Strike the Blood – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 1 : Cercueil de la Fée

Partie 2

L’idole avait émergé de sous la ruine. Apparemment, il s’agissait d’un type de système de défense automatisé pour expulser les intrus placé dans une tombe, et il s’était réveillé lorsque les membres de l’équipe d’investigation avaient imprudemment pénétré dans la ruine. L’idole s’était alors frayé un chemin à travers les épais murs de calcaire, se frayant un chemin jusqu’à la surface.

Les gardes l’avaient désespérément combattu, mais de simples armes automatiques n’étaient d’aucune utilité contre l’armure de l’idole. Non seulement elle était probablement construite en métal solide, mais sans doute la sorcellerie l’avait-elle encore plus renforcée.

À l’inverse, les faisceaux blancs bleutés de l’idole tranchaient les véhicules blindés des gardes, les enflammant les uns après les autres.

Liana s’était mordu la lèvre face à l’horreur devant ses yeux.

« Argh… ! »

Elle toucha le bracelet à son poignet gauche et semblait sur le point de se précipiter vers l’idole toute seule lorsque son compagnon l’attrapa par le col et la retint de force.

« Ne soyez pas si pressée, Mlle Caruana. Il faudrait un vampire primogéniteur pour vaincre un tel monstre par la force brute. Si nous ne réfléchissons pas, nous ne ferons qu’aggraver les dégâts. »

« M-Mais… ! »

Liana grimaça en jetant un regard à l’homme. Juste à côté d’eux, Carrozzo engageait désespérément le combat contre l’idole. Mais ni les balles ni les tirs directs de grenades n’étaient capables de rayer l’armure.

Carrozzo cria. « Ne peux-tu pas faire quelque chose, Gaho ? À ce rythme, on est tous fichus ! »

L’homme soupira d’agacement en passant une main sur le rebord de son fedora. « Je vous l’ai déjà dit, ce n’est pas Gaho… » Puis il prit une photo de l’idole debout avec son téléphone portable, et murmura sur un ton étrangement optimiste. « Cela ressemble beaucoup au Nalakuvera de Mehelgal Numéro Neuf… Ce n’est pas tant un piège contre les creuseurs qu’un protecteur de tombe… un gardien qui s’assure que ce qui est à l’intérieur ne se réveille pas. On dirait qu’on a touché le jackpot. »

Alors que l’homme continuait ses observations calmes, Carrozzo lui lança un regard furieux. « Gaho ! »

L’homme s’était moqué de l’énorme garde impatient.

« Ne vous inquiétez pas, Carrozzo. C’est le gardien de la ruine. Il n’attaquera pas les gens s’ils sont en dehors de la zone. Tant que l’équipe d’investigation ne se bat pas inutilement, il va juste… »

Avant qu’il ait pu finir sa phrase, de la fumée et des flammes avaient enveloppé l’idole. Une roquette l’avait frappée de plein fouet. Des renforts de l’armée privée étaient venus en courant du camp de base et avaient utilisé un lance-roquettes portable.

L’idole avait été directement touchée par une ogive antichar à haute explosivité, mais elle n’en était pas moins indemne. Elle avait immédiatement commencé sa contre-attaque contre les gardes qui lui avaient tiré dessus.

Les rayons blancs bleutés de l’idole provenaient en fait d’un canon laser très puissant, capable de faire fondre un gros rocher en un instant. Les flammes avaient englouti le camp de base de l’équipe de fouilles. Les gardes armés n’étaient pas la seule cible de la contre-attaque : l’idole avait commencé à attaquer sans discernement l’équipement utilisé pour l’exploration des ruines, les tentes du camp de base, et même les membres de l’équipe eux-mêmes qui couraient dans la confusion. Ce n’était qu’une question de temps avant que le camp de base ne soit anéanti.

L’homme avait mis une main sur ses yeux en signe de consternation.

« Hoo boy… Eh bien, ce n’est pas bon. »

L’idole modélisée selon un Cetus avait apparemment enregistré toute l’équipe de fouille comme une force ennemie. Il y avait peu de doutes — elle ne s’arrêterait pas tant que chaque être humain dans la zone n’aurait pas été détruit.

Liana s’empressa de le presser. « Doc... ! »

« Oui, oui. J’aurais préféré le récupérer intact pour l’étudier, mais il semble que nous ayons largement dépassé ce stade. »

L’homme avait gentiment détourné ses paroles en posant le sac à fusil qu’il portait. L’arme qu’il en avait retirée était un fusil de précision de 1,8 mètre de long pesant environ trente kilogrammes, à peu près. Sa puissance de feu était si massive que le terme canon lui semblait plus approprié que celui de fusil.

Liana fixa d’un regard vide l’arme ridiculement grande, oubliant même de cligner des yeux. « Un… un fusil antimatériel !? »

« Avec un canon de vingt millimètres de diamètre. Il pèse une tonne, mais j’ai pris la bonne décision en acceptant de le trimballer. »

Parlant comme un enfant qui se vantait de son jouet préféré, l’homme plaça le fusil au sommet d’un trépied.

L’idole s’était lentement tournée vers lui, sentant peut-être les intentions de son ennemi. Malgré cela, l’homme ne s’était pas précipité. Il avait lentement chargé une balle et avait soigneusement visé.

L’idole, maintenant complètement tournée vers lui, avait ouvert le port du canon laser sur sa tête et avait commencé à ouvrir le feu.

Quand soudain, l’homme avait appuyé sur la gâchette, projetant une balle accompagnée d’un fort boom. Sa cible était ce port laser — la seule brèche dans l’armure de l’idole.

Quel que soit son calibre, une simple balle de fusil ne pouvait pas détruire une idole qui avait résisté à un tir de roquette antichar. L’avantage du fusil antimatériel résidait dans la précision de la trajectoire de la balle pour le tir de précision.

L’obus avait plongé dans l’interstice du blindage, large de quelques centimètres à peine, presque comme s’il était aspiré, et avait ravagé mortellement les mécanismes délicats à l’intérieur de l’idole. Le port de tir étant détruit, l’énergie du canon laser haute puissance avait perdu son exutoire et explosa en un éclair blanc bleuté.

Liana serra les deux poings et cria de joie.

« Vous l’avez fait… ! »

C’était le premier vrai dommage infligé à l’idole après qu’elle ait repoussé tant d’attaques. Cependant, l’expression de l’homme n’avait pas changé.

« Non, pas encore… »

Observant le golem endommagé avec un intérêt intense, il déchargea calmement sa douille.

L’idole avait cessé de bouger immédiatement après l’explosion, mais elle s’était remise en marche rapidement, marchant droit vers l’homme au fusil. Apparemment, l’explosion du canon laser n’avait pas infligé de dégâts mortels. Le géant en armure semblait avoir l’intention de piétiner l’homme. De plus, la zone autour du canon laser « détruit » se tortillait comme une créature vivante qui commençait à se réparer.

Liana avait crié. « … Il se régénère !? »

« Eh bien, ça se comprend. Mis à part les bizarreries, c’est un héritage des Devas. Ça ne suffira pas pour le vaincre. »

« Comme je m’y attendais, » murmura l’homme, un sourire satisfait sur le visage. C’est Liana qui avait été secouée.

« D-Doc — ! »

Carrozzo, qui n’avait plus de balles, semblait presque prêt à pleurer en criant à l’homme. « Qu’est-ce qu’on va faire, Gaho ? Comment va-t-on faire pour abattre cette chose !!? »

Sans doute voulait-il vraiment s’enfuir, mais son devoir de garde ne permettait pas une telle lâcheté. Il fallait au moins qu’ils gagnent du temps pour que les gens du camp puissent fuir.

En revanche, l’expression de l’homme était joyeuse, comme s’il profitait de la crise.

« Ne vous inquiétez pas. Maintenant, j’ai une assez bonne idée de son schéma rituel de locomotion. Ces types de gargouilles ont toute une faiblesse commune — et ma prochaine balle est une commande spéciale. »

L’homme avait sorti une cartouche neuve de son trench-coat en cuir. C’était une balle en or avec une pierre précieuse. Il y avait un motif étrange gravé sur la douille.

« Même s’il s’agit de l’héritage d’une ancienne civilisation, » continua-t-il, « il n’y a pratiquement aucun moteur interne qui permette à quelque chose de continuer à bouger pendant des milliers d’années, c’est pourquoi beaucoup de gargouilles tirent leur énergie magique des ruines elles-mêmes. Donc si vous envoyez un excès d’énergie magique à travers ce circuit — . »

L’homme chargea la cartouche suivante dans le fusil et se prépara à tirer à nouveau. Il visa la poitrine de l’idole et appuya calmement sur la gâchette. Avec le boom qui l’accompagnait, la balle dorée s’écrasa contre le torse du géant.

 

 

Bien sûr, une balle de fusil antimatériel n’avait pas la force nécessaire pour pénétrer l’armure de l’idole. La balle s’était instantanément brisée en d’innombrables petits fragments, libérant simultanément une énorme poussée d’énergie magique qui s’était cristallisée en un grand cercle magique.

Liana, réalisant la vraie nature de la balle que l’homme avait tirée, lui avait jeté un regard choqué.

« Une balle magique… !? »

Les balles magiques étaient des projectiles spéciaux dont les cartouches étaient faites de métaux précieux et qui renfermaient d’énormes quantités d’énergie magique. Il en existait très peu, et les armes qui pouvaient les tirer étaient encore plus rares. Elles étaient si chères que leur utilisation était considérée comme exclusive à une fraction de la royauté, cependant, chaque balle contenait un énorme pouvoir.

« Où diable avez-vous trouvé un truc pareil ? » demanda Liana.

L’homme avait fait un sourire charmant et décontracté en se levant.

« Je vous l’ai dit, commande spéciale. »

Le match avait été décidé. L’idole au corps humanoïde et à la tête de baleine, emprisonnée par le cercle magique, lançait des rayons tout autour d’elle en s’écroulant. L’énorme énergie magique libérée par la balle magique avait surchargé le rituel magique qui animait l’idole, la poussant à s’autodétruire.

Carrozzo avait jeté son arme de côté en se levant, riant de bon cœur en allant serrer l’homme dans ses bras.

« Ha-ha… Tu l’as fait… Je savais que tu pouvais le faire, Gaho… ! »

Le visage de l’homme se renfrogna et il écarta Carrozzo d’un coup de pied bourru. Carrozzo, né dans la péninsule ibérique, avait du mal à prononcer les noms japonais. L’homme semblait en avoir assez de ça, emportant avec lui le fusil dont le canon grésillait.

« Je vous l’ai déjà dit… Ne m’obligez pas à me répéter, Carrozzo. Mon nom ne se prononce pas Gaho. C’est Gajou. »

Liana se tenait à l’écart des deux hommes et écoutait leur conversation. Elle murmurait, comme pour s’assurer que personne ne l’entendait, regardant longuement le dos couvert de poussière de l’homme pendant qu’elle parlait…

« Gajou… Gajou Akatsuki… »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire :

Laisser un commentaire