Strike the Blood – Tome 5 – Chapitre 1 – Partie 2

Bannière de Strike the Blood ***

Chapitre 1 : Absence de la Sorcière

Partie 2

Le premier à parler fut le monsieur qui portait le chapeau de soie.

« Aya Tokoyogi… la sorcière de Notaria, oui ? Tout d’abord, laissez-moi vous remercier d’avoir ouvert cette abominable barrière. »

Il semblait avoir une quarantaine d’années, plus ou moins, et lui aussi, il était plutôt solidement bâti. Mais il dégageait un air doux et intellectuel — c’était peut-être les vêtements qui faisaient l’homme. Il n’aurait pas semblé déplacé parmi les clients d’un salon de luxe ou les invités d’un opéra.

Cependant — .

Une hostilité vive et manifeste émanait de tout son corps. Ses yeux brûlaient de haine pour Kojou et les autres personnes concernées par le bien-être de Natsuki Minamiya.

Pour les détenus de la Barrière pénitentiaire, c’était des camarades de la sorcière du néant, celle qui les avait capturés et enfermés dans un autre monde, la colère des prisonniers était sûrement assez grande pour que déchirer ces intrus membre par membre ne semble pas tout à fait suffisant.

Baignée dans la soif de sang des détenus, Aya s’était retournée vers eux et leur avait demandé très calmement. « Vous n’êtes que six… Qu’est-il arrivé aux autres ? »

Le petit jeune homme au sommet du mur avait répondu crûment à la question d’Aya : « Rien n’est arrivé ! Regardez-moi ce salaud ! »

Ses cheveux étaient des dreadlocks courts, et il portait une chemise somptueusement couverte par-dessus une autre, associée à un jean ample. C’était la mode de la rue, mais d’après son apparence, il ne semblait pas plus âgé que Kojou.

Mais lui aussi était en effet l’un des criminels diaboliques détenus dans la Barrière pénitentiaire. La preuve en est que, même à ce moment-là, des menottes métalliques grises couvraient son avant-bras gauche.

Le jeune homme aux dreadlocks cria férocement alors que son bras droit se déplaçait.

« Regardez ! »

Kojou n’avait pas pu comprendre ce qui s’était passé à l’instant suivant. Ce qu’il avait compris, c’est l’éclaboussure de sang massive qui s’était échappée du corps de l’homme qui se tenait devant le jeune homme.

« Schtola D, pourquoi vous — ! »

L’homme cracha du sang en se tournant vers l’agresseur, le bombardant d’un regard plein de colère.

D’après sa tenue et l’air qui l’entourait, Kojou avait deviné que le plus âgé était un sorcier, en outre, un criminel-sorcier qui avait commis des crimes si graves qu’il avait été envoyé dans la Barrière pénitentiaire. Aucune attaque médiocre n’aurait pu pénétrer le puissant mur magique qui protégeait sa chair physique. C’est précisément pour cette raison que de tels archicriminels avaient été enfermés dans un autre monde.

Mais l’attaque du jeune homme avait tranché ses défenses comme du papier, le corps sans défense du monsieur avait subi de graves blessures presque mortelles. Son front avait été fendu de l’épaule jusqu’au ventre. Il était tombé à genoux sur place, incapable de se défendre.

« Ha-ha — ! Ne me déteste pas, sorcier, déteste ton corps fragile ! » cria son adversaire avec excitation. « … Et le voilà ! »

Les menottes qui entouraient l’avant-bras gauche du jeune sorcier commencèrent à briller. D’innombrables chaînes jaillirent des menottes grises comme une cascade, enveloppant sans relâche le corps gravement blessé et le traînant dans les airs. Sa destination était sans doute l’intérieur de la Barrière pénitentiaire.

L’homme blessé avait désespérément tenté de résister.

« Guoooooooh — ! »

Cependant, il n’avait plus le pouvoir de tisser un sort qui pouvait trancher les chaînes. Il avait été avalé par l’air lui-même, comme s’il s’enfonçait dans un marécage sans fond. Et puis, il avait disparu.

« … Ah. Le système de la Barrière pénitentiaire fonctionne toujours…, » fit remarquer Aya.

Ni elle ni les autres évadés n’avaient affiché la moindre émotion face à la disparition du sorcier. Naturellement, ils n’avaient pas non plus ressenti de colère à propos de l’attaque du jeune homme aux dreadlocks. Ils se trouvaient justes dans la même prison, ils ne partageaient pas la moindre parcelle de camaraderie.

Celui qui s’appelait Schtola D avait simplement répondu avec un sourire sombre.

« Il semble que nous ne serons pas complètement libres tant que nous n’aurons pas tué la sorcière du néant et que la Barrière pénitentiaire n’aura pas complètement disparu, » déclara une jeune femme aux cheveux violets à Aya, reprenant là où le jeune aux dreadlocks s’était arrêté. « Tee-hee... si vous le savez, pourriez-vous nous dire où elle est ? Une sorcière comme vous devrait avoir une ou deux idées, non ? »

C’était une belle femme avec un air décadent, dégageant un sentiment de sexualité corrompue. Elle portait de la lingerie très exposée sous un long manteau, elle avait en quelque sorte l’air d’une prostituée à l’ancienne.

Mais les yeux avec lesquels elle regardait Aya Tokoyogi étaient teintés d’une intense soif de sang. Aya écarta calmement l’hostilité et secoua lentement la tête.

« Malheureusement, je ne le sais pas. Si vous voulez tuer cette femme, par tous les moyens, cherchez-la vous-mêmes. »

Schtola D avait recroquevillé ses lèvres dans un sourire militant. « C’est ainsi. Ça a l’air intéressant, Mlle la Leader du LCO. Dans ce cas, tu ne sers plus à rien. »

Il regarda Aya et leva la main droite de la même manière qu’il avait attaqué le gentleman au chapeau de soie. Il est clair que si Aya ne voulait pas coopérer, il la tuerait aussi. Il considérait probablement tout être humain qui ne lui était pas utile comme son ennemi.

Mais la petite sorcière avait un air apathique, car elle aussi levait son bras gauche devant Schtola D, sa longue manche l’enveloppant. Elle tenait un vieux tome.

« Ne soyez pas hâtif, impétueux… Je ne sais pas où se trouve Natsuki Minamiya, mais je n’ai pas refusé de vous aider, » déclara Aya.

Schtola D avait cessé de bouger, laissant son bras en l’air. « Ahh ? »

Il semblait déconcerté, incapable de saisir le sens des mots d’Aya.

À la place de Schtola D, un jeune homme à l’allure svelte avait hoché la tête, les yeux s’étaient plissés alors qu’il regardait ça. « Grimoire n° 014… Histoire personnelle, oui ? Je vois… très intéressant. »

« Qu’est-ce que ça veut dire, Meiga ? »

Le jeune homme appelé Meiga avait replacé ses lunettes dans un déplaisir apparent alors qu’il jetait un coup d’œil à Schtola D.

« Je préférerais que vous ne vous adressiez pas à moi de façon aussi désinvolte… mais, ah bon. En fin de compte : C’est une malédiction. Aya Tokoyogi a utilisé le pouvoir du grimoire pour jeter une malédiction sur la sorcière du néant. Natsuki Minamiya est probablement amnésique en ce moment même… n’est-ce pas, Aya Tokoyogi ? »

« C’est… exact. Plus précisément, je n’ai pas seulement volé ses souvenirs, mais le temps qu’elle a vécu, » déclara Aya.

« Voler à la chair et au sang d’autrui le temps accumulé… tel est la capacité du grimoire permise au seul chef du LCO, » répondit le jeune homme après y avoir réfléchi. « Je vois… ce qui est le plus fascinant… »

Schtola D avait reniflé en s’immisçant dans la conversation. « Voler sa mémoire et son temps… alors, qu’est-ce que ça veut dire en fait ? »

Un sourire cruel s’était glissé sur les lèvres de Meiga. « Cela signifie que Natsuki Minamiya ne peut actuellement pas utiliser la magie. Elle ne peut probablement pas non plus utiliser le pouvoir de son Gardien. »

Natsuki Minamiya était une sorcière qui pouvait librement manipuler l’espace. Le prix terrible de ce pacte était d’être la gardienne de la Barrière pénitentiaire, mais c’est précisément à cause de ce coût qu’on lui avait accordé un énorme pouvoir magique dépassant de loin la norme. Et ses plus de dix ans d’expérience de combat contre les démons l’avaient transformée en une mage d’attaque rusée. Il ne fait aucun doute que tous les détenus de la prison savaient à quel point elle pouvait être effrayante.

Mais le grimoire d’Aya Tokoyogi lui avait volé la source du pouvoir de Natsuki.

Saisissant enfin la situation, Schtola D s’était tordu les lèvres avec un plaisir évident.

« Et alors ? Le grimoire a pris son pouvoir… Non, il lui a pris le temps et l’expérience nécessaires pour obtenir ce pouvoir, alors…, » déclara Schtola D.

Aya Tokoyogi caressa les pages de son grimoire bien-aimé en se parlant à elle-même. « Il a fallu dix ans de préparation, en utilisant le corps de ma propre fille comme leurre, pour que la sorcière du néant baisse enfin sa garde un seul instant pour un… coup. Mais cela a été suffisant pour activer mon… grimoire. »

Aya était bien consciente qu’il ne pouvait pas s’échapper de la Barrière pénitentiaire à moins que Natsuki Minamiya ne soit vaincue.

C’est pourquoi elle avait attendu que Natsuki révèle un seul moment de faiblesse, lui donnant le temps de jouer son atout : l’effet de son grimoire.

« Il semble que Natsuki Minamiya ait fui juste avant de perdre complètement son énergie magique, » le jeune homme à lunettes avait acquiescé d’un ton froid et recueilli. « Mais elle ne pourra plus utiliser la magie tant que le grimoire restera actif. Ce qui signifie que tout ce que nous avons à faire est de la retrouver pendant qu’elle est en fuite et de lui porter le coup de grâce. Et vous, Aya Tokoyogi ? »

Aya n’avait rien dit. Sa posture avait dit. Fais comme tu veux.

La femme aux cheveux violets regarda les menottes de son avant-bras gauche et fit un rire coquet. « Si c’est comme ça, tu devrais nous donner un coup de main, Aya Tokoyogi. Nous tous ici voulons la tuer — Ou bien, peut-être que le premier qui l’atteint gagne ? »

Schtola D, pendant ce temps, boudait en levant la main sur ses dreadlocks. « Keh, quel emmerdeur, mais bon. Mon corps s’est ramolli à cause de toute cette vie en prison. Je parie que ça va être une bonne rééducation. »

Les autres évadés avaient hoché la tête en silence, apparemment en accord.

Ils chercheraient Natsuki qui était en fuite et l’élimineraient. Il semblerait que le consensus parmi les évadés était qu’ils étaient du même côté, ne serait-ce que jusque-là.

La magie de Natsuki était encore scellée par Aya Tokoyogi. Même si elle avait fui avant de perdre son pouvoir, elle n’était sûrement pas allée bien loin. Natsuki était probablement quelque part sur l’île d’Itogami. Si tous les évadés partaient à sa recherche, la retrouver était très probablement une question de temps.

Dans son état amnésique actuel, Natsuki avait déjà été poussée au bord du gouffre. Elle n’aurait pu être en état de combattre les condamnés.

Tu te moques de moi, pensa Kojou, les lèvres pincées alors qu’il s’avançait. Il laissa une Yuuma ensanglantée à Yukina et fixa les êtres magiques.

« Attendez. Croyez-vous qu’on va vous laisser partir après avoir entendu tout ça ? » demanda Kojou.

Schtola D, comme s’il se rappelait enfin que Kojou avait même existé, lui avait jeté un regard de contrariété. « Ah ? Est-ce que le morveux vient de dire quelque chose… ? »

Même en couvrant sa blessure à la poitrine, Kojou n’avait jamais détourné ses yeux.

La Barrière pénitentiaire n’avait pas été complètement brisée. Il était encore possible de les sceller une fois de plus. Mais pour ce faire, ils devaient protéger Natsuki, maintenant en fuite. Ils ne pouvaient pas laisser les évadés la rattraper.

Le jeune homme à lunettes acquiesça calmement. « Ah oui, vous étiez là aussi, quatrième Primogéniteur. Peut-être devrions-nous d’abord nous débarrasser de vous… »

La femme au manteau avait plissé ses beaux yeux en regardant Kojou.

L’homme en armure avait passé sa main à l’épée dans son dos sans un mot. Le vieil homme, lui aussi, écarta ses bras apparemment ratatinés en souriant.

Pas un seul d’entre eux ne craignait Kojou. Ils croyaient, bien sûr, qu’ils allaient gagner, même contre le vampire le plus puissant du monde.

Malgré cela, Kojou avait sa propre raison de les arrêter. Après tout, c’était le pouvoir démoniaque du quatrième Primogéniteur qui avait été utilisé pour briser la Barrière pénitentiaire. Kojou ne pouvait pas s’empêcher de se sentir responsable de cela, d’autant plus qu’il savait maintenant quel prix Natsuki avait payé pour protéger le sceau de la Barrière pénitentiaire.

Schtola D avait parlé avec mépris alors qu’il sautait de la tour. « Mince… tu penses vraiment qu’un simple Primogéniteur va pouvoir m’arrêter, moi? »

Il y avait plus de dix mètres entre lui et Kojou. Une attaque à mains nues n’aurait pas pu l’atteindre.

Quoi qu’il en soit, Schtola D avait balancé son bras droit bien au-dessus.

Kojou avait ressenti la libération d’une féroce soif de sang, mais très peu d’énergie magique du bras droit de Schtola D. Jugeant qu’il s’agissait d’un simple bluff, Kojou ne fit aucun geste pour s’enfuir. Mais — .

« — Non, Senpai ! » s’écria Yukina, avec une expression frénétique alors qu’elle se jetait devant Kojou en guise de bouclier.

Un instant plus tard, une rafale si puissante que la terre gronda et trembla s’abattit sur Yukina. La lance d’argent qu’elle portait avait pris le coup de vent que Schtola D avait déclenché en plein dessus.

Un grondement métallique se répercutait sur l’arme, comme si un maillet s’était abattu sur elle. Yukina tomba à genoux sous l’effet d’un poids incroyable et invisible.

« Himeragi !? » cria Kojou, alors que les séquelles de l’onde de choc la dépassaient et le touchaient lui aussi.

C’était une attaque tranchante invisible qui pouvait attaquer des adversaires à plus de dix mètres de distance. Cela semblait être la capacité du jeune homme appelé Schtola D. Le gentleman sorcier de tout à l’heure avait probablement été gravement blessé par la même technique.

Cependant, ce qui avait surpris Kojou, c’est le fait que Yukina n’avait pas été en mesure de bloquer complètement son attaque. Sa lance aurait dû être capable d’annuler tout pouvoir magique existant. Ainsi, l’attaque de Schtola D avait pu briser même la défense de Loup de la dérive des neiges…

Mais le sorcier du dessus était tout aussi secoué qu’eux.

« … Quelle est cette lance ? Elle a arrêté ma hache du tonnerre !? »

Son visage semblait crier : Comment une petite fille impuissante comme elle ose-t-elle arrêter mon attaque ?

Schtola D hurla en levant une fois de plus le bras. « Maintenant que tu l’as fait, tu as blessé ma fierté, bon sang ! Et si je devenais sérieux !? »

L’incroyable soif de sang, bien au-delà de celle d’avant, leur avait dit ce qu’il préparait.

Yukina s’était appuyée sur sa lance alors qu’elle se levait. Elle semblait être au bout du rouleau. « Senpai… laisse-moi faire. Prends Yuuma et cours, s’il te plaît. »

Pendant un instant, Kojou avait été sous le choc. Schtola D représentait à lui seul une telle menace, mais il n’était que l’un des criminels présents.

Ils ne savaient pas ce que les autres pouvaient faire, y compris Aya Tokoyogi. Aussi excellente que soit l’attaque, Yukina ne pensait pas pouvoir les vaincre tous indemne. En plus de cela, Yukina était épuisée par la lutte contre les sorcières du LCO et Yuuma. Il n’était pas le seul à être encore blessé.

« Non, Yukina ! Si quelqu’un reste derrière, ce sera —, » commença Kojou.

« Non, Senpai. Tu ne dois pas utiliser tes vassaux bestiaux dans un endroit comme celui-ci, » répondit Yukina.

Kojou n’avait rien à dire en réponse à cette réfutation calme et posée.

Ses vassaux bestiaux étaient trop forts, ils détruiraient entièrement la Barrière pénitentiaire, même si tout ce qu’ils visaient était un sorcier. De plus, son état instable faisait du simple contrôle des vassaux bestiaux une chose hasardeuse.

Yukina tourna le dos à Kojou. « Je vais te faire gagner du temps jusqu’à ce que tu puisses t’échapper. S’il te plaît, prends Yuuma et pars ! »

« Himeragi ! »

« Dépêche-toi, s’il te plaît. Ou bien as-tu l’intention de laisser mourir Yuuma et Mme Minamiya ? » demanda Yukina.

« Cela ne veut pas dire que je peux te quitter ! » Kojou répondit en criant sans réfléchir.

La façon dont Yukina avait calmement décidé qu’il était naturel qu’elle se sacrifie l’avait vraiment énervé.

Les yeux de Yukina s’élargirent et elle se figea, comme si la réaction de Kojou l’avait vraiment surprise.

Au début, Kojou avait l’air têtu, mais ses joues étaient teintées, comme s’il rougissait un peu. Pendant un seul instant, les deux regards silencieux s’étaient échangés — .

Mais c’est à l’instant suivant que Schtola D avait posé les yeux sur Kojou et Yukina et avait libéré une autre frappe tranchante invisible vers eux.

« Ha-ha! Je vais t’écraser comme un insecte, Quatrième Primogéniteur — ! » déclara-t-il.

Kojou et Yukina avaient réagi trop lentement pour esquiver l’attaque de Schtola D. Alors — .

Alors que les deux individus retenaient leur souffle, un éblouissant faisceau cramoisi avait rempli leur champ de vision.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

Laisser un commentaire