Unbreakable Machine Doll – Tome 1 – Épilogue

***

Épilogue : Le Marionnettiste d’Extrême-Orient 2

« Raishin Akabane. Avancez d’un pas. » La voix du directeur de l’école résonnait clairement tout au long de l’auditoire lugubre.

C’était la première fois qu’il voyait le directeur de près. Contrairement à l’image d’un vieil homme décrépit qu’il avait en tête, le directeur actuel était un grand homme robuste avec une moustache élégante.

« Au nom d’Edward Rutherford, je reconnais par la présente votre candidature au poste de Wiseman et vous autorise à participer à la soirée Walpurgis. »

Posé sur un plateau d’argent, un gant resplendissant lui avait été apporté. 

La broderie faite avec du fil d’or était magnifique. Il était fait de soie de première qualité, ce qui lui donnait un lustre brillant. Parce que sa main dominante était dans un plâtre, Yaya l’avait reçu au nom de Raishin.

Baissant la voix, le directeur murmura affectueusement à Raishin. « À partir de maintenant, vous êtes un Gantelet officiel — un porteur de gant. Donnez l’exemple aux autres élèves et devenez un magnifique marionnettiste. »

Il s’agissait d’une simple cérémonie de remise de prix, et en tant que telle, elle s’était rapidement terminée sur cette note.

Le directeur était parti, de même que de nombreux professeurs présents, le laissant dans l’auditorium.

En sortant dans le couloir illuminé, Raishin se dirigea vers l’entrée et fut surpris.

Le soleil allait se coucher, mais une foule nombreuse s’était rassemblée à l’extérieur.

C’était que des étudiants. On aurait dit qu’ils attendaient que Raishin sorte.

Il y avait quelques regards malveillants dans sa direction, mais une grande majorité des expressions des élèves était positive. Beaucoup d’entre eux étaient habillés comme Raishin, ayant délibérément mis leurs manteaux.

Il fallut une seconde avant que Raishin ne comprenne qu’ils l’admiraient tous.

« Pourquoi est-ce que c’est soudainement devenu si grand ? » demanda Raishin.

« Parce que le directeur s’est arrangé pour qu’il en soit ainsi, » une voix l’avait interrompue soudainement. En regardant autour de lui, il avait vu Kimberly assise dans l’une des chaises du hall.

« Vous êtes comme un ver plat, savez-vous ça ? Vous avez été libéré hier, et pourtant —, » déclara Kimberly.

Elle avait ri avec sarcasme. Ses yeux avaient balayé du regard Raishin, de son épaule à son bras droit, aux béquilles dans sa main gauche, et finalement aux bandages attachés autour de son cou.

« En vue à quel point vous vous êtes fait tabasser, je suis surprise que vous puissiez marcher. On dirait que vous n’avez pas eu de blessures graves, » déclara Kimberly.

« Eh bien, cette fois-ci, il faudra plus de temps pour me guérir, » déclara Raishin.

« Est-ce parce que vous vieillissez ? » demanda Kimberly.

« Pour une étrange raison, on dirait que vous parlez d’expérience, professeur. Alors, et le directeur ? » demanda Raishin.

« Le président du comité de discipline était le véritable coupable dans toute cette affaire. Il y a donc eu un tourbillon de méfiance et de suspicion à l’égard de l’académie, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. En vous faisant passer pour le héros de cette affaire, il espère pouvoir détourner une partie de la mauvaise presse, » déclara Kimberly.

Si c’était vrai, le directeur était un renard rusé.

Kimberly regarda le gant de Raishin — les mots gravés dessus, pour être plus précis, et sourit.

« Cela vous va très bien. Maintenant, vous serez officiellement connu sous le nom d’Avant-dernier, » déclara Kimberly.

« Qui a demandé un nom de code aussi merdique ? » demanda Raishin.

« Moi, bien sûr, » répondit Kimberly.

Raishin avait fermé sa bouche. Kimberly continua de lui sourire en parlant. « Ne soyez pas si grincheux. Grâce à mon témoignage et à l’analyse de la machine, vous avez tous les deux été disculpés de tout soupçon. Cela ne fait-il pas de moi votre bienfaitrice ? »

Raishin avait scellé sa bouche encore plus fort. Il s’était rendu compte qu’il avait maintenant une dette envers une personne étrange, à son grand désarroi.

« Allez, les spectateurs attendent. Il est temps d’être un homme trophée — je veux dire le bouffon de la cour, monsieur le héros, » déclara Kimberly.

« Ce changement d’expression était redondant, » déclara Raishin.

Raishin soupira et était sur le point de sortir, quand il s’arrêta soudainement.

« J’ai quelque chose à vous demander, professeur Kimberly, » déclara Raishin.

« Allez-y, » déclara Kimberly.

« Vous étiez le professeur responsable de mon examen d’entrée. Vous auriez dû savoir à quel point mes scores en étude sont mauvais. Alors, pourquoi n’avez-vous pas ri du tout quand je vous ai demandé comment je pouvais devenir le Wiseman? » demanda Raishin.

« C’est très simple. Moi aussi, j’étais mauvaise aux études, » déclara Kimberly.

Raishin avait été surpris. La voix contrôlée de Kimberly avait un soupçon de sentiment qui n’était habituellement pas présent.

« Les gens ont des raisons d’étudier. Je suis sûre que vous avez vos propres raisons de le faire. C’est aussi simple que ça, » déclara Kimberly.

Il ne savait pas quoi dire, alors Raishin s’inclina légèrement et se retourna pour sortir par la porte.

Alors que le crépuscule tombait, les applaudissements remplissaient l’air.

Raishin s’était agité, ce qui n’avait rien à voir avec son caractère. Il avait l’habitude d’être méprisé, mais il n’avait pas l’habitude d’être admiré. En fait, il aurait préféré être victime d’une réprimande.

Pendant qu’il réfléchissait à la façon dont il devait gérer cette situation, les applaudissements avaient soudainement cessé, et la mer de gens s’était séparée.

Sans même jeter un coup d’œil aux étudiants qui se recroquevillent, une belle fille blonde aux cheveux blonds et un dragon sur son chapeau — Charl se frayait un chemin vers lui, de façon assez grossière.

Contrairement aux élèves en tenue de cérémonie, elle portait son uniforme normal.

Yaya était en état d’alerte et restait près de Raishin.

Charl détourna la poitrine, et le regarda de haut.

« Je n’arrive pas à croire que la Fête de Nuit soit tombée si bas. Pour qu’une personne comme toi soit un Gantelet, le monde doit être en train de s’écrouler, » déclara Charl.

Elle avait eu des mots méchants pour lui. Après avoir terminé sa phrase, elle avait commencé à agir de façon suspecte, son visage devenant rouge et son regard vagabondant ici et là.

Après un moment d’hésitation, elle avait brusquement avancé sa main droite.

Il y avait une petite boîte enveloppée d’un ruban sur sa paume.

« … Qu’est-ce que c’est ? » demanda Raishin.

« Es-tu un idiot ? De toute évidence, c’est un cadeau de remerciement. En ce qui concerne les choses, non, je veux dire en regardant la chaîne des événements, il y a eu la partie où tu m’as aidée, » déclara Charl. « Par conséquent, d’un point de vue objectif, te donner quelque chose comme ça n’est qu’une simple courtoisie… »

Prenant la boîte, il avait défait le ruban.

En l’ouvrant, il retira le pendentif en argent qui était à l’intérieur.

« Une amulette protectrice… Je ne vois aucun sort, mais il y a des runes inscrites dessus, » déclara Raishin.

« C’est une amulette défensive qui augmente ton pouvoir défensif. Ça va bien avec ton style de combat barbare, » déclara Charl.

« Prenez-le, Raishin. Charl a pensé à quoi vous donner si fort qu’elle a failli avoir de la fièvre, » déclara Sigmund.

« T-Tais-toi, Sigmund ! Je te nourrirai de miettes de pain à partir de demain ! » s’écria Charl.

Elle était devenue rouge jusqu’au bout des oreilles. Croisant les bras en l’air. « Il n’y a pas d’arrière-pensée derrière tout cela. C’est comme ce dicton au Japon : “Envoie du CO à votre ennemi”. »

« Si Kenshin avait fait ça, Shingen serait mort, OK ? C’est juste une attaque au gaz ! [1] » répliqua Raishin.

Cela dit, ce n’était pas un mauvais cadeau. Il pensait qu’il devrait la remercier.

Charl avait détourné la tête avec un. « Hmph ! »

Elle s’était ensuite retournée pour le regarder d’un regard éblouissant.

« J’espère que tu le comprends, mais quand on se rencontrera à la Fête de Nuit —, » déclara Charl.

« On sera ennemis, non ? » demanda Raishin.

 

 

« C’est vrai. Sigmund et moi viendrons vous affronter avec tout ce que nous avons, » déclara Charl.

« J’irai peut-être doucement avec vous, » déclara Raishin.

« Comment peux-tu dire une chose aussi idiote ? » s’écria Charl.

« Yaya ne se retiendra pas, » Yaya les avait interrompues en souriant, mais le sourire n’avait pas tout à fait atteint ses yeux. « Yaya ne se retiendra pas. »

Elle l’avait dit deux fois. Ça devait être important pour elle.

Mais elle avait raison. Personne ne pouvait se permettre de se retenir, et la Fête de Nuit n’était pas un endroit où les gens se retenaient s’ils ne voulaient pas mourir.

D’autant plus qu’ils avaient tous les deux des objectifs qu’ils devaient atteindre à tout prix.

Bien sûr, c’était la même chose pour tous les autres participants. Tous avaient des rêves à réaliser et des raisons de se battre.

Avec ceux qui étaient en jeu, il n’y avait pas d’autre choix que d’y aller avec tout ce qu’ils avaient.

Raishin leva les yeux vers le haut, fixant le ciel qui devenait rapidement pâle.

Avec ça, le rideau allait se lever sur la Fête de Nuit.

 

 

Notes

  • 1 Le sel en japonais est du shio, donc Charl pense que ça veut dire CO, monoxyde de carbone. Au Japon, il y a une histoire célèbre sur Uesugi Kenshin qui envoie du sel à son rival Takeda Shingen. Pour plus de détails, veuillez consulter le site https://fr.wikipedia.org/wiki/Uesugi_Kenshin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire