Strike the Blood – Tome 2 – Chapitre 1 – Partie 11

***

Chapitre 1 : Depuis l’Empire du Seigneur de Guerre

Partie 11

« Hein ? Et puis tu t’es enfuie ? »

Elle avait entendu la voix exaspérée de son ami d’enfance au téléphone.

Asagi, qui était allongée sur son lit, était un peu fâchée quand elle avait vigoureusement répondu ainsi. Il était juste avant minuit. Elle se trouvait dans un environnement familier à sa résidence. Elle était vêtue d’un débardeur et de sous-vêtements, et non d’un look qu’elle voulait vraiment que les autres voient. Elle avait enveloppé ses cheveux, encore humides en sortant du bain, avec une serviette de bain.

« Ce n’est pas comme si je m’étais enfuie. C’était tellement stupide que cela m’a assez énervée pour que je ne puisse plus y rester, » déclara-t-elle.

L’autre partie au long appel téléphonique était Motoki Yaze. Bien qu’il n’y avait pas de sentiments intimes entre eux, c’était un ami précieux avec qui elle pouvait avoir d’agréables et franches conversations grâce à la connaissance qu’elle avait l’une de l’autre depuis si longtemps. Elle avait l’intention de se plaindre au sujet de l’incident du festival sportif, mais à un moment donné, la situation avait changé et elle s’était plainte personnellement de Kojou.

« Je ne m’attendais certainement pas à ce qu’une fille transférée du collège passe à l’attaque avec une tenue de pom-pom girl. Mais tu portais une jupe de tennis, alors tu aurais dû être aussi bien assortie. Et tu aurais dû être encore plus surprenante qu’elle, » déclara Yaze.

« Assortie… Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Asagi en s’irritant du ton taquin de la voix de Yaze.

Yaze avait dit. « Comment dire ça ? » avant de réfléchir. « Une bagarre sans merci entre deux filles pour savoir à qui appartient Kojou. »

« Ce n’est pas vrai !! Celle qui sort avec Kojou n’a rien à voir avec moi, » déclara Asagi.

« Ça n’en a pas l’air d’être le cas pour moi, » Yaze avait parlé d’une voix étrangement sérieuse.

« Oh, ferme ta gueule, » dit Asagi à voix basse.

« Ce que je n’aime pas, c’est comment cet idiot cache quelque chose. S’il sort avec cette fille, Himeragi, il devrait le faire au grand jour. La façon dont il nous cache des secrets, même à nous, m’ennuie vraiment. C’est vraiment louche, » déclara Asagi.

Asagi chercha l’accord de Yaze comme une évidence, mais Yaze répondit par des mots inattendus.

« C’est seulement s’ils sortent vraiment ensemble, non ? » demanda Yaze.

« Hein ? » demanda Asagi.

« Si Kojou pense sérieusement que tu n’es qu’une amie, alors il n’y a aucune raison qu’il sorte avec Himeragi en secret vis-à-vis de toi, » déclara Yaze.

Asagi avait accepté à contrecœur l’affirmation étonnamment logique de Yaze.

« Mmm… ouais. On pourrait penser qu’il s’en vanterait, » déclara Asagi.

« Cela dit, je ne pense pas qu’il ait les couilles d’être avec deux filles en même temps, » déclara Yaze.

« Ah… non. À tous les coups, non, » cette fois, Asagi fut immédiatement d’accord.

« Bien sûr, » dit Yaze, en continuant fièrement. « Donc oui, Kojou n’a aucune raison de nous cacher sa petite amie Himeragi. Mais quand même, il s’est faufilé avec Himeragi qui a l’air coupable… »

« Ouais, » déclara Asagi.

« Alors, il n’y a qu’une seule possibilité à laquelle je puisse penser, » déclara Yaze.

« … Quoi ? » demanda Asagi.

« L’étudiante transférée a quelque chose sur Kojou, j’en suis sûr, » déclara Yaze.

« E-Euh ? Quelque chose sur lui ? » Demanda Asagi.

Asagi avait été décontenancée pendant un moment par la suggestion de Yaze. Mais Yaze avait parlé d’une voix très sérieuse.

« Eh bien… quelque chose comme un secret embarrassant qu’elle menace de révéler… Quelque chose te vient-il à l’esprit comme ça ? » demanda Yaze.

« Son comportement quand il est avec l’élève transféré n’est pas naturel, » répondit Asagi.

Asagi avait gémi en se rappelant le comportement de Kojou ces derniers temps. Tous ces souvenirs étaient désagréables, mais elle pouvait accepter ce comportement à la suite de l’intimidation de Yukina Himeragi. En y repensant, Yukina avait elle-même dit quelque chose.

Qu’elle était l’Observatrice de Kojou ou quelque chose du genre… !

« Ouais. Tu vois ? » demanda Yaze.

De l’autre côté de l’appel, Yaze avait fait entendre une voix en triomphe apparent, ce qui avait vraiment ennuyé Asagi.

« Alors, que dois-je faire ? » demanda Asagi.

« Hmm… et si tu mettais un terme à ses plans en séduisant Kojou ? » demanda Yaze.

« Hein !? Pourquoi est-ce que je dois séduire… !? » Asagi avait crié de nouveau dans la panique, d’une manière irresponsable même selon les critères de Yaze. Mais même maintenant, Yaze parlait d’une voix sérieuse.

« L’approche sexy est l’un de tes principes de base de la collecte de renseignements. Tu sais, des pièges à miel, » déclara Yaze.

« Motoki… tu t’amuses vraiment bien avec ça, n’est-ce pas ? » demanda Asagi.

« Oh non, qu’est-ce que tu dis ? Je pense sérieusement pour une fois pour le bien de mon amie d’enfance. Je veux aussi aider Kojou en tant qu’ami, vu qu’il est inquiet et qu’il ne peut en parler à personne, » déclara Yaze.

« D’accord… en tant qu’ami. Des amis de part en part, » déclara Asagi.

Bien que conscient que Yaze était à la traîne, Asagi avait eu du mal à contester sa logique lorsqu’il l’avait formulée comme ça. Mais même si elle avait essayé l’approche sexy, elle ne savait pas comment s’y prendre compte tenu de sa relation avec Kojou. Si c’était si facile d’attacher ce crétin, Asagi n’aurait pas eu autant de mal dès le départ.

« Il est temps pour moi d’appeler Hiina. On en reparlera une autre fois, » déclara Yaze.

Interjectant soudain, Yaze interrompit l’appel de sa fin. Hiina était le nom de la petite amie aînée que Yaze avait rencontrée pendant les vacances d’été et qu’il fréquentait actuellement.

« Attends — Je n’avais pas fini de parler — c’est comme ça que tu te comportes avec ta précieuse amie d’enfance !? » s’écria Asagi.

Malgré les objections véhémentes d’Asagi, l’appel était déjà terminé. Asagi avait jeté grossièrement son téléphone portable, se retrouvant sur le lit.

« Si ce n’est pas une chose, c’en est une autre…, » déclara Asagi.

Elle s’était assise devant son bureau en grommelant. Des vêtements occidentaux étaient sortis de son placard.

Il y avait des magazines, des cosmétiques et des peluches ici et là. La chambre d’Asagi était vraiment une chambre de fille.

Mais le coin autour du bureau se trouvait la seule exception. Un moniteur spartiate de bureau avait été connecté à un cluster de PC monté en parallèle sur un rack. L’ordinateur était au même niveau que ceux utilisés dans les entreprises informatiques ou les laboratoires universitaires, mais ici, il reposait sur un simple bureau. C’était une scène surréaliste.

Bien que personne d’autre que ses amis les plus proches ne le sache, Asagi était une programmeuse informatique très douée. Bien sûr, elle ne s’appelait pas ainsi, mais le monde des hackers lui avait donné le surnom embarrassant de « Cyber Impératrice ». Elle avait mis à profit son passe-temps personnel pour faire du travail à temps partiel bien rémunéré pour des entreprises de l’Île d’Itogami et de la Corporation de Management de l’île Artificiel.

Cela dit, elle n’avait pas vraiment envie de travailler aujourd’hui. Pensant qu’elle pourrait aussi se plaindre à Rin Tsukishima, si elle était encore éveillée, Asagi vérifia ses messages et remarqua l’existence d’un e-mail qui ne lui était pas familier.

L’adresse de l’expéditeur était celle de la Kano Alchemical Industries Corporation. C’était une grande entreprise qui avait déjà fait appel à Asagi de nombreuses fois.

Mais ce n’était pas une demande pour faire un travail payant. Le message ne contenait qu’une paire de mots.

« Demande de déchiffrage… ! » murmura Asagi. « Qu’est-ce que c’est ? Ça ne ressemble pas à un e-mail de virus, mais… »

Comme Asagi inclinait la tête, elle ouvrit les données jointes.

Un assortiment de caractères bizarres d’origine inconnue avait été exposé devant elle. Le système était extrêmement complexe, l’arrangement complètement fou. Elle différait de toute langue connue parmi les peuples de la Terre. Mais elle différait des sorts utilisés dans la sorcellerie et le ritualisme. N’importe quel linguiste, ou même des équipes d’utilisateurs de magie auraient sans doute du mal à le déchiffrer. Mais…

« Un puzzle ? Tu as beaucoup de cran pour me défier, » déclara Asagi.

Asagi gloussa amusée, se repositionnant devant le moniteur.

Son instinct de hackeuse lui avait dit que ce n’étaient pas des caractères qui existaient pour le bien des hommes. C’est pourquoi ils ne pouvaient être déchiffrés par aucune approche linguistique ordinaire.

C’était un langage écrit pour quelque chose qui n’était pas humain. C’était un programme… des codes de commande pour contrôler quelque chose avec une architecture spéciale inconnue de l’homme moderne.

Asagi s’était plongée dans le décryptage des caractères, en partie par dépit et pour échapper aux réalités de la vie réelle, et aussi parce qu’elle avait été stimulée par pure curiosité intellectuelle. Les caractères démontés et bizarres formaient un mot traduit à l’écran.

« Nalakuvera… ? » marmonna brusquement Asagi en regardant le seul mot qui venait à la surface de l’écran.

Dans le Sanctuaire des Démons de la Ville d’Itogami, la nuit s’était prolongée…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Laisser un commentaire