Shiniki no Campiones – Tome 4 – Chapitre 2 – Partie 4

***

Chapitre 2 : Monde de la mer et des îles

Partie 4

Le monde de mer.

Un monde d’océan bleu qui s’étendait à l’infini.

« C’est la même chose avec le Sanctuaire de Troie que nous avons visité auparavant, » déclara Riona.

Riona se transforma en Yatagarasu et s’envola dans le ciel avec ses ailes dorées écartées.

Pour l’instant, elle était allée droit au but. Elle se dirigea vers la direction qui semblait être au nord, voyageant dans le ciel au-dessus de l’océan. Elle avait l’intention de le faire jusqu’à ce qu’elle trouve une terre.

« Comparée à Troie qui s’inspire de la mer Méditerranée, cette mer est beaucoup plus rafraîchissante, » déclara Riona.

Le vent et l’atmosphère étaient vraiment froids.

L’énorme corps de Yatagarasu qui volait dans le ciel avait été frappé par le vent qui était très froid. Cela dit, il ne faisait pas aussi froid que dans la Sanctuaire de Midgard.

Pour prendre un exemple basé sur l’Europe, la température semblait plus proche de la région centre-nord de l’Allemagne ou de la France ─ .

« Le taux d’humidité n’est pas non plus très élevé, » déclara Riona.

Riona volait vers le nord sur plusieurs dizaines de kilomètres comme ça quand elle l’avait finalement trouvé.

« J’ai trouvé un signe d’île ! De plus, il y en a plusieurs ! » déclara Riona.

Il y avait plusieurs petites îles réunies pour former un archipel.

Elle survolait les îles et les surplombait d’un œil d’oiseau. Le nombre d’îles était de six. Chacune d’elles avait une montagne, une forêt, une rivière, et ainsi de suite, et même une plaine.

Et puis ─ la vue aiguisée de l’oiseau sacré l’avait découvert.

Il y avait un troupeau de chèvres sautillant à travers les montagnes escarpées, et des moutons formant des troupeaux sur les prairies en pente douce. Il y avait aussi des cerfs et des buffles qui couraient à travers la plaine, la variété des oiseaux était aussi très grande.

En outre, à côté des moutons, il y avait des objets fabriqués par l’homme qui ressemblaient à des tentes.

« Il semble qu’il y ait des humains ou des races intelligentes dans la catégorie demi-humaine ! » déclara Riona.

L’île aux tentes était située à l’extrême nord.

C’était la plus grande île de l’archipel. Riona ouvrit ses ailes et descendit en piqué.

Hyperborée ─ .

C’était un nom de lieu qui figurait dans la mythologie grecque. À partir de « Apollon va au-delà du vent du nord » que Julio avait dit, il y avait eu plusieurs épisodes où ce nom était apparu.

« L’une d’entre elles est la “légende du paradis”. Hyperborée est au nord, un paradis où le soleil brille constamment. Il n’y a ni hiver ni nuit, il fait chaud toute l’année…, » expliqua Riona.

L’air était froid. Ce n’était pas comme si c’était chaud comme dans le mythe.

« Mais il y a aussi une théorie de “région éloignée et démunie tout au bout du nord”, » continua Riona.

Afin d’apprendre la vérité du Sanctuaire hyperborée, Riona avait volé avec puissance sous la forme de l’oiseau sacré Yatagarasu.

.

« Tu m’as encore emmené dans un sanctuaire campagnard, Ren…, » déclara Stella.

« Hahahahahaha. Ce n’est plus de la campagne, mais plutôt une île vide. Mais Riona, tu as dit que tu avais trouvé un signe des gens qui y vivaient, » déclara Ren.

Stella, assise sur l’épaule gauche, le regarda avec reproche. Ren riait de façon décontractée.

D’un autre côté, Fumika regardait autour d’elle avec crainte. Ils étaient en plein milieu d’une plaine. Ils pouvaient voir un troupeau de moutons manger de l’herbe au loin.

« Uwaa... Je suis finalement venue jusqu’à ce monde mythologique dont vous parliez. Uuuu — . Même si je veux un monde avec moins de difficulté mise en place parce que c’est ma première fois, » déclara Fumika.

« Ce monde a l’air bien comparé à Yomotsu Hirasaka qui est rempli de zombies, » Riona le déclara sèchement à sa petite sœur grognonne.

Tout le monde avait été mis dans le corps de Yatagarasu et amené jusqu’ici.

« Eh bien, soyez sur vos gardes. S’il s’agit de la série “Une Princesse de Mars”, le premier autre monde sera un royaume martien régi par une race guerrière à quatre bras. De plus, ils seront au milieu d’une bataille chaotique. Comparé à ça, c’est un meilleur début, n’est-ce pas ? » déclara Riona.

« Ça pourrait se transformer en quelque chose de tout aussi dur ! » s’écria Fumika.

Une Fumika inquiète se plaignait d’un regard larmoyant face à l’avertissement de sa grande sœur.

Mais ce n’était pas le moment de s’occuper d’elle. Ren s’approcha du troupeau de moutons avec Stella sur l’épaule.

Il avait trouvé un duo d’homme adulte et un garçon qui semblait être parent et enfant.

Tous les deux montaient ensemble sur un petit cheval. Il n’y avait pas de selle, mais un embout en cuir et une rêne étaient reliés à la bouche du cheval. L’adulte qui semblait être le parent tenait la bride.

« Il ressemble vraiment à un berger, » déclara Ren.

« En effet. Il a l’apparence d’un berger de montagne, » déclara Stella.

Stella et Ren hochèrent la tête l’un vers l’autre. Le père et le fils sur le cheval étaient des humains normaux. Ils ressemblaient à des Caucasiens en terme terrestre. Ils avaient la peau blanche et des traits finement ciselés.

Le père et le fils surveillaient avec suspicion l’approche de Ren et Stella.

Ils étaient vêtus d’un manteau et d’un grand morceau de tissu avec un trou au milieu pour la tête qui semblait pouvoir être trouvée dans n’importe quelle région. En tout cas, les vêtements semblaient sans rapport avec la région méditerranéenne de Troie qui était chaude.

Le père faisait pousser sa barbiche. Il était âgé d’une trentaine d’années.

On ne savait pas quelle langue ils utilisaient. Ren les avait salués en japonais avec résolution. « Enchanté de vous rencontrer. Je suis Rokuhara Ren. Quelqu’un au milieu d’un voyage. Celle-ci, c’est Stella. »

« X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X »

Le père et le fils parlaient dans une langue inconnue pour Stella et Rokuhara Ren.

Ils ne savaient pas si un visage souriant deviendrait une preuve d’amitié dans la culture d’ici, mais pour le moment Ren et la déesse de l’amour avaient souri tout en approchant.

Il avait également exposé ses deux mains avec désinvolture et avait fait appel du fait qu’il ne portait pas d’arme.

De toute façon, il n’avait pas stimulé la méfiance de l’autre partie. Afin de réussir le premier contact avec les habitants du monde mystérieux hyperborée, il avait l’intention d’utiliser pleinement ses compétences en communication.

Et puis, le père et le fils du berger sur un petit cheval étaient ─ .

« ○○、△△△△。○○○○△△△△△ »

« ○○○、△△! △△△△△! »

L’adulte qui ressemblait à son père avait l’air soupçonneux, tandis que le fils s’agitait d’excitation.

Aucun d’entre eux n’avait montré de signe de timidité. Peut-être que les voyageurs n’étaient pas rares ici, ou peut-être qu’ils étaient simplement courageux.

Et puis le visage de Stella était devenu pensif en écoutant les paroles du père et du fils ─ .

De l’épaule gauche de Ren, elle avait soudain crié « ○○○○○○、△△△△△△ ! »

Elle utilisait le même langage que le père et le fils et parlait cordialement avec le sourire d’une fleur épanoui, comme on l’attendait de la déesse de l’amour.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire