Shiniki no Campiones – Tome 3 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Dans le royaume des morts

Partie 1

Le siège de l’Institut des Divinités qui, du point de vue extérieur, ne ressemblait qu’à un temple historique ancien — .

Il était protégé par une barrière qui éloignait les gens. La connaissance de la magie était nécessaire juste pour percevoir le bâtiment en lui-même. Une multitude de protections magiques avaient été installées à l’extérieur et à l’intérieur du quartier général.

En fait, c’était un endroit doté d’une puissance défensive qui rivalisait avec une forteresse.

Cependant, hier, ces protections avaient été complètement détruites. Alors qu’il était le temple principal de la société magique du Japon, tous les sorts qu’il contenait avaient été complètement effacés.

À cause de cela — les défenses avaient dû être à nouveau mises en place avec leur fierté en ligne de jeu.

Au siège de l’Institut des Divinités, l’autel de feu qui se dressait à l’un de ses coins brûlait de façon grandiose.

Des moines avec un excellent pouvoir de bouddhisme, des gens avec un pouvoir spirituel, des lanceurs de magie, tous entouraient la flamme et chantaient des mantras avec une intention indivise et un tempo harmonieux.

— Naumakusanmanda Basaradan Senda…

— Makaroshada Soutaya Soutaya Untarata Kanman...

— Naumakusanmanda Bazaradan Kan…

C’était un mantra dédié au roi de la Sagesse Acala.

De plus, ils formaient des symboles compliqués avec leurs doigts en touchant des roulettes chantantes. sceau Dokko, sceau Houzan, sceau Kumitsu, sceau Shinmitsu, sceau Kaen, sceau Shishi Funjin, etc. Ils entremêlèrent les sceaux des mudras comme nourriture pour le rituel bouddhiste ésotérique.

Tout était pour que la honte d’hier ne se répète pas.

Et puis, à l’intérieur de la salle située au fond du temple — .

La discussion qui se poursuivait hier au sujet de l’enfant envoyé par les cieux, Yatagarasu, Toba Riona, était en cours. Aujourd’hui, il y avait une autre personne, un invité de l’étranger qui participait.

 

« Maintenant. Ce n’est pas comme s’il était nécessaire d’obtenir le consentement de tout le monde ici. Mais juste au cas où, permettez-moi de vous présenter le rapport en tant que responsable de l’association des Campiones. Concernant l’engagement d’un membre de notre association Rokuhara Ren et Toba Riona… »

« Attendez un peu. Blandelli-kun. »

Comme d’habitude, Julio Blandelli s’était mis à parler comme un « jeune noble intelligent ».

Celui qui l’avait interrompu était l’un des directeurs de l’Institut des Divinités.

« Toba Riona est un talent exceptionnel qui peut même être considéré comme le plus grand trésor de la terre des dieux japonais. Il n’est pas question qu’on lui permette de se marier avec une racaille affiliée à une association étrangère ! »

Riona faisait face aux directeurs de l’Institut des Divinités dans la même pièce qu’hier.

Cependant, sa tenue vestimentaire était différente. Ce n’était pas ses plus beaux vêtements qui avaient été mis de côté pour les grandes occasions, c’était son blazer d’uniforme. Celui qu’elle portait même chez Troie et Midgard.

Et puis, il y avait Julio qui s’était joint à elle il y a quelques heures.

Il était arrivé à l’aéroport de Kansai hier soir. Il avait passé la nuit dans un hôtel près de l’aéroport avant d’aller jusqu’au siège d’Arashiyama. Cela ne devrait pas être étrange s’il avait été affecté par un terrible décalage horaire, mais —

Julio parlait intelligemment dans son mode habituel.

« La romance et le mariage doivent se faire selon la volonté mutuelle des deux parties. C’est le bon sens de notre époque et la norme dans le monde. Le Japon est aussi une nation moderne, en outre c’est un pays avancé, donc naturellement je crois que la liberté d’amour doit être respectée ici, » déclara Julio.

« Fufu ». Julio déformait ses lèvres en un léger ricanement.

« Il semble que les personnes âgées rassemblées ici sont différentes. Comme c’est vieux jeu, » déclara Julio.

« Notre pays et l’Institut des Divinités ont une tradition qui ne doit pas être profanée. Il y a des règles sociales. Un homme insolent qui vient d’un autre pays n’a pas le droit de dire quoi que ce soit. »

« C’est juste une tradition qui n’apportera aucun problème même si elle est réformée de toute façon, » déclara Julio.

Julio avait reformulé son opinion avec désinvolture.

« Je reconnais que le principe du jus sanguinis est très efficace pour trouver des magiciens de talent. Mais d’après la recherche moderne —, il est apparu que la cause de la naissance d’un praticien talentueux dans un foyer magique ne réside pas dans la lignée du sang, mais dans la “tradition familiale”. L’important, c’est de faire fermenter le monde mental de l’enfant en l’éduquant dès son plus jeune âge et d’élever une âme digne de marcher sur le chemin de la sorcellerie, » déclara Julio.

« Je n’ai jamais rien entendu de tel ! »

« Quel manque d’éducation ! Il semble que vous n’ayez jamais jeté un coup d’œil au rapport de recherche que nous, les associations de toute l’Europe, publions périodiquement, » déclara Julio.

« Je vous ai déjà dit que c’est la tradition du Japon ! »

Le jeune latino provoqua à plusieurs reprises avec une courtoisie hypocrite. Les directeurs étaient unanimes quant à se plaindre de lui.

Julio qui déclarait qu’il cherchait la bagarre avec eux sourit sans crainte. « Je m’en souviens. Il y a quelque temps, il y a eu cette nouvelle — sur le sel qui était dispersé pour purifier le ring de la lutte sumo professionnelle ainsi que sur le fait que tous prônaient l’interdiction d’entrée des femmes pour des raisons religieuses. Cette nouvelle s’est propagée à l’extérieur du Japon et a fait l’objet de critiques. Les gens se demandaient si les Japonais considéraient la femme comme une existence sale… »

« Imbécile. Le sumo est un rituel shintoïste. »

« Umu. C’est étonnant que l’on puisse bavarder pour paraître intelligent quand on ne connaît même pas le concept d’impureté qui existe au Japon depuis des temps immémoriaux. »

« Non, je suis au courant, » les directeurs avaient agi comme s’ils avaient triomphé de l’ignorance de Julio, mais Julio avait parlé calmement. « Certains étaient d’avis que l’origine du mot impureté venait de l’expression “ki flétrissant”. Ki est la vitalité de la vie. En d’autres termes, l’impureté n’est pas une pollution physique, mais un concept qui indique vaguement “ce qui menace la vie” ou “ce qui est associé à un danger pour la vie”. »

Le jeune noble latino avait repris son souffle, puis il continua plus loin. « C’est pourquoi les cadavres et les effusions de sang sont aussi des impuretés. L’épidémie est aussi une impureté. Le fantôme vengeur et le tatari-kami sont aussi des impuretés. Même les humains qui sont malheureusement tombés malades et ont survécu sont aussi des impuretés. Même l’accident lui-même est aussi une impureté… »

Comme prévu de la part de l’héritier de la maison Blandelli qui avait des relations profondes même avec le clan du Japon.

Il avait facilement repoussé la contre-attaque et s’était mis à riposter. « Un vieil homme a eu une crise cardiaque sur un ring de sumo et une femme est montée sur le ring pour lui donner les premiers soins d’urgence. Après cela, du sel purifiant a été dispersé. Ce n’était pas à cause de la violation de l’interdiction d’entrée des femmes, c’était pour purifier l’impureté due au malheur — . Ce genre d’excuse pourrait certainement être utilisé. Mais, comment une telle chose se refléterait-elle dans les yeux des pays étrangers ? »

Julio regarda autour de lui les personnes âgées rassemblées.

« Je pense que l’idée que l’on puisse éviter la pression étrangère en insistant simplement sur le fait qu’il s’agit du Japon est un peu trop optimiste. C’est trop inconsidéré dans l’arène politique, » continua Julio.

« Politique, dites-vous ? »

« C’est vrai. Par exemple, prenez les distorsions spatiales qui se produisent fréquemment dans le monde à l’heure actuelle. Serez-vous capable de faire face à la calamité causée par la connexion entre la Terre et le monde mythologique en n’utilisant que la “tradition du Japon” ? » demanda Julio.

« Bien sûr… bien sûr que nous pouvons le faire. »

« En fait, Toba Riona a réussi sa mission. »

« Vrai. Cependant, c’est parce qu’elle a obtenu la coopération de notre association des Campiones et de Rokuhara Ren, » déclara Julio.

« Non Julio. Au mieux, je ne faisais que l’assister. C’est plutôt Rokuhara-san — mon fiancé bien-aimé qui est l’acteur principal dans la résolution des distorsions spatiale. »

Le moment était enfin venu pour elle de parler. Riona parla doucement.

« Honorables réalisateurs. Rokuhara Ren n’a aucun pouvoir spirituel ni talent en magie depuis sa naissance. Mais, il possède un immense talent — qu’il a obtenu en postériorité. »

Tous les anciens directeurs retenaient leur souffle.

C’était parce que les yeux de Riona brillaient en bleu. Cette fois, elle avait intentionnellement libéré tout son pouvoir. Elle avait fait pression comme ça et avait continué à parler.

« Une capacité à prévenir la destruction des mondes mythologiques et à lutter également contre les dieux. Une capacité anormale qui permet de même tuer les Dieux. Les enfants de lui et moi n’hériteront sûrement pas de ce pouvoir, mais… Je crois que c’est essentiel pour sauver le monde et le Japon. »

« Et puis, ce n’est nul autre que Toba Riona qui peut devenir le meilleur partenaire pour Rokuhara Ren, » Julio s’était immédiatement joint à elle.

 

 

« Ne pensez-vous pas que dans cette situation, des choses comme la préservation de la lignée et la tradition devraient être mises de côté pour se concentrer sur la politique ? Afin de sauver votre “belle terre d’abondance de riz” de la calamité sans précédent et de la catastrophe nationale, » continua Julio.

« J’ai… une chose à vous demander, » l’un des directeurs avait ouvert la bouche d’un ton lourd.

Il avait dû commencer à le remarquer. L’oiseau sacré Riona, Yatagarasu, était devenu capable de libérer sa pleine capacité de par sa propre volonté. La couleur de la peur était visible aux yeux des directeurs.

« La capacité de ce Rokuhara Ren, cela pourrait-il être… ? »

« C’est une bonne question. En fait, nous avons organisé une démonstration pratique dès maintenant, » déclara Riona.

La montre-bracelet de Riona montrait qu’il était 14 heures. C’était enfin « l’heure ».

.

« Je vous remercie beaucoup pour avoir préparé à nouveau des confiseries comme celle-ci. »

« Fufufufufufu. C’est bon, je suis aussi heureuse de pouvoir vous rencontrer tous les deux une fois de plus. »

Dans une salle du siège de l’Institut des Divinités.

Ren était assis dans une posture seiza avec de bonnes manières au sein d’un salon de thé alors qu’une brise d’automne agréable soufflait à travers.

Il y avait « Hinako-sama » devant lui. C’était une vieille dame qui était la patronne de l’Institut des Divinités et qui possédait même un titre de princesse jeune fille du sanctuaire. Aujourd’hui, elle portait aussi des vêtements japonais et leur avait offert du thé et des confiseries traditionnelles japonaises.

« Ça fait un bail, Hinako-sama — . » La deuxième fille de la maison Toba, Fumika, avait également salué Fumika tout en se sentant très nerveuse.

Elle avait été amenée ici par sa grande sœur pour l’encourager. Elle portait l’uniforme d’une école secondaire locale. Et puis il y avait encore un camarade de Ren ici.

« Je suis également très heureuse de pouvoir rencontrer une telle grand-mère une fois de plus ♪ . »

Peut-être que ces deux-là s’entendaient bien entre elles en tant que filles nobles avec une bonne éducation.

L’expression de Cassandre était brillante. Hinako-sama plissa ses yeux et souriait joyeusement aux paroles de la princesse de Troie.

« Je vous remercie. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous asseoir confortablement n’importe quand. »

« Oui ♪, » déclara Cassandre.

Elle tenait compte de Cassandre qui imitait maladroitement la posture seiza.

Hinako-sama avait d’ailleurs pris en considération la princesse « étrangère » et avait expressément fourni une boisson « similaire » avec du matcha mélangé à de la crème, du lait et du sucre.

Ren avait demandé à la gentille vieille dame avec désinvolture. « Au fait, si ça ne vous dérange pas, je peux aussi vous appeler Hinako-sama ? »

« Oui, bien sûr, bien sûr. Vous êtes Rokuhara Ren-san, n’est-ce pas ? J’ai aussi entendu dire que vous êtes le fiancé de Riona-san ? » demanda Hinako-sama.

« Ouais. Vous en avez déjà entendu parler ? » demanda Ren.

« En fait, il y a beaucoup de grands-pères ici qui disent des choses méchantes sur vous deux… Je vous encouragerai tous les deux, même si ce sera en secret ! » déclara Hinako-sama.

« Je suis aussi rassuré d’entendre Hinako-sama dire ça, » déclara Ren.

« Aussi, Ren-san. Aujourd’hui, il ne faut pas faire “ça”, vous savez ? » déclara Hinako-sama.

Hinako-sama avait souri vivement et elle l’avertit soudain.

« Je ne sais pas comment, mais, celui qui a effacé toutes les barrières dans cette Institut des Divinités — est-ce vous ? » demanda Hinako-sama.

« Oh mon Dieu. Grand-mère, vous vous en êtes rendu compte ! » déclara Cassandre.

« O, Onii-san — . Tu peux même faire quelque chose d’incroyable comme ça… ? » demanda Fumika.

Cassandre et Fumika avaient été surprises. Et puis Ren était — .

« Et à cause de ça, Hinako-sama nous a couverts hier. Laisse-moi te remercier, encore une fois » Ren répondit nonchalamment avec un langage désinvolte. Hinako-sama souriait.

Il semblait qu’il n’y avait pas de problème. En fait, il cherchait le bon moment pour passer d’un langage poli à un langage décontracté. Il serait plus facile de parler ainsi et de se rapprocher d’elle.

« Ne faites pas ça, Ren-san. Les effrayants grands-pères disaient qu’il ne suffisait pas de replacer les barrières comme avant. Ils ont augmenté encore plus l’installation, » déclara Hinako-sama.

« Qu’est-ce que c’est que ce piège ? » demanda Ren.

« La personne qui attaque la barrière — aura la malédiction du châtiment sur elle. C’est ce genre de sort protecteur, » déclara Hinako-sama.

« Hee. C’est la même chose que mon pouvoir ! » s’exclama Ren.

Ren avait été impressionné. C’était à ce moment-là que cela s’était produit. À l’extérieur du salon de thé, un jeune homme était venu du jardin voisin.

« Hinako-sama. Je suis venu en visite, parce qu’il y a quelque chose sur laquelle je souhaite obtenir la permission par tous les moyens, » déclara l’homme.

« Oh, n’est-ce pas Asukai…, » déclara Hinako-sama.

Ce jeune homme, il portait une robe légèrement sale de prêtre shintoïste.

Il y avait des cercles noirs sous ses yeux. Ses joues aussi étaient décharnées, il avait l’air hagard. C’était comme s’il souffrait d’une maladie grave.

En même temps avec son entrée — l’atmosphère du jardin était devenue impure.

Ren avait des doutes. Même quelqu’un comme Hinako-sama semblait ressentir la même chose et fronçait les sourcils.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire