Strike the Blood – Tome 1 – Chapitre 2 – Partie 1

***

Chapitre 2 : Voici le Chien de Garde

Partie 1

L’Île Sud, qui était le district sud de l’Île d’Itogami, contenait la résidence de Kojou Akatsuki parmi beaucoup d’autres. Il vivait au septième étage d’un immeuble d’appartements de neuf étages. Sur ce gigaflotteur, où la hauteur du bâtiment était sévèrement limitée, il s’agissait d’un bâtiment relativement haut avec une vue imposante.

Bien que ce soit le dernier jour de l’été, le soleil était déjà haut quand Kojou était sorti du lit. À cette heure, il pourrait à peine arriver à temps pour l’examen de rattrapage qu’il devait faire ce jour-là.

Kojou était une personne nocturne au début, mais sa transformation en vampire n’avait fait qu’aggraver cet état d’un cran. Plutôt que d’être plus fort la nuit, c’était simplement que sa tête n’avait pas à fonctionner correctement avant midi. À cause de cela, il avait été en retard à maintes reprises au cours du dernier semestre ; c’est pourquoi il avait été enterré sous des leçons supplémentaires et des examens de rattrapage, piétinant sans pitié ses précieuses vacances d’été.

« Argh..., je suis tellement endormi. » Kojou fit un murmure langoureux, affichant son expression lugubre habituelle.

Il avait des tests de rattrapage pour quatre sujets. Il lui restait encore des devoirs et un demi-marathon. S’il le pouvait, il abandonnerait tout et s’enfuirait complètement de l’île, mais cela signifierait que le dernier semestre commencerait sans lui, et il devrait certainement redoubler l’année. Plus que cela, il était terrifié par les réprimandes que Nagisa allait lui donner.

Mais même ainsi, c’était un peu mieux que la situation désespérée comme cela avait été jusqu’à la veille.

C’était parce que Yukina l’avait aidé à étudier jusqu’à la tombée de la nuit.

D’une manière ou d’une autre, à l’Organisation du Roi Lion, elle avait déjà obtenu un diplôme du Collège et était meilleure que Kojou dans à peu près toutes les matières qu’il suivait. Comme elle avait dit que les choses comme étudiées étaient quelque chose que vous deviez faire pour vous-même, elle avait répondu aux questions les unes après les autres. Il était reconnaissant de la façon dont elle enseignait à partir des bases, contrairement à Asagi, qui était du genre génie.

Kojou se sentait plutôt pathétique d’avoir à se faire enseigner tout cela par une lycéenne plus jeune que lui, mais comme il était dos au mur, il n’avait aucune marge de manœuvre pour s’inquiéter de sa petite fierté.

« Nagisa... est au club, hein ? »

Quand Kojou avait fini de se changer et était sorti dans le salon, il avait vu une seule pièce de cinq cents yens reposant sur une assiette sur le dessus de la table. « Comme je ne t’ai pas fait de petit-déjeuner, va acheter quelque chose ». Kojou l’avait ramassée avec reconnaissance, avait sorti son parka et s’était dirigé vers l’extérieur.

Nagisa était d’ailleurs dans le club de majorette. Chaque année, ces membres étaient très occupées à encourager tous les autres clubs et à s’entraîner pour leur propre tournoi. C’est bien d’avoir une assiette pleine, pensa Kojou avec nostalgie.

« ... Fait chaud. »

Kojou avait pris l’ascenseur, qui n’avait pas bénéficié de la climatisation, jusqu’au rez-de-chaussée et s’était dirigé vers l’entrée principale du complexe d’appartements.

Flottant sur l’océan Pacifique tel qu’elle était, l’Île d’Itogami avait tendance à subir des pluies en tout temps de l’année et elle avait été frappée par un certain nombre de typhons, mais la météo avait été déraisonnablement claire et ensoleillée ces derniers jours. Le déluge incessant de la chaleur du soleil sur la surface artificielle avait rendu les températures considérables. Des effets de mirages étaient apparus de l’asphalte qui couvrait les rues.

Lorsque Kojou remarqua un profil arrière familier flottant parmi les mirages, il avait plissé les yeux.

C’était une fille portant l’uniforme de l’Académie Saikai avec un étui de guitare sur le dos.

« Ah... Senpai. »

Debout devant la porte automatique, Yukina avait remarqué Kojou et s’était lentement retournée. Elle lui avait dit « Bonjour », en saluant avec son ton habituel, trop sérieux. D’après son expression rafraîchie alors qu’elle n’avait pas une seule goutte de sueur sur son visage, elle devait avoir une sorte de barrière déployée autour d’elle, mais cela lui faisait un peu peur de voir quelqu’un de plus éloigné de l’humanité que Kojou, un démon.

« Himeragi, étais-tu là tout le temps ? Pour me surveiller... ? » demanda Kojou avec anxiété, sentant un niveau de ténacité semblable à celui d’une harceleuse.

Yukina regarda Kojou sans aucune expression. « Oui, car après tout, c’est mon devoir de te surveiller. »

« Sérieusement !? » demanda Kojou.

« Je plaisante, » pendant qu’Yukina lui répondit, elle faisait un petit rire.

Kojou se tordit les lèvres en silence. En raison du ton étrangement calme qu’elle avait utilisé, son incapacité à dire à quel point elle était sérieuse lui avait fait sauter quelques battements de cœur.

« J’attendais mes affaires. On m’a dit qu’ils arriveraient à cette heure. »

« ... Tes affaires ? »

Kojou était un peu perplexe devant les paroles inattendues d’Yukina. Yukina hocha légèrement la tête.

« Oui. C’était une mission urgente, donc je n’ai pas eu le temps de me préparer. Jusqu’à hier, on m’avait prêté une chambre d’hôtel, mais comme c’est assez gênant... »

Avant qu’elle ne puisse terminer cette phrase, un petit camion avait roulé sur le trottoir et s’était placé devant l’immeuble. Il s’était garé juste en face de l’entrée où Kojou et Yukina étaient à proximité.

Deux livreurs en uniforme de la compagnie maritime étaient sortis du camion.

Alors qu’ils ramassaient le fret et le portaient, elle avait appelé le jeune livreur d’une voix forte. « Excusez-moi, par ici, s’il vous plaît. »

Yukina montrait du doigt l’ascenseur dans lequel Kojou était monté tout à l’heure.

« Attends un peu. Tu ne peux pas sérieusement dire que tu déménages ici…, » commença Kojou.

« Oui, dans ce complexe d’appartements. Et alors ? »

« Pourquoi !? »

« Je crois que c’est ici que tu vis, Senpai... ? » demanda Yukina avec une expression de doute. Son attitude semblait dire : « Pourquoi me demandes-tu quelque chose d’aussi évident ? » Elle semblait déterminée à observer même sa vie privée.

Kojou avait fait un air renfrogné alors qu’il demandait. « Est-ce que l’Organisation du Roi Lion t’a aussi ordonné de faire ça ? »

« Oui. »

Yukina était montée dans l’ascenseur avec les objets transportés par le camion. Kojou, quelque peu anxieux, l’avait suivie jusqu’à l’intérieur. Comme pour valider les inquiétudes de Kojou, Yukina avait appuyé sans hésitation sur le bouton de l’ascenseur pour le septième étage, se tournant vers les deux livreurs.

« Chambre 7-55, s’il vous plaît. »

« Vraiment ! » Kojou criait spontanément, subissant ainsi le regard des livreurs surpris.

« Qu’est-ce qui ne va pas, Senpai ? Pourquoi élever la voix dans un espace aussi étroit ? » Yukina avait parlé avec un ton de réprimande.

Kojou avait serré sa tête en raison de son irritation. « 7-55 est juste à côté de chez moi, n’est-ce pas ? Je commence à vraiment le comprendre, mais bon sang, tu vas si loin !? Attends ! As-tu fait déménager Yamada, qui était dans cette chambre, la semaine dernière pour que tu puisses venir ici aujourd’hui !? »

« Ce n’est pas comme si je l’avais intimidé pour qu’il parte. Je l’ai simplement convaincu d’une manière pacifique, et il est parti. »

« Convaincu ? »

« Oui. Je l’ai convaincu qu’il y avait une aura maléfique dans la pièce, que le fantôme de l’homme qui s’était suicidé restait ici. Je lui ai dit comment il mourrait dans un accident malheureux à ce rythme, et je lui ai aussi dit que je connais un médium spirituel très fiable..., » expliqua-t-elle.

« Dans quel monde, n’est-ce pas de l’intimidation !? Es-tu une sorte d’escroc ? »

« Je plaisante. »

Yukina avait fini avec la même expression discrète avec laquelle elle avait commencé, laissant échapper un soupir amusé. Kojou était tout simplement et complètement déconcerté.

« ... Hein ? »

« L’ancien occupant de la chambre 7-55 a déménagé après avoir été correctement payé pour déménager. J’ai entendu dire qu’il avait un endroit plus agréable pour emménager. »

« Vraiment ? »

« Oui. Bien que nous ayons nos défauts, nous sommes après tout une agence gouvernementale. »

Ah oui, ils le sont, pensa Kojou en tapotant sa poitrine. Bien qu’il ne lui avait jamais dit bonjour, il ne dormirait pas profondément si c’était de sa faute si quelqu’un qui vivait à côté de lui avait traversé une période difficile.

Les livreurs de la compagnie maritime fixaient Kojou et Yukina avec des expressions comme s’ils se demandaient de quoi ces deux-là parlaient. Finalement, l’ascenseur avait atteint le septième étage et la porte s’était ouverte.

Les objets qu’ils transportaient n’étaient que trois boîtes en carton ondulé. Après avoir fait signer Yukina pour la livraison, les livreurs avaient fait de modestes et vagues signes de la main et étaient sortis.

« Senpai, pourrais-je te demander d’apporter ces boîtes à l’intérieur ? » demanda Yukina sans hésitation lorsqu’elle ouvrit la serrure extérieure.

« Pourquoi dois-je... ? » grondant dans un murmure, Kojou ramassa l’une des boîtes en carton ondulé. Quel était l’intérêt de la force physique d’un vampire si vous ne pouviez pas l’utiliser à un moment comme celui-ci ?

La chambre 705 d’Yukina avait été construite comme l’appartement 704 d’à côté, où vivaient Kojou et Nagisa, était un appartement de trois chambres à coucher avec un salon, une salle à manger et une cuisine.

C’était un peu étroit pour la vie de famille, mais il y avait une surabondance d’espace pour une personne seule. L’absence de meuble le rendait particulièrement désertique.

« Hé, Himeragi, est-ce tout ce que tu as ? »

« Oui. Ça l’est, mais…, » Yukina avait incliné un peu son cou mince en regardant Kojou. « Je n’avais pas grand-chose pour mes effets personnels quand je vivais dans un dortoir étudiant. Y a-t-il quelque chose de mal à cela ? »

« Il n’y a rien de mal, mais on dirait que tu es à court de meubles. Je ne vois même pas de futon ici. »

« Je peux dormir n’importe où. En plus, j’ai les cartons. »

« S’il te plaît, arrête... arrête, » pendant que Kojou parlait, il s’appuyait contre un mur avec un regard épuisé. Il n’aurait jamais une bonne nuit de sommeil en pensant à une lycéenne qui veillait sur lui, dormant sur du carton dans la chambre d’à côté.

« J’avais l’intention plus tard d’aller acheter des produits de première nécessité, mais..., » murmurant comme si elle cherchait des excuses, Yukina avait jeté un coup d’œil sur le visage de Kojou. En voyant sur le visage d’Yukina qu’il y avait quelque chose qui n’avait pas été dit, Kojou avait levé un sourcil avec un son de *mm*.

« Attends, ne te dis-tu pas que tu ne peux pas prendre le temps d’aller faire des achats parce que tu dois m’observer ? »

« Eh bien, oui. C’est mon devoir, après tout... »

Alors qu’il regardait Yukina hocher de la tête, Kojou avait poussé un soupir exaspéré. Il pensait qu’il était plus facile de masquer avec quelque chose de convaincant après-coup, mais cette idée n’avait pas semblé venir à Yukina.

« Si c’est le cas, je vais faire des achats avec toi et c’est bon, n’est-ce pas, Himeragi ? »

« Ensemble avec... toi, Senpai ? »

« Comme ça, tu n’auras pas à arrêter ta surveillance. »

« C’est vrai, mais ça ne te dérange pas ? »

« J’ai des examens de rattrapage jusqu’à l’après-midi, mais j’irai avec toi après ça. De toute façon, je t’en dois une pour m’être aidé à étudier pour les examens. »

Kojou avait vérifié sa montre pendant qu’il parlait. Il avait perdu pas mal de temps à cause d’événements inattendus. S’il n’arrivait pas enfin à l’école, il serait vraiment en retard pour ses examens de rattrapage.

« Est-ce que c’est vrai ? Dans ce cas, je t’attendrai à l’intérieur de l’école jusqu’à ce que tu aies fini tes examens, Senpai. »

Cela dit, Yukina avait fait un sourire un peu heureux. Puis elle avait repris son étui de guitare et l’avait placé à son dos. C’était l’étui noir qui contenait la lance en argent qu’elle avait appelée « Sekkarou (Snowdrift Wolf) ».

« Hé, as-tu besoin de cette lance pour faire des achats ? » Le visage de Kojou grimaça alors qu’il le lui avait demandé. Si possible, il ne voulait pas apporter quelque chose d’aussi dangereux pour les nécessités quotidiennes, mais...

« Bien sûr. Je suis après tout en service, » tandis qu’Yukina parlait sur un ton calme, Kojou poussa un soupir épuisé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire