Unbreakable Machine Doll – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : La fête de la veillée nocturne

Partie 6

Raishin était dans sa chambre, subissant un « interrogatoire » strict de la part de Yaya.

En même temps que cela se passait, il se produisait autre chose. À l’intérieur de l’académie, il y avait une salle d’attente construite dans le portail solide de l’école. À l’intérieur, un noble solitaire se reposait sur un canapé.

Il avait un corps long et mince. Son visage bien informé lui donnait l’air d’un chercheur.

Le noble souleva sa tasse de thé rouge et, regardant par la fenêtre, il contempla le coucher du soleil.

« … Cet endroit n’a pas du tout changé. »

Ressemblant à une épée enfoncée dans le sol, il fixa la silhouette de la tour de l’horloge.

« C’est la même chose que la dernière fois — en train de pourrir. »

À ce moment, on pouvait entendre un coup sur la porte.

Une fille seule, escortée par un membre du personnel de sécurité, était entrée dans la pièce.

C’était une étudiante aux cheveux perlés. Derrière elle, un automate chien-loup suivait.

« Euh… m’avez-vous appelée... Père… ? »

C’était une voix à peine plus forte qu’un murmure. Elle n’avait pas regardé le noble en parlant, mais avait gardé les yeux sur ses propres pieds.

Le noble avait fait un sourire chaleureux, s’était levé et avait fait signe à la fille de s’approcher.

« Ne sois pas si rigide, Frey. Je suis juste venu voir la situation actuelle, » déclara-t-il.

« Situation… ? »

« Enfin, la Fête nocturne va commencer demain, n’est-ce pas ? » demanda le noble.

Frey avait contracté son corps en raison de la surprise. Le noble avait placé une main sur son épaule et avait dit.

« J’ai de grands espoirs pour toi. »

« Moi… ? Pas Loki… ? »

« Il est spécial. Te comparer à lui ne ferait que diminuer ta confiance en toi, et ce serait une chose stupide à faire. Je comprends tes capacités mieux que quiconque. Je sais aussi combien tu as travaillé dur. »

Frey avait levé les yeux vers le noble avec inquiétude. Son visage était troublé, hésitant à croire ces mots.

« Tes frais de subsistance semblent bien se porter. Mais si tu penses que ce n’est pas suffisant, tu peux toujours me le dire… Ah oui, j’ai un cadeau pour toi, » déclara-t-il.

Après avoir introduit sa main dans la poche de son costume, il en avait sorti une photo.

Sur la photo, il y avait 10 chiens. Ils étaient tous de races différentes, un chien de chasse et un terrier étaient 2 des types présents dessus, mais ils portaient tous la même armure.

En voyant la photo, au début, la tension sur le visage de Frey s’était évanouie.

Cependant, son expression s’est rapidement assombrie.

« Uu... Alors, père… À propos de la promesse… ? »

« Bien sûr que je m’en souviens. Ne t’inquiète pas, tu n’as qu’à accomplir ta mission. Si les tests sont concluants, tu pourras à nouveau vivre avec tout le monde, » déclara-t-il.

« … Oui, père. Merci pour la photo. »

La vigueur présente dans les pupilles rouges de la jeune fille avait pratiquement disparu.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire