Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Elle pleure

Partie 3

Dès que l’heure de la pause déjeuner avait commencé, Kojou avait quitté la salle de classe et avait rejoint Yukina dans le couloir devant la salle du personnel.

À la fin des cours du matin, Kojou était assez fatigué pour être capable de s’effondrer, mais Yukina avait aussi semblé considérablement affaiblie, au point qu’elle avait oublié d’apporter son étui de guitare. Ayant vu l’excitation de ses camarades de classe, Kojou avait pu largement imaginer ce qui s’était passé, mais le fait d’être au centre de l’attention de l’école semblait avoir été une épreuve pour elle.

Comme Yukina n’avait pas de téléphone cellulaire, Kojou avait dû passer par Nagisa pour l’appeler. Grâce à cela, Nagisa les avait interrogés avec insistance sur ceci et cela, ajoutant une raison de plus qui les avait amenés à cet état d’épuisement.

D’une manière ou d’une autre, Kojou et Yukina étaient finalement arrivés ensemble à la salle d’orientation des étudiants.

Quand Kojou et Yukina avaient frappé et étaient entrés, Natsuki était déjà assise sur le canapé, les attendant.

« Alors vous êtes venu, Akatsuki, » Natsuki avait parlé alors qu’elle s’était inclinée avec les jambes croisées comme si elle était une sorte de princesse. Huh. Et, alors qu’elle remarquait que Yukina se tenait derrière Kojou, les coins de ses lèvres s’étaient plissés vers le haut.

« Donc vous êtes l’élève transférée dans la classe de Misaki, » déclara Natsuki.

« Oui... Himeragi, au collège, troisième année, » alors qu’elle était restée sans voix pendant un instant en voyant la beauté de Natsuki, qui ressemblait à une poupée, elle répondit d’un ton trop sérieux.

Natsuki, avec son comportement rempli de charisme, avait semblé satisfaite quand elle avait regardé Yukina.

« Bienvenue à l’Académie Saikai. C’est un plaisir de vous avoir, surtout si vous ne causez pas d’ennuis inutiles, » déclara Natsuki.

« O-Oui, » répondit Yukina.

La réponse hésitante de Yukina était probablement due au fait qu’elle se souvenait des graves problèmes qui s’étaient produits la veille. Le quartier des entrepôts avait été détruit, 50 milliards de yens de dégâts. Ce n’était pas le niveau de problème pour lequel votre professeur vous aurait appelé ainsi. Et donc...

« Maintenant, tous les deux. Vous êtes au courant des incendies qui ont eu lieu hier sur l’Île Est, n’est-ce pas ? » demanda Natsuki.

« Eh bien, euh, oui, bien sûr, » répondit Kojou.

Kojou avait hoché la tête avec un sentiment de malaise alors que la question de Natsuki allait droit au but. Les sueurs froides qui humidifiaient son dos rendaient sa chemise d’uniforme inconfortablement accrochée.

« En fait, un vampire a été arrêté près de la scène de crime. Il a été grièvement blessé et était sur le point de mourir, mais quelqu’un a apparemment donné un tuyau anonyme aux pompiers. Cette information n’a pas encore été rendue publique. Est-ce que ça vous dit quelque chose ? » demanda Natsuki.

Alors qu’il ressentait des frissons, Kojou secoua fortement la tête. À côté de lui, Yukina était comme une statue, pétrifiée.

« Cet aîné était un dirigeant d’une société commerciale à la surface, mais la police semble soupçonner depuis longtemps qu’il fait partie de la direction d’un réseau de contrebande, » déclara Natsuki. « Il semblerait qu’hier, il se trouvait dans le quartier des entrepôts à un endroit où il avait fait beaucoup d’affaires dans le passé. Les sous-fifres disent apparemment qu’ils ne savent rien sur l’autre partie pour cette affaire. »

« ... D’accord, » répondit Kojou.

Kojou regardait en ce moment Natsuki avec une expression indiquant qu’il était sur ses gardes. Il était assez intéressé par cette information, mais il ne savait pourquoi Natsuki disait cela à Yukina et à lui.

« Peu de temps avant l’explosion, des témoins ont vu un Vassal Bestial se déchaîner dans la zone, » déclara Natsuki. « En d’autres termes, l’homme presque mort qui a été trouvé avait combattu quelqu’un, un ennemi qui pouvait pousser un vampire de la “Vieille Garde” à un état comateux. Je crois qu’il est extrêmement probable que cette personne a été impliquée dans l’explosion... Je me demande qui c'est ? »

« Qu-Qui sait ? » demanda Kojou.

Tandis que Kojou avait penché la tête d’un air interrogateur, apparemment exprès, il se rappelait d’« Eustache », l’apôtre arméothargien, et l’homoncule qu’il avait avec lui. Qui ils étaient, pourquoi ils se battaient et ce qu’ils désiraient restaient des mystères pour Kojou et Yukina ?

Semblant trouver leurs deux réactions intéressantes à regarder, Natsuki avait continué sur un ton brutal. « En effet... En fait, hier, ce n’était pas la première fois qu’un vampire a été trouvé sur cette île au bord de la mort. »

« Eh... ? » demanda Kojou.

« Au cours des deux derniers mois, la police a constaté qu’au moins six incidents similaires se sont produits. C’est la septième fois, mais, bien sûr, c’est la première fois qu’un aîné est impliqué, » alors que Natsuki avait dit tout cela, elle avait jeté une épaisse pile de dossiers sur la table.

Il ne voulait pas savoir comment elle avait obtenu tout cela, mais ils semblaient être des copies de dossiers d’enquête de la police. Il y avait une photo dentelée ci-jointe, une image agrandie tirée d’une caméra de surveillance de la ville.

« Attends... ! Natsuki, qu’est-ce que c’est ? » demanda Kojou.

L’expression de Kojou s’était durcie lorsqu’il avait regardé les hommes représentés sur la photo. La charismatique enseignante de la classe de Kojou, regardant d’un air mécontent d’avoir été appeler par son prénom.

« Voici la liste des démons agressés à ce jour. Ceux qui sont exposés ici sont des victimes du sixième incident. Ils ont été trouvés il y a deux jours, mais... les connaissez-vous, Kojou Akatsuki ? » demanda Natsuki.

« Non, je ne les connais pas... mais…, » balbutia Kojou.

Les lèvres de Kojou se tordaient désagréablement. Quand il avait fait un rapide regard à Yukina à côté de lui, le visage de Yukina était pâle alors qu’elle serrait les poings sans un mot.

Les hommes représentés sur la photo étaient le duo d’homme-bête et de vampire. Les hommes que Yukina avait rejetés alors qu’ils avaient tenté de flirter avec elle le jour où elle et lui s’étaient rencontrés pour la première fois. À un moment donné, après avoir fui Kojou et Yukina, quelqu’un les avait agressés et infligés des blessures presque fatales.

Si cela était en quelque sorte lié au combat dans le district des entrepôts la nuit précédente, il y avait de très fortes chances qu’Eustache soit celui qui les avait agressés tous les deux. Quoi qu’il en soit, Kojou et Yukina s’étaient impliqués plus profondément dans cet incident sans jamais s’en rendre compte.

« Alors, qu’est-il arrivé à toutes ces personnes ? » demanda Kojou.

« Ils ont été hospitalisés. Ils ne sont pas en danger de mort, mais aucun n’a encore repris connaissance. Je ne sais pas ce que je pourrais faire à un chien avec une force vitale puissante et une chauve-souris non vieillissante, » déclara Natsuki.

Natsuki avait reposé élégamment son menton sur ses mains alors qu’elle fixait Kojou d’un regard tranchant.

« C’est pourquoi je vous ai appelés tous les deux ici, » déclara Natsuki.

« Hein ? »

« Je ne sais pas dans quel but, mais celui qui a chassé des démons sans discernement reste en liberté. En d’autres termes, Kojou Akatsuki, il est possible que vous aussi soyez agressé, » déclara Natsuki.

« A-ah... Je vois. Supposons que oui, » répondit Kojou.

Ayant peu conscience de son statut de vampire, il ne s’en était pas rendu compte jusqu’à ce que Natsuki le dise, mais elle avait raison.

Eustache savait déjà que Kojou était le quatrième Primogéniteur. Si son objectif était vraiment de chasser les démons sans discernement, Kojou pourrait bien être sa prochaine cible.

En fait, quand Eustache avait rencontré Kojou, il l’avait dit.

Qu’il n’était pas encore temps de combattre un Primogéniteur — .

« Les démons travaillant dans des sociétés et leurs familles ont apparemment déjà été avertis de se méfier de la chasse aux démons. Je suis sûr que vous ne connaissez personne d’aussi haut placé, alors je vous préviens. Vous devriez me remercier, » déclara Natsuki à Kojou.

« Uh-huh. Eh bien, merci, » répondit-il.

« Alors pour cette raison, ne jouez plus la nuit comme vous l’avez fait hier. Au moins jusqu’à ce que cette question soit résolue, » déclara Natsuki.

« D…, » commença Kojou.

Le ton de Natsuki avait été si nonchalant que Kojou avait presque involontairement répondu, « D’accord », et était sur le point de hocher la tête. Cependant, juste avant de le faire, il avait remarqué le regard plein de reproches de Yukina et s’était rendu compte qu’il avait été pris en flagrant délit.

« Euh, ah, qu’est-ce que vous voulez dire, jouer la nuit ? » demanda Kojou.

« ... Hmph, très bien. Quoi qu’il en soit, vous avez été averti, » déclara Natsuki.

Natsuki avait parlé comme si elle s’ennuyait de tout cela, puis elle les avait renvoyés d’un geste de la main.

Kojou et Yukina avaient fait ce qu’elle avait indiqué, se levant et quittant ensemble la salle d’orientation des étudiants.

« Ah, c’est vrai. Attendez un moment, vous l’étudiante transférée, » à ce moment-là, Natsuki avait soudainement appelé Yukina.

Hein ? Yukina s’était retournée et elle avait regardé Natsuki en étant apparemment sur ses gardes.

Natsuki avait retiré quelque chose de la poche de sa robe noire et l’avait balancé à Yukina.

C’était une petite poupée-mascotte, assez petite pour tenir dans la paume de la main de Yukina. Elle l’avait attrapée par réflexe, en prononçant involontairement le nom de la poupée. « ... Nekoma-tan... »

*Gloups !* en regardant comment Yukina s’était couvert la bouche, Natsuki avait fait un large sourire.

« Vous aviez oublié ça. C’est le vôtre, n’est-ce pas ? » demanda Natsuki.

Yukina n’avait rien dit en réponse à la question de Natsuki. Une expression perplexe s’était emparée de Kojou alors qu’il regardait Natsuki et Yukina se fixer l’une et l’autre, avec la présence d’une tension suspendue dans l’air pour une raison insondable.

Finalement, Yukina avait fait un signe de tête poli et avait quitté la pièce.

Puis, regardant Yukina partir jusqu’à la toute fin, Natsuki avait semblé très satisfaite d’elle-même pour une raison inconnue.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire