Shiniki no Campiones – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 6

***

Chapitre 3 : Le nom de l’ennemi est Athéna

Partie 6

« C’est devenu quelque chose d’incroyable, » déclara Ren.

« Il semblerait que les navires et les soldats sont rassemblés non seulement de cette ville, mais aussi des villages et des villes environnantes qui sont sous la domination de Troie, ainsi que des pays voisins alliés. C’est devenu inopinément une grande flotte..., » déclara Riona.

Ren et Riona regardaient la mer depuis le balcon du palais de Troie.

Une flotte de plusieurs centaines de navires s’amassait en pleine mer près de Troie et s’y ancrait. Il y avait aussi un grand nombre de soldats et de généraux venus de l’extérieur.

Les rues et le palais de Troie étaient devenus animés en raison de ces soldats venus en renfort.

« Dire qu’il en est ainsi deux, trois jours après que Stella ait incité le fils de son “ami proche”..., » déclara Ren.

« Peut-être que le moral des hommes de Troie a augmenté plus vite que prévu. En y repensant, l’“intrigue du mythe” est en train de changer légèrement depuis la mort d’Achille, » répliqua Riona.

Riona avait parlé à côté d’un Ren impressionné.

« Dans l’histoire originale, Achille est mort au combat sur terre et son cadavre devrait être repris par les Grecs. Et pour pleurer la mort du héros, un grand enterrement et un tournoi d’arts martiaux ont été faits, » déclara Riona.

« Est-ce pour animer toute l’armée grecque comme je le pensais ? » demanda Ren.

« Oui. De plus, la récompense du tournoi est l’armure d’Achille. Les équipements ont été distribués aux généraux de Troie avant cela, mais, à l’origine, ce sont les héros de la Grèce qui devraient réutiliser ces équipements, » déclara Riona.

« Et cet avantage s’est retrouvé complètement à nos côtés..., » déclara Ren.

De façon inattendue, le flux de la guerre n’aurait-elle pas penché vers Troie à ce rythme ? Ren nourrissait de telles attentes. Un esclave troyen inconnu s’était approché de lui pendant ce temps.

« Hein ? Le roi veut nous rencontrer ? » demanda Ren.

***

Le nom du roi de Troie était Priam, et sa femme Hécuba.

Cependant, Ren les avait simplement mémorisés comme le roi et la reine. Il n’aurait de toute façon aucune chance d’appeler par leur prénom des personnes distinguées dont le statut était aussi élevé que le leur, alors c’était suffisant comme ça.

Le roi de Troie était assis sur le trône dans la salle d’audience.

Et puis il avait parlé solennellement. « Héros de l’étranger Sire Ren, et la sorcière Lady Riona. Nous ne vous avons pas encore remerciés tous les deux d’avoir sauvé nos enfants l’autre jour. »

Il avait dû avoir le cœur brisé après avoir perdu le prince Hector qui était aussi son héritier.

Il était évident d’un simple coup d’œil que le roi de Troie avait l’air vraiment hagard. Cependant, l’éclat dans ses yeux était assez net. Il était rempli de la dignité d’un roi.

« J’espère que vous resterez tous les deux dans notre palais à partir de maintenant. La précieuse flèche d’or du dieu Apollon en possession du Seigneur Ren, je souhaite de tout mon cœur qu’un jour elle soit aussi dévoilée devant ce vieil homme décrépit, » déclara le roi.

Le roi de Troie fit l’éloge de Ren avant de s’attaquer à l’affaire.

« Au fait, il y a une question dont je souhaite sincèrement discuter avec vous deux, » déclara le roi.

« Roi de Troie. Puis-je vous demander de nous permettre de participer également à la prochaine campagne ? »

Ren était allé droit au but. Il avait déjà consulté Riona et avait pris la décision.

Un sourire ravi fit surface sur le visage fatigué du roi.

« Je suis reconnaissant que le Seigneur Ren demande ça. Bien sûr, nous avons pleinement l’intention de préparer un traitement et une récompense appropriés pour la noble volonté dont vous avez fait preuve tous les deux..., » déclara le roi.

« Votre Majesté. J’ai des informations que j’aimerais que vous entendiez, » Riona avait parlé cette fois-ci. « Actuellement, l’armée grecque se trouve sur une grande île adjacente dans la mer. Mes shikigamis — familiers ont localisé l’endroit et ils sont revenus. Permettez-moi de vous donner le détail de l’emplacement et de la distance. »

« Oh ! » s’exclama le roi.

Il s’agissait d’une information importante que les officiers militaires de Troie recherchaient énormément — .

Le roi de Troie s’était penché en avant de son trône en entendant que nous leur donnions les informations.

***

Le lendemain, une flotte de quelques centaines de navires était partie de Troie avec le lever du soleil.

L’un des plus grands voiliers — parmi eux — était le « bateau » de Ren et Riona.

« Je n’aurais jamais imaginé que je deviendrais “capitaine de navire” dans le monde des mythes. Ah, attends. On me confie aussi tous ces soldats sous mon commandement, je suis donc un “général” maintenant... ? » demanda Ren.

« C’est un vaisseau de guerre, donc vous appeler “amiral” pourrait être mieux, » déclara Riona.

C’était un navire d’environ 20 mètres de long au total. C’était un navire extraordinairement grand pour un navire de l’antiquité.

Les équipages avaient servi à la fois comme marins et comme soldats de la marine, mais pas seulement. Ils deviendront de l’infanterie en arrivant sur terre et combattrons comme les mains et les pieds de Ren et de Riona.

De plus, les officiers et les soldats à bord de ce navire ainsi que huit autres navires avaient également été ajoutés sous son commandement.

C’était un commandant militaire qui dirigeait un total de 2 300 soldats troyens — .

Rokuhara Ren avait modifié cela radicalement en un clin d’œil (bien sûr, Riona était aussi incluse).

Quelques heures après le départ. Poussée par le vent de l’est, la flotte de Troie avait navigué à travers la mer.

Le temps était clair. Tout se passait littéralement en douceur. C’était à ce moment-là.

« Seigneur Ren. J’ai un rapport. »

« ... Il y a un passager clandestin ? Dans notre vaisseau ? » demanda Ren.

Un subordonné était venu faire un rapport. Ren avait incliné la tête.

Il était difficile de penser qu’un marin qui était aussi un soldat de la marine serait une personne douce. En fait, la personne avait l’air rude. Si quelqu’un comme lui trouvait un passager clandestin, il ne serait pas étrange qu’il le jette à la mer sans poser de question.

Cependant, quelqu’un comme lui était venu se présenter à Ren avec un regard excessivement contradictoire.

« Mon Dieu, Monsieur Ren et Lady Riona ! »

La personne qui avait été amenée dans la cabine était, de façon inattendue, quelqu’un qu’ils connaissaient bien.

La princesse Cassandre. De plus, elle portait un manteau à capuchon qui servait de cape de voyage. Elle avait l’air préparée pour un voyage. C’était la passagère clandestine susmentionnée.

« Se pourrait-il que tu te sois enfuie de chez toi ? » demanda Ren.

« En se cachant dans un vaisseau de guerre ? Je pense qu’elle prépare quelque chose de plus imprudent, » déclara Riona.

Seuls eux trois étaient restés à l’intérieur de la cabine. Ren et Riona se chuchotaient à l’oreille.

D’un autre côté, la princesse Cassandre semblait résignée. Ses épaules étaient baissées et elle avait dit ceci.

« En fait... J’ai pu voir une autre vision. Beaucoup de soldats tomberont et s’enfonceront dans la mer en regrettant —, » commença Cassandre.

Il y avait quelque chose d’obscur qui allait et venait dans la poitrine de Ren.

C’était un sentiment qui l’avait poussé à décider que la prévoyance de Cassandre mentionnait tranquillement comme étant une conversation suspecte. Riona à côté de lui fronçait aussi les sourcils. Cependant...

Avant que son compagnon japonais ne puisse dire quelque chose, Ren ferma rapidement les deux yeux.

C’était pour se vider le cœur et l’esprit. Pour l’instant, il n’avait pas tenu compte de l’émotion qui s’emparait de lui. Quand il ouvrit les yeux, Ren tourna son sourire habituel vers la prophétie tragique.

« Cassandre, comment ça se fait que tu quittes ton chez-toi ? » demanda Ren.

« E-Eh bien. Si personne ne peut croire mes paroles, alors j’arrêterai de me forcer à dire ma prédiction à quelqu’un d’autre... En échange, je pense faire de mon mieux —, je veux faire quelque chose pour empêcher ma vision de devenir réalité quoiqu’il arrive, » déclara Cassandre.

La belle princesse baissa les yeux en prononçant des paroles pleines de détermination.

« Je n’ai pas pu protéger la vie de mon grand frère Hector, mais cette fois... ! » déclara Cassandre.

« Donc c’est quelque chose comme ça, » déclara Ren.

Riona marmonna soudain avec un air de compréhension. « Je me sentais déconcerté tout ce temps. À l’époque, pourquoi la princesse Cassandre s’est-elle échappée du rempart ? Vous aviez prévu de protéger votre frère aîné, n’est-ce pas ? »

« Oui. Mais ça ne s’est pas bien passé, alors j’ai pensé à au moins me venger —, » déclara Cassandre.

Les actions de Cassandre à l’époque étaient soutenues avec une telle détermination.

Ren était également parvenu à un accord et s’était senti ému. Il savait qu’elle était une fille courageuse, mais en pensant qu’elle avait un cœur aussi fort — il ne s’en était pas rendu compte du tout.

Si elle ne pouvait pas avoir quelqu’un qui avait confiance en sa vision, elle empêcherait la vision de devenir réalité par sa propre action.

Même si elle avait l’air frêle et faible, c’était une femme avec un cœur étonnamment ferme en elle.

« Mais, comme vous le savez tous les deux, je suis quelqu’un qui manque à la fois de sagesse et de force. Cette fois, il se peut que ça ne se passe pas très bien..., » déclara Cassandre.

« C’est bon. Riona et moi vous aiderons aussi autant que possible. Tu peux te cacher dans notre vaisseau, » Ren avait immédiatement rassuré la princesse qui semblait déprimée.

« Après tout, si ta famille ou le gros bonnet t’avait trouvé ici, tu serais renvoyé à terre, » continua Ren.

« E-Est-ce bon, Monsieur Ren !? » demanda Cassandre.

« Laisse-moi m’en occuper. Ta capacité de prévoyance sera sûrement utile. En plus — en me mettant de côté, Riona est intelligente et sa magie est aussi parfaite. Elle fera quelque chose quand on aura des ennuis, » déclara Ren.

« Alors, vous me lâchez tout..., » déclara Riona.

« C’est très bien. De toute façon, je suis ton “Goshujin-sama” d’une certaine façon, » répliqua Ren.

« Bien sûr, j’ai déjà embarqué dans ce vaisseau sans retour en arrière, et notre objectif a été écrasé l’un contre l’autre, donc ça ne me dérange pas du tout, mais... Rokuhara-san, vous êtes vraiment facile à vous enthousiasmer, » déclara Riona.

« T-Tous les deux, merci beaucoup ! » déclara Cassandre.

La princesse Cassandre avait été émue aux larmes.

Ren avait légèrement souri et il enveloppa de ses deux mains la délicate main droite de la prophétesse maudite.

« Je profite de l’occasion pour dire un peu plus de mots qu’“enthousiasmer”. Tu vois, Cassandre. Ce serait génial si tes bonnes actions étaient récompensées... Je prie pour ça du fond du cœur, » déclara Ren.

Il y avait le mot karma.

C’était un concept qui s’appliquait non seulement à un acte mauvais, mais aussi à un bon acte.

Depuis leur arrivée au Sanctuaire de Troie, ils n’avaient vu que le « mal » jusqu’à présent. C’est pourquoi le « bien » que la fille courageuse leur montrait en ce moment était vraiment beau.

Puissent les paroles qui étaient chantées après cela deviennent une réalité sans failles. Ren avait parlé avec une telle volonté.

« Une personne qui agit pour sauver beaucoup de vies n’obtiendra pas toujours les bons résultats qui lui conviennent. Mais au moins, je ferai en sorte que ce sentiment soit récompensé, » déclara Ren.

« Merci beaucoup ! » déclara Cassandre.

« ... Qu’est-ce qui ne va pas chez vous, Rokuhara-san ? Vous utilisez si soudainement des mots qui ne vous ressemblent pas, » déclara Riona.

Riona le dévisageait avec un visage inhabituel et décontenancé.

Cela devait être vraiment inattendu pour elle. Ren avait légèrement ri.

« N’est-ce pas bien pour moi d’agir comme ça parfois ? Même moi, j’ai des moments où je dis des choses sérieuses. Bien sûr, je pense aussi à toi, Riona, comme ça, » déclara Ren.

« Je me sens malade quand je me retrouve à me faire dire une telle chose si soudainement, » déclara Riona.

Ren avait souri amèrement en entendant son compagnon de voyage lui parler cruellement comme ça.

***

Cependant, Ren et Riona se moquèrent de la malédiction d’Apollon.

Lorsqu’ils s’étaient préparés à ignorer le sentiment de méfiance à l’égard de la vision de Cassandre, leur esprit ne s’était à la place naturellement pas concentré sur « la vision elle-même ».

C’est pourquoi ils l’oublièrent par négligence jusqu’à ce que l’anomalie commence.

« Beaucoup de soldats tomberont — et sombreront dans la mer tout en regrettant. »

C’était l’annonce du désastre par la Princesse tragique Cassandre.

Tout avait commencé avec la tempête et les grosses vagues.

La mer devint soudain houleuse et elle commença à secouer la flotte de Troie !

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire