, pourquoi te comportes-tu comme… ? Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Raishin.

« Ne me fais pas m’inquiéter pour toi ~, » déclara Yaya.

Yaya était à moitié en pleurs et à moitié en colère. Raishin avait posé sa main sur sa tête, et elle s’était tue.

Comme il le faisait avec sa petite sœur, Raishin lui avait ébouriffé les cheveux tout en parlant doucement.

« Je reviendrai bientôt, alors sois gentille et attends patiemment. D’accord ? » déclara Raishin.

« O-oui… <3. » L’expression de son visage était un virage total par rapport à avant. Avec ses joues légèrement colorées, Yaya acquiesça de bonne humeur.

« Allons-y, Komurasaki, » déclara Raishin.

« O-K ~ alors, j’emprunte Raishin pour un petit moment. Je m’assurerai d’en profiter au maximum de lui ! » déclara Komurasaki.

Sa phrase était clairement conçue pour provoquer une réaction, et les yeux de Yaya avaient commencé à s’ouvrir en grand.

« As-tu assez d’énergie magique pour nous dissimuler complètement tous les deux ? » demanda Raishin.

« Ne t’inquiète pas, je suis assez forte. Non seulement cela nous cachera de la vue, mais cela scellera aussi tout son que nous faisons et même toute odeur que nous dégageons, » répondit Komurasaki.

« Donc, cela trompe les yeux, les oreilles et le nez. C’est ridiculement sûr, » déclara Raishin.

« Pour un humain normal, nous serions complètement cachés. Même si nous faisions de vilaines choses en ce moment, ma sœur ne pourrait jamais le découvrir <3, » déclara Komurasaki.

Yaya ouvrit et ferma la bouche comme un poisson rouge. Des larmes lui apparurent rapidement dans les yeux, et ses épaules tremblèrent. Après tout ce qu’il avait fait pour améliorer son humeur, c’était du gâchis.

« Attends… Yaya. Tu comprends qu’elle plaisante, n’est-ce pas ? C’est juste un exemple, OK ? » déclara Raishin.

« Ouainnnn… »

Il était temps de partir. Rassemblant son énergie magique, il la laissa couler dans le dos de Komurasaki.

Le circuit magique, Yaegasumi, s’était activé. Bien qu’il n’ait pas compris comment il fonctionnait, tant qu’il le laissait à Komurasaki, l’art magique s’activait sans problème. C’était l’un des points forts de la Machinart.

Par la suite, du point de vue de Yaya, Raishin avait disparu.

« Maintenant, allons-y ~ ! »

La voix de Komurasaki avait également été ignorée par Yaya. Bien sûr, l’effet avait continué même après qu’ils aient quitté la pièce. En passant devant plusieurs étudiants, pas même un seul n’avait remarqué les deux individus. Il n’y avait pas la moindre trace visuelle, sonore ni d’odeur.

Faisant attention à ne pas se cogner les étudiants, ils avaient emprunté le couloir et étaient sortis du dortoir.

En marchant, Komurasaki avait laissé échapper un rire. « Raishin, tu es vraiment quelqu’un de bien ~. »

« Qu’est-ce que tu dis tout d’un coup… ! Je ne suis pas du tout gentil. En fait, je suis un type plutôt sans cœur. Je suis juste un salaud qui utilise Yaya pour se venger, » déclara Raishin.

« Hee hee. »

Komurasaki avait continué à rire pour une raison inconnue. Le profil de son visage semblait avoir une expression heureuse.

« Alors, où allons-nous ? » demanda Raishin.

« Voyons voir… L’orphelinat ! » répondit-elle.

« Un orphelinat ? » demanda Raishin.

Et puis, Komurasaki l’avait dit clairement. « C’est la “maison” de Frey ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire