Shiniki no Campiones – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 1

***

Chapitre 3 : Le nom de l’ennemi est Athéna

Partie 1

Deux jours s’étaient écoulés depuis la mort du héros Achille au combat — .

Le titre de Rokuhara Ren avait été élevé de celui de « voyageur japonais » à celui de « guerrier courageux qui avait sauvé la princesse Cassandre et aidé à vaincre l’odieux Achille ».

D’une manière incroyable, en ce moment même, il logeait dans le palais de Troie en tant qu’invité.

Sa camarade Riona était aussi avec lui. Elle avait aussi reçu le titre de « sorcière qui pouvait se transformer en oiseau » et les résidents du palais de Troie lui avaient fait des regards respectueux.

... Bien sûr, il y avait une raison à ce traitement amical.

« Seigneur Ren. Les Grecs attaquent à nouveau cette ville ! »

« Ahh, ce serait génial si nous allions immédiatement quelque part à ce moment-là, » déclara Ren.

Un commandant militaire du palais vint lui rendre compte, alors il était sorti précipitamment de la ville.

L’armée grecque avait continué à assiéger Troie même après la mort d’Achille. Ils étaient venus une fois de plus afin de lancer des attaques en grand nombre.

Le moral de l’ennemi était à son comble, car ils voulaient venger la mort tragique de leur héros.

L’armée de Troie qui était dans le camp défensif était toujours incapable de se mobiliser.

Une demande d’aide de Ren était donc arrivée. Mais selon lui, cela serait un peu trop du gaspillage d’utiliser la dernière flèche d’Apollon qui restait dans une telle situation.

« Alors, je compte sur toi Stella, » déclara Ren.

« Bon sang ! Quel homme sans espoir ! » répliqua Stella. « Eh bien ! Si c’est ce genre de matière première, alors nous pourrons dépendre de cette personne d’une manière ou d’une autre... Vient à moi, Dieu de la guerre Arès, ô Dieu qui est vêtu de bronze. Si tu n’as pas oublié ton nom — l’amitié avec la déesse de la beauté, accorde-moi ton aide momentanée ! »

Pour une raison inconnue, la gorge de Stella s’était coincée au milieu pendant qu’elle utilisait son cercle d’amitié.

Un char était arrivé en provenance du ciel. Bien sûr, ce n’est pas le char qui avait été l’invention du 20e siècle, mais un char tiré par deux chevaux qui était le même que celui d’Achille.

Celui qui le montait était un général portant un casque de bronze.

« Arès, je t’en prie. Puis-je te demander de disperser cette bande d’insolents Grecs ? » demanda Stella.

« ... As-tu délibérément convoqué le roi de la guerre que je suis pour cette insignifiante affaires ? » demanda Ares.

Le dieu de la guerre Arès parlait d’un ton mécontent.

Son char s’était arrêté en plein vol. Ren l’admirait depuis le sol. Stella qui était assise sur l’épaule de Ren jetait un regard naturel vers le haut avec des yeux doux.

Eh bien, il n’y avait aucune chance qu’Arès soit ému par ça, mais —

« ... Hmph, » Arès s’était soudainement envolé plus loin avec son char.

L’armée grecque avançait vers le rempart de Troie. De plus, il y avait aussi des soldats qui attendaient le moment se faire accoster des navires grecs depuis la mer — Arès avait fait un tour héroïque de son char au-dessus de leur tête.

* Grondement grondement grondement grondement !*

Le bruit des roues de chariots qui traversaient le ciel resonnait comme le tonnerre.

Ce bruit rugissant avait tout de suite découragé les généraux et les soldats grecs. Ces gens qui, jusqu’alors, avançaient courageusement pour se venger d’Achille avaient soudain commencé à fuir !

« ... Qu’est-ce que c’est que ça ? » demanda Ren.

« Manipuler la peur (deimo) et faire prendre la fuite (phobos) sur le champ de bataille est aussi l’autorité d’Arès, » Stella répondit à la question de Ren. Son expression était soulagée.

« C’est un dieu qui ne s’intéresse pas vraiment aux événements en dehors du champ de bataille, donc c’est une chance qu’une scène où nous pouvons lui faire une demande soit bien arrangée comme celle-ci, » déclara Stella.

Cependant, Ren se sentait mal à l’aise.

Il semblait que parfois Arès le regardait fixement avec rage depuis le chariot qui se précipitait dans le ciel avec un bruit de tonnerre.

« Ai-je fait quelque chose pour énerver ce dieu ? » demanda Ren.

« Rokuhara-san. En parlant du dieu de la guerre Arès, il est l’un des partenaires fallacieux de la déesse Aphrodite, » Riona l’en informa avec douceur.

Ren acquiesça de la tête en réponse. « Aaaa, donc c’est ça, je comprends maintenant. »

« Stu, stupide... C’est évidemment une rumeur sans fondement qui est complètement fausse ! » déclara Stella.

C’était en partie caché par le casque de bronze, mais Arès était assez beau.

Et puis Stella (Aphrodite) avait tendance à être « attirée par les apparences physiques ». Quoi qu’il en soit, l’armée des Grecs qui brûlait de vengeance avait finalement battu en retraite.

Les troupes de Troie qui s’était battue avec acharnement pouvaient enfin un peu respirer.

« Avons-nous aussi la chance de recevoir un nouveau cadeau avec ça... attendez, hein ? » demanda Ren.

Ren avait été surpris. C’était parce que le dieu de la guerre Arès qui avait mis en déroute l’armée ennemie partait dans la direction opposée de l’armée grecque en utilisant son char.

« Ne salue-t-il même pas Stella avant de partir !? » demanda Ren.

« Je viens de te le dire, Ren. Le dieu de la guerre qui est vêtu de bronze ne s’intéresse qu’à la guerre, alors n’attend plus rien après l’avoir invoqué, » répondit Stella.

« Comme prévu du dieu de la tribu guerrière des Scythes qui rivalisaient avec les Saiyan..., » Riona avait commenté avec admiration.

Dans tous les cas, c’était la victoire des hommes de Troie. Quand ils étaient rentrés dans la ville avec les soldats qui s’étaient battus avec acharnement, les gens les avaient accueillis à grands cris.

— OOOOOOOOOOOOO— !

— OOOOOOOOOOOOOOOOOOO— !

Ren et Riona s’étaient mêlés à l’armée qui avait formé des lignes et ils avaient reçu une douche de joie.

« C’est donc ce qu’on appelle un retour triomphal. C’est vraiment agréable, » déclara Ren.

« Rokuhara-san, bien que vous ayez simplement compté sur les autres, vous êtes toujours une personne qui a rendu un service distingué et sauvé la ville, enfin, plus ou moins. Je pense que vous ne recevrez pas de karma même si vous vous sentez bien, » déclara Riona.

Ils avaient tous les deux été reconnus pour leurs réalisations et avaient été mis sur un char.

La conduite du cheval avait été confiée à un cocher, tandis que les deux individus avaient eu l’impression d’être applaudis à tout rompre en réaction. Lorsqu’ils avaient agité la main, les spectateurs rassemblés élevaient la voix avec encore plus de force.

 

***

Et puis quelques jours s’étaient écoulés.

Ren et Riona avaient eu droit à une chambre à l’intérieur du château.

Il y avait un lit doux et propre qui était confortable. Ils avaient également reçu des esclaves exclusifs qui nettoyaient la chambre et s’occupaient des nécessités quotidiennes pour eux. Tous leurs besoins avaient été comblés. Il n’y avait pas non plus lieu de s’inquiéter pour la nourriture.

« C’est peut-être la première fois que je peux avoir la vie aussi facile quand j’arrive dans un monde de mythes, » déclara Riona.

« C’est génial que nous n’ayons pas besoin de voyager uniquement avec les vêtements que nous portons, c’est une expérience complètement différente. De plus, le bain ici... nous pouvons entrer dans la baignoire qui est remplie d’eau chaude, » déclara Ren.

« C’est un palais après tout, les domestiques ont travaillé dur pour nous apporter l’eau chaude, » déclara Riona.

Ils se parlaient l’un à l’autre dans une atmosphère détendue et calme en début d’après-midi avec un temps ensoleillé.

Ils venaient de finir leur déjeuner qu’ils avaient demandé à la cuisine de leur préparer dans le jardin du palais. D’ailleurs, ici à Troie, leur petit-déjeuner n’était composé que de choses simples comme un seul morceau de pain et un bol de bouillie d’avoine.

En retour, le repas du midi et du soir était un vrai repas.

Le menu qu’ils avaient mangé aujourd’hui était composé d’œufs durs, de fromage de chèvre, de pain coupé en triangle comme un gâteau, de viande de canard marinée et grillée, d’amandes marinées au miel, de pastèque et de jus de grenade.

« De façon inattendue, même s’ils sont en pleine guerre, de plus, dans une bataille qui est comme un siège, ils ne manquent pas de nourriture. Les rues où je suis allé jouer hier avaient aussi beaucoup de stands de nourriture, » murmura Ren.

Riona répondit calmement aux murmures de Ren. « Dans l’histoire, Troie était une ville commerciale qui est devenue un centre commercial de la terre et de la mer. On dit qu’elle était extrêmement prospère. Il devrait y avoir une abondance de nourriture. »

« Il semble que la Troie dans le mythe est aussi comme ça. Ce palais donne aussi l’impression qu’il a coûté cher, » déclara Ren.

« C’est pourquoi les armées alliées des Grecques sont venues jusqu’ici pour la piller. Eh bien, mais, dans la mythologie grecque, la raison pour laquelle ils se battent — existe en fait véritablement, » déclara-t-elle.

À ce moment-là, des voix s’approchèrent d’eux.

Ces voix appartenaient évidemment au « bavardage de flirt entre un homme et une femme ».

« Le brave beau-frère Hector est mort, cette ville ira-t-elle bien ? »

« Ne t’inquiète pas, belle Hélène. Ton mari, c’est le héros qui a fait tomber le haineux Achille, et un homme qui a juré de te protéger, même au prix de sa vie. »

« Mais Paris. Quand j’ai pensé que tu rencontreras le danger à cause de ça, j’ai... ! »

Ren et Riona s’étaient — regardé avant de se cacher immédiatement après ça derrière un arbre.

Un homme et une femme étaient arrivés. Cet homme était quelqu’un de familier, même pour Ren. C’est le Prince Paris qui avait abattu le héros Achille lors de la bataille précédente. Le grand frère de la belle princesse Cassandre.

« Quoi qu’il en soit, Hélène. Maintenant, que nous sommes que tous les deux, nous pouvons jouir ensemble du délice de l’amour ! »

« Oui ! Enveloppe-moi de ton amour. Viens, allons là-bas..., » déclara Hélène.

Le flirt du prince Paris et de sa femme Hélène n’avait pas l’air de se calmer de sitôt.

Les deux Japonais avaient quitté cet endroit. Après avoir pris assez de la distance, Riona avait soudainement parlé.

« Au fait, ce couple d’idiots... non, ce couple est la cause de la guerre de Troie, » déclara Riona.

« Eh, vraiment ? » demanda Ren.

« L’incomparable beauté Hélène est à l’origine la reine de Sparte, un pays puissant en Grèce. Mais elle est tombée amoureuse du Prince Paris qui était diplomate, puis ils se sont enfuis tous les deux jusqu’à Troie. Les pays en colère de la Grèce formèrent ensuite une armée alliée. Ils ont dit “Nous reprenons mon amoureuse !” et ont commencé une bataille pour reprendre Hélène, » expliqua Riona.

« Voilà donc la cause de la guerre de Troie..., » déclara Ren.

« De plus, le Prince Paris ne s’est pas enfui sans avoir pensé aux conséquences, » répliqua Riona.

Cela ne s’était pas arrêté là. Riona avait énuméré encore plus de faits pour Ren.

« Dans le poème épique d’Homère, l’Iliade, il a refusé de participer à la bataille en raison de la peur. Même lorsqu’il est apparu involontairement sur la ligne de front, il a volontairement déserté lors de l’attaque ennemie. Après tout, il a caché le fait qu’il s’était enfui, qu’il avait flirté avec Hélène et qu’il était entré dans la maison de son ancienne petite amie en disant que c’était pour soigner sa blessure..., » déclara Riona.

Ren avait grogné. « Uuunn. »

« Ce prince qui s’appelle Paris, il était vraiment galant quand il a battu Achille et il avait l’air très fort... D’une certaine façon, l’impression est différente, » déclara Ren.

« En fait, c’est un point très important pour nous... Rokuhara-san, » déclara Riona.

Soudain, Riona se rapprocha de son visage.

Que ce soit Cassandre ou Hélène, c’était un monde avec tant de beaux hommes et femmes.

Ces filles — n’avaient pas seulement de jolis traits faciaux. Elles étaient également revêtues d’une aura qui était hors de ce monde et qui était différente de celui des personnes normales. C’était une existence qui se distinguait et brillait d’une lumière éclatante rien qu’en étant là.

Riona avait également émis la même atmosphère en parlant.

« Rokuhara-san, se pourrait-il que vous vous sentiez optimiste après avoir vaincu le grand héros Achille ? Pensez-vous peut-être que prévenir la chute de Troie sera gérable d’une manière ou d’une autre, » déclara Riona.

« En toute honnêteté, je pense un peu à ça, » déclara Ren.

« Alors, c’est mieux pour vous de vous préparer. Achille n’était plus là avant même la dernière partie de la guerre de Troie. Cela reste donc à l’intérieur de l’intrigue établie qui a vu la défaite de Troie, » déclara Riona.

« Eh, tu mens, c’est ça !? » s’écria Ren.

Ren avait parlé avec surprise.

« Le personnage principal de la guerre de Troie est Achille. N’est-ce pas ce genre d’histoire !? » demanda Ren.

« Tout à fait. Et puis, il y a un autre personnage principal caché. C’est le Prince Paris. Il est “celui qui est destiné à vaincre le grand héros Achille”. “Tôt ou tard, le dieu Soleil Apollon et le Prince Paris uniront leurs forces pour faire tomber l’immortel Achille dans l’oubli”. Il y a même ce genre de prophétie, » déclara Riona.

Riona parlait avec pertinence. Certes, le prince Paris avait bien fait le coup de grâce après que Rokuhara Ren ait tiré la flèche d’Apollon.

L’intrigue du mythe n’avait pas vraiment changé. Ren grogna en constatant ça.

« Alors, il vaudrait mieux qu’il agisse plus “convenablement” comme ce genre de personnage. Eh bien ! Je ne déteste pas quelqu’un comme lui, car je me sens en affinité avec cette atmosphère facile à vivre chez lui..., » déclara Ren.

« Il semblerait que dans le mythe qui a précédé Homère, il y a des versets où cela ressemble davantage au prince héroïque classique. Mais les poètes grecs, en particulier Homère, ont peut-être fait du prince Paris un homme mauvais pour faire ressortir “Achille qui rencontre une mort prématurée” en tant que personnages principaux..., » déclara Riona.

Riona avait conclu qu’il y avait ce genre de théorie dans l’histoire.

« En fait, tout au long de la longue guerre de Troie, le Prince Paris s’éveillait parfois comme s’il était une personne complètement différente et montrait une puissance digne d’un héros. Mais pour le dire franchement, il semblerait que cet éveil n’ait pas duré longtemps, » déclara Riona.

« C’est peut-être une trace de son caractère avant le changement de force qui reste dans l’histoire, ici et là, hein ? », demanda Ren.

« Tout d’abord, pensez-vous que le héros immortel soit si faible qu’il se ferait tuer par un homme bon à rien qui n’a qu’une belle allure ? » demanda Riona.

« Non, en effet, » répondit Ren.

Ils avaient gagné exactement parce que les flèches du Prince Paris contenaient assez de puissance.

C’était ce qu’avait dit Riona. À ce moment-là, la barrière protectrice du bouclier d’Achille était après tout encore très forte...

Les épaules de Ren s’étaient affaissées. Riona le regarda avec un peu de joie.

Alors qu’ils retournèrent tous les deux dans leur chambre dans le palais, un valet troyen les attendait.

« Lady Cassandre aimerait vous rencontrer toutes les deux aujourd’hui..., » déclara le valet.

Il s’agissait donc d’une convocation de la belle princesse.

Depuis ce jour-là, elle s’était particulièrement intéressée aux deux étranges étrangers.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire