Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku LN – Tome 4 – Chapitre 17 – Partie 6

Bannière de Saikyou Mahoushi no Inton Keikaku (LN) ☆☆☆

Chapitre 17 : Le Tea Party des aristocrates

Partie 6

Sur le chemin du bureau de sa mère, Tesfia n’avait pas vu Selva ni aucun des domestiques.

Une fois à la porte, elle commença à réfléchir à la manière dont elle devait entamer la discussion. Mais elle avait déjà décidé quels seraient ses premiers mots, dans sa chambre. « Mère, moi aussi j’ai quelque chose à dire, » dit-elle avec résolution, pour montrer sa propre volonté. Le simple fait de pouvoir prononcer ces mots lui demanderait beaucoup de courage.

S’arc-boutant, elle avait frappé à la porte.

La force derrière son coup n’était pas tant une démonstration de volonté forte qu’une réprimande pour avoir commencé à s’affaiblir et à créer une situation où elle ne pourrait pas revenir en arrière. Ce n’est pas en réfléchissant qu’elle allait trouver une bonne raison ou une excuse. Elle décida donc de préserver au moins sa motivation, en se faisant confiance.

Mais quelques secondes après être entré dans la pièce, cette détermination et cette résolution avaient déjà disparu du visage de Tesfia.

La première chose que sa mère avait dite était —

« Fia, choisit l’une de ces options. »

« — !? »

Elle avait devant elle plusieurs dossiers recouverts de cuir, tous empilés sur son bureau plus tôt dans la journée.

Frose avait choisi un exemplaire de la douzaine de dossiers et l’avait ouvert pour que Tesfia puisse y jeter un coup d’œil. La couverture était épaisse, mais à l’intérieur se trouvait un simple document de deux pages.

« — !! » Dès que Tesfia l’avait vu, elle était restée sans voix et ses yeux s’étaient écarquillés.

 

 

Ce qu’elle avait vu était un document fait de parchemin. Il détaillait un arbre généalogique et une histoire personnelle. C’était une demande en mariage. D’un côté du dossier, il y avait une photographie, et de l’autre côté, les informations détaillées et autres.

« Mère ! »

En effet, en tant que noble, elle s’était préparée à devoir se marier jeune, mais Tesfia avait ressenti le plus de ressentiment à l’idée de ne pas pouvoir choisir son propre partenaire.

Frose suggérait des fiançailles de temps en temps, mais Tesfia avait supposé qu’elle voulait dire un peu plus tard dans la vie. Même dans ce cas, elle s’était dit qu’elle la persuaderait une fois le moment venu.

En voyant les intentions de sa mère comme ça, avec son attitude qui n’acceptait pas un « non » comme réponse, Tesfia avait compris qu’elle n’aurait même pas la chance d’en discuter.

« Tu as déjà 16 ans. Je ne te pousserai pas encore à te marier, mais plus tôt tu te fianceras, mieux ce sera. » Sa mère avait dit ça comme si c’était la chose la plus naturelle du monde. Son expression était plus froide et impitoyable qu’auparavant.

« Mais je veux me faire un nom… »

Me faire un nom en tant que magicien, assurer ma propre position et choisir mon propre partenaire comme tu l’as fait… voilà ce qu’elle voulait dire avant d’être coupée.

« Quand j’avais ton âge, j’étais déjà fiancée à ton père. Si tu veux te faire un nom, il ne sera pas trop tard pour le faire après avoir obtenu ton diplôme et avoir des enfants. » Frose avait dû suivre le même chemin elle-même, car il n’y avait aucune hésitation dans ses paroles. « Tu es toujours très demandée, alors fais ton choix avant que quelque chose d’inattendu n’arrive. J’ai sélectionné quelques candidats. »

Tesfia s’était mordu la lèvre. Être forcée de prendre une décision réduite pour elle par quelqu’un d’autre n’était pas la même chose que de choisir pour soi-même. « Des fiançailles… »

Le destin des nobles s’était soudainement abattu sur elle. Dans l’esprit de Tesfia, ce destin était une lame qui menaçait de lui couper le cœur.

« Maintenant, regarde-les. » Leur rang de magicien était mis en avant sur les profils, ainsi que leurs affinités, les sorts dans lesquels ils étaient spécialisés, et le rang social qu’ils étaient susceptibles d’atteindre au cours de leur vie.

Au début, le texte était clair, mais bientôt, les mots avaient commencé à se brouiller tandis que Tesfia pleurait. Incapable de les retenir plus longtemps, des gouttes étaient tombées et avaient taché les profils.

Ce n’est pas comme si elle n’avait jamais pensé au mariage, mais elle l’avait toujours vu comme quelque chose de lointain, ou au moins avec le partenaire idéal qu’elle se trouverait. Elle imaginait que ce serait le plus grand des bonheurs.

Elle s’était donc désespérément dit que la douleur fulgurante dans sa poitrine était due au fait qu’elle réalisait que son souhait ne se réaliserait jamais.

Elle voulait croire que ce n’était pas parce que sa mère avait tourné le dos à son avenir de magicien.

Cependant…

Mauvais, mauvais, mauvais, mauvais… Elle ne savait pas à quoi il ressemblerait, mais elle croyait qu’elle rencontrerait un jour son partenaire idéal.

Tesfia n’en pouvait plus et sortit en trombe du bureau de sa mère. Elle ne se souvenait pas de ce qu’elle avait fait de la pile de dossiers, et n’avait pas le courage de s’arrêter pour y réfléchir.

Avec Tesfia qui s’enfuyait, Frose avait fixé l’espace vide au-delà de la porte d’un regard froid.

C’est alors que Selva, portant du thé, était entrée et l’avait fermée. « Maître Frose, vous l’avez dit à la jeune fille. »

« Oui, mais je ne pensais pas qu’elle le prendrait si mal. »

« Mais bien sûr. » Selva se servit un thé d’une main experte et le posa tranquillement devant Frose.

« Cependant, ce n’est pas quelque chose qu’on peut éviter. » La conviction de Frose que la noblesse doit se marier jeune et avoir des enfants tôt pour protéger son nom de famille ne changeait pas. Même ceux qui avaient du talent couraient le risque d’être mis au ban de la société des nobles s’ils rataient leur chance. Les nobles qui ne se mariaient pas — étaient considérés comme abandonnant leur nom. C’était quelque chose que Frose ne pouvait pas négliger, c’est pourquoi elle avait choisi les meilleurs candidats pour sa fille par considération pour elle.

Il était ironique que ce que Frose pensait être le meilleur plan d’action soit à l’opposé de celui de Tesfia.

« … La jeune fille ressemblait beaucoup à un jeune Maître Frose. »

« Et qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Je me suis sentie un peu mal pour elle. Vous en avez parlé avec la jeune fille ? »

« Ce n’est pas nécessaire. Fia ne comprendra pas maintenant, même si je lui explique tout. Mais de penser que vous vous êtes autant adouci, Selva. »

Selva avait balayé sa remarque d’un petit rire.

« J’ai fait pas mal de compromis pour elle, vous savez. »

« Peut-être que c’était ce qui était si mal. » Selva ramassa les dossiers qui avaient été éparpillés sur le sol. Il était le seul à comprendre la raison tragique pour laquelle cette mère et cette fille n’étaient pas d’accord.

Les nobles qui se mariaient pour protéger le nom de la famille, c’est le destin, en un sens. Il était inévitable que Frose, en tant que chef actuelle de la famille, choisisse quelques « candidats de choix ».

Mais Frose ne pensait pas qu’il y avait une quelconque tromperie de sa part. En fait, elle pensait que c’était de la gentillesse. C’était des actions prises avec les meilleurs intérêts de Tesfia à l’esprit.

Bien que Selva s’en soit rendu compte, il ne pouvait pas le dire à voix haute. C’était une ligne claire qu’il ne pouvait pas franchir en tant que majordome. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de remarquer que cette situation était la même que les circonstances dans lesquelles une jeune Frose s’était trouvée un jour.

À l’époque, Selva était également jeune, et il n’avait pas pu faire quoi que ce soit pour sauver Frose. Alors peut-être qu’il n’était pas en mesure de juger.

Depuis le jour où il avait décidé de servir et de protéger la famille Fable, Selva ne s’était jamais trompé dans l’ordre de ses priorités. Sortir de ses limites ne lui apporterait rien d’autre que de se faire du mal. Mais même ainsi, la situation et les circonstances étaient différentes maintenant.

Avec un soupir, il avait posé les dossiers des candidats fiancés sur le bureau.

Frose secoua la tête, comme si elle n’était pas concernée par les inquiétudes du vieux majordome. Non, ce n’est pas qu’elle n’était pas concernée. Dans son esprit, c’était déjà décidé. « Elle n’a pas beaucoup de temps. C’était peut-être trop tôt pour elle, mais elle devra se décider pendant son séjour. »

« C’est ainsi. » Selva n’avait pas soulevé d’objection, mais en tant que majordome de la famille, il avait voulu donner un conseil franc. « … Tout n’est pas comme avant. La jeune miss a mené une vie à une époque différente de celle de Maître Frose. Pourquoi ne pas lui parler au moins, non pas comme le chef de famille, mais comme sa mère ? »

« … En tant que mère ? C’est ce que je fais depuis le début. »

La remarque inhabituelle de la part du loyal majordome semblait déclencher quelque chose. Elle avait répondu sans détour, mais Selva secoua la tête en sentant son côté têtu vaciller quelque peu. « … Maître Frose, si vous avez l’intention de parler à la jeune miss, je crois que vous devriez attendre qu’elle se soit un peu plus calmée. »

« … C’est vrai. Elle a besoin de temps pour faire le point. » Frose jeta un coup d’œil aux dossiers des candidats fiancés et posa son menton sur sa main en fermant les yeux.

Pour elle, née dans la noblesse, l’idéal était de maintenir un statut social stable et de préserver le nom de Fable. Elle souhaitait la même chose pour sa fille, même maintenant.

Cependant… à cause des mots de Selva, elle avait commencé à ressentir une légère hésitation.

 

* * *

La jeune fille essuya sa vue brouillée avec ses doigts. Pourtant, des larmes de chagrin continuaient à déborder.

Après s’être enfuie du bureau de Frose, Tesfia s’était dirigée directement vers sa propre chambre. Le son de la porte qui claquait résonna, la remplissant d’un sentiment d’impuissance.

Elle s’était jetée sur son lit sans même allumer les lumières, l’esprit tourbillonnant.

Je savais que le mariage était inévitable.

Cependant, elle avait ressenti une douleur cuisante comme si elle avait été abandonnée.

Elle s’était fixé comme objectif d’obtenir un rang remarquable en tant que magicien, et elle avait été blessée lorsque sa mère avait ignoré cet objectif pour lui trouver un fiancé. Il semblerait que sa mère ait renoncé à ses talents de magicienne.

Pour Tesfia, un fiancé pouvait venir plus tard. Elle préférait devenir un magicien à part entière et produire des résultats. C’était la voie qu’elle avait envisagée pour elle-même, mais elle avait été soudainement interrompue. De force, d’ailleurs, par sa puissante mère.

Allongée, les yeux fermés, ses pensées négatives continuaient à se déchaîner, elle ne voyait que les pires résultats et les pires avenirs pour elle-même.

Elle s’était interrogée, et lorsque ses pensées s’étaient arrêtées, elle avait levé la tête et l’avait secouée d’un côté à l’autre. Dois-je abandonner ? Non, je ne peux pas ! C’est la seule chose que je ne peux pas faire…

Dévastée, et essayant de ne plus penser, Tesfia s’était couverte de sa couette et avait créé son petit espace personnel. Si elle ne le faisait pas, elle avait l’impression que le peu de résistance qui lui restait allait l’abandonner. Elle devait continuer à le rejeter ou elle serait engloutie par lui. Elle avait peur de céder et d’accepter la situation actuelle.

Ses yeux étaient rouges de pleurs, et elle ferma ses lèvres tremblantes en se mettant en boule sur son lit.

En y réfléchissant, c’était peut-être une objection égoïste. Elle ne pouvait pas l’accepter, mais elle n’avait pas le courage de quitter la maison et sa mère.

Non, elle croyait que sa mère finirait par comprendre. Comme Selva l’avait dit, elle pouvait parler avec sa mère et lui faire comprendre ce qu’elle voulait, et ensuite…

Tesfia avait finalement compris que c’était juste elle qui était naïve.

En pressant ses larmes sur son oreiller, elle repensa à ses souvenirs à l’Institut pour essayer de se distraire de la réalité. On lui avait fait comprendre qu’elle était immature à tous points de vue en tant que magicien, mais ces jours étaient quand même satisfaisants. Elle avait reçu des conseils d’Alus, et commençait enfin à voir des améliorations.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire