Shiniki no Campiones – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : Le nom de l’ennemi est Athéna

Partie 3

« Comment vas-tu ? Déesse protectrice d’Athènes, et la princesse salope qui remue la queue devant le Seigneur Zeus, » déclara Stella.

« Tu es comme d’habitude toujours une princesse ignorante, » la chouette avait parlé avec la voix d’une fille en réponse au sarcasme de Stella.

« Les bêtes servantes qui sont mes serviteurs — à moi, Athéna, sont les oiseaux de l’espèce des hiboux, et aussi les serpents. Et puis il y a aussi les bêtes de la forêt. Je crois que je ne suis pas particulièrement apparenté au chien, » déclara Athéna.

« Mon Dieu. Ainsi la dame qui est la déesse de la sagesse ne comprend même pas quand quelqu’un lui parle avec sarcasme ! » déclara Stella.

« ... Fuh. Alors, c’est tout. Pardonne-moi. Je ne pouvais pas imaginer que la princesse Aphrodite avec sa tête vide puisse faire un tel jeu de mots, » déclara Athéna.

C’était une guerre surnaturelle de mots faits par une fille de la taille d’une poupée et un hibou suspect.

Cependant, mis à part la solennité du vocabulaire qu’elles utilisaient, le contenu était une « bataille de femmes » un peu vulgaire. Il l’avait vu maintenant, ces deux-là avaient de la rivalité entre elles.

Et puis, la chouette était descendue silencieusement au sol — .

À l’instant d’après, il s’était transformé en fille. Elle devait avoir environ 13 ou 14 ans. Elle portait une robe de couleur vert foncé, mais le capuchon avait été abaissé. Ses cheveux argentés, plutôt courts, avaient l’éclat d’un clair de lune liquéfié, tandis que ses yeux lui rappelaient l’onyx noir de jais.

Il va sans dire qu’elle était belle. Mais ce qui avait surpris Ren par-dessus tout, c’était son regard.

Même si ses pupilles étaient noires comme le jais, elles lui semblaient briller d’une forte brillance. La finesse et la sublimité de son regard le faisaient penser ainsi.

« Voici donc Athéna..., » déclara Ren.

La déesse de la sagesse et de la guerre. Même un Japonais ignorant de la mythologie grecque la connaissait.

À ce moment-là, Ren l’avait remarqué. Athéna tenait un bâton épiscopal, mais sa pointe était ornée d’un symbole en argent, modelé d’après « un serpent aux crocs dénudés ».

Celle qui avait silencieusement fait un pas en avant vers Athéna — c’était Riona.

« Si vous n’avez pas oublié mon impolitesse de l’autre jour, alors... pardonnez cette salutation. C’est un honneur de vous revoir, déesse Athéna, » déclara Riona.

« Je n’ai pas oublié. Je ne pense pas non plus que ce soit impoli. Je me souviens de vous, habitante de la surface, » Athéna avait parlé chaleureusement à la lycéenne en blazer.

 

 

Image coloriée

« À la fin, vous vous êtes hâtés vers votre mort. Vous avez sauté dans un monde qui atteindra bientôt sa fin, et vous tentez de vous mêler inutilement d’une lutte à laquelle seuls les dieux et les héros peuvent participer, » déclara Athéna.

« Parce que si Troie devient celle qui sort victorieuse, même cette fin peut être évitée, » répondit Riona.

Comme prévu de la réincarnation de l’oiseau sacré Yatagarasu qui était « plus proche de Dieu que de l’homme ».

Elle parlait effrontément avec une grande déesse comme partenaire de conversation. Athéna avait formé un sourire sur son beau visage immature.

« Fufufufufufu. Pensez-vous avoir influencé quelque chose après avoir enterré Achille ? Mais, cet homme, c’était après tout un humain qui a assumé le destin pour être vaincu à mi-chemin. Simplement en vainquant cette personne —, » déclara Athéna.

« Tu crois que le tableau d’ensemble ne changera pas ? Je n’aurais jamais pensé qu’Athéna aux yeux brillants entre toutes les autres personnes soit aussi naïve. »

Stella avait fait preuve de provocation.

« Penses-tu que tu devrais dire de tels mots après avoir été relégué dans l’oubli ─ Rokuhara Ren, viens ici. »

« Hein ? Tu me le lâches là, Stella ? » demanda Ren.

Ren qui était dans la position et l’humeur du spectateur avait faibli.

Tout d’abord, un homme qui s’immiscerait dans le combat des femmes n’apporterait pas un bon résultat, même s’il s’efforçait secrètement de ne faire qu’un avec l’air autant que possible — .

« Hou »

C’était comme le tonnerre dans le ciel bleu. Athéna fixait Ren.

Du point de vue d’un Japonais, son apparence n’était pas très différente de celle d’une collégienne. Mais, il n’y avait pas moyen qu’il y ait eu une fille dans son adolescence précoce avec un regard aussi aiguisé. Ren redressa le dos et salua.

« Merci pour l’autre jour. Je suis Rokuhara Ren, » déclara-t-il.

Il n’avait pas l’intention d’aggraver la situation. Il avait souri joyeusement. En revanche, Athéna se comportait avec l’arrogance d’une reine.

« Fumu. Je vous ai déjà vu avant. À cette époque —, j’ai senti la même présence que celle de la princesse que j’ai connue venant de vous et j’ai trouvé cela étrange, » déclara Athéna.

« Hahahahahaha. C’est pour ça que tu as fermé les yeux sur moi à Kobe, » déclara Ren.

Ren riait avec légèreté sans rien cacher. Cependant, Athéna fixa — Rokuhara Ren d’un regard perçant et ignora son visage souriant.

« Vous êtes un imbécile, mais ce n’est pas tout... C’est ce que je ressens à ce moment-là et aussi cette fois-ci. Et bien sûr, vous abritez la princesse Aphrodite. Vous êtes un homme très intéressant, » déclara Athéna.

Les yeux d’Athéna brillaient — comme si elle voyait à travers lui jusqu’à la zone la plus profonde de son être.

Peut-être que son instinct animaliste pour détecter le danger fonctionnait, parce qu’une sueur humide suintait de son front. Pour l’instant, il ne devrait pas se disputer avec elle. Oui, il ne devrait pas tout de suite, pas encore.

Il avait dû faire des efforts pour maintenir sa personnalité inhérente et facile à vivre.

Et alors, Athéna avait soudainement laissé échapper un sourire implicitant.

« Kukukukuku. Cette personne est donc le nouveau partenaire — adultère de la princesse Aphrodite, » déclara Athéna.

« Quoi !? Abstiens-toi de tout malentendu stupide ! Sache que cet homme est pour ainsi dire un cheval de trait, une existence qui n’est rien de plus qu’un palanquin pour me porter ! » Stella s’était opposée en pleine panique. Athéna l’avait ignorée avec désinvolture.

« Restons-en à cela, » déclara Athéna.

« Uuuuuuu-. Toi, ne me dis pas que tu as l’intention de répandre une rumeur à ce sujet dans l’Olympe !? » s’écria Stella.

« Comme c’est stupide. Penses-tu qu’Athéna fasse une telle chose ? Bien sûr, lorsqu’on m’interroge sur la relation entre vous deux, j’en parlerai de mon point de vue de façon très détaillée..., » déclara Athéna.

« Franchement ! Tu n’as pas besoin d’en parler, cette femme à tête dure, sans cervelle, à deux visages ! » s’écria Stella.

« ? Veux-tu dire que moi, la déesse de la sagesse, je ne sais rien de l’activité de l’amour entre l’homme et la femme ? Je vais vite demander d’arrêter avec cette fausse accusation. J’ai également une connaissance approfondie de ces questions, » déclara Athéna.

« Bon sang —, ça suffit. Maintenant qu’on en est arrivé là, réglons ça sur le champ de bataille ! » déclara Stella.

Stella déclara avec un ressentiment qu’on arrivait facilement à comprendre de son expression.

« J’apporterai absolument la victoire à Troie que je favorise et je battrai à mort la force de la Grèce que tu soutiens ! Prépare-toi ! » déclara Stella.

« Compris. Alors, retrouvons-nous sur le champ de bataille, » Athéna avait également répondu par un rire méprisant. « Je vais aussi faire ma proclamation ici. Je détruirai l’armée de Troie sans faute et apporterai la destruction à ce Sanctuaire. En plus, je garantirai également que la destruction — atteindra aussi la Terre sans faute. Ô personnes de la surface, les jours où votre lieu de naissance touche à sa fin sont également proches. Vous feriez mieux de vous y résoudre. »

« ... Attends un peu, » déclara Ren.

Pour la première fois ici, Ren avait regardé Athéna d’un air provocateur. « Si tu parles de “destruction” aussi facilement que ça, alors ça me donnera aussi envie de soutenir Stella. J’espère que tu ne l’oublieras pas. »

« Bien reçu, ô homme au corps mortel. Alors, c’est un adieu, » déclara Athéna.

Athéna se transforma une fois de plus en hibou et s’envola.

Elle était partie vers la limite de l’obscurité de cette nuit. Les ennuis n’étaient toujours pas terminés. Après le héros Achille, la déesse qui dirigeait ces héros attendait dans leur dos en tant qu’ennemie.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire