Strike the Blood – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 6

***

Chapitre 2 : Révélation de la Terreur

Partie 6

« Je me demande si ce que Mme Minamiya a dit est vrai, » se demanda Yukina à voix haute.

Après avoir quitté la pièce de Natsuki, Kojou et Yukina s’étaient dirigés vers leur propre classe, avec leurs pas lourds. En chemin, Yukina s’arrêta et lui posa sa question.

« Sa personnalité est peut-être déformée quant à certains points, mais je ne pense pas qu’elle soit une menteuse par nature. » Se frottant la tête, ce qui lui faisait encore un peu mal, Kojou exprima ses pensées à voix haute.

« D’une façon ou d’une autre, je vois ce que tu veux dire, » déclara Yukina, un sourire tendu lui venant à l’esprit.

L’Organisation du Roi Lion dont faisait partie Yukina s’entendait assez mal avec Natsuki et d’autres agents nationaux anti-démon. Naturellement, Yukina avait envisagé la possibilité que Natsuki ait fourni à Yukina une fausse information, mais ceux qui connaissent la personnalité de Natsuki ne penseraient pas qu’elle ferait quelque chose d’aussi gênant.

Fondamentalement, le mensonge était quelque chose que les faibles faisaient en tant que mécanisme de survie. Quelqu’un d’aussi puissant que Natsuki n’en avait pas besoin. Si quelqu’un lui en tirait une balle rapide, elle aurait pris un morceau de sa chair en représailles, si quelqu’un s’opposait à elle, elle les réduisait en poussière, qu’il soit ami ou ennemi. C’était le modus operandi de Natsuki, la source de son charisme. Bien qu’elle soit une simple humaine, elle était une créature beaucoup plus proche d’un Primogéniteur que quelqu’un comme Kojou.

C’est pourquoi on pouvait lui faire confiance, même si les détails étaient inconnus. Cela incluait le fait que Vattler avait consumé ses frères.

« Tu m’as dit qu’un Sage est un vampire de deuxième génération, non ? » Kojou avait vérifié cela avec Yukina d’un ton de voix incertain.

« Oui, » indiqua Yukina, acquiesçant d’un signe de tête ferme.

« Ce sont eux qui sont choisis pour recevoir le sang des Primogéniteurs. Cela ne se limite cependant pas aux fils et filles biologiques des Primogéniteurs, » déclara Yukina.

« … Les apôtres, les successeurs et tout ça, hein ? » demanda Kojou.

« Ils ont probablement volé l’idée aux apôtres autour de ce type qu’ils appelaient le Fils de Dieu à l’époque, » murmura Kojou. Les Primogéniteurs étaient directement le sang de ce qui constituait « la plus ancienne génération » de vampires. Bien sûr, leurs capacités devaient être bien supérieures à celles des vampires normaux.

« Selon cette définition, Vattler n’est donc pas directement lié au Premier Primogéniteur ? » demanda Kojou.

« Je suppose que non. On l’appelle un noble de sang pur, mais à la fin, il n’est qu’un lointain descendant des Sages, » pendant que Yukina parlait, son expression s’était assombrie. « Cependant, si le duc d’Ardeal a vraiment consommé plus d’un sage, il pourrait bien posséder une sorte de capacité spéciale. Une capacité spéciale qui peut renverser un avantage lié par le rang du sang… »

« Le rang du sang… hein ? » murmura Kojou, regardant sa propre paume.

Pour les vampires invétérés, le sang était la source de leur force magique. C’était leur moyen d’invoquer les Vassaux Bestiales ainsi que le fondement de leur existence même. En suçant le sang de nombreux êtres, les vampires de longue durée avaient accumulé encore plus de pouvoir magique dans ce sang. Les vampires de la Vieille Garde possédaient plus de pouvoir que les jeunes générations pour cette raison même. C’est encore plus le cas pour les Sages.

Mais cela ne voulait pas dire qu’un vampire plus jeune n’était pas capable d’obtenir une grande puissance plus tôt que prévu. Il n’avait qu’à voler le pouvoir magique directement du sang de vampires plus puissants.

Pour les vampires qui consommaient le sang des autres vampires, leur existence même… c’était, en un sens, du cannibalisme.

Mais on disait qu’on ne pouvait normalement pas consommer un vampire plus puissant que soi-même. Même s’il suçait le sang de l’autre personne, il prendrait le contrôle de sa propre chair et de son esprit de l’intérieur. Celui qui tenterait de consommer serait plutôt lui-même consommé. C’était le danger du cannibalisme, et la principale raison pour laquelle les vampires de la jeune génération n’avaient pas vaincu leurs supérieurs.

C’est-à-dire qu’en temps normal, Vattler n’aurait tout simplement pas été capable de battre un Sage.

« Oh ouais, il était plutôt accro au sang, n’est-ce pas ? » demanda Kojou.

Kojou avait parlé en se souvenant de la déclaration de Vattler la veille au soir. Yukina avait commencé sa réponse en disant. « Ce n’est pas seulement le duc d’Ardeal qui est obsédé par les lignées de sang, mais l’espèce des vampires dans son ensemble. »

« Bien que c’est certain qu’il soit un peu anormalement attaché à toi, Senpai. » Continua Yukina.

« Ce n’est pas à moi qu’il est attaché. C’est le sang du 4e Primogéniteur auquel il est accroché, » déclara Kojou.

Kojou avait l’air d’avaler du sable pendant qu’il la corrigeait. Bien qu’il ait dit qu’il avait juré son amour à Avrora, il l’avait facilement transféré à Kojou en apprenant qu’il avait hérité de son sang.

Même quand on regardait son attitude frivole, c’était vraiment trop frivole, mais cela disait vraiment à quel point il était attaché au sang du quatrième Primogéniteur.

« Si c’est le cas, le conseil de Mme Minamiya de faire attention à ce qu’il ne te dévore pas pourrait bien être valide…, » déclara Yukina.

Yukina leva les yeux vers Kojou pendant qu’elle parlait. Vattler avait déjà consommé deux Sages au-dessus de son rang. Par conséquent, la possibilité qu’il s’en prenne même à un Primogéniteur au pouvoir magique beaucoup plus grand ne pouvait être écartée à la légère.

« Supposons que oui, » déclara Kojou d’une voix timide. « Comme je suis maintenant, je ne gagnerais probablement pas s’il essayait sérieusement de me tuer… Ce serait une autre histoire si je pouvais contrôler au moins quelques Vassaux Bestiales de plus. »

« Vassaux Bestiales, est-ce que c’est… ? » pour une raison inconnue, il y avait un regard sombre sur le visage de Yukina alors qu’elle murmurait.

Kojou n’avait qu’un seul Vassal Bestial qu’il pouvait contrôler. Regulus Aurum était une bête de classe mondiale, c’était un vassal convoqué avec le pouvoir magique du quatrième Primogéniteur, mais il n’en était qu’un.

En utilisant Regulus Aurum pour attaquer, Kojou lui-même était impuissant. Il n’y avait aucune garantie que Regulus Aurum gagnerait si elle affrontait les neuf Vassaux Bestiales de Vattler en même temps.

« … Senpai, » déclara Yukina.

« Hein ? » demanda Kojou.

« Tu penses que tu veux… encore faire ça ? » demanda Yukina.

Les yeux inébranlables de Yukina reflétaient le visage de Kojou sur eux. Son regard très sérieux avait permis à Kojou de redresser son dos sans réfléchir. Cependant, il n’arrivait pas à saisir le sens de sa question.

« Comment ça… ça ? Encore ? » demanda Kojou.

« Ça. Tu sais… comme… sucer… mon…, » Balbutia Yukina.

Tout à coup, Yukina avait détourné les yeux, sautant une partie de la phrase, comme si elle était un peu en colère et un peu gênée.

Alors que la fine courbe de sa nuque à sa clavicule se présentait dans son regard, Kojou avait fini par comprendre la véritable signification de la déclaration de Yukina.

Kojou avait réussi à apprivoiser Regulus Aurum parce qu’il avait bu le sang de Yukina. Cela étant dit, boire à nouveau son sang pourrait lui permettre de prendre le contrôle d’un autre Vassal Bestial — c’est ce que disait Yukina.

Cependant, le fait de le réaliser signifiait aussi que l’excitation sexuelle de Kojou était dirigée vers Yukina…

« Euh, non ! Ce n’est pas ce que je voulais dire quand je parlais tout à l’heure ! Ce n’est pas comme si je trouvais ton sang savoureux, Himeragi, même pas un peu ! » déclara Kojou.

Kojou avait désespérément nié. Bien que la situation d’urgence précédente, où l’Île d’Itogami était menacée de destruction, ait pu la rendre inévitable dans un sens, cette situation était complètement différente. Il pensait que c’était mal d’agir avec autant d’assurance envers Yukina, qui n’était guère son amante.

« … Mon sang ne t’intéresse pas, n’est-ce pas ? Même pas un peu… ? » demanda Yukina.

Mais pour une raison inconnue, le ton de la voix de Yukina était soudainement devenu glacial. Les yeux sans expression qui levaient les yeux vers Kojou ressemblaient au bord d’un couteau glacé.

« Quoi qu’il en soit, je pense que je pourrais me débrouiller avec ça. J’ai l’impression que Vattler ne pense pas à me consommer tout de suite. S’il ne fait pas attention et qu’il me met au pied du mur, mon Vassal Bestial pourrait devenir sauvage comme avant. »

Se sentant coupable pour une raison qu’il n’arrive pas à trouver, Kojou avait travaillé dur pour parler d’une voix optimiste.

Ce n’était pas quelque chose sur lequel ils pouvaient compter du tout, mais Kojou avait une base pour ses paroles. Les choses que les vampires immortels détestaient le plus étaient l’isolement et l’ennui. Pour Vattler, l’existence du quatrième Primogéniteur était comme un ami perdu depuis longtemps ou peut-être un rempart infaillible contre l’ennui. Kojou avait vaguement ressenti ces deux sentiments à cause de son attitude.

D’ailleurs, Vattler lui-même avait parlé des Vassaux Bestiales en fureur s’ils sentaient que leur hôte était en danger.

« Tu as peut-être raison. » Yukina continua à regarder froidement Kojou alors qu’elle avait acquiescé. « Si tes Vassaux Bestiales incontrôlés se déchaînent à nouveau, le montant que tu dois augmentera de plusieurs dizaines de milliards de yens. Non pas que des gens comme moi puissent y faire quoi que ce soit. »

« Euh, ouais. Eh bien… mm, » déclara Kojou.

Kojou ne pouvait que marmonner maladroitement.

« De plus, l’attitude du duc d’Ardeal envers toi n’était pas celle d’une seule personne envers sa proie, mais plutôt celle d’une personne cherchant sincèrement une relation physique, n’est-ce pas ? » demanda Yukina.

« S’il te plaît, ne dis pas des choses effrayantes comme ça. Tu me fais vraiment flipper, » déclara Kojou.

« Désolée. C’est de ma faute, mais j’ai eu une mauvaise prémonition. Bien qu’il n’y ait rien que des gens comme moi puissent y faire, » déclara Yukina.

« Maintenant, Himeragi. Pourrais-tu être, ah, contrariée par quelque chose ? » demanda Kojou.

« Non, pas du tout. Pas même un tout petit peu, » déclara Yukina.

L’attitude de Yukina le laissant naufragé sans île, Kojou n’avait finalement pas pu endurer davantage et avait détourné les yeux.

« … Eh bien, je pense qu’on devrait mettre de côté l’affaire Vattler et se concentrer sur le problème des terroristes. Je sais que Natsuki a dit de ne pas s’inquiéter pour ça, mais…, » déclara Kojou.

« À l’heure actuelle, nous avons si peu d’information qu’il est difficile de prendre une décision, n’est-ce pas ? » demanda Yukina.

« Info, hein… ? » demanda Kojou.

Kojou croisa les bras et s’enfonça dans ses pensées. Le manque d’informations était certainement un grave problème. Il ne pensait pas que Natsuki lui mentirait, mais prendre ses paroles pour argent comptant et ne rien faire ne ferait que l’inquiéter davantage. Dans tous les cas, ils avaient besoin d’autres informations pour voir ce qu’il y avait derrière les paroles de Natsuki.

« En y repensant, elle a dit qu’il y avait une compagnie qui a fait passer le Nalakuvera dans la Ville d’Itogami, non ? » demanda Kojou.

Kojou se souvint soudain que Natsuki avait dit quelque chose à ce sujet.

« Kano Alchemical Industries Corporation, n’est-ce pas ? C’est un fournisseur de composants alchimiques, enfin, je crois, » déclara Yukina.

« Si c’est le cas, nous pourrions peut-être examiner la question de notre côté. Désolé, mais pourrais-tu retourner au collège, Himeragi ? Je te contacterai plus tard, » déclara Kojou.

« J’ai une vague idée de ce que tu penses, Senpai, mais…, » déclara Yukina.

L’expression de Yukina semblait bouder, comme si elle avait quelque chose à dire. Pour une raison ou une autre, elle s’était arrêtée dans sa phrase, regardant lentement autour d’elle.

Tandis que Yukina se taisait, aiguisant ses sens, Kojou l’appelait, perplexe.

« … Himeragi ? Quelque chose ne va pas ? » demanda Kojou.

« Rien…, » finalement, Himeragi expira doucement en secouant la tête comme si ce n’était rien. « J’avais l’impression que quelqu’un me regardait, mais ça devait être mon imagination. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire