Strike the Blood – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 3

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 2 : Les Poursuivis VS. Les Évadés de Prison

Partie 3

Un épais volet descendit entre eux, apparemment destiné à couper le vieil homme des filles. Il s’agissait d’une cloison de secours destinée à protéger l’île artificielle contre les incendies, les inondations et les attaques démoniaques.

La cloison avait une épaisseur d’environ vingt-quatre centimètres, faite d’acier très résistant et imprégné d’énergie magique. Elle était conçue pour être ridiculement solide, au point de résister même aux attaques des vassaux bestiaux des vampires. Il est certain que même un criminel sorcier capable d’invoquer un Efreet ne pourrait pas facilement la percer.

Asagi avait regardé derrière elle. « Ce serait bien qu’il abandonne, mais — . »

Elle avait tressailli de terreur, remarquant soudain que la surface de l’épaisse et tenace cloison émettait une lumière orange chaude.

Les flammes à très haute température sous le contrôle de Kiliga Gilika bouillonnaient et faisaient fondre la cloison à une vitesse incroyable, au-delà de ses attentes les plus folles.

« Ce n’est pas bon, mademoiselle… La cloison s’effrite plus vite que prévu. Sa température a dépassé les spécifications de conception. »

En d’autres termes, l’acier imprégné de magie résistait aux sorts d’attaque, mais il n’était pas plus résistant que l’acier lui-même contre les dommages non magiques.

Gilika n’avait probablement même pas utilisé de sorts. Il ne semblait pas capable de faire quelque chose d’aussi adroit que d’utiliser son Efreet invoqué comme réacteur spirituel pour alimenter une magie offensive. Il ne faisait que diriger la chaleur de l’Efreet. Mais sa méthode d’attaque était difficile à contrer précisément parce qu’elle était si primitive.

Sana semblait avoir décidé de quelque chose en regardant Asagi. « Maman… »

Son expression semblait presque transmettre, je reste ici… cours !

Bonté divine, pensa Asagi en expirant. Elle attrapa Sana dans ses bras autour de ses petites épaules avec un sourire impétueux.

« Ce n’est pas grave. Je te protégerai, quoi qu’il en coûte — il ne doit pas nous regarder de haut, nous les natifs du Sanctuaire des Démons, » déclara Asagi.

Asagi était repartie avec Sana. Elle ne voulait pas dire que c’était un geste vide de sens.

La cloison avait été complètement fondue. Le volet s’était séparé sous forme de suintement chaud et bouillonnant, et le vieil homme brûlant avait émergé derrière ça. Maintenant que la cloison n’était plus, leur seule option était de fuir.

Cependant, ni Asagi ni Sana n’avaient retrouvé assez de force pour sprinter à pleine vitesse.

La voix râpeuse de Kiliga Gilika avait plutôt ri de bon cœur. « Qu’est-ce qui ne va pas, gamine ? Est-ce tout ce que tu as dans le ventre ? »

L’homme était à une dizaine de mètres d’elles, mais la chaleur que crachait son corps tout entier se faisait sentir dans leur dos.

Mogwai avait ri avec un « keh-heh » sarcastique alors qu’il faisait son rapport, « Il va vous rattraper, Li'l Miss, dans environ treize… non, douze secondes ! »

Le vieil homme étendit son bras enveloppé de feu quand Asagi se mit à rayonner férocement et s’arrêta à l’endroit où elle se tenait, se retournant et le regardant.

« Excellent… ! Pile dans les temps ! » déclara Asagi.

À ce moment, une paroi du tunnel souterrain s’était soudainement ouverte, et quelque chose avait jailli, accompagné d’un grand rugissement.

Le corps du vieil homme avait été écrasé sur le flanc et jeté sur le côté.

Les yeux choqués de Sana s’ouvrirent en grand.

Des gouttelettes d’eau froide avaient été pulvérisées tout autour, trempant les pieds d’Asagi.

C’était de l’eau. Une veine d’eau souterraine jaillissait du mur avec une force incroyable, percutant le corps de Kiliga Gilika comme un marteau.

« Arrrrrrg ! Petite salope… ! »

Lorsque l’eau de ruissellement avait touché l’individu brûlant, elle avait instantanément dépassé le point d’ébullition et avait explosé sous forme de vapeur. C’était Kiliga Gilika qui avait été emporté par cette onde de choc.

De plus, la force de l’eau jaillissant du mur n’avait pas diminué. Gilika avait été entraîné dans le reflux de l’eau, pour être à nouveau projeté contre le mur extérieur.

Sana avait regardé tout cela en état de choc, alors qu’Asagi le lui avait expliqué à son oreille. « J’ai fait inverser le débit de l’eau. »

Pour éviter que les installations municipales ne soient inondées par de fortes pluies, l’intérieur du Gigaflotteur s’était doté de tuyaux d’évacuation qui les traversaient. Les tuyaux de drainage utilisaient des pompes à solénoïde et des pompes de puisard pour empêcher le reflux de l’eau de mer, mais Asagi et Mogwai avaient pris les commandes pour aspirer l’eau de mer et inonder délibérément le puits de maintenance souterrain.

Avec Sana toujours dans ses bras, Asagi avait grimpé au sommet d’une échelle d’inspection pour éviter qu’elles ne soient emportées par l’eau. C’était la voie d’évacuation qu’Asagi et Mogwai avaient préparée ensemble.

Asagi avait fait glisser le couvercle du trou d’homme et s’était échappée à la surface. Le puits souterrain avait déjà été inondé jusqu’au bord.

Il est certain que même la capacité de Kiliga Gilika à se faire posséder par un Efreet à très haute température ne lui permettait pas de se déplacer librement sous l’eau. Cependant, l’expression d’Asagi restait grave.

« J’aimerais dire que je trouvais plaisant qu’il soit jeté dans l’océan… mais je ne suis pas si naïve que ça, » déclara Asagi.

L’asphalte recouvrant la route derrière Asagi et Sana dégageait une étrange odeur en fondant. Nul autre que Kiliga Gilika était sorti de dessous en rampant.

Une fumée blanche s’échappait de tout le corps du vieil homme. Il avait une série de taches effrayantes ressemblant à des coups de soleil sur toute la peau. Apparemment, le fait d’être baigné dans une grande quantité d’eau de mer avait considérablement affaibli son Efreet.

Le vieux avait grincé des dents en grognant. « Maintenant, tu as vraiment réussi, gamine… »

Il s’était approché d’Asagi et de Sana, traînant les pieds à chaque pas. Même usée comme cela, la capacité de combat de Kiliga Gilika était une grave menace. Et Asagi et Sana n’avaient plus d’endurance pour fuir ni d’installations utilisables.

Le bras droit du vieil homme avait craché des flammes à haute température une fois de plus.

« Merveilleux… cela fait si longtemps que je n’ai pas eu de proie aussi vivante. J’ai été déçu lorsque j’ai appris que la sorcière du néant avait perdu ses pouvoirs, mais tu es un ennemi digne d’être réduit en cendres par mes flammes ! »

Asagi secoua la tête. « Désolé, mais je ne suis pas assez respectueuse des personnes âgées pour perdre mon temps avec un individu égoïste et sénile comme vous… Mogwai ! »

« Keh-keh. Ah, on dirait que vous êtes arrivé à temps — merci. »

C’était une voix plate et calme qui répondait à la demande verbale de l’AI. « Accepter. »

Cette voix venait d’une fille homoncule aux yeux bleu pâle et scintillants. Comme des ailes scintillantes, des bras géants de couleur arc-en-ciel s’étendaient sur son dos.

Les bras géants s’étaient déplacés comme des fouets en s’abattant sur Kiliga Gilika. Un bruit sourd d’impact s’était fait entendre lorsque l’air avait claqué, comme si deux énormes rochers s’étaient écrasés l’un contre l’autre.

Écrasé contre le mur d’un bâtiment, du sang frais avait coulé du corps du vieil homme comme si c’était de la lave.

« Guah... ! »

Un faisceau éblouissant provenant d’un projecteur l’avait éclairé sans pitié.

Alors que le vieil homme levait le visage, il découvrit qu’un golem géant était apparu devant lui, avalant au passage la fille homoncule qui s’y trouvait. Il s’agissait d’un vassal bestial de forme humanoïde, enveloppé dans une armure transparente et charnue.

Derrière le Vassal Bestial, une unité mécanisée de la Garde de l’île s’était déployée, les armes étant prêtes à l’emploi. Asagi ne les avait pas appelés, ils étaient là depuis le début.

C’était l’entrée E de la Porte de la Clef de Voûte — l’itinéraire de déploiement d’urgences où la force principale de la Garde de l’île était toujours en attente.

Asagi n’avait pas couru à l’aveuglette. Elle s’était utilisée comme un leurre pour attirer son adversaire jusqu’à la porte des gardes de l’île.

Et pour le plus grand malheur de Kiliga Gilika, Astarte avait rendu visite à la garnison de la Garde de l’île tout en recherchant la disparue Natsuki.

Le tremblement de la tête de l’assassin semblait dire : incroyable.

« Un homuncule… qui contrôle un vassal bestial… !? » déclara Kiliga Gilika.

Les vassaux bestiaux étaient des bêtes convoquées d’un autre monde. C’était des masses d’énergie magique si denses qu’elles étaient sensibles et pouvaient devenir solides.

Bien que l’Efreet que Gilika contrôlait ait un niveau de pouvoir spirituel ridicule, ce n’était pas un être qui contredisait les lois physiques du monde lui-même. C’est pourquoi les réacteurs spirituels et autres pouvaient être maintenus par des moyens artificiels.

Mais les vassaux bestiaux n’étaient pas si gentils.

Les vassaux bestiaux, de par leur nature même, étaient des êtres qui n’appartenaient pas à ce monde. De plus, bien que les vassaux bestiaux aient une capacité de destruction bien supérieure à la norme, le prix que l’invocateur payait pour les matérialiser était sa propre force vitale.

Les vampires étaient craints comme le plus puissant de tous les démons, car avec leurs forces vitales négatives infinies, cela leur permettait d’employer des vassaux bestiaux.

Et pourtant, voici qu’une jeune fille homoncule impuissante employait librement un tel vassal bestial sous ses yeux — .

« C’est de la folie ! » Gilika se leva et répandit ses flammes incandescentes alors qu’il s’apprêtait à frapper Astarte.

C’était l’attaque de flamme de l’Efreet qui avait permis de faire fondre une épaisse cloison métallique en un seul instant.

Cependant, l’un des bras géants du Vassal Bestial avait stoppé l’attaque à froid.

« — Exécuter, Rhododactylos, » la voix sans émotion d’Astarte annonça cela.

Les yeux de Kiliga Gilika s’ouvrirent en grand en raison de la peur. La force des flammes émises par sa chair s’affaiblissait. Le vassal bestial d’Astarte privait son Efreet de sa force spirituelle.

« Vous… mangez… mon pouvoir spirituel… !? » cria soudain le vieil homme.

La voix de la jeune fille homoncule sortant du Vassal Bestial humanoïde géante répondit calmement… « Affirmatif. »

Avec toute sa puissance spirituelle épuisée, Kiliga Gilika avait été pressé face contre terre par le bras géant du vassal bestial. Bien sûr, il n’était plus conscient à ce moment-là.

Alors qu’il était couché sur le sol, la menotte grise de son bras gauche brilla, d’où des chaînes d’argent enveloppèrent tout son corps. Puis, le corps du vieil homme s’était effondré dans l’air, pour finalement disparaître complètement.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

Laisser un commentaire