Strike the Blood – Tome 2 – Chapitre 2 – Partie 5

***

Chapitre 2 : Révélation de la Terreur

Partie 5

Académie de Sakai, bâtiment du lycée, dans la section du personnel…

Pour une raison inconnue, le bureau de Natsuki Minamiya situé au dernier étage — encore plus haut que le bureau du directeur —, avait une vue extravagante et imposante.

Le tapis épais était en velours. Les meubles étaient des antiquités. Il y avait un lit à baldaquin. La pièce était entourée d’une élégance qui donnait envie de se demander quel palais elle avait dévalisé.

« Désolé, Natsuki. Il y a un petit quelque chose sur lequel j’espérais que vous pourriez nous aider…, » déclara Kojou.

Kojou ouvrit l’épaisse porte en bois et entra brusquement dans la pièce. Et l’instant d’après…

« Guoo !? »

Le crâne de Kojou avait subi un impact soudain, le faisant rouler sur son dos.

« S-Senpai !? »

Yukina, entrant immédiatement après Kojou, se précipita pour relever Kojou alors qu’il gémissait de douleur.

Dans le centre de la pièce, Natsuki Minamiya, vêtue d’une robe noire, les fixait froidement tous les deux.

C’était une petite femme au visage de bébé qui ressemblait à une petite fille, mais c’était en fait une prof d’anglais qui prétendait avoir vingt-six ans. Elle était également un Mage d’attaque national anti-démon en service actif. Un certain nombre d’agents anti-démon avaient été chargés d’assurer la sécurité des élèves dans les établissements scolaires de l’Île d’Itogami.

Natsuki était l’une d’elles.

Assise très profondément dans une chaise antique de luxe, elle avait ouvert un éventail pliant à volants noirs.

« Je vous ai dit de ne pas m’appeler Natsuki. Apprenez déjà cela, Kojou Akatsuki, » déclara-t-elle.

Pendant qu’elle parlait, elle avait déplacé son regard vers Yukina.

« Oh, vous êtes là, vous aussi, l’élève du collège qui change d’école. Alors, quelle est votre question ? Vouliez-vous savoir comment faire des bébés ? » demanda Natsuki.

« E-Excusez-moi ? » demanda Yukina.

Pendant un moment, Yukina était dans un léger état de choc, incapable de comprendre les mots qui lui étaient adressés, après quoi Yukina secoua rapidement la tête. Kojou, pressant une main sur son front, puis il avait bondi avec une grande vigueur.

« Bien sûr que non ! Qu’est-ce que vous racontez, à l’improviste ? » déclara Kojou.

« … Ah, ce n’est pas le cas ? Qu’est-ce que vous voulez alors ? » demanda Natsuki.

Natsuki avait fait une expiration d’ennui. Je me demande à quel point elle voulait vraiment parler de la façon de faire des bébés, pensa Kojou alors que son visage choqué devenait sérieux.

« Nous cherchons un homme appelé Kristof Gardos. Nous aimerions que vous nous fassiez part des pistes que vous avez, » déclara Kojou.

À ce moment, l’aura de Natsuki avait complètement changé. Son petit corps, qui ne mesurait même pas 150 centimètres de haut, produisait une aura d’oppression si épaisse qu’il était difficile de respirer.

« Où avez-vous entendu ce nom ? » demanda Natsuki, rétrécissant les yeux comme une belle poupée occidentale.

Elle est donc au courant pour lui, pensa Kojou. Peu importe son emploi de jour, Natsuki était apparemment l’une des cinq meilleures agentes anti-démon sur l’île Itogami. Kojou et Yukina s’attendaient à ce qu’elle soit pleinement informée de l’apparition d’un grand criminel du niveau de Gardos.

« Directement de Dimitrie Vattler. Je suis sûr que vous le connaissez ? Il possède un grand paquebot de croisière amarré à l’Île d’Itogami ? Il a dit qu’il venait de l’Empire du seigneur de Guerre pour anéantir Gardos, » déclara Kojou.

« Tch, » alors que Natsuki écoutait l’explication de Kojou, elle avait fait claquer sa langue avec irritation.

« Je vois… J’aurais dû m’attendre à ce que le frivole Maître des Serpents vous appelle. Il fourre vraiment son nez là où on n’en veut pas…, » déclara Natsuki.

Natsuki parlait mal de Vattler comme si elle le connaissait personnellement. Les « serpents » dont elle parlait étaient sans doute les Vassaux Bestiales de Vattler. Même si ce n’était qu’un instant, Kojou avait vu ce Vassal Bestial enveloppé lui-même d’une lumière incandescente.

« C’est donc vrai que des terroristes de l’Empire du Seigneur de Guerre sont venus sur l’Île d’Itogami, hein ? » demanda Kojou.

« Si Vattler l’a dit, c’est sûrement vrai, » déclara Natsuki.

Natsuki avait parlé d’un ton désinvolte. Elle avait jugé que c’était quelque chose qu’elle ne pouvait pas cacher.

« Et si je vous dis où est Gardos, que se passe-t-il ? » demanda Natsuki.

« Je l’attraperai avant qu’il n’entre en contact avec le duc Ardeal, » Yukina répondit instantanément à la question de Natsuki.

Avec cette seule déclaration, Natsuki avait apparemment une compréhension des circonstances générales. S’il entrait en combat avec les restes du Front de l’Empereur de la Mort Noire, Vattler libérerait volontiers ses propres Vassaux Bestiales. Il n’y avait aucun doute que l’Île d’Itogami subirait d’énormes dommages. Yukina disait qu’elle y mettrait fin.

Mais la réponse de Natsuki était assez directe.

« Inutile. Abandonnez tout ça. Ah, Astarte… vous n’avez pas besoin de servir ces deux-là, c’est une perte de thé. Cependant, apportez-moi ce nouveau thé noir, » déclara Natsuki.

« … Confirmé. »

Natsuki ordonnait grossièrement à la jeune fille portant une tenue de bonne pour lui apporter du thé à l’orge. Surpris par l’écho quelque peu familier de sa voix, Kojou et Yukina avaient tous deux levé la tête sous le choc.

Portant un plateau argenté, une fille aux cheveux indigo se tenait devant eux.

Les traits de son visage étaient artificiellement symétriques, avec des yeux bleu pâle, sans expression. Il y avait un tablier très révélateur présent sur son corps mince et immature.

« Tu es l’hôte du Vassal Bestial qui était avec le vieux Eustache… ! » déclara Kojou.

« Astarte… !? » s’exclama Yukina.

« Ahh oui, à bien y penser, c’est un visage familier pour vous deux, » Natsuki parla sans changer d’expression.

Kojou s’approcha d’elle en parlant d’une petite voix. « Pourquoi cette fille est-elle à l’école ? Plus que ça, c’est quoi cette tenue ? »

« La forme de vie artificielle Astarte a été condamnée à trois ans de probation pour complicité dans le raid sur la Porte de la Clef de Voûte, » expliqua Natsuki.

Trouvant l’affaire gênante, Natsuki avait repoussé Kojou alors elle lui expliqua. « En tant qu’Agent Anti-Démon de niveau national et professeur, je suis le choix logique pour prendre sa garde. En plus, j’étais à la recherche d’une bonne loyale. »

« Nul doute que la raison à la fin est la vraie raison… Eh bien, si elle est contente, c’est génial, » murmura Kojou comme s’il se racontait ça à lui-même.

La femme de chambre Astarte commença à préparer du thé noir comme Natsuki l’avait ordonné. L’expression de ses traits féeriques n’avait pas changé, mais d’une manière ou d’une autre, elle avait l’air de penser que cela en valait la peine.

Certainement, comparée à l’époque où elle était obligée de chasser les démons avec rien d’autre qu’un manteau, elle pourrait être un peu plus heureuse maintenant.

« … Madame Minamiya. Que voulez-vous dire par “il est inutile de capturer Gardos” ? » demanda Yukina.

Yukina, finalement guérie de sa surprise, semblait enfin se souvenir de revenir à son sujet.

« Je n’ai pas dit qu’il était inutile de le capturer. Je dis qu’il n’est pas nécessaire que vous le fassiez tous les deux, » déclara Natsuki.

« Hein ? » demanda Yukina.

« Le Front de l’Empereur de la Mort Noire ne peut rien faire, en tout cas, pas contre Vattler. Au-delà des apparences, c’est le monstre connu comme “l’être le plus proche d’un Primogéniteur”, » déclara Natsuki.

« Mais, » continua Yukina, s’accrochant à son ton de voix sérieux. « J’ai entendu dire que le Front de l’Empereur de la Mort Noire voulait tuer le Premier Primogéniteur. Ils sont peut-être venus sur l’Île d’Itogami à la recherche des moyens d’en faire une réalité. »

Si le Front Empereur de la Mort Noire obtenait le pouvoir de tuer le Premier Primogéniteur, il pourrait aussi tuer Vattler — « l’être le plus proche d’un Primogéniteur ». Mais bien qu’elle l’ait compris, Natsuki avait fait une inclinaison fastidieuse de sa tête.

« Je suppose que oui. C’est pour ça que c’est inutile. Gardos en a après le Nalakuvera, » déclara Natsuki.

« Nalakuvera… ? » demanda Yukina.

Yukina avait plissé les sourcils devant le mot inconnu. Apparemment, le mot n’était même pas dans son vocabulaire.

« Un artefact préhistorique extrait de la ruine Mehelgal Numéro Neuf en Asie du Sud. On dit que c’est une arme des dieux qui a détruit d’innombrables villes et cultures qui existaient autrefois, » avait expliqué Natsuki d’une voix superficielle, digne d’un professeur. Kojou avait un très mauvais pressentiment.

« L’arme des dieux… N’est-ce pas une chose assez dangereuse ? Vous n’êtes pas en train de dire qu’il y en a une sur l’Île d’Itogami, n’est-ce pas ? » demanda Kojou.

« Bien que cela n’ait pas été rendu public, une société appelée Kano Alchemical a apparemment fait passer en contrebande un échantillon d’objets issus de ruines. Bien sûr, les terroristes l’ont saisi il y a peu de temps, » déclara Natsuki.

« Il y en a un !? Et il a été volé !? » déclara Kojou.

« C’est une curiosité faite il y a plus de neuf mille ans. Qu’est-ce qui vous rend si nerveux ? » En voyant Kojou tout agité, Natsuki parla avec mépris apparent. « Je vous l’ai dit, ce qu’ils ont volé a été déterré dans une ruine. C’est un tas de ferraille bien après sa date de péremption. Même s’ils le faisaient bouger, comment le contrôleraient-ils ? »

« … Peut-être que le Front Empereur de la Mort Noire a posé les yeux sur cette arme ancienne parce qu’il connaissait un moyen de la contrôler ? » Yukina avait calmement souligné une possibilité.

Les coins de la bouche de Natsuki s’élevèrent avec un léger plaisir. « Hmph, vous avez de bons instincts, étudiante transférée. Certes, une tablette de pierre avec ce qui semble être un sort de contrôle pour le Nalakuvera qui y est gravé a été découverte récemment. »

« Si c’est le cas, il est vraiment possible qu’ils puissent utiliser cette arme ? » demanda Yukina.

« C’est un casse-cou difficile à résoudre qui a vaincu les experts linguistiques et les agences de sorcellerie dans le monde entier. Une bande de terroristes qui s’y adonnent ne mènera pas à grand-chose, » déclara Natsuki.

Tandis que Kojou s’effilochait les lèvres, Natsuki le renvoyait joyeusement.

« Nous avons arrêté un laborantin qui nous aidait à déchiffrer la tablette de pierre. Ce n’est qu’une question de temps avant que les restes du Front de l’Empereur de la Mort Noire ne soient trouvés. Il n’y a pas beaucoup d’endroits où les infiltrés peuvent se cacher internationalement avec leur curiosité stupidement grande, après tout. Les gardes de l’île s’attendent à capter Gardos d’un jour à l’autre, » déclara Natsuki.

« Vous avez arrêté… ? Les aidez-vous aussi, Natsuki ? » demanda Kojou.

Le visage de Kojou grimacé pendant qu’il parlait. Ayant déjà capturé un co-conspirateur de Gardos, Natsuki était sans doute déjà profondément impliqué dans l’incident actuel. Il ne pensait pas qu’elle essayait d’avertir Yukina parce qu’elle ne voulait pas que sa proie lui soit volée, mais…

« Ne m’appelez pas Natsuki ! Quoi qu’en dise le Maître des Serpents, ce n’est pas votre tour d’être sur la scène. Si vous devez dire quoi que ce soit, dites-lui de faire attention aux kamikazes à mesure que le nœud coulant se resserre, » déclara Natsuki.

« Les kamikazes… ! » demanda Kojou.

Le visage de Kojou avait pâli face à l’avertissement de Natsuki. C’était certainement l’un des moyens qu’un faible nombre de terroristes pouvaient utiliser pour infliger des dommages à Vattler. Les chances que les résidents de l’Île d’Itogami soient pris dans l’explosion n’étaient certainement pas faibles.

« Je vais donner un autre avertissement. Kojou Akatsuki, méfiez-vous de Dimitrie Vattler, » murmura Natsuki quand on lui apporta son thé noir. « À ce jour, il a vaincu deux “Sages” au-dessus de son rang descendant du Second Primogéniteur… et les a consumés. »

« … Il a… consommé… d’autres vampires ? » s’exclama Kojou en repensant au jeune aristocrate sociable. Comme on pouvait s’y attendre, Yukina avait également été choquée.

« C’est pour ça qu’on l’appelle “l’être le plus proche d’un Primogéniteur”. Au moins, veillez à ce qu’il ne vous consume pas, » déclara Natsuki.

Natsuki avait fait un sourire impétueux pendant qu’elle parlait. Malgré son ton nonchalant, c’était une possibilité réaliste. Kojou ne pouvait que hocher la tête en silence.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire