Strike the Blood – Tome 5 – Chapitre 2 – Partie 2

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 2 : Les Poursuivis VS. Les Évadés de Prison

Partie 2

Des danseuses vêtues d’armure-bikini osée avaient exécuté une merveilleuse danse du sabre en défilant dans la rue principale.

Même selon les normes de la Parade Nocturne, la « Balade des Valkyries » avait toujours été le programme numéro un ou numéro deux. Le groupe qui accompagnait les danseuses jouait une musique d’opéra épique, ce qui augmentait le niveau de tension des spectateurs.

Asagi avait entendu la sonnerie de son téléphone portable juste avant le point culminant de cette performance émouvante. Bien que fortement tentée de l’ignorer, elle changea d’avis à mi-chemin et sortit à contrecœur le téléphone vibrant. Mais quand Asagi avait vu le nom affiché à l’écran, ses yeux s’étaient élargis.

« Désolée, Sana. Pourrais-tu venir avec moi un moment ? » demanda Asagi.

Asagi se sépara de la foule des spectateurs sur le trottoir et se dirigea vers une ruelle plus calme. Bien qu’elle s’attendait à recevoir des plaintes pour ne pas avoir pu voir le défilé, Sana l’accompagna. Soulagée par cela, Asagi avait pressé son téléphone portable contre son oreille.

« — Allô ? Kojou ? »

Pour une raison inconnue, la voix de Kojou semblait tendue.

« Asagi !? Où es-tu en ce moment ? »

Perplexe face à son comportement inhabituel, Asagi regarda autour d’elle. « Où… ? Je suis devant le bâtiment Quadra, non loin de la Porte de la Clef de Voûte. Le défilé principal est sur le point de passer. »

« C’est ce que je pensais en te voyant à la télévision à l’instant. »

« Hein ? Pas possible… !? Tu m’as vue ? » demanda Asagi.

Asagi avait fait « geh » d’un mouvement de la joue.

En raison de son emploi à temps partiel qui s’était transformé en soirée pyjama, Asagi portait toujours les mêmes vêtements que ce matin-là, son maquillage était également en désordre. Laisser Kojou la voir comme ça aurait été une grave erreur de sa part.

Cependant, Kojou n’avait pas tenu compte de la détresse de la jeune femme et était passé à une autre question.

« As-tu une petite fille avec toi, n’est-ce pas ? »

« … Euh ? »

Asagi plissa son front en regardant Sana, qui se trouvait juste à côté d’elle. Elle ne savait pas pourquoi Kojou réagirait en voyant une fille ordinaire avec elle à la télévision. Elle était presque sûre que ses intérêts n’allaient pas dans ce sens — .

« Eh bien, c’est le cas, mais…, » déclara Asagi.

« Qui est-elle ? Est-ce quelqu’un que tu connais ? »

« Non, elle est perdue. Elle me semble familière, mais je ne peux pas vraiment mettre le doigt dessus, » répondit Asagi.

Le téléphone avait transmis le sentiment de perplexité de Kojou.

« … Perdue ? Comment s’appelle-t-elle ? »

« Elle ne semble pas se souvenir… Ah, ça veut-il dire que tu la connais, Kojou ? Je veux dire, elle ressemble à Natsuki, n’est-ce pas ? Je ne pouvais pas la laisser toute seule, » déclara Asagi.

« C’est donc… »

Kojou avait couvert le microphone de son côté et s’était mis à chuchoter à quelqu’un. Asagi fronça les sourcils, mécontente. La première image qui lui vint à l’esprit fut le visage de Yukina Himeragi. Elle se souvenait également de Yuuma Tokoyogi, l’amie d’enfance de Kojou. Peut-être que Kojou bavardait avec ces filles à ce moment précis…

Cependant, lorsqu’elle entendit à nouveau la voix de Kojou, elle sembla remplie d’une étrange tension qui était loin de l’humeur joyeuse du festival.

« Écoute, Asagi… Je veux que tu écoutes très attentivement. »

« O-okay. »

« Cette fille, elle pourrait bien être —, »

Sana cria, interrompant les paroles de Kojou. « — Maman ! »

Surprise de voir Sana tirer sur son bras de peur, Asagi avait tourné la tête et regardé derrière elle.

Sana fixait un homme chauve qui s’approchait d’elles depuis la sombre ruelle.

L’homme avait probablement une soixantaine d’années. Il était assez bien bâti pour son âge, son physique osseux était couvert d’un simple et humble tissu. Sa peau était assez brûlée par le soleil. Il avait l’air d’un pratiquant de yoga sérieux.

Quand il parla, la voix du vieil homme leur remblai râpeux. « Je t’ai trouvée. »

Ses yeux étaient dirigés directement sur Sana.

Asagi s’était immédiatement placée devant la jeune fille, la protégeant.

« Hum ? Euh… Monsieur ? Quelle est votre relation avec — ? » demanda Asagi.

Le vieil homme avait jeté un seul regard malveillant à Asagi. C’était le genre de regard désintéressé que l’on jetait sur un individu gênant.

« Dégage, gamine… Livre-moi la sorcière du néant maintenant, » ordonna le vieil homme.

La voix de Kojou était revenue au téléphone, déconcertée. « Asagi ? Asagi, qu’est-ce qui ne va pas ? »

C’était peut-être le son d’une voix familière qui l’avait finalement ramenée à la lucidité.

Asagi recula prudemment tout en gardant les yeux sur l’intrus.

« Il y a ce type bizarre qui vient vers nous —, » déclara Asagi.

Le vieil homme jeta un regard furieux sur Asagi et cria. « Ravageur ! Va-t’en — . »

Tout son corps s’était teinté de rouge. Ce n’était pas dû au sang qui coulait sur sa peau en raison de la colère, mais au fait que son corps même avait commencé à émettre de la lumière comme un métal chauffé à haute température.

Un vague scintillement avait fait vaciller l’air derrière lui. Même à distance, Asagi pouvait sentir l’air brûlant qui s’échappait de lui.

La façon dont le vieil homme rouge vif faisait surgir des flammes à très haute température depuis son corps le faisait ressembler à un Efreet.

Asagi s’était écriée en réalisant ce qu’était le vieil homme. « Un maître des esprits — !? »

Les esprits étaient des êtres énergétiques qui existaient dans l’espace d’une autre dimension. C’était des masses d’énergie spirituelle d’une pureté extrêmement élevée.

Lorsqu’ils étaient convoqués dans le monde des hommes, les esprits élémentaires s’effondraient et disparaissaient instantanément. Les sorciers de haut rang et les hommes saints pouvaient les utiliser pour des sorts d’attaque, mais en d’autres termes, ils n’avaient pas de meilleur moyen d’employer les êtres en raison de leur état instable naturel.

Il avait été dit que seule l’utilisation d’un réacteur spirituel géant à l’échelle d’un navire de guerre permettait d’invoquer un esprit et de le maintenir stable. Ce n’était pas quelque chose qu’un individu pouvait utiliser.

Cependant, il y avait eu de très rares exceptions. Il s’agissait des maîtres des esprits — ceux qui invoquaient les esprits.

On disait que la princesse héritière du royaume d’Aldegia, en Europe du Nord, était capable d’invoquer les esprits dans sa propre chair et d’exercer librement leur pouvoir spirituel. Cette personne était probablement un invocateur d’esprits dans la même veine.

Bien sûr, on ne parlait pas là d’un esprit de haut rang comme ceux employés par la princesse d’Alde. Il s’agissait plutôt d’un Efreet d’un statut bien inférieur.

Cependant, sur la base d’une puissance d’attaque pure, elle faisait encore honte à tous les autres sorciers. Le vieil homme était un monstre de chair humaine, bien plus effrayant qu’un démon.

La décision d’Asagi avait été prise rapidement. « Sana, cours ! »

Réalisant rapidement que Sana était la cible du vieil homme, elle avait couru, tirant la fille par la main. Sana s’était désespérément accrochée à Asagi, se traînant à moitié dans le processus.

Elle n’avait plus le temps de parler avec Kojou. Asagi avait sorti son autre smartphone et elle avait crié dans le microphone en courant de toutes ses forces.

« Ce n’est pas drôle, bon sang — Mogwai ! »

Une voix synthétique avec un air sarcastique avait coulé dans son oreille.

« Je vous entends, mademoiselle. »

C’était le partenaire d’Asagi — l’intelligence artificielle, Mogwai.

« Situation ? »

« Tout a été analysé. Le vieil homme est Kiliga Gilika. Il est né dans la vallée de Kaboul, au Moyen-Orient, au sein de la guérilla. Ce monstre a utilisé un sort pour transplanter un Efreet dans son propre corps afin de tuer ses ennemis plus efficacement. Il y a six ans, il a été arrêté sur l’île d’Itogami pour tentative de terrorisme et envoyé à la Barrière pénitentiaire. »

Asagi était hors d’elle. « La Barrière pénitentiaire ? Veux-tu dire que ce n’est pas juste une légende urbaine ? »

C’était soi-disant une prison cachée quelque part dans le Sanctuaire des Démons où les pires criminels magiques étaient emprisonnés. Cela signifiait-il que le vieil homme était un évadé qui s’était échappé ? C’était difficile à croire, mais Asagi ne pensait pas que Mogwai raconterait des histoires à un moment pareil.

Le vieil homme n’était pas un coureur si rapide que ça. Au mieux, il avançait à peu près au même rythme qu’Asagi et Sana qui couraient pour leur vie. Cependant, le vieil homme avait simplement brûlé les arbres décoratifs et les panneaux qui lui barraient la route, le laissant poursuivre par le chemin le plus court possible. À leur rythme actuel, ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne les rattrape.

« Argh… Mogwai, calcule l’itinéraire ! Nous nous dirigeons vers le tunnel de service de l’entrée E de la Porte de la Clef de Voûte. Tu t’occupes des cloisons ! »

« Entrée E, hein ? Bien reçu. Prenez à droite au prochain virage, descendez les escaliers vers le centre commercial souterrain… il y a une trappe vers le tunnel de service quand vous arrivez au palier. »

Comprenant immédiatement ce qu’Asagi préparait, Mogwai lui avait immédiatement indiqué le chemin à suivre pour s’enfuir. Heureusement, les ruelles avaient été largement dépouillées de leurs habitants. Alors que tout le monde allait voir le défilé, il n’y avait pas un seul piéton en vue pour bloquer leur fuite.

Prenant le petit corps de Sana, Asagi avait couru dans les escaliers et avait immédiatement déplacé ses yeux sur la trappe. C’était l’entrée d’un tunnel de service utilisé pour les travaux sur les lignes d’eau et les câbles électriques enterrés.

Mogwai avait déjà utilisé la télécommande pour déverrouiller la trappe. Asagi avait ouvert la trappe à coups de pied et avait plongé dans le tunnel de maintenance mal éclairé. C’était un long tunnel d’à peine deux mètres de diamètre.

Ensuite, Asagi avait couru une cinquantaine de mètres dans le tunnel avant de tomber à genoux. Son endurance était proche de ses limites. C’était un fardeau trop lourd pour une lycéenne ordinaire qui courait tout en portant une petite fille dans ses bras.

Pour sa part, Kiliga Gilika était déjà entré dans le tunnel à la poursuite d’Asagi et de Sana.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

Laisser un commentaire